Conférence de presse climato-réaliste au Parlement européen

Cet après-midi, une conférence de presse se tiendra dans le bâtiment du Parlement européen de Bruxelles. Elle est organisée par Clintel, la structure qui a mis en place la Déclaration climato-réaliste qui comporte désormais plus de 700 signatures.

Lire la suite

Effet boomerang sur France Inter

par le Lecteur Discret.

La matinale de France Inter révèle parfois des confrontations inattendues.

La revue de presse de Claude Askolovitch du 18 novembre 2019 résumait la controverse du climat en une lutte binaire intergénérationnelle : la jeunesse a forcément raison, la vieillesse a foncièrement tort.

Lire la suite

De la COP21 à la COP25

par MD.

Que savait-on en décembre 2015, que sait-on en décembre 2019 ?

(On pourra se reporter si nécessaire à l’article du 4 décembre 2018 intitulé : « de la COP21 à la COP24 » et aux commentaires associés).

1/ Températures globales depuis 1979 selon trois sources (1979 est l’année origine des relevés par satellites).

Lire la suite

Appel à soutien

Parmi ce qui définit le climato-réalisme, il y a la conscience du fait que ce que nous utilisons de façon quotidienne ne tombe pas du ciel. L’électricité disponible en permanence et à un prix abordable (pour l’instant…), une nourriture saine et abondante pour la plupart de nos contemporains, l’accès à l’eau potable, à l’éducation, aux transports, aux communications… Tout cela nous paraît naturel, pourtant nous savons bien que cela ne l’est pas. Les légumes ne poussant pas dans les supermarchés, il faut que perdure la créativité humaine aussi bien qu’une organisation sociale qui maintienne nos conditions d’existence.

Il en va de même pour le message climato-réaliste : celui-ci ne se porte pas tout seul.

Lire la suite

René Girard et le culte des climato-alarmistes

par Anna Ackerman.

De nombreuses religions ont déjà longuement formalisé et décrit la fin du monde, que ce soit les Mayas dans leur calendrier ou les multiples dérivés judéo-chrétiens. Après tout, ce n’est pas pour rien que le terme d’origine grec eschatologie existe dans la langue française. Personne n’a attendu Greta Thunberg pour haranguer les foules à ce sujet. Mais il y a une différence fondamentale entre le culte des climato-alarmistes et les religions d’antan. Un détour par la philosophie peut nous aider à le comprendre.

Lire la suite

Tri sélectif

par Philippe Catier.

On connaît l’obstacle représenté par le confort dans la réalisation des objectifs de la COP 21. II me semble que cette notion qui a trait à la réalisation de nos besoins énergétiques quoiqu’il en coûte, surtout dans notre société du « tout et tout de suite », peut s’étendre à des domaines moins évidents mais tout aussi caricaturaux et  variés, intellectuels, professionnels, éthiques ou sociologiques, tous domaines qui peuvent aussi être impactés plus ou moins directement par le souci environnemental.

Lire la suite

Décès de Pierre Bouteille

C’est un des piliers historiques du climato-réalisme en France qui vient de nous quitter. 

Pierre était un indispensable maillon de l’association des climato-réalistes, par sa capacité unique à nouer des relations, à faire se rencontrer les gens et à se rendre à force rassemblements carbocentristes pour y écouter ce qui s’y disait. Il se souvenait toujours de tout et de tout le monde. Il était tout autant capable de raconter ce qui s’était dit un an plus tôt à telle conférence qu’à boire une bière le plus naturellement du monde en quasi tête-à-tête avec Myron Ebell lorsque celui-ci était le responsable de l’Environmental Protection Agency américaine. C’est à Pierre que s’adressaient en premier lieu la plupart des climato-réalistes du monde avec lesquels nous collaborions. Il était notre ambassadeur à l’étranger.

« Grognard du CO2 » comme il s’était désigné lui-même sur France Inter, il ne manquait jamais un bon mot que lui inspirait sa culture classique autant que son âme d’enfant. « T’es un vrai gamin », le tançait-on souvent, pour de faux bien sûr, lors de nos réunions. « C’est vrai ! », répondait-il faussement contrit mais heureux du compliment.

Brutalement frappé par la maladie il y a un an, il a fait notre admiration par sa force intérieure. Faisant comme si de rien n’était, ignorant la fatigue, il semblait se désintéresser de son état, ayant décidé que rien ne l’empêcherait de continuer à vivre et d’œuvrer avec nous. Lui qui aimait tant le souffle de l’épopée napoléonienne, nul doute qu’il aurait su nous dire le nom de la bataille racontant le mieux sa lutte des derniers mois. La garde meurt mais ne se rend pas.