Ségolène Royal sait mieux que les spécialistes

Notre bien-aimée ministre de l’Environnement, qui confond le gaz carbonique avec l’oxyde de carbone, qui pense que c’est une chance pour la sonde Rosetta que de pouvoir travailler loin du réchauffement climatique, et qui croit sauver la planète en interdisant le Nutella, sait visiblement mieux que les experts comment gérer la question des inondations. Ainsi, si les Normands ont eu droit à une inutile « alerte rouge » ce week-end, c’est grâce aux bons soins de notre précautionneuse ministre, et contre l’avis de spécialistes, comme le révèle un enregistrement révélé par Météo Express.

Lire la suite

Publicités

Météo France, souvenir du 26 février 2009

Aujourd’hui, j’envoie mon dossier à la CADA, la Commission d’Accès aux Documents Administratif, pour contraindre Météo France à me divulguer ses données et sa méthodologie pour l’établissement de son indice annuel de température en France métropolitaine (voir ici pour un rappel des faits). Je le fais en m’en remettant aux mânes de l’Avis 20090604 de la CADA rendu le 26 février 2009, qui montre que Météo France a déjà eu l’occasion de prendre une petite fessée par ladite commission. Lire la suite

Le retour de 0,07

JamesBondSkyfall

Les lecteurs se souviennent que pour vérifier ma reconstitution de l’indice de température de Météo France, j’avais eu l’idée de calculer la somme de ces indices sur la période 1981-2010 1971-2000 pour voir si celle-ci n’était pas trop loin de 0°C. J’avais trouvé 0,07°C et proposé une explication en termes d’arrondis. Puisque le fichier du Ministère de l’écologie déniché par Araucan donne lui aussi des anomalies (et non des températures absolues, comme le fait l’IPSL), il est tentant de sommer là aussi les anomalies sur la période 1971-2000 1961-1990 (‘faut suivre !) pour voir si ça fait bien 0°C.

Lire la suite

Que les vraies températures lèvent le doigt !

Après l’IPSL, voici qu’un autre site laisse en accès libre depuis des mois des données de températures estampillées Météo France (données que Météo France m’a refusées) : celui du Ministère de l’écologie, comme l’a repéré Araucan (bravo à lui). Au vu des divergences entre les données de MF que j’ai reconstituées à partir du graphique de son Bilan climatique 2011 et celles du fichier de l’IPSL (y compris pour les années les plus récentes), il était clair qu’une petite vérification s’imposait sur ce nouveau fichier. Et là encore, il y a des surprises… Lire la suite