Ségolène Royal sait mieux que les spécialistes

Notre bien-aimée ministre de l’Environnement, qui confond le gaz carbonique avec l’oxyde de carbone, qui pense que c’est une chance pour la sonde Rosetta que de pouvoir travailler loin du réchauffement climatique, et qui croit sauver la planète en interdisant le Nutella, sait visiblement mieux que les experts comment gérer la question des inondations. Ainsi, si les Normands ont eu droit à une inutile « alerte rouge » ce week-end, c’est grâce aux bons soins de notre précautionneuse ministre, et contre l’avis de spécialistes, comme le révèle un enregistrement révélé par Météo Express.

Lire la suite

Météo France, souvenir du 26 février 2009

Aujourd’hui, j’envoie mon dossier à la CADA, la Commission d’Accès aux Documents Administratif, pour contraindre Météo France à me divulguer ses données et sa méthodologie pour l’établissement de son indice annuel de température en France métropolitaine (voir ici pour un rappel des faits). Je le fais en m’en remettant aux mânes de l’Avis 20090604 de la CADA rendu le 26 février 2009, qui montre que Météo France a déjà eu l’occasion de prendre une petite fessée par ladite commission. Lire la suite

Le retour de 0,07

JamesBondSkyfall

Les lecteurs se souviennent que pour vérifier ma reconstitution de l’indice de température de Météo France, j’avais eu l’idée de calculer la somme de ces indices sur la période 1981-2010 1971-2000 pour voir si celle-ci n’était pas trop loin de 0°C. J’avais trouvé 0,07°C et proposé une explication en termes d’arrondis. Puisque le fichier du Ministère de l’écologie déniché par Araucan donne lui aussi des anomalies (et non des températures absolues, comme le fait l’IPSL), il est tentant de sommer là aussi les anomalies sur la période 1971-2000 1961-1990 (‘faut suivre !) pour voir si ça fait bien 0°C.

Lire la suite

Que les vraies températures lèvent le doigt !

Après l’IPSL, voici qu’un autre site laisse en accès libre depuis des mois des données de températures estampillées Météo France (données que Météo France m’a refusées) : celui du Ministère de l’écologie, comme l’a repéré Araucan (bravo à lui). Au vu des divergences entre les données de MF que j’ai reconstituées à partir du graphique de son Bilan climatique 2011 et celles du fichier de l’IPSL (y compris pour les années les plus récentes), il était clair qu’une petite vérification s’imposait sur ce nouveau fichier. Et là encore, il y a des surprises… Lire la suite

Petit exercice de voyance mathématique

Dans ma boule de cristal je vois… je vois… le fichier top secret des températures utilisé par Météo France pour constituer le diagramme de son Bilan climatique 2011… Je n’ai pas le temps de noter, je suis trop concentré sur la boule pour retenir les chiffres qui dansent devant mes yeux… Là ! Une formule ! Je n’en vois qu’une partie, c’est… c’est… C’est la façon dont la moyenne annuelle est calculée ! Argh… ma tête me fais mal, la vision ne va pas durer… allez, encore un effort… oui, je vois… je vois… je vois un arrondi au centième près par défaut. La vision se brouille : c’est fini. Épuisé par l’effort, je m’effondre devant ma boule de cristal. Lire la suite

2009, 2010 et 2011

Dans mon article de samedi, j’ai traité des différences entre les anomalies de température déduites du diagramme de Météo France et celles du fichier donné sur le site de l’IPSL (ce dernier se référant explicitement à Météo France). Je m’étais arrêté en 2008 parce que, selon Météo France, avant cette date il y a « cohérence » entre les deux sources. Une divergence dans au moins 25% des données étant, à ce qu’il faut croire, considérée comme acceptable selon les standards de Météo France, on pouvait s’attendre à des surprises pour les années plus récentes (même si ces dernières sont peu nombreuses, le fichier de l’IPSL s’arrêtant en 2011). Lire la suite

Météo France – IPSL : le jeu des 28 erreurs

L’une des séries de données que j’ai réclamées à Météo France est celle des anomalies annuelles de température en France, qui correspondent à ce graphique.

TemperaturesFrance

Lorsque j’ai découvert, et donc signalé à Météo France, que ces données qu’elle me refusait étaient en réalité en accès libre sur le site de l’IPSL, il m’a été répondu notamment ceci : Lire la suite