Renouvelables : le déclin des investissements

par Rémy Prud’homme.

Michael Bloomberg est un milliardaire américain (pas un petit : l’une des vingt plus grosses fortunes mondiales), membre du parti démocrate, ancien maire de New York. C’est naturellement un farouche défenseur de l’environnement, ce qui lui a valu d’être nommé par le Secrétaire Général des Nations-Unies « envoyé spécial pour l’action climatique ». On ne peut pas le soupçonner de minorer le développement des énergies propres. Le rapport[1]que publie l’entreprise qu’il dirige (en fait une filiale consacrée aux énergies nouvelles) montre que les investissements dans « l’énergie propre », définie comme l’éolien et le photovoltaïque, ont diminué dans la plupart des pays du globe au cours des années 2010. Le point haut a été atteint en 2011. Depuis cette date, les investissements stagnent ou diminuent, à des taux divers selon les pays et les années. Lire la suite

Publicités

La conférence de Porto

Après l’ovation adressée à Fernanda Ribeiro, la doyenne de faculté à l’université de Porto qui a permis la tenue de la conférence, les exposés se sont densément succédés pendant deux jours. Ils ont été l’occasion de faire un point bienvenu sur l’état de la science du point de vue climato-réaliste. Lire la suite

Climat et faim dans le monde

Un rapport de la FAO permet au journal Le Monde de titrer aujourd’hui en une de son édition papier : « Le choc climatique aggrave la faim dans le monde« . Il s’agit d’un pur exercice de propagande, bien aidé il est vrai par le rapport de la FAO lui-même dont le parti-pris alarmiste n’a rien à envier à un résumé pour décideurs du GIEC.

Que voulez-vous : pour vendre du papier, pour faire parler de soi, il faut dire que tout va mal. Si en plus on peut faire porter le chapeau au climat, alors il serait bête de se priver. Le Journalderéférence n’étant pas réputé pour son esprit critique aiguisé sur les questions environnementales, on pouvait compter sur lui pour nous parler de ce rapport, dont l’alarmisme croustillant est certes plus vendeur que l’élection de Richard Ferrand à la présidence de l’Assemblée nationale. Lire la suite

Porto : honneur à Fernanda Ribeiro

Avant de faire un compte-rendu (si mon emploi du temps le permet…) de la conférence de Porto sur le climat qui s’est déroulée en fin de semaine dernière sous l’égide de l’Independant Committee on Geoethics, il me semble important d’avoir quelques mots pour l’un de ces soldats de la liberté intellectuelle qui, parfois, permettent de ne pas désespérer.

Lire la suite

Le million-et-unième « appel »

Normalement, je devrais être en train d’écrire quelque chose sur la première journée de la conférence organisée à l’université de Porto par l’Independent Committee on Geoethics. Et puis je suis tombé sur un nouvel appel incontournable, cette fois publié par Libération. Les climato-réalistes n’étant pas encore « maîtres des horloges » (©Emmanuel Macron), il me semble hélas plus urgent de réagir à cette nouvelle bêtise alarmiste que de faire un compte-rendu de ce qui s’est passé à Porto aujourd’hui. Lire la suite

Le millionième « appel »

On reproche parfois aux plus riches de « n’en avoir jamais assez ». Que dire alors de certaines stars du showbiz, qui semblent n’avoir jamais assez de projecteurs pour les éclairer ? Il faut dire que, COP24 oblige, la saison des prières à Gaïa est ouverte. Comme il se doit, le Journalderéférence s’est donc chargé de relayer la première salve d’invocations, à savoir l’indispensable et novateur « appel de 200 personnalités pour sauver la planète« . La grande majorité desdites personnalités fait partie du monde du spectacle. Lire la suite

Tous nudgés

par Michel Quatrevalet.

Le billet de Rémy Prud’homme sur les accidents de la route, avec son panneau de limitation de vitesse en premier plan, n’est pas sans relation avec l’émergence du nudging. Ce concept ne vous est peut être pas familier, mais il monte en puissance, c’est devenu la boîte à outils de tout décideur qui se respecte. Et ceci, à mon grand étonnement, voire à ma stupeur, sans trop susciter les débats éthiques qu’on en attendrait. Le monde des affaires, de la politique, du militantisme, tous voient bien ce qu’on peut en tirer, en fermant les yeux sur son coté obscur. Le sujet est d’ailleurs maintenant nobélisé, en la personne de Richard Thaler, l’économiste qui l’a théorisé. Lire la suite