#OnEstPret : les bases anti-démocratiques

par Cédric Moro.

Que penseriez-vous d’un mouvement citoyen qui chercherait à faire « basculer le système » en leur faveur, non pas avec 50 % des Français, même pas avec 20% d’entre nous mais avec seulement 3,5% de nos concitoyens. Vous vous diriez que l’intérêt général de la population ne peut pas être respecté car 3,5% des citoyens non élus ne peuvent décider pour 96,5% de la population, qu’on n’est plus au Moyen-Âge, que le peuple français a fait une révolution contre son asservissement par une minorité non élue. Lire la suite

Publicités

Les dystopies climatiques de la défense nationale

Par Cédric Moro

En se basant sur les modèles climatiques et certaines études des rapports du GIEC, le ministère des armées françaises envisage un futur climatique des plus sombres pour notre planète : réchauffement climatique pouvant aller jusqu’à 6°C, amplifications des « phénomènes climatiques extrêmes », famines mondiales, guerres liées aux ressources et exodes de centaines de millions de réfugiés climatiques.

Non, il ne s’agit pas d’un énième ouvrage d’idéologie collapsologiste plus ou moins dérivé du rapport Meadows des années 70, mais bien des horizons stratégiques pour 2030 de nos armées, élaborés par les prospectivistes du Ministère de la défense en 2011/2012, dans le cadre du plan prospectif 2030 (PP30), que nous allons analyser ici.

Lire la suite

Le catastrophisme climatique des années 60 à 80 à l’épreuve des faits

Par Cédric Moro

Les discours alarmistes sur le climat ne datent pas d’hier. Grâce à la numérisation des archives audio-visuelles et à leur mise en ligne sur internet, il est possible aujourd’hui de démentir les prévisions climato-catastrophistes assénées de manière très officielle dans la deuxième moitié du siècle dernier. Beaucoup des déformations de nos discours sur la réalité tendent à puiser leurs racines dans nos représentations mentales du monde. Nous verrons donc que ces représentations alarmistes naissent dans un contexte idéologique nouveau : mutation de l’eugénisme, collapsologisme et décroissance. Lire la suite

Pas de priorité climatique selon les leaders mondiaux

Par Cédric Moro

Alors que nos médias anxiogènes répercutent une fois de plus les conclusions alarmistes du dernier rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat, une nouvelle étude démontre que l’action climatique n’est absolument pas une priorité de développement pour les responsables locaux de tous les continents, confrontés à d’autres enjeux, bien plus réels et tangibles. Lire la suite

1 an après, l’ouragan Irma perd son seul record notable

A en lire la presse au passage de l’ouragan Irma il y a un an, nous étions en train d’assister au passage d’un monstre climatologique hors norme, « le plus important cyclone de l’histoire climatologique » (Europe 1), « Le plus puissant jamais mesuré dans l’Atlantique » (Le Monde).

Si nous avions pris soin de montrer qu’il n’en n’était rien et que cet ouragan de catégorie 5 ne sortait pas de la norme attendue, aussi bien à l’analyse de paramètres météorologiques usuels comme ceux de la pression et des vents qu’à celle de ses paramètres secondaires, il pouvait tout de même lui être attribué un record notable dans l’Atlantique Nord : celui des plus forts vents soutenus sur la durée. Celui-ci vient de tomber, suite à une mise à jour et une correction du National hurricane center (NHC) de Miami.

Des vents nettement moins forts et soutenus qu’initialement estimés

Il y a un an, les décodeurs du Monde montraient, dans une infographie simplissime, qu’Irma avait battu tous les records de vents soutenus dans la durée dans l’Atlantique et au-delà, au niveau mondial.

0fdca01_13614-1kqkx3x.ivjtbg9zfr

Or, le NHC, dans une indifférence médiatique générale, a publié au 30 juin dernier son dernier rapport sur l’ouragan Irma où l’on peut y voir que les plus forts vents soutenus ne sont plus de 295 km/h mais de 285 km/h (155Kt) et non plus sur une durée de 33 h mais de moins de 24h !

Vents soutenus d'Irma

Dans l’Atlantique Nord, l’ouragan Allen (1980) égale Irma en durée des plus forts vents soutenus >=155Kt (285km/h) avec néanmoins un pic de vents soutenus pour Allen à 165Kt (305 km/h), ce qui classe ce dernier comme l’ouragan le plus venteux de l’Atlantique Nord, aussi bien en durées cumulées à cette vitesse de vents qu’en valeur absolue de vents soutenus.

Enfin notons qu’avec des vents maximaux soutenus passant de 295 km/h à 285 km/h, Irma n’entre plus sur le podium des ouragans les plus venteux de l’Atlantique Nord.

ouragans-vents-AN

A l’avenir, récentrons le débat sur notre préparation aux catastrophes naturelles

Annoncé comme l’ouragan de tous les records dans le bassin Atlantique, l’ouragan Irma, malgré ses vents exceptionnellement forts, fut au final un ouragan majeur sans record notable à cette échelle. On ne peut pas dire qu’une grande majorité de la presse ait visé juste en qualifiant Irma de tous les superlatifs de puissance. De là à dire que si cette presse était capable de se tromper sur un phénomène météorologique aussi bien appréhendé que celui des cyclones, elle pourrait également manquer de discernement sur le sujet du climat, il n’y a qu’un pas ; pas qu’ici j’assume de franchir.

Car sur le fond, tous ces débats autour du CO2 qui généreraient des monstres météorologiques supposés inédits masquent en réalité les vrais débats politiques sur notre préparation face à des catastrophes naturelles depuis longtemps connues et ces débats, en ce triste anniversaire d’Irma, nous les devons avant tout aux sinistrés du nord des petites Antilles et plus largement à tous non concitoyens exposés à ces risques de catastrophes naturelles.

Dans des pays réellement libres et éclairés par la science et la technique, il en va de l’honneur et de l’utilité de la presse, au service des citoyens et de la démocratie, de se pencher sérieusement et sans chasse aux sorcières sur les responsabilités politiques qui ont été à la base de nos déficiences en matière de préparation et de résilience et non d’alimenter continuellement la propagande et l’obscurantisme autour des théories carbocentristes ; néo-fatalisme fort pratique pour évacuer toute responsabilité politique et administrative, qu’elle soit locale ou nationale, face à un cyclone de catégorie 5, attendu dans cette région et pour lequel nous aurions pu être mieux préparés.


Au-delà de cette question d’utilité publique, je vous invite à me communiquer tous travaux de chercheurs dans les domaines des sciences politiques, sociales et anthropologiques sur les logiques plus ou moins conscientes de nos sociétés qui les poussent à opter pour une forme d’obscurantisme après de grandes catastrophes naturelles.

Samedi à Bondy

Un peu loin de MM&M ces temps-ci, j’allais oublier d’annoncer la conférence-débat auquel je participe demain :

Samedi 2 juin de 10h30 à 13h, conférence-débat

« Réchauffement climatique : fausse alerte ou vrai problème ? »

Hôtel de Ville de Bondy (esplanade Claude Fuzier), espace Marcel Chauzy.

Une conférence-débat organisée dans le cadre des Université populaires Averroès de Bondy et à l’occasion de la semaine du dév’dur’. Je débattrai avec Aurélien Vernet, spécialiste du droit de l’environnement.

Le « gare aux migrants climatiques ! » de la Banque Mondiale

par Rémy Prud’homme[1]

     La Banque Mondiale vient de publier une étude de 220 pages intitulée : La Lame de fond – Se préparer à la migration climatique. Elle a été accueillie par un grand concert de lamentations dans la presse française : « cri d’alarme », « sonnette d’alarme », « grand dérangement climatique », « crise migratoire sans précédent », « chute vertigineuse de la production agricole », etc. L’examen du rapport suggère pourtant une lecture moins alarmiste.

Lire la suite