Transition énergétique : risques majeurs !

par François Gauchenot, fondateur du Saint George Institute.

Le programme de fiscalité et d’investissements annoncé par le Président de la République Française pour « faire face au dérèglement climatique » doit être remis en cause d’urgence. Ce programme est présenté comme une nécessité impérieuse face à un risque de cataclysme planétaire, alors que la réalité des faits mesurés et les analyses d’un nombre de plus en plus grand de géologues, chimistes et physiciens au plus haut niveau mondial démentent le bien fondé de l’alarmisme qui est entretenu par l’ONU, par la plupart des hommes politiques en place et par les media subventionnés.

Lire la suite
Publicités

Débat sur France 3 Corse

Avec tout ça, notamment la Contre-COP24 (voir ici pour un petit compte-rendu), j’ai oublié de signaler la diffusion samedi dernier d’un débat télévisé sur le climat auquel j’ai participé, celui-là même qui m’a conduit à forces péchés carboniques évoqués ici.

Lire la suite

Ce que la liste des participants à la COP24 dit sur la science climatique

par Rémy Prud’homme.

(Retrouvez aussi cet article sur le site des climato-réalistes.)

La COP est une conférence internationale qui depuis 24 ans tient chaque année la réunion de la dernière chance pour sauver la planète. Vous croyez peut-être que la planète avait été sauvée lors de la COP21 à Paris. Erreur. Tout reste à faire. C’est ce qui justifie la COP24, qui se tient cette année en Pologne. Le secrétariat de la COP24 publie en ligne la liste de ses participants, sur près de 1100 pages.

Lire la suite

Comment perdre ses illusions

L’ami Geoff a attiré mon attention sur un article de Médiapart paru hier sur nous autres négationnistes du climat. On connaît tous le côté trash, limite tabloïd, de Médiapart, l’énervement qu’allait provoquer la lecture de cet article était donc prévisible rien qu’à son titre : « La menace climatosceptique pèse aussi sur l’Europe« . (L’article n’est accessible qu’aux abonnés, pour avoir pu le lire je peux vous dire que ce n’est pas demain que je prendrai un abonnement.)  Après avoir écrit tout à l’heure à Médiapart pour leur demander de corriger une erreur factuelle me concernant (il est écrit que « [Benoît Rittaud] ne souhaite pas faire de commentaires, en revanche, à propos de son sponsor, le Comité indépendant de géo-éthique » : ledit Comité n’est nullement « mon » sponsor, ni d’ailleurs celui de l’association des climato-réalistes), je me suis dit que j’allais écrire une réponse circonstanciée. Il y avait de quoi faire… et puis je me suis rappelé que s’il fallait répliquer à chaque vomissure médiatique on n’en sortirait plus. Plusieurs années de ce régime m’ont épaissi le cuir, au point que j’ai forgé pour moi-même et pour certains de mes amis moins résistants la devise suivante : leurs crachats sont nos médailles. (Si quelqu’un peut me la mettre en latin, elle aurait de la gueule.)

Je m’apprétais donc à en rester là, et c’est alors que je suis tombé sur ce qui était hélas révélateur dans cet article.

Pas son contenu. Pas ses erreurs. Pas ses insinuations. Pas son vocabulaire.

Son auteur.

Lire la suite

Les mesures du discours du 11 décembre

par Rémy Prud’homme.

Le discours que le Président de la République a lu pour « résoudre la crise économique et sociale » ne s’adressait pas aux gilets jaunes. Le président a soigneusement évité de prononcer l’expression « gilets jaunes », comme s’il voulait symboliquement les nier, les éliminer, les effacer. Cela lui permettait aussi de les mettre dans le même sac que les casseurs-pilleurs qui ont depuis vingt ans l’habitude de brûler tranquillement un millier de voitures à chaque Saint Sylvestre. Focalisons-nous sur les trois mesures du discours, présentées comme la réponse du pouvoir à la demande d’augmentation du niveau de vie des familles les plus pauvres. On ignorera l’appel au bon cœur des chefs d’entreprise, qui n’est évidemment pas une mesure publique. Restent : la défiscalisation des heures supplémentaires ; la CSG de certains retraités ; l’augmentation de la prime d’activité pour certains bas-salaires. Ces mesures ont trois caractéristiques.

Lire la suite