Mieux vaut en rire…

par Benoît Rittaud.

Aujourd’hui, il va falloir avoir bien du courage pour supporter l’hystérie climatique qui va déferler. Alors, rien que pour vous, voici de quoi se détendre un peu.

En 2015, j’avais publié une série d’été dans l’Opinion, intitulée Le Référendum maudit. Cette série imaginait en quinze épisodes l’organisation d’un référendum sur le climat organisé par François Hollande à la veille de la COP21 de Paris (celle-là même qui sauva la planète, comme chacun sait). L’épisode 9 se passe dans un collège qui, pendant la campagne, reçoit la visite de la ministre de l’Éducation nationale de l’époque, Najat Vallaud-Belkacem. Quand je lis Ange Ansour qui raconte aujourd’hui dans le Journalderéférence que les enseignants doivent se faire « hussards de la planète », je me dis que ma description de l’époque n’était pas si loin de la vérité.

Ci-dessous l’épisode en intégralité. J’espère qu’il distraira un peu ceux qui, comme moi, voient dans l’école autre chose qu’une chambre d’écho aux angoisses des adultes. Pour ma part, j’aurai au moins la chance d’être toute la journée… dans un lycée, pour y faire des ateliers et des exposés aux élèves à l’occasion de la semaine des mathématiques. Comme quoi il y a encore des enseignants qui s’intéressent à transmettre des connaissances plutôt qu’à endoctriner par la peur.

Lire la suite
Publicités

ALERTE : la Fédération nationale de la libre pensée dénonce la « grève scolaire du climat »

par Benoît Rittaud.

J’ai eu de temps en temps l’occasion d’écrire ici que l’écologisme contemporain, qui se présente comme progressiste (« de gauche », quoi), est en réalité profondément réactionnaire, au point que le positionnement politique des uns et des autres sur la question climatique se fait à fronts renversés. Seuls les hasards de l’Histoire et des considérations tactiques opportunistes font que, en général, c’est à gauche que se trouvent les carbocentristes les plus décidés et à droite que l’on trouve les climato-réalistes. (Cette généralité comporte bien sûr de nombreuses exceptions.)

Cette situation pose parfois un problème aux climato-réalistes, qui ne sont que trop facilement rejetés dans les bras de l’extrême-droite (par Médiapart, par exemple). « Trouvez-vous quelqu’un de gauche ! » m’a même récemment conseillé une amie pour que les climato-réalistes se démarquent mieux du cliché qui les présente comme d’ignobles négationnistes fascistoïdo-trumpistes à la solde des lobbys turbolibéraux de la finance pétrolière néomondialisée pro-Bolsonaro.

C’est désormais chose faite : la Fédération nationale de la libre pensée, très marquée à gauche, publie ce matin un communiqué contre la « grève scolaire climatique ». On en lira ci-dessous une reproduction intégrale.

Lire la suite

La contribution de la taxe carbone au climat : dérisoire

par Rémy Prud’homme.

Macron n’y est pour rien. C’est sous la présidence précédente qu’a été décidée une taxe carbone, qui, de 30 euros (par tonne de CO2) en 2017, devait passer à 86 euros en 2022. L’augmentation prévue pour 2019 a mis les Gilets Jaunes dans la rue. Elle a été suspendue. Mais nombreux sont ceux dans les rangs macroniens qui veulent la réinstaurer. Un débat s’engage – entre le camp du bien, qui veut sauver la planète, et celui du mal qui veut la conduire à sa perte. Mais ce débat reste purement idéologique, politique, théorique, philosophique, manichéen. Personne ne cherche à savoir combien de tonnes de CO2 ce triplement de la taxe carbone va économiser, et quel sera son impact sur le réchauffement. Il n’est pourtant pas bien difficile de donner des ordres de grandeur.

Lire la suite

L’odieuse et illégale « grève scolaire mondiale pour le climat »

par Benoît Rittaud.

Vous n’en avez peut-être pas encore beaucoup entendu parler mais ça ne va plus tarder : le 15 mars sera le jour d’une « grève scolaire mondiale pour le climat ». Attendez-vous donc à une prochaine avalanche d’éléments de langage vous expliquant une énième fois que, par votre faute, nous sommes au bord du gouffre : la planète va très bientôt se réchauffer d’une dizaine de degrés, la mer va monter de plusieurs mètres d’ici l’année prochaine, et la « très sérieuse revue Nature » publie justement un nouvel article bourré de chiffres et de courbes plus sérieuses les unes que les autres montrant une « accélération encore pire que prévu » des catastrophes à redouter pour demain matin. Vous vous sentirez coupables, j’espère.

lire la suite

Le magazine « Causeur » rompt le consensus médiatique sur le climat

par Benoît Rittaud.

Jusque là, dans le paysage médiatique français, aucun média d’importance ne soutenait une position critique sur l’alarmisme climatique. Les choses viennent de changer avec le nouveau numéro du mensuel Causeur (n°66, mars 2019), qui affiche la couleur.

Un premier domino avant d’autres retournements ?

Lire la suite