Les profs de maths, ces nouveaux suppôts du suprémacisme blanc

Les tables de multiplication se fichant du « mariage pour tous » et le carré de l’hypoténuse n’ayant pas d’avis sur les mérites comparés des différentes religions, les enseignants de mathématiques pouvaient jusque-là s’estimer à l’abri des questions décoloniales, des problématiques de genre et autres luttes intersectionnelles qui envahissent parfois les salles de cours. Las ! Ce temps des mathématiques comme havre de paix, où l’inclusion se rattachait à la théorie des ensembles plutôt qu’au racisme systémique, touche à sa fin.

Lire la suite

Le succès des politiques de lutte contre le réchauffement

par Rémy Prud’homme.

L’évolution du climat s’apprécie sur des années ou des décennies, pas sur des jours ou des semaines. Mais les Verts ont fait un usage si fréquent des canicules qu’ils ne nous en voudront pas de suivre leur exemple. On peut donc dire que les écologistes sont en passe de gagner la guerre qu’ils mènent avec vigueur et constance contre le réchauffement de la planète. Les COP, les interdictions, les taxes sur les produits carbonés, les subventions massives aux renouvelables intermittents, etc. ont enfin porté leurs fruits : il n’a jamais fait aussi froid. Les pays chauds ne sont pas épargnés. Il a neigé au Sahara. Athènes est couvert de neige ; l’ambassadeur de Norvège en Grèce, qui avait heureusement emporté une paire de skis dans ses bagages, les a chaussés pour accéder au Parthénon. Le Texas, l’Etat le plus tropical des Etats-Unis, a été paralysé par des températures glaciales (-17 °C à Dallas); ne parlons pas du Wisconsin, où le nouveau président des Etats-Unis, qui s’était imprudemment rendu pour vendre sa politique climatique, a échappé de peu à une pneumonie. 

Lire la suite

Urgence climatique : de Georges Orwell à Aldous Huxley

Par Igor Bokanovski (nom d'emprunt d'un journaliste et essayiste, préférant garder l'anonymat ; nom pris en référence au "Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley). 
Dans son dernier livre « Internet : une plongée dans le Web de l’influence », il s'empare notamment de la problématique des sciences du climat au regard de la propagande et de la polarisation des opinions. 

Suite de l’article précédent.

Depuis 2007, la science du climat serait donc « établie » et ce, de façon définitive, selon Al Gore, co-lauréat du prix Nobel de la paix avec le GIEC cette année là . Le principe du réchauffement climatique anthropique (RCA) — bien que largement propagé par l’ONU dans ses différents sommets depuis Rio en 1992 et Kyoto en 1997 — devient mondialement connu et commence à véritablement gagner la faveur des opinions publiques à partir de cet instant, celui de la consécration par le Nobel. Mais plusieurs problèmes surviennent à cette même époque pour les défenseurs de la « thèse RCA ».

Lire la suite

Les trois visages de l’arrêt Baratin

par Rémy Prud’homme.

Le 3 février 2021, le Tribunal administratif de Paris, a rendu l’arrêt Baratin, du nom de la rapporteur de l’ « affaire du siècle », qui condamne l’Etat pour non-respect de ses obligations relatives à l’environnement. L’Etat doit verser 1 euro de dommages et intérêts à chacune des quatre ONG qui l’ont attaqué à ce sujet (Oxfam France, Greenpeace, Fondation pour la Nature et l’Homme, et Notre Affaire à Tous). Le texte de Mme Baratin est un peu long (40 pages), mais riche d’enseignements sur l’évolution de la justice, qui prend ici les visages du théâtre comique, de la politique engagée, et de la science frelatée.

Lire la suite

Démographie et mortalité d’une année pas comme les autres

Par MD.
1/ Introduction.
Les pandémies de l’année 2020 ont eu pour effet collatéral de susciter dans le public un intérêt inédit pour les questions de démographie et de mortalité. Ainsi, chacun a pu suivre au jour le jour les chiffres relatifs à la covid-19 : personnes atteintes, hospitalisations, décès, ainsi que les données de mortalité générale. L’année 2020 est terminée. Les statistiques démographiques de l’INSEE étant maintenant connues, il est possible d’en tirer quelques enseignements. Lire la suite

« Urgence climatique » : de l’influence et de la manipulation des masses

Par Igor Bokanovski (nom d'emprunt d'un journaliste et essayiste, préférant garder l'anonymat ; nom pris en référence au "Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley). 
Dans son dernier livre « Internet : une plongée dans le Web de l’influence », il s'empare notamment de la problématique des sciences du climat au regard de la propagande et de la polarisation des opinions. 

La propagande est une arme ancienne, utilisée par les pouvoirs politiques pour discipliner leurs populations au gré de leurs besoins, créer un degré d’acceptabilité sociale suffisant pour activer les changements nécessaires à la poursuite de leur intérêts. C’est ainsi que plusieurs guerres ont été menées avec l’assentiment des foules au XXème siècle, tout comme des révolutions industrielles et technologiques. Mais au XXIème siècle, la propagande n’utilise plus les mêmes méthodes : elle est avant tout un produit des neuro-sciences et s’opère massivement par le Web. Son degré d’influence sur les esprits commence à être très bien mesuré et les sciences du climat, de l’environnement, n’échappent pas à ce phénomène.

Lire la suite

Des chiffres et des lettres

par Philippe Catier.

Les débats autour du climat font toujours appel à des montagnes de chiffres, de courbes, de théories sources de querelles plus ou moins authentiques ou hypocrites souvent destinées à asseoir une influence ou un pouvoir. Il y a là un dévoiement de l’idéal scientifique que l’on perçoit bien lorsque l’on s’intéresse au climat. Le « consensus » scientifique écrase alors bon nombre d’esprits ouverts en maniant avec plus ou moins de rigueur une vérité dite intangible d’où sourd souvent l’argument d’autorité. On ne compte plus les célébrités « engagées » profitant de l’aubaine de ces certitudes pour se faire valoir. Abusés par l’imparable vérité des chiffres, ce petit monde regarde de haut ceux qui gardent modestement leur questionnement pour eux, intimidés qu’ils sont par ce monde gavé « d’évidences » répétées à loisir.

Lire la suite

Un monde sans fin

Par Philippe Catier

Nous ne sommes pas au bout de nos peines avec ce virus qui nous donne l’impression d’un monde sans fin. Bien sûr, les commentaires de bistrot – non ils sont fermés ! – vont bon train, chacun rentrant dans la catégorie des procureurs dénoncée maladroitement par notre chef de guerre qui manifestement essaye de s’en sortir tant bien que mal et sa place n’est pas enviable.

Lire la suite