Climat et terrorisme à la sauce Macron

Il y a vraiment des jours où je regrette d’avoir arrêté le Climathon. Hier au G20, l’ami Macron a inauguré à la face du monde un concept nouveau. On connaissait l’opposition entre science et pseudoscience, notre Jupiter gaulois vient d’inventer celle entre sciences politiques et pseudosciences politiques. Merci qui ? Merci le climat. 

Notre Président bien-aimé a donc déclaré ceci (le lien est là, je sais pas comment mettre la vidéo directement ici et ça m’énerve, si quelqu’un y arrive dans les commentaires bravo et merci) :

On ne peut pas prétendre lutter efficacement contre le terrorisme si on n’a pas une action résolue contre le réchauffement climatique. Ou alors il faut aller expliquer aux gens qui vivent au Tchad, au Niger et ailleurs, que le climat n’est pas un problème. Aujourd’hui, le terrorisme, les grands déséquilibres de notre monde, ce que nous sommes en train de vivre, est lié aux déséquilibres climatiques que notre mode productif international a généré. Et donc nous devons y répondre, parce que tout est lié. Et donc si on veut traiter des questions de l’Afrique, du développement, de l’industrie et du climat de manières séparées, très bien, mais je pense que ça n’a aucun sens. Comme cet agenda est lié, notre responsabilité, c’est de tenir de manière cohérente l’ensemble de ces engagements.

La pseudoscience politique se repère ici principalement par la phrase qu’on retrouve dans tous les discours trop paresseux pour construire une pensée authentique : « tout est lié« . Le pape avait fait la même chose dans son encyclique, où on retrouvait cette même antienne à toutes les sauces.

Macron a certes d’illustres prédécesseurs dans cette facilité langagière qui consiste à faire du climat l’alpha et l’omega des problèmes du temps. La victoire de Bruno Latour en semaine 48 du Climathon avait été brillamment acquise en assimilant climatosceptiques et terroristes du Bataclan quelques jours seulement après l’attentat, tandis que, dès le lendemain de ce même attentat, le multimédaillé Nicolas Hulot trouvait le moyen de tirer parti de l’événement pour faire la pub de la COP21. Déjà en semaine 17, l’alors ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius y était allé de son petit couplet sur la sécurité de l’Europe conditionnée par le climat.

Sans être dans les secrets de l’Olympe, je me demande tout de même si Macron croit vraiment ce qu’il dit, si tout son discours climatique depuis son élection est vraiment autre chose que de la mousse. (On pense notamment à son ridicule plan pour attirer en France les climatologues étrangers, qui a pas mal énervé dans le monde de la recherche et a à mon avis toutes les chances de faire un bide à terme – il n’est pas si facile d’attirer de bons chercheurs américains en France.) Je pense de plus en plus que Macron s’est choisi un cheval de bataille facile, qui lui permet à bon compte de se poser en premier opposant à Donald Trump et ainsi d’essayer d’exister sur la scène internationale en faisant du de Gaulle. Tactiquement, ça se défend. Il faut juste espérer que tout ça ne conduira pas le Gouvernement à tirer trop de balles dans le pied du pays, ce qui est hélas un peu mal engagé avec le Gosplan climat de Nicolas Hulot.

La bonne nouvelle, c’est que la déclaration macronienne a, pour une fois, suscité des réaction négatives claires de la part de plusieurs responsables de l’opposition (au moins du côté droit de l’échiquier, le côté gauche étant en état de mort clinique sur le plan de la réflexion intellectuelle sur l’environnement). Le temps où l’ex-président Hollande pouvait carrément expliquer que les tsunamis étaient causés par le réchauffement climatique sans susciter le moindre éclat de rire semble terminé. Avec un peu de chance, mais surtout une action collective résolue (pour laquelle nous avons toujours besoin de bras), les excès de communication du président contribueront peut-être à créer enfin les conditions d’une vraie discussion.

Publicités

29 réflexions au sujet de « Climat et terrorisme à la sauce Macron »

  1. Attendu qu’il semble être la justification à tous les discours et toutes les propositions les plus délirantes pour « sauver la planète », commençons par demander à « Sortir nous aussi de l’accord de Paris » pour revenir à la raison contre les croyances, les dogmes, les devins charlatans et les bonimenteurs.
    En sus : Stop aux COP

    J'aime

  2. analyse intéressant qui relativise ma dépression post électrorale.

    a noter que la pseudo science bat son plein sur d’autres sujet, vaccins, ondes, perturbateurs endocrinien, glyphosate, bio, néonicotinoides…

    quand on voit que du cheval dans des lasagne fait plus de scandale que 50 morts et milles reins à greffer, pour un simple refus de javeliser un bouillon de culture… ou que donner un paquet de farine de remplacement suffit à excuser un bad trip aux urgences pour datura-inside, on se dit que la science est morte, comme le bon sens.

    en fait un bon moyen pour tuer un sujet en France est de le faire développer par de l’argent public, et enseigner par l’éducation nationale.

    J'aime

    • La pseudo science sur les vaccins, mais elle est soutenue par les mêmes, les alarmistes du climat! Et les méthodes sont EXACTEMENT les mêmes pour imposer des vaccins et pour faire peur avec le réchauffement.

      J'aime

  3. Une autre façon de lier le climat et le terrorisme est de s’inquiéter des conséquences du discours apocalyptique des témoins de céhodeu sur notre belle jeunesse , cette matière informe et modelable à merci, mais pourvue du droit de vote. Dans nos pays abondamment et régulièrement irrigués par la doctrine carbophobe, beaucoup de jeunes voient le monde qui les entoure comme voué à une destruction proche, à un holocauste climatique. En voilà un bon terreau pour Daech et autres débilitationistes qui promettent le paradis toutes options incluses. Tentez le dialogue avec ces djeunns inquiets, et vous verrez que le discours carbocritique leur apporte de nouvelles espérances. Nous avons donc le devoir de pas laisser des égarés s’emparer de leurs états d’âme. Quant à Macron, il illustre parfaitement le phénomène toxique d’un balancier politique dont les oscillations initiées par le GIEC et les COP, ont subi une amplification majeur Trumpienne, et maintenant Macronnienne, une sorte de Jokari dont la balle serait à l’effigie de la planête. Mais l’objectif est bien désormais exclusivement politique, non plus scientifique.

    J'aime

    • le lien avec le terrorisme Daeshien/radical est plutôt comme vous le proposez, une autre forme d’apocalipticisme/dogmatisme.

      Je vois plein de soucis en commun entre le mal Occidental et le mal musulman. Il y a peut être des versions similaires dans d’autres cultures.

      Une direction est le dogmatisme, où la théorie, le livre, prime sur l’expérience. C’est grandiose pour le climat où les modèles sont des preuves, et les données ajustées, mais aussi pour la matière noire qui est un épicycle hyper ajustable pour toute les anomalies. En islam c’est le développement de l’école littérale et rétrograde qu’est le salafisme.
      L’argent aussi est un facteur clé du dogmatisme, en ce qu’il permet de réduire le risque d’échec, en interdisant la critique et le doute. Bien financé, un dogme est une bonne affaire pour ses suppôts. beaucoup de gens entrent dans les dogmes à la mode par intérêt, pour avoir un job (vue en Indonésie avec les Madrassa financées par les émirats, ou sinon dans les ONG, le commerce équitable, l’agriculture bio), pour s’enrichir, puis justifient et font l’apologie de ce dont ils bénéficient. Avec le temps ils peuvent y perdre, mais ils se sont trop engagés pour s’en sortir.

      Une autre forme à identifier est le secret des sectes.
      les sectes sont de 3 types, soit apocalyptiques, soit médicinale, soit … les deux.
      L’écologie comme nouvelle religion est les deux. Daesh n’est pas trop médicinal.
      Comme les sectes et les religions, ces deux dogmes tentent de contrôler les pratiques de la vie courante, de changer ce que l’on mange, ce que l’on achète, elle crée d’ailleurs un espace économique exclusif et pousse à un dogmatique-washing, par le business, notamment par la grande distribution (en Indonésie on peut gagner un pèlerinage dans une boite de céréale, et le Halal est un marché captif, ségrégationniste, comme le Bio).

      Les deux critiquent la modernité, la technologie, mais en exploite massivement les outils. Je conçoit que les deux sont une réaction au choc culturel, à l’insécurité culturelle, qui est aussi le terreau des extrêmes droites (plus trop fasciste mais paradoxalement para-communistes conservateurs protectionnistes comme MLP ou trump)… Le dogme est une réponse parfaite au doute et à l’ignorance.

      Seul un ignare en Islam, ou en agriculture peut défendre les dogmes respectifs. Il faut admettre qu’une partie de la jeunesse urbaine et laique, ignore la religion, et l’agriculture, et peut se faire facilement enfumer, radicaliser.

      ce qui différencie une secte d’une religion d’après certaines théorie c’est que la secte pousse au retrait de la société existante, jugée pourrie et mauvaise.
      Le quiétisme qui existe dans les deux dogmatisme n’empêche pas de propager un terrain de haine, temporairement non violent, mais qui crée une masse de candidats aux combat global contre le mal (le mot Djihad parfois utilisé est une insulte à ce terme musulman bien plus honorable).

      Les deux créent des espaces géographiques de combats où les plus combatifs peuvent aller se sacrifier (Califat, ZAD, fauchages…), mais une forme quiétiste est proposée, où les pratiquants s’enferment dans des pratiques radicales sans affronter la société autrement que par les vêtements, et la nourriture.

      A propos du quiétisme qui n’inquiète pas certains , car non violent, certains disent avec provocation « concevez vous un nazi Quiétiste » ? Car ou les dogmes traitent de monstres, que ce soit les homosexuels, les bouchers, les chimistes, les apostats, Monsanto, Israël… mais le quiétiste ne fait que les haïr, et ne pose pas (encore) de bombes. Sauf une poignée qui deviennent des combatants globaux, et une poignée suffit.

      évidemment le niveau de violence des deux déclinaison de ces dogmatismes est sans commune mesure, mais je sais qu’on nous cache très bien le niveau de violence du radicalisme vert.
      à NDDL on ne parle pas des randonneurs raquettés, a qui la police ne permet même pas de porter plainte (il y avait des articles sur NDDL par les locaux).
      le radicalisme des défenseurs des animaux est lui aussi trop bien vu, malgré les machines cassées, les bâtiments brûles, les entreprises qui abandonnent les contrats sous la pression (pareil à NDDL)… un peu comme ISIS était populaire en Arabie Saoudite, en France et en Angleterre en 2014.
      La mort du gars sur le barrage de Sivens, n’a pas été la question de se poser pourquoi des militaires avaien décidé de lancer une grenade « de désencerclement »… on a probablement la réponse à Hambourg.
      Ca doit probablement avoir une relation avec le mot « encercler », non? un terme plus militaire que pacifique.

      Mais on en n’est pas encore à ce qui se passe en Syrie avec Daesh.

      Si je met permet de comparer ce n’est donc pas dans l’amplitude, mais dans la structure.
      Un petit triangle, et un grand triangle, ce sont des triangles…
      Les dogmatisme apocalyptiques à bouc émissaires, qu’il dévastent un pays, ou juste la recherche et l’économie d’un pays, ont des structures similaires.

      Il faut surveiller.

      Il faut en tout cas réétudier l’histoire des années 20-30 pour comprendre quir quel terrain idéologique s’est bâti l’horreur, car je l’avoue je n’ai pas les même peurs que ce que l’on dit à la TV.
      Il ne faut jamais oublier que l’Horreur est populaire au début de son installation, et en général on l’oublie volontairement.

      J'aime

      • je tombe sur cette news
        https://francais.rt.com/france/40810-nous-aussi-on-va-te-vacciner-maison-castaner-taguee
        « La maison du porte-parole du gouvernement à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), a été taguée d’un slogan anti-vaccination dans la nuit du 10 au 11 juillet. D’autres inscriptions du même type ont été relevées en ville.

        «Castaner nous aussi on va te vacciner, fais attention». Ce tag de menaces comportant un message anti-vaccination a été inscrit dans la nuit du 10 au 11 juillet sur le mur d’enceinte de la maison du porte-parole du gouvernement à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence). D’après la gendarmerie interrogée par l’AFP, le message a également été inscrit sur d’autres murs de la commune.

         »

        vous voyez de ce dont je parle.

        J'aime

      • quand on cherche bien ce que je dit résonne…
        là c’est sur hambourg, un NDL anticapitaliste, mal que l’on a minimisé comme ISIS par les saoudiens.

        https://fr.express.live/2017/07/11/hambourg-g20-manifestations-anarchie/
        http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/07/11/97001-20170711FILWWW00236-reglement-de-comptes-politique-en-allemagne.php
        https://francais.rt.com/international/40865-apres-emeutes-hambourg-classe-politique
        (notez l’absence des journaux 2 poids 2 mesures)

        « L’extrémisme de gauche minimisé en Allemagne depuis des années
        De nombreuses personnalités politiques ont quant à elles regretté que la violence d’extrême gauche ait été négligée depuis trop longtemps par les autorités allemandes. Le chef du Parti libéral-démocrate allemand (FDP) Christian Lindner, a exigé que l’activité de l’ultra-gauche soit «contrôlée de beaucoup plus près» par le service allemand de sécurité intérieure, (le BfV), qui cible plus souvent les activités terroristes ou les militants d’extrême-droite. »

        à rapprocher de la tolérence envers les faucheurs volontaires, NDDL, les antiviandes, envers les fraudeurs de science
        https://townhall.com/columnists/pauldriessen/2017/07/08/the-crisis-of-integritydeficient-science-n2352114
        http://www.h2mw.eu/redactionmedicale/2017/02/au-secours-wakefield-revient-.html

        nous tolérons aujou’d’hui l’intolérable, au point d’en faire une norme sociale qu’il devient impossible de critiquer sans se faire agonir.

        J'aime

      • Est-ce que Wakefield a eu la possibilité de se défendre de façon équitable, déjà? Pourquoi accorder une confiance quelconque à ceux qui ont commencé par condamner des collègues de Wakefield pour ensuite revenir sur ce verdict?

        Pourquoi l’idée qu’un vaccin cause l’autisme serait étrange?

        Pourquoi personne ne parle de l’étude que Forbes avait mise en avant, qui trouvait un lien statistiquement significatif entre un vaccin et l’autisme? (Je ne retrouve plus la réf.)

        En règle générale, pourquoi les dangers multiple des vaccins sont une « no go zone » (comme dit Tucker Carlson) pour les « scientifiques », les « sceptiques », et les sites de propagande climatique alarmiste? De quoi ont peur les vaccinalistes?

        Pourquoi les maladies infantiles banales sont devenues terrifiantes? Pourquoi l’alarmisme médical et la dictature de Big Medicine (et la pseudo science biologique/médicale faite par des bouffons incultes, ignares et cuistres) est promue par ceux qui combattent l’alarmisme climatique et la dictature climatique de Big Climate et de Big Oil (et la pseudo science météo/climatique faite par des bouffons incultes, ignares et cuistres)? Pourquoi des prix Nobel défendent des raisonnements qu’un gamin de 12 ans très moyennement intelligent démolirait en 30 s?

        De toute façon, cette tentative d’imposer des vaccins obligatoires est très grossière et ne passera probablement pas : on dit que le gouvernement fait déjà marche arrière, ça ressemble à une capitulation en rase campagne.

        SVP, simple-touriste (et les autres) : merci de ne pas poursuivre ce hors-sujet sur les vaccins. B.R.

        J'aime

      • Les vaccins ne me semblent pas plus HS que n’importe quel sujet qui n’est pas strictement la physique de l’atmosphère. En fait je ne dois pas comprendre quel est le sujet de ce blog.

        S’il s’agit d’une exclusion axiomatique des vaccins ou de la médecine en général, je pourrais comprendre, à la rigueur…

        J'aime

      • Le sujet de l’article est « tout est tout, pour certains politiciens »; donc on pourrait arguer que les virus pourraient provoquer le terrorisme et donc il faut vacciner, ou alors que le climat provoque des migrations et il faut vacciner, peut être un jour qu’on racontera que les vaccins provoquent le terrorisme (vaccins => baisse de la mortalité en Afrique => surpopulation => famine => émeutes => crise politique => repression => insurrection => terrorisme); ce n’est pas comme si il fallait apporter le moindre début de preuve à ce qu’on raconte. Une narration plausible suffit.

        Voilà, le sujet est illimité, il suffit d’une dose de mauvaise foi. La rhétorique, c’est magique.

        J'aime

    • « Mais l’objectif est bien désormais exclusivement politique, non plus scientifique. »
      C’est bien ça. Il suffit de voir l’agenda de la COP22 de Marrakech, le climat n’y est plus qu’un prétexte. La réunion de Paris prévue par E. Macro le 12 décembre sera du même acabit.

      J'aime

  4. tout cela est bel et bon, mais je me permets d’insister sur les soulagements psychologiques que nous (climatocritiques) pouvons apporter pratiquement et concrètement aux jeunes inquiets dont certains, pourraient verser dans le nimporte nawak…Je suggère que nous avons là un trésor d’action et de efficacité, car positiviste.

    J'aime

  5. Cet amalgame stupide entre terrorisme et réchauffement climatique initié par Macron fait de Nicolas Hulot et consort un responsable potentiel du terrorisme.
    Si vraiment Hulot veut adhérer, lui aussi, à cet théorie, il faudra qu’il assume la responsabilité indirecte d’un autre attentat, si il a lieu.
    Heureusement pour lui, le citoyen se rend compte de l’absurdité de la déclaration de Macron, et ne le rendra pas responsable !
    Mais pour autant, il serait temps de revenir à la raison. Et pourquoi pas, revenir à un dialogue serein entre climatologues pro-réchauffistes et sceptiques.
    Mais là, je rêve sans doute !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

    • Ce n’est pas si stupide mais c’est basé sur un paradigme très actuel.
      tout d’abord c’est basé sur des papiers publiés, et bien médiatisés que j’ai vu passer en rigolant, car au même moment je suivait les débats et propagandes diverses autour de la Syrie.

      le paradigme qui sous tend ces papiers n’a pas de rapport avec le RCA, mais avec un vieux paradigme occidental, marxiste en partie, et pas complètement stupide. Dans ce paradigme les guerres, les violences, ont une origine économique, un conflit de resources, et les idéologies, les religions, les nationalismes, ne font que justifier un désir de s’accaparer ou défendre des resources.

      c’est un peu le paradigme du ‘conflit d’intérêt’, ou quand les climato sceptique disent que les scientifiques croient au RCA parce qu’ils sont payés pour, ou que les climatoprthodoxe accusent els sceptiques d’être payés par le pétrole… (comme ceux qui défended les OGM ou les vaccins le sont par diverses industries).

      la théorie ici c’est que l’explosion de haine en Syrie serait causée par la famine climatique, comme l’a été la révolution francaise par le petit age glaciaire.

      Or quand on creuse la tragédie Syrienne, Lybienne, la tragédie Musulmane , on tombe sur une idéologie : le Wahabisme, poussé par des pétrodollars (comme quoi l’argent n’est pas stupide comme argument), qui servent a financer un désir de contrôler le monde musulman planétaire (qui est très asiatique, ce qui les énerve). Le Salafisme a servi de véhicule à ce désir de contrôles des émirs sur les Croyants (contre l’Iran Shiite, et la tolérance Sunnite traditionnelle ), créant un terrain de racismes, homophobie, misogynie, qui est resté « quiétiste », pour le grand bonheurs des politiciens locaux qui ont tenté de l’exploiter (J’ai écouter une nana de la Brigade des Mères, dénoncer ces politiciens de gauche qui ont tenté de recruter des gamins de banlieus pour les victimiser et tenter de les recruter, en vain car c’est l’islamiste qui a répondu comme le FN pour d’autres, à leurs besoins).
      Et puis sur ce marigot de haine, des bulles de violence ont éclaté, et des pyromanes plein de haine et d’ambition, chauffé au rouge par les guerres et tortures américaines, ont créé un incendie et attirté tout les feux fôlets des marigots occidentaux pour créer un grand incendie de haine.

      S’il y a une cause économique, en Syries, en Tunisie, en Lybie, en Egypte, ce n’est pas le climat…
      Il y a une goutte de trop avec les bio carburants, mais surtout dans ce contexte, une effroyable corruption, un anticapitalisme de corruption, un communisme de copinage, un espoir bouché, qui a déclenche une révolte libérale comme en 1789, que les islamistes ont maté en manipulant les masses rurales soumises aux religieux (comme à Alep).

      De Soto attaque la cause réelle, économique de ces révolution Arabes, la tragédie des petits entrepreneurs dans un système corrompu jusqu’à l’os
      http://toutsurlachine.blogspot.fr/2015/04/les-pauvres-contre-piketty-hernando-de.html
      http://www.wsj.com/articles/the-capitalist-cure-for-terrorism-1412973796

      oui, l’économie compte, mais pas que.
      l’idéologie dans ce cas, quand elle est bien financée par le pétrole, a une force propre, qui interagie avec l’économie…

      le climat ici, n’a pas eu d’impact, sauf de façon mineure
      – par les bio carburant
      – par le mépris profond occidental envers les vrais problèmes

      J'aime

  6. Je ne comprends pas ce que viennent faire « les biocarburants » dans le débat, sachant que ce pluriel reflète des situations très diverses (selon leurs matières premières, conditions agronomiques et géographiques de cultures et procédés de production).
    J’ajoute qu’en Europe, on demande aux biocarburants des détails très poussés pour preuves de leur « durabilité » (qui doit être « meilleure » que celle des carburants classiques « fossiles ») alors qu’on prend pour argent comptant les données des pétroliers pour les émissions de GES des carburants remplacés.
    Dans la comparaison, on ne comptabilise pas, dans le bilan des carburants fossiles, les babioles que sont les conflits d’accès aux ressources (guerres en Irak), les pollutions (delta du Niger, Deepwater Horizon) et les corruptions (situation vénézuélienne, gabonaise…).

    J'aime

    • Comment biocarburants pourraient être plus « durables » alors qu’ils sont plus chers?

      En quoi la guerre en Irak a un lien avec cette histoire? Et l’effondrement du socialisme au Venezuela, comparable à l’effondrement du socialisme partout où il a été tenté?

      J'aime

      • Bonjour Simple-Touriste
        Le lien: des histoires de croyances (il est fort ténu mais mon propos était justement de demander quel lien avait le terrorisme avec la sortie sur les biocarburants).
        Pour la guerre en Irak: Selon la directive sur les énergies renouvelables, les analyses respectives des cycles de vie (ACV) des carburants fossiles et les biocarburants permettent leur calcul comparatif. Cependant, les règles de ces ACV ne sont pas homogènes car, si pour les biocarburants l’ACV prend en considération toutes les étapes (de la semence au réservoir), pour les fossiles, l’ACV ne prend pas en considération tout ce qui se passe en termes d’accès à la ressource (exploration, forages, conflits d’accès à la ressource -dont guerres-, pollutions dans les pays-source…).
        Question: Plus chers que quoi?
        PS: mes excuses pour la digression; je serais preneur d’un petit développement donnant le point de vue de mathématiciens sur les méthodes d’ACV qui font actuellement florès.
        Merci et excellent été.

        J'aime

      • Désolé, quand je vois « directive sur les énergies renouvelables, les analyses respectives des cycles de vie » j’entends « blablabla ».

        Tous ces trucs ne sont que des petits calculs rétrospectifs de comptables ignorants et des modèles! Je doute qu’on puisse calculer quoi que ce soit de précis dans ce domaine; encore moins quand les subventions ont un effet (de)structurant.

        Encore encore moins quand ceux qui font les calculs sont en plein conflit d’intérêt, soit idéologique (ils soutiennent quasiment toutes les politiques économiques interventionnistes, ce n’est pas tout à fait un hasard) soit financier (ils sont financés par ceux qui auront plus de pouvoir si ces politiques sont généralisées).

        Au final, il y a le PRIX.

        Fossil : moins cher
        Les « énergies alternatives » : plus cher

        Alors on va me répondre que la différence est faite par des subventions aux énergies fossiles, mais quand je demande des détails on m’envoie sur un rapport qui compte dans les « subventions » des « externalités » et des sous taxations :

        – les embouteillages auto (!)
        – le fait que les non usagers des routes (agriculture (*), bateaux, avions) soient moins taxés que les véhicules qui roulent (habituellement) sur les routes (publiques)
        …et là j’ai un peu de mal à garder mon calme.

        (*) tracteurs : utilisant rarement les routes, et faible pression au sol

        Quand on est arrive à remplir son rapport de CONNERIES pareilles, c’est qu’on a vraiment pas trouvé grand chose comme subventions aux énergies fossiles.

        Alors si vous avez une étude sur les subventions ou plus précisément, les avantages légaux biaisant le marché et susceptible de rendre les alternatives moins compétitives économiquement qu’elles ne le sont « naturellement » (si les pratiques similaires présentant des dangers identiques étaient traités identiquement), et que cela n’est pas basé sur des estimations au doigt mouillé des « externalités » que PERSONNE n’est capable d’évaluer, je suis preneur.

        Pour l’instant, je vois juste d’énormes subventions à la voiture électrique. Le rapport sur les subventions de FMI pouvant être vu comme une « subvention morale » d’une autorité!

        En revanche, si une subvention est définie comme une incitation à la consommation, alors je vois plein de subventions aux fossiles :

        – les politiques publiques favorisant les énergies électriques intermittentes qui par effet indirect favorisent les centrales qui sont bien adaptées à des variations de puissance rapides ET non prévues longtemps à l’avance, qui sont d’abord les barrages hydro-électriques mais quand on n’en pas où qu’ils ne sont pas assez disponibles, sont les turbines à GAZ (*)
        – les politiques qui demandent à la filière nucléaire d’investir des sommes extravagantes, juste pour réduire un risque objectif qui est déjà infime en terme d’atteintes physiques
        – les normes basées sur un soi-disant consensus sur le risque de l’irradiation continue à minuscule débit, ce dont n’importe quel GOSSE peut voir que c’est de la FOUTAISE.

        (*) d’ailleurs le « Parti démocrate » a promu tout ce qui rend les pays plus dépendants des importations de gaz et donc les pays d’Europe de l’Est plus dépendants de la Russie tout en diffusant des histoires jamais prouvées de « piratages russes » et et racontant que la Russie est l’ennemi; mais faire la liste des contradictions flagrante des idées promues par ce parti en perdition intellectuelle serait trop long

        Mais toutes ces politiques sont promues hystériquement par tous ceux qui dénoncent les « subventions aux fossiles », alors…

        L’industrie du gaz n’a eu aucun mal à comprendre l’intérêt de l’hystérie anti-CO2, mais ses adversaires eux ne la voit pas. C’est comme dans le domaine des médicaments : la politique actuelle de « fermeté » sur les médicaments ayant trop d’effets secondaires conduit souvent à retirer du marché un médicament ancien et peu cher, sous les applaudissements de la clique habituelle des commentateurs décérébrés; bien sûr à chaque fois, cela profite à un médicament plus récent, plus cher, et dont la tolérance est souvent moins bien évaluée, donc qui pourrait être largement pire sans qu’on soit capable de le démontrer.

        J'aime

  7. Hou-la-la… Je ne souhaitais pas déclencher une telle logorrhée… En bref, je suis aussi à la recherche des éléments étayant ou démontant les pratiques d’Analyse du Cycle de Vie, la directive ENR étant une réalité… comme le prix (nous sommes d’accord là-dessus).
    Bien cordialement.

    J'aime

    • Pour faire court et éviter les « logorrhées », le prix peut être le reflet d’une rente économique, en excluant d’une manière ou d’une autre la concurrence de fournisseurs moins chers.

      Mais souvent le prix est le reflet des efforts qu’il faut pour fabriquer quelque chose.

      Comme le soleil et le vent sont gratuits, le prix des énergies « renouvelables » solaire et éolienne représente ce qu’il faut pour collecter ces flux gratuits. Le prix représente la « non renouvelabilité » et la « non recyclabilité » (prévisible) de ces machines.

      J'aime

  8. Ping : La rentrée du Climathon | Mythes, Mancies & Mathématiques

  9. Ping : La rentrée du Climathon | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s