Petite devinette

Hasard de mes lectures, je suis tombé sur ce passage qui n’est pas sans faire étrangement écho à la question climatique. Devinette : quel en est l’auteur ?

La leçon du développement intellectuel de l’humanité est pourtant claire : les sciences se sont toujours montrées d’autant plus fécondes et, par la suite, d’autant plus serviables, finalement, à la pratique — qu’elles abandonnaient plus délibérément le vieil anthropocentrisme du bien et du mal. On rirait aujourd’hui d’un chimiste qui mettrait à part les méchants gaz, comme le chlore, des bons comme l’oxygène. Mais, si la chimie à ses débuts avait adopté ce classement, elle aurait fortement risqué de s’y enliser, au grand détriment de la connaissance des corps.

Pour la réponse, il faut 

Il s’agit de Marc Bloch, le grand cofondateur de l’École des Annales, dans son Apologie pour l’Histoire de 1949. Un livre indispensable, écrit dans un style magnifique.

Le passage ci-dessus se trouve à la page 82 de cette version pdf réalisée par les bons soins de l’irremplaçable bibliothèque des classiques des sciences sociales de l’université du Québec à Chicoutimi. (Un conseil : ne cliquez pas sur ce dernier lien, il contient tellement de choses passionnantes que vous n’en ressortiriez plus.)

Confusion de la dialectique du bien et du mal avec celle du vrai et du faux, mise au ban du méchant gaz carbonique… Pour le coup, Bloch ne s’est-il pas fait sans le savoir historien de l’avenir ?

Publicités

14 réflexions au sujet de « Petite devinette »

  1. Sur l’abondonne du vieil anthropocentrisme, c’est à discuter. Par hasard je je suis en train de lire “The Disinherited Mind” – “l’Esprit Déshérité” d’Erich Heller sur Goethe et l’Idée de Vérité Scientifique. Goethe promuait une vision de science basée sur l’intuition humaine, (une idée complètement rejetée de nos jours) qui le menait à une oppostion stérile à la science optique de Newton, mais qui était plus fructueuse en botanie, où il a été acclamé comme précurseur de Darwin. Heller dit ceci: (excusez mes fautes de français dans cette traduction de la version anglaise d’un erudit de la diaspora allemand des années trente, de la géneration de Karl Popper et Thomas Mann.)

    “…j’ai déjà osé dire que Goethe aurait rejeté beaucoup des données de Darwin, non pas parce qu’elles sont fausses, mais parce qu’elles sont sans valeur. Permettez-moi d’expliquer ce paradoxe scandaleux.

    Il y a un sens dans lequel la théorie de Darwin peut être parfaitement correcte, mais au même temps fondamentalement fausse. Il y a un simple mystère derrière cette affirmation, choquant pour le sens commun seulement parce que à chaque époque le sens commun est composé d’une agglomération étonnément complexe de demi-vérités hautement sophistiquées. Une de ces demi-vérités que notre sens commun indulge est la doctrine que toutes sortes de connaissances, tant qu’elles nous apportent des faits correctement verifiés, valent la peine d’être enseignées et apprises, et plus qu’on accumule de tels faits, plus on s’approche à la Verité. Nous sommes devenus si démocrates dans nos habitudes de penser que nous sommes convaincus que la vérité est établie par un plebiscite de faits…”

    Tout ça pour illustrer une idée qui me trotte par la tête depuis un moment: qu’il est urgent de contrer la folie de chauffisme avec les raisonnements des philosophes, historiens, sociologues, et poétes (surtout les poétes.) Je vais revenir à cette idée sur mon blog prochainement.

    J'aime

  2. Bonjour
    Il ne faut pas dire que le CO2 en lui même est bon ou méchant. Ça n’a aucun sens et j’ose espérer que personne ne dise cela. Il est d’ailleurs utilisé à des fins utiles dans l’alimentaire ou la sécurité. Ce qui est mis en cause c’est le rejet trop massif dans l’atmosphère qui accentue l’effet de serre ayant toujours existé et qui du reste est indispensable à la vie sur terre telle que nous la connaissons. Le très faible pourcentage de ce gaz parvient ( avec la vapeur d’eau ) a augmenter la température de la terre de plus de 30 °C. On a ainsi 15°C en moyenne au lieu de -18°C. C’est donc un effet colossal ! Il est donc assez logique de penser qu’une augmentation très importante de la concentration induise aussi celle de l’effet de serre. Quant aux modèles de quantification, je vous accorde qu’il est difficile de les valider vue la complexité de ces systèmes. Mais encore une fois , n’est ce pas un bon principe de réfléchir à limiter son émission, par exemple en le récupérant et en le transformant …pourquoi pas en carburant ou autre?

    J'aime

    • Bonjour.

      Il y a pourtant des gens qui le disent, qu’il est méchant: la preuve, c’est qu’on le qualifie maintenant de polluant, alors que c’est le gaz principal constituant de la vie.

      Le principal gaz à effet de sere, au moins à 60%, c’est l’eau, dont on comprend très mal le cycle. Dans ces conditions, évaluer l’effet du CO2 qui ne participe qu’à hauteur d’une dizaine de %, c’est très ambitieux. D’autant qu’on ne comprend pas grand chose non plus au cycle du CO2…

      Et on ne sait pas si c’est si utile de faire baisser la teneur en CO2. En dessous d’une limite probablement autour de 200 ppm, la biosphère ne peut survivre.

      Et pour l’instant, le seul résultat attribuable au CO2 sans contestation possible est une augmentation de la biosphère de 15%.

      Enfin, votre idée de récupérer le CO2 ne résiste pas au calcul énergétique qui montre que le bilan est négatif. Et le transformer en CH4 (idée des principaux modèles du type Negawatt) c’est pire; il faut aussi fabriquer du H2 et la réaction finale CO2 +H2 est très énergivore. Le rendement global de tout ça est catastrophique.

      J'aime

      • Alors on est là sur le point clé du débat. Vous dites une dizaine de % pour la responsabilité du CO2 dans l’effet de serre. Or beaucoup de scientifiques parlent plutôt de 20 à 25 %. Et 25% de 30°C, ça fait 7.5°C. Si le taux de CO2 qui est supérieur à 400ppm continue d’augmenter, il paraît assez probable que le delta de température soit loin d’être négligeable. Bon ceci dit, on va bien voir si c’est vrai ou faux puisque certains annoncent un refroidissement dû au soleil très bientôt !
        On se prépare …

        J'aime

  3. Benat,

    d’après votre calcul, on est passé de 280 ppm à 400 ppm de CO2 soit 45% d’augmentation ce qui fait 3 degrés entre 1850 et maintenant. Où sont-ils passés?

    J'aime

    • Je ne suis pas vraiment spécialiste dans ces domaines je l’avoue. Juste intéressé on va dire. Je prend juste des ordres de grandeur assez simplifiés. Je doute que ce soit aussi simple que d’établir des relations linéaires proportionnelles. Il doit y avoir d’autres paramètres qui entrent en jeu dans ces systèmes complexes avec effets retard ou hysteresis .J’essaie de me faire une idée sur la tendance actuelle, et sur les principes qui nous sont présentés. .

      J'aime

  4. Je ne suis pas vraiment spécialiste dans ces domaines je l’avoue. Juste intéressé on va dire. Je prend juste des ordres de grandeur assez simplifiés. Je doute que ce soit aussi simple que d’établir des relations linéaires proportionnelles. Il doit y avoir d’autres paramètres qui entrent en jeu dans ces systèmes complexes avec effets retard ou hysteresis .J’essaie de me faire une idée sur la tendance actuelle, et sur les principes qui nous sont présentés. .

    J'aime

    • Visiblement, vous êtes tellement nouveau sur le sujet que vous ne comprenez pas le deuxième degré.
      Alors renseignez vous avant de raconter n’importe quoi. Si vous doutez que ce soit si simple et que des relations linéaires proportionnelles sont trop simplistes, pourquoi en utilisez vous comme argument? (25% en concentration égale 25 %en température)

      J'aime

    • @Benat

      L’effet de serre fair 33° : 30° pour la vapeur d’eau, et 3° pour le CO2.

      25% de 3° ça fait 0.75°

      Mais c’est trop 25%, car l’effet du CO2 n’est pas linéaire : le CO2 est un gaz a effet de serre tellement puissant qu’il a tout absorbé ce qu’il devait absorber en quelques dizaines de mètres d’atmosphère, alors le doubler ne change presque rien.

      J'aime

  5. Certains affirment que le CO2 n’est absolument en rien responsable du réchauffement constaté depuis 40ans. D’autres au contraire visiblement très nombreux affirment à l’opposé que c’est lui qui est à l’origine de ce phénomène car il a nettement augmenté. Le CO2 mais aussi dautres GES moins importants. Si le CO2 a une réelle influence sur l’effet de serre de 30°C (vous , vous parlez de 10%), est ce que vous acceptez l’idée que l’augmentation de la temp moyenne peut lui être en partie imputée ou non ? Et si non ou pas significatif, à quoi l’attribuez vous ? Au fait, je n’affirme rien , je questionne au contraire pour tenter de comprendre !!!

    J'aime

    • Vous n’êtes pas sérieux. C’est l’eau qui produit un effet de serre de 30 degrés, pas le CO2. Relisez vous au moins.
      Et cessez de polluer inutilement ce site et le sujet en cours qui est bien plus général et qui concerne les relations de la science et de la morale.

      J'aime

      • Désolé, en effet je m’étais mal exprimé et j’aurais dû me relire. Oui il est admis que l’eau et ses composantes sont à l’origine de 30°C de l’effet de serre, et le CO2 de 10% environ de l’effet total , donc disons 3°C (c’est aussi l’avis de Flynn ci-dessus). Ma question était : si la quantité de CO2 augmente encore au même rythme, est-ce qu’il est stupide de penser que son action sur l’effet de serre augmente aussi , si oui de combien, si non pourquoi ? Je ne pensais pas « polluer » ce site, encore navré ! quant à la relation avec le sujet et en particulier la morale, il me semble que ce que nous laisserons, en terme de qualité de vie , aux générations futures est bien dans le thème , non ? Mais bon comme j’ai crû comprendre sur différents articles , il n’y a aucun soucis à se faire, le RCA est une gigantesque escroquerie, et on est déjà au contraire au début d’un cycle de refroidissement. J’attends impatiemment que les chiffres confirment celà.
        Cordialement

        J'aime

  6. Friedrich Nietzsche a très bien décrit comment la science, tout comme la politique, est fortement entachée de croyances, de postions morales, et d’intérêts particuliers. Je crois qu’il défendrait le manque de rigueur scientifique d’Al Gore: l’élite n’a pas à avoir raison (‘renoncer aux jugements faux serait renoncer à la vie même’); le scientifique, lui, doit se soumettre (‘car l’esclave veut quelque chose d’absolu’).
    L’ONU (voir Le Monde du 11/7) nous dit que 267 millards par an permettraient d’éradiquer la fin dans le monde d’ici 2030. Or c’est à peu près le budget mondial de la lutte contre le réchauffement. La décision politique d’orientation des dépenses n’est manifestement pas rationnelle… James Buchanan et d’autres ont bien mis en évidence les mécanismes qui viennent distordre toute logique d’optimisation (y compris une définition consensuelle de la chose à optimiser).
    J’ai eu beaucoup de mal à m’y résoudre, mais fini par admettre que la majorité des scientifiques sont dominés par une idéologie, souvent inconsciente. La situation du réchauffement climatique est assez flagrante pour m’avoir convaincu que la ‘volonté de puissance’ écrase tout espoir d’atteindre un jour une approche objective de la science. Cela ne fait qu’aiguiser mon désir de lutte contre tous les dictateurs de la pensée…

    J'aime

    • Merci de votre commentaire. Deux questions :
      – c’est un peu gramscien aussi, ce que vous dites, non ?
      – où trouve-t-on chez Nietzsche ces considérations ?
      Il y a une science qui échappe par nature à l’idéologie : les mathématiques. De là à en conclure que celles-ci ne sont pas une science (du moins tant qu’elles ne s’appliquent pas) mais une simple construction intellectuelle…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s