Climathon, semaine 48 : bouquet final

par le jury du Climathon.

Ce n’est pas sans émotion que le jury rend aujourd’hui son dernier verdict pour récompenser la plus belle pièce de propagande climatique. Le vainqueur de la semaine 48 fait honneur à la très haute tenue qui a prévalu tout au long de l’année, montrant une dernière fois que l’innovation dans la propagande la plus odieuse ne connaît pas de limite. Le Climathon finit donc en apothéose, sur une pièce si délicieusement vomitive que les lecteurs sont invités à se munir d’un sac approprié avant d’aller plus loin.

C’est Bruno Latour, notre Immense Sociologue des Sciences qui Sait Séparer le Bien du Mal, qui réalise l’exploit dont le jury n’osait rêver pour cette ultime semaine de compétition. Avec ses propos tenus sur Reporterre, dans lesquels il fait un parallèle non pas entre les attentats du 13 novembre et le réchauffement climatique (c’est déjà devenu bien trop banal) mais entre les terroristes et ceux qui contestent la crise climatique, Bruno Latour achève le Climathon. Il l’achève dans les deux sens du terme : il le couronne en l’élevant au firmament de l’abject ; il le termine en en franchissant les ultimes limites, là où la dérision n’est plus possible.

C’était peut-être la conclusion inévitable du Climathon : le rire peut beaucoup, mais il ne peut pas tout. Ami lecteur, tout comme vous vous installeriez avec respect et silence sur votre siège en attendant d’entendre le Messie de Haendel, prenez le temps du recueillement avant de prendre connaissance des propos si incomparablement odieux de Bruno Latour. Assurez-vous ensuite que votre sac reste à portée de main, et enfin dégustez… :

Le 13 novembre est une préfiguration gore de la catastrophe qui suivra l’échec de la conférence de Paris et des suivantes. Si vous utilisez avec raison le terme de nihilisme pour décrire les militants fous, il me semble que le terme s’applique aussi, mais à une échelle démultipliée, à ceux qui ont aussi, à leur façon, le goût pervers de l’au-delà. Tout comme ceux qui se tuent en tuant, ceux qui prétendent ne pas aborder de front la grande mutation climatique, s’écrient au fond, selon deux registres différents mais qui résonnent avec la même stridence : « Vive la mort ! »
Il serait vraiment tragique qu’en s’occupant avec raison de détruire ceux qui ne peuvent que tuer pour un temps limité des innocents, on retarde une fois encore de s’occuper de ceux qui peuvent tuer massivement, longtemps, progressivement en entraînant dans leur délire bien d’autres êtres que les humains. S’il est légitime qu’un état d’urgence calibré permette de manifester en sécurité, il faut rappeler aux pouvoirs publics qu’il existe un autre état d’extrême urgence qui permette à la société civile d’apprendre comment repérer ses autres ennemis, comment s’équiper contre eux.

Les accessits de la semaine

François Gemenne, qui n’avait pas ménagé ses efforts ces derniers mois pour se faire une place au Climathon, a longtemps tenu la corde pour la victoire cette semaine, avec cette interview publiée dans Rue89. Véritable synthèse de tout ce que la propagande climatique peut avoir de primaire et d’odieux, cette interview réussit le tour de force de rassembler plusieurs des propos les plus sublimes dont ont su nous gratifier les compétiteurs du championnat d’automne.

Pour faire l’éloge des propos de notre premier accessit, il n’est pas possible de ne pas commencer par ce lien, fait à l’aide d’une succession logique dont la rigueur laisse rêveur, entre les attentats du 13 novembre et le réchauffement climatique :

 l’urgence climatique et l’urgence terroriste posent la même question : comment vivre ensemble dans un monde globalisé ? Et, accessoirement, c’est le pétrole qui finance largement Daech…

Une seconde forte pensée consiste à vomir sur Philippe Verdier, ce journaliste de France Télévisions viré il y a quelques semaines pour hétérodoxie climatique. Dans le registre des analogies faciles dont certains compétiteurs se sont fait une spécialité, celle de François Gemenne a tout spécialement plu au jury pour son caractère particulièrement hardi :

Je ne veux pas accuser Philippe Verdier de défendre le Front national, mais il y a dans son discours sur le climat quelque chose qui se rapproche beaucoup de celui du FN sur l’immigration. Verdier dit que le changement climatique va produire une série d’impacts positifs en France, que c’est bien pour nous, que ça va créer une ambiance de vacances. De la même façon, le FN dit qu’il ne faut pas laisser les autres venir chez nous, parce qu’on est bien entre nous, et ce parti propose de créer une forteresse autour de nous. C’est la même logique.

Pour apprécier comme il se doit ce morceau de talent pur, il convient d’avoir été préalablement formé à une façon de raisonner bien particulière, dans laquelle la rationalité ne tient aucune place. Une démonstration comme la précédente peut ainsi être dite « à la Gemenne » dès lors qu’elle fait un rapprochement des plus absurdes dans le seul objectif de traîner dans la boue un esprit déviant. Précisons à l’intention des néophytes de ce type de démonstration postmoderne que, malgré la phrase conclusive, la logique n’a rigoureusement rien à voir dans le propos, si ce n’est la logique de l’injure gratuite.

Vous êtes encore hésitant ? C’est sans doute que vous n’êtes pas fait pour être chercheur à Sciences Po. De la même manière, en constatant qu’environ 60% du prix du carburant correspond à des taxes (en France) tandis que les énergies « vertes » font l’objet de nombreuses aides fiscales (sans lesquelles les industries qui les développent ont d’ailleurs fâcheusement tendance à boire le bouillon), peut-être pensez-vous bêtement que l’énergie fossile est taxée tandis que les énergies « vertes » sont subventionnées. Si c’est le cas, vous avez tout faux, et il est grand temps d’écouter attentivement la parole du Grand Sachant :

Le drame, c’est que nous avons déjà aujourd’hui les solutions technologiques qui permettraient de nous en sortir, mais elles sont trop peu utilisées, notamment parce que les énergies fossiles reçoivent énormément de subventions, ce qui rend les renouvelables moins compétitives.

De même, si vous pensiez jusque là que les cyclones et les sécheresses n’avaient pas attendu l’invention des 4×4 pour frapper un peu partout et depuis toujours, hâtez-vous de vous mettre à la page et de prier pour retrouver le paradis climatique perdu :

La vérité, c’est que le changement climatique est déjà là, c’est déjà une réalité. Les catastrophes naturelles déplacent chaque année 26 millions de personnes [plus que le nombre de réfugiés de guerre, ndlr], c’est une personne par seconde, et à ce chiffre il faut ajouter les déplacements liés à des dégradations plus lentes de l’environnement.

Dernière perle de cette interview-collier : la reprise de l’indémodable idée que la démocratie, c’est ringard, et qu’il faudrait songer à faire voter les ours polaires (les « acteurs non humains« ).

Il y a un problème démocratique.
Les acteurs autour de la table sont toujours les gouvernements, comme on le faisait après la Seconde Guerre mondiale. Or, ceux qui ont le plus de leviers pour agir ne sont pas les Etats, mais les collectivités, la société civile, les sociétés privées. Il faut penser à mettre d’autres acteurs autour de la table, à signer d’autres types d’accords. On pourrait même représenter les acteurs non humains et les générations futures autour de la table.

Au rayon « démocratie nouvelle », on soulignera le remarquable recyclage de l’ancienne tradition qui consistait à faire voter les morts : désormais, voteront ceux qui n’existent pas encore. Qu’est-ce qu’on innove, à Sciences Po…

Selon le bon vieux principe qu’une absurdité répétée un grand nombre de fois devient une vérité incontestable, le Journalderéférence martèle une fois encore que les attentats du 13 novembre sont le « monstrueux rejeton » du chaos créé par le Terrible Réchauffement. Emporté par son élan, l’auteur de l’article démontre également que les actes de piraterie ont eux aussi la même cause. Attention, la démonstration est digne de Gémenne : le plancton est « affecté par le réchauffement » (c’est bien connu), moins de plancton implique moins de poissons, moins de poissons implique des pêcheurs désœuvrés et des pêcheurs désœuvrés impliquent des pêcheurs qui deviennent des pirates.

Les attentats du 11 septembre 2001 ? Le réchauffement climatique. La vague d’attentats à Paris en 1995 attribués au GIA algérien ? Le réchauffement climatique ! « Les événements d’Algérie » entre 1954 et 1962 ? Encore et toujours le réchauffement climatique. Le monde est enfin devenu simple.

Bien entendu, la plus grave conséquence des récents attentats est l’interdiction des marches pour le climat devant se dérouler en France en préambule au Sauvetage de la Galaxie Paris 2015. Heureusement, Nicolas Hulot, notre Commandeur des Croyants toujours aussi prompt à faire le bonheur de gens qui ne lui ont rien demandé, pense aux malheureux citoyens engagés et privés de sport ce week-end. Dans l’hebdomadaire Paris Match destiné aux jeunes, il présente une initiative « pour ne pas trop les frustrer » : la création d’un site pour trouver dans le monde un marcheur par procuration. Le principe est simple : vous ne pouvez pas marcher en France, vous vous inscrivez sur le site et quelqu’un le fera pour vous quelque part dans le monde. Le jury du Climathon, qui percevait déjà très bien l’intérêt concret de ce type de marches pour la sauvegarde de la Planète, soutient très fortement cette nouvelle riche idée du Commandeur des Croyants et il est très sensible à son symbole. Toi, pauvre Français frustré d’action et débordé par de nobles activités qui élèvent ton esprit, fais donc faire à d’autres la basse besogne de marcher dans le froid et la pluie de novembre et dis-toi que ton représentant marcheur à l’autre bout du monde sera honoré de représenter un petit bout de la France Éternelle.

La paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte, hélas jamais lauréate du Climathon, profite d’un portrait particulièrement servile brossé par Sciences et Avenir pour tenter, dans un effort désespéré de s’adjuger l’ultime trophée. Pour cela, en fine stratège, elle commence par une attaque en règle des odieux climatosceptiques, une passe d’arme souvent payante à défaut d’être originale. Elle a ainsi été « ulcérée par les attaques et les insultes » de ceux-ci (à sa décharge, Bruno Latour n’avait peut-être pas publié son texte au moment de l’interview), mais aussi « effrayée par le boulevard que leur laissaient les médias ». Une simple lecture des 47 premiers opus du Climathon suggère en effet toute l’étendue de ce boulevard médiatique. Manifestement, tout écart à l’orthodoxie est insupportable à notre climatologue. Toutefois, en scientifique ouverte et droite, elle milite pour l’organisation d’un « vrai débat » (on ne saura pas avec qui) et « pour un retour à l’éthique ». Pas dérangée par la contradiction, elle explique être revenue de Stockholm « choquée » par l’intrusion des politiques dans la science, avant de se lancer dans une entreprise de réhabilitation des écologistes, « caricaturalement perçus par une certaine élite comme « antiscience », en raison des oppositions aux OGM, au nucléaire, à la chimie… ». Valérie Masson-Delmotte a gardé intacte sa faculté d’étonnement — sans doute un effet de son sens éthique :

Par un raccourci mental étonnant, les sciences du climat sont assimilées par certains à l’écologie politique et au refus du progrès, alors qu’ils parlent de la biodiversité et du climat de la même manière que les chercheurs.

Sans vouloir être offensant vis-à-vis de Noël Mamère ou d’Emmanuel Cosse, ce dernier point ne contribue pas à nous rassurer sur l’excellence scientifique française. En tous cas, notre nouvelle égérie nationale du GIEC s’avère moins bonne politique que ses mentors, reconnaissant avec une belle candeur qui confine à l’acte de foi le peu de fiabilité des modèles actuels pour prévoir l’évolution du climat :

On arrive à simuler correctement les climats passés, cela me donne confiance dans notre capacité à anticiper l’avenir, à prévoir des scénarios corrects de changement climatique.

Le Climathon n’est pas tout à fait fini : rendez-vous demain mardi pour le premier tour de l’élection du Champion d’Automne ! Le deuxième tour aura lieu jeudi, et la semaine prochaine se tiendra l’élection du Grand Vainqueur !

Publicités

24 réflexions au sujet de « Climathon, semaine 48 : bouquet final »

    • @ baloo

      Mille diou, moi non plus!
      Et si en plus les  » non humains  » s’y mettent, alors là on est foutu ,tu te rends compte, si les poulets qui vont perdre leurs plumes à cause du réchauffement climatique ( c’est dans le très sérieux  » science et vie  » sur le climat de novembre 2015 n°1178 p 80 ) se mettent à caqueter, alors là je te dis pas…j’espère que tu as pas un élevage près de chez toi !
      Vive Nougaro et les Nougaret !

      J'aime

  1. Vivement demain, que cette délirante propagande, à laquelle ne semble plus participer que des individus qui ont un problème « quasi psychiatrique » à régler, se termine enfin. C’est insupportable de voir l’esprit critique et peut-être même l’intelligence tout court conchiés par ces pauvres esprits paralysés par la peur et se réfugiant dans la foi d’une nouvelle religion, dont le parfum est aussi nauséabond que celui des autres… On a en effet la nausée de voir l’absence quasi totale d’esprit critique de nos « grands médias » mobilisés dans cette croisade dont les délires paranos devraient tout de même finir (on demeure optimiste, mais c’est difficile) par être contre productifs…
    Oui, vivement la fin de la COP 21 ! Que l’on parle d’autre chose, en espérant que la décérébration de la société française ne nous conduise pas à un autre délire de cet acabit.

    J'aime

    • Ce n’est pas la peur qui gouverne Latour mais un désir violent, celui d’établir un gouvernement mondial (vert en apparence, mais en apparence seulement).
      La peur qu’il agite comme un drapeau rouge n’a pour but que de soulever les foules qui, il l’espère, iront un jour prochain exécuter sa fatwa contre le capitalisme et tous ses symboles: multinationales, compagnies pétrolières etc… sans oublier bien sûr ces satanés climatosceptiques qui retardent ce jour béni qu’il attend depuis si longtemps.

      J'aime

  2. D’après le Gorafi – notre dernier média sérieux par les temps qui courent – le niveau d’émission d’hypocrisie est à son plus haut niveau depuis 800.000 ans…

    J'aime

  3. Ce soir sur F Inter, au « téléphone Sonne »: M le TREUT dit que nous devons revenir à un climat stable bien réglé, pour laisser vivre nos congènéres comme ils l’ont fait depuis toujours…et puis en fin d’émission , un maraicher qui nous dit que ses salades poussent sous une serre avec un chauffage qui régule la T°. et il conclut d’un ton bourru  » 2° C ? . c’est idiot , la planète on peut pas la régler comme un radiateur !… »

    J'aime

    • On ne saurait trop recommander à M. Le Treut la lecture des 1411 pages du MARUSEK – 2010 – Chronological Listing of Early Weather Events qui recense deux millénaires de chroniques climatiques qu’il pourra trouver en libre accès sur internet. Il pourra ainsi se rendre compte de ce que veut réellement dire « un climat stable et bien réglé » dans le monde réel. Peut être pourra-t-il alors nous préciser à quelle variété de sécheresse, d’inondation, de famine, cela correspond…

      J'aime

    • Pour qu’un maraicher, qui n’est pas spécialement un climatologue averti, se rende compte qu’on ne peut pas régler la température de la terre; cela prouve que les pseudos-scientifiques du GIEC nous racontent des salades !
      Ca ne vous fait pas rire ?…..On fait ce qu’on peut !
      Climatiquement vôtre. JEAN

      J'aime

  4. Ping : Climathon : élection du champion d’automne | Mythes, Mancies & Mathématiques

  5. Je nettoie mon masque qui me permettra d’agoniser un peu plus longtemps dans la chambre, si toutefois on m’autorise à le porter.

    Je suis déjà au désespoir de voir s’achever bientôt le renouvellement de cette hebdomadaire lecture qui fait mes délices.

    Les censeurs, sans doute assez malheureux que l’état d’urgence serve opportunément de prétexte à l’intimidation des dissidents fussent-ils des contompteurs de notre grand prêtre climatique, sauront, il faut en être sûr, trouver une oreille attentive pour inscrire les plus benoites interrogations climatiques aux côtés des divers négationnisme inscrits dans la loi avec aggravation dans ce cas du fait de commission de génocide climatique lent incluant aussi les ours blancs. La peine de mort étant la seule sanction à la mesure du crime biocidique absolu, il ne restera plus qu’à choisir dans les divers supplices à rétablir : lynchage, roue, bûcher, chambre à gaz. Les circonstances atténuantes pourront toutefois être accordées laissant alors le choix du supplice au condamné.

    Pour mon compte, je ne peux que le souhaiter : cela abrègera ma torture d’entendre jour après jour les âneries climatabracadabrantesques sans le réconfort hebdomaire du climathon…

    J'aime

  6. Ping : Climathon, semaine 48 : bouquet final | Contrepoints

  7. Complètement allumé ce Bruno Latour !

    Alors, une fiche S pour ceux qui ont signé la pétition de soutien à Philippe Verdier, entre Merah, et Kouachi, Coulibaly ? Corinne Lepage, conseillère de François H (sauveur de la planète) est pour le fichage des sceptiques. Bruno Latour serait un bon procureur des tribunaux d’exception ? Pendez les hauts et courts ?

    Avec cette avalanche d’outrances, certains vont atterrir (sur terre), et arrêter tout ce cirque autour de la climatologie. Plus vraiment très scientifique. Et politiquement inquiétant.

    J'aime

  8. Ping : Climathon : le choc des vainqueurs | Mythes, Mancies & Mathématiques

  9. Ping : Pardonnez-leur | Mythes, Mancies & Mathématiques

  10. Ping : UNE PROMENADE POUR « LA » SCIENCE | Le blog de Reynald Du Berger

  11. Ping : Climat et terrorisme à la sauce Macron | Mythes, Mancies & Mathématiques

  12. Ping : Climat et terrorisme : Macron penseur pas trop complexe | Contrepoints

  13. Ping : La rentrée du Climathon | Mythes, Mancies & Mathématiques

  14. Ping : La rentrée du Climathon | Contrepoints

  15. Ping : Climathon, octobre 2017 : le retour du Champion | Mythes, Mancies & Mathématiques

  16. Ping : Climathon : le sociologue comme sauveur climatique | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s