Climathon, semaine 10 : opération séduction

Tout au long de l’année 2015, le climathon récompense chaque semaine la plus belle pièce de propagande climatique de la semaine écoulée.

Les résultats des semaines passées : semaine 1semaine 2semaine 3semaine 4, semaine 5, semaine 6, semaine 7, semaine 8, semaine 9.

Climathon10

C’est une belle brochette qui a été réunie lundi soir sur le plateau de l’émission C dans l’air consacrée aux « habits verts du président« . Une émission sobre et efficace à l’unisson de la COP21, parfaitement dans la ligne du parti. Un titre alternatif aurait pu être « Qui veut sauver la planète ? ». La production aurait aussi pu disposer des buzzers devant les invités, et désigner comme vainqueur celui qui aurait placé le plus souvent les mots « accord », « dév’dur' », « avenir de l’humanité », « nos enfants et nos petits enfants ». Inutile de dire que tous les invités pensaient qu’il était urgent d’agir sur le climat.

Dans le festival qu’a été cette émission, le jury exprime son admiration devant la tirade apocalyptique d’Yves Paccalet à partir de 22’40 (qui prophétise une « explosion de folie climatique » avec +10°C, voire plus par endroits), devant celle de Serge Lepeltier à 29’30 (très belle variation sur le rapport Stern), devant cette phrase-culte de Pierre Radanne (42’08) : « Le scénario catastrophe, c’est l’horreur », devant ce léchage de bottes propos bien senti du même Radanne qui, juste après avoir courageusement affirmé que nos politiques vivaient encore au XXè siècle, s’est émerveillé de la bonne volonté des ministres avec lesquels il est en contact mensuel pour préparer la conférence Paris climat (à partir de 55′), et encore devant la réhabilitation de Malthus (carrément) par Yves Paccalet (à 1h01′). Accessit de groupe aussi aux quatre intervenants dans leur ensemble au moment d’une question sms qui demandait si la chaleur créée par le réchauffement climatique ne pouvait pas être utilisée comme source d’énergie. Pas un des quatre n’a su donner une réponse un tant soit peu cohérente du point de vue de la physique, ce qui permet de prendre toute la mesure de l’incompétence crasse de nos « élites » sur la question l’aptitude de nos bienveillants dirigeants à ne se focaliser que sur les questions sur lesquelles ils croient pouvoir pérorer qui en valent la peine.

L’émission a abordé un point important de propagande climatique, « faites le climat, pas la guerre », qui a aussi fait l’objet de deux percées par ailleurs : celle de Jean-Michel Valantin, dans l’édition québécoise du Huffington Post, et celle de Samuel Paulet dans Focusur, qui disent clairement les choses : maintenant, si on se fait la guerre, c’est aussi à cause du changement climatique. En Syrie, par exemple. Si, si. Demandez à Serge Lepeltier, il vous l’explique dans C dans l’air (à 48’40). Sans susciter d’objection, bien entendu.

Le vainqueur de la semaine 10

La galanterie l’emporte cette semaine, avec une splendide réalisation de Laurent Fabius. Conscient de l’importance qu’il y a à instrumentaliser relier tout événement un tant soit peu médiatisé au mot « climat », le ministre français des Affaires étrangères a choisi d’aller au plus simple avec la journée annuelle internationale de la femme, le 8 mars. Les questions d’éducation, de violence, de discrimination à l’embauche et autres accès aux soins gynécologiques étant à l’évidence un peu ringardes en ces temps de sauvetage de la planète, il était urgent de proclamer que la condition des femmes de par le monde était liée au changement climatique. La démonstration de notre ministre, publiée dans une tribune sur le site de RFI, contient notamment cet argument massue :

les femmes sont les premières victimes du dérèglement climatique, car les populations en situation de pauvreté, qui sont les plus vulnérables, supportent l’essentiel des conséquences. Or les femmes constituent 70% de la population pauvre au plan mondial. Elles sont et seront donc les premières touchées.

On ignorait que le différentiel de pauvreté hommes/femmes tînt au climat. Heureusement, le signe magique % permet d’y croire. En effet, comme chacun devrait le savoir, un pourcentage est toujours pertinent. Surtout dans un discours où il s’agit de sauver le monde.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Climathon, semaine 10 : opération séduction »

  1. J’aime ce classement humoristique…. mais à quand votre analyse scientifique des données Météo France que vous venez d’obtenir….
    Amicalement

    J'aime

  2. Organisons un débat (!) –Mot tabou en cette période de propagande climatique– Entre un climatologue « réchauffiste » –Il y en a peut être– Et un climatologue sceptique –On a l’embarras du choix–.
    Vous allez voir comme ça va chauffer !
    Au fond, le réchauffement climatique n’est pas dû au CO2, mais aux débats….!
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  3. Pendant ce temps là, Gourdon, une ancienne station rurale du Lot ne montre aucun réchauffement depuis près de 25 ans, et même une baisse entre 1950 et 1990. On va retrouver peu à peu la situation qui prévalait avant le basculement à la hausse du cycle AMO.

    J'aime

  4. Ping : Climathon, semaine 10 : opération séduction | Contrepoints

  5. Ping : Climathon, semaine 11 : climat-réalité | Mythes, Mancies & Mathématiques

  6. Ping : Climathon, semaine 12 : l’art total | Mythes, Mancies & Mathématiques

  7. Ping : Climathon : élection du Champion d’Hiver | Mythes, Mancies & Mathématiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s