Réponse de Jean Jouzel

Suite à ce billet, Jean Jouzel m’a fait parvenir hier soir la réponse suivante, dont je le remercie :

Cher Benoît,

Comme premier élément de réponse, je t’envoie le CV (court) que je transmets aux personnes qui le demandent.
Directeur de Recherches au CEA, Jean Jouzel a fait dans cet organisme l’essentiel de sa carrière scientifique largement consacrée à la reconstitution des climats du passé à partir de l’étude des glaces de l’Antarctique et du Groenland. De 2001 à 2008, il a été Directeur de l’Institut Pierre Simon Laplace (IPSL) qui regroupe six laboratoires de la région parisienne impliqués dans les recherches sur l’environnement global. Il a participé au titre d’auteur principal aux deuxième et troisième rapports du GIEC (co-lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2007), dont, depuis 2001, il est membre du bureau et vice-président du groupe de travail scientifique. Auteur de plus de plus de 400 publications dont environ 250 dans des revues internationales à comité de lecture, ses travaux ont été récompensés par des prix et distinctions, dont les médailles Milankovitch et Revelle, décernées respectivement par la Sociétés  Européenne et Américaine de Géophysique. Conjointement avec Claude Lorius, il a en 2002, reçu la Médaille d’or du CNRS. En 2012, il a reçu le Prix de la Fondation Albert II de Monaco et le Prix Vetlesen, considéré comme le « Nobel des Sciences de la Terre et de l’Univers ».

Par rapport au Prix Nobel de la Paix, j’essaie d’être précis : ce Prix Nobel a été co-décerné au GIEC (à titre collectif). Le GIEC a ensuite décidé des régles qui permettent de s’en prévaloir : être auteur principal (je l’ai été deux fois) ou membre du bureau (deux fois également) permet d’être considéré comme co-récipiendaire de ce Prix Nobel collectif et s’est traduit par la remise d’un parchemin en attestant.

Question Prix Nobel, je suis plus fier du Prix Vetlesen. Nos disciplines (Sciences de la Terre au sens large ne sont pas éligibles au Nobel ; nous ne sommes pas les seuls : c’est aussi le cas pour les matheux). Deux prix se positionnent comme l’équivalent du Nobel, le Prix Craaford (dont Claude Allègre a été lauréat) et le prix Vetlesen. Le prix Vetlesen est décerné tous les 3 ou 4 ans. Je l’ai reçu en 2012 (avec Susan Solomon) et le lauréat 2015 a été annoncé cette semaine (un volcanologue).
Bien cordialement       Jean Jouzel
Même si ce n’est pas l’essentiel, j’avoue être intrigué par cette longue digression autour du prix Vetlesen, qui semble témoigner d’un désir de reconnaissance de ma part dont Jean Jouzel n’a vraiment pas besoin.
L’essentiel, c’est de voir que Jean Jouzel valide complètement les soupçons de mon article précédent, et va même au-delà : il se considère effectivement comme co-récipiendaire du prix Nobel. Sa justification est en contradiction frontale avec le communiqué du GIEC rappelé dans mon article précédent. Ce communiqué évoque certes le « parchemin » de Jean Jouzel, sauf qu’il le fait en ces termes (ma traduction) :
La direction du GIEC s’est accordée à distribuer des certificats personnalisés « pour leur contribution à l’obtention par le GIEC du prix Nobel de la paix 2007 » aux scientifiques qui ont contribué de manière substantielle à la préparations des rapports du GIEC.
Jean Jouzel a bien reçu un tel certificat, dont on peut lire le modèle ici. Celui-ci n’autorise nullement ceux qui l’ont reçu à se prévaloir d’un petit bout de Nobel. Prétendre le contraire, c’est lire dans le certificat quelque chose qui n’y est pas écrit.
Publicités

7 réflexions au sujet de « Réponse de Jean Jouzel »

  1. Ping : Jean Jouzel, l’homme traqué par le prix Nobel | Mythes, Mancies & Mathématiques

  2. Bonjour Monsieur Jouzel ! je profite du blog de Benoît pour vous saluer et pour pouvoir dire a à mes ami(e)s que j’ai serré la main (bon, on se comprends, virtuellement) à un récipiendaire du Prix Nobel (bon, on se comprends aussi).
    L’Internet est une révolution formidable, qui m’aurait dit, quand j’étais sur les bancs à l’école, que je communiquerais par mails avec des Chinois pour leur acheter en direct leurs produits hi-tech, que j’échangerais avec un Allemand dans sa langue (bon, avec un programme de translation français-allemand), et que je m’adresserais à un Nobel pour lui serrer [b]personnellement[/b] la pince ! Vraiment, on vit une révolution supérieure à celle de Gutenberg ! C’est formidable.
    Maintenant qu’on se connaît, je vous appellerai par votre prénom la prochaine fois.

    P.S. ne vous faites pas trop de soucis pour les températures ! ça stresse ; et puis on verra bien !
    Cordialement, ppm 451

    J'aime

  3. La supercherie principale est dans le fait de se prévaloir du prix Nobel de la paix, qui n’a rien de scientifique, dans un débat scientifique ouvert qui est le « changement climatique ».

    J'aime

  4. Bonjour,

    Alors personnellement et après avoir posé des questions à J.Jouzel et Laurius lors d’une conf au musée des Arts et Métiers il y a quelques années, j’avoue que je leur décernerais bien le prix Nobel de la mauvaise fois : il était question ce jour là de la fameuse corrélation CO2/T° sur une période d’environ 400 000 ans faite entre autre par Jouzel et Laurius, montrant une très belle corrélation, sauf que le CO2 est toujours en retard sur la T° et tout est publié depuis un certain temps, on le sait très bien. Bien. Alors, la conf a duré 1h, et à strictement aucun moment il n’a été question de ce retard. Pourtant, c’est juste crucial, et juste extrêmement problématique pour le GIEC. Le seul moment à la fin où il a été question de ce retard c’est quand j’ai posé une question disant que je ne comprenais pas pourquoi on parlait de preuve que le CO2 est responsable du réchauffement qu’on observe avec cette corrélation alors qu’on s’est aperçu que le CO2 était en retard sur la T° et je citais entre autre des publis de Science. Je crois que personne dans la salle ne m’a cru. Jouzel a alors noyé complètement le poisson et Laurius a simplement dit « mais tout le monde voit bien que la planète se réchauffe, enfin » (avec une supposition implicite que le seul paramètre qui a évolué au 20 iem siècle, c’est le CO2, ce qui est encore faux). Puis J Jouzel a signé ses autographes. J’ai trouvé cette mauvaise fois extrêmement grave de la part de Jouzel et Laurius. C’était peut être très dur de travailler en Arctique pour avoir leur carottage glaciaire et faire leur corrélation, mais au final, la corrélation obtenue ne sert à strictement rien pour leur « cause ». Par contre, pour leurs carrières, là oui ! Et quand on cumule cette supercherie avec celle de la courbe en cross de hockey puis avec les erreurs des modèles, et si on a en plus une petite fibre écolo et qu’on s’aperçoit du budget du GIEC, et bien c’est simple : on pleure et on est bouleversé !

    Je suis très étonné du peu de rigueur de ces 2 académiciens !

    Cordialement !

    J'aime

  5. Ping : Climathon, semaine 27 : la dérèglementation climatique | Mythes, Mancies & Mathématiques

  6. Ping : Jean Jouzel, toujours poursuivi par le prix Nobel | Mythes, Mancies & Mathématiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s