La virgule trompeuse

Devinez quoi : encore un « prix Nobel » pour Jean Jouzel. 

Comme il en a été question ici plusieurs fois (voir ici pour l’épisode précédent), le GIEC a reçu le prix Nobel de la paix en 2007 en tant qu’institution. En conséquence, aucun de ses membres, si éminent soit-il, ne peut se prévaloir de tout ou partie de ce prix. Redisons aussi que le GIEC lui-même a mis les choses au point il y a déjà six ans. Cela n’empêche pas Jean Jouzel d’être régulièrement « poursuivi » par ce prix. Voici donc le dernier exemple en date sur le site de l’association Météo et Climat dont il est le président :

JJouzelMeteoEtClimat

En-dehors du délire alarmiste habituel, il y a trois erreurs factuelles dans ce texte :

  1. le FIM (Forum International de la Météo et du Climat) se tiendra du 25 au 28 mai 2019 et non 2018 (inutile de me remercier, c’est de bon cœur).
  2. dans « prix Nobel de la paix », le mot « paix » ne prend pas de majuscule.
  3. Jean Jouzel n’est « co-prix Nobel » de rien du tout.

Évidemment, c’est surtout le point 3 qui compte.

Vous pensez que je pinaille avec le coup de la majuscule à « paix » ? C’est pourtant le même genre de pinaillage qui est nécessaire pour éviter l’argutie, dont je ne doute pas qu’elle pourrait m’être servie, consistant à prétendre que ce serait le GIEC qui serait qualifié de « co-prix Nobel » dans la phrase. (L’organe officiel du carbocentrisme ayant effectivement partagé le prix avec Al Gore.) Même s’il constitue sans doute une échappatoire potentielle bien pratique, un tel argument ne tient pas, car la phrase a pour vocation de donner un résumé du CV de Jean Jouzel, et non de présenter le GIEC. Par défaut, donc, c’est bien à Jean Jouzel, sujet principal de la phrase, que s’applique chaque élément de la liste des titres et fonctions.

Le cas précédent d’usurpation que j’avais relevé avait d’ailleurs cette même structure syntaxique, présentant cette fois Jean Jouzel comme « climatologue, ancien vice-président du GIEC, médaille d’or CNRS et prix Nobel de la paix« . Là, aucune ambiguïté : le GIEC n’étant pas médaillé d’or du CNRS, c’est bien de Jean Jouzel dont il était question pour chaque élément mentionné.

J’avoue ne pas comprendre pourquoi Jean Jouzel réduit ainsi son CV en retirant sa médaille d’or du CNRS sur le site Météo et Climat (a priori lu par des scientifiques plus souvent que par des politiques—  encore que, à voir la page d’accueil, il y a de quoi douter). Quoi qu’il en soit, le choix de la formulation n’est pas joli-joli, d’autant que, redisons-le, Jean Jouzel a parfaitement connaissance du problème. Il me semble donc nécessaire de lui écrire à nouveau pour avoir son avis. Un courrier lui est adressé en même temps que cet article est publié. Sa réponse sera bien sûr publiée in extenso s’il y en a une.

6 réflexions au sujet de « La virgule trompeuse »

  1. Là, on ne peut pas mettre cela sur le compte d’un journaliste mal informé attribuant trop rapidement le prix nobel à Jean Jouzel car c’est l’organisation « Météo et climat » qu’il préside qui a rédigé cela. Cette mauvaise information relève donc de la manipulation de son organisation qui ne peut ignorer que le prix nobel n’a pas été attribué nominativement à son Président.

    Il suffit de taper « Jean Jouzel prix nobel de la paix » dans un moteur de recherche pour voir toute la trainée médiatique, universitaire et politique de cette mauvaise information/manipulation.

    Le pire est que ce que promeut Jean Jouzel, à savoir la réduction drastique et coercitive des émissions de CO2 dans le monde, donc la réduction systématisée et autoritaire de l’utilisation des énergies fossiles, peut vraiment entrainer le monde vers de graves tensions, des difficultés énormes de développement économique, ce qui a des chances d’aboutir à des effets opposés à la promotion de la paix. D’ailleurs, très pratiquement, la colère des français sur les taxes des carburants justifiées par la lutte contre CO2, ça doit bien être un avant gout de la paix dans le monde selon Jean Jouzel.

    Donc non seulement, il n’a pas reçu le prix nobel de la paix mais en plus, ces idées peuvent être considérées comme allant à l’inverse de la promotion de la paix dans le monde.

    Et pour finir, il me semble qu’un prix nobel se doit d’être intègre tant le titre est humainement prestigieux. En usurpant le titre de prix nobel, Jean Jouzel nous montre qu’il n’est pas plus intègre que prix nobel.

    J'aime

  2. Il est bon de préciser que le prix Nobel n’est pas une garantie d’intégrité, le GIEC en est l’exemple même, bien accompagné de la dirigeante birmane et de l’ancien président US (aussi remarquable soit-il en comparaison avec son successeur).

    Aimé par 1 personne

  3. D’ailleurs, le seul à avoir reçu nominativement le prix nobel de la paix en 2007 sur le climat, c’est Al Gore (et non Jean Jouzel), qui a été condamné par la suite par la justice britanique pour les erreurs et manipulations de son film « Une vérité qui dérange ».
    Sur le fond, les prix Nobel attribués à Al Gore comme à Aung San Suu Kyi (situation des Rohingya) ou Obama (Guerre en Lybie) montrent bien que les élites norvégiennes sont elles aussi perdues, comme beaucoup d’élites occidentales. Elles sont perdues car elles ont perdu la compréhension du sens de l’histoire, ce qui les amène à mal projeter leurs décisions dans le futur. Cette belle idée du prix Nobel de la paix, comme d’autres belles grandes idées universelles, souffre donc malheureusement de l’errance des élites occidentales contemporaines dans la compréhension de l’Histoire.

    J'aime

  4. Le Nobel de la paix ayant été attribué à Yasser Arafat, terroriste manipulateur bien connu et assassin protégé de la France en son temps — ainsi qu’à un président américain avant même qu’il ait entrepris quoi que ce soit –, on peut bien l’attribuer à n’importe qui.
    Ne pas se l’approprier indument serait plutôt signe de bonne santé psychique.
    Mais les Narcissons sont prêts à tout pour se faire mousser.

    J'aime

  5. Y a t il un (des) avocat(s) à l’association des Climato Réalistes (co prix Nobel de la modération)
    qui puisse nous représenter (gratis) dans un procès pour escroquerie ou complicité d’escroquerie, c à dire s’attribuer des « qualités » que l’on n’a pas pour en retirer un bénéfice, autant que je m’en souvienne)
    Bon escroquerie est un peu fort, mais usurpation de titres ou quelque chose comme ça ?
    Rsique de perdre, mais publicité médiatique potentiellement importante.

    J'aime

  6. Ping : Jean Jouzel sur le prix Nobel | Mythes, Mancies & Mathématiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s