Voie sans issue

par Philippe Catier.

Privé de stratégie bien définie à l’avance et de moyens correspondants, le pays vit actuellement sous la protection d’un confinement plus ou moins strict qui tient lieu de politique de santé. En l’absence de maîtrise du danger nous sommes contraints à l’évitement. On ne peut critiquer cette attitude d’une part par respect de l’action de tous les soignants qui sont au front et d’autre part parce qu’il n’y a pas d’autre solution pour empêcher que les services hospitaliers ne soient submergés. Il s’agit donc d’une mesure technique.

Mais le virus court encore et nous voilà pris au piège derrière notre ligne Maginot.

En effet, pour guérir du virus, il faut avoir été à son contact, en quelque sorte pactiser avec l’ennemi, pour en être immunisé sans pour autant en mourir…

Il n’y a pas de solution miracle à cette question difficile et il serait imprudent et prétentieux de s’avancer sur ce terrain, mais il n’est pas inutile d’y réfléchir.

Si l’on regarde du côté des pays asiatiques qui à l’évidence maitrisent la situation on se rend compte que l’outil premier de leur (relatif) succès est le masque que tout le monde porte de manière habituelle au moindre rhume. Ces masques ne sont pas forcément scientifiquement efficaces pour protéger celui qui le porte car non « filtrant » et il y en a de tout types y compris artisanaux en papier ou en tissu, éventuellement lavables et réutilisables. Ils servent essentiellement à limiter la diffusion du virus en empêchant la projection des postillons que nous envoyons en parlant. Si l’on estime que chaque contaminé présente une capacité de contamination alentour de trois personnes, ce simple outil, même artisanal peut permettre de faire baisser suffisamment cette capacité en dessous de un, donc d’arrêter la diffusion.

Sortir de notre confinement en évitant la recrudescence de la contamination avec un nouveau rebond et redonner à notre pays sa mobilité et sa capacité économique est surement l’obsession de nos dirigeants. La solution du confinement individuel par le port obligatoire du masque dans l’espace public est certainement envisagée. 

Mais comment faire en avoir dénigré l’usage par la porte-parole du gouvernement Sibeth N’Diaye ou l’intermédiaire de grandes voix médiatiques comme le docteur Marina Carrère d’Encausse. 

Comment persuader la population après ces mensonges, soit-disant « pour la bonne cause » afin de réserver ces masques au personnel médical, que cette technique doit être imposée ?

Comment d’autre part inciter la population à confectionner des masques artisanaux quand il n’est donné crédit qu’aux masques filtrants qu’il ne sera jamais possible d’obtenir en quantité. D’ailleurs, si l’on veut respecter l’usage, il ne sera même pas possible d’obtenir en nombre suffisant des masques dit chirurgicaux, non filtrants ?

En outre aucun responsable ne pourrait sérieusement proposer le port de masques artisanaux sans se déconsidérer.

Alors, serions-nous dans une voie sans issue ?

33 réflexions au sujet de « Voie sans issue »

  1. Une solution aurait pu être de limiter le confinement aux personnes de plus de 65 ou 70 ans, ou atteintes de problèmes de santé facteurs de risque, ce qui aurait permis de maintenir l’activité économique (sans encourager le télétravail pour ceux qui le peuvent, dans la mesure où cela constitue une formidable inégalité sociale entre les cols bleus et les cols blancs). Mais cela aurait exigé de faire courir un risque statistiquement faible mais non nul aux autres, ce qui n’est plus possible de nos jours pour les gouvernants… Le problème est qu’on prétend mener une guerre avec des soldats qui ont peur de la mort, avec comme chefs stratèges les médecins…

    J'aime

  2. Il me semble un peu tôt pour tirer des conclusions et des enseignements sur cette affaire du covid19. Il faudra faire un bilan et un retour d’expérience mais à terme, et à froid. Pour ma part, je pense que les politiques sont perdus face à une totale nouveauté et c’est bien normal; leur immense inculture scientifique constitue un handicap insurmontable. Dès lors, ils se tournent vers les « experts », professeurs de médecine tout aussi déroutés mais souvent arrogants et immodestes. Dans ces conditions, l’action est difficile et la crainte de sanctions politiques, voire judiciaires, est grande, et les calculs en matière de communication souvent erronés. Nos dirigeants naviguent à vue et je suis sûr que les donneurs de leçons de droite et de gauche n’auraient pas fait mieux.
    Ils devront rendre des comptes, bien sûr (responsables mais pas coupables comme dirait Georgina) sur les masques, l’article fait bien le point, mais aussi sur la polémique « chloroquine » et là, ça risque de saigner.

    J'aime

    • Si des plans de contingence existaient, ils n’ont pas été suivis. La conséquence a été que rien ni personne n’a bougé, faute de scénarios préparés à l’avance, ou faute de s’inspirer des scénarios existants.
      Comme dans le cas du climat avec les climatologues, pour l’épidémie on s’aperçoit que l’avis des experts est important, mais qu’ils ne sont pas compétents pour faire des choix politiques (avec leurs répercussions sociales et économiques).

      J'aime

    • Vous êtes sûr que les donneurs de leçons de droite et de gauche n’auraient pas fait mieux…
      On fera les comptes après la fin de l’épidémie – du moins de sa 1ère vague – mais je suis certain que la comparaison du nombre de victimes par million d’habitants entre pays occidentaux (j’exclus les pays asiatiques qui sont sur le pied de guerre depuis les épidémies précédentes) montrera que nos dirigeants seront loin derrière d’autres dirigeants en termes de gestion du Covid-19. Déjà, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, Israël, montrent qu’ils font beaucoup mieux.

      J'aime

  3. Je ne crois pas à l’impasse :
    Les dirigeants peuvent dire à peu près tout et son contraire… On est habitué et ça ne choque plus personne.
    Si on dit de porter des masques même artisanaux, ce sera exécuté, car les gens n’attendent que ça.
    Je crois qu’ils commencent à réaliser que ce n’est pas une solution que de maintenir le lion en cage sans bouffer,
    Maintenant faut ouvrir la cage et les courageux se donnent le tour…

    J'aime

    • « maintenir le lion en cage »
      Argghh !…
      Quatre tigres et trois lions du zoo de New York souffrent de toux sèche. L’un des tigres a été testé, il est positif au Covid-19. Il aurait contracté la maladie auprès d’un gardien asymptomatique.
      https://www.sudouest.fr/2020/04/06/coronavirus-des-felins-d-un-zoo-de-new-york-atteints-de-toux-seche-un-tigre-teste-positif-au-covid-19-7390112-6095.php
      Ce satané « coco » pourrait-il s’avérer transmissible à nos animaux de compagnie ?
      Non ! Pas ça !
      Ce serait troporible… 😥

      J'aime

    • alors , compte tenu que
      1- la guérison survient dans 98% des cas (?)
      2- le traitement Chloroquine Azithromycine fonctionne (?)
      3- le masque n’est pas suffisant
      4- il faut devenir immunisé pour être guéri (pas de vaccins)
      pour sortie de l’impasse:
      1- sortir dans la rue ou dans le métro
      2- se faire contaminer et tester
      3- se faire traiter (rapidement…)
      Bon je dis çà mais je dis rien ! (émogi non disponible)

      J'aime

      • les personnes qui ont une contamination forte disent tous (plusieurs dans mon entourage téléphone) que c’est très pénible pendant quelques jours … mais ils n’ont pas eu droit au cocktail Raoult.
        Raoult osera peut être proposer, pour atteindre 70% d’immunisés avant le vaccin de laisser les non à risques (coeur, poumons, foie, reins, 5% connus de la sécu qui paye les traitements ) prendre le virus et se tenir près pour les 20% des 95% qui auront mal (niveau gastro et grippe sévères) de les héberger avec le cocktail servi avec le sourire). Ce seront des héros de fait !

        Aimé par 1 personne

      • pourquoi ne pas lister les patients sous chloro pour d’autres indications(cela devrait être facile et rapide car ils ont du faire usage de leur carte vitale) et tenter de voire si la contamination dans cette population est moins répandue, inexistante ou moins grave?

        hein?
        ce n’est pas du double aveugle randomisé, et publié?

        J'aime

      • j’avais aussi vu cela

        http://www.drroyspencer.com/2020/03/some-covid-19-vs-malaria-numbers-countries-with-malaria-have-virtually-no-coronavirus-cases-reported/

        mais il y a trop d’incertitudes , de biais, que pour en faire un argument

        par contre, ce contrôle effectué sur notre population, pourrait rapidement lever le doute.
        Ce serait un formidable argument pour la « libération », on serait tous en mode palu(du moins les vierges…)
        et également un formidable moyen de nous protéger, même avant les tests

        j’ai dit une bêtise?

        J'aime

      • @ joletaxi : certes, mais le protocole de Raoult est un peu différent en ce qu’il adjoint un antibio à la chloroquine, et dans le timing et les doses administrées. Cela dit, une différence significative (à condition que l’échantillon soit représentatif de la population, et là…) pourrait aller dans le sens d’une efficacité de la chloroquine.
        Plus simplement : aller sur le site le l’IHU Marseille, page veille/Covid-19 : les 2 chiffres du nombre de positifs (un peu + de 5000 actuellement) et du nombre de morts (33 ce matin) donnent un taux de décès de 0,63% ; à comparer aux 8 et quelques % de décès/positifs au niveau national. Cela me semble devoir se passer de commentaires.

        J'aime

      • Jacques
        vous envisagez le problème sous l’aspect du médicament pour soigner
        Tiens ce soir, un chef de service( fou ce qu’il y en a sur les plateaux ces temps-ci non?
        la chloro tue, surtout associée avec l’antibio, la cause est entendue.
        bon, certainement moins que le médiator, testé en triple aveugle mais bon, attendons les résultats des tests en triple quadruple aveugle
        me demande comment il va venir s’expliquer si jamais les tests (mais je gage que de toute façon au point où sont les choses, cela ne sera en aucun cas positif, impossible de donner raison à Trump, faut pas exagérer) auprès des familles qui auront perdu un proche « en attendant »
        Je ne parviens pas à comprendre comment des gens aussi intelligents peuvent se buter sur un problème de logique simple, j’en deviendrais complotiste.
        Le médicament est donné à titre préventif, depuis 50 ans, etc etc… mais non, moi je veux voir l’étude définitive., vrai que l’autre clown avait bien cerné le problème, ils sont trop intelligents.

        ma réflexion est plutôt de savoir si la prise régulière de la chloro pourrait immuniser , ce qui serait une bénédiction en vue de la « libération »
        cette vérification est me semble-t-il facile, rapide et indiscutable non?

        J'aime

  4. Le port du masque sous justification prophylactique dissimule (!) aussi autre chose: C’est l’apanage des civilisations hypocrites qui prennent soin de cacher leurs émotions, là est la triste vérité. Quand l’impassibilité est une posture congénitale, l’ajout d’un masque en garantit l’efficience, mais fera grossir ce que le politologue américain Robert Putnam a théorisé, la perte de la confiance, résultant largement de la perte d’homogénéité des nations. Passé un certain seuil, plus personne ne fait plus confiance à personne, et après, ne vous étonnez pas de ne plus trouver un appartement à louer, avec obligation de moult garanties, bientôt celle des arrière-grands-parents…

    Faire passer l’Asie comme un territoire d’avant-garde, alors qu’il s’agit d’un continent spécialisé dans le pilage technologique (Leur type de société répressive ne saurait développer l’innovation) et l’oppression multiforme, n’augure pas de lendemains qui chantent, et ouvre la voie à l’acceptation d’une soumission (Encore une…)

    J'aime

  5. Le port du masque systématique s’est répandu tardivement en chirurgie-dentaire, dans le début des années 90, années post-sida, où il faisait partie d’un arsenal plus large évitant les contaminations croisées. Il a été d’une certaine efficacité pour protéger les praticiens de diverses angines et autres infections ORL qui conduisaient à la fermeture du cabinet. C’est un outil, à considérer comme tel dans une épidémie, mais d’une utilité bien inférieure au diagnostic (test PCR) puis au traitement (azithromycine + hydroxychloroquine, ou chloroquine, ou fluoroquinolone sans doute, + antibiotique à large spectre parfois). Concernant l’assignation collective à domicile de la totalité d’une population nationale saine, punition jamais pratiquée nulle part dans l’histoire, (au contraire de l’isolement de malades contagieux qui est une bonne pratique), il est de ce fait impossible de lui attribuer le moindre bénéfice médical connu. Ce n’est donc absolument pas une mesure de santé publique mais un contrôle social extrémiste. Pire, le confinement, c’est à dire le fait de vivre enfermés dans les habitations, est une source essentielle d’infections ORL à la mauvaise saison. C’est la raison pour laquelle les pays nordiques, confinés pendant un long hiver, sont devenus les champions de l’hygiène (la référence en parodontologie a longtemps été le Suédois Jan Lindhe, ce n’est pas un hasard), sans quoi ces peuples n’auraient pas survécu. Proposer à une population méditerranéenne comme l’Italie du sud ou le sud de la France de rester confinée est une absurdité sanitaire. Ici, la faible culture de l’hygiène, car peu utile dans un pays chaud et sec, rend cette politique de confinement particulièrement meurtrière, d’autant plus quand le modèle familial anthropologique est la famille élargie, communautaire (en Italie) ou pire de type famille souche (donc avec les vieux à la maison, dans plusieurs grandes régions françaises). En Provence et ailleurs, les familles bravent aujourd’hui spontanément l’interdiction de sortie car elles savent confusément qu’au printemps, il s’agit de fuir au plus vite le logement confiné de l’hiver, pour sauver sa santé. Le reste est bourrage de crâne de médias stipendiés.

    Aimé par 1 personne

    • Mais au moins la promiscuité familiale obligatoire pourra générer de nouvelles affaires Dominici, ou petit Gregory, ce qui d’un point de vue romanesque pourrait enrichir un récit dramatique en voie de tarissement, l’éviction de « Faites entrer l’accusé » en témoigne…

      J'aime

    • il me semble difficile de contester que l’assignation collective à domicile a un bénéfice médical… au moins à court terme : les contaminations diminuent fortement, donc les maladies déclarées et les décès aussi. Le problème me semble plutôt de savoir comment on en sort, et si ce n’est pas contre-productif à long terme dans la mesure où cela retarde l’arrivée au seuil d’immunité collective. Cela a été décidé pour éviter un encombrement des services hospitaliers qui, au moins dans certaines régions, n’aurait plus permis de soigner tous les malades. Et comme nous sommes un pays centralisé, les mêmes mesures ont été prises partout. Il devait aussi y avoir l’idée que la menace du virus se dissiperait avec les beaux jours, mais rien n’est moins sûr. Entre temps, on est visiblement passé à un objectif plus ambitieux : limiter au maximum le nombre de décès dans l’absolu. On le voit bien actuellement, la pression sur les services de réanimation diminue un peu, mais le directeur de l’APHP Martin Hirsch appelle à maintenir voire à renforcer le confinement, en stigmatisant les mauvais citoyens parisiens qui ont eu pendant le week-end l’outrecuidance de sortir un peu trop longtemps leurs bambins de leurs 40 m2 habituels pour s’entasser sur les trottoirs, à défaut de parcs qu’on leur a intelligemment fermés… Dans une telle perspective, je vois de plus en plus mal comment on va en sortir s’il faut que les contaminations se fassent pour atteindre un seuil suffisant pour protéger la population… sauf à attendre un vaccin que, principe de précaution oblige, on va bien sûr mettre des mois, encore plus que le traitement de Raoult, à valider…
      Je reste aussi surpris de la manière dont les Français, peuple réputé frondeur pour des causes parfois bien plus futiles, acceptent cette extraordinaire restriction des libertés individuelles… Ca repose sur la peur du gendarme, mais pas seulement… il y a tout un contrôle social qui se met en place, pas seulement de la part des médias… vos voisins, vos collègues vous font la morale, « reste bien chez toi » à la fin de chaque mail… si vous osez dire que vous rivalisez de prétextes pour trouver votre sortie quotidienne, en achetant votre pain le lundi et votre steack le mardi, vous passez pour un mauvais citoyen… l’Ordre des médecins et d’autres associations de médecins, forts de leurs applaudissements quotidiens, font un recours au Conseil d’Etat pour obtenir un durcissement du confinement… leur mission est pourtant de soigner les malades, pas de décider de nos libertés publiques… c’est comme si on demandait au directeur de l’hôpital de Garches de définir la politique de sécurité routière, ce qui déboucherait inévitablement sur une limitation à 30 km/h même sur autoroute, ou à un chef de service hépatique de faire la politique vinicole…
      le problème ne me semble pas le recours à des experts pour décider, mais le choix des experts… si vous ne faites appel qu’à des médecins, vous avez des réponses de médecins… si les considérations économiques n’étaient pas un gros mot en France, réduit aux profits des méchantes entreprises du CAC 40, on pourrait peut-être prendre en compte d’autres critères… comme la situation socio-économique du pays… qui va d’ailleurs aussi avoir un fort impact sanitaire à plus long terme…

      Aimé par 2 personnes

      • La servitude volontaire et la dictature des bons sentiments entre dans les moeurs ! Qui pourra bientôt exercer son sens critique et avoir une opinion personnelle…?

        Aimé par 1 personne

      • hj1966 a dit :«il me semble difficile de contester que l’assignation collective à domicile a un bénéfice médical…»
        Le ralentissement de l’épidémie par le confinement généralisé semble exister, mais n’a pas l’air si efficace que cela.
        J’ai utilisé les données de l’université John Hopkins et j’ai tracé le graphe du nombre d’infectés depuis le 1er mars avec une échelle logarithmique. La courbe obtenue n’est tout à fait une droite, mais une arche qui s’incurve lentement, pour s’annuler vers le 106ème jour de l’année.
        Une régression linéaire sur le logarithme du nombre de cas avant et après le confinement donne une pente de 0,12 avant et 0,06 après. Objectivement l’infection ralentit, et peut-être le confinement a aidé. A moins que ce ne soit le début du printemps.

        J'aime

      • Il faut battre en brèche la notion spécieuse de « seuil d’immunité collective » car il s’agit d’un double mensonge se donnant l’apparence d’une vérité en travestissant le fait qu’une population largement vaccinée contre une maladie diminue le risque pour les personnes non vaccinées.
        1er mensonge: Pour un virus peu connu, il est impossible de savoir si la deuxième infection ne sera pas pire que la première, comme on le voit par exemple pour la varicelle, le zona étant une maladie plus grave. Il a été aussi observé pour la grippe que des personnes vaccinées peuvent contracter une grippe beaucoup plus grave l’année suivante. Quand on sait que pour le Covid-19 c’est l’emballement de la réponse immunitaire qui crée les lésions pulmonaires, il est bien aventureux de penser que l’exposition massive de la population au virus pourrait ensuite la protéger.
        2e mensonge: Face à une infection qui tue, ce qu’on veut éviter c’est que la population contracte la maladie. L’envoyer au casse-pipe en prétendant l’immuniser est un sophisme qu’un gamin de 7 ans peut résoudre.
        Enfin, vous nous expliquez avec autorité et sans aucun argument que l’arrivée du printemps n’affaiblit pas l’épidémie mais que le confinement le fait. Il est bien plus légitime de penser l’inverse puisque l’action du printemps est un phénomène connu pour enrayer les épidémies infectieuses alors que le confinement est un phénomène connu pour les accentuer. On peut lire à ce sujet Jules Payot qui, dans « Les Alpes Educatrices » (1933), a bien montré comme l’introduction du ski dans les Alpes avait amélioré immédiatement la santé des habitants montagnards en les déconfinant pendant le long hiver.
        Bref il faut laisser les gens libres et diagnostiquer puis traiter les malades qui vont se présenter volontairement chez leur médecin, comme on a toujours fait avant qu’on ne soit tous en captivité sur la planète des singes.

        Aimé par 1 personne

    • Il me semble qu’il faudrait comparer (en nombre d’infections ou en nombre d’hospitalisations) les pays (d’Europe et des EU) qui pratiquent ou non le confinement, pour voir si celui-ci a un effet sur l’évolution de l’épidémie.

      J'aime

      • c’est un peu difficile, car en Europe presque tous les pays entre-temps confinent plus ou moins… sauf la Suède, où l’on peut constater que la courbe ne s’emballe pas, aurait même tendance à progresser, avec les quelques jours de décalage de l’épidémie dans le pays, moins vite qu’en France ; en revanche, si l’on compare avec la Norvège, la Finlande et le Danemark voisins qui confinent, la progression est plus forte en Suède… faudra faire le bilan à la fin… si la Suède tient bon dans sa stratégie isolée…
        en réponse à Paulabrin, vous ne citez pas ma phrase complément, je disais que le confinement avait probablement un effet « à court terme »… et dans mon esprit, je voulais dire aussi a priori, parce que logiquement une réduction des contacts sociaux devrait réduire les contaminations.. en fait, nous sommes d’accord, je ne suis pas plus convaincu que vous… quand j’entends dimanche soir, quand les chiffres sont meilleurs, J.Salomon nous dire, « vous voyez, ça marche ! », et quand le lendemain, ils sont moins bons, il nous invite à durcir le confinement, je me dis qu’on se fiche un peu de nous, et que ceux qui se sont engagés dans une fuite en avant suicidaire qui met une économie par terre ne peuvent pas se déjuger…
        il est possible que l’échec du confinement vienne du fait qu’il soit intervenu tardivement au moins dans les régions les plus touchés, et que beaucoup de foyers comptaient déjà au moins un contaminé à sa mise en place, qui se retrouve confiné à contaminer les autres confinés !
        en réponse à Chistophe Desmaris sur l’intérêt d’atteindre un seuil d’immunité collective, je n’ai aucune compétence médicale en la matière, je ne fais que reprendre le point de vue de certains spécialistes différent du vôtre, mais je ne saurai pas vous départager…
        effectivement, on pourra être d’accord sur le fait que visiblement on ne sait pas grand chose sur ce virus, sa diffusion, sa durée, sa résistance à la chaleur, etc.

        J'aime

  6. Divers pays européens ont commandé à la RDC pour des millions de masques et de tests pcr. Hélas beaucoup de masques sont défectueux, mauvaises copies des masques américains, et de 20 à 80% des tests le sont aussi ! (GatestoneInstitute)

    J'aime

  7. La Corée du Sud a davantage axé sa stratégie sur les tests à grande échelle, le confinement des seuls cas positifs, le « traçage » des positifs pour tester les personnes ayant été en contact rapproché avec les positifs, le contrôle des frontières (tests, quarantaine si besoin…) et elle obtient un score sans comparaison avec les pays occidentaux. Sans parler de son économie, peu affectée par l’épidémie puisque la majorité des gens continuent à travailler, grâce à la maîtrise de l’épidémie.
    Le confinement (le masque étant une forme de confinement), c’est quand même la dernière des solutions, une solution du tiers-monde, quand on n’a pas été fichu de prendre les choses par le bon bout dès le départ. Qu’en l’absence de vaccin les personnes vulnérables soient confinées, cela se comprendrait, mais toute la population…

    J'aime

  8. Bon, tout cela n’est pas très gai, mais de grâce, pensez aux enfants, le temps presse, il est minuit moins une

    https://www.lalibre.be/planete/environnement/mars-2020-parmi-les-plus-chauds-jamais-enregistres-5e8b27747b50a6162b0aff15

    on a une catastrophe encours, mais pourquoi pas une débacle totale?

    les chinois ont d’autres projets
    https://www.thegwpf.com/china-extracts-record-amount-of-natural-gas-from-fire-ice-in-south-china-sea/
    un virus chinois… la déroute des économies, et le greendeal, deviendrais pas complotiste moi?

    J'aime

  9. L’état autorise enfin les labos et fournisseurs de la DSV à travailler pour le covid après 3 semaines de refus.
    3 semaines perdues en tergiversations, des centaines de millier de tests non réalisés, et qui auraient pu faire des prises en charge précoces, et aider les personnels exposés…
    13 mars
    https://www.lepoint.fr/sante/exclusif-comment-la-france-se-prive-de-150-000-a-300-000-tests-par-semaine-03-04-2020-2369955_40.php

    27 mars
    https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/l-etat-refuse-l-aide-du-laboratoire-veterinaire-d-indre-et-loire-capable-de-realiser-1-000-tests-par-1585240876

    6 avril
    https://www.nouvelobs.com/coronavirus-de-wuhan/20200406.OBS27127/enfin-tous-les-laboratoires-meme-veterinaires-peuvent-aider-au-depistage-du-covid-19.html

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s