Lettre de Clintel à Davos

Hier, un courrier a été adressé par Clintel à l’organisateur du forum de Davos. En voici la traduction française.

À l’attention de Borge Brende
Président du Forum Économique Mondial

Professeur Guus Berkhout
Président de CLINTEL

Le 20 janvier 2020.

Votre Excellence,

Malgré le réchauffement climatique, les derniers 150 ans ont vu un accroissement sans précédent de la qualité et de l’espérance de vie humaine partout sur la planète. C’est ainsi que la pauvreté n’a jamais été à un niveau aussi bas qu’aujourd’hui. Les statistiques nous disent que, grâce à des politiques d’adaptation intelligentes, le nombre de décès causés par les catastrophes naturelles a fortement diminué.

Il n’y a pas d’urgence planétaire, climatique ou autre. La crise climatique n’existe que dans les modèles informatiques. Oui, nous pouvons, et nous allons continuer à lutter pour faire mieux pour chacun, sur de multiples fronts, y compris la compréhension du climat et la détermination des meilleures stratégies pour s’adapter à ses changements.

Une terrible conséquence de l’actuelle panique causée par les modèles est que nous abandonnons des éléments-clés de nos systèmes énergétiques jusqu’ici efficaces, fiables et bon marché. Or ceux-ci sont le fondement de la qualité et de la durée de la vie humaine. La dégradation de notre énergie conduira inévitablement au déclin économique et à l’augmentation de la pauvreté, particulièrement dans les pays hors de l’OCDE.

Voilà pourquoi la prétendue « atténuation » climatique est une politique irresponsable. La base du développement économique et social est l’adaptation à l’évolution climatique.

Face à la bruyante rhétorique politicienne, nous pressons les dirigeants mondiaux d’accepter le fait qu’il n’y a pas d’urgence climatique. Nous avons amplement le temps d’améliorer la société à l’aide des avancées scientifiques. Ce temps doit être consacré à l’adaptation, une stratégie efficace dans tous les cas.

Nous vous invitons également à organiser avec nous une rencontre constructive et ouverte entre scientifiques de renommée internationale des deux côtés du débat sur le climat. Un tel événement s’inscrit dans le principe sain et ancien selon lequel toutes les parties concernées doivent être entendues. Audiatur et altera pars.

Cordialement, les ambassadeurs de CLINTEL,

Professeur Ivar Giaever, prix Nobel (Norvège)
Professeur Guus Berkhout (Pays-Bas)
Professeur Reynald du Berger (Canada francophone)
John Droz jr. (États-Unis)
Terry Dunleavy (Nouvelle Zélande)
Viv Forbes (Australie)
Professeur Jeffrey Foss (Canada anglophone)
Jens Morton Hansen (Danemark)
Morten Jødal (Norvège)
Professeur Demetris Koutsoyannis (Grèce)
Rob Lemeire (Belgique néerlandophone)
Professzeur Richard Lindzen (États-Unis)
Dr. Thiago Maia (Brésil)
Dr. Henri A. Masson (Belgique francophone)
Professeur Ingemar Nordin (Suède)
Jim O’Brien (Irlande)
Professeur Ian Palmer (Australie)
Douglas Pollock (Chili)
Professeur Alberto Prestininzi (Italie)
Dr. Benoît Rittaud (France)
Professeur Fritz Vahrenholt (Allemagne)
Viconte Monckton of Brenchley (Royaume-Uni)

15 réflexions au sujet de « Lettre de Clintel à Davos »

  1. pragmatique mais je regrette l’usage de « réchauffement climatique » qui est universellement utilisé comme incluant la cause du CO2 anthropique. Le réchauffement de la terre est réel, depuis 150 ans + , , personne ne peut le nier, mais il faut faire réapparaître les causes possibles ou l’absence de cause démontrée par les faits .

    J'aime

  2. Ping : LETTRE DE CLINTEL À DAVOS | Le blog de Reynald Du Berger

  3. Il faut que j’écrive cet article qui montre qu’il n’y a pas d’urgence mondiale. J’ai regroupé toutes les données et graphiques. Grosso modo : 9000 décès de CatNat en 2019 (dont aléas geophysiques compris), tendance baissière sur les 30 dernières années (52000 morts/an en moyenne) et ceci pour tous les quantiles de revenus de la population. Pareil pour les dommages, tendances baissières en % de PIB pour tous les quantiles de population.
    Ces chiffres sont validés par les Nations Unies.

    J'aime

  4. Il y aurait donc un décalage entre les données des Nations Unies et celles de l’IPCC, agence dépendant administrativement des Nations Unies ?
    Ce serait un peu comme la polémique entre le CIRC et l’OMS dont il dépend.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s