Le magazine « Causeur » rompt le consensus médiatique sur le climat

par Benoît Rittaud.

Jusque là, dans le paysage médiatique français, aucun média d’importance ne soutenait une position critique sur l’alarmisme climatique. Les choses viennent de changer avec le nouveau numéro du mensuel Causeur (n°66, mars 2019), qui affiche la couleur.

Un premier domino avant d’autres retournements ?

« La dévotion congédie la discussion« , lance Élisabeth Lévy qui, dans son éditorial d’ouverture d’un dossier de plus de trente pages, distingue le réchauffement constaté des apocalyptiques projections futuristes : « le domaine de la vérité incontestable ne saurait être étendu aux hypothèses pour le futur« .

Si, comme on peut s’y attendre, le magazine offre de la question un point de vue décapant, il ne s’agit pas à proprement parler d’un engagement climato-réaliste, mais plutôt d’une ouverture de débat. Dans l’une de ces formules dont elle a le secret, Élisabeth Lévy estime qu' »il est curieux de vouloir sauver la diversité du vivant et de se soucier si peu de celles des idées.« 

On se réjouit donc de lire un article de François Gervais. Celui-ci reprend quelques unes des idées exposées dans son dernier ouvrage paru dans notre collection « Grandeur nature » des éditions de l’Artilleur (L’Urgence climatique est un leurre, 2018) : la Terre verdit grâce au CO2, l’évolution du climat n’a rien de catastrophique, les coûts de la transition énergétique française sont prohibitifs et inutiles.

Ces doutes sur la transition énergétique, de plus en plus audibles depuis quelques mois, sont brillament développés par un nouveau venu dans l’arêne : Loïk Le Floch-Prigent. Dans son excellente interview (qui vaut mieux que son titre en forme d’alerte sur la démographie), l’ancien PDG d’Elf est impitoyable aussi bien avec les énergies renouvelables qu’avec le « tout-voiture électrique » ou le renoncement à nos ultimes centrales au charbon. Si enfin quelques industriels lucides daignent prendre la parole publiquement pour donner leur avis sincère, c’est que tout n’est pas perdu.

Signalons encore un article très bien tourné de l’un des conférenciers de la Contre-COP24, Bertrand Alliot, qui mène une critique serrée des étages successifs de l’alarmisme climatique (y a-t-il vraiment de quoi s’inquiéter ? Si oui, sait-on vraiment quoi faire ? Si oui, les solutions sont-elles applicables ?), puis se livre à une démolition en règle de l’idée d' »état d’urgence climatique ». « Finalement, écrit-il, l' »objet climatique » tend à soustraire la politique à l’Histoire et à organiser un défilé d’incertitudes, tandis qu’il n’offre aucune prise à l’instinct de survie.« 

Au milieu de tout cela, les deux pages accordées à François-Marie Bréon (bien connu de nos services pour estimer que la question climatique s’oppose à la démocratie) pour défendre l’orthodoxie giécienne font pâle figure. Les responsables du dossier pensaient sans doute équilibrer un peu les propos en lui donnant la parole. En pratique, l’auteur n’a fait que réciter son mantra de manière caricaturale, tel un dévôt à jamais sourd aux objections qui lui sont présentées. Son titre, « Le changement climatique c’est maintenant », révèle à lui seul un point de vue resté figé dans une époque, celle du « consensus » et des « certitudes ». Une époque qui s’éloigne, inexorablement.

41 réflexions au sujet de « Le magazine « Causeur » rompt le consensus médiatique sur le climat »

  1. C’est une excellente nouvelle, néanmoins les frémissements de retour à la raison que l’on sent en ce moment ont peut être une raison plus banale. L’idée que la transition climatique est une occasion de lever des taxes a commencé à perfuser et la révolte gilet jaunes contre la taxe carbone a sans doute fait comprendre à nos gouvernants que le filon était en train de s’épuiser et qu’il convenait donc maintenant de trouver un autre épouvantail. Quel sera le prochain ?

    J'aime

  2. Coucou,

    J’aurais préféré un magazine de gauche, progressiste, mais je crois que Madame Levy n’est pas de gauche; C’est elle qui se défini ainsi; c’est curieux.

    , si çà peut faire bouger les lignes de façon intelligente.

    bonne soirée

    stéphane

    J'aime

    • Oui, néanmoins E.Levy n’est pas d’extrême droite. Pas de pb de racisme ou d’antisémitisme avec ce journal.
      Bref, ça me va, même si j’aurai préféré aussi un journal plus à gauche..Mais je suis quand même content (pour une fois).

      J'aime

      • cOUCOU,

        Je viens de lire les commentaires des lecteurs sur le site. hou la la.
        Je ne connais pas mme levy. J’ai juste lu son cursus dans wikipedia. A part qu’elle est née le même jour et la même année que moi, ben, fuat que je l’ecoute ou la lise, car la çà part pas dans le bon sens. hum hum

        Comment dit on, les gens se lachent …la bétise immonde ruisselle dans les commentaires. çà me rappelle les commentaires sur libe ; quelques mois après l’ouverture, « le canard sans tête » (le modératuer) ne pouvait plus rien faire. l’espace de liberté avait duré le temps du printemps, et les idées extremes ont vite rempli l’espace de leurs commentaires nauséeux ou nauséabonds ou les deux.

        Je vieilli sans doute: Que de temps perdu, disait l’artiste.

        Bonne journée

        Stéphane

        J'aime

  3. Dans les faits plus personne ne nie le réchauffement, ni sans doute le rôle des GES émis par l’homme. Ce n’était pas le cas il y a quelques années. Maintenant il reste à quantifier ce RCA sur 50ans à 100ans et surtout les conséquences à attendre. Employer le mot catastrophe est subjectif dans la mesure où on n’est pas certains de l’ampleur des réactions complexes de la machine climatique. Certains minimisent ces effets d’autres les exagèrent peut être. Toujours est il que le système est déséquilibre et il est et il sera encore longtemps difficile de modéliser ces effets. L’amplification voire l’emballement ne sont pas exclus. Et dans ces cas il faudra jouer aux apprentis sorciers en geoingénierie pour contrer le réchauffement. Car 4 ou 5°c de plus est ce qui sépare une ère glaciaire d’une période normale comme celle que nous vivons depuis des milliers d’années…alors quid de 5° de plus à votre avis ?

    J'aime

    • « Plus personne ne nie le réchauffement » Ah bon! A ma connaissance, il y a bien réchauffement jusqu’en 1998 sur une période d’une trentaine d’années , comme il y a un réchauffement depuis le petit âge glaciaire après le réchauffement médiéval où le CO2 du à l’activité humaine devait être rare! Avez vous entendu parler du « climate gate » quand Hansen envoie un mail à un acolyte de l’East Anglia « How to hide the decline »? La presse collabo de la secte réchauffiste affiche les records de chaleur depuis le début du siècle ( statistiquement, il faut bien qu’il y en ait) mais les records de froid (-72 à Yakoutia en 2017) sont mis sur le compte du….dérèglement climatique! Cette pensée très soviétique doit être prise pour ce qu’elle est : un enfumage d’essence totalitaire!

      J'aime

      • Actuellement le taux de CO2 augmente très fortement et risque de continuer à augmenter. Dans ce cas, effectivement, si la relation de Arrhénius/Wigley/Hansen/Myrhe est correcte, la T° devrait augmenter elle aussi de manière significative.
        Si la relation est fausse, les prévisions le sont aussi. Cette relation est l’un des problème à discuter.

        Le taux de CO2 peut aussi commencer à diminuer sans intervention humaine : dans le passé, cela s’est produit à de nombreuses reprises.

        J'aime

      • La « sensibilité climatique sans contre-réaction » est d’environ 1°C pour un doublement de la concentration de dioxyde de carbone. Mais au niveau du sol, il y a trois filières d’évacuation de la chaleur: les infra-rouges, la convection et l’évaporation. Les infra-rouges comptent pour 1/3 seulement. Si l’on bouche légèrement la sortie infra-rouge, les deux autres débiteront plus fort.
        Peut-il y avoir amplification ? C’est peu probable. Si l’augmentation du « forçage radiatif » provoquait une augmentation des températures, qui provoquait une augmentation de forçage radiatif, ceci se produirait quelque soit la cause de l’augmentation du « forçage radiatif » ou de la température. Le phénomène existerait aussi pour la vapeur d’eau et on observerait les variations caractéristiques d’un système bouclé avec des rétro-actions positives.
        La sensibilité climatique avec convection et évaporation et contre-réactions est donc très probablement inférieure à 1°C. Dans ces conditions, le réchauffement (s’il continue) aura des conséquences favorables. Il n’y a pas d’urgence climatique.

        J'aime

      • Oui et cet emballement ad libidum se serait alors déjà produit dans le passé, ce qui n’est pas le cas.

        J'aime

      • Les contre réactions sont évidemment le nœud du problème. S’il existait des contre réactions amplificatrices, le système se serait fatalement à un moment où un autre éloigné fortement de son domaine habituel de fluctuations. A supposer que cela soit arrivé, il a forcément fini par atteindre un état où des contre réactions plus puissantes l’ont ramené vers ce domaine habituel. Le point clef est que notre système a beaucoup vécu et que l’on sait donc qu’il est capable de résister à de fortes perturbations. On pourrait bien sur penser que si toutes les perturbations possibles et allant dans le même sens se manifestaient simultanément (en gros la vague scélérate quand toutes les ondes arrivent en phase au même point) alors on pourrait s’éloigner encore plus du centre du domaine que les précédents records. Mais l’effet du CO2 est il vraiment significatif face à toutes les sources de perturbation : activité solaire, éruptions volcaniques, chutes de météorites, formation de chaines montagneuses comme l’Himalaya, réorganisation des continents et donc des circulations océaniques…

        J'aime

      • Je suis climato-réaliste pour ma part mais puis vous assurer que le réchauffement existe bel et bien, cela depuis le « minimum de Maunder » en 1695-1705.

        C’est un réchauffement très lent et très progressif, qui n’a absolument rien d’alarmant : entre 0,4°C et 0,8°C par siècle.
        Pour le XXè siècle, entre 1900 et 2000, malgré des rejets de CO2 sans précédents, le GIEC rapporte lui-même que le réchauffement n’a été que de 0,8°C (échelle mondiale) et, selon Météo France, de 0,6°C seulement (échelle de la France).

        Ce lent réchauffement explique la hausse du niveau des mers, enregistrée depuis la construction des premiers marégraphes en 1820 (200 ans de mesure) : les mers montent au rythme de 1,5 à 2,0 mm par an, soit de 20 cm par siècle tout au plus. Cette hausse est davantage la conséquence de la dilatation des eaux océanique qu’à une quelconque « fonte des glaces ».

        J'aime

  4. Merci les Gilets Jaunes !!!
    Je pense que l’on a encore peine á estimer l’electrochoc planétaire que ce mouvement a crée . Et je pense que cela permet l' »outing » de nombreuses personnes ( meme si je n’avais guére de doute sur les positions de E.Levy ou de M.Onfray ou encore de Le Floch Prigent …)

    J'aime

  5. BIen sur, plus de CO2 c’est bon pour les plantes – sauf que ça leur prends plus d’eau pour y arriver. Ce qui de fait devient une rareté en cas de réchauffement. Bref augmenter le CO2 – même s’il n’y avait pas de réchauffement – requiert plus d’eau. Et il en manque déjà de cet eau. Alors on fait quoi maintenant ? À part gueuler contre les taxes sur tout, une fois que ce combat sera gagné en éliminant les taxes stupides – qu’est-ce qu’on fera avec ce niveau de CO2 ?

    Ah ces as d’il ne se passe rien et ne se passera rien. Toujours des idées en règle de 3, mais aucune vérification sur les conséquences.

    J'aime

    • Bonjour
      Je ne fais pas partie de ceux pour qui rien ne se passe et rien ne se passera.
      Par contre, je me méfie de toutes les idées reçues.
      Et il est possible que le réchauffement augmente les quantités de précipitations et donc les ressources en eau. Pour être tout à fait exact personne n’en sait rien ; je ne vous dirais donc pas que vous avez tort ou raison.
      Il ne s’agit donc pas de gueuler mais bien de regarder les choses avec distance : contrairement à ce qui se dit ici et là beaucoup de conséquences du réchauffement climatique sont complètement inconnues.

      J'aime

    • « Et il en manque déjà de cet eau. Alors on fait quoi maintenant ? »
      Je vous suggère de lire :
      Jean de Kervouasdé et Henri Voron. — Pour en finir avec les histoires d’eau. L’imposture hydrologique, Plon, septembre 2012.
      (édition papier)

      (format Kindle)
      « La vision apocalyptique sur le manque d’eau est, pour l’essentiel, totalement infondée. La réalité est plus heureuse et la vérité empirique à l’opposé des lieux communs. »

      J'aime

    • Il se trouve qu’avec des concentrations de CO2 plus élevées, les plantes utilisent mieux l’eau dont elles disposent (elles en évaporent moins). D’ailleurs, les zones semi-arides ont fortement reverdi ces dernières décennies. Et puis l’augmentation des températures augmente aussi la quantité d’eau évaporée au dessus des océans…
      Tout ça c’est très qualitatif. Mais à priori c’est plutôt le bon côté du réchauffement.

      J'aime

  6. Encore une fois, vouloir contrer l’hystérie actuelle avec des arguments rationnels,est sans espoir.
    Par exemple
    https://www.lalibre.be/actu/belgique/marche-pour-le-climat-le-corps-scientifique-de-l-uclouvain-rejoint-les-etudiants-ce-jeudi-5c8001287b50a607245063c8
    croyez-vous que tous ces scientifiques ne croient pas, ne sont pas intimement persuadés de faire oeuvre utile, leur devoir?
    Comment voulez-vous débattre avec eux?
    Ce combat est perdu depuis longtemps.Et même si tous nos sacrifices(et cela ne fait que commencer:http://notrickszone.com/2019/03/05/the-german-green-new-deal-the-12-commandments-to-stop-global-heating-cornerstone-for-new-religion/) ne serviront strictement à rien, moralement c’est inattaquable,qui veut dégrader la planète?
    comment répondre à ça?
    https://www.lalibre.be/debats/opinions/careme-et-climat-font-bon-menage-5c7ea0029978e2710e97ecd5
    nous sommes coupables, du dérèglement climatique(comme s’il avait jamais été réglé?),et en général de tout y compris des ongles incarnés( cette dérive de mettre des souliers…en cuir horreur)
    c’est ahurissant, on assiste médusé à cette destruction systématique des durement (une pensée .. en passant devant les terrils…)acquis de notre société moderne.
    Bah, rien de plus valorisant que la pauvreté heureuse, la privation valorisante,aucun sacrifice n’est inutile pour notre salut
    et cela vient de loin, c’est même peut-être inscrit dans nos gênes, la peur que le ciel ne nous tombe sur la tête
    https://nantt44.wordpress.com/2019/02/19/chapter-viii-betius-charmutha-arabia-felix-and-the-climatic-change/
    à combien était le taux de CO2 à cette époque

    J'aime

    • Sans espoirs?
      mais je pense que le mur de la réalité va s’approcher de plus en plus vite, et avec l’imminence de déluges de taxes diverses et variées, les yeux vont s’ouvrir, les oreilles se déboucheront (voilà que je parle comme un prophète ;))
      Et n’oublions pas les GJ!

      J'aime

      • Trump a déjà donné le signal, les autres vont suivre. De toutes façons il n’y a que deux façons de réduire significativement les dépenses publiques sans couper dans des services publics et un modèle social auxquels les français tiennent. La première est d’arrêter de subventionner une transition énergétique inutile et ruineuse. Pour mémoire car c’est hors sujet ici, la deuxième est d’arrêter une immigration ruineuse.

        Aimé par 1 personne

  7. Non renseignez vous. La montée des températures depuis 50 ans n’est pas linéaire. Il y a des périodes de fort gradient (surtout avec el nino) puis d’autres plus plates. Oui 1998 à 2008 était en effet plutôt en faible gradient, maisdepuis 2009 à 2018 , la courbe des moyennes mobiles a recommencé à monter avec les 5 dernières années les plus chaudes depuis 150 ans. Qiand vous parlez de record de froid, il faut que vous fassiez le rapport avec les records de chaud. Et c’est la moyenne qui comptera. Pour les mois, les saisons, les années idem. Calculez des moyennes qui puissent être comparées sur des durées assez longues. Et là aucun doute possible. Ça continue d’augmenter. Exemple sud ouest de la France +1.8°C en 40ans. Donc environ 0.4°c par décennie (4° par siècle).

    J'aime

  8. Magazine intéressant, on voit bien l’impossibilité de politiser la question écologique.
    Pour revenir juste sur Meadows et Servigne j’ai un peu de mal à saisir l’aspect millénariste ça parle plutôt par des faits bien observable de comment l’homme sature son environnement.
    En pour « l’habillage savant » je crois que Gervais est plutôt pas mal en son genre aussi :

    Enfin comme beaucoup de ce qu’on lit ici d’ailleurs, fin bref.

    J'aime

  9. Ah oui et Grothendieck dans son engagement militant a fourni un travail remarquable et même dans ses écrits de fin de vie (très largement) mystique il y a des réflexions remarquables sur la psyché.

    J'aime

  10. Poser une sinusoïde sur des courbes incomplètes pour expliquer le climat c’est un peu comme vouloir expliquer la faiblesse du rapport Meadows par son recours à l’exponentielle.

    J'aime

  11. CE n est pas un réchauffement mais un asséchement de l air et des terres …
    Pour quelle raison ? Le mûrissement est lié à la chaleur.
    Pas vraiment du reste un climat chaud devrait être aussi humide et donc un paradis tropical florissant et abondant , ce n est pas ce que nous constatons , il s agit d un asséchement de l atmosphère , des cours d ‘eau , sublimation des glaciers et précipitations courtes et forte sur des terres très sèche …
    Pour quelles raisons et pour quelles conséquences ?
    C’est bien la définition d’une modification du climat.
    OUI le climat se modifie mais on ne sait pas encore pourquoi … quand a l origine anthropique ce n est pas sérieux c est de la propagande …
    Alors voici ainsi ce que pourrait etres l origine et les buts des ependages type chemtrails ! LE BUT EST L ASSÉCHEMENT ATMOSPHÉRIQUE , LE BUT EST DE RÉDUIRE LES RÉSERVES D EAU POTABLE EN LIMITANT 1 ) L HUMIFICATION DE L AIR PAR ÉVAPORATION NATURELLE 2) MAINTENIR UNE PLUVIOMÉTRIE DÉFICITAIRE SOIT PAR MANQUE DE PRÉCIPITATION NATURELLE SUR DE LONGS TERME , SOIT PAR DES PRÉCIPITATIONS DE MOUSSON SUR SOL SEC , LE RÉSULTAT EST AFFAIBLISSEMENT DES COURS D EAU ET DES NAPPES PHRÉATIQUES … LE BUT FINAL EST DE PROCÉDER A LA RARÉFACTION DE L EAU POTABLE AFIN DE CRÉER UN MARCHE MONDIAL DE L EAU PRIVATISÉE ! CAR COMME TOUJOURS , TOUT CE QUI RARE EST CHER !

    J'aime

  12. Enfin un débat qui s’ouvre sur le climat et ses aspects religieux … on lit parfois : « la communauté scientifique s’accorde à dire qu’il y a un réchauffement climatique lié à l’augmentation du taux de carbone et de l’activité humaine ». Je suis scientifique à l’Université et mes collègues ont pour la plupart un avis très fixe sur la question qui confirmerait ces propos.

    Néanmoins quand on creuse la question, aucun d’entre eux n’a réellement regardé les courbes du GIEC, ou ne connais le taux de CO2 dans l’athmosphère mais ne font que répéter des propos cités dans les médias parce que celà fait bon genre. Cette hypocrisie est dangereuse. Le libre arbitre a quitté les bancs de l’université et c’est un fait très inquiétant.

    A titre d’exemples simples, certains ne croient pas qu’au moyen age la glace du pôle nord était fondue (Groenland = Terres vertes = voyages des vikings vers le nord cf Eric Le Rouge) et qu’elle s’est reformée lors de la petite période glaciaire (fin du règne de Louis XIV = Découverte du champagne par Don Pérignon qui a conclut que la mauvaise qualité du vin, de par ses bulles, était liée au refroidissement athmosphérique et qui l’a conduit à développer la méthode champenoise).

    Et concernant le niveau de la mer qui montera de 25 m comme certains articles soit disant scientifiques l’affirment et que mes collègues répètent sans cesse depuis la reprise dans les médias l’été dernier, … des traces géologiques montrent que celà n’ira probablement pas au delà de 2 m dans le pire des scénarios. Il suffit de raisonner avec la poussée d’archimède pour comprendre que celà n’arrivera pas (La plus grande masse d’eau aux pôles est déjà sous l’eau et son volume diminue en fondant).

    Le GIEC propose un floppée de modèles qui ont tous l’air plus faux les uns que les autres. Je les plains d’avance quand l’opinion publique va se retourner. Ils jouent un jeu très dangereux.

    L’histoire montre que le climat ne fait que changer sans intervention humaine. Pour ma part celà me suffit pour comprendre que c’est un faux débat politisé et pas du tout scientifique … Dans quel but?

    J'aime

  13. Ping : « Le Spectacle du monde  consacré au climato-réalisme ! | «Mythes, Mancies & Mathématiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s