Rouges, jaunes… et après ?

par Philippe Catier.

La capacité de nuisance du CO2 a dépassé tout ce que les oracles du GIEC ont pu prévoir. C’est dire la preuve de leur insuffisance : malgré toutes les campagnes de presse, les rapports alarmistes, les injonctions des politiques, les vidéos culpabilisantes, les interventions des vedettes du showbiz, rien n’y a fait : le CO2 reste une valeur sûre. Il est le socle des catastrophes écologiques.

J’entends par catastrophes écologiques non pas celles que l’on pourrait craindre du climat qui nous amèneraient à la fin du monde. Non !, non ! qu’est-ce que vous allez croire ? Vous savez bien qu’il n’en est pas question, et encore moins du fait de sa fraction anthropique francaise, puisque la dissociation des courbes CO2/Température  prouve le contraire et que les modèles du GIEC ont fait la preuve de leur erreur.

Non ! Sa capacité de nuisance s’exerce à l’encontre de ceux qui veulent nous en faire payer le prix, j’ai nommé les écologistes politiques et ceux qui les soutiennent, voyant un bel effet d’aubaine pour renflouer les caisses en continuant une politique dispendieuse.

Pour preuve : d’abord les bonnets rouges, ensuite les gilets jaunes.

Les bonnets rouges

L’affaire de l’écotaxe avait pourtant démarré sous les meilleurs auspices dans une belle unanimité multi-partisane lors du « Grenelle de l’environnement en 2007 ». Jean-Louis Borloo tout sourire, comme Nathalie Kosciusko-Morizet, avaient réussi la mobilisation des participants dans un bel enthousiasme sans contradicteurs. Nicolas Sarkozy se faisait congratuler par Al Gore pour sa détermination à éradiquer le mal : « J’en prend ici l’engagement, nous le ferons ! »

Le texte est voté en 2009. Les années passent, les dirigeants changent et, en 2013, après des années de palabres mezzo voce avec les producteurs bretons, les bonnets rouges font tomber les premiers portiques et gagnent la partie en 2014. La taxe carbone poids lourds dite « écotaxe » est annulée. Bilan : au bas mot 1,5 milliards et beaucoup d’emplois envolés.

Les gilets jaunes

Le monde écolo-politique ne tire aucune leçon de ce fiasco et met en œuvre en catimini une taxe carbone générale dont le coût, initialement de 7 €/tonne, explose et déclenche la révolte des « gilets jaunes » qui agrège désormais beaucoup de revendications et dont on ne sait pas jusqu’à quelles extrémités elle ira.

On sait cependant qu’elle a déjà couté au bas mot 3 milliards.

Et la taxe carbone a été supprimée …jusqu’à nouvel ordre.

Il est donc frappant de voir que c’est à partir du CO2 et des taxes censées éradiquer sa production que se manifestent ces réactions hostiles, alors même que les médias, les ONG et les politiques nous annoncent en permanence que l’unanimité est faite au sujet de sa nocivité. Quel est donc ce mystère qui fait que malgré un tapage considérable et l’assentiment improbable de « 97% » des scientifiques », aucune mesure ne puisse être mise en œuvre au sujet de « la fin du monde carboné » ?

On ne peut qu’invoquer, à l’encontre de ce que l’on appelle la science climatique, une incrédulité qui provient du simple bon sens, que je qualifierai volontiers de « paysan » c’est-à-dire de ceux qui ont l’expérience de ce qui fait le pays : le terroir et le climat, auquel des générations se sont fait une idée raisonnable et se sont adaptées. Aucun catastrophisme issu des cerveaux théoriciens ne saurait les atteindre. Ils n’y voient qu’une variation habituelle et d’ailleurs peu significative. Ils sont d’accord pour écouter la « voix du bien » mais, au fond d’eux-mêmes, ont conscience intuitivement des forces à l’œuvre, et estiment que rien de tout cela ne saurait justifier une nouvelle taxe.

On se plaît à penser que cette idéologie carbocentrée est le fait d’esprits forts mais déconnectés de la nature des choses.

Et après ?

Et désormais, ne voit-on pas poindre à l’horizon un nouveau scandale ? Ne voit-on pas que, toujours soucieux de limiter les émissions carbonées pour sauver le climat, nos dirigeants poursuivent dans cette voie délétère en voulant changer les sources de productions électriques ? N’a-t-on pas assez, pourtant, des expériences des pays voisins comme l’Allemagne pour se rendre compte que la « transition énergétique » est un nouveau fiasco annoncé ? Environ 8 milliards par an sont prévus pour recouvrir notre beau pays d’éoliennes et de panneaux solaires dont on connaît l’inéfficacité énergétique du fait de leur intermittence et de l’impossibilité du stockage. 

Tout cela à cause du CO2 dont aucun de nos annonceurs de catastrophes ne veut voir qu’aucune corrélation existe entre sa courbe de croissance régulière et celle de la température depuis vingt ans !

Heureusement quelques voix, en dehors des climato-réalistes, se font entendre et il semble que ce message ait déjà passé le « mur du son radio » en 2017.

Mais déjà deux ans ont passé depuis cette révélation radiophonique et le monstre écologique poursuit sa course imperturbable dans un silence coupable sous couvert de bonne conscience et d’une opinion qui ne veut pas passer pour responsable du désastre annoncé. 

Bonnets rouges, gilets jaunes et après ? Le scandale viendra certainement de la transition énergétique et son financement.

Le CO2 résistera-t-il encore  dans les consciences à cette avalanche de taxes imbéciles en provoquant une levée de boucliers salutaires ? Si l’on en croit les épisodes précédents, il y a tout lieu de le penser. Mais par quelle violence, et à quel prix ?

13 réflexions au sujet de « Rouges, jaunes… et après ? »

  1. Superbe article qui résume bien la situation des taxes climatiques et qui met en perspective le fiasco annoncé de la transition énergétique à coups d’EnR et, malheureusement, de possible autres révoltes à venir.

    J’aime

    • En effet et plein de députés, écolos.. veulent remettre son augmentation sur la table. S’ils le font, il va y avoir du sport, d’après ce que j’ai pu en comprendre de ce qui se passe près de chez moi. Car ceux qui se sont montrés le 17 nov et qui ne sont plus dans le mouvement GJ sont prêt à revenir en force cette fois. Mais comme dit Phil, ils ont du mal à comprendre à haut…

      J’aime

      • Coucou,

        Je croyais que vous n’habitiez plus en France !

        La démocratie, cela n’est pas la loi du plus fort sur les ronds-points ou ailleurs .
        C’est un débat public ouvert, avec des gens qui sont elus par tous et qui votent les lois. C’est peut-être çà qu’il faut ré apprendre aux gens, comment fonctionne une démocratie représentative.

        Bonne journée

        Stéphane

        J’aime

      • Ca va, toutes mes positions sont pro-démocratiques. Après, ne pas comprendre qu’on va droit vers des révoltes avec =les chutes brutales de niveau de vie et l’imposition par la force que va entraîner la transition énergétique, malgré les bonnets rouges et les gilets jaunes, c’est vraiment faire une politique de l’autruche.

        J’aime

      • Coucou,

        La vous inversez l’histoire. De mémoire, pour les bonnets rouges, une loi a été votée par l’assemblée nationale, et par la force, représentant je ne sais quels intérets particuliers régionaux, , « les bonnets rouges » ont tout cassé.

        Je suis pour que le rapport de force ait lieu dans les urnes, et pas sur la route. C’est tout. Que chacun ait le droit de manifester sans se faire tabasser.
        Masi que le chasseur, l’ecolo, le conducteur de poids lourd, m’impose son point de vue en bloquant et cassant, ou en me menaçant avec son fusil, la , je ne suis pas d’accord.

        C’est tout.

        Quand a la transition energetique, il faudra la subir, de gré ou de force si l’asie s’approprie le pétrole et donc le pouvoir d’achat selon mr jancovici; autant s’y préparer et être plus intelligent.

        bonne journée

        stéphane

        J’aime

  2. Il n’y a point « d’oracles du GIEC » ou de « modèles du GIEC » puisque cette instance se contente de faire la synthèse des travaux scientifiques sur le domaine et ne mène pas de travaux de recherche. Il est incroyable de lire ça sur ce blog qui se veut pourtant à la pointe de la rigueur.

    Sur la forme, je trouve d’ailleurs que les articles sont de plus en plus condescendant et, sur le fond, on ne propose jamais de théories alternatives. Dommage pour la science…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s