39 réflexions au sujet de « Interview sur TVLibertés »

  1. Clair, limpide.
    En effet le maintien du GIEC pose question, sauf pour ceux qui en vivent, ou en profitent, que j’imagine très nombreux. Si on se demande à quoi sert le GIEC une fois l’expertise rendue, on peut se demander aussi à quoi servent donc toutes ces annonces de catastrophes jamais réalisées depuis 40ans, et qui continuent aujourd’hui. Le GIEC est un vecteur de plus de ce catastrophisme irrationnel. À ce titre, si on supprime le GIEC, je serais d’avis aussi de supprimer LeMonde, FranceInter, et pas mal d’autres sources inutilement anxiogènes qui ne vérifient rien. D’ailleurs, je ne sais pas trop ce qu’il resterait en final.

    Aimé par 1 personne

  2. Excellent, comme toujours ! Clairement exposé, arguments et exemples bien choisis. Ah, quand la raison l’emporte…
    Et merci à l’intervieweur, parfaitement dans son rôle, ce qui surprend vu la rareté de la chose.

    Aimé par 1 personne

  3. Il ne faut pas être grand clerc pour constater que ce sont les mêmes ressorts qui sont à l’oeuvre dans cette hystérie climatique que dans la crise sanitaire actuelle. Même bannissement de la pensée rationnelle, mise à l’index des scientifiques les plus compétents, intérêts financiers de l’industrie colossaux, activistes vivants de prébendes, confiscation du débat argumenté etc.
    C’est au peuple de se construire sa propre immunité contre cette folie collective dans cette ère de post vérité afin de ne pas se laisser contaminer.
    C’est pour cela du reste que je commande votre livre dès maintenant.
    MiIle mercis pour votre engagement courageux.

    J'aime

  4. Je plussoie sur l’intervieweur qui a bien joué son rôle de « poil à gratter », sans agressivité et en laissant parler Benoît.
    Bravo à toi, à quand une interview sur une chaîne plus « grand public » ? (on peut rêver)

    J'aime

    • Oui, je ne suis pas cette chaine mais on peut dire que le journaliste a fait une très bonne entrevue, sans ménager Benoît sur le fond des questions (en posant les questions dominantes dans les peurs climatiques), mais en étant courtois sur la forme, presque neutre, ouvert en tous cas pour le laisser s’exprimer.
      Par exemple, sur la peur de la submersion des îles tropicales liée au RCA, Benoît a très bien développé le point de vue réaliste (mieux que je ne l’aurais fait car avec des études scientifiques récentes) mais surtout dans un long moment d’antenne, que lui a laissé volontairement ce journaliste. C’est si rare cette occasion de développer sa pensée sans interruption dans les médias classiques. Il a ainsi pu exprimer beaucoup de nuances sur cette questions et détailler certains processus bio-physiques, un luxe par les temps médiatiques qui courrent.
      Donc très bonne entrevue. On attend la même chose dans les autres médias plus classiques. Mais bon, la mode est aux images catastrophiques sensationnelles, à la course à l’audience et au fric, quitte à mettre un peu plus sur les nerfs une populations française qui n’a vraiment pas besoin de ça.

      J'aime

  5. Très bonne intervention de B. Rittaud comme a son habitude. Calme, mesurée mais très bien argumentée.
    Mais je n’ai pas compris le lien qu’il fait entre montée des eaux de la mer et l’agriculture, une activité que je connais un peu. L’eau de l’agriculture n’est prélevée que très transitoirement et ne l’extrait pas de son cycle…

    J'aime

  6. Très bonne interview, bravo. Et bravo aussi au journaliste qui ne vous a pas coupé tout le temps. Il est assez malheureux de constater qu’en général ce sont les médias d’extrême droite (VA, TVLibertés…) qui vous laisse le plus vous exprimer. Cela permet à nos détracteurs et aux médias mainstream de nous cataloguer une fois de plus, alors qu’ils sont eux mêmes à l’origine de ce refus d’écouter des voix contradictoires.

    J'aime

    • Forcément que ce sont des média « d’estrème drouate ».
      L’ensemble des média mainstream est positionné à « gôche » tendance écolo-marxiste branche dure.
      Bravo à Benoît pour cette magnifique interview qui le disqualifie totalement du Service Public de l’audiovisuel.
      Il avait très peu de risque d’être invité sur les grandes chaînes, mais maintenant, c’est foutu : il va faire figure d’épouvantail.
      Il reste les média indépendants.

      J'aime

  7. Tout à fait d’accord, c’est clair, limpide et une excellente interview.
    Une petite remarque toutefois, vous dites, « réchauffement que personne ne conteste », oh ! Si, moi je le conteste depuis fort longtemps grâce à vous. Il est « mesuré » par une variation de température qui, par définition, est une variation du volume d’une masse de mercure puisque, même les thermomètres électriques dits industriels, sont calibrés sur le thermomètre à mercure.

    Vous avez discuté dans le détail de cette notion de température, notamment T moyenne globale dans « Le mythe climatique » (pages 91 à 96 et plus …) vous y évoquez que les données des thermomètres, mesureurs de chaleur ou énergie cinétique, M*v^2, produit de la masse, par le carré de la vitesse particulaire dans un gaz, ne devraient être moyennés que de manière quadratique, par la moyenne des racines carrées des vitesses individuelles.

    D’ailleurs, le degré Celsius est bien la centième partie de la dilatation volumique lue sur les thermomètres entre la glace fondante et l’eau bouillante (cf PERRIN, Les Atomes). Donc, la moyenne thermométrique c’est par « définition » la moyenne d’une grandeur cubique qui doit mesurer proportionnellement (linéairement », comme toute moyenne) la variation d’une grandeur au carré, C’EST UNE ABSURDITE. Je pense avoir approché ce problème de manière suffisamment compréhensible pour les profanes comme moi en math et en physique dans le suivant : Reflex mln c entrop Boltz corr 611 https://tinyurl.com/yaz5b6ds .

    Il est possible que je me trompe quelque part mais je ne vois pas où, sinon, développer plus rigoureusement ma « découverte » me semblerait très utile pour l’avancement de la science, notamment en matière de climat et surtout pour que les scientifiques, croyants comme réalistes, prennent conscience d’avoir un peu de « honte » (comme moi et un proche ami universitaire) d’avoir laissé se consolider une ERREUR scientifique aussi énorme.

    J'aime

    • Je crains que vous ne vous trompiez.
      1°C (un degré Celisus) = 1K (un Kelvin) par définition.
      Le Kelvin est l’ USI de température absolue (ou thermodynamique) et n’a besoin que d’un seul point de référence pour être défini. Le Kelvin est donc actuellement, par définition, la fraction 1⁄273,16 de la température thermodynamique du point triple de l’eau (avec une composition isotopique bien définie). Notez que pour un point triple pas besoin de fixer une pression pour définit une température (!).

      La notion de zéro absolu (troisieme principe de la thermo) rend inutile un deuxième point de référence. Le Kelvin n’est donc pas un degré comme l’étaient le ° Celsius ou le ° Farenheit, mais une unité de mesure comme le mètre ou la seconde.

      Par définition x °C = (273,15 +x)K

      Avec ce choix d’unité, la température d’ébullition de l’eau à pression atmosphérique normale n’est plus FIXEE à 100 °C mais MESUREE à 99,9839 °C. Pour votre chaudière 100 °C feront l’affaire.

      Sinon pour des mesures de quantités physiques, comme la température absolue par exemple , on peut faire une étude statistique, définir des moyennes , écarts types etc etc selon des protocoles parfaitement maitrisés. C’est le principe du calcul d’erreurs et c’est fortement recommandé. Un résultat sans barres d’erreur ne signifie rien.

      Sinon, quoiqu’agrégé de physique et docteur es Sciences, je ne comprends pas un mot sur vos histoires de grandeurs cubiques et tutti quanti. Comme disait Feynman si vous pensez avoir fait une découverte : Publiez!

      Cordialement.

      J'aime

  8. Quelle leçon de calme et de tempérance, bravo Benoît. Dans vos interviews, vous parlez rarement du CO2, par exemple de ses émissions anthropiques qui ne représentent qu’une petite partie de ses émissions ou de sa faible participation à l’effet de serre par rapport à la vapeur d’eau, .
    Il me semble que c’est le coeur du débat où tout se mesure en émissions de CO2.
    N’y a-t-il pas une façon simple, claire et irréfutable d’en parler ?

    J'aime

  9. Cool. Bravo BenoÎt, il faudrait quelqu’un comme vous au Québec pour expliquer les choses simplement, clairement, poliment, calmement, surtout CALMEMENT, car le message principal des réalistes est qu’il ne faut pas s’alarmer et encore moins paniquer devant les aléas de la météo…

    J'aime

  10. Bonjour, bravo Benoît et félicitations au journaliste, qui pour une fois ne coupe pas sans cesse la parole à l’invité. Si ce Monsieur est d’extrême droite, alors mois je suis curé, il s’agit sans doute d’une petite case que des journaleux peu scrupuleux (subventionnés par nos impôts) aiment cocher. Et celui qui ne rentre pas dans une case est un suspect potentiel, donc d’extrême droite bien entendu. Cette vidéo va devenir un best-seller et je vais m’abonner à TVL qui porte bien son nom; Libertés, n’en déplaisent aux éscrologistes et aux financiers du hold-up du siècle (le réchauffement mondialo-médiatique…, euh climatique). Si Eric Zemmour est élu Président, ce qui serait souhaitable, puisque c’est le seul candidat à la présidentielle, a ouvertement dénoncer cette supercherie, ce casse du siècle de 100 M de $ que les pauvres gens devront s’acquitter. Benoît ferait alors un parfait ministre de l’énergie et du développement industriel. Cela disrupterait des incompétents ou/et des dogmatiques actuels à la solde des Davosiens. La France (oups j’ai dit un vilain mot, je vais être censuré par les mondialistes) cesserait enfin son déclin et nous pourrions rêver d’un rebond pour les 30 prochaines années, comme à l’époque de De Gaulle, qui, lui, rêvait d’atome et de grande vitesse et pas de 80 km/h macronien. Il est encourageant de voir une résistance de haut niveau s’organiser face à cette nouvelle religion, religion supportée par une ribambelle de parasite qui gravite là autour. Suivez l’argent et vous trouverez qui tire les ficelles. Enfin rêvons d’un procès pour tentative d’escroquerie et escroquerie en bande organisée. Merci. Bien à vous tous. Résistons. JR

    J'aime

  11. « Si Eric Zemmour est élu Président, ce qui serait souhaitable, puisque c’est le seul candidat à la présidentielle, a ouvertement dénoncer cette supercherie, »
    J’ai pas remarqué qu’il « dénonçait ».
    Je l’ai plutôt entendu encourager la développitude durab’.

    D’ailleurs je n’ai pas entendu une seule personnalité politique contester la pensée écologiste.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Murps, Zemmour dénonce ouvertement la dérive de l’idéologie « verte » dans de nombreuses vidéos, et plus particulièrement lors d’une émission sur Cnews ou c’était sans appel. Cette vidéo avait été postée sur MM&M ou sur le forum de l’ACR. Nous allons la retrouver. Merci. Bien à vous. JR

      J'aime

    • « J’ai pas remarqué qu’il « dénonçait ». »
      Moi non plus…
      Sur le RCA, pour ce qui m’a été donné d’entendre de sa part, il n’a jamais été scientifiquement très rigoureux ni clair.
      J’ai l’impression que la science en général, probablement, et la science climatique, tout particulièrement, ne doivent pas être ses points forts.

      J'aime

  12. J’ai apprécié votre intervention sur TVL , vous êtes très diplomatique avec ceux qui ne s’embarrassent pas à votre égard .
    Pour le rôle du CO2, vous dites que son incidence est plus que minime dans la fluctuation climatique actuelle ?
    Cordialement

    J'aime

    • Je pense que vous avez tout résumé par votre allusion.
      Il y a deux idéologies sécuritaires basées sur des phobies pathologiques françaises qui s’affrontent actuellement sur le champ politique : l’une sur une immigration insupportable à droite (immigration qui créé pourtant une partie la richesse de la France), l’autre sur une destruction insupportable de l’environnement à gauche (alors que l’humanité ne s’est jamais ausi bien portée en espérance de vie et que les pollutions régressent « globalement »).
      Ces deux idéologies sécuritaires se traduisent par des politiques liberticides pour les Français et contre les droits de l’homme gravés pourtant dans la constitution.
      Attention, je ne dis pas qu’un pays n’a pas le droit de contrôler ses frontières ou qu’il ne faut pas lutter contre les dégradations de l’environnement. Je dis simplement que ces sujets problématiques sont devenus liberticides, on met en sommeil le droit pour l’état d’urgence; du seul fait de phobies exagérées où on chasse certains problèmes avec des mesures disproportionnées.
      Donc, tout le champ politique est dans cette dérive.
      Pour en revenir à votre lien, où Liberté TV est classé à l’extrême droite (je ne connais pas cette chaine), comme le dit Benoît dans l’interview : La science ne juge pas de la notorioté de celui qui avance sa démonstration scientifique mais juge si les arguments scientifiques de celui qui les avance sont fondés où non.
      Vous tombez donc ici dans ce travers : vous tentez de discréditer Benoît parce qu’il parlerait sur une chaine dont la notorioté ne vous plait au lieu de voir si les arguments de Benoît sont fondés ou non, s’ils ont été bien présentés. Vous vous mettez dans le camp du bien et non dans celui qui cherche le vrai. Votre position est donc problématique, mais courante à gauche. D’autant plus que je suis certain que Benoît n’hésiterait pas à aller sur des chaines de gauche ou d’extrême gauche pour faire entendre le message climato-réaliste.
      Qu’est-ce que ce sujet du climat est clivant politiquement alors même que le climat n’est ni de gauche, ni de droite. C’est insensé.

      J'aime

      • Coucou,

        Bonjour cedric.
        Comme vous pouvez le constater, je n’ai fait aucun commentaire.
        Un lien neutre sur une encyclopédie neutre.
        Je ne veux discréditer personne. C’est juste votre interprétation.
        J’aime bien lire vos points de vue. Je suis d’accord avec votre conclusion.

        Sur ce site , a part quelques intervenants, on est trés loin du site « pensée unique ».

        Deux remarques:
        En ce qui concerne les dérives de « l’aide » de pays avancés vers le « quart monde »
        j’en suis resté à « la constance du jardinier ». La bonne volonté et la naïvete de certains profite à des margoulins; donc prudence.

        Concernant la progression lente des idées insupportables, j’avais été marqué par une thése concernant le langage dans les années 30. Rien n’était dit vraiment, juste une connivence, des sous-entendus, des évidences jusqu’au pire. Le pire; sans s’en rendre compte est devenu normal.

        Je ne suis pas juge, je ne crie pas au loup, je constate. m’interroge, m’agace a ici ou la.

        Bonne journée

        STéphane

        J'aime

      • Avec tout mon respect Stéphane, Wikipedia n’est pas aussi neutre que vous le pensez.
        Par exemple, sur la covid-19 en Afrique, les données africaines étaient bien meilleures que les données occidentales et pourtant ces premières n’apparaissaient pas sur la page. Il a fallut partir en guerre édition pour qu’elles apparaissent (j’avais même eu un article à ce sujet dans la presse). Imaginez si la page du covid-19 en Europe avaient des données russes et celle sur les Etats-Unis des données chinoises alors même que les données locales sont meilleures (ce sont les Ministères qui déploient les tests, c’est donc normal qu’ils aient de meilleures données, ce sont eux qui les produisent).

        Ce n’est qu’un exemple mais sur beaucoup de sujets, Wikipedia se comporte comme un vecteur occidental (ce qui est normal aussi puisque c’est la grande majorité des contributeurs) mais cela s’en ressent sur le traitement des sujets. Il y a même des pages qui sont clairement gérées par l’administration américaine sans qu’il soit possible d’y toucher une virgule. Et le pire, c’est que si vous avez de l’influence et que vous osez critiquer cette encyclopédie dans les médias, Wikimedia va vous tomber de dessus et cherchera à avoir votre tête (je connais quelqu’un à qui s’est arrivé).

        J'aime

  13. Benoît ne sera jamais invité sur une chaîne de gauche, non pas parce qu’il serait encarté à droite – il n’y a aucune raison de penser qu’il soit encarté où que ce soit – mais simplement parce que le seul fait de critiquer le réchauffement vous fait passer pour un ennemi de la gauche, et donc comme quelqu’un de droite.
    La gauche traditionnelle, la gauche humaniste des Lumières, la gauche du progrès social et technique est morte.

    J'aime

    • @Murps
      «  » » » » »La gauche traditionnelle, la gauche humaniste des Lumières, la gauche du progrès social et technique est morte. » » » » » »
      Mais qu’est-ce qu’il reste alors à la gauche ?
      Vous avez dit
      «  » » » » »mais simplement parce que le seul fait de critiquer le réchauffement vous fait passer pour un ennemi de la gauche, » » » » » » » »
      Si vous n’avez pas compris que le réchauffement et le catastrophisme que soutient la gauche est un bienfait pour l’humanité qui ne comprend pas qu’il faut arrêter le consumérisme , arrêter de goudronner la nature et bétonner les côtes ; c’est vrai qu’il faudrait plutôt y aller franco, sans passer par des théories climatiques, en leur disant que les énergies fossiles ne sont pas éternelles, de même que les terres rares pour vous faire vivre avec le soleil et le vent
      La gauche pense donc à l’avenir de vos enfants et petits enfants qu’il faut éduquer pour en faire de moins en moins ; et pour vous, en vous incitant à réduire votre consommation, à l’image de Sandrine Rousseau dont le terme de « décroissance » revient toutes les trois phrases
      Personnellement, je comprends parfaitement ces raisonnements qui sont humanistes, mais ce que je ne comprends pas , c’est que l’homme est devenu intelligent, c’est pas le mot , je dirai débrouillard et qu’il pourra vivre décemment avec le nucléaire ; mais cela, ça ne rentrera jamais dans la tête des écolos ; d’ailleurs Benny Peiser n’y pense pas non plus
      https://www.thegwpf.com/suspend-climate-policies-and-cancel-cop26-to-save-britain-from-looming-energy-disaster/

      J'aime

  14. Les problèmes climatiques ne sont plus de droite ou de gauche. Même si traditionnellement les thèmes environnementaux sont plus repris par la gauche. Les investisseurs et de grands groupes l’ont bien compris, y compris des producteurs d’énergie et même des pétroliers. Ils s’appuient pour ça sur leurs propres experts en touts domaines, ou des consultants crédibles. Pour en revenir à la vidéo, il faut reconnaître que le ton est conciliant et cordial, un peu trop probablement. Car les questions fondamentales sont « évitées » ou contournées. Dire que le climat a toujours changé est une évidence, mais c’est qualitatif. Le côté quantitatif et daté n’est pas clairement discuté. Les chiffres des 40 puis des 10 dernières années oubliés, et vous parlez de variabilité naturelle, alors qu’il n’y en a pas (plus) dans ces chiffres . Idem pour le CO2, le journaliste (même d’extrême droite) aurait dû demander est-ce que le surplus de CO2 atmo est d’origine humaine oui ou non (demandez à Fritz) ? Est-ce que le CO2 est un gaz à effet de serre ? Oui / non ? Si oui quel sera l’impact de son doublement ? Sinon qu’est-ce qui a fait monter la température depuis 40 ans ? Quid de la baisse du gulf stream ? De l’effet quantifié du méthane souvent sous estimé ? Des fuites de gaz de milliards de clim dans le monde ? Quels effets ? L’albédo des glaciers et des banquises ? Voilà des thèmes avec réponses chiffrées qui nous auraient intéressés. La prochaine fois ?

    J'aime

    • @Murps Il y a toujours eu des problèmes qui ont été posés à l’homme par l’évolution du climat. Demandez eux paysans sahéliens lors des années de sécheresse des années 70/80. Pour eux, à cette époque, il y avait bien péril climatique, les récoltes diminuaient d’années en années et pour une paysannerie en agriculture de subsitance, le problème était majeur. Heureusement, la situation s’est nettement améliorée pour eux depuis et la résilience avait joué son rôle grâce à l’exode rurale et à l’entraide principalement.
      Dire qu’il n’y a pas de problème climatique est un peu fort. Dire que l’homme ne peut rien faire de significatif pour changer les tendances climatiques, oui. Il peut néanmoins s’y adapter ce qu’il fait plutôt bien d’ailleurs. Mais il y a toujours des problèmes liés au climat : mieux gérer les étiages de barrage avec le réchauffement, mieux prévenir des éboulements en montagne où les glaces se retirent…
      Mais ce n’est pas non plus parce qu’il y a des problèmes à régler liés aux tendances climatiques (comme il y en a toujours eu) qu’il y a non plus actuellement un grand péril pour l’humanité, un état d’urgence à mettre en place (avec mise en sommeil des droits garantis par la constitution), une nécessaire et très coercitive action des pouvoirs publics sur les libertés individuelles, notamment sur les modes vie des citoyens qui devraient être décarbonés de force.
      Par contre, ce qui est certain, c’est que malgré le fait que l’homme ait augmenté ses émissions de GES de manière constante tout le long du XXème siècle et depuis le début du XXIème siècle, les catastrophes naturelles d’origine météorologiques font de moins en moins de morts, ont de moins en moins d’impacts économique dans les sociétés. Raison de plus pour affirmer qu’il n’y a pas urgence climatique.

      Ceux qui veulent gérer les CatNat par des baisses de CO2 sont donc délirants et divertissent des moyens pour une prévention locale des risques efficace. Mais qu’ils ne rêvent pas, si en France il y a une idéologie et une propagande bulldozer, l’absence de débat sur cette question, la grande majorité des pays du monde ne gèreront pas leurs CatNat avec le bouton CO2 comme en France. Non seulement, ce n’est pas efficace mais ils nous prennent pour des gros cons au niveau international, accentuant un peu plus le déclin de la France, soyez en sûr. Il est temps de revenir au réalisme.

      J'aime

  15. Bravo, et aussi au journaliste. C’est devenu rare de voir une interview où chacun s’écoute, question courtes, non téléguidées, réponses en relation directes à la question..!
    L’école d’Armand Jamo ! 😉

    Juste une remarque : vous n’avez pas relevé la coquille quand il parle de fonte de la banquise. Quand un glaçon fond dans un verre, le niveau ne change pas d’un iota.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s