LETTRE A LA JEUNESSE

Ces derniers jours ont vu l’apparition d’une étude sur l’état psychique de la jeunesse avec la mise en évidence de ce qu’il est convenu d’appeler l’écoanxiété. En somme un phénomène dépressif et incapacitant liés aux annonces des catastrophes à venir dont les médias nous abreuvent.

Deux types de réactions se manifestent : A quoi bon donc travailler, assurer sa descendance, se réjouir d’être sur cette terre puisque demain tout va s’effondrer ? A l’inverse, dénonçons, accusons les générations précédentes qui massacrent la planète, manifestons « pour » le climat afin de provoquer les décideurs à agir.

Ce tableau témoigne selon moi d’abord et avant tout d’une faille dans l’éducation de l’esprit critique qui ne permet plus de relativiser les annonces qui sont faites au sujet du climat. Certes le matraquage médiatique ne laisse que peu de place à la réflexion qui pourrait remettre un peu d’ordre dans ce fatras d’annonces où le dérèglement climatique est accusé de tous les maux même les plus improbables. C’est là une excuse bien maigre…

En fait, le climat est devenu l’étendard d’une révolte dont la jeunesse est coutumière – c’est sa nature – et qui lui sert à s’affirmer face à une société qu’elle renie…pour l’instant, à la manière des soixante huitards dont on a vu la reconversion rapide, pour beaucoup, vers des activités lucratives. Ce mythe obscurcit tellement les consciences qu’aucune donnée raisonnable n’arrive à contrecarrer les nombreuses contradictions qui émaillent le discours des activistes du climat. La promotion des éoliennes en est l’exemple type avec son alibi écologique masquant les dégradations des sols, de l’avifaune et des paysages, sans compter le coup de pouce donné aux investisseurs qui n’en demandent pas tant.

L’esprit critique a donc déserté la jeunesse qui maintenant se plaint d’anxiété ! Et les médias soutenus sur les plateaux télé les gourous de la psychologie de venir nous expliquer les tenants et aboutissants de ce curieux syndrome. Il y aurait lieu de souscrire à cette injonction empathique pour bien d’autres raisons, plutôt géopolitiques, que celle d’un dérèglement qui n’a d’arguments à faire valoir que dans les projections de modèles informatiques, aucune des prédictions avancées par le GIEC et ses affidés depuis 1988 ne s’étant réalisées à ce jour, et elles ne manquent pas.

D’autre part, les anciennes générations ont-elles vraiment à rougir des progrès de l’humanité réalisés ces derniers siècles et dont bénéficie cette jeunesse prête à pleurer sur son sort et son avenir ?

Alors jeunesse ! Un peu de tenue, un peu de réflexion, d’esprit critique, de pondération, d’enthousiasme, de volonté d’entreprendre et la planète s’en portera mieux.

18 réflexions au sujet de « LETTRE A LA JEUNESSE »

  1. Encore des propos de ‘boomer’, pour ne pas dire, et en français, ‘vieux cxxx’
    C’est ironique, et d’ailleurs j’en suis un, pour mes filles et mes neveux et nièces…
    Gaïa est grande et Greta est (fut ?) sa prophétesse

    J'aime

  2. oui, le titre n’est pas juste , ce serait plutôt « Lettre d’un grand-père au sujet des jeunes  » et le ton n’est pas assez empathique pour les jeunes qui doivent, depuis la nuit des temps, se construire en explorant et tâtonnant lourdement. L’auteur pourrait essayer de pasticher une vraie lettre, non pas à tous les jeunes, mais aux jeunes qui doutent et aimeraient qu’on les aide à trier entre toutes les fausses informations de la vieille société. Il dirait combien il a erré lui-même… (Mao? Pol Pot? ) . Ce que les plus vigoureux des jeunes pourront légitimement reprocher à la vieille société c’est la plus grande fraude scientifique de l’histoire et l’hypocrisie et le comportement moutonnier passif ou profiteur devant des doxa propagées par des minorités sans scrupules.

    Aimé par 1 personne

  3. coïncidence ? https://www.telos-eu.com/fr/societe/une-jeunesse-ambitieuse-et-optimiste.html

    L’institut Harris Interactive vient de réaliser, pour le magazine Challenges[1], une grande enquête sur un large échantillon de Français[2]. L’enquête brasse un grand nombre de thèmes, mais je voudrais dans cette chronique mettre l’accent sur quelques-uns des résultats concernant les jeunes. En effet, ces résultats cassent l’image d’une jeunesse apathique, résignée, frileuse et malheureuse. L’enquête montre au contraire des jeunes ambitieux, généreux, et moins inquiets que leurs aînés sur les perspectives d’avenir. Elle montre aussi des jeunes plus centrés sur leur réussite personnelle. Examinons plus en détail quelques-uns de ces résultats.

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour cette contribution qui fait du bien. Je constate que les anxieux réchauffistes les plus radicaux sont surtout sous influence de convertis en provenance des formations d’ultra-gauche (Adorateurs de Mao, PolPot etc.), qui ont trouvé un radeau pour accueillir leurs dérives et fonder leur démarche consistant à « mettre à bas le système » et de prêcheurs d’apocalypse, vacanciers permanents et sponsorisés, qui ont réalisé qu’ils tenaient là une mâne providentielle pour vendre leurs camelotes et surgonfler leurs egos déjà bien développés…

      Aimé par 1 personne

  4. Les jeunes qui se plaignent de l’héritage laissé par les générations précédentes devraient s’interroger sur la vie qui serait la leur s’ils étaient ramenés 70 ans en arrière. Combien se réjouiraient d’avoir tout à construire et combien seraient horrifiés de devoir travailler beaucoup plus, d’être bien moins assistés et de disposer de moins de loisirs et de gadgets futiles ? Je crains de connaitre la réponse.

    Aimé par 3 personnes

  5. En effet, les prédicateurs de malheur de tout poil portent une lourde responsabilité face à cette hystérie collective dont la jeunesse est la principale victime. Ils l’ont fait devenir apathique, désabusée, sans but. Sous prétexte de sauver la planète, elle fustige la moindre initiative de progrès, le moindre rêve. « L’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui », estime la maire EELV de Poitiers. https://actu.orange.fr/politique/l-aerien-ne-doit-plus-faire-partie-des-reves-d-enfants-aujourd-hui-estime-la-maire-eelv-de-poitiers-magic-CNT000001yRzt2.html
    Vont-ils parvenir aussi à sacrifier une des dernières industries qui nous reste ? Et la laisser à l’Asie ? Comme le reste ?
    Il y a des similarités avec 1968. Après 30 années de croissance, et un confort de vie fortement augmenté, la jeunesse avait boudé les progrès dont elle jouissait pourtant, se rebellant contre un ordre établi qui le lui a offert sur un plateau.
    C’est similaire aujourd’hui: « Allons marcher pour sauver le climat », s’échangent-ils à tout instant et où qu’ils soient, par milliers de textos, vidéos, instagram, facebook, twitter, et autres whatsapp.
    Ont-ils bien mesuré les prouesses technologiques qui permettent ces échanges fabuleux ? Veulent-ils revenir au monde d’avant tout ça ? L’imaginent-ils seulement ? Prennent-ils la mesure du paradoxe qui leur fait émettre des tonnes de CO2 en saturant les data centers de leurs messages révolutionnaires qui justement prétend lutter contre ?
    La différence quand même, c’est qu’en Mai68, la jeunesse s’est « révoltée » toute seule, alors qu’aujourd’hui, elle est manipulée voire hypnotisée par les prédicateurs. Si elle copiait mai68, c’est elle qui se révolterait contre le GIEC, pas les vieux croûtons que nous sommes. L’ordre établi, c’est le GIEC.
    Les prédicateurs de malheur qui tuent dans l’œuf l’enthousiasme naturel des plus jeunes sont responsables des conséquences psychologiques, mais aussi à terme économique. Quand les forces vives deviennent mornes, la confiance s’effiloche, et le moteur économique avec. Puisse l’histoire un jour les juger pour, et plus généralement, ce massacre du dynamisme, mais j’en doute.

    Aimé par 2 personnes

    • Les jeunes n’ont pas besoin d’intermédiaires ou de « prédicateurs », ils observent l’actualité et comprennent parfaitement ce qui se passe, parfois même certains sont eux-mêmes confrontés à des pépins ou des phénomènes impressionnants comme ces derniers jours. Par contre, ils ne sont pas en majorité aussi mornes que ça. Il y en a obligatoirement certains plus sensibles que d’autres, mais dans l’ensemble, ils vivent leur vie et se projettent malgré tout dans l’avenir, travaillent ou étudient, font du sport et puis fondent une famille. Mais il faut avouer que les prévisions à long terme a de quoi refroidir les ardeurs. Ils seront là, eux en 2050. Et ils jugeront ce qui a été fait… ou pas.

      J'aime

      • J’aimerais bien avoir les témoignages des jeunes Luxembourgeois de 1756, plus de 3 m au-dessus du niveau de la rue, et 1806, plus de 2.5 m au-dessus du niveau de la rue, rue elle-même à 2 m au-dessus du niveau de la rivière. C’est vrai qu’à l’époque, on avait pas tous ces itrucs, imachins et ibidules, et encore moins de TV. On ne passait son temps à regretter les temps anciens. On avait pas le temps de brailler dans la rue, quand était des merdeux « Klimat Streu » dans le dos des passants âgés qui n’avaient rien demandé. On se serait pris une torgnole bien torchée de la part des parents nous demandant de faire quelque chose de plus utile, comme par exemple d’amener la tinette à la rivière.
        Puisque c’était mieux avant, j’ai même entendu cela de vieux, eh bien retournons y gaiment, dans la joie et la bonne humeur.

        J'aime

      • Heureusement que certains jeunes  » vivent leur vie, se projettent dans l’avenir, travaillent ou étudient, font du sport puis fondent une famille  » ; car vous faîtes parti de ces prédicateurs de l’apocalypse qui n’incite pas à l’optimisme. Et encore ! Les écolos, eux, ont des solutions — certes utopiques et irréalistes –, mais qui ont au moins l’avantage pour les  » croyants « , de leur redonner de (faux) espoirs !
        Respectueusement vôtre. JEAN

        Aimé par 3 personnes

      • @Zimba
        Ils ne comprennent rien du tout. Une subvention de 340 millions d’euros de la Commission européenne pour le mouvement « Youth for Climate » https://belgotopia.com/2019/03/14/la-commission-europeenne-initiatrice-des-manifestations-etudiantes/ Il n’y a rien de spontané dans tous ça. Un peu comme si le général de Gaulle avait subventionné Daniel Cohn-Bendit pour qu’il monte les barricades.

        Aimé par 2 personnes

  6. Je comprends le malaise de la jeunesse. La propagande écologiste est délétère sur le plan psychologique. Elle a réussi la prouesse de faire croire, contrairement à la réalité, que le progrès technologique depuis plus d’un siècle a dégradé la planète au point de la mettre en danger y compris l’humanité. Et désormais l’être humain doit se repentir et faire pénitence en renonçant au progrès sous peine de voir son environnement devenir un enfer. Le seul espoir c’est de ne pas voir trop empirer une situation présentée comme déjà altérée. Il y a plus gai comme perspective d’avenir…
    La « transition écologique » est certes porteuse d’espoir et semble très fédératrice, mais elle commence déjà à se lézarder (opposition croissante aux éoliennes) et elle apportera très probablement de grosses déceptions (fourniture d’électricité moins fiable et mobilité – c’est à dire liberté – individuelle fortement réduite avec l’abandon de la voiture thermique au profit de la voiture électrique).

    Je trouve que la propagande soviétique il y a un siècle était presque plus « sympa ». Elle promettait un avenir meilleur et ne portait pas une vision négative de l’être humain (même si la réalité fut terriblement liberticide et meurtrière) :

    Maintenant que l’utopie s’est effondrée depuis 30 ans, il est amusant de constater que Lénine reste vénéré en Russie, sans doute le symbole d’un idéal qui persiste dans l’âme russe. C’est certainement meilleur pour le moral que les prophéties onusiennes de fin du monde:

    On peut se consoler en se disant que l’UREE (union des républiques écologistes européennes) ne fera pas de victimes par millions parmi sa population comme l’a fait l’URSS, mais bon…

    J'aime

  7. Bonjour Philippe, excellente analyse, mais cela fait aussi plaisir de voir des jeunes qui résistent à l’éscrologie-mondialiste. Escrologie organisée par les Davosiens, Klauss Schwab en tête du cortège mortuaire… Nous trouvons que les jeunes sont de plus en plus nombreux à dénoncer cette nouvelle religion climatique et le florilège de taxe qui va avec, sans compter les spoliations et les interdictions. Ils se rendent compte qu’ils ont été endoctrinés, trompés, pris pour des imbéciles, à l’identique des jeunesses Hitlériennes en 1933. Qui osait à cette époque remettre le dogme politico-religieux en question ? Ceux-là ne diront pas merci aux enseignants, aux médias subventionnés par nos deniers (à notre insu) , une fois la supercherie révélée au grand jour. Cette chasse au gaz rare et indispensable (C02) est devenue clairement insupportable, sera l’enjeu des prochaines élections présidentielle. En espérant qu’un candidat lucide et sans accointance avec « le new-éscro-deal » émergera, nous avons déjà une idée…et cela ne plait pas à tout le monde ! Enfin, à quand un grand procès pour tentative d’escroquerie et escroquerie en bande organisée ? Merci. Résistons. JR

    Aimé par 1 personne

  8. Quand on commence à envoyer des lettres « à la jeunesse », c’est qu’on a définitivement commencer à sombrer car, oui, la « vieillesse est un naufrage » comme dirait l’autre. Heureusement que le monde ne vous attends pas.

    J'aime

  9. Philippe, j’aurais aimé avoir un lien vers cette étude citée en début d’article. Je vérifie toujours les sources.
    A ce que je peux voir quand je voyage, la jeunesse du monde en a vraiment rien à foutre des gaz à effet de serre. J’ai lu d’autres études un peu plus anciennes qui le disaient également.
    Après, en France et dans quelques pays occidentaux, qu’il y ait de la solastalgie dans une partie de la jeunesse, c’est le cas, mais dans quelles proportions ? Et je suis désolé de voir que les médias, bcp de politiques et de chercheurs et certains enseignants n’hésitent pas à appeurer et à rendre malheureuse cette jeunesse occidentale. Où est leur rôle d’ainés bienveillants qui devraient préserver son bonheur, la pousser à ce qu’elle profite de la vie sans peur exagérée du lendemain. Les alarmistes sont quelque part des sadiques qui maltraitent notre jeunesse, comme ils l’ont fait avec Greta Thumberg.
    Là aussi est la respectabilité de la cause climato-réaliste, s’opposer à ces sadiques, redonner espoir et bonheur à cette jeunesse mal-traitée.

    J'aime

    • La France est en pleine propagande mais il ne faut pas perdre de vue les priorités des peuples dans le monde (les gens s’en foutent du climat et ce sur une étude de 10 millions de personnes menée par les Nations Unies)

      Source :  » Welfare in the 21st century: Increasing development, reducing inequality, the impact of climate change, and the cost of climate policies »
      Author: Bjorn Lomborg. Publication: Technological Forecasting and Social Change
      Publisher: Elsevier. Date: July 2020

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s