Le succès des politiques de lutte contre le réchauffement

par Rémy Prud’homme.

L’évolution du climat s’apprécie sur des années ou des décennies, pas sur des jours ou des semaines. Mais les Verts ont fait un usage si fréquent des canicules qu’ils ne nous en voudront pas de suivre leur exemple. On peut donc dire que les écologistes sont en passe de gagner la guerre qu’ils mènent avec vigueur et constance contre le réchauffement de la planète. Les COP, les interdictions, les taxes sur les produits carbonés, les subventions massives aux renouvelables intermittents, etc. ont enfin porté leurs fruits : il n’a jamais fait aussi froid. Les pays chauds ne sont pas épargnés. Il a neigé au Sahara. Athènes est couvert de neige ; l’ambassadeur de Norvège en Grèce, qui avait heureusement emporté une paire de skis dans ses bagages, les a chaussés pour accéder au Parthénon. Le Texas, l’Etat le plus tropical des Etats-Unis, a été paralysé par des températures glaciales (-17 °C à Dallas); ne parlons pas du Wisconsin, où le nouveau président des Etats-Unis, qui s’était imprudemment rendu pour vendre sa politique climatique, a échappé de peu à une pneumonie. 

Rares sont les politiques publiques qui atteignent, et a fortiori dépassent, leurs objectifs. C’est pourtant ce qui se produit en matière climatique. Il faut saluer ce succès. Les sceptiques qui doutaient de l’opportunité ou de l’efficacité des mesures engagées en seront pour leur frais. Le Tribunal administratif de Paris qui a condamné le gouvernement français pour action insuffisante va sans doute reconnaître son erreur, et rendre au Trésor les quatre euros de l’amende qu’il a décidée, voire huit euros, deux fois la différence.

Les écologistes ne vont pas pour autant cesser leur combat. Ils vont modifier les objectifs de leur « lutte », qui va dorénavant viser le « refroidissement » et non plus le « réchauffement ». Ils le feront sans se renier : n’ont-ils pas toujours prêché le djihad contre le « changement » climatique ? La neige d’Athènes en souligne l’urgence au moins autant que les canicules. Davantage, sans doute, car le froid tue plus que le chaud : 60 morts au Texas au cours des derniers jours.

Enfin, la vague de froid des semaines passées nous a appris quelque chose que beaucoup d’entre nous ignoraient : les renouvelables intermittents s’accommodent fort mal du frimas. La neige recouvre les panneaux photovoltaïques, qui cessent de produire de l’électricité (même lorsqu’il y a du soleil). Le froid gèle les turbines éoliennes, et les empêche de fonctionner : au Texas, le froid (pas le vent) a brutalement réduit la part de la production d’électricité éolienne de 42% à 8%. Au moment précis où la demande d’électricité augmente fortement, l’offre d’électricité renouvelable diminue encore plus fortement. L’exemple des Etats-Unis, mais aussi de l’Allemagne et du Royaume-Uni, le montre abondamment : là ou la part des renouvelables dans le bouquet électrique (ainsi parlent les électriciens-poètes) est élevée, la sécurité d’approvisionnement est menacée par les vagues de froid. Les responsables des réseaux pratiquent alors des coupures, ou/et ont recours à des centrales au charbon ou au fuel. Le roi Ubu – dont la « pompe à phynance » est du coûte-que-coûte avant la lettre – dira qu’un peu plus de rejets de CO2 limitera le refroidissement climatique.

15 réflexions au sujet de « Le succès des politiques de lutte contre le réchauffement »

    • Bonjour, de toute évidence les rapaces de Davos se jettent sur le budget annuel de 90 000 Milliard dédié à du vent, B.Gates en tête du cortège, pour régler un sujet qui n’existe pas. C’est bien mieux ainsi, c’est beaucoup d’argent contre rien, au moins nous savons à quoi nous en tenir dès le départ. Dans 20 ans, tout le monde jurera qu’il n’a participé ni de loin, ni de près à l’Escrologisme climatique. Appelons de tous nos vœux un Nuremberg de l’Escrologie et de ses hauts dignitaires. Communisme, Nazisme, Escrologisme, chaque siècle voit naître des terroristes qui prétendent sauver l’humanité et cela termine toujours de la même façon… Mais c’est bien l’objectif; reconstruire…et pour reconstruire, il faut déconstruire. Klaus Schwab vous expliquera comment procéder. Bien à vous.

      J'aime

  1. Tous ces gens qui se prévalent du GIEC seraient bien en peine de dire où exactement, dans les différents rapports publiés à ce jour, se trouve la démonstration scientifique que le CO2 émet une « back radiation » vers le sol.

    J'aime

  2. 9.000 dollars par mégawattheure, au Texas, aux heures de grande demande, ça devient une activité rentable, pour celui qui peut… Avec des factures à 17 000 dollars, pour le particulier frileux. Dans le même genre d’aberration, les prix qui virent au négatif en Europe, quand il y a trop d’éolien, qu’on est obligé d’acheter aux producteurs, et que les allemands achètent à leur partenaires leur capacité à « digérer » le surplus, avec des facturations inversées. On arrive donc à imiter le principe des taux d’intérêt négatifs dans un autre domaine, et tout le monde applaudit à la débauche…

    J'aime

  3. J’aime beaucoup le  » le djihad contre le « changement » climatique « . On ne saurait mieux exprimer la convergence de certaines luttes (sacrées).
    Notons aussi les  » Bus électriques à l’arrêt à Amiens : « On ne nous avait pas dit qu’ils ne marchaient que dans les pays chauds » :
    https://www.francebleu.fr/infos/transports/bus-electriques-stoppes-a-amiens-ne-nous-a-pas-dit-qu-ils-ne-fonctionnaient-que-dans-les-pays-chauds-1612981450

    Quant à Berlin :Ecolo-fiasco à Berlin: les bus électriques lâchent à cause du froid, remplacés par les diesel
    https://fl24.net/2021/02/11/ecolo-fiasco-a-berlin-les-bus-electriques-lachent-a-cause-du-froid-remplaces-par-les-diesel/?fbclid=IwAR192S0A7I3gv5s7Lw6AMj2LlqqA6RxBVol03M-r9wipwTuZsGKHC97ZmCw

    Aimé par 1 personne

  4. Avec tout le respect que je vous dois, il me semble que, d’une part ce serait plutôt la Floride qui serait l’État le plus tropical (hors Hawaï et Porto Rico), et d’autre part, les ‘tuiles photovoltaïques’ de Tesla resteraient, paraît-il, opérationnelles même avec de la neige, car la faisant fondre…
    Mais en-dehors de ces quasi pinaillages, bien d’accord avec vôtre analyse.
    PS : Certains esprits chagrins diraient qu’il ne faut pas confondre climat et météo 🏝🏔

    J'aime

    • Oui, mais les mêmes esprits chagrins parlent de « climat » pour une canicule, un incendie de forêt, un ours polaire affamé, un « tsunami » (François Hollande), …
      Et d’ailleurs pour le phénomène de froid actuel en zone tempérée puisqu’on nous dit que c’est le réchauffement anormal de l’Arctique qui a entraîné (?) des vents froids vers le Sud (en grosses mailles, car cela m’a tellement fait rigoler que je n’ai pas lu le détail !).

      J'aime

      • et Hollande avait même cité les tremblements de terre ce qui montre son incompétence sur le sujet

        J'aime

      • Rappelez-vous le film Le jour d’après : c’est bien le réchauffement qui déclenche la descente de vortex polaires sur tout l’hémisphère nord. Donc, « plus y fait chaud, plus y fait froid ». Les écologistes ont bon sur toute la ligne !

        J'aime

    • « Mais comme tous les panneaux solaires, les tuiles Tesla produisent une certaine chaleur qui leur permet de faire fondre la neige rapidement »…

      Une certaine chaleur avec quelle énergie ? On appelle ça des pertes, quand on chauffe l’atmosphère, pour les petites pattes de zoziaux, on suppose … On devine des arguments de vendeurs de bretelles pour séduire les ignorants, genre Arnaud Leparmentier, correspondant du Monde, exaltant ce soir l’essor de l’éolien texan comme une flamboyante victoire capitaliste, il expliquera ça aux gens dont la maison est ruinée par des canalisations de flotte à changer totalement, et les factures électriques à 17 000 $.

      J'aime

      • Tout ça est la preuve de la puissance du lobbying des climato-sceptiques : c’est un fake, les images et vidéos sont truqués, car il n’y a jamais eu de neige et de vague de froid au Texas. D’ailleurs, la neige n’existe plus.

        J'aime

  5. Bonjour Professeur Rémy Prud’homme, bonjour à tous, très bonne synthèse de la situation actuelle, ubuesque et inédite, mais prévisible. Prévisible, puisque par définition, le climat est chaotique. Dans de telle circonstance, il conviendrait de couper le courant en premier lieu à ceux qui ont choisi les orientations inadaptées. Au US, il est assez vraisemblable que cela conduise à un procès des coupables. L’éscrologie est une activité à la mode et très lucrative. Gageons que ces observations ralentissent les manœuvres dolosives. Merci. Bien à vous. JR

    J'aime

  6. Bonjour, de toute évidence les rapaces de Davos se jettent sur le budget annuel de 90 000 Milliard dédié à du vent, B.Gates en tête du cortège, pour régler un sujet qui n’existe pas. C’est bien mieux ainsi, c’est beaucoup d’argent contre rien, au moins nous savons à quoi nous en tenir dès le départ. Dans 20 ans, tout le monde jurera qu’il n’a participé ni de loin, ni de près à l’Escrologisme climatique. Appelons de tous nos vœux un Nuremberg de l’Escrologie et de ses hauts dignitaires. Communisme, Nazisme, Escrologisme, chaque siècle voit naître des terroristes qui prétendent sauver l’humanité et cela termine toujours de la même façon… Mais c’est bien l’objectif; reconstruire…et pour reconstruire, il faut déconstruire. Klaus Schwab vous expliquera comment procéder. Bien à vous.

    J'aime

  7. Il est toujours difficile de parler de réchauffement climatique en hiver. Surtout dans les endroits qui connaissent une vague de froid extrême. Et même si on se trouve dans une année avec « la nina », ça ne suffit sûrement pas à expliquer cette descente d’air polaire jusqu’au texas par exemple, phénomène très rare, mais pas inédit. Certains évoquent les changements brusques du vortex polaire, qui provoque des « trouées  » thermiques de plus en plus fréquentes et donc de grandes variations, selon les régions. Il faudra juger tout ça sur l’ensemble de la saison et même de l’année. Si janvier a été plutôt froid chez nous (juste sous la moyenne) février est déjà à +4°C. Plus qu’un mois d’avril. En toute logique, une année avec la Nina devrait être bien plus froide que la moyenne. On verra ça en fin décembre.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s