L’autruche

par Philippe Catier.

Voilà un animal qui symbolise parfaitement la réaction dont beaucoup de membres de mon entourage m’accuse vis-à-vis des problèmes soulevés par le climat. Comment est-il possible de ne pas voir que les glaciers reculent, que les catastrophes s’accumulent, que la fin du monde approche, que la croissance sans limite ne peut exister dans un monde fini etc…Une attitude relativiste, « sceptique » comme ils disent sans en apprécier scientifiquement le sens, a tôt fait de leur faire considérer que je mets la tête dans le sable et qui plus est que mon attitude est de ne pas penser, par un réflexe égoïste aux générations futures.

Je peux le comprendre compte tenu de l’injonction faite en permanence sur toutes les chaines d’info et par les politiques de la nécessité de « faire quelques chose » de « se mobiliser », « d’agir » pour sauver la planète en danger et laisser à ces générations futures un état des lieux viable. Comment se peut il que ces arguments ne portent pas? Comment ne pas prendre part à cette croisade généreuse?

https://la1ere.francetvinfo.fr/reunion/rechauffement-climatique-contre-politique-autruche-ils-mettent-tete-sable-191916.html

En fait je suis souvent ébranlé par le fait que l’on ne peut pas passer pour profit et pertes l’apparent unanimisme de la communauté scientifique concernant la catastrophe à venir. Face à un tel concert on se sent tout petit. Puis, lorsque parfois l’échange se poursuit, rapidement je retourne l’argument en exposant mes motifs à mes interlocuteurs : « connaissez vous ceci, connaissez vous cela, pourquoi ceci, pourquoi cela »…

C’est alors que le plus souvent j’ai affaire à une réponse qui remet en scène l’animal-symbole ensablé jusqu’au cou, mais cette fois a contrario: « mais moi je ne suis pas climatologue », « ces questions sont trop compliquées », « tous vos arguments ont été balayés depuis belle lurette »jusqu’à « pour qui tu te prends »ou « j’ai pas le temps d’étudier la question »…

En fait, d’un côté l’autruche réaliste conteste, argumente la théorie mais, pour cela la prend en compte, l’analyse pour en définitive ne pas en retirer une conviction ce qui lui donne un aspect aveugle, l’autruche réchauffiste ne veut pas en débattre, considérant la vérité révélée comme intangible, ce qui la rend imperméable.

Personne n’est infaillible, tout est à remettre en question en permanence et la vérité du climat n’est pas encore dite.

Mais pour en discuter il faut sortir la tête du sable et ouvrir ses yeux, ses oreilles et son intelligence, pour penser par soi-même sans discrimination.

34 réflexions au sujet de « L’autruche »

  1. C’est terrible cette sensation d’avoir raison mais de ne pas oser le montrer, nombre de fois, pour ne pas casser l’ambiance, pour ne pas apparaître comme fou, pour continuer à être aimé d’une certaine façon…
    En tout les cas, bravo à vous (BR) de tenir ainsi cette position, j’imagine que d’un point de vue professionnel ce ne doit pas être forcément facile.

    Aimé par 1 personne

  2. Cette sensation est pénible, je la ressens souvent quand mes élèves de collège me questionnent sur le sujet… je ne suis jamais très à l’aise… tourmenter par le choix entre transmettre la version officielle et/ou les connaissances que je me suis construites…

    Aimé par 1 personne

  3. Bravo, voilà un petit résumé très clair de ce que, je pense être la position (parfois inconfortable) de bon nombre d’entre nous face à l’argumentaire des « réchauffistes »

    Aimé par 1 personne

  4. mon attitude est de ne pas penser, par un réflexe égoïste aux générations futures

    Les alarmistes nous annoncent de grandes souffrances pour les générations futures. Que nous proposent-ils pour y remédier? Réponse: de grandes souffrances pour tout le monde, tout de suite.

    Entre des grandes souffrances hypothétiques (car l’avenir n’est jamais certain) pour d’autres dans un futur plus ou moins lointain et de grandes souffrances certaines pour mes proches et moi immédiatement, je n’hésite pas une seconde. Un réflexe égoïste certes, mais un réflexe plein de bon sens.

    Pour ceux qui douteraient des souffrances certaines que provoqueraient immédiatement les programmes écolos radicaux, voir par exemple celui de Novéthic
    https://leblogdenathaliemp.com/2019/03/14/le-climat-ou-le-nouvel-enjeu-de-la-tentation-autoritaire/

    Et voici une évocation d’un monde sans pétrole:
    https://www.contrepoints.org/2019/12/31/333572-2050-un-beau-monde-sans-carbone

    J'aime

  5. Douter de tout ,tout le temps, cela peut conduire à une inaction politique lourde de conséquences.La crise sanitaire que nous traversons en ce moment en est un bel exemple.Si les autorités chinoises n’avaient pas adopté la politique de l’autruche dans les premières semaines de l’épidémie,il aurait été possible de tuer ce virus dans l’oeuf.Maintenant on se retrouve dans une situation tellement critique, que l’économie mondiale pourrait s’ effondrer.

    Aimé par 1 personne

    • Il existe une différence entre l’attitude face à un danger AVERé comme le virus Covid19 qui relève du principe de PRUDENCE et un danger HYPOTHETIQUE comme la catastrophe climatique liée au CO2 anthropique auquel on prétend opposer le principe de PRECAUTION qui trouve sa justification dans l’annonce que le risque zéro n’existe pas.
      Il est fondamental d’en faire la distinction pour ne pas se retrouver à faire un amalgame douteux

      J'aime

      • Meme si je suis dans l’ensemble souvent d’accord avec ce que vous écrivez avez pas mal de talent, je ne comprends toujours pas ce qui me parait être un manque de logique dans les raisonnements. Si les médias nous enfument jour après jour avec le réchauffement climatique, s’ils font preuve d’une mauvaise foi qui confine a l’ignoble sur le traitement des gilets jaunes, bref, s’ils mentent et manipulent a longueur de temps, comment diable leur faire confiance, dans le traitement de l’information sur le coronavirus. On souhaiterait semer la peur, la confusion et la panique, pour faire plonger les marches financiers et créer une nouvelle crise affectant surtout le petrole, qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Je pense surtout a une hallucination massive de la planète en ce moment.

        J'aime

  6. Personnellement j’estime que l’on peut douter de tout et en matière de climat il y’a de quoi! J’ai trouvé cette citation :
    Le problème avec le monde c’est que les gens intelligents sont pleins de doutes alors que les alors que les imbeciles sont pleins de certitudes.
    Sans vouloir me jeter des fleurs!

    J'aime

  7. Par le passé depuis la dernière glaciation, de nombreux réchauffements ont eu lieu, entre coupés de refroidissement sévères. Ces réchauffements ont été plus importants que l’actuel comme le Tchadien ou le Nouakchottien. Ont-ils conduit le monde vivant à la mort ou au contraire permis l’épanouissement de la vie. Ils ont en fait permis le développement des hommes et des civilisations. Les refroidissements ont au contraire été contemporains de déplacements de populations entières, de guerres et de maladies terribles (peste).
    Le réchauffement actuel n’est pas plus à craindre que les autres, au contraire, c’est une amélioration de notre cadre de vie. Qui voudrait endurer les hivers du Petit Age Glaciaire par ex, avec les fleuves gelés, et les morts de froid.

    voir les témoignages des époques passées recueillis par W.Fondevilla
    ex : http://la.climatologie.free.fr/intemperies/tableau3.htm
    « L’hiver 1829-1830 a été l’un des plus froids de ce siècle. Il débuta dès la mi-novembre dans toute l’Europe et se prolongea jusqu’à la fin de février, marqué, même en Languedoc et Provence, par d’abondantes chutes de neige. De nombreux voituriers disparurent dans cette neige dont l’épaisseur en Normandie dépassait 2 mètres. La totalité des fleuves et rivières de France fut entièrement prise : c’est ce qui se produisit en particulier pour la Seine du 28/12/1829 au 26/01/1830 et du 05 au 10/02/1830. Dans le port de Bordeaux, les navires eurent beaucoup à souffrir des glaces. Au cours de cet hiver, on enregistra des minima de -10°C à Marseille (28 déc et 2 fév), -15°C à Toulouse (29 déc), -17°C à Paris (17 jan) et -28°C à Mulhouse (3 fév). A Narbonne il a gelé presque sans interruption du 26/12/1829 au 17/01/1830.
    17/01/1830 : -17,20°C à Paris, -15°C à Toulouse, -19,80°C à Dieppe, -23,40°C à Strasbourg, -26,30°C à Nancy et -28,10°C à Mulhouse! La plupart du temps le sol ne dégèle pas.
    Après une accalmie le froid reprend au début février avec une suite de gelées moins fortes -6°C. Le lac d’Annecy est complètement gelé (ce qui n’a été observé qu’a deux autres reprises en 1573 et en 1880).
    03/02/1830 : le thermomètre est descendu jusqu’à -28°C à Mulhouse ! Tous les fleuves et rivières de France sont pris par les glaces. Deux mètres de neige ont recouvert la Normandie. »

    J'aime

  8. Benoît ce message s’adresse à vous. Qui vous rémunère pour nous « influencer »?
    J’ai beau faire des recherches je ne trouve pas! Mr Courtillot est à ce que l’on dit rémunéré par Total, Mr Gervais je n’ai pas encore trouvé non plus. En revanche j’ai vu que le journal Le Monde percevait de « modestes » subventions de l’état par exemple.
    Permettez moi d’avoir un doute sur la version officielle du réchauffement climatique quand je lis une phrase comme celle-ci:
    Notre seul espoir pour la planète est l’effondrement des civilisations industrielles.
    Notre responsabilité n’est-elle pas de provoquer cet effondrement ?
    Je vous laisse trouver l’auteur….

    J'aime

    • A propos des « modestes » subventions que toucherait le journal de référence cité plus haut, je vous signale que le ministère de la Kulture n’a pas mis à jour la liste des média subventionnés depuis… 2017 !
      https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Presse/Aides-a-la-presse
      Est-ce un oubli malencontreux ? une volonté d’éviter de froisser les milieux autorisés à penser ?

      Une autre hypothèse serait que lesdites subventions ont été purement et simplement supprimées dans le cadre d’une politique de réduction des coûts et d’indépendance de la presse.
      Pourquoi tout le monde s’esclaffe ?
      Je vois.

      Vous suggérez que les aides ont augmenté considérablement et que les directeurs des rédactions concernées ont exig… heu… demandé de supp… non plus… Je veux dire, demandé au ministère d’oublier la mise à jour de la publication de leurs subventions.

      Eh bien laissez moi vous dire tous que vous avez un état d’esprit vilainement tourné.
      Pendant que vous y êtes, saisissez la Commission d’Accès aux Documents Administratifs, mauvais citoyen que vous êtes…

      J'aime

      • Oh non surtout pas je n’irais pas me battre contre eux! Le fait qu’ils continue a diaboliser le CO2 me donne énormément de travail en ce moment. Merci a eux

        J'aime

  9. Un point à noter dans l’image qui accompagne cet article de Philippe, c’est l’absence de guillemets à « politique de l’autruche ». Cela témoigne de l’absence de cette distanciation minimale qu’on est en droit d’attendre de la part d’un journaliste vis-à-vis de son sujet. C’est aussi à ce genre de détails que l’on voit le parti-pris écologiste (au sens idéologique) de ce milieu.

    J'aime

  10. Ce qu’il faut reconnaître, c’est l’opiniâtreté des gens climatosceptiques ou plus exactement climato-realistes qui publient ici. C’est courageux et finalement un bien pour la démocratie. Je pense que la plupart d’entre eux sont honnêtes et cherchent des failles dans les raisonnements ou les démonstrations des climatologues. Mais il faut reconnaître que les doutes ou questions qui restent posées se délitent au fur et à mesure des années qui passent. Est-ce qu’il est imaginable de penser qu’ils pourraient admettre un jour que la théorie du RCA due aux GES est réelle (sceptiques) et préoccupante (réalistes) ? Au lieu de continuer à dire que le chaud est préférable au froid, et que l’on pourra toujours s’adapter ?

    J'aime

    • Question existentielle qui mériterait un sujet de philo au bac :
      Est-ce qu’une théorie pseudo-scientifique a une chance de devenir vraie à force d’être répétée ?
      Pour illustrer ce concept, je proposerai cet aphorisme attribué à Lewis Carrol :
      « What I tell you three times is true ».

      En l’occurrence, ce serait plutôt « ce que je répète trois mille fois est devenu tellement vrai qu’il est interdit de dire le contraire ».

      Alors non, je ne collerai pas un autocollant de panda sur mon pare brise et je ne brûlerai pas un cierge équitable devant une icône de Sainte Greta.

      Par contre ce que je vous garantis sur facture, c’est que les historiens vont se demander comment des démocraties industrialisées ont pu se lancer dans de tels errements.
      Pas certains que Giec et consorts aient le beau rôle.

      J'aime

    • Je suis désolé Zimba, je ne peut que douter que le petit pourcentage de GES émis par l’homme est un impact aussi important sur le climat. Ne le prenez surtout pas mal mais j’aimerais simplement savoir à titre personnel comment faites-vous pour être aussi persuadé que le réchauffement actuel n’est que la faute de l’homme et faites vous réellement confiance au GIEC?
      Je n’ai toujours pas la preuve formelle que le CO2 à un effet aussi dévastateur et pourquoi des personnes comme Benoit Rittaud ou Vincent Courtillot continue t’elle a s’acharner à démontrer que tout ceci est naturel? Si vous êtes aussi persuadé par toute cette histoire vous devriez être aussi persuasif et me démontrer par A+B que le réchauffement climatique actuel est bien le fait de l’homme.
      Convainquez moi s’il vous plaît

      Aimé par 1 personne

  11. Il n’est pas possible de vous donner de « preuves formelles » comme vous dites. Il faut se baser sur des constats, mesures, comparaisons, historique récent et plus lointain, principes de physique, bases de climatologie qui est semble t’il une science assez récente. Puis on s’appuie sur des outils de simulations qui modélisent les phénomènes et tentent donc de prévoir leurs évolutions. C’est extrêmement complexe car un grand nombre de paramètres interagissent et de petites variations d’entrée peuvent entraîner des effets différents. Mais les modèles se précisent, les puissances de calcul augmentent. Tous vont dans le même sens, seules different l’amplitude et les délais. On ne retrouve plus de variabilité naturelle à la baisse. Cet hiver les températures ont été incroyables douces, et pas quelques jours exceptionnels non l’ensemble était 3 degrés (!!!) au dessus des habituelles sur les 3 mois. Aucun jour de vraie gelée ici, mais toujours des records de chaleurs en janvier et février et des tempêtes et coups de vent nombreux. 2020 est partie pour rentrer dans les annales, et ces refrains sont les mêmes depuis des lustres. Alors non le Normand, je ne peux rien vous démontrer, encore moins vous convaincre, que ce sont les GES des humains qui, en moins de 50 ans, ont provoqué ces immenses changements. J’écoute les experts et je ne vois rien d’autre de vraiment crédible. Mais si vous avez des infos, je suis preneur. Moi, Je me contente d’observer la nature, les glaciers de mes randonnées pyrénéennes, de relever pluviométrie, température et vent, de comparer tout ça aux données officielles. Vous savez il faut beaucoup de temps pour admettre ce qui est gênant ou flippant. Bonne journée

    J'aime

  12. Merci pour votre réponse Zimba.
    De mon côté l’hiver et le début de l’année a été plus froid que l’année dernière, sans pour autant atteindre des températures tres basse mais disons plus proche des tendances saisonnière. J’ai eu plus de gel et je pense peut-être en avoir encore dans les prochaines semaines. Je comprends votre point de vue mais comprenez aussi que je puisse avoir des doutes sur la version officielle. De toutes façons que l’on soit sceptique ou non on verra bien !
    Bonne journée à vous

    J'aime

  13. Region Dieppoise seine maritime. Je ne parle pas de NORMALE de saison je parle de TENDANCES saisonnières! « « En moyenne sur la saison et sur la France, la température de 8,2 °C a été supérieure à la normale* de 2,7 °C, plaçant l’hiver 2019-2020 au 1er rang des hivers les plus chauds sur la période 1900-2020 devant les hivers 2015-2016 (+2,6 °C) et 1989-1990 (+2,0 °C). »
    2,7 degrés pour l’hiver 2019-2020 contre 2,6 degrés pour l’hiver 2015-2016? Quelle remarquable précision des relevés ne croyez-vous pas ? Surtout sur l’ensemble du territoire Français !!! Je ne sais pas où vous habitez mais nous n’avons certainement pas le meme climat.
    L’hiver de 2018-2019 a été bien plus chaud chez-moi que l’hiver actuel.

    https://www.meteo76.fr/

    Alors oui l’hiver a été chaud, mais pas plus chaud que certains autres.

    J'aime

    • Oui c’est d’accord. C’est justement les 2 dernières années qui détiennent les records quasiment identiques. Votre lien sur votre site météo local confirme bien tout ce que l’on a dit (ex : le nbre de coups de vent hivernaux depuis 1999) . Il faut même étendre le domaine d’observation à 2 ou 3 décennies pour passer de meteo à climat. J’ai tracé (pour ma région) , les histogrammes de T° par mois, année, saisons, décennie , depuis 1900. Ma passion des chiffres et des courbes probablement. Bref, c’est sans appel. Mais on peut toujours dire que ça va stagner ou même baisser. Je ne lis pas dans les boules de cristal ! Certains promettaient même une prochaine petite période glaciaire !! Faut attendre … Cet été peut être ? 😀 un peu d’humour…

      J'aime

  14. Je doute tout de même que l’on puisse être aussi précis sur les températures, 0,1 degrés de plus que 2015-2016 cela me laisse perplexe.
    Et s’il vous plaît Zimba, ne soyez pas trop pessimiste plutôt que cet été espérons plutôt l’hiver prochain juste histoire de profiter un peu !😃

    J'aime

  15. Ping : La peur virale | Mythes, Mancies & Mathématiques

    • Le graphique s’appuie sur des moyennes de température, or cette méthode a été contestée par certains.

      —————-
      Pour le tableau et les graphiques de la page 2, les données régionales correspondent à la moyenne des températures et précipitations relevées quotidiennement sur plusieurs stations météo de la région.
      La liste des stations par région est la suivante :
      OUEST : Brest, Rennes, Caen, Nantes, Angers
      NORD : Le Bourget, Lille, Reims, Rouen, Orléans, Auxerre
      NORD-EST : Strasbourg, Nancy, Bâle-Mulhouse, Besançon
      CENTRE-EST : Lyon, Dijon, Grenoble, Clermont-Ferrand
      SUD-OUEST : Bordeaux, Toulouse, Gourdon, Mont de Marsan, Cognac, Limoges
      SUD-EST : Perpignan, Montpellier, Orange, Marignane, Nice, St Auban
      CORSE : Cap Corse, Ile Rousse, Ajaccio, Pertusato

      J'aime

  16. Ça c’est sûr je ne dis pas le contraire! Mais j’avoue que je ne vais pas m’en plaindre cela me permet d’attaquer le jardin plus tôt. Maintenant la question est toujours la même, c’est l’homme ou la nature ?
    Merci Michel!

    J'aime

    • L’hiver plus chaud ne pose pas de problème majeur, au contraire, on chauffe moins nos maisons ,donc on émet moins de CO2,et je pense aussi aux sdf qui souffrent moins. On peut néanmoins observer que les régulations de parasites tels que les tiques marchent moins bien. Les ovins en sont infestés ici, et ces tiques transmettent la maladie de Lyme ,leur nombre a beaucoup augmenté. Les arbres aussi ne se reposent pas assez, il y a des bourgeons dès fevrier.Mais la question qui se pose est surtout si des hausses de 3 degrés devaient se pruduire en été. Là, on en reparlerait bien plus.

      J'aime

  17. Je réponds à Keppeler qui notait un manque de logique dans le discours.
    Je ne prétends à aucune logique prédéfinie, je me contente des faits qui eux ont la logique implacable de l’existant et non du prospectif. mon objectif est simplement d’appeler à réfléchir sans vouloir à tout prix atteindre un but idéologique.

    J'aime

  18. Merci encore au concepteur de ce site.
    En ce qui me concerne, je ne suis pas compétent en matière climatique et je remercie le travail d’information fait ici, qui permet de combattre l’obscurantisme ambiant et l’approche quasi religieuse de la question par les « leaders d’opinion », notamment ceux du journal-de-référence autoproclamé (dont même la date est fausse).
    Ma préoccupation est la ressource gaspillée en âneries militantes dans nos administrations, en particulier à l’ADEME et au MTES, dont les ânes bâtés imposent des exercices absolument inutiles à nos secteurs industriels sans avoir la moindre idée des schémas énergétiques en place dans nos usines. C’est véritablement déprimant de voir à l’oeuvre ces conneries, dans le contexte économique actuel…
    Merci et bon courage à vous tous.

    J'aime

  19. Bonjour,

    J’espère que vous aurez la curiosité de lire ce site, ne serait-ce que les 10 mythes sur le climat – dont je vois dans les commentaires que 20 ans après qu’ils aient tous étaient débattus et battus en brèche, continuent de circuler ici :
    https://skepticalscience.com/

    Attention, le sable ça croque sous la dent.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s