Veille sur le climat 17-21/12/2019

par JCT.

L’ami JCT fait régulièrement une veille très fouillée sur ce qui se passe sur le front du climat. Mille merci à lui d’en permettre la publication sur MM&M, qui devrait être régulière désormais. Pas tout à fait dans le même style que le bulletin de l’association, elle en est je crois un très bon complément. C’est long, fouillé, parfois assez personnel (les commentaires signés Ndlr sont de lui).
Cette première veille est ici publiée brut de décoffrage, n’ayant pas trop le temps (ni l’énergie) ces jours-ci pour une jolie mise en page. Déjà que j’aurais dû publier avant-hier… BR 🤭🤭🤭

La fabrication de l’urgence climatique au quotidien. 

De la main invisible à la main verte. 

– Les eurodéputés approuvent un accord sur la finance verte – Reuters 17.12 

Les eurodéputés sont convenus lundi d’approuver un projet visant à fixer un ensemble de règles pour définir les produits financiers « verts » et « durables », un marché évalué à 180 milliards d’euros, cinq jours après que les Etats membres de l’Union européenne ont rejeté un accord en ce sens. 

Le projet contraint les émetteurs de produits financiers à rendre publique la part exacte de leurs investissements compatibles avec les exigences écologiques pour obtenir l’étiquette de « vert et durable ». 

La Grande-Bretagne, la France, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la Roumanie, la Bulgarie et la Slovénie se sont opposées mercredi dernier à ce projet qui empêchera selon elles le nucléaire ou le charbon, énergies dont ces pays sont largement dépendants, d’obtenir le label convoité. 

Cette possibilité n’était pas exclue aux termes de la nouvelle classification (« taxonomie ») mise au point, mais il était très difficile pour ces secteurs de l’obtenir. 

La nouvelle réglementation doit être approuvée mercredi par les diplomates de l’ensemble des Etats membres et transmise ensuite pour promulgation à la Commission européenne. Reuters 17.12 

Variation climato-politique LREM-EELV-LFI 

– Cédric Villani (LREM) accepte la « coalition pour le climat » à Paris proposée par David Belliard (EELV) – Le HuffPost 19.12 

Rappel – Municipales : La France insoumise se rallie à Éric Piolle (EELV) à Grenoble – L’Express.fr 30.10 

Pour cause d’agenda électoral… 

– La Convention citoyenne pour le climat prolongée jusqu’en avril – L’Express.fr 20 décembre 2019 

La Convention citoyenne pour le climat, chargée de proposer des mesures contre le réchauffement climatique et qui devait initialement s’achever fin janvier, poursuivra finalement ses travaux jusqu’en avril, selon un nouveau calendrier annoncé jeudi. 

Les prochaines sessions se tiendront du 10 au 12 janvier, du 7 au 9 février, du 6 au 8 mars et la dernière, quand seront annoncées les mesures et leur mode d’adoption proposé (loi, règlement, référendum…) les 3 et 4 avril, selon ce nouveau calendrier. L’Express.fr 20 décembre 2019 

Fake news éhontée ou ils osent tout. 

Quand des saisons ou des évènements saisonniers (mousson…) sont précoces, tardives, intenses ou inexistants, ils les montent en épingle ou spéculent dessus, mais quand tout est normal, ils n’en parlent pas puisque cela contredit leur théorie. 

– Australie: 40,9°C mardi, journée la plus chaude jamais mesurée – AFP 18 décembre 2019 

Mardi a été la journée la plus chaude en Australie depuis le début des relevés, avec une moyenne nationale des températures maximales mesurée à 40,9°C, a annoncé mercredi le bureau de météorologie. 

Des records ont été relevés cette semaine dans l’Etat d’Australie occidentale, où les pompiers luttent contre des incendies qui ont dévasté des milliers d’hectares. 

Les incendies sont courants à l’approche de l’été austral, mais ils sont apparus très tôt cette année et sont particulièrement virulents. Les chercheurs estiment que le réchauffement climatique contribue à créer des conditions encore plus propices aux feux. AFP 18 décembre 2019 

Commentaires d’internautes : 

1- « C’est du n’importe quoi, j’étais en Australie en janvier 2011 et il faisait 43 degrés à l’ombre en plein milieu de tourner et 41 à minuit. Il faut arrêter de dire des conneries. » 

2- « C’est faux, la plus haute température en Australie a été enregistrée le 2 janvier 1960 à Oodnadatta avec 50.7°, soit 10° de plus » 

Nldr – L’écart entre le 18 décembre et le 2 janvier est de deux semaines, on ne peut donc pas nous accuser de manipuler des données. 

Je confirme. 53°C à Tomas Mitchell en 1845, 53°C à Cloncurry en 1889, 51,6°C à Euston en 1897, 51,7°C à Gerardton en 1896, la station de Marra dans le New South Wales a enregistré 130°F (54,4°C) le 21 janvier 1896… et c’était bien avant le formidable développement industriel du XXe siècle. 

Partant de l’article du blog climato-realistes.fr intitulé : Vague de chaleur en Australie: réchauffement global ou événement météorologique local ? Voilà ce que j’ai trouvé. 

In January 1896 (…) Newspaper reports showed that in Bourke the heat approached 120°F (48.9°C) on three days. joannenova.com.au/2012/11/extreme-heat-in-1896-panic-stricken-people-fled-the-outback-on-special-trains-as-hundreds-die/ 

Et si vous n’avez pas confiance dans ces données ou dans la personne qui vous les communique ici, donc l’auteur de ce portail, vous pouvez consulter à l’adresse suivante les archives du Western Mail du 17 janvier 1896 publié à Perth en Australie : 

trove.nla.gov.au/newspaper/article/33121679?zoomLevel=4 

54,4°C le 21 janvier 1896, 49.8°C le 19 décembre 2019. 

– Australie : les températures frôlent les 50°C, l’état d’urgence décrété – euronews 19 décembre 2019 

Ce jeudi, le mercure a grimpé à 49.8°C à l’ouest du pays, des températures record pour un mois de décembre. En Nouvelle-Galle du Sud dont Sydney est la capitale, l’état d’urgence a été décrété pour la seconde fois depuis le début de la saison des incendies, en septembre. euronews 19 décembre 2019 

– Des incendies plus précoces et plus violents qu’à l’accoutumés selon les scientifiques. euronews 19 décembre 2019 

Et l’amalgame inévitable. 

– Incendies et canicule en Australie: deux infographies pour comprendre – LeFigaro.fr 19 décembre 2019 

En attendant « l’arrivée du froid« , ils spéculent sur le réchauffement climatique. 

– Une température de 6°C attendue dans la nuit à Moscou, du jamais vu depuis 133 ans – Reuters 18 décembre 2019 

La température ne devrait pas descendre en dessous des 6°C dans la nuit de mercredi à jeudi à Moscou, du jamais vu depuis le 18 décembre 1886, a annoncé le centre national de météorologie. 

La normale saisonnière à cette époque de l’année est inférieure de douze degrés, à -6,2°C. 

Résultat de cette douceur inhabituelle, conséquence d’un front atmosphérique venu de l’Atlantique… 

Au jardin botanique de l’Université d’Etat de Moscou, la flore est elle aussi surprise par ces températures printanières: perce-neige et rhododendrons sont déjà en fleur. « Ces fleurs ne survivront certainement pas à l’arrivée du froid. Il n’y aura pas de floraison au printemps », explique Anton Doubeniouk, jardinier en chef. Reuters18 décembre 2019 

Parole d’internaute. 

Commentaires publiés à la suite de deux articles parus dans le blog Les Crises.fr favorable à la théorie du réchauffement anthropique. 

– Climat. La NOAA publie son rapport 2019 sur l’Arctique par Johan Lorck – Les Crises 17décembre 2019 

– Climat. Niveau record pour les émissions de CO2 d’origine fossile par Johan Lorck – Les Crises 13 décembre 2019 

1- La NOAA a très mauvaise réputation chez les statisticiens. 

‘Hidden’ NOAA temperature data reveals that 6 of the last 9 months were below normal in the USA – and NOAA can’t even get June right 

Anthony Watts / July 30, 2019 

A review of state-of-the-art climate data tells a different story than what NOAA tells the public. 

While media outlets scream “hottest ever” for the world in June and July (it’s summer) and opportunistic climate crusaders use those headlines to push the idea of a “climate crisis” the reality is for USA is that so far most of 2019 has been below normal, temperature-wise. 

Little known data from the state of the art U.S. Climate Reference Network (which never seems to make it into NOAA’s monthly “state of the climate” reports) show that for the past nine months, six of them were below normal, shown in bold below. 

2- Les données de température « cachées » de la NOAA révèlent que 6 des 9 derniers mois étaient inférieurs à la normale aux États-Unis – et la NOAA n’arrive même pas à faire le bon mois de juin 

Anthony Watts / 30 juillet 2019 

Un examen des données climatiques de pointe raconte une histoire différente de celle que la NOAA raconte au public. 

Alors que les médias crient « plus chaud que jamais » pour le monde en juin et juillet (c’est l’été) et que les adeptes opportunistes de la croisade climatique utilisent ces manchettes pour promouvoir l’idée d’une « crise climatique » la réalité pour les États-Unis est que, jusqu’à présent, la majeure partie de 2019 a été inférieure à la normale, du point de vue de la température. 

Peu de données connues provenant du Climate Reference Network des É.-U. (qui ne semblent jamais figurer dans les rapports mensuels de la NOAA sur l’état du climat) montrent qu’au cours des neuf derniers mois, six d’entre elles étaient en dessous de la normale, en caractères gras ci-dessous. 

3- Qu’est ce qui vous fait croire que “les scientifiques” forment un ensemble cohérent et robuste sur les questions du climat? Il n’y a pas d’un côté les scientifiques, et d’un autre côté les autres. Il existe des scientifiques qui sont loin d’être d’accord avec la façon dont on présente les choses et qui n’accordent pas foi à toutes les conclusions du GIEC. Les fameux “97% de consensus” n’ont pas de sens. 

4- Vous n’êtes pas sans savoir que le recul des glaciers en Europe a commencé il y a plus de 12 000 ans, avec la fin de la glaciation de Würm. L’activité industrielle du paléolithique final et du mésolithique est-elle un facteur du recul des glaciers ? 

Depuis, il a fallu des périodes exceptionnellement froides pour que ces glaciers progressent à nouveau (vers 1600, moment du « petit âge glaciaire », ou en 1973) : comme s’ils n’avaient pas encore atteint leur point d’équilibre. 

D’autre part, il faut distinguer trois types de glaces au moins : les glaciers de montagne, les inlandsis, et la banquise qui est un indicateur de court terme. 

5- “En ce moment, – 18°C à Fairbanks (Alaska), mais les températures vont baisser fortement les prochains jours. 

La tiédeur se maintient à Moscou (2°C), mais il fait – 21°C à Norilsk, – 35° C à Iakoutsk, – 46°C à Verkhoïansk.” 

Cela fait des mois qu’on vous dit qu’il y a une différence entre météo et climat. Soit vous avez un problème de compréhension soit … vous avez un problème de compréhension. » 

Réponse d’un internaute : 

6- « Mais j’ai parfaitement compris votre catéchisme. Je le résume : 

Il fait froid ? C’est la météo. 

Il fait chaud ? C’est le climat. 

Quant à la distinction climat/météo, je n’ai pas attendu vos commentaires pour l’apprendre, pour la définir, et pour l’enseigner. 

Le même internaute : 

7- « Étonnante, la promotion du commentaire d’Alligator en date du 17.12.2019 à 11h45. 

En fin de soirée, il est passé de +1 à +8, puis à + 45, le tout à une vitesse record. 

Ce doit être ça, le réchauffement (des commentaires dans la ligne du blog). 

Et vous croyez que les lecteurs sont dupes ? » 

8- « Je me fais des idées ou “Les Crises” nous fait maintenant régulièrement de la pub réchauffiste? Il n’y a pas d’articles de scientifiques sceptiques? Ah on me dit dans l’oreillette que dans ce cas on dit simplement “complotistes”. » 

9- « Quand la science dévoyée devient une croyance au service de la mondialisation, alors on croit ou on ne croit pas au réchauffement climatique d’où des discussions sans fin. » 

10- « Qu’il y ait globalement et sur le long terme un (léger) réchauffement du climat n’est pas contestable. Qu’il y ait accélération n’est en rien démontré scientifiquement. Que ce soit du au CO2 (gaz indispensable à la vie) est très improbable puisque le taux de CO2 dans l’atmosphère est très faible et que le taux de CO2 dit anthropique estlui même très faible par rapport à ce taux total. Les autres gaz mais surtout la vapeur d’eau ont un impact immensément plus important dans l’effet dit de serre. Que l’augmentation de t° ait des effets apocalyptiques est un arguments de prophètes mais en rien une affirmation fondée scientifiquement. 

PS: Le Giec est constitué uniquement de délégués des gouvernements rares y sont les scientifiques et encore plus les climatologues. 

Il faut en finir avec l’hystérie climatique et plus généralement l’idéologie obscurantiste de l’environnementalisme qui constitue la religion des écologistes et des lobbies tels GreenPeace, WWF et autres inter-environnement. » 

« Toujours le même cirque. Je m’abstiendrai de commenter ce texte de propagande (mon dernier commentaire contenant ce terme a disparu). Je dirai simplement que, par simple exercice d’esprit critique, je discute toute prétention à la prévision climatique, qui n’est pas de la science, puisqu’on n’a pas le recul pour vérifier nos théories… Je fais la même chose sur des sites qui prétendent que c’est un refroidissement catastrophique qui nous attend. Il y a toutefois une différence entre eux et ici : là-

bas, mes commentaires ne sont jamais censurés, même si de temps en temps on m’attaque avec virulence, voire on essaye de me faire taire (c’est arrivé une seule fois). Ici, on peut certes lire des commentaires critiques ou sceptiques (heureusement…), mais mon expérience est qu’ils disparaissent en masse… Simple constat qui mène à en déduire qu’ici, il est plus difficile de contester une idéologie qui couvre la pratique pseudo-scientifique que constitue la climatomancie. » 

11- « Vu l’ambiance détestable de cette pseudo-discussion, et la manipulation évidente des « likes » par les maîtres du jeu, je préfère arrêter ici et maintenant mes commentaires sur ce blog, qui n’est plus celui que j’ai découvert en 2014. Je souhaite seulement que ce dernier message ne soit pas effacé. » 

12- « va falloir se réveiller un peu et arrêter de valider ces thèses qui s’avèrent totalement fausses. Le Giec n’est absolument pas impartial, leurs intérêts dépassent la vérité. Sans réchauffement, ou “preuve” du réchauffement le Giec n’a aucune raison d’être. Renseignez vous sur les Taux de Co2 à l’époque du jurassique et de son impact positif sur la planète et le développement de la faune et de la flore. Nous sommes dans une propagande climatique mensongère qui obéit à un agenda qu’il faut à tout prix respecter. Regarder comme ils sont en panique depuis les 3 jours de canicule (oui l’été il peut faire un peu chaud) de cet été et comme les médias font dans le catastrophisme permanent. Allez sur le Figaro, en deux jours, ils publient “une bombe climatique au fond du pacifique” et un autre article expliquant que la hausse du CO2 pourrait provoquer la disparition des nuages et donc du monde..” Honnêtement je sais pas ce qu’il faut de plus pour convaincre les réchauffistes. Quotidiennement les médias mainstream font dans la “peur du réchauffement” comme ci l’homme pouvait influer sur le climat, machinerie vieille de milliards d’années, dont on ne connait presque rien finalement. On se fout de nous sur toute la ligne. Capitalisme vert oblige. Nous vivons une période de réchauffement comme la planète en à déjà connu. L’humanité ne pourra rien y changer. » 

13- « Ce sont les mêmes lobbies : ceux du charbon, du gaz et du pétrole prônent tous pour du solaire et de l’éolien, car ces derniers ne sont pas pilotables (ne peuvent suffire à eux seul pour approvisionner toutes la demande d’énergie électrique). 

De plus si vous observer les implantations du parc éolien en France, le principal fournisseur d’éolien est General Electric; le même que le gouvernement précédent (dont l’un des principal promoteur est à la tête de l’état) à permis de racheter la branche “énergie” d’Alstom (et l’autre promoteur, celui qui a construit le dossier pour la vente d’Alstom, est à la tête d’Alstom France). 

Ne changeons pas une équipe qui gagne… » 

14- « C’est une arnaque qui permet de dévaliser le contribuable. 

L’électricité non pilotable à une valeur ridicule par rapport à celle qui l’est, et forcer le rachat au prix fort d’électricité quand on est prêt à payer pour s’en débarrasser c’est stupide. 

On engraisse des actionnaires qui font faire des éoliennes qui n’ont aucun sens d’un point de vue économique et écologique, mais très rentables grâce aux subventions… 

Pour ce qui est de “l’abondance”, déjà si on engraissait pas une classe dirigeante boulimique ça aiderait, si on rationalisait le transport (rail et transport en commun gratuit partout), si on mettait en avant le droit à réparer, bref si on commençait à planifier une société fonctionnant intelligemment plutôt que de laisser l’avidité des plus nantis et la force aveugle du marché décider de la marche à suivre. » 

15- « En Chine, pour aller de Yichang à Wanzhou, au lieu de mettre 22h de train, on en met désormais 5. On a dû faire, sur 380 kms,159 tunnels et 253 ponts. Il a fallu 50 000 ouvriers, mais pas seulement; il a fallu aussi du béton, de l’acier, des équipemements et beaucoup d’énergie. Une des lignes les plus difficiles du monde! Mais les habitants des montagnes Wuling disent:”il nous fallait une journée de bus et 100yuans pour aller à Yichang, maintenant on y est en 2h à 30yuans”. Voilà ce qu’est du vrai développement, avec CO2, oui…Des projets que l’on ignore depuis des décennies et dont, bobos arrivés, on se croit libre. En revanche on nous propose quand même, soudain, des tonnes de béton et d’acier pour empiler éoliennes et panneaux solaires à l’empreinte environnementale monstrueuse. 

Pourquoi? La réponse de Engdahl est simple: suivez la piste de l’argent 

(https://journal-neo.org/2019/09/25/climate-and-the-money-trail/). Seule façon de comprendre l’incestueuse et repoussante collusion entre les capitalistes les plus éhontés et les vertus vertes de la “lutte pour le climat”. » 

16- « Ah et bravo à l’auteur, au “Global Carbon Project” et autres statisticiens pour soigneusement passer sous silence la production de CO2 des guerres américaines. 1.2Btonnes pour le Pentagone à lui tout seul (6 fois le Royaume Uni) et autant pour la guerre en Afghanistan/Irak. Y’a pourtant difficilement plus environnement compatibles que les Talibans! 

17- « Il faut arrêter avec les discours apocalyptiques… 

Le CO2 n’est et n’a JAMAIS, JAMAIS été un polluant. 

C’est un gaz essentiel au développement de la flore. 

Quant au principal gaz à effet de serre, ce n’est même pas le CO2 c’est la vapeur d’eau ! 

Les campagnes médiatiques, dont le dernier “plan com” en date nous a été servi avec les peurs d’une jeune adolescente aux accents hystériques, ne servent qu’à mieux nous “vendre” des taxes et n’ont pour dessein que d’entretenir un mythe transnational planétaire, terreau favorable à la disparition des états au profit d’un gouvernement mondial. » 

La balkanisation et le pillage des richesses de l’Afrique en sont la cause. 

Ndlr – Pourquoi des peuples entiers sont-ils condamnés à subir impuissants les aléas du climat qui leur rendent l’existence plus qu’insupportable au quotidien ? Pourquoi devraient-ils continuer à vivre dans des endroits pareils ? Comment une telle barbarie peut-elle exister au XXIe siècle ? 

Cette situation n’est pas nouvelle, elle est connue depuis fort longtemps. 

Personne n’ignore qu’il existe des endroits sur Terre où les conditions sont quasiment invivables pour l’homme du fait de l’aridité du climat, de la chaleur ou du froid extrême qui y règne, de l’absence d’eau en quantité suffisante. Des peuples s’y établirent à une époque où les conditions climatiques étaient meilleures ou plus clémentes, leur sédentarisation dans ces régions était compatible avec leur niveau de développement économique et démographique, alors que ce n’est plus le cas depuis des années ou de nombreuses décennies, parfois davantage. 

Pire, ils n’ont plus comme autrefois la possibilité de se déplacer ou de migrer librement vers des terres bien irriguées au climat plus clément. Ils sont dorénavant contraints de demeurer sur place dans des 

espaces de plus en plus étroits ou limités, où leur survie est gravement menacée du fait de frontières infranchissables tant administratives ou intérieures qu’internationales imposées par les ex-colonisateurs. 

Ainsi ils sont davantage otages de leur intégration forcée à la mondialisation et de ses maîtres, que du climat qui sert cyniquement de bouc émissaire à ceux qui finalement sont responsables de leur situation dramatique, et qui à défaut de remettre en cause leur système économique préfèrent les laisser crever ou élever des murs pour contenir leur exode. 

Attention, ce qui est décrit ci-dessous est littéralement cauchemardesque. 

– Afrique du Sud : Adelaïde, la ville où il n’a pas plu depuis cinq ans – francetvinfo.fr 19.12 

Dans la province du Cap-Oriental, dans le sud-est de l’Afrique du Sud, il n’a pas plus depuis cinq ou six ans. Au moins. Mais d’une manière générale, c’est l’Afrique australe toute entière, où les températures augmentent deux fois plus vite que sur le reste du globe, qui connaît sa pire sécheresse depuis 35 ans, selon l’ONU. 

A Adelaide, où le taux de chômage avoisine les 70%, le prix de la sécheresse, conjugué à celui de la crise économique qui sévit dans le pays, est déjà énorme. 

L’incompétence des autorités 

Les autorités assurent ravitailler un jour sur deux les quartiers de la ville, via un réservoir raccordé à un pipeline bien trop étroit qui remonte jusqu’à la Fish River, à une cinquantaine de kilomètres de là. Mais la réalité est tout autre… Le réseau de canalisations est en « mauvais état », reconnaît Bornboy Ndyebi, adjoint au maire d’Adelaide. Et les camions-citernes sont en panne, concède Thandekile Mnyimba, à la tête de la municipalité du district d’Amathole qui gère Adelaide. 

De son côté, l’opposition accuse la ville, aux mains du Congrès national africain (ANC) qui dirige le pays, de ne pas avoir anticipé cette situation dramatique. « Les autorités locales se sont réveillées quand le niveau de l’eau dans le barrage était de 4% », affirme Ernie Lombard, conseiller municipal de l’Alliance démocratique (DA). 

Le président Ramaphosa, qui a succédé en 2018 à Jacob Zuma, empêtré dans des scandales de corruption, le concède: « La mauvaise gestion des ressources en eau et la corruption ne sont pas pour rien dans la situation actuelle. En clair, les effets de la sécheresse ont encore été aggravés par l’incompétence des autorités. « Sans mesure drastique », l’accès à l’eau deviendra « le défi économique le plus important » de l’Afrique du Sud, a prévenu le chef de l’Etat. Un défi qui ne semble pas prêt d’être relevé… francetvinfo.fr 19.12 

La Zambie privée d’électricité en raison de la sécheresse qui frappe toute l’Afrique Australe – Franceinfo 20.12 

La Zambie est victime depuis plusieurs semaines des pires coupures d’électricité de son histoire, causées par la sécheresse qui vide les barrages. Récurrente depuis plusieurs saisons dans toute l’Afrique australe, la sécheresse a fait plonger les réserves d’eau du barrage hydroélectrique de Kariba (sud), la principale source d’énergie du pays. Selon le ministre de l’Energie, Matthew Nkhuwa, ses turbines ne tournent plus qu’à 10% de leur capacité. Le pays peut également s’appuyer sur une centrale solaire de 54 MW et une centrale à biomasse de 43 MW, mais l’essentiel de l’électricité est importé du grand voisin sud-africain. 

Ces pénuries d’électricité ralentissent sérieusement l’activité économique et gênent la vie quotidienne des habitants. Dans certains quartiers de la capitale zambienne Lusaka, ces délestages peuvent durer jusqu’à dix-neuf heures par jour, ce qui pénalise bon nombre de petits commerces et d’entreprises. Les coupures d’électricité nourrissent la colère de la population. Ces deux dernières semaines, des manifestants ont caillassé des installations de la compagnie de distribution. 

L’Afrique australe particulièrement affectée par le réchauffement climatique 

90% de l’énergie de la Zambie est importée d’Afrique du Sud, elle aussi confrontée à une terrible sécheresse. Le géant public sud-africain de l’électricité Eskom, qui fournit à la Zambie son courant, a été contraint la semaine dernière à des délestages massifs. 

Il n’y a plus d’électricité, même en Afrique du Sud d’où nous importons plusieurs centaines de MGW. S’il ne pleut pas, la situation sera terrible, Matthew Nkuwa ministre zambien de l’Energie à l’AFP. 

Depuis plusieurs années, les météorologues constatent une saison des pluies plus tardive et plus courte dans la région. Un phénomène qui pourrait encore s’aggraver dans les prochaines décennies. 

L’Afrique australe est particulièrement affectée par le réchauffement climatique. Les températures augmentent deux fois plus rapidement dans cette région que dans le reste du monde. On prévoit que les températures y augmenteront de cinq degrés ou plus, en particulier en Namibie, au Botswana et en Zambie, zones qui sont déjà particulièrement chaudes. Manque d’eau, crise agricole et pénurie d’électricité : un avant-goût de ce que pourrait être le changement climatique. Franceinfo 20.12 

Dérèglementation financière d’un côté, règlementation de la consommation de l’autre. 

– Antigaspillage: l’Assemblée vote la création de nouvelles filières pollueur-payeur – AFP 19 décembre 2019 

L’Assemblée nationale a voté mercredi soir la création de nouvelles filières pollueur-payeur, notamment dans les secteurs du bâtiment et du tabac, l’une des mesures clés du projet de loi antigaspillage. 

Le principe de ces filières REP (« à responsabilité élargie du producteur ») est d’exiger des professionnels de contribuer financièrement à la gestion et au recyclage des déchets liés à leurs produits. 

Autre filière REP, celle sur le tabac pour financer la récupération des mégots dès 2021, notamment sur les plages. « Les industriels du tabac sont d’accord. En tout cas, ils ont compris qu’ils n’avaient pas le choix », a souligné la secrétaire d’Etat Brune Poirson. 

Ou encore celles sur les jouets, les articles de sports et de loisirs, de bricolage et de jardinage en 2022, et pour les lingettes pré-imbibées pour usages corporels et domestiques, à compter de 2024. 

Les députés ont voté cet article 8 du projet de loi à l’unanimité. AFP 19 décembre 2019 

AFP 20 décembre 2019 – L’Assemblée a aussi voté l’interdiction de la destruction des invendus non alimentaires, comme les produits d’hygiène et le textile, qui devront être donnés ou recyclés à partir de 2022. (De toutes manières, ceux qui en profiteront sont insolvables ! – LVOG) 

Toujours dans cette « écologie du quotidien » que plébiscitent les « marcheurs », le projet de loi veut interdire le plastique à usage unique dans les fast-foods pour les repas servis sur place. Place aux 

contenants et couverts réemployables, au plus tard en 2023, et finis aussi les jouets en plastique gratuits dans les menus enfants. (Les multinationales du fast-food vont faire des économies. – LVOG) 

Dans la même logique, l’impression des tickets de caisse pour les petites sommes est appelée à disparaître, sauf demande expresse du client. 

Contre l’obsolescence programmée, notamment dans l’électronique, le projet de loi crée en outre un « indice de réparabilité » qui précisera si un produit est aisé à réparer, et veut faciliter l’accès aux pièces détachées. (Laissé à l’appréciation des fabricants, une blague ! – LVOG) 

Enfin, le texte ouvre la voie pour certains antibiotiques à la délivrance de médicaments à l’unité, un engagement de campagne d’Emmanuel Macron. (Comme cela vous serez obligé de repasser par un médecin pour obtenir à nouveaux des antibiotiques. Donc on voit vient ici que cette mesure n’est pas dictée par le besoin de faire faire des économie à la Sécurité sociale. – LVOG) AFP 20 décembre 2019 

On sait par expérience, que lorsqu’ils font appel aux « droits de l’homme », ce n’est jamais pour une bonne cause ou c’est parce qu’ils n’ont pas la conscience tranquille. 

– Réchauffement climatique : l’ordre de la Cour suprême néerlandaise – euronews 20 décembre 2019 

Un procès historique aux Pays-Bas, et une confirmation, celle de la Cour Suprême qui ordonne au gouvernement du pays de réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 25% d’ici 2020. 

Kees Streefkerk, Président de la Cour Suprême : « Cette obligation est fondée sur les articles 2 et 8 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme. Ces articles impliquent une obligation positive pour l’État néerlandais de prendre des mesures raisonnables et appropriées pour protéger les résidents des Pays-Bas contre le risque sérieux d’un changement climatique qui menacerait la vie et le bien-être de nombreuses personnes aux Pays-Bas. » euronews 20 décembre 2019 

Ndlr – La Cour Suprême néerlandaise a retenu l’interprétation la plus restrictive en matière de liberté collective contenue dans l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme. Voici cet article. 

L’article n°8 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) 

« Droit au respect de la vie privée et familiale 

1- Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance. 

2- Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui. » 

Ndlr – Ainsi il est laissé à la discrétion de l’autorité suprême d’un Etat de décréter ce qui « est nécessaire à la sécurité nationale« , d’en user et abuser à sa guise. 

L’urgence est plutôt de débrancher les imposteurs aux commandes. 

– La Suisse débranche la centrale nucléaire de Mühleberg – Reuters 20 décembre 2019 

La Suisse a fermé définitivement vendredi la centrale nucléaire de Mühleberg, en service depuis 47 ans, première étape d’un processus de sortie du nucléaire décidé en 2011 après la catastrophe de Fukushima, au Japon. 

D’une capacité de 373 megawatts, la centrale ouverte en 1972 à l’ouest de Berne a été débranchée à 12h30 (11h30 GMT). 

La décision de démanteler les cinq centrales nucléaires suisses a été confirmée par votation populaire en 2017. Le gouvernement s’est engagé parallèlement à développer les subventions pour les énergies renouvelables. 

En 2017, le nucléaire représentait un tiers de la production d’électricité en Suisse, contre 60% pour l’hydroélectricité et 5% pour les renouvelables. 

Aucune date n’a encore été fixée pour la fermeture des quatre autres réacteurs nucléaires de la Confédération, même si le prochain sur la liste devrait être celui de Beznau, près de la frontière allemande, inaugurée en 1969. 

Le groupe énergétique BKW, contrôlé par l’Etat, a pris la décision de fermer la centrale de Mühleberg en octobre 2013, estimant que les programmes d’investissement à long terme sur le site n’étaient plus viables. 

Le démantèlement des installations commencera en janvier et doit s’étaler sur une période de quinze ans pour un coût global de 3 milliards de francs suisses (2,75 milliards d’euros). Reuters 20 décembre 2019 

91 réflexions au sujet de « Veille sur le climat 17-21/12/2019 »

  1. > Les eurodéputés sont convenus lundi d’approuver un projet visant à fixer un ensemble de règles pour définir les produits financiers « verts » et « durables »

    Encore une innovation climatique sans étude d’impact où nous allons servir de cobayes.
    Depuis Jean Jouzel, la climatologie étend son expertise à la finance.et les économistes trouvent cela normal.

    J'aime

  2. Bonjour,
    Dans l’article de l AFP sur l’Australie, il s’agit d’une température moyenne max sur l’ensemble du territoire et pas d’un max local. Il doit y avoir une confusion.

    J'aime

  3. « Qu’il y ait globalement et sur le long terme un (léger) réchauffement du climat n’est pas contestable. Qu’il y ait accélération n’est en rien démontré scientifiquement »
    C’est déjà ça, vous ne contestez pas le réchauffement, mais comment le qualifiez vous de ‘léger’ ? 2°C… ? Et fort c’est combien ?

    J'aime

    • 2°C par rapport à quoi? Quelle « norme » si tant est qu’il en existe une ? Qui a dit que la température de référence serait celle prise en considération? Parce que le climat a beaucoup changé en plusieurs millénaires. Et pourquoi la norme ne serait pas celle où on pouvait planter des oliviers dans le nord de la France et où il faisait très chaud?

      J'aime

      • Ça n’a rien à voir avec une « norme ». Il s’agit de moyennes calculées sur les 30 dernières années, et mises à jour chaque décennie. C’est cette moyenne qui a très sensiblement augmenté depuis 50 ans. Alors les climatologues nous disent que +2° (en global) provoquera des catastrophes en tout genre (en fait multipliera et amplifiera les catastrophes déjà connues). Mais si vous pouvez prouver le contraire, ne vous gênez pas ,on est preneurs. Pour le moment, on est à un peu plus de +1° et même s’il est encore difficile de le prouver , il semble bien que ça ait déjà commencé à avoir des effets.

        J'aime

      • Ca n’a aucun effet. Il n’y a aucune recrudescence de quelques catastrophes naturelles que ce soit, et si on a cette impression, c’est que l’humain, dans sa grande sagesse, s’étend et construit de plus en plus sur des zones dangereuses. Fatalement, s’il y a eu une catastrophe naturelle dans des zones désertes il y a 10 ans, ce n’est pas comptabilisé par les assurances. Aujourd’hui, elles le sont parce que ça touche des hommes et des biens.

        Que la température moyenne augmente, ok (encore qu’il faudrait tout de même tempérer par secteur, une moyenne ne veut vraiment rien dire), même si on les a déjà atteint dans les siècles ou millénaires précédents, mais aller vers un catastrophisme inutile, là, non.

        J'aime

  4. J’aurais peut-être dû fournir une grille de lecture.

    Pedro l’ingénieur – « Cette confusion est certainement à dessein de la part de JCT ».

    Bravo, votre sagacité et votre bienveillance vous honorent Pedro !

    Climarco était beaucoup plus mesuré. – « Dans l’article de l’AFP sur l’Australie, il s’agit d’une température moyenne max sur l’ensemble du territoire et pas d’un max local. Il doit y avoir une confusion. »

    Non, et il y avait les deux. En tous cas il n’y avait pas de confusion dans ma tête, et voilà pourquoi.

    Je cite : « Des records ont été relevés cette semaine dans l’Etat d’Australie occidentale. » Et de fil en aiguille c’est à partir de ce facteur que l’AFP en est arrivée aux incendies dans le même paragraphe, incendies qui seront repris dans le paragraphe suivant pour atterrir au réchauffement climatique, là où l’AFP voulait justement en venir.

    Le titre que j’avais trouvé pour cet article concernait le record de température maximale enregistrée au cours d’une journée en Australie à cette période de l’année, et non le record de température moyenne nationale au cours d’un 18 décembre, d’ailleurs le reste de l’article, qui ne se limitait pas à celui de l’AFP, je tiens encore à le rappeler, ne traitait que du facteur que j’avais retenu, je me demande si vous l’avez lu entièrement.

    On pouvait donc en déduire sans avoir besoin de faire preuve de beaucoup de perspicacité, que je ne remettais pas en cause l’autre facteur qui en soit n’avait pas davantage de signification, choix ou sélection qui était toute aussi arbitraire, puisque l’exercice avait consisté à isoler un des 365 jours de l’année pour clamer hâtivement au réchauffement climatique, affirmation qui provenant d’une agence de presse n’était pas sans arrière-pensées.

    Maintenant je peut concevoir qu’après avoir fait une fixation sur le titre et abstraction du contenu de l’ensemble de l’article, une lecture un peu trop rapide pouvait prêter à confusion dans les esprits animés par les mêmes arrière-pensées idéologiques que l’AFP, qui plus est, toujours prompts à prêter gratuitement de mauvaises intentions à ceux qui ne partagent pas leur théorie du réchauffement climatique de nature anthropique.

    C’est le procédé tordu de l’AFP que je tenais juste à mettre en évidence. Quand on est engagé pour une cause, on se doit de mettre en lumière ce genre de procédé. Dorénavant, autant que faire se peut je veillerai à faire preuve de davantage de rigueur ou d’attention, afin d’éviter qu’une telle confusion se reproduise, tout en sachant que différents niveaux de lectures sont inévitables selon les lecteurs, et qu’une méprise inconsciente ou intentionnelle pourra toujours se produire. En faisant court, c’est parfois difficile ou périlleux. On essaie de faire au mieux.

    Pour conclure, j’accepte d’autant plus facilement le reproche d’avoir manqué de circonspection, que je n’étais pas encore familiarisé avec les lecteurs de ce blog, qui sont très différents de ceux de mon portail, mon approche doit donc être adaptée à une autre frange de la population, dont acte.

    En revanche je condamne les intentions déloyales et malsaines qu’on m’a prêtées. Pour un début, vous avez fait fort en proférant une telle accusation. J’en ai vu d’autres et de bien pires, et si vous tenez absolument à polémiquer avec moi, je vous préviens que j’ai une longue expérience derrière moi dans ce domaine, et que vous n’êtes pas au bout de vos peines, je ne laisse rien passer et je n’abandonne jamais, c’est une question de principe et de dignité. Après vous avoir fourni mes explications, je ne pense déjà plus à ce petit incident, je considère qu’il est clos.

    rpf – « Toutefois, être auteur dans ce blog, c’est désormais courir le risque (la chance?) d’être l’objet «d’études scientifiques» »

    Eh bien, ils n’auraient pas fini, car mon parcours est très hétéroclite, je suis inclassable ! Entre nous, cela me laisse indifférent.

    Vague de chaleur en Australie: réchauffement global ou événement météorologique local ? –
    11 février 2019 par Usbek

    Météo ou changement climatique ?

    Le Dr Roy Spencer a consacré un article à la vague de chaleur australienne de 2019. En voici ci-dessous un résumé.

    Une des caractéristiques du réchauffement climatique est qu’il est global ou presque (exception faite peut-être de l’Antarctique). En revanche, les événements météorologiques sont liés aux mouvements naturels de l’atmosphère et sont donc régionaux.

    https://www.climato-realistes.fr/vague-de-chaleur-australie-rechauffement-global-ou-evenement-meteorologique-local

    JCT – Si le réchauffement climatique est global, ce que personne ne nie, pour autant il demeure en moyenne insignifiant, et si j’ai bien compris, jusqu’à preuve du contraire absolument rien ne prouve qu’il soit l’unique facteur à l’origine de certains événements météorologiques se produisant dans le monde, et encore moins que l’activité humaine en serait responsable, telle est ma conviction.

    J'aime

  5. Pedro l’ingénieur – « On ne veut pas connaître votre conviction mais vos preuves scientifiques. Vous avez l’air d’avoir beaucoup de temps, produisez en. »

    Que vaudrait une conviction qui ne reposerait pas sur des preuves scientifiques ? Vous insinuez donc que ma conviction en serait dénuée. Or, comme je l’ai exposé succinctement, elle repose sur les preuves scientifiques exposées notamment dans ce blog et dans celui de l’association des climato-réalistes. Apparemment vous les contestez, ce qui est parfaitement votre droit, mais cela ne suffit pas forcément pour les invalider.

    En dernière analyse, ce seront les faits et leurs enchaînements qui trancheront, qui détermineront quelle théorie ou approche scientifique correspondait à la réalité, sans en faire une affaire personnelle de préférence, puisqu’une théorie peut être confirmée ou invalidée par la suite, afin d’éviter de se ridiculiser et que la connaissance à notre disposition nous permette de continuer de progresser… Il n’y a rien de pire que de s’identifier à des idées, qui finalement n’appartiennent à personne.

    Sans attendre et sans être forcément un scientifique, ce que ne sont pas environ 99% de la population, faut-il le rappeler, mais peut-être leur déniez-vous pour cette raison le droit de se forger une conviction, je l’ignore et peu importe, car il existe mieux pour évaluer les différentes théories en présence, à savoir les procédés utilisés pour les défendre, et là en l’occurrence le moins que l’on puisse dire, c’est que ceux qui prétendent au réchauffement climatique de nature anthropique ne reculent devant aucun moyen déloyal et malhonnête, voire diffamatoire pour imposer la leur, je parle des institutionnels, gouvernements, ONG, médias, partis politiques, etc., ce qui la disqualifie définitivement aux yeux des simples citoyens, qui savent par expérience qu’on n’agit pas de la sorte quand on n’a pas des intentions inavouables à cacher.

    Personnellement, quand quelqu’un me raconte des histoires, me ment ou a essayé de m’embobiner, et me demande ensuite de lui faire confiance, je lui refuse sans me poser davantage de questions, car quand on a une conduite aussi malsaine, c’est que le reste est à l’avenant et ne mérite pas notre attention ou qu’on le partage. On regarde ailleurs, on va voir ailleurs ce qui se dit, et très souvent c’est salutaire. C’est aussi un excellent moyen pour développer son esprit critique ou gagner en liberté de penser.

    Quant au temps dont je dispose, j’ai pris ma retraite anticipée (en Inde) entre 35 ou 42 ans et j’en ai 64. J’ai passé toutes ces années essentiellement à lire et à étudier, à réfléchir et à écrire, pour repousser les limites de mon ignorance, vous voyez, j’avoue ! Je dirais même que cela devrait être la raison d’être de l’espèce humaine ou la seule chose qui puisse lui donner un sens sans jamais avoir à le regretter, puisque sans la connaissance on ne peut pas prétendre à la liberté et au bonheur, la vie n’aurait aucun sens, sauf à se leurrer…

    Les hommes, la civilisation humaine, le développement économique, l’ensemble du processus historique sont les ennemis déclarés des tenants du réchauffement climatique anthropique, et je pèse mes mots, dans ces conditions, hormis ceux qui l’ignorent encore, on se demande comment des gens peuvent-ils adhérer à cette théorie.

    Ce n’est pas le fait que ce processus historique se soit déroulé inconsciemment jusqu’à nos jours, que cette théorie prétendrait remettre en cause, non, pas du tout ou bien au contraire, car elle a été conçue de telle sorte nous dit-on, que les mêmes acteurs (ceux qui détiennent le pouvoir) pourraient avoir la volonté d’y remédier. Balivernes, on ne voit pas pourquoi demain plus qu’hier quel intérêt ils pourraient y trouver, autant demander à un banquier de cesser de penser en banquier, impossible, un peu de sérieux.

    Aimé par 1 personne

  6. En dernière analyse, ce seront les faits et leurs enchaînements qui trancheront, qui détermineront quelle théorie ou approche scientifique correspondait à la réalité

    Hélas, vous semblez ignorer la faculté qu’ont certain activistes de tordre les faits dans le sens qui les arrange. En vérité pour ces gens la réalité des faits n’a absolument aucune importance. L’essentiel pour eux est d’occuper le terrain médiatique, contre les évidences, face aux échecs de leurs prévisions, et ce jusqu’à la dissonance cognitive…

    J'aime

  7. Et si on dénonçait les errements du carbocentrisme sans en profiter pour vendre le nouvel ordre mondial comme Azoulay ou le retour du communisme comme jct? …

    J'aime

  8. A Murps.

    Je ne l’ignore pas. Quant aux faits, ils finissent toujours par s’imposer aux hommes, sinon l’espèce humaine n’aurait jamais progressé. Faisons-leur confiance et tout se passera bien, à condition de ne pas mettre notre destin entre les mains de n’importe qui… C’est mon unique croyance !

    Christophe Desmaris – « Et si on dénonçait les errements du carbocentrisme sans en profiter pour vendre le nouvel ordre mondial comme Azoulay ou le retour du communisme comme jct? … »

    Comme vous ne devez pas être le seul à le penser tout bas, je vais vous répondre.

    Tout d’abord, pour faire bref, rassurez-vous le communisme n’a jamais existé nulle part, puisqu’aucun peuple ne détient ou n’a jamais détenu réellement le pouvoir, sauf à confondre stalinisme et communisme, et il n’est pas près de voir le jour…

    Cela dit, libre à vous de vous accommoder du capitalisme, y compris ses excès puisqu’ils sont inséparables, à condition toutefois d’en assumer toutes les conséquences, ce dont apparemment vous êtes incapable et vous conduit à vous empêtrer dans des contradictions inextricables, consistant à exiger de ceux qui sont à l’origine du carbocentrisme de l’abandonner, alors qu’en réalité, et cela vaut pour n’importe quelle question sociale, seule la majorité de la population après avoir pris conscience de cette supercherie détient le pouvoir de s’y opposer efficacement ou de la faire capoter, issue à laquelle je contribue à ma manière au coté des scientifiques climato-réalistes en prenant soin de ne pas me laisser entraîner sur le terrain de la polémique idéologique ou politique avec eux, car nous aurions tout à y perdre. Libre à moi d’estimer que le capitalisme a accompli la tâche historique qu’il avait à remplir, tout comme l’esclavage et le servage qui l’ont précédés, et qu’il est voué à connaître le même destin…

    L’histoire aussi est une science, et elle est régie par les mêmes lois générales du mouvement ou de la dialectique que la matière, la nature, les idées des hommes, il suffit de l’étudier avec cet instrument pour découvrir les facteurs qui sont à l’origine de son développement ou comprendre son fonctionnement.

    Ma démarche consiste à contribuer à l’unité du peuple avec ces scientifiques climato-réalistes, tandis que les carbocentristes donnent une image des scientifiques en général détestable. Il en va de même avec les classes moyennes ou l’ensemble des intellectuels qui ne doivent pas être perçus comme des ennemis mais des alliées. Le seul objectif que nous partageons consiste à empêcher que les carbocentristes l’emportent, au-delà chacun est libre d’avoir ses propres idées politiques et de les défendre. C’est la raison pour laquelle j’ai pris soin de ne pas faire part de mes désaccords avec certaines initiatives prises par les climato-réalistes, après avoir observé que leur influence politique était faible, j’ai estimé qu’une autre attitude aurait été nuisible ou préjudiciable à notre cause. Et je m’en tiendrai toujours à ce principe.

    Ce que vous ne semblez pas comprendre, c’est que le « carbocentrisme » est justement le produit du « nouvel ordre mondial » en gestation ou qu’ils ne font qu’un, et que l’on trouve les mêmes acteurs ou propagandistes à l’origine, qui sont éminemment politiques, l’ONU et les gouvernements dont dépend le GIEC, je n’invente rien, ce sont les faits. Et quels intérêts représentent-ils ? Vous le savez aussi bien que moi.

    C’est d’ailleurs à juste titre que les opposants au « carbocentrisme » n’ont cessé de dénoncer l’attitude idéologique adoptée par le GIEC, donc comment voulez-vous qu’on l’ignore, c’est aussi simple que cela. Maintenant hypocritement ou par ignorance, nombreux sont ceux qui n’en tiennent pas compte et en subiront également les conséquences désastreuses, nous tous de fait. Le carbocentrisme descendu du ciel, franchement, ce n’est pas très scientifique ! Quant à l’apolitisme, cela n’existe pas, cela ne sert qu’à camoufler des intentions inavouables.

    Vous voudriez combattre le Green New Deal ou la New Climate Economy en prenant soin de ménager l’oligarchie financière qui en sera le principal pour ne pas dire l’unique bénéficiaire, c’est incohérent. Voyez ce qui arrive aux écologistes sincères, pour ne pas s’y résoudre ils sont réduits à l’impuissance, pire, leur incapacité ou leur refus d’aller au bout de leur analyse se traduit par une terrible confusion qui les conduit à adopter des positions opposées à leurs intérêts en tant que simple citoyen, par exemple en faisant la promotion des éoliennes qui se traduira par l’augmentation de leur facture d’électricité sans pour autant pouvoir se passer du nucléaire, du pétrole, du charbon ou du gaz.

    Personnellement j’ai adopté une autre approche idéologique cohérente en défendant le nucléaire, le pétrole, le charbon et le gaz, tout simplement parce que dans l’état actuel de l’avancée des sciences et du niveau de conscience politique et d’organisation des peuples on ne peut pas se passer de ces sources d’énergie, sans lesquelles le développement économique ou le progrès social n’aurait jamais pu avoir lieu ou ne pourrait pas se poursuivre, donc sans entraîner une formidable régression de la civilisation humaine à laquelle je m’oppose farouchement. Notre démarche est avant tout humaniste. Quelqu’un a dit que nous étions les véritables écologistes, et bien ce n’était pas idiot.

    Ma démarche est uniquement guidée par les besoins des peuples, je n’en connais pas d’autres. Mais apparemment ce n’est pas le cas de tout le monde. Qu’elle ait une connotation idéologique, je ne vais pas le nier, puisque c’est inévitable quelle que soit la position qu’on adopterait, j’ai simplement l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître. Si maintenant vous considériez que c’était un crime je m’éclipserais. A ma connaissance, ceux qui au sein du mouvement ouvrier partagent ma position représentent une infime minorité, tout comme les scientifiques climato-réalistes. Si maintenant vous croyez qu’en vous en passant vous irez plus loin, vous vous faites de graves illusions.

    La veille devait servir à montrer en partant de l’actualité mondiale, comment les différents acteurs abordaient ou traitaient la question climatique, non sans arrière-pensées idéologiques, et j’ai bien compris que c’était cela qui vous dérangeait. Vous auriez préféré un traitement lisse ou aseptisé de l’information, qui ne tienne pas compte du statut de chaque acteur, pour que vous puissiez continuer à entretenir des illusions en eux. Désolé, mais cela je ne sais pas faire, je combats l’ignorance, je ne l’entretiens pas. Cela dit, mon rôle s’arrête là, je n’ai pas vocation à intervenir ici pour m’exprimer sur les auteurs de ce blog ou de leur association dont je respecte les idées.

    J'aime

      • On peut dire aussi « j’aurais aimé un style plus direct », mais être aimable n’est nullement une obligation.

        J'aime

      • oui, c’est pas bien de parler de logorrhée. Il y en a qui font court, il y en a qui font long, chacun fait comme il veut, et le lecteur prend ce qui l’intéresse et qui est digne d’être relevé dans le texte. Cunctator91 on vous a connu mieux inspiré. JCT peut bien faire long, et raconter un peu sa vie au milieu, au moins c’est incarné, et c’est vivant, on l’imagine en Inde, ce qu’il y fait et comment on y vit.

        J'aime

    • @JCT: « Tout d’abord, pour faire bref, rassurez-vous le communisme n’a jamais existé nulle part, puisqu’aucun peuple ne détient ou n’a jamais détenu réellement le pouvoir, sauf à confondre stalinisme et communisme, et il n’est pas près de voir le jour…  »

      Ah, la grande parade chère à Jean-François Revel. Elle est toujours bien vivante. C’est tellement pratique 😀

      https://livre.fnac.com/a1163248/Jean-Francois-Revel-La-grande-parade

      J'aime

      • fm06 – « Ah, la grande parade chère à Jean-François Revel. Elle est toujours bien vivante. C’est tellement pratique. »

        J’imagine que vous évoquiez l’amalgame communisme = nazisme.

        Ce qu’il y a effectivement de pratique avec ce genre d’argumentation, c’est qu’elle est tellement connotée et grotesque, qu’elle a le don d’aboutir à l’effet inverse de celui recherché par son auteur. Et quand on se penche sur ses effets d’arme, on ne peut pas s’empêcher de se détourner de ce personnage.

        C’est valable pour le GIEC qui a été créé sur la base d’un a priori ou en partant du postulat du réchauffement climatique de nature anthropique, dès lors sa légitimité ou sa crédibilité étaient égales à zéro.

        Cette « grande parade », c’était quoi, un défilé militaire, une clownerie ou tout simplement de la daube ?

        – « Revel, nom d’emprunt, était l’enseigne d’un restaurant rue Montpensier dont la daube était réputée. », souligne-t-il dans ses mémoires… (Source : slate.fr 22.04.2018)

        Plus sérieusement, je vais vous répondre en tentant de faire bref. J’avais préparé un texte beaucoup trop long (6 pages après 3 heures de recherche et de rédaction), donc j’y renonce. Par conséquent, on se contentera des institutions ou des personnages auxquels Revel fut lié. Pour plus de détails consulter Wikipédia.

        Revel était un ultra libéral nostalgique de la monarchie, hostile au gaullisme, farouche antisocialiste ou anticommuniste. Au départ il fut tenté par la social-démocratie, parcours qu’emprunteront Macron ainsi qu’une partie de son aréopage.

        Revel publie en 1970 : Ni Marx ni Jésus : La nouvelle révolution mondiale est commencée aux États-Unis.

        Revel – « L’Amérique est en train de créer un modèle révolutionnaire pour les autres pays, le premier modèle depuis longtemps, dans les sociétés développées, qui ne soit pas l’imitation d’une révolution antérieure. »

        JCT – On s’en serait bien passé ! Cette « révolution mondiale » est plutôt un cauchemar, synonyme de régression sociale, décadence, dégénérescence, chaos et guerre permanente, non ?

        – Revel a été fait Commandeur de l’ordre d’Isabelle la Catholique (Espagne)

        – Isabelle la Catholique usurpant la place de sa nièce s’autoproclama reine de Castille, avec Ferdinand II son époux elle organise l’Inquisition espagnole. (Chouette, l’Inquisition est de retour ! – JCT)

        – Il fut un contributeur régulier de la revue Commentaire fondée par Raymond Aron et Jean-Claude Casanova en 1978.

        Jean-Claude Casanova collabore au European Council on Foreign Relations (ECFR) qui était au départ principalement financé par la fondation George-Soros. L’ECFR sera élu « Meilleur nouveau think tank dans le monde sur les cinq dernières années » par Foreign Policy dans ses éditions de janvier/février 2009 et 2010. L’ECFR sera également adulé par The Economist.

        – Le Foreign Policy a été créé en 1970 par Samuel P. Huntington, un idéologue de la guerre des civilisations… (Cher à Bush – JCT)

        – « Le European Council on Foreign Relations… a le don de produire le bon papier au bon moment, qui saisit vraiment l’attention des gens avec une vision nouvelle ou contre-intuitive. » The Economist, avril 2009. (Source : ecfr.eu)

        Les généreux et fortunés donateurs de l’ECFR.

        Atlantic Council, Bertelsmann Stiftung, Bill & Melinda Gates Foundation, Open Society Foundations (Soros), Rockefeller Brothers Fund, UN Foundation, Etc. Airbus, Repsol, Santander, Microsoft, Telefonica, Thales,
        Total, USB, Etc. L’Union européenne, le ministère francais de la Défense, les ministères des Affaires étrangères d’une douzaine de pays européens plus le Japon, l’OTAN, Etc.

        – The Economist compte parmi ses principaux actionnaires la famille Agnelli et la branche anglaise de la famille Rothschild…

        The Economist se considère comme d’ « extrême-centre »… (Ni de droite ni de gauche ou et de droite et de gauche, comme Macron. – JCT)

        Il prend position en faveur à la fois d’un libéralisme économique, notamment le libre-échange et la dérégulation, et d’un libéralisme sociétal, en défendant par exemple la légalisation des drogues et le mariage homosexuel.

        Il a soutenu des dirigeants politiques comme Margaret Thatcher ou Ronald Reagan, Tony Blair, Barack Obama et Bill Clinton, Nicolas Sarkozy « faute de mieux » en avril 2007. (Macron n’était pas encore mûr ! – JCT)

        Il se montre favorable à l’usage de la force pour défendre les intérêts britanniques et défend ainsi la guerre contre la Chine en 1847 et l’écrasement de la révolte des cipayes en Inde.

        Partisan de l’intervention américaine au Viêt Nam… Le journal donne une couverture plutôt favorable au putsch du général Pinochet en 1973. Bref, il est l’avocat éditorial de toutes les opérations militaires occidentales, Indochine, Kosovo, Irak, Libye, etc.

        Selon L’Obs et le Monde diplomatique, c’est le journal le plus influent du monde.

        – Revel sera également membre du Reform Club, où il fera la connaissance de Friedrich Hayek, plus tard il côtoiera Milton Friedman, qui figurent parmi les principaux théoriciens du néolibéralisme…

        – Il sera membre du Club des Cent qui compte parmi ses membres Henri de Castries (Président du comité de direction du groupe Bilderberg depuis 2012), Albert II de Monaco, Eric de Rothschild, et notamment une brochette de patrons de multinationales…

        Éloquent, n’est-ce pas ? La référence à Revel n’était rien d’autre que de la propagande idéologique déguisée.

        Il se présentera en disciple de Montaigne qui prendra la suite d’Etienne de La Boétie, qui se demanda dans le Discours de la servitude volontaire : comment se fait-il que les hommes combattent pour leur servitude comme s’il s’agissait de leur salut ? Ne comprenant manifestement rien au processus dialectique matérialiste et historique dont les hommes sont toujours si peu conscients quatre siècles et demi plus tard… Hélas!

        Pour revenir à notre sujet.

        J’ai découvert le monstrueux scandale financier et mafieux des éoliennes.

        On entend souvent parler du Green New Deal au futur, alors qu’ils en sont à la phase pratique depuis déjà le début des années 2000. Ils en sont donc à l’application pratique à grande échelle de leur théorie du réchauffement anthropique. Et ses contradictions explosent, ses intentions inavouables apparaissent au grand jour, l’imposture, l’escroquerie et ses dégâts deviennent patents.

        Quand les gens qui y sont directement confrontés entendent le discours officiel, ils doivent s’étouffer, suffoquer. Voilà un large public qui est pour ainsi dire naturellement acquis au climato-réalisme, puisqu’il fait l’expérience des méfaits de la théorie du réchauffement climatique anthropique, le soutenir et s’en faire un allié renforcerait le camp des climato-réalistes. Et comme le financement du lobbying éolien se retrouve dans la facture d’électricité et d’essence de chaque citoyen, pour peu qu’ils apprennent de quoi il retourne vraiment, c’est l’ensemble de la population qui serait gagné au climato-réalisme, y compris de nombreuses personnes qui se disent écologistes ou sensibles à cette question.

        J'aime

    • Le temps passe, les années se suivent et se ressemblent. J’aime beaucoup l’humour de l’article du monde :
      «  » »premier ministre conservateur, Scott Morrison, dont la sensibilité écologique reste à prouver » » ». Excellent… je crois qu’il fait partie, avec les chefs de file Trump, Poutine, Bolsonaro, et quelques autres, de ceux qui resteront dans l’histoire comme des bienfaiteurs de l’humanité 😉
      Ceci dit, sans eux ce serait déjà bien difficile. Et ce n’est qu’un début.

      J'aime

      • @Zimba

        N’est il pas caricatural d’accuser Morrison et les climatosceptiques australiens de manque d’empathie? Bien sûr qu’ils sont concernés par les koalas et par les victimes de cette catastrophe. C’est d’ailleurs du côté des sceptiques qu’on trouve des comparaisons avec les incendies en Californie et en Sibérie et des propositions concrètes pour améliorer les choses, en repensant la prévention avec des « Hazard fires » et en réorganisant les secours.

        A propos de preuves, j’aimerai savoir où Le Monde est allé chercher l’idée que la canicule favorise les incendies. Certes il fait très chaud là bas en ce moment et cela gêne le travail des pompiers. Toutefois l’incendie dépend du volume de bois, de la sécheresse et du vent violent. La température n’intervient pas. Ainsi les incendies californiens étaient atisés par des vents froids venus du Canada.

        La commission européenne semble se préparer à reforester l’Europe intensivement. On se demande quels bénéfices climatiques on en retira si les incendies nous touchent et que les arbres partent en fumée…

        J'aime

    • En tous cas, ça va être difficile d’imputer ça au réchauffement climato-microscopique, car ça a brûlé 20 fois plus de surface en 1974/1975 là bas (source : Roy Spencer). Par contre ça y va avec les cartes photoshoppées, visiblement il fait trop froid dans l’hémisphère nord pour propager la panique, alors on se concentre sur l’été du sud …

      J'aime

      • Oui c’est vrai que parler de réchauffement climatique en hiver est pas facile. Malgré tout, le constat est toujours le même. On est en mi janvier, et quasiment pas de gelée réelle dans le Sud, malgré un super anticyclone et des nuits étoilées. Décembre a été 3°C de plus que la moyenne, janvier est pour l’instant à +1.5°C, on verra la suite.

        J'aime

      • @Zimba : oui on sait : quand il fait chaud c’est la faute du réchauffement climatique anthropique, et quand il faut froid c’est juste de la météo.
        Bah les -50° mesurés pendant ce temps là aux USA vont compenser ça ne vous inquiétez pas.

        J'aime

  9. J’ignore pourquoi Benoît n’a pas publié les Veilles sur le climat des 24 et 27 décembre, alors qu’elles étaient neutres idéologiquement, elles ne comportaient même pas un sarcasme, hormis sur Elizabeth II, mais bon, on ne peut pas s’en empêcher, c’est pour se détendre un peu.

    Puisque certains lecteurs ont publié quelques infos, j’en profite pour vous donner un bref aperçu de la prochaine veille.

    Ils ne désarmeront pas en 2020.

    – En 2020, la lutte contre le réchauffement climatique va s’accélérer – RTL 03.01

    L’année 2020 va se placer sous le signe de la lutte contre le réchauffement climatique, même si, entre volonté politique et citoyenne, certains sujets restent explosifs. RTL 03.01

    JCT – Nous n’emploierons pas leur rhétorique guerrière, nous lutterons plutôt contre les conséquences des variations climatiques qui peuvent atteindre certaines populations.

    Comment fonctionne la fabrication du consentement ou la manipulation des consciences (à des fins inavouables).

    – 85% des Français mettent l’environnement au cœur des municipales – latribune.fr 15.11.2019

    Notre sondage Elabe-Veolia confirme que l’écologie est désormais une préoccupation majeure des électeurs… latribune.fr 15.11.2019

    JCT – Comme on sait que l’abstention monte à 70% ou plus dans certaines communes ou certains quartiers, de 85% on passe à 25,5% ou moins, ou sinon on plafonne à 35%.

    Alarme climatique : C’était juste une psychothérapie pour dépressifs ou pour vous rendre complètement schizophrène.

    – Le père de Greta Thunberg affirme que son engagement l’a rendue plus heureuse –
    Le HuffPost 30 décembre 2019

    Jean de Kervasdoué – L’éolien et le photovoltaïque : des voies sans issue – LePoint.fr 30 décembre 2019

    Chronique. À l’aide de quelques ordres de grandeur sur l’offre et la demande en électricité, l’économiste explique les limites de ces énergies intermittentes. LePoint.fr 30 décembre 2019

    JCT – Il démontre l’aberration du photovoltaïque et de l’éolien au détriment du nucléaire notamment.

    Jean de Kervasdoué – L’énergie nucléaire est la seule candidate sérieuse notamment avec les techniques d’aujourd’hui (surgénérateur) ou de demain (la fusion nucléaire). Dès à présent, cette source utilise peu d’espace (120 hectares pour Flamanville), produit beaucoup d’énergie, une partie importante de ses déchets sont recyclables et elle est peu dangereuse, comme nous expliquerons dans une prochaine chronique. LePoint.fr 30 décembre 2019

    Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais. Les jeunes sont indisciplinés : Quelle horreur !

    Malgré leur fibre écolo, les jeunes sont plus consuméristes que leurs aînés – lefigaro.fr 30.12

    Plus concernés par le réchauffement climatique, les 15-24 ans n’adoptent pas pour autant un comportement plus écologique que leurs aînés. lefigaro.fr 30.12

    JCT – Pardi, il y a de quoi se sentir concerné quand on vous dit que votre destin est déjà hypothéqué et cramé ! Mais on ne vous dit vraiment pourquoi.

    Pocker menteur.

    Extinction Rébellion: «L’écologie ne doit pas devenir une idéologie antihumaniste» – lefigaro.fr 10.12

    Baptiste Gauthey dénonce la confiscation de l’écologie politique par une frange minoritaire de la gauche anticapitaliste.

    Baptiste Gauthey étudie à la Sorbonne l’histoire des politiques publiques environnementales. lefigaro.fr 10.12

    JCT – L’air de rien, nous sommes encore en présence d’un amalgame. Peut-être parce qu’ils craignent que la véritable gauche anticapitaliste se renforce, alors qu’ils savent qu’elle est inoffensive.

    Apparemment Le Figaro ignore ou feint d’ignorer l’origine d’Extinction Rébellion. Si cette officine était de gauche et anticapitaliste, cela signifierait qu’Al Gore, Gates, Soros et Cie en seraient aussi ! Le Figaro en arrive à cette aberration, parce qu’il a rien trouvé de mieux pour défendre le capitalisme, et parce qu’il ne peut pas concevoir que les aspects progressistes qui ont accompagné (et favorisé) le développement du capitalisme étaient inhérents à ses contradictions, pour faire bref.

    C’est aussi un moyen de faire oublier que l’idéologie qu’on veut nous imposer est « antihumaniste », et instrumentalise l’écologie.

    Aimé par 1 personne

  10. @JCT

    Jct> La Cour Suprême néerlandaise a retenu l’interprétation la plus restrictive en matière de liberté collective contenue dans l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme. Voici cet article.
    Jct> L’article n°8 de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH)
    Jct> Droit au respect de la vie privée et familiale

    La gauche a toujours aimé les grandes déclarations universelles et les chartes fondamentales. Mais de nos jours elles s’interpretent en évoquant le principe de précaution et l’urgence à agir. Les écologistes militants en profitent.
    Il n’en a pas toujours été ainsi. A une autre époque le progrès, la science et la technologie étaient des valeurs de gauche pour lesquelles il était important de lutter.

    DUDH Nations Unies 1948
    La Déclaration universelle des droits de l’homme
    Article 27

    1. Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent.
    2. Chacun a droit à la protection des intérêts moraux et matériels découlant de toute production scientifique, littéraire ou artistique dont il est l’auteur.

    J'aime

  11. Les personnes qui ont une capacité de recul sur les mouvements d’opinion et les comportements humains, ont tendance à dire que «les gens» préfèrent, et ont préféré de tous temps, choisir un mensonge qui rassure plutôt qu’une vérité qui dérange.

    Il semblerait que les choses se soient inversées avec ces questions liées au climat, et que l’opinion préfère cautionner un mensonge qui dérange plutôt qu’une vérité qui rassure. Ce qu’il serait bon de penser, c’est pourquoi nos contemporains préfèrent massivement choisir un mensonge qui conforte la haine de soi plutôt qu’une vérité qui les en libère…

    J'aime

    • Ce qui revient à dire : « ce qui conforte la haine de soi » est plus désirable que « recherche de vérité », donc le choix se fait au prix du mensonge.

      En général, la haine de soi, on sait très bien se la faire tout seul ; d’ailleurs, on n’apprécie pas bien que les autres s’en mêlent, c’est très perso ce truc. Or là, occasion est donnée par le groupe de s’entre-conforter dans cette détestation partagée. En effet, c’est curieux cette histoire…

      J'aime

      • C’est vrai. La colère existentielle à l’égard de l’existence est quelque chose d’assez personnel. On se sabote, on se tend des pièges… Bref, on demeure dans l’inaccompli. Mais «normalement», le groupe est plus un catalyseur de mauvaise foi potache qu’un tapis de fakir format familial…

        Pour ce qui est de cette curieuse passion collective, il est vrai que d’habitude, le groupe rejette la vérité, car elle est trop douloureuse, trop exigeante. Et il se dirige plutôt vers un «paradis» tiède de mensonges momentanément rassurants pour feignasse veule, qui consiste souvent en un jeu de renvoi des responsabilités, pour ne pas prendre sa part.

        Quelque part, nous sommes toujours dans cette configuration, mais sous une forme particulièrement perverse, où c’est la meurtrissure qui rassure. Un peu comme un enfant battu, qui a pris l’habitude de prendre les coups qu’il reçoit comme manifestation unique de l’attention, de l’affection, parentale. De la même manière, pour ce qui est de ces questions environnementales, c’est l’anéantissement de l’Homme comme être de chair imparfait qui semble faire office de mantra rassurant. Et ceux qui voudraient relever l’Homme de cette posture de dégoût en lui tendant un miroir non déformant, sont présentés comme résidant dans le déni. C’est effectivement curieux…

        Probablement parce que de se regarder en face, et aller vers sa vérité, est toujours dérangeant. Mais de là à préférer se mutiler pour ne pas avoir à sortir du groupe…  C’est tout de même une forme très extrême de mensonge et de grégarisme…

        Que s’est-il passé au niveau individuel, et au niveau collectif, pour qu’on préfère se flageller en prenant une responsabilité qui n’est pas la notre? Car au fond prendre une responsabilité qui n’est pas la notre, ou ne pas prendre de responsabilité du tout, cela revient au même, quelque part. C’est vouloir demeurer là où on a pas à être dans un cas, et ne pas être là où on devrait demeurer, dans l’autre. Au final, la question de la responsabilité, qui est au coeur de nos sociétés, est toujours là, non résolue.

        Il y a là une attirance pour le morbide, une délectation pour le chaos, qui est parfaitement glaçante! C’est dommage, car ce faisant, les apôtres du chaos discréditent leur «quête de vérité», qui apparaît plutôt alors comme une quête de sensations, de frissons.

        J'aime

    • « dans ce jour–là, les cieux passeront avec un bruit sifflant, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre et les œuvres qui sont en elle seront brûlées entièrement. »
      Deuxième épître de Pierre, ch 3 V.10

      Voilà certainement un début d’explication à votre questionnement fondamental. Les prévisions des climatostrophistes entrent en résonance avec ce qui constitue le socle des cultures issues du judéo/christianisme : la fin du monde est pour demain à cause de la méchanceté des hommes.
      Aurions nous oublié que le christianisme est une religion millénariste ?
      Jésus annonçait la fin du monde et prêchait pour la repentance de l’humanité. C’est exactement ce qui se produit aujourd’hui et ce qui explique l’attitude irrationnelle des gens manipulés. Ils se frappent la poitrine en psalmodiant « mea culpa, mea maxima culpa »…
      Comment comprendre autrement les manifestations australiennes qui accusent le premier ministre « de n’avoir pas assez fait contre le réchauffement climatique » ?
      Même si l’on croit le Giec (ô saint, béni-soit-il), comment font-ils pour croire que si l’Australie avait réduit l’émission de CO2 à zéro, cela les aurait préservé des incendies de forêt ?
      C’est bien sûr absurde : les 24 millions d’Australiens ne sont responsables que d’un pouillème des dégagements mondiaux de gaz à effet de serre. Il serait plus sage de manifester contre la tectonique des plaques qui a placé l’Australie dans ce coin désolé du globe terrestre… Et cela aura exactement le même effet.

      J'aime

  12. Je crois que vous inversez les choses. Les gens ne se flagellent pas, ils ne veulent pas se priver. Ils écoutent les messages d’alerte des climatologues repris par les gouvernements, affirment pour beaucoup qu’ils approuvent et qu’ils craignent ce que ces messages annoncent, car ils constatent par eux mêmes que de plus en plus d’évènements corroborent ces alertes. Mais pour l’immense majorité, ça s’arrête là. Ils reprennent le cours de leurs vies exactement de la même façon. Pas de changement, et surtout pas de privation. Il faut vivre et « en profiter ». C’est d’ailleurs difficile dans le quotidien pour aller travailler, se nourrir, se chauffer, s’équiper en biens de tout genre. Vive les gros SUV, et le smartphone dernier cri changé tous les ans, l’écran tv géant, et pour les loisirs, vacances le plus loin possible, week-end sur la côte dès qu’il fait beau, et c’est tant mieux s’il fait 20°C à Noël, on en profite. Et si ça baisse un peu, on mange en terrasse au resto avec l’extérieur chauffé !! Meme les piscines extérieures sont chauffées en hiver, y compris dans les stations de ski, vue sur les sommets !! Le must !! On n’arrête pas le progrès. Bref, non, on ne se flagelle pas du tout. On plaint juste les Australiens, mais c’est bien loin d’ici l’été Austral.
    Ici c’est l’hiver, oh pas l’hiver 54, l’hiver 2020 simplement.

    J'aime

    • Même ceux qui croient dur comme fer, à la catasrophe annoncée, se rendent bien compte que,même en se privant, ils ne pourront rien changer au climat.
      Certains le font pour se donner bonne conscience, mais savent bien que c’est inutile. Croyants ou pas, on est tous d’accord : on ne peut rien faire, donc, ne changeons rien !
      Collapsologiquement vôtre. JEAN

      J'aime

    • Zimba, vous avez raison sur le constat que « les gens » ne souhaitent pas trop se priver, et dans la description du fonctionnement collectif que vous développez. Nous mettions une loupe sur une toute petite partie de votre texte, là où vous écrivez : « qu’ils craignent », pour tenter d’en comprendre les ressorts, car il semblerait que tout parte de là. Vous reconnaissez l’existence de cette crainte, et je ne crois pas qu’elle soit le résultat de multiples recherches personnelles et assidues, elle est plutôt une idée qui flotte dans l’air du temps (comme le climat, tiens!). Je suis d’accord pour dire « car ils constatent par eux mêmes que de plus en plus d’évènements corroborent ces alertes », mais j’ajoute qu’ils se trompent (ou sont trompés) dans ce constat : les enregistrements des événements passés ne montrent pas d’augmentation manifeste des événements actuels (on verra plus tard pour l’Australie…)

      Il faut donc interroger cette crainte d’origine douteuse ; l’Étoilée remarquait qu’en général, la recherche d’une vérité (exigeante) était accompagnée d’une crainte que l’on préférait remplacer par le couple vérité-douteuse-mais rassurante (le mensonge, quoi). Or avec le climat, « les gens » semblent vouloir accueillir cette crainte, et même l’utiliser : quel drôle de renversement ! d’habitude, personne n’a envie de se charger d’une crainte supplémentaire. Je ne crois pas que le volume de tel gaz dans l’air, ou les relevés historiques des températures soient en eux-mêmes des sujets de craintes, ce sont surtout des supports de cette crainte : il faut donc regarder du coté de celui qui craint. Nous nous demandions alors ce qu’étaient ‘responsabilité personnelle’, ‘conception des chose, du monde et de soi-même’ du coté des craignants. Nous en étions là…

      J'aime

  13. Que d’états d’âme ! Vous semblez désabusés. C’est le lendemain de la gueule de bois ou quoi ? Je vous sens un brin démoralisé, stressé, pessimiste, sceptique…

    La musique adoucit les mœurs dit-on, au sens aristotélicien.

    Pour en sortir je connais un truc génial : 2 CELLOS, du violoncelle, mais pas seulement, classique et rock, vous connaissez ? Ils ont le don de vous réconcilier avec la civilisation humaine si besoin était, de vous élever spirituellement, procurant un frisson de bonheur dont il n’y a pas à avoir honte.

    Il faut croire en l’homme, sinon on ne pourra pas y arriver. C’est d’ailleurs la seule croyance qu’on peut se permettre. L’homme a la capacité de se donner les moyens de vivre dans un monde meilleur et plus juste, il ne lui reste plus qu’à les découvrir. En priorité dans les pays économiquement développés…

    Si les Veilles sur le climat ne sont pas publiées d’ici 1 ou 2 jours, je vous donnerai l’adresse de mon portail où vous pourrez les télécharger, y compris celles qui couvrent la dernière semaine. Vous pourrez accéder à ces documents sans passer par mon portail, directement du serveur (OVH) qui l’héberge à Lille.

    En attendant, une ancienne info que j’ignorais. En avez-vous pris connaissance ?

    Vous avez dit consensus ? Pas vraiment.

    Global warning petition – petitionproject.org

    Purpose of Petition

    The purpose of the Petition Project is to demonstrate that the claim of “settled science” and an overwhelming “consensus” in favor of the hypothesis of human-caused global warming and consequent climatological damage is wrong. No such consensus or settled science exists. As indicated by the petition text and signatory list, a very large number of American scientists reject this hypothesis.

    Publicists at the United Nations, Mr. Al Gore, and their supporters frequently claim that only a few “skeptics” remain – skeptics who are still unconvinced about the existence of a catastrophic human-caused global warming emergency.

    It is evident that 31,487 Americans with university degrees in science – including 9,029 PhDs, are not « a few. » (Entre 1998 et 2008, source Wikipédia. Il n’est pas indiqué à combien de signatures ils en sont en 2020 – JCT)

    Moreover, from the clear and strong petition statement that they have signed, it is evident that these 31,487 American scientists are not “skeptics.”

    These scientists are instead convinced that the human-caused global warming hypothesis is without scientific validity and that government action on the basis of this hypothesis would unnecessarily and counterproductively damage both human prosperity and the natural environment of the Earth.

    31,487 American scientists have signed this petition,
    including 9,029 with PhDs (Doctorat)

    Qualifications of Signers

    Signatories are approved for inclusion in the Petition Project list if they have obtained formal educational degrees at the level of Bachelor of Science or higher in appropriate scientific fields. The petition has been circulated only in the United States.

    The current list of petition signers includes 9,029 PhD (Doctorat); 7,157 MS (Master en Sciences); 2,586 MD (Doctorat en médecine) and DVM (Docteur en médecine vétérinaire) ; and 12,715 BS (Equivalent de la licence) or equivalent academic degrees. Most of the MD and DVM signers also have underlying degrees in basic science.

    Atmosphere, Earth, & Environment (3,805)
    Computers & Math (935)
    Physics & Aerospace (5,812)
    Chemistry (4,822)
    Biochemistry, Biology, & Agriculture (2,965)
    Medicine (3,046)
    General Engineering & General Science (10,102)

    J'aime

  14. Palme d’or du mensonge éhonté sur la page web du « Monde » aujourd’hui, les décodeurs sont à la manoeuvre.
    Sur le bandeau d’alerte, au sommet de la page, on peut lire : « Australie : incendies et réchauffement sont liés »
    En cliquant sur le lien on trouve un article signé « les décodeurs » dont le titre est :

    « Les incendies en Australie sont-ils dûs à un défaut d’entretien des forêts ?
    Contrairement à ce que certains prétendent, ces feux sont favorisés par le réchauffement du climat, bien plus que par un prétendu manque de « feux de contrôle ».

    Hélas, lorsque l’on consulte le (petit) paragraphe consacré au lien entre incendies et réchauffement la déception est totale. Pas l’ombre d’un argument ni de lien renvoyant à la moindre étude scientifique. Juste un malheureux « contribue au changement » et la sempiternelle « augmentation des sécheresses » jamais prouvée. (L’Australie est sujette à la sécheresse de façon récurrente)

    Mensonges donc et manipulation. Et dire que « Le Monde » se targue d’être un journal de référence…

    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/01/09/le-manque-d-entretien-des-forets-est-il-la-cause-des-incendies-en-australie_6025314_4355770.html

    J'aime

      • Ce bidule est une officine gouvernementale chargée de répandre la bonne parole. En ce qui me concerne je préfère le CSIRO de fraise.
        Quant aux gauchistes, ils ne me gênent pas le moins du monde. Les dictatures, oui.
        Chacun son tropisme.

        J'aime

    • entretien d’un pays occupé sur 1% de sa superficie c’est pas facile..
      le reste est soit desertique soit livré à la logique naturelle
      « ça pousse ça pousse ça pousse ça crame. »..et on recommence
      il y a dejà eu un episode repertorié en 1850 de 5 millions d’hectares brulés..
      enfin ça doit etre un minimum puisqu’à cette epoque personne n’avait exploré la totalité de l’ile.
      A noter aussi que pour ce genre de feu de foret le vent est nettement plus determinant que la temperature ,surtout avec des essences inflammables ou la temperature ne joue pas vraiment.

      J'aime

  15. Excusez moi, mais vous racontez vraiment n’importe quoi… Avez-vous consulté le rapport, les sources, les données ? Ou restez-vous dans vos idées préconçues, incapable de sortir de votre bulle…

    J'aime

    • Cette boîte à idée a été investi par des écolos radicaux, soit des particuliers, soit des think tank organisés, les mêmes qui influent sur les 150 grands gagnants de l’intérieur au cours des sessions d’apprentissage. Du coup la radicalisation est homogène entre les contributions et l’état d’esprit du panel tiré au sort. L’insistance sur le « sans filtre » illustre cela.
      Certains parlementaires de l’assemblée ont l’air conscient de la dérive idéologique de la convention.
      Macron voulait éviter le RIC, il a innové d’un comité révolutionnaire à la Robespierre.

      J'aime

    • Cyril Dion « garant » vient de parler à la Convention en l’incitant à se nourrir des généreuses propositions de lois toutes prêtes mises à disposition par les lobbys et les scientifiques.
      Sa prise de parole commence à partir de la 35e minute.

      J'aime

      • Coucou,

        je ne comprend pas bien cette constance à nier que le risque augmente quand il fait chaud et sec, et diminue quand il pleut. C’est la base, je crois chez les pompiers, refroidir le brasier.

        Vous pouvez me montrer toutes les stats que vous voulez, je ne ferai jamais de pique-nique dans le sud est de la france en été.
        pas envie d’être trnasformé en saucisse !

        Bonne journée

        Stéphane

        J'aime

      • Les feux de 74/75 étaient des feux d’été « classiques » ; ne concernant que de la prairie dont la croissance avait été abondamment stimulée par une humidité exceptionnelle pendant la saison de croissance. De grandes surfaces ont effectivement été brulées ; en plein centre du pays ; et n’ont été découvertes qu’à posteriori par image satellite.

        Les feux de 2019/2020 sont des feux de forêts humides qui ont commencé dès le printemps (août 2019) dans des zones qui ne brulent habituellement pas.

        Comparer les feux de 74/75 à ceux de 19/20 n’a aucun sens.

        J'aime

      • @theflynn49 merci..
        En effet ça semble sortir serieusement de l’ordinaire meme depuis 1850.
        c’est d’autant plus surprenant que ça n’apparait pas du tout dans la liste de wiki.
        Par contre il y a bien le meme constat pour 2017 et 2018 qui etaient aussi tres chaud sur les cartes de temperatures…c’est à dire rien pas d’incendie notable.
        D’apres les actus australiennes ,le probleme en 2019 etait surtout lié aux nombreux points d’allumage par la foudre,et par des vents en rafale incessants et tres mal orientés.

        J'aime

      • Bienvenue dans la Matrice. Attention avec la pilule rouge, on en revient pas.

        Le débat technique est secondaire, la vraie raison a été donnée de façon tout à fait officielle par Christiana Figueres (secretaire des Nations unies) lors d’une COP passée : geopolitics.co/2017/02/04/u-n-official-reveals-real-reason-behind-the-global-warming-scare/

        J'aime

    • @antisceptique
      L’image est jolie mais on peut se demander si elle a un quelconque rapport avec la réalité. En effet Joanne Nova n’arrête pas de râler quand le BOM se met à recalculer les températures australiennes toujours dans le même sens, avant il faisait froid, toujours plus froid, et maintenant il fait chaud, toujours plus chaud. La pratique du BOM fabrique donc de belles images dégradées uniformément mais on perçoit mal l’intérêt y compris dans l’usage des modèles du climat lorsque les climatologues alimentent les modèles à partir des données australiennes bidons fournies par le BOM.

      Ceci dit, Jo Nova ne trouve rien à redire aux mesures des précipitations du BOM, ce qui pourrait signifier que la compétence du personnel du BOM n’est pas en cause. Le bug est ailleurs.

      Les précipitations australiennes selon le BOM :
      http://www.bom.gov.au/climate/history/rainfall/

      J'aime

  16. @baloo

    La dispute est au niveau du paramètre chaleur. Les flammes sont suffisamment chaudes. Le feu n’a pas besoin qu’on lui apporte de la chaleur pour l’entretenir.

    Dans le sud de la France, le climat est méditerranéen caractérisé par des étés secs. La sécheresse est un facteur de risque. Aggravé par le mistral et la tramontane qui apporteront à l’incendie de l’oxygène pour se développer.

    Vous trouverez des exemples d’incendies en Sibérie, en Suède, au Canada, ces latitudes hautes n’impliquent pas des températures excessives.
    https://images.app.goo.gl/KaHJfDK1xqmqXEG28
    Cette photo a été prise en Californie, au moment des incendies. Les stars sont habillées assez chaudement car le vent froid soufflait du Nord.

    En Australie il fait très chaud mais on peut dire que c’est une coïncidence et non pas un facteur de risque.

    Je suis inquiet de la politique du Green Deal européen qui veut reforester l’Europe intensivement sous prétexte de puits de carbone qui vont nous sauver le climat. Dans 30 ans les petites graines auront poussés un peu partout. Je ne sais pas quelle température il fera, mais ce sera certainement un risque incendie des plus majeurs. Pas que dans le sud de France, on va aussi végétaliser les villes au passage.
    Lubrizol Rouen, Notre Dame Paris, Achères…

    J'aime

  17. Il faut différencier les plantations d’arbres et plus généralement les forêts avec les brousses non entretenues. Il est évident que les incendies ont de nombreuses causes. La sécheresse, le vent fort, les terrains favorables, souvent des broussailles sauvages, les landes, les fougères et hautes herbes sèches, et des phénomènes déclencheurs naturels (foudres) ou artificiels (megots, feux, barbecues, pyromanes…). Mais il est aussi évident que les températures très élevées favorisent les départs et la difficulté à éteindre ou maîtriser les flammes. Ces dernières années, ce qui est inquiétant est le nombre et l’intensité des incendies dans les latitudes nord (canada, amérique, alaska, russie, Sibérie …). Ces phénomènes montrent que le cycle de l’eau a probablement été modifié, et que quelques degrés de plus à certaines périodes de l’année ont une très grande influence.

    J'aime

    • a noter qu’il est surtout question de mediatiser un maximum certains evenements.
      l’exemple du bresil cet ete avec ses 70000 feux est caracteristique de la crispation politico mediatique…
      finalement apres coup,la NASA considere qu’il n’y a globalement rien de tres exceptionnel par rapport aux 15 dernieres années..
      Certaines regions sont un peu plus touchées mais c’est compensé par d’autres qui le sont moins et dont bien entendu on ne parle pas..
      C’etait aussi le cas avec la neige aux USA pour thanksgiving…un vrai record alors que peu de temps avant certains avait annoncé que l’on ne verrait plus jamais ça.
      Encore une fois on n’en a pas parlé alors que l’abscence de neige à Moscou a tourné en boucle sur les medias

      J'aime

  18. J’ai lu cet article et je confirme. Quand il brûle, il grésille carrément et les feuilles s’enflamment en une seconde, je m’en sers pour brûler les poubelles de mes deux voisins où tout ce que je ramasse de déchets dans l’allée en terre qui conduit chez moi, sinon je vivrai dans une décharge, eh oui je suis aussi cantonnier! Le petit terrain que j’ai acquis il y a 6 ans était anciennement couvert d’eucalyptus et il en reste plein dans les terrains environnant, en fait je n’ai qu’un seul voisin mitoyen, le reste est recouvert d’eucalyptus et d’épicéas, plus loin de rizières. Les avantages, l’air qu’on respire est sain et parfumé le matin quand la température monte et la rosée s’évapore.

    J’ai découvert hier que le professeur Édouard Bard du Collège de France était parvenu à la conclusion que le réchauffement climatique serait d’origine anthropique, j’avoue que cela me laisse perplexe. J’ai téléchargé la totalité des articles de vulgarisation disponibles sur leur portail et je vais les lire très attentivement, à suivre…

    Si des scientifiques ont réfuté ses arguments, je serais intéressé d’en prendre connaissance. Je ne voue pas un culte au Collège de France, j’ai été favorablement impressionné par l’exposé d’Alain Supiot sur la question sociale dont je partage les conclusions.

    J'aime

  19. Connaissez-vous l’escouade? L’escouade est un groupe de travail transverse de la.convention climat qui s’est attelé à des sujets importants tels que la modification de la constitution ou de l’économie. Les tirés au sort ont ralés, ils se sentent un peu dépossédés de ne pas avoir mot à dire dans les travaux de l’escouade.
    Il est donc curieux d’aller voir ce qui s’y passe. Chance pour nous, deux sessions de l’escouade ont été enregistrées et diffusées sur Facebook, sans doute du à la pression des tirés au sort que je félicite, c’est la première fois qu’il font preuve d’autorité et d’indépendance au bénéfice de cette institution.

    La session présentée ici concerne la constitution.
    Pourquoi modifier la constitution quand le mandat est de réduire le carbone dans un esprit de justice sociale?
    Ça paraît absurde, mais ce qui ressort de cette discussion, c’est la volonté d’embarquer la société dans une théocratie verte.
    Vous verrez s’installer une troisième chambre cléricale qui mettra à l’index.
    Vous verrez les juges contraints dans l’interprétation.
    Vous verrez la liberté économique et la liberté sociale subordonnées à la nature.
    Vous verrez le doute profiter à la nature au lieu de profiter à l’accusé, au lieu de profiter au scepticisme et à la liberté de penser.
    Vous verrez le Graal, c’est à dire le principe de précaution, qu’il faut défendre coûte que coûte en empêchant les gens d’en débattre, de l’évaluer.
    Vous verrez des limites planétaires au dessus de vos vies. Vous verrez des totems sacrés, fleuves, glaciers vous assigner en justice.
    Vous verrez une assemblée des gentils qui se battent sincèrement de toute leur force pour le bien.
    Vous ne verrez pas Dieu. Attendez 2050.
    Moi Cyril Dion, celui que je préfère, c’est le Climat de 14-18.

    J'aime

    • Des vessies, des lanternes, tout ça 😀 Relax Pigouille, on est toujours dans un système qui ne laisse presque aucune place à la nature face au monde économique. Pourtant, dans un cas on a des limites physiques et dans l’autre des limites contractuelles. Devinez quel verrou saute en premier ?

      J'aime

      • Justement, je crois bien que Pigouille suggère que des « limites contractuelles » relatives à une dictature verte pourraient se mettre en place. J’ignore si on arrivera au niveau qu’il vient de décrire mais l’histoire a maintes fois prouvé que le sociétés humaines en étaient parfaitement capables.
        Vous semblez attribuer au « monde économique » des possibilités face à la nature, je ne pense pas que cela soit pertinent car on ne parle pas de la même chose.

        En attendant il y a des furieux qui ont réussi à convaincre plein de monde qu’il fallait interdire ou limiter sur le territoire français l’exploitations des ressources minières, l’usage des pesticides, les chaudières au fioul, les voitures au centre ville, les moteurs diesels, la chasse, la consommations de viande, l’exploitation au sens large des animaux, les vols en avion, la construction de retenues d’eau à usage agricole, les ondes radio-électriques, les couverts en plastique, les centrales nucléaires, les promotions sur le Nutella…
        Tout ça au nom de la planète.
        Mais certainement pas au nom de la liberté et du pragmatisme.
        Notez que le « monde économique » n’a pas eu son mot à dire devant ces interdictions.

        Aimé par 1 personne

      • Effectivement sur ces derniers points vous avez raison même si vous racontez des sotises pour certaines (interdire les ondes radio ? ^^). Mais avouez que le monde que vous nous décrivez fait rêver : un monde remplit de voitures diesel en centre ville, où l’on exploite le gaz de schiste un peu partout, des pesticides ultra dangereux plein les champs, bref, magnifique. C’est votre choix que de défendre un monde comme celui là, mais je préfère perdre quelques points de PIB et de compétitivité et savoir que mes enfants grandissent dans une ville ou le diesel sera bientôt interdit, où une agriculture durable fonctionne etc. Chacun sa vision du monde.

        J'aime

      • Salut Pedro,

        Pour le projet d’enfermer les enfants dans des espaces clos protégés, vous avez un large panel de sectes sur le marché qui proposent des ascenseurs émotionnels anxiété-relaxation. Pourquoi se limiter à l’anthroposophie, essayez Rael, la scientologie, l’ordre du Temple solaire, Nexus.

        Je rajoute les OGM à la liste de Murps, c’est important les OGM pour qui veut se projeter dans l’avenir et dans la maîtrise de la Nature.

        La prochaine étape dans l’isolement, c’est la taxe carbone aux frontières. Voilà une excellente idée pour se sentir dans un cocon en sélectionnant les objets autorisés et interdits qui veulent nous agresser depuis l’extérieur.

        En France, la miviludes est supprimée et aux Etats Unis les gourous sont mis en prison. Les esprits changent en même temps que le climat.

        J'aime

  20. Interdire les ondes radios :
    https://www.anfr.fr/fr/controle-des-frequences/exposition-du-public-aux-ondes/le-role-des-maires/la-loi-abeille/
    « Dans les établissements accueillant les enfants de moins de 3 ans, la loi interdit le WiFi dans les espaces dédiés à l’accueil, au repos et aux activités.
    Dans les classes des écoles primaires où la commune a installé du WiFi, il doit être coupé lorsqu’il n’est pas utilisé pour les activités pédagogiques. Pour toute nouvelle installation, la commune doit en informer au préalable le conseil d’école. »

    J'aime

  21. Gros niveau Pigouille. Merci pour ce beau morceau d’exagération. Et j’adore votre commentaire sur l’autre fil « dégageons l’ONU ». Subtile. On sent le scientifique dans l’âme qui pose les choses avant de discuter. Votre peur du socialisme vous aveugle.

    Sur le fond, oui il y a clairement des lois « vertes » stupides : la cas du wifi est exemplaire car soit c’est dangereux soit ça ne l’est pas (ce qui est plutôt le cas). Mais vous mettez tout dans le même sac. C’est stupide et volontaire.

    J'aime

  22. @pedro
    Non. J’ai pas dit dégageons l’ONU, j’ai dit degommons.
    Il faudrait cibler les critiques sur l’ONU
    – parce que c’est la hiérarchie du giec qui refuse de nous parler, pensant être assise sur un consensus
    – et parce que le débat public s’est déporté avec XR sur la biodiversité, or discuter de ces problèmes est très compliqué. Autant adresser les requêtes à l’ONU en les laissant se démerder avec Ipbes. Sachant qu’il fraude les chiffres au nom de la 6e extinction.
    https://www.oceansofbiodiversity.auckland.ac.nz/2019/07/30/there-is-a-biodiversity-crisis-and-exaggerating-it-is-not-helpful/
    – comment se fait il que l’UNICEF se mêle de faire des procès aux Etats. Les enfants ne devraient ils pas être protégés des dérives sectaires. Décrivez votre plan d’action.
    – l’OMS ne s’intéresse pas à l’eco anxiété. Pourquoi ? Que recommandez vous ?
    – selon le bulletin météo il fera beau demain 1 fois sur 2. Selon l’organisation mondiale météorologique, 100 pour cent des prévisions sont alarmistes. Pourquoi ?
    – que fait l’ONU pour aider la population du Chili à revenir au calme.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s