La révolte gronde contre les objectifs climatiques « irréalistes » de l’UE

L’encre de la résolution du Parlement européen sur l' »urgence climatique » est à peine sèche que, déjà, certains commencent à comprendre ce qui se cache derrière les belles phrases. L’autre jour j’écrivais ceci : « On peut penser que, lorsqu’il sera question de passer à la caisse pour ce projet délirant [une UE neutre en carbone en 2050], certains reviendront à la raison et joindront leur voix aux 225 » députés européens qui ont voté contre la résolution.

Le réveil semble donc en cours, à en croire Euractiv.

Extraits d’un communiqué publié hier par Euractiv :

Par : Frédéric Simon | EURACTIV.com | translated by Sandra Moro

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš menace d’opposer son veto à l’objectif de l’Europe de devenir le premier continent climatiquement neutre au monde d’ici à 2050. Sa voix s’ajoute à celles des détracteurs du projet, toujours plus nombreux.

Dans une lettre adressée à Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, Andrej Babiš a cependant déclaré qu’il pourrait encore changer d’avis en échange d’un soutien financier accru de l’UE et de meilleures conditions d’investissement pour l’énergie nucléaire.

(…)

Lors du dernier sommet européen en octobre, Varsovie a fait savoir qu’elle ne souscrirait à l’objectif 2050 que si les montants des fonds prévus dans le cadre du prochain budget à long terme de l’UE étaient « nettement » revus à la hausse.

La Pologne martèle qu’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 coûterait trop cher et relève du « fantasme ». Le WWF assure que le pays pourrait y parvenir en respectant le délai et le budget fixés.

(…)

Les résistances existent aussi au niveau régional. Le 5 décembre, lors d’un entretien entre Frans Timmermans, le vice-président de la Commission européenne responsable du « Green Deal » et des élus locaux, ceux-ci ont mis en garde contre l’adoption d’objectifs climatiques « irréalistes » pour 2030. L’objectif de réduire, d’ici à cette date, les émissions de gaz à effet de serre de 50 à 55 %, comme l’envisage la nouvelle Commission européenne, risque de nuire aux entreprises locales, a déclaré Cor Lamers, le maire de la ville néerlandaise de Schiedam.

(…)

Reste que la révolte gronde également dans le secteur bancaire, où la Commission européenne préconise un programme sur la finance durable. Celui-ci inclut une taxonomie de classification qui fait l’objet d’âpres débats et vise à récompenser les investissements dans les technologies propres.

(…)

« Des banques solvables et rentables » sont une condition sine qua non au développement des financements verts, a déclaré José Manuel Campa, président de l’Autorité bancaire européenne, chargée de la réglementation bancaire.

« Si accorder des prêts dans le cadre de l’économie verte comporte un certain risque, les banques ont besoin de disposer de suffisamment de fonds propres pour faire face à ces risques », a-t-il souligné lors d’un entretien avec Euractiv, ce qui pourrait porter un coup au projet de la Commission de soutenir le financement vert.

Source.

10 réflexions au sujet de « La révolte gronde contre les objectifs climatiques « irréalistes » de l’UE »

  1. Bonjour,

    L’UE ressemble de plus en plus à une coquille vide dérivant au gré des lubies du moment. Si la Commission persiste dans son délire, ce qui est à craindre, elle sera le plus sûr fossoyeur de ce qui aura été une belle idée.

    Bonne soirée

    J'aime

    • Nous allons avoir une présidence de l’UE Allemande et il faut comprendre ce que cela implique en matière de culture politique.
      Les Allemands ont cette faculté d’accepter très facilement les ordres qui viennent du haut. C’est dans leur culture depuis des millénaires issue de leurs structures familiales en cellule souche, c’est à dire où c’est l’ainé qui hérite de tout, qui est mis en valeur par le père au détriment des autres fils. Cela fait que tous les enfants grandissent dans une culture familiale inégalitaire qui leur semble naturelle. C’est autoritaire car les fils qui n’ont pas le privilège d’être l’ainé n’ont aucun moyen de s’en plaindre, le père décide de tout, même après que ses enfants aient quitté le domicile familial pour créer leur propre famille.
      Cela a de nombreux avantages : le premier est que ce peuple, pour atteindre son but, accepte plus facilement l’injustice et la souffrance que d’autres peuples. Outre une plus grande résilience, cela permet une très forte gouvernabilité des populations. Il n’y a pratiquement pas de grèves en Allemagne alors que les inégalités sont grandes. Donc, si ce pays veut se mobiliser vers des objectifs, le peuple entier va y aller. C’est une force immense que d’accepter les ordres hiérarchiques sans jamais brocher. En plus, comme ils ont une vision inégalitaire et autoritaire des rapports familiaux et politiques, ils ont une vision inégalitaire et autoritaire des rapports internationaux, notamment au sein de l’UE.
      Les Allemands vont donc probablement essayer de faire se soumettre les tchèques puisqu’ils sont à la tête de l’UE. Ils n’auront pas d’état d’âmes.
      Mais cette force à mobiliser tout son peuple, qui ne bronche jamais présente un risque majeur : si la tête du pays a décidé d’aller dans le mur, tout le peuple va dans le mur. On l’a vu avec le nazisme.
      Le problème que nous rencontrons est que l’on sait que modèle énergétique allemand va dans le mur, pourtant c’est celui qu’ils vont essayer d’imposer depuis la tête de l’UE. Une présidence allemande ne pouvait pas plus mal tombée en fait sur cette question énergétique si important pour l’Europe.
      Deux solutions :
      – La France essaie de créer une coalition avec d’autres pays pour mettre en minorité la présidence allemande via le parlement au sujet de la transition énergétique. Mais on sera dans une guerre entre parlemant et commission pour 5 ans car les Allemands ayant la Présidence, ils seront autoritaires et ne lâcheront rien.
      – La France sort de l’Europe pour préserver son modèle énergétique et pourra compter sur le soutien des Etats-Unis et probablement du Royaume Uni.

      Ce qui est fou, c’est que l’on est encore retombé dans une dérive idéologique de l’Europe et une fois de plus, dans un tel contexte, ce sont les Allemands qui nous emmènent dans le mur et qu’on se fait bouffer (le plan climat européen prévoit d’exclure le nucléaire français au profit de la filière EnRi Allemande très développée).
      Il est encore temps de nous sortir de la catastrophe économique dans laquelle nous emmène des Allemands à la tête de l’UE, reste à prendre le bon chemin.

      J'aime

      • « La France sort de l’Europe pour préserver son modèle énergétique… »
        Je ne comprends pas bien. Ma vision est que le plan énergie français (démantèlement du nucléaire, investissements pharaoniques en ENR…) est totalement consanguin avec celui de l’Allemagne et de l’Europe ?

        J'aime

      • Justement, si la France veut garder un secteur nucléaire fort, ce sera plus facile de le faire à l’extérieur de l’Europe qu’à l’intérieur où elle est obligée de composer avec les renouvelables (l’Europe va lâcher énormément d’argent peut être 1000 à 3000 miliards mais rien pour le nucléaire, or nous sommes un des premiers contributeurs du budget européen). Mais si la France sort, elle perd les avantages du marché commun. C’est pour cela que je dis que c’est une des solutions. Il faut calculer coûts, bénéfices et je sais pas trop mais le secteur énergétique étant primordial, il est essentiel de nous poser la question, d’autant plus que l’on a déjà perdu bcp de nos fleurons industriels.

        J'aime

      • Personne n’a signalé l’adoption de la résolution 59 du Parlement le 28 novembre 2019 :
        « le Parlement européen :
        estime que le nucléaire peut jouer un rôle dans la réalisation des objectifs climatiques car il n’émet pas de gaz à effet de serre et peut également assurer une part significative de la production d’électricité en Europe ;
        estime néanmoins qu’en raison des déchets produits, cette énergie nécessite une stratégie à moyen et long terme prenant en compte les avancées technologiques (laser, fusion, etc.) visant à améliorer la durabilité de l’ensemble du secteur ».
        Et ceci contradictoirement à un autre projet de résolution antinucléaire qui n’a pas été retenu, présenté par la commission de l’environnement du même Parlement (ENVI) présidé par l’écolo français Pascal Canfin.
        Cela me semble quand même être un signe positif.

        J'aime

      • Nous n’avons pas les mêmes informations, le 5 décembre, le nucléaire n’était pas dans le new green deal européen https://www.euractiv.com/section/energy-environment/news/do-no-harm-nuclear-squeezed-out-of-eu-green-finance-scheme/
        Après, comme je dis, il risque d’être trop tard quand la France va se réveiller. Et mon petit doigt me dit que l’on repart comme en 39 mais façon guerre éco avec les pays traditionnellement libéraux comme les USA et la GB qui regardent de loin une Europe qui tombe dans l’idéologie et où elle va perdre des plumes. Tout ceux un peu informés savent que les EnRi sont un fiasco mais le lobby vert est plus puissant (ils décrochent 1000 mds d€ !) et personne d’assez courageux et puissant pour le contrer.
        Les pro-nucléaires (excusez moi de le dire) ont été idiots de jouer la carte de la fin du monde avec le climat, oubliant que la technologie nucléaire est perçue elle aussi comme pouvant être apocalyptique. En portant le débat sur le terrain irrationnel et alarmiste (fin du monde climatique, sauvons le climat…), ils ont fait se réveiller la peur du nucléaire comme pouvant potentiellement détruire la planète, alors même que le nucléaire n’émet pas de CO2. On a connu mieux comme stratégie pour porter une énergie d’avenir.

        J'aime

  2. Le WWF assure que le pays pourrait y parvenir en respectant le délai et le budget fixés.

    De quoi se mêle le WWF ? Il a un avis autorisé ? ils sont élus ? c’est un parti politique ? ils ont une expertise à part dans l’agit prop ?
    Ce truc au financement opaque qui viole la loi à tour de bras pour atteindre des objectifs totalement anti-humanistes ne devrait même pas être cité dans ce genre de débat

    J'aime

  3. J’ai pu lire des bonnes analyses critiques sur la finance verte, le marché carbone et la fameuse taxonomie sur sur le site de Green finance observatory. Je recommande la lecture des rapports dans la rubrique Publications.

    > Despite the perception of being on a solid track, climate policies may be more fragile than we think and may drastically change in the foreseeable future.
    > While green finance is expanding dramatically, most people have never heard of it, of carbon markets, natural capital, green bonds, environmental services or offset projects and are thus excluded from the debate.
    https://greenfinanceobservatory.org/why-gfo/

    Étonnamment ces critiques sont issues du monde écolo, elles sont portées par Friends of the Earth. J’en déduis qu’au delà de l’unanimité climatique, les stratégies des Green Ten sont très divergentes et contradictoires.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s