À Fred Vargas

Fred Vargas, vous valez mieux que la horde qui crie au loup climatique et environnemental. Pourquoi vous abaisser à désigner ainsi à notre vindicte ces méchants si commodes de l’écologisme contemporain ?

M’adresser à mon auteur fétiche pour lui faire autre chose que des éloges ? Impensable ! Pourtant il faut se rendre à l’évidence : la grande Fred Vargas vient de commettre un livre dont l’effrayante banalité du titre, L’Humanité en péril (Flammarion), n’a d’égale que l’indigence des « bonnes feuilles » publiées dans L’Obs.

Il y aurait donc un « cataclysme qui fonce sur la Terre ». Pour expliquer notre « inertie invraisemblable » il faudrait constater que « les gouvernements marchent main dans la main » avec les coupables habituels, ces comploteurs qui détruisent sciemment notre planète pour encaisser, toute honte bue, les dividendes de leurs forfaits : « les plus puissants lobbys du monde, lobbys de l’agroalimentaire, lobbys des transports, lobbys de l’agrochimie, lobbys du textile et j’en passe, vous ne les connaissez que trop. »

Les pelleteux de nuages, le bois de chute ne vaut pas le bois de massacre… Voilà les beaux mots qui surgissent à l’évocation des romans de Fred Vargas. Pourtant, toute l’admiration due à cette œuvre n’y peut rien : un tel propos sur les lobbys n’est que de la pure démagogie. Un cas d’école de ce complotisme écologiste qui gangrène notre société depuis des années.

Vous ne les connaissez que trop : tiens donc ! Quels sont alors les noms de leurs dirigeants ? Où se trouvent les sièges sociaux de leurs entreprises ? Combien de personnes y sont-elles employées ? Quelles sont leurs stratégies de développement ? Leurs positions officielles sur l’environnement ? Leurs actions dans ce domaine ?

Rares sont ceux qui connaissent vraiment les réponses à ces questions. Prétendre le contraire, c’est valoriser des clichés et, partant, œuvrer contre la connaissance réelle du monde.

Rien de nouveau, hélas, sous le soleil de la pensée. Les sirènes des peurs écologistes conduisent les meilleurs esprits à faire naufrage. « Recevons-nous dans nos boîtes aux lettres ou sur notre maildes brochures émanant de l’État, destinées à nous alerter sur tel ou tel aspect de la situation et nous enjoignant d’adopter tel ou tel type de comportement ? Mais jamais, et cet invraisemblable silence est intolérable. » Que Fred Vargas ignore tout du matraquage multi-quotidien sur les « éco-gestes à adopter », la promotion du bio dans les cantines et autres subventions ruineuses en faveur des énergies dites « renouvelables », mieux vaut en rire. Inquiétons-nous en revanche qu’elle ne se rende même pas compte du caractère profondément liberticide de son appel à ce que l’État nous « enjoigne » d’agir comme ceci ou comme cela.

Précieuse Fred Vargas, ce qui m’attriste vraiment n’est pas que vous ayez choisi vous aussi de jouer à la marchande de peur. D’autres brillants esprits l’ont fait avant vous. D’autres le feront après.

Ce qui est regrettable, c’est que, ce faisant, vous avez suspendu bien des vies qui nous sont chères. Celle du puits de science qu’est Danglard. Celle de la rassurante et maternante Froissy avec ses cornucopiennes réserves de provisions. Celle de l’ambigü Veyrenc et de ses blessures intérieures. Voilà un acte presque aussi criminel que celui commis par Conan Doyle qui tua Sherlock Holmes.

De la Syrie à Katrina, les tragédies qui frappent notre monde s’habillent désormais d’un passe-partout : le « dérèglement climatique ». Lorsqu’on s’y penche en remisant ses préjugés, l’on constate vite qu’il ne s’agit que du paravent à une ignorance prétentieuse. Aujourd’hui, nous vivons pourtant le triste jour où il aura fait sa première victime authentique en la personne du commissaire Adamsberg, à jamais amputé d’un livre qui n’aura pas été écrit.

15 réflexions au sujet de « À Fred Vargas »

  1. On peut aimer les romans de Vargas (c’est mon cas) et se moquer éperdument de ses croyances et enflures escrologiques.
    Distinguer l’œuvre des convictions est primordial et logique (cf. Céline, Wagner, etc.)
    On peut aussi rappeler que Vargas fut à la pointe du combat contre l’extradition de l’assassin Battisti, qui s’est bien moqué d’elle et de ses comparses depuis.

    Aimé par 1 personne

  2. Quand on sait que la donzelle a soutenu le criminel Battisti même après sa capture et ses aveux de culpabilité, on n’est pas vraiment surpris. Vargas est une boussole qui indique le Sud.

    Aimé par 2 personnes

  3. Conan Doyle baignait aussi dans le spiritisme mais il n’était pas savant.
    Alfred Wallace (le savant) lui aussi croyait au spiritisme.
    Fred Vargas est les deux à la fois (auteur de romans policiers et chercheuse) et baigne dans le réchauffisme.
    Je vous conseille plutôt de lire les romans policiers du génie John Dickson Carr, au moins lui avait toute sa tète.

    J'aime

  4. Tous les journaux ne se valent pas. Valeurs actuelles est un canard réactionnaire et d’extrême droite possédant un lectorat de vieux cons fachos, rances et obsolètes. Publier dans ce cloaque est déshonorant. C’est pourquoi je ne fréquenterai plus ce blog que je vire de mes Marques-pages illico.

    J'aime

  5. Un petit tour sur la page Wikipedia de Fred Vargas nous montre l’écrivain la clope au bec. Je ne comprends pas comment on peut ainsi la ramener et n’avoir pour soi même aucun soin de sa propre écologie. Charité bien ordonnée commence par soi-même dit-on.
    J’appelle ça le syndrome « Jeanne d’Arc », cette volonté farouche d’avoir toujours raison et d’imposer son point de vue à tous.

    J'aime

  6. « Précieuse Fred Vargas » ! Voilà qui me trouble, vraiment. Précieuse, après son pitoyable combat pour Battisti, qui, dans un monde normal, aurait dû la déconsidérer définitivement aux yeux de tous sur tous les sujets qu’elle aborde, vous la trouvez « précieuse » ? Libre à vous, moi, je la trouve « dispensable », encore plus après sa lamentable prestation dans la Grande librairie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s