Lettre ouverte au CSA : non à la censure climatique !

par Benoît Rittaud.

Le désolant épisode télévisé sur CNews qui a vu s’opposer Claire Nouvian et Élizabeth Lévy illustre jusqu’à la caricature l’intolérance du discours écologiste contemporain. Le CSA aura-t-il la sagesse d’y mettre un frein ?

Il y a quelques jours, une vive altercation a opposé sur CNews l’écologiste Claire Nouvian, candidate EELV Place Publique aux élections européennes, et Élizabeth Lévy, rédactrice en chef du magazine Causeur. La première s’y déclarait opposée à l’expression publique d’opinions critiques sur la question climatique, tandis que la seconde défendait le droit de chacun de donner un avis à contre-courant.

La séquence télévisée aurait pu n’être qu’une illustration de la violence qui se déchaîne parfois sur les plateaux. Cette fois pourtant, les choses sont allées plus loin, Claire Nouvian en appelant désormais à la censure : leCSA, nous dit-elle dans une pétition, « doit rappeler les chaînes à leurs responsabilités : si le débat scientifique est légitime, les médias audiovisuels ne doivent pas servir de tribune à la négation du réchauffement climatique. »

Selon l’autoproclamée « folle de rage », le réchauffement climatique est « un fait avéré ». En douter reviendrait à créer un « climat de suspicion envers la science » qui ouvrirait la porte au « négationnisme scientifique ».

Qu’une écologiste ignore tout de la science en prétendant néanmoins s’en prévaloir pour interdire une expression dissidente n’a rien de nouveau. Depuis bien longtemps la science est instrumentalisée à des fins partisanes, culpabilisatrices, moralisantes et idéologiques. Ce triste obscurantisme intellectuel ne rencontre guère d’opposition.

Un éventuel sage du CSA accidentellement tombé sur ces lignes se dit peut-être qu’il n’est plus la peine d’en lire davantage. Qui d’autre hormis un partisan de la Terre plate oserait s’exprimer contre la « prise de conscience collective » absolument « nécessaire » pour « sauver la planète » ?

On ne saurait blâmer un tel premier mouvement. Nous sommes quotidiennement abreuvés d’alarmes toujours plus nombreuses, toujours plus urgentes, toujours plus dramatiques. Depuis tant d’années que le pronostic vital de la planète est engagé, c’est miracle que nous n’ayons pas déjà été emportés par ces tornades, ces déluges, ces canicules et ces inondations qui n’attendent que 2020 (ou est-ce 2030 ?) pour déferler sur nos vies avec une fréquence et une intensité décuplées.

Il est plus qu’évident que la Terre est d’ores et déjà ravagée par la désolation climatique. N’y a-t-il pas récemment eu une sécheresse quelque part ? Oui, sans aucun doute. Un cyclone ? Sûrement aussi. Une inondation ? À l’évidence. La catastrophe est manifeste au point que la mère de la jeune Greta Thunberg a expliqué à une audience mondiale conquise que sa fille voyait de ses yeux les molécules de CO2.

Les preuves sont donc éclatantes. On se demande comment certains peuvent encore nier l’évidence.

C’est là que, lisant ces mots, l’hypothétique Sage du CSA aura peut-être son second mouvement. On se le demande, en effet. Et donc, si on se le demande, il semble logique que les médias d’information tâchent de nous aider à répondre à cette question.

Il y a deux méthodes pour cela. La première, la plus employée, consiste à faire présenter les arguments climatosceptiques (ou plutôt climatoréalistes) par leurs adversaires. Sauf qu’un athée expliquant la Bible permet rarement de comprendre pourquoi certains se convertissent. Nous voilà donc revenu au point de départ : on se demande toujoursquelle mystérieuse tournure d’esprit conduit des cerveaux déviants à refuser la ligne climatique officielle et ses torrents d’arguments tous plus convaincants les uns que les autres.

Une seconde méthode semble donc s’imposer : pour savoir ce que les partisans de la Terre plate ont dans la tête, on peut le leur demander, à eux.

À John Christy, par exemple. Climatologue à l’université d’Alabama à Huntsville, il est un spécialiste mondialement reconnu des mesures satellitaires de température de l’atmosphère au travers de la constitution de bases de données parmi les plus utilisées pour étudier la dynamique climatique terrestre.

John Christy était le 6 mai dernier à Paris pour une passionnante conférence qui a fait salle comble. Ses comparaisons entre modèles et observations mettent en pièces les affirmations alarmistes sur le climat. Les Claire Nouvian qui peuplent le ministère de l’Écologie aussi bien que les rubriques « environnement » de nos médias auraient bien fait d’y venir. Elles y auraient entendu, pour la première fois sans doute, une éminente voix scientifique discordante s’exprimer par elle-même. Cela les auraient changé du dénigrement adverse et de ses arguments prémâchés, le plus souvent réduits aux slogans les plus éculés et à quelques mots-clichés (« Trump », « lobbys », « pollution »…).

Il est bien sûr vain de prétendre convaincre nos Sages en quelques lignes de l’inanité de l’alarmisme climatique. On imagine que trop bien l’unanimité du CSA sur cette question. Or précisément, tout gardien du pluralisme conviendra que la grandeur de son travail se mesure à son ardeur à défendre la libre expression non pas des avis qu’il partage, mais de ceux qu’il ne partage pas.C’est en marquant clairement leur soutien inconditionnel au droit de réfléchir autrement que nos institutions défendront dignement la tradition française en faveur de la pensée libre. Les citoyens pourront ainsi être fiers du Conseil supérieur de l’audiovisuel de leur pays. Qu’à cela au moins soit utile la pitoyable requête qui lui est adressée.

Publicités

41 réflexions au sujet de « Lettre ouverte au CSA : non à la censure climatique ! »

  1. La liste est longue de tous ces hystériques du rechau-dereglement du climat . Mention spéciale à Fred Vargas pour sa prestation à la grande librairie qui a été tout à fait pathologique au point que François Busnel a dû l’arrêter dans sa logorrhée findumondiste en lui disant qu’elle était contre-productive…

    Aimé par 2 personnes

  2. Un détail : madame Nouvian est candidate aux élections européennes sur la liste Place Publique.
    Cet épisode montre que la pauvre n’a pas l’habitude de débattre avec des gens qui ne sont pas d’accord avec elle. Dans sa représentation du monde, peut-être les climats-réalistes sont-ils des mangeurs d’enfants stipendiés par Donald Trump.
    Et dans cette représentation, le plus simple est effectivement d’embastiller les déviants.

    Aimé par 1 personne

  3. La version EELV (Claire Nouvian) https://youtu.be/WwdoMhtLzXs
    versus
    ce qui s’est réellement passé : https://www.dailymotion.com/video/x77vao1

    Cette séquence résume tout…
    Quelques citation de Claire NOUVIAN :
    – « Ah mais attendez-vous en êtes encore là, vous vous posez cette question » (avec un grand air suffisant, moqueur…),
    – « Plus de climato-sceptique, c’est fini… »
    les aurait-on déporté ?? Faut-il que je me cache dans ma cave avant que les milices de l’écologisme ne viennent me chercher ?,
    – « vous êtes rétrograde… »
    la sciences ne serait-elle qu’une mode ?,
    – « Allez vous cultiver scientifiquement. »…
    c’est celle qui dit qui en aurait besoin, selon moi. Depuis quand la culture, de surcroit scientifique, consiste-t-elle à ne lire que des articles qui vous donnent raison ? N’est ce pas l’inquisition qui a tenté de brûler au moyen-âge tous les grands ouvrages littéraires et scientifiques de l’antiquité et pouvant remettre en question la seule vraie vérité : DIEU est à l’origine de tout ! (donc du réchauffement climatique aussi ?!!! 😉 ),
    – « C’est incroyable, ah mais vous trouvez ça normal »…
    là on se demande qui insulte qui…,
    – « je ne savais pas que ce serait un guet-apens climato-sceptique, alors en effet je vais vous écouter… »
    comme toujours, le refus du débat dès qu’il y a des contradicteurs qui présentent des arguments autres que le « consensus »,
    Et le bouquet final qui résume tout :
    – « En fait c’est juste une question de préparation psychologique. Si on m’avait dit que l’émission était en fait réactionnaire et climato-sceptique, en fait peut-être j’srais pas v’nu en fait, pour tout dire »… »en effet je vois une inculture scientifique que je trouve « crasse » (c’est bien le mot qu’elle emploie : crasse ??)  »
    pardon, mais quand j’entend cela, je ne peux m’empêcher de penser aux témoins de jéhovah… no more comment !

    Aimé par 1 personne

    • @Evil,
      Mme Nouvian ayant dit : « vous êtes rétrograde… »,
      vous vous posez la question : la sciences ne serait-elle qu’une mode ?

      Cela ne fait aucun doute pour beaucoup, et depuis longtemps, à commencer par les »élites » mondiales :
      « Pour ceux qui font du lobbying direct ou indirect contre les actions pour le climat, j’ai un message clair : vos idées sont périmées et votre temps est passé. »
      Ban Ki Moon, Secrétaire Général de l’ONU, au sommet pour le climat de Copenhague, 25 mai 2009

      Aimé par 1 personne

      • Je ne me pose pas la question, vous n’en doutiez pas ;).
        Pour les lobbies et politiques, j’ajouterai que la sciences, n’est qu’un « outil » de plus, à l’usage de leurs desseins financiers et électoralistes. Comme les éoliennes, elles s’orientent dans le sens du vent et s’arrêtent quand il souffle trop fort !
        Merci pour la citation de Ban Ki Moon que je ne connaissais pas et qui illustre parfaitement le propos.

        J'aime

  4. Depuis la fin de la dernière période glaciaire il y a 10.000 ans, la Terre se réchauffe, le niveau des océans s’élève, et l’Homme n’y est pour rien. Quand la grotte Cosquer était habitée, le niveau de la méditerranée était au moins 40m plus bas. Quarante mètres, en termes de « déréglement », c’est bien pire que les estimations les plus alarmistes du GIEC.
    Et pourtant, elle tourne.

    Aimé par 2 personnes

    • Moi je dis que la Terre se refroidit.. quand je dis Terre, je parle de la roche, ses manteaux, son noyau… alors si l’atmosphère se réchauffe ça lui donne juste quelques années de plus à tourner 😉

      J'aime

  5. Bonjour,

    J’ai assisté à la conférence du 6 mai. Effectivement la salle était comble et les deux conférenciers excellents. L’intervention de John Christy était de très haut niveau, celle de Laurent Alexandre également, et il aurait été bon que nos chers médias couvrent cette soirée correctement afin d’éclairer nos concitoyens sur cette notion de climat qui devrait tous nous tuer à plus ou moins brève échéance. Hélas, il est nettement plus rentable de donner la parole à une personne qui « voit » les molécules de CO2.

    Sincères félicitations pour avoir organiser un tel événement.

    Bonne journée

    Aimé par 2 personnes

    • @H.,
      « il aurait été bon que nos chers médias couvrent cette soirée »
      Avec une recommandation telle que celle rappelée ci-dessous, plus que largement approuvée et consciencieusement suivie au fil du temps, il n’y a guère de chance que cela puisse se produire :
      « Non seulement les journalistes n’ont PAS à rendre compte de ce que disent les scientifiques sceptiques. Ils ont la responsabilité de ne PAS en rendre compte. » Ross Gelbspan, Editeur du Boston Globe, juillet 2000.

      J'aime

    • C’est à qui aura le plus long nez

      https://www.agriculture-environnement.fr/2019/02/21/biocheck-un-laboratoire-aux-curieuses-analyses

      Il s’agit d’un combat idéologique, la sciences là dedans s’est depuis longtemps décrédibilisée,le parallèle avec l’ armageddon climatique est évident.
      Peu importe que toutes les études montrent que les agriculteurs sont moins touchés par le cancer, peu importe que cette molécule soit employée depuis 40 ans, sans que l’on aie vu une quelconque catastrophe, le clergé vert a excommunié cette firme epicetout
      On retrouve toujours des traces de DDT, ,c’est grave docteur?
      non, ce sont quelques millions de « colored » qui sont morts et qui continuent à mourir du palu, tout benef pour la planète

      Et ce Christy, c’est pas le copain de l’autre illuminé Spencer, ou du cacochyme Lindzen, une belle brochette de vendus à bigoil

      Sainte Greta, priez pour nous

      J'aime

  6. Peut-être conviendrait-il d’écrire aux membres du CSA (liste disponible sur le site du CSA) afin de leur communiquer votre excellente analyse (en étant moins ironique, peut-être, pour ne pas les effaroucher). L’un des membres est Nicolas Curien, X Mines, qui peut comprendre.

    J'aime

    • « L’un des membres est Nicolas Curien, X Mines, qui peut comprendre. »
      Les autres, non… il leur est impossible de comprendre.
      La bonne blague.
      Si seuls les scientifiques étaient fichus de comprendre la notion de liberté d’expression et le fonctionnement de la recherche ça se saurait et on en serait pas là.
      M’est avis que le Curien en question – que je ne connais pas – est bien embarrassé et n’a pas envie de polémiquer : « pas de creux, pas de vague » doit être son credo. Au mieux il est moutonnier sur la question, au pire il est pote avec les caciques du GieC.

      La vérité c’est que le CSA est une farce politique totalement inutile. Ce « machin » est prévu pour contrôler « l’audiovisuel ».
      Il ne contrôle déjà pas l’internet français – si ce terme à un sens – et pas les chaînes satellites étrangères.
      En faut il ne contrôle rien du tout, il ne sert à rien et il faut le supprimer d’urgence.
      Comme l’ADEME d’ailleurs…

      Aimé par 1 personne

  7. J’ai « adoré » l’argument, sans doute décisif dans sa bouche (tête) : « Mais vous êtes rétrograde »…
    Tiens, ça me rappelle la réaction de scientifiques (Académie des Sciences ?) demandant à Madame la Ministre de la recherche de l’époque, Valérie Pécresse, d’intervenir fermement et de condamner l’hérétique en chef qu’était à l’époque,Claude Allègre, pour une intervention qui devait être par trop « climato-réaliste » (bien que lui étant un vrai scientifique, il aurait pu être « sceptique » sans que cela soit une injure, comme l’a dit Elizabeth Levy dans l’émission, cause d’une des premières « vives  » réactions de Madame-la-vertu-offensée).
    Dans le genre « Madame, y fait rien qu’à m’embêter », ou « Je vais le dire à mon père, il est policier » (ah, nostalgie des cours de récré des fins 50′ début 60’…), c’était déjà pas piqué des hannetons (non OGM).

    J'aime

  8. On est une fois encore en plein flash totalitaire en France, porté par nos petits fachos de service, les écolos, qui ne demandent ni plus ni moins que la censure envers des scientifiques ou des citoyens qui en reprendraient les études. Mais attention, ces petits fachos rêvent de devenir plus grands grands et ont déjà accès à beaucoup des lieux de pouvoir maintenant et leurs lois comme la taxe carbone enclenche des révoltes.
    Continuons à faire entendre la voix des climato-réalistes plutôt que de prendre les rapports de synthèse du GIEC comme une bible d’autant plus que n’importe quelle personne qui décide de fouiller un peu se rendra compte qu’une grande partie de ce qu’ils contiennent est hautement sujete à caution et surtout a du mal à se vérifier par les faits.
    Sur le fond, peut-être que nous trouverons un espace de communication sur les chaines Canal car Bolloré est en train de déchanter sur sa filliale de batteries électriques et n’aurait donc plus intérêt à promouvoir les positions du dogme climatique https://www.capital.fr/entreprises-marches/le-fiasco-des-batteries-de-voiture-de-bollore-1322427 Ou peut-être, tout simplement, Pascal Praud a fait son boulot en essayant de mettre en place un débat sur cette question.
    En tous cas, châpeau bas à Mme Lévy, qui se fait pourtant trainer dans la diffamation et l’insulte ultime en se voyant accusée d’être une négationniste, elle qui a toujours prôné la liberté d’expression contre le politquement correct.

    J'aime

    • Il n’y a pas qu’en France que la question climatique suscite des ambitions totalitaires.
      Récemment, à Montréal, au Québec, un maire d’arrondissement, Luc Ferrandez, a démissionné parce qu’il estimait que l’équipe élue à la mairie, dont il faisait partie, n’en faisait pas assez pour «lutter efficacement contre les changements climatiques» et il s’estimait bâillonné par la mairesse de la ville.
      Lorsqu’on lit cet extrait d’une entrevue accordée à une radio le lendemain de sa démission, on comprend mieux pourquoi (https://www.985fm.ca/nouvelles/politique/218227/luc-lavoie-commente-les-propos-de-ferrandez-cest-une-vision-tellement-apocalyptique):

      Luc Ferrandez: «Ça prend un tyran progressiste».

      Bernard Drainville: «Vous êtes sérieux ? Faut mettre en place une autocratie éclairée par des leaders écolos à la Ferrandez et on met de côté la démocratie?».

      Luc Ferrandez: «Oui. Pas en 2019. Mais en 2030, on s’en va là»

      Voilà ce que sont vraiment ces gens: Ils méprisent la démocratie, ne supportent pas la moindre contestation mais ils se donnent bonne conscience en prétendant vouloir «sauver la planète».
      Qu’elle soit brune, rouge ou verte, une dictature reste toujours une dictature, avec tout ce que cela implique.

      Aimé par 1 personne

  9. Oui il serait bien qu’un débat sérieux évitant ce genre de personne un peu hystérique et peu crédible de même que les contradicteurs pas convaincants non plus avec des arguments simplistes du genre secte ou religion. Seul Chavalet avait un peu de recul et de retenue dans ses propos. Une fois pour toutes, deux scientifiques de chaque camp pourraient dire si oui ou non le RC de 1.5° à 1.8° en 50 ans est quasiment imputable à l’être humain et à ses GES. Si oui y a t il une raison de penser que ça va s’arrêter ? Et pourquoi ? Si non n’est il pas logique de penser que si ça va dans ce sens d’augmentation ça risque fort de poser problème ? Enfin bref passer en revue toutes les hypothèses et contre hypothèses.

    J'aime

      • C’est le profond paradoxe des climato-alarmistes. Ils ne cessent de nous dire que l’on va vers la catastrophe climatique, surtout en France, mais les investissements dans l’adaptation ou la résilience sont toujours aussi ridicules (alors même qu’ils impliquent un bénéfice direct lors de la survenue d’aléas météorologiques). Ainsi, un maire ou une collectivité qui voudrait mettre en place des mesures de prévention ou de gestion de crise ou d’urgence n’a toujours que très peu de moyens en 2020. Combien de fois ai-je vu des maires (mais aussi des écoles…) qui me disaient qu’ils n’avaient pas de budget conséquent sur ce point. Tout cela pour dire que cette approche du climat est avant tout idéologique, voir économique (économie verte porté par les grandes entreprises) avant d’être celui de la protection des populations. En France, on a fermé combien de casernes de Sapeurs Pompiers au fait ? Les budgets de la sécurité civile ont ils vu dans leur balance les sommes considérables qu’il faudrait pour se préparer aux catastrophes qu’ils nous promettent ? Et je ne parle pas des aides au secteur primaire pour leur adaptation. C’est comme si toute cette prospective alarmisme n’était pas réellement prise au sérieux par ceux qui en font la promotion. Il doit y avoir quelque chose d’inconscient à ce niveau car très concrètement, ils agissent bien pourtant, mais sur les GES, sans aucun effet sur le climat et ils le savent.

        J'aime

  10. Citation de Marat en 1790, qui s’appliquerait bien à tous les censeurs d’aujourd’hui :
    « Quand il est permis de tout dire, la vérité parle toujours et son triomphe est assuré ; ici le remède résulte du mal même, or, si la liberté enfante les opinions insensées, elle enfante aussi la vérité qui les étouffe ; l’erreur ne règne que parce qu’il n’est pas permis de mettre la vérité aux prises avec elle. Non, il n’est point de plus grand fléau pour l’humanité que l’ignorance ; c’est d’elle que naquirent tous les préjugés funestes, tous les préjugés destructeurs. Empêchez la libre communication des idées, bientôt le champ de la politique ne se couvre plus que de plantes vénéneuses qu’il plaît aux tyrans d’y laisser germer. Car, après avoir établi qu’il est des opinions criminelles, ils érigent aussitôt un tribunal pour les réprimer ; dès lors, ce n’est plus ce qui est dangereux qui est puni, mais ce qui offusque ce tribunal ; inconvénient terrible qui perdit toujours la liberté. »

    J'aime

  11. Je ne comprends pas trop vos propos un peu paradoxaux. Vous dites que les prévisions de catastrophes météo à attendre avec le RCA sont des idioties voire du mensonge éhonté, mais vous reprochez à ceux qui les formulent à tort de ne rien faire pour prévenir ces catastrophes imaginaires ! Vous devriez au contraire vous réjouir que l’on ne gaspille aucun argent à ces délires d’illuminés ignorants ? Ou alors vous prenez le parapluie au cas où (sans jeu de mots), à cause d’un fond de doute et pour pouvoir dire le cas échéant « Voyez on vous l’avait dit qu’il fallait vous préparer !! » . Enfin pas bien clair tout ça !

    Aimé par 1 personne

  12. « doit rappeler les chaînes à leurs responsabilités : si le débat scientifique est légitime, les médias audiovisuels ne doivent pas servir de tribune à la négation du réchauffement climatique. »
    Elle qui semble s’appuyer sur la science ne semble pas beaucoup réagir quand des émission comme envoyé spécial mentent sur le glyphosate et l’agriculture conventionnelle, c à dire qui invite des personne comme Karine Jacquemart https://twitter.com/CaDireF5/status/1128221083499474944 qui raconte n’importe quoi pour maintenir son business (ils ont même invité Corine Lepage une fois). C dans l’air qui fait une émission à charge sur le glyphosate sans inviter un seul expert. Et toutes les autres émission ayant au minimum un regard bienveillant sur les pseudo-sciences comme la biodynamie et l’homéopathie ou complétement mensongère sur des sujets comme les OGM.
    J’espère que le CSA ne va pas céder, surtout qu’il doit traiter le cas d’envoyer spécial d’abord (j’ai pas signalé cette saloperie pour rien).

    J'aime

  13. Bonjour,

    J’ai regardé rapidement la dernière annonce catastrophique climatique, amplifiée par certains (dont Jean Z). Le papier original est à https://www.pnas.org/content/early/2019/05/14/1817205116
    Et on constate, dès le résumé :

    « Future sea level rise (SLR) […] continues to be challenging to project using deterministic modeling approaches [aka CMIP]. […] Structured expert judgement (SEJ) has proved a valuable approach for similar problems. Our findings, using SEJ, produce probability distributions […]. We find that a global total […] This is more than twice the upper value put forward by the Intergovernmental Panel on Climate Change [IPCC] in the Fifth Assessment Report [AR5]. »

    RESULTATS :
    Avec la méthode SLR en 2019, la valeur maximale est doublée par rapport aux résultats de AR5 (obtenus en 2014 avec la « méthode » de l’IPCC).

    C’est beaucoup moins « sexy » que ce qu’en disent Jean Z et la presse…

    Et après on s’étonne que certains refusent de se faire vacciner et la rougeole revient (sans parler des hépatites virales). L’obscurantisme serait donc contagieux ?

    J'aime

  14. Mais arrêtez un peu avec vos manoeuvres dilatoires
    une fois pour toutes, apprenez ceci
    il est vilain le CO2, il est méchant,
    panpancucul le CO2

    Ecoutez les enfants bon sang ils sont l’avenir radieux( et leurs parents des électeurs et eux mêmes les futurs électeurs)

    https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2019/05/23/norwich-councillors-discuss-climate-change-with-3-year-olds/

    Mr. Macron recevra les CM2 ce lundi, ainsi que les enfants en grève de crèches , pour recueillir des avis pour son nouveau « machin » écolo durable( durable veut dire inscrit dans la durée pour une clique de nouveaux experts)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s