Climathon, février 2018 : l’ignorance, c’est la force

par le jury du Climathon.

Deux exceptionnels assauts de propagande scientifique ont plongé le jury dans les affres de l’indécision pour en départager les auteurs, tout particulièrement méritants ce mois-ci. Le retard avec lequel les résultats sont proclamés est le reflet de cette difficulté de faire un choix. Il y a un vainqueur, mais le match ne méritait pas de vaincu. Jugez-en par vous-même.

Les principaux animateurs du climathon de ce mois-ci figurent parmi les grands de la Science Française que le Monde Entier nous Envie. Ils ont livré une bataille homérique, rivalisant de bravoure pour porter au plus haut l’étendard du n’importe quoi habillé de la science.

À gauche, une équipe composée de membres du LSCE, le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, temple du carbocentrisme français (donc mondial), rassemblant Robert Vautard, Pascale Braconnot, Pascal Yiou et Nicolas Viovy. Ces géants sur les épaules desquelles même Newton n’eût pas osé s’asseoir ont choisi le magazine Les Défis du CEA de février 2018 comme base arrière.

À droite, Hervé Le Treut, tenant du titre, était là pour confirmer son nouveau statut de pilier de la compétition, choisissant lui le terrain d’une interview sur FranceInfo. (La télé, donc, bien sûr. Rappelons aux malcomprenants que la radio s’appelle, elle, France Info, ce qui n’a rien à voir — l’espace entre le e et le I se prononce d’ailleurs de la même manière que le point médian de l’écriture inclusive, c’est dire si c’est simple.)

C’est l’équipe du LSCE qui a déclenché les hostilités, en commençant par une préparation d’artillerie des plus classiques gracieusement offerte par le magazine du CEA, composée d’une image introductive des plus sobres

CEAFevrier2018.png

… suivie d’une introduction à l’avenant : « Cyclones, tempêtes, vagues de chaleur et de froid, inondations… À chacune de ces catastrophes climatiques revient la même question : le réchauffement climatique est-il impliqué ? » C’est à Robert Vautard qu’est revenu l’honneur du premier assaut, mené en deux temps. D’abord une avance prudente :

Il n’y a pas de réponse univoque à cette question. Les réponses varient selon le type d’événement et sa localisation sur le globe.

On sent ici la prudence du scientifique qui sait qu’il ne faut pas aller trop loin : parler d’Apocalypse climatique à l’échelle planétaire est en effet excessivement alarmiste. La vérité est que ladite Apocalypse se produit seulement à certains endroits et qu’elle a plusieurs manières de se manifester. Gardons la tête froide, que diable !

Vient alors la première frappe :

Il y a plusieurs manières d’aborder les événements extrêmes. Mathématiquement, ou plutôt statistiquement, il s’agit de phénomènes dont une ou plusieurs grandeurs physiques (température, force du vent, etc.) s’éloignent fortement de la « moyenne » ; mais peut-on qualifier d’extrême une tempête sur l’océan dont personne n’est témoin ? Aujourd’hui, le concept d’événement climatique extrême prend aussi en compte l’impact sur les sociétés et les écosystèmes.

Alors qu’il nous est régulièrement asséné que le climat s’intéresse aux variations de long terme et que les événements ponctuels relèvent de la météorologie, Robert Vautard remet donc les pendules à l’heure : en vrai, la météo, c’est du climat dès lors qu’il y a des dégâts. Robert Vautard semble sur le chemin de découvrir la nuance entre catastrophe naturelle et événement extrême (la première se distingue de la seconde par l’existence d’un impact sur la population), mais comprend bien que la notion fourre-tout d' »événement climatique extrême » est autrement porteuse. C’est bien ce concept qui donne le ton, oxymore imparable qui prend en tenaille toute espèce d’esprit critique malvenu.

Inquiet à l’idée d’être débordé si vite, Hervé Le Treut lance la riposte, conscient de la nécessité de garder la main sur ce terrain crucial de l’amalgame climat/météo :

Dans l’Arctique c’est une évolution sur 30 ou 40 ans qui est liée à l’accumulation sur cette période de gaz à effet de serre que l’on émet continuellement et que l’on continue d’émettre. Donc on a des manifestations en France qui sont ponctuelles, l’air bouge tout le temps et l’atmosphère est capable d’inventer des configurations extrêmement nombreuses et compliquées qui varient.

On reconnaît la patte inimitable du vainqueur de janvier, cette manière bien à lui de lancer des affirmations aux contenus des plus bizarres dans un savant désordre, suivies du fameux « donc » qui débouche, en vertu d’une logique impénétrablelacable, sur la conclusion irréfutable qu’il se passe des trucs. Plus précisément qu’il faut étudier l’Arctique du point de vue du climat et la France du point de vue de la météo, « donc ».

Cette charge d’une intensité inattendue force l’équipe du LSCE à plusieurs retraits tactiques, initiés en professionnelle par Pascale Braconnot :

Pour bien appréhender ces phénomènes, il faut des indicateurs fiables, des seuils de vulnérabilité au-delà desquels on peut les considérer comme extrêmes. Or, ces indicateurs, pourtant critiques dans nos recherches, peuvent difficilement être généralisés : une canicule dépend certes de la température voire de celle ressentie, mais aussi du pays dans lequel elle survient…

Îlot de chaleur urbain, déplacement des stations de mesure, évolution de leur environnement immédiat, manque de fiabilité des relevés… on connaît depuis longtemps la difficulté de mesurer de façon fiable la température d’un lieu. On connaît maintenant la solution : la « température ressentie ».

Le terrain des « seuils de vulnérabilité », quant à lui, était glissant et aurait bien pu ouvrir une brêche dans la disposition tactique de l’équipe du LSCE. Heureusement, Pascale Braconnot s’en est tenue aux canicules, notion suffisamment floue et dépendante des climats locaux pour éloigner les questions du genre « préférez-vous subir un ouragan en Floride ou un cyclone aux Philippines ? » (La réponse à cette question suggèrerait en effet que la notion même de « catastrophe naturelle climatique » dépend avant tout du niveau de préparation du pays concerné, directement corrélé à son niveau de développement pas du tout durable.)

Pascal Yiou prolonge ensuite le retrait tactique, puis finit par une manœuvre de débordement originale qui se résume à quelque chose comme : on n’a pas de pétrole données, mais on a des idées modèles pour faire peur, alors de quoi se plaint-on ?

Nous faisons face à un sous-échantillonnage chronique qui biaise nos études. (…) Mais toutes les faces [du dé, qui représente le climat] n’ont pas la même probabilité de tomber. À quoi ressemblent les plus rares ? Préexistaient-elles bien avant le lancer sans être jamais “tombées”, ou sont-elles apparues récemment ? C’est toute la question des études sur les événements extrêmes dans le cadre du réchauffement climatique. C’est aussi l’enjeu des modélisations.

Le manque criant de données fiables qui permettraient de confronter les modèles à la réalité et de travailler un peu sérieusement sous-échantillonnage chronique qui biaise les études (si peu) est toutefois rapidement comblé par Nicolas Viovy, « spécialiste des cycles biogéochimiques », grâce à une bonne grosse louchée de tipping point qui remet l’église au milieu du village. On sait, on vous dit :

Nous savons qu’il y a un point de rupture dans le changement climatique, un phénomène de seuil. La barre des 2°C d’augmentation (…) n’est pas anecdotique : en-deça de cette valeur, nous savons que notre monde restera plus ou moins le même ; au-delà, il risque d’être radicalement différent.

Nicolas Viovy termine le verrouillage des positions en bétonnant la question de l’influence du CO2 sur les plantes. Cette fois, la tactique consiste à minorer l’importance du présent (toujours inconnu) pour mettre l’accent sur le futur (beaucoup plus certain) :

Pour le moment, le réchauffement climatique actuel sous nos latitudes et l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère sont plutôt bénéfiques aux végétaux, mais l’augmentation des températures sera problématique : en été, les plantes vont souffrir de la chaleur ; en hiver, elles risquent de ne plus subir le gel nécessaire à  la floraison.

Voilà donc réglé une fois pour toutes le cas de cette embêtante photosynthèse qui fait du gaz carbonique l’un des principaux responsables du colossal verdissement de la planète observé par satellite depuis trente ans.

Sentant la situation lui échapper, Hervé Le Treut tente alors le tout pour le tout. Il lance toutes ses forces dans la bataille pour forcer la décision. On assiste ainsi à un fabuleux assaut, qu’on ne peut comparer qu’au célèbre « faites donner la garde » de Napoléon à Waterloo. Turbulente et désordonnée comme à l’accoutumée, cette ultime attaque résonne comme un hommage à la théorie du chaos :

Ce qu’on peut montrer aussi c’est que les coups de froid sur l’Europe sont moins nombreux et moins intenses qu’il y a quelques années.

[Le journaliste] Donc ce réchauffement ne va pas rendre forcément ce phénomène qui nous semble paradoxal de froid glacial en Europe et de chaleur au Nord, plus fréquent ?

A priori non, il y a des complexités indirectes. Par exemple, la fonte des banquises fait que la configuration des contrastes de températures dans l’hémisphère nord change un peu. Cela peut modifier la trajectoire de certaines dépressions. On parle de dérèglement climatique, on a beaucoup de mal à l’anticiper. Il y a des surprises, des choses que l’on ne comprend pas forcément toute de suite, mais qui vont se passer plus ou moins fréquemment. Mais il n’y a pas d’effet systématique que l’on puisse anticiper aujourd’hui disant que les grands froids vont être plus nombreux. Au contraire, ils vont être moins nombreux dans le futur.

L’air qui bouge tout le temps, l’atmosphère qui invente des trucs, les complexités indirectes, des « choses que l’on ne comprend pas forcément toute de suite » mais qui, attention, « vont se passer plus ou moins fréquemment » : c’est clair, the science is settled.

Pour faire face à un tel engagement, seule une contre-attaque de toute première grandeur, de niveau nucléaire, était en mesure de renverser la situation. L’équipe du LSCE disposait-elle de la force de frappe nécessaire pour un tel coup de théâtre ? On avait du mal à l’imaginer, et pourtant oui. C’est Pascal Yiou à qui revint l’honneur de porter l’estocade. Asseyons-nous et admirons le stratège :

La prévisibilité des aléas climatiques extrêmes est mesurable mais on voit bien qu’elle évolue avec le changement climatique. Aujourd’hui, ces phénomènes suivent des lois physiques que nous connaissons mais si les conditions de leur genèse changent, alors il faudra revenir à nos fondamentaux et revoir les lois.

Par cette annonce fracassante qu’il vaudrait mieux revoir les lois de la physique plutôt que les modèles climatiques, Pascal Yiou permet à son équipe du LSCE d’être déclarée vainqueur du climathon de février 2018.

Le jury ne peut que se féliciter de voir que, une fois de plus, c’est la science qui a été mise à l’honneur par les compétiteurs de ce mois-ci. La science en marche, celle qui n’hésite pas à se lancer dans une révolution kuhnienne pour sauver les meubles faire triompher la vérité. Une science fiable, qui n’a pas besoin de données ni de théorie pour avancer, et qui sait adapter le réel à ses modèles. Comme disait l’autre : l’ignorance, c’est la force.

Les accessits

L’ours blanc a plus que jamais la cote dans le bestiaire de la Réchosphère. Conscientes de ce capital sympathie important, les ONG ont même œuvré afin qu’il ait lui aussi sa journée internationale, le 27 février, en tant qu’espèce menacée (par le réchauffement climatique, faut-il le préciser). Pour faire passer le message, la concurrence médiatique a été rude, et c’est à une véritable foire d’empoigne que se sont livrés les compétiteurs, sur un terrain certes déjà beaucoup labouré, l’efficacité médiatique du sympathique plantigrade juché sur un glaçon fondant n’étant plus à démontrer. Le jury a assisté à un final échevelé sur la glace surchauffée, les participants n’hésitant pas à faire fi de toute démarche scientifique, à balayer tout raisonnement rationnel et à fouler aux pieds l’éthique journalistique la plus élémentaire. À cet exercice, France Inter s’est tout particulièrement distinguée. Dans un titre particulièrement nuancé, la radio publique n’annonce rien de moins que l’éradication totale d’Ursus Maritimus : « pourquoi les ours polaires sont tous en train de mourir de faim ». C’est par une subtile référence à la vidéo de l’ours décharné à l’agonie qui avait ému le monde entier en décembre dernier que France Inter se lance. Certes, à l’époque, la ficelle avait rapidement été jugée un peu trop grosse par les spécialistes, qui avaient mis en garde contre toute exploitation éhontée de celle-ci. Luc Jacquet, réalisateur de La Marche de l’Empereur, avait ainsi précisé (ce qui lui avait d’ailleurs fait frôler le blâme) qu’ « il faut faire attention dans la manipulation de cette image. Il y a toujours eu des ours décharnés. Cette image, si elle est mal interprétée, peut être d’une malhonnêteté intellectuelle absolue ». Heureusement, France Inter n’était pas particulièrement préoccupée à la perspective d’être pris en flagrant délit de « malhonnêteté intellectuelle absolue », préférant continuer à voir dans cette image « un signal d’alarme supplémentaire », et reprenant sans vergogne le tweet du National Geographic d’avant la polémique : « Le changement climatique est une réalité. Cet ours polaire décharné en est le bouleversant symbole ». Rémy Marion, spécialiste des ours polaires, qui déplore également ces images, a affirmé quant à lui :

Il faut parler du réchauffement climatique, mais avec des éléments factuels et vérifiés scientifiquement. Sinon, cela donne des éléments aux climatosceptiques qui vont dire que leurs adversaires alertent avec de fausses informations.

L’indulgence du jury envers ces propos qui ont pourtant eux aussi frôlé le blâme tient à ce que l’appel à des « éléments factuels » est motivé non pas par l’honnêteté intellectuelle mais par la nécessité de ne pas donner d’arguments aux climato-négationnistes.

France Inter, pour faire ses dramatiques prédictions, s’est toutefois appuyé sur du solide, sur du concret. Jugez-en. La radio invoque une étude scientifique fondée sur un échantillon éminemment représentatif de l’ensemble des ours blancs de la planète : 9 femelles adultes suivies par GPS sur une période de 8 à 11 jours. On comprend qu’avec une telle masse de données les résultats soient sans appel. Et il n’y a pas de quoi rire : 4 des 9 ours ont perdu plus de 10% de leur masse corporelle pendant la période susdite. CQFD pour France Inter, qui peut triomphalement en déduire qu’on assiste à « un amaigrissement généralisé de l’espèce ». Le lecteur accablé ne peut que s’effrayer encore davantage devant la froide réalité du titre. La uneétude ne démontre-t-elle pas la mort inéluctable de 4 ours blancs sur 9, soit une affolante proportion de 44% ? Face à l’évidence journalistique, on comprend que le négationnisme d’une Susan Crockford ne pèse pas bien lourd, elle qui, dans son rapport de 2017, prétend montrer que la population d’ours polaires se porte en réalité très bien. (Il est vrai qu’elle n’est une spécialiste de la question que depuis à peine 40 ans.)

Devant des événements climatiques aussi extraordinaires que la pluie et la crue de la Seine, Yann-Arthus Bertrand et sa fondation GoodPlanet ne pouvaient rester insensibles. Ils ont donc décidé de lancer une vaste opération de communication destinée à, ô surprise, « sensibiliser contre le dérèglement climatique ». C’est le zouave du pont de l’Alma, déjà couvert d’eau à hauteur de cuisse, qui en a fait les frais et qui a été affublé pour l’occasion d’un gilet de sauvetage géant. Pour imaginer un concept aussi novateur et disruptif il a fallu faire appel à une agence de communication, l’agence Rosepark, qui en prime a également fourni le slogan militant. En anglais bien sûr, c’est quand même autrement la classe. (Attention, disruption langagière inside : « Get ready for global warming ».) Espérons que pour les prochains épisodes de grand froid, la nouvelle garde-robe du zouave comprendra également un bonnet, des moufles et un snowboard.

YABGilet

Le zouave du pont de l’Alma en gilet de sauvetage.

Notre sauveteur de planète n’a pas hésité non plus à prononcer lui aussi quelques paroles  définitives (en français, curieusement), notamment au micro du Parisien :

Faut pas laisser aux politiques, aux ONG, en disant ils vont se débrouiller, c’est eux qui vont gérer le problème, ce combat contre le changement climatique. Chacun doit s’engager. Je parle d’éthique, de morale, de spiritualité presque : qu’est-ce que moi, en tant qu’homme, je peux faire contre le changement climatique. Le changement climatique sera une catastrophe pour nos enfants et nos petits-enfants, et j’ai l’impression qu’on n’a pas pris conscience de ça. Vous savez, l’homme s’est installé grâce à ce climat tempéré. Si on change ce climat, beaucoup de choses vont changer, voilà, et on le sait tous.

Anne Hidalgo n’a pas non plus manqué l’occasion de se distinguer :

En dix-huit mois nous avons connu deux crues à plus de 6 m, avec toute l’activité économique fluviale à l’arrêt et un tronçon du RER C fermé. Plus de doute, nous sommes entrés de plain-pied dans le dérèglement.

Imaginez un peu : des stations du RER C fermées ! On n’avait en effet jamais vécu ça. Si c’est pas la preuve que tout se détraque… Mais halte au parisianisme : c’est en réalité la France entière qui, bien qu’Éternelle, a été frappée dans sa chair par le dérèglement climatique en février, en raison d’un épisode de froid inédit jamais vu dans l’histoire des annales (surtout en hiver). Le coupable en est bien évidemment le réchauffement, selon une logique climatomancienne parfaitement rôdée que CNewsmatin a bien voulu nous détailler une nouvelle fois :

Les températures en Arctique, jusqu’à présent toujours négatives à cette époque de l’année, ont atteint 0 degrés. La station de Cap Morris située au Groenland, la plus au Nord, a même enregistré 6 degrés samedi, soir près de 35 degrés de plus. Une conséquence directe du réchauffement climatique.

(Le jury précise qu’il n’a strictement rien modifié dans cet extrait.) L’article se poursuit dans une veine classique du « L’Arctique se réchauffe deux fois plus rapidement que d’autres régions de la planète » avant d’entrer dans le dur :

Comme l’expliquent les scientifiques, un courant d’air chaud est en train de pénétrer la zone arctique par le sud-ouest, au niveau du Nord du Canada, repoussant l’air froid du pôle Nord vers le Sud. Le courant d’air froid venu de l’Arctique en passant par la Sibérie a ainsi traversé l’Europe d’Est en Ouest. (…) De manière générale, les indices montrant que le réchauffement climatique favorise les vagues de froid en Europe se multiplient.

Bon, il faudra prévenir Hervé Le Treut, qui nous a dit très exactement le contraire plus haut. Toujours est-il que LCI semble plutôt d’accord avec sa consœur qu’avec l’Académicien, nous expliquant en effet que « s’il fait quelques degrés de moins que la normale en Europe de l’ouest, il fait 20 degrés de plus en Arctique. » Histoire qu’on comprenne bien : « En cause [de la vague de froid] : une inquiétante dérégulation des courants d’air. »

Curieusement, on n’a jamais lu qu’une vague de chaleur estivale était causée par un refroidissement exceptionnel du Sahara. Climatologue, c’est un métier.

Publicités

19 réflexions au sujet de « Climathon, février 2018 : l’ignorance, c’est la force »

  1. Climatologue, c’est un sport… car l’air ça sait pas rester tranquille !

    « l’air bouge tout le temps et l’atmosphère est capable d’inventer des configurations, extrêmement nombreuses et compliquées, qui varient. »
    [ Hervé Le Treut ]

    PS : Merci. J’ai bien ri !

    J'aime

    • Marrant, j’ai percuté sur cette même phrase, dont la valeur scientifique est indéniable. Style « ça bouge tout le temps, c’est compliqué et variable, c’est le borde., quoi … mais nous savons parfaitement prévoir le temps qu’il fera dans 100 ans… »
      Avec tout cela, Benoît passe pour un mécréant qui prêche contre cette formidable religion climatique imposée avec la bénédiction du Saint Père… Amen

      J'aime

    • Coucou,

      extrait de wikipedia de mr le treut:

      Médaille de bronze du CNRS (1990)
      Prix Philip Morris (1992)
      Prix Becquerel de l’Académie des sciences (1994)
      Membre de l’Academia Europaea (1999)
      Prix Dargelos de l’Association des anciens élèves de l’École polytechnique (2004)
      Membre de l’Académie des sciences (2005)
      Chevalier de la Légion d’honneur (2011)8
      Palmes académiques (2011)

      Au moins, il se met au niveau du peuple ! Il aurait pu dire, çà fait des bulles dans tous les sens, on regarde, on note, mais on comprend pas trop bien encore comment çà se gonfle et çà se dégonfle.

       » l’air bouge tout le temps »; incroyable. Il a du fumer quelque chose avant l’interviewe, c’est pas possible.

      Bonne soirée

      Stéphane

      J'aime

  2. Preuve que le zouave cité ci-dessus et Mme Hidalgo ne connaissent rien au climat et aux crues historiques de Paris : les crues de la Seine à Paris > 7,5m ont été au nombre de 8 de 1649 à 1802 (dont le record historique mesuré à presque 9m en 1658) et qu’il n’y en a eu qu’une seule > 7,5m de 1802 à 2018 : la crue de 1910. Donc, des crues à 6m, n’ont vraiment rien d’exceptionnel niveau historique.
    De plus, vu que pour eux, le CO2 conditionne le climat, qui lui même conditionne les crues de la Seine et qu’ils espèrent revenir à des niveaux préindustriels pour contenir les crues, il faudrait quand même leur faire savoir qu’à l’époque pré-industrielle, les crues majeures de la Seine étaient autrement plus hautes et nombreuses que lors de la période contemporaire. Est-ce bien le retour vers à cette époque des crues dramatiques qu’ils souhaitent ? Que d’inchoérences et de manques d’observation basique chez les alarmistes.
    Source sur les crues historiques de la Seine : https://www.ccr.fr/web/ccr/-/historique-des-crues-majeures-et-exceptionnelles-de-la-seine-a-paris?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_content=Blog_Cat_Nat&utm_campaign=Historique_inondations_1649-2016

    J'aime

  3. Le Treut : « l’air bouge tout le temps et l’atmosphère est capable d’inventer des configurations extrêmement nombreuses et compliquées qui varient. »
    Celle là il faut l’encadrer.

    J'aime

  4. « Curieusement, on n’a jamais lu qu’une vague de chaleur estivale était causée par un refroidissement exceptionnel du Sahara. Climatologue, c’est un métier. »

    Tres bonne chute !!! Bravo !

    Les scientifiques comme Hervé Le Treut se sont piégés eux meme : Ils ne savent pas quel sera l’évolution des pattern meteo regionaux et ils sont conscients que cela sera extremement difficile (voir impossible) á déterminer … Mais ils ne veulent pas dire qu’ils ne savent pas tout en conservant leur ethique scientifique de ne pas affirmer n’importe quoi … : d’ou les discours fumeux ….. la langue de bois scientifique ….

    J'aime

    • Parfois je me dis que les scientifiques, toujours + ou – les obligés des fournisseurs de crédits, ne sont pas totalement responsables de ce que le pouvoir exige d’eux.
      En tout cas, si l’on ne peut pas faire entièrement confiance aux scientifiques, je continuerai de faire confiance à la science.
      Personnellement, j’aurai toujours foi en la science et la technologie qui, seuls pour moi, pourront (éventuellement) sauver l’humanité.

      J'aime

  5. Ping : Climathon : élection du champion d’hiver 2017-2018 | Mythes, Mancies & Mathématiques

  6. Une bonne nouvelle : je pense que je vais bientôt pouvoir enseigner la climatologie, étant de formation économique et littéraire… mais ayant beaucoup « lu » (et entendu) sur le sujet…

    J'aime

  7. Shayabe, vous m’avez coupé l’herbe sous le pied :
    « l’air bouge tout le temps et l’atmosphère est capable d’inventer des configurations extrêmement nombreuses et compliquées qui varient. »
    Cette phrase est effectivement exceptionnelle dans la bouche d’un personnage blindé de titres et de récompenses scientifiques. Toute la faillite de la climatologie est parfaitement résumée dans ce galimatias – sans parler des énormités que débitent ses petits camarades.

    En vérité si vous sortez ce genre d’explication lors d’un concours grandes écoles ou d’accès à l’enseignement vous vous faites casser la gueule par le jury ou le correcteur…

    J'aime

  8. Année assez chaude en zone intertropicale et hiver très froid sur les continents nords…. Pâques sera aux tisons comme dit un très vieux proverbe « non scientifique »……Comme le rôle du soleil est considéré comme nul par nos climatologues et météorologues de compète, notre astre du jour nous a envoyé une superbe tempête céleste au printemps dernier (2017) pour nous punir…….et des tonnes de protons hautement énergétiques pour l’atmosphère………en couplage avec une activité un peu plus élevé du chauffage central, donc plus d’évaporation (Clausius Clapperton) et de turbulences, en ces temps – d’activité normalement faible du soleil (fin cycle 24; pas de taches aujourd’hui) et – d’agitation des jets-streams. On devrait recevoir un coup de vent solaire le 30 mars.
    Ceci explique aussi un transfert de chaleur décalé dans le temps par la circulation thermohaline . Ceci qui explique sans avoir besoin de modèle, l’arrosage du territoire français et les crues.
    Les météorologues de l’espace seraient-ils plus compétents que ceux qui gèrent le vent (médiatique)????

    J'aime

  9. Ping : Climathon : le match pour la plus belle pièce de propagande climatique | Contrepoints

    • Oui: site connu et très bien, très éducatif, sauf que c’est partiellement des modèles.

      Mon père avait un diagnostic médical pour le genre d’agitation cérébrale qui affecte le GIEC et ses suppos échaudés: le thermopneumocéphalisme.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s