Nous sommes 200 !

par le Collectif des Climato-réalistes.

LogoClimatoRealistesÀ ce jour, plus de deux cents « connards » ont rejoint le Collectif des climato-réalistes. L’Amicale des Foreurs et des Métiers du Pétrole vient de faire de même. Bienvenue à tous, et un grand merci à Nathalie Kosciosko-Morizet, dont la brillante sortie a permis au Collectif de se signaler, pour la première fois, dans un quotidien national français (L’Opinion) et attirer l’attention de plusieurs journalistes.

La joyeuse bande des meneurs s’est réunie hier pour une grosse réunion de travail dont il devrait sortir des choses très bientôt.

IMG_1808

(De gauche à droite : Pierre Grandperrin, Benoît Rittaud, Christian Buson, Camille Veyres, Marie-France Suivre, Christian Gérondeau, Pierre Bouteille.)

Bien des courriers qui nous parviennent expriment du soulagement. Nombreux en effet sont ceux qui vivent comme un réconfort de voir qu’ils ne sont pas les seuls à éprouver consternation, tristesse ou énervement devant les excès actuels autour du climat qui affaiblissent la science autant qu’ils détournent l’attention des vrais enjeux contemporains.

Surtout, en nous rassemblant comme nous le faisons, nous nourrissons l’espoir que bougent enfin les lignes. Si le Collectif continue à engranger des soutiens comme maintenant, nous atteindrons la masse critique dont nous avons besoin pour peser pour de bon. Avant, pendant, et après la COP21. Nous comptons sur vous.

Advertisements

41 réflexions au sujet de « Nous sommes 200 ! »

  1. Donc si on résume:
    1. Vous êtes la pour défendre la science
    2. Vous pensez que tout cela nous détourne des vrais problèmes.

    1 est un mensonge énorme. La science vous vous en tapez. Toute erreur et approximation est la bienvenue si ça peut aider à faire croire qu’il n’y a pas de changement climatique. Sans compter que vous y connaissez absolument que dalle.

    2 relève de la mauvaise foi… Pourquoi ne pas consacrer votre blog, vos bouquins et vos réunions entre amis à discuter de ces problèmes?

    J'aime

    • Diantre! Que voilà un ardent réchauffiste qui panique à l’idée que les vérités climat-énergie soient diffusées au grand public et les mensonges dénoncés. Cette réaction est donc tout à fait encourageante, et nous motive pour continuer.

      Aimé par 1 personne

    • Les vrais problèmes : tous les polluants sauf le CO2 qui n’en est pas un. Se focaliser sur le contrôle du CO2 restera la plus grosse couillonnade de tous les temps, et alors que de vrais toxiques, ou biotoxiques méritent d’être traqués en vue de comprendre les pandémies de cancer, d’asthme, d’alzheimer, de kreutzfeld jacob, de puberté précoce, etc… A contrario exiger que les usines et les bagnoles ne rejettent QUE du CO2 aurait du être la suite logique des actions environnementales engagée avant le buzz de la céhodeumania.
      Par exemple l’Etang de Berre est un lieu où se rejette le quart des COV (pas du CO2) émis en France, et sans parler du SO2 ! Quoi de neuf sur le sujet ? Rien ne bouge car ce n’est pas céhodeucratique…Facile de pérorer pendant que Martigues ou Feyzin étouffe dans le soufre..

      J'aime

    • 1- Pensez-vous que le Giec soit exempt de toute erreur ou approximation? Avez-vous essayé de reprendre des données objectives et de comparer les conclusions des uns et des autres?
      2- Rien qu’en France, les problèmes urgents abondent. Non seulement le combat absurde contre le CO2 mobilise inutilement des moyens, mais il contribue à aggraver certaines difficultés (énergétiques donc économiques par exemple)

      J'aime

    • Voila un argumentaire TRES bien construit, si proche du fameux « ce sont des connards ». Comment denigrer les idees sans meme leur accorder une analyse objective.
      N etant ni d un bord ni de l autre, j’avoue quand meme que ce type de reaction totalement biaisé m’incite fortement a pencher en leur faveur.

      J'aime

      • Reynald du Berger

        Il y a juste un truc qui cloche, vous n’êtes pas jusqu’à preuve du contraire des climato-réalistes mais des climato-négateurs. Aucun des *arguments* avancés par votre microcosme ne tient la route scientifiquement parlant.

        J'aime

    • Plus de 200 à s’engager autrement que par un « J’aime » anonyme, comme un bêlement et surtout tant que vous ne leur annoncerez pas ce qu’il en coûte à leur portefeuille… C’est facile!

      J'aime

  2. @Robert Que pensez vous de l’argument suivant des réchauffistes pour expliquer le hiatus depuis 1998: la chaleur s’est réfugiée au fond des océans !…. non seulement ça ne tient pas la route scientifique mais c’est « balayer la chaleur manquante et encombrante sous le tapis océanique ».

    Aimé par 1 personne

    • Reynald du Berger @
      En admettant que ce hiatus ait existé, expliquez moi en quoi le fait que la chaleur manquante se soit réfugiée dans l’océan ne tient pas la route scientifiquement parlant.

      Je suis impatient de lire vos explications.

      J'aime

    • Mr du berger, vous avez perdu une double occasion de vous taire.

      Les obs indiquent un réchauffement sous 700m. Cohérent avec la hausse du niveau des océans.

      En ce moment, on a un gros Nino, et on va se prendre un shoot de température, c’est cohérent avec la vision que vous décrivez.

      J'aime

      • Aux réchauffistes: avant de répondre, j’exige que vous m’expliquiez comment la chaleur « perdue » a pu aller de précipiter AU FOND des océans, – avant 1998, elle se comportait sauvagement en augmentant la T de l’atmosphère- pas quel mécanisme. Les réchauffistes doivent rendre des comptes pour leurs affirmations dont les conséquences , estime la Banque mondiale, auront coûté plus de 189 000 milliards $ d’ici 2030. C’est L’arnaque pseudo-scientifique du siècle. La balle est dans votre camp messiers dames réchauffistes, et elle est énorme cette balle. VOUS avez l’odieux de la preuve, pas nous! Prouvez-nous aussi que l’activité volcanique sous-marine – dont personne n’a l’inventaire , et encore moins le bilan, n’a aucune incidence sur la teneur en CO2 des océans, et que les milliards de litres d’eau des sources hydrothermales associées à cette activité, ajoutées à chaque seconde aux océans, n’ont aucune influence sur le niveau des océans. Nous attendons vos réponses avant la COP21.

        Aimé par 1 personne

  3. Ping : Climathon, semaine 41 : le Commandeur des Croyants l’emporte une nouvelle fois | Mythes, Mancies & Mathématiques

  4. Reynald du Berger @

    Vous êtes géophysicien, faites donc un peu de biblio c’est bien documenté. Le problème c’est que votre idéologie libertarienne prend le pas sur la science.

    J'aime

  5. Reynald du Berger @

    «  » » »non seulement ça ne tient pas la route scientifique mais c’est « balayer la chaleur manquante et encombrante sous le tapis océanique «  » » »

    Je note que vous affirmez mais, êtes incapable d’étayer cette affirmation avec des arguments scientifiquement valables.

    J'aime

  6. @Robert… svp relisez mon commentaire « aux réchauffistes ». Nous attendons avec empressement vos réponses sur ces deux questions claires et précises sur 1- la chaleur perdue qui s’est soudainement précipitée et réfugiée (pour combien de temps selon les modèles du GIEC ?) au FOND des océans depuis le El Nino de 1998 et 2- sur le volcanisme et L’activité hydrothermale. SVP ne me commandez pas de recherche bibliographique, je ne suis pas votre élève.

    J'aime

    • Reynald du Berger ,

      Taratata, ne retournez pas les questions, je vous en ai posé une précise j’attends une réponse (enfin si vous le pouvez). C »est toujours pareil avec les climatosceptiques, dès qu’on entre dans le technique, il n’y a plus personne.

      J'aime

    • «  » » »SVP ne me commandez pas de recherche bibliographique, je ne suis pas votre élève. » » » »

      Elle est fort de café celle là, la première chose que doit faire tout scientifique (digne de ce nom) qui s’intéresse à un sujet c’est de faire la biblio sur le dit sujet. Maintenant il est vrai que quand cette biblio gêne, il est mieux de l’éviter.

      J'aime

  7. VOUS affirmez le RCA donc VOUS avez le fardeau de la preuve. Moi je n affirme rien je doute de VOS affirmations qui auront coûté 189 000 milliards en 2030 . VOUS devez prouver ce que VOUS affirmez ! Est-ce clair monsieur Robert? Répondez à mes questions claires et précises et ensuite JE vous répondrai. J’attends vos preuves que la chaleur s’est réfugiée au fond des océans depuis 1998… on attend… ensuite vous aurez ma réponse. Et svp répondez-moi avec autre chose que des pseudo-consensus, l’argument plat des réchauffistes à court de science.

    J'aime

    • Reynald du Berger @

      «  » » »VOUS affirmez le RCA » » »

      Lisez les rapports du GIEC, tout est dedans. Vous pouvez aussi m’expliquer par quel miracle le fait d’augmenter l’effet de serre n’induit pas d’augmentation des températures.

      J'aime

  8. Sacrè Bob il connait tout un tas de secrets, comme celui de faire bouillir le fond des océans sans réchauffer leur surface. Trop génial !

    Bon c’est vrai que Reynald est moins fort : il lui faut des volcans sous marins pour y arriver, trop fastoche…

    Mais on attend les travaux de David Copperfield sur le sujet, il devrait épater même ce bon vieux Robert…

    J'aime

  9. @Laurent, mon évocation du volcanisme et des sources hydrothermales n’a absolument rien à voir avec la chaleur que Robert prétend s’être réfugiée au fond des océans. Je veux juste montrer qu’on n’a aucun inventaire ni bilan même approximatifs de cette activité, et les réchauffistes lui accordent un rôle négligeable en CO2 et H2O. @Robert : j’ai entendu des explications farfelues sur la « chaleur perdue », toutes des sornettes faciles à démolir… je veux connaître la VÔTRE… peut-être la lumière se fera-t-elle suite à votre explication, donc je vous repose ma question:`Comment expliquez-vous le hiatus avec cette chaleur qui se serait depuis 1998, réfugiée au fond des océans. Quel(s) mécanisme(s) faites-vous intervenir pour expliquer cette « fuite vers le bas » ? Répondez , ensuite je vous direz si VOTRE explication tient la route. Celles que j’ai vues et entendues à date ne tiennent absolument pas la route. On attend Robert !

    J'aime

  10. On ne vous demande pas de lien internet M. Robert, on vous demande VOS réponses à NOS questions claires et précises. On vous dira ensuite si elles tiennent la route. donc svp, pas de « consensus » ni de liens internets.

    J'aime

    • Tout doux, ce genre d’attitude avec moi ne marche pas, surtout que je vous ai posé une question à laquelle vous ne répondez pas.

      Je prends acte que vous affirmez des choses que vous êtes incapable de justifier comme tout bon climatosceptique qui se respecte.

      Personnellement je n’ai aucune raison de ne pas faire confiance aux spécialistes de la question. Si vous voulez les réfuter vous publiez , je pense que vous savez comment la science fonctionne.

      On a bien réfuté Lindzen et Choi, Courtillot, Svensmark, Shaviv, Spencer etc… même des études qui n’en valaient même pas la peine comme celle de G&T. Pourquoi ne tenteriez vous pas de réfuter Trenberth ou Sang-Ki Lee ?

      http://www.nature.com/ngeo/journal/v8/n6/full/ngeo2438.html?WT.ec_id=NGEO-201506

      Gesticuler, à part ça les climatosceptiques sont aux abonnés absents.

      J'aime

  11. On reste calme svp M. Robert, et surtout on reste poli. Ne vous comportez pas comme votre allié réchauffiste Dupuy en débat avec Benoît Rittaud sur France Culture.. Nous attendons votre exposé sur la « chaleur perdue » , ensuite, nous vous dirons poliment si cela tient la route et si nous devons nous incliner devant vos lumières thermodynamiques. et svp pas de Linzen ni de Courtillot, encore moins de Hulot… juste vous et moi devant de la chaleur qui va se cacher au fond des océans. Nous attendons toujours M. Robert. https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2015/09/18/lendemain-de-bataille/

    J'aime

    • Reynard du Berger @

      Vous avez affirmé : « !…. non seulement ça ne tient pas la route scientifique mais c’est « balayer la chaleur manquante et encombrante sous le tapis océanique ». » à propos de la chaleur qui s’est réfugiée au fond des océans, je vous ai demandé d’étayer cette affirmation, alors ne vous défilez pas en posant une autre question, justifiez point barre.
      Votre problème est que vous ne le pouvez pas, d’où votre attitude.

      je clos cette discussion jusqu’à l’obtention de la réponse attendue.

      J'aime

      • « je clos cette discussion jusqu’à l’obtention de la réponse attendue. »

        la question concernait VOTRE position sur la chaleur perdue et non des positions hypothétiques formulées pas d’autres. Vous me faites la sortie classique du réchauffiste démuni et climato-soumis, non seulement à court d’arguments, mais sans AUCUN argument.

        Aimé par 2 people

      • Bonjour,
        Étant plutôt préoccupé par les erreurs (à mon sens) des groupes II et III du GIEC, j’avoue que je suis moins à l’aise sur ce type de questions du ressort du groupe I, mais j’essaie tout de même de comprendre. Ne m’en veuillez donc pas si j’enchaîne les questions peut-être un peu stupides pour un spécialiste.

        Sur l’augmentation de chaleur au fond des océans : Comment peut-on être sûr que c’est lié au piégeage de l’augmentation de température de l’atmosphère (je ne sais pas trop le dire autrement) et pas à autre chose ? Supposons que c’est l’atmosphère (occam), sauf erreur de ma part, l’hypothèse a été émise assez tardivement : 2005, peut-être ? plus tard ? Est-ce que du coup cela veut dire que tous les modèles de prédiction de température évalués auparavant étaient faux parce qu’ils négligeaient un phénomène capable de créer un hiatus de plus de 15 ans ? Ou alors c’est qu’on considère que malgré cette absence (pas une paille quand même) ils étaient toujours valides sur le long terme ? Mais, puisque la température n’a pas encore remonté, comment fait-on pour différencier un piégeage temporaire d’une rétroaction négative ? Et enfin, si ce mécanisme a été manqué par les modèles d’avant 2005, qu’est-ce qui garantit, une fois les températures remontées (en supposant que ce soit un piégeage et pas une rétroaction), qu’un autre phénomène encore non connu à ce jour créera un nouveau hiatus ?

        Merci

        J'aime

  12. Bon,… mon pote Copperfield me dit que si des vilains joules climatiques se cachent au fond des océans, on pourra les traquer en surveillant la profondeur de la lysocline, ce à quoi sa femme Claudia a dit « Ach So !… » Et moi je dis, « bon sang mais c’est bien sûr !!! » Du crétacé à l’éocène, cette lysocline était vachement haute (la CCD disent les rosbifs), et dans le même temps les dinosaures ont tous crevé… CQFD.

    J'aime

      • Vous l’avez acheté où votre OHCmètre ? Pour la lysocline, on a juste besoin de mesurer la T° et la charge saline. On peut aussi regarder les dépôts ou les précipitations, etc.. Un bon fil de pêche suffit

        J'aime

  13. Ping : Climathon, semaine 41 : le Commandeur des Croyants l’emporte une nouvelle fois | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s