Irrespirable

Par MD

1. Introduction.
Le 4 avril 2022, une information sensationnelle avait envahi le monde des médias : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiait un communiqué de presse sous le titre « Des milliards de personnes respirent toujours un air pollué : nouvelles données de l’OMS ». Ce communiqué commençait ainsi : « Près de l’ensemble de la population mondiale (99 %) respirent un air qui dépasse les limites fixées par l’OMS pour la qualité de l’air et menace leur santé. Un nombre record de plus de 6 000 villes dans 117 pays surveillent désormais la qualité de l’air, toutefois (sic) les habitants de ces villes y respirent toujours des niveaux dangereux de particules fines et de dioxyde d’azote, les populations vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire étant les plus exposées ». Voilà qui mérite examen.

2. Communiqué de l’OMS.
Dans la suite du communiqué, l’OMS « précise » certains chiffres (les citations sont en italiques).
-Pour les pays à revenus élevés, « la qualité de l’air de 17 % des villes est inférieure aux lignes directrices de l’OMS pour les PM2,5 ou les PM10 » et « la plupart des villes ont des problèmes avec le dioxyde d’azote » ;
-Pour les pays à revenus faibles et intermédiaires « la qualité de l’air dans moins de 1 % des villes est conforme aux seuils recommandés par l’OMS ». « Ces pays sont toujours plus exposés à des niveaux dangereux de particules par rapport à la moyenne mondiale ».
-Concernant plus spécifiquement le NO2, « les mesures agrégées révèlent que seuls 23 % des habitants (…) respirent des concentrations moyennes annuelles de dioxyde d’azote conformes ». On constate « un écart moindre entre les pays à revenu élevé et les pays à revenu faible ou intermédiaire ».
On remarquera le désordre, le flou et l’ambiguïté des formulations. Quoiqu’il en soit, les médias se sont contentés de ce « communiqué de presse » et l’ont complaisamment répercuté à grand renfort du pathos habituel, sans aller plus loin dans les investigations.

3. Nouveaux critères de « pollution » de l’air ambiant de l’OMS.
On abordera dans un premier lieu la question fondamentale des critères d’appréciation de la qualité de l’air extérieur. L’OMS édicte périodiquement des lignes directrices (guidelines) basées sur des modélisations de taux de mortalité attribués à « la pollution ». Les trois polluants représentatifs sont : les particules (PM2,5 et PM10) et le dioxyde d’azote NO2. La dernière version en date (« global air quality  guidelines » ou AQG) vient d’être publiée en 2021. Les critères sont beaucoup plus stricts que ceux de la version antérieure (2005). Le tableau ci-dessous résume les « objectifs » de moyennes annuelles (exprimés traditionnellement en µg/m3) au-delà desquelles l’air est considéré comme « pollué ». Les valeurs AQG 2021 en gras rouge sont les nouveaux objectifs fixés par l’OMS. Les valeurs AQG 2005 sont les anciens objectifs. Les objectifs intermédiaires (IT) indicatifs sont censés correspondre à des taux de mortalité modélisés dégressifs.image001On notera l’abaissement considérable des seuils entre les deux versions, notamment pour le NO2 (division par 4). Ce sont ces nouvelles lignes directrices que l’OMS utilise désormais dans ses publications.
A titre de comparaison, la France et l’Union européenne (directive 2008/50/CE) définissent des « objectifs de qualité » dont les valeurs exprimées en moyennes annuelles (µg/m3) sont les suivantes :image002Par rapport à l’OMS, les valeurs européennes correspondent à l’AQG 2005 pour PM2,5 (10 µg/m3) et NO2 (40 µg/m3) et à l’IT3 pour PM10 (30 µg/m3). Cependant, une procédure de révision est en cours en UE (consultation publique fin 2021) ; son déroulement et les décisions qui en résulteront seront intéressants à suivre.

4. Rapport provisoire de l’OMS et base de données.
Si l’on veut approfondir le sujet, il faut recourir aux documents que l’OMS a publié simultanément et dont il donne les liens dans son communiqué de presse. Il s’agit d’un rapport provisoire intitulé « WHO ambient air quality database-2022 update-Status report ». Il est barré « DRAFTED » et commence par l’avertissement suivant :image003On respectera cette consigne. Cependant le rapport renvoie explicitement (Summary of Data) aux données numériques qui sont, elles, librement accessibles et sans restriction d’usage. Voir : « Air quality database » et la base de données associée (tableur Excel).

5. Représentativité des statistiques de l’OMS.
Pour établir ses statistiques, l’OMS adresse périodiquement des questionnaires (template) à l’ensemble des États du monde. Il leur est demandé de préciser pour chaque station de mesure : dénomination (nom de ville ou lieudit), taux annuels de pollution (µg/m3) dus aux trois polluants (PM2,5, PM10, NO2), années de mesures, types de site (urbain ou autres), populations de l’agglomération, coordonnées géodésiques, etc.
La base de données dans sa version la plus récente (version v4, avril 2022) comporte plus de 31 000 lignes (une ligne par station et par année de mesure). Selon les cas, les stations mesurent 1, 2 ou 3 polluants et ceci pour une ou plusieurs années de mesures (comprises dans la période 2010-2019). Tout compte fait et les trois polluants confondus, on dénombre 6 830 stations réparties sur 118 États dont la population cumulée (2019) est de 6 991 millions d’habitants (sur 7 660 millions d’habitants pour le monde entier). Pour juger de la représentativité du recensement, on a calculé les nombres de stations de mesures par million d’habitants (« densité » de mesure de qualité de l’air). La carte ci-dessous montre la répartition des stations répertoriés par l’OMS, du rouge foncé (plus de 10 stations par million d’habitants) au blanc (nombre négligeable ou nul de stations par million d’habitants).image004  Le tableau ci-dessous récapitule les chiffres correspondants.image005A titre d’exemples, l’Autriche comporte 148 stations (17 par million d’habitants), la France 453 (7 par million d’habitants), la Chine 1 429 (1 par million d’habitants), la Russie 1 seule station (pour 145 millions d’habitants).
Classement par régions et niveau de revenu. L’OMS classe les États en six grandes régions : Afrique ; Amérique (nord et sud) ; Sud-est asiatique (dont l’Inde) ; Europe (dont Israël et l’ancienne Union soviétique) ; Moyen-Orient ; Asie de l’est (de la Corée au Viêt-Nam) et Iles du Pacifique. La classification selon les revenus est celle de la Banque mondiale. Le tableau ci-dessous récapitule les nombres de stations par régions et revenus.image006En conclusion, les données ainsi répertoriées ne sont ni homogènes ni exhaustives, que ce soit par manque de données, par manque d’intérêt porté par certains États à la question de l’air extérieur ou par manque d’empressement à répondre. Il existe une surreprésentation considérable de l’Europe de l’Ouest et de l’Amérique du Nord, alors que d’autres États parfois importants ne sont pas représentés, ou de façon dérisoire (1 ou 2 stations). Tel qu’il est, cet ensemble statistique ne peut pas être considéré comme un échantillon représentatif. Or c’est explicitement et exclusivement sur ces bases lacunaires que l’OMS s’est appuyé.

6. Contenu du rapport provisoire et de la base de données de l’OMS.
Le  rapport déjà cité expose l’état des connaissances d’une façon concise, sobre et illustrative qui tranche avec le ton du communiqué. On ne saurait trop conseiller aux lecteurs intéressés de le parcourir. Notamment, les cartes n°1 à 3 (et l’annexe n°2) illustrent la répartition des stations répertoriées ; le graphique n°3 synthétise l’ensemble des résultats. Enfin les graphiques n° 6 et 7 (Percentages of settlements assessed that complied with the WHO air quality guidelines) sont particulièrement intéressants : ils montrent que l’abaissement des seuils a diminué artificiellement et de façon spectaculaire les proportions de stations réputées « conformes ». On peut le vérifier en exploitant la base de données déjà citée. A titre d’exemple on a examiné le cas des particules PM2,5 souvent considérées comme l’ennemi public n°1. Le nombre total de stations de la base de données qui mesurent ce polluant est de 3 972. Le tableau ci-dessous compare les conformités des stations selon l’ancien et le nouveau critère au niveau des six régions. Au niveau mondial, le nombre de stations « conformes » a été brusquement divisé par 4.image007Pour l’anecdote, en France métropolitaine, sur les 153 stations de mesure de PM2,5 répertoriées par l’OMS, on ne dénombre que 3 stations respectant les 5 µg/m3 : Venaco (Corse), St-Nazaire-le-Désert (Drôme) et Grandfontaine (Bas-Rhin), stations rurales de moyenne altitude. Par comparaison, 101 stations sur les 153 respectent les 10 µg/m3, ancien critère de l’OMS (et donc de la réglementation européenne actuelle). C’est dire le caractère maximaliste voire incongru des nouveaux critères de « pollution » de l’OMS. Le même exercice peut être fait pour les PM10 et le NO2, avec des résultats analogues. Mais on en restera là pour ne pas alourdir l’exposé.

7. Conclusions.
Cette brève analyse est peut-être fastidieuse, mais elle permet de relativiser le communiqué tonitruant de l’OMS, précipitamment publié avant même que le rapport officiel soit considéré (par les auteurs eux-mêmes) comme totalement achevé et présentable : peut-être n’est-il pas considéré comme suffisamment alarmiste ?

Sauf erreur, on ne trouve d’ailleurs pas trace de la méthode de calcul ayant conduit aux fameux « 99 % de la population mondiale » dont la santé serait menacée par la pollution de l’air ambiant. Cette affirmation est d’autant plus invraisemblable que de nombreux États, certains très peuplés, ne disposent (ou ne communiquent) que des nombres dérisoires de relevés directs de concentrations en polluants, voire aucun relevé. L’ensemble des États dont la qualité de l’air est ainsi mal connue ou ignorée représente au bas mot un ou deux milliards d’habitants.

Les nouveaux critères de qualité de l’air retenus par l’OMS sont fixés à des niveaux tels qu’ils sont dépourvus d’utilité pratique : si tout le monde a la fièvre, le thermomètre est faux… On ne ramènera pas la qualité de l’air des villes au niveau des villages isolés de moyenne montagne (qui entre parenthèse sont nettement plus exposés à l’ozone). Ces chiffres sont d’ailleurs contredits par l’amélioration constante et avérée d’indicateurs tels que l’espérance de vie ou la mortalité infantile.

Malheureusement, tous les organismes internationaux tels que l’OMS préfèrent le tintamarre et l’incantation à l’exposé des faits et des connaissances, et ce genre de pratique se généralise. On finira par ne plus prêter attention à ce tocsin ininterrompu.

35 réflexions au sujet de « Irrespirable »

  1. Remarquable, merci.
    Il y a vraiment une analyse de psychologie collective à réaliser sur ce besoin de se faire mal à tout prix. A mon sens ça relève plus de la psychiatrie que de la psychologie.
    Mon sentiment c’est que plus l’homme s’urbanise et se modernise, plus il perd pied avec les réalités naturelles et le bon sens le plus élémentaire. S’ensuit le développement de psychoses graves de type RCA, Covid ou pollution.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, ce sont des phobies, diffusées maintenant avec un enrobage scientifique (condition de base d’une société de cadres, largement diplômée du supérieur), via des élites qui se croient supérieures, démocratiques et éclairées par la science mais que les classes populaires vomissent, notamment dans les urnes, tant elles subissent leurs politiques régressives. Cette déconnexion du réel est la caractéristique évidente de la fin d’un système ; le réel va finir par rattraper ces politiques médiatiques, stupides et coercitives des élites.
      Regardons donc ce système s’écrouler faute de pouvoir peser dans le débat pour plus de réalisme, en essayant de retenir nos larmes face aux dégâts engendrés (perte de libertés fondamentales à cause d’un état d’urgence permanent, révoltes populaires liées aux régressions de niveau de vie, répressions écologiques comme pour la taxe carbone, perte de rang mondial de nos sociétés occidentales phobiques et a-productives, qui n’ont plus que la force et l’armée pour continuer à s’imposer dans le réel).

      Aimé par 2 personnes

      • C’est exactement ça.
        Ce que je ne comprendrai jamais c’est comment ces populations justement très éduquées peuvent à se point perdre de vue les fondements des méthodes scientifiques les plus élémentaires. Il ne manque pas d’ingénieurs et de polytechniciens pour soutenir toutes sortes d’âneries. Sans parler des médecins, mais eux ont l’excuse de n’avoir reçu aucun outil pour réfléchir.

        J’aime

      • @Aragon Le réalisme a été diabolisé en des termes paroxystiques, (accusations contre les climato-réalistes de crime contre l’humanité quand même), ce qui est un des symptômes cliniques de la phobie. Dans ce cadre, il est très difficile pour des scientifiques de mener sereinement leur travail, sous peine d’exclusion et donc de non reconnaissance de leur travail. On est bien placés ici pour le savoir. Je ne suis pas loin de penser que les sociétés qui vont laisser leurs scientifiques travailler correctement sans cette pression pathologique sont les sociétés d’avenir, qui guideront le développement prochain de l’humanité.

        J’aime

      • je crois me rappeler que la population allemande était très éduquée, qu’il ne manquait pas de scientifiques, d’inventeurs, d’écrivains, de philosophes ,d’artistes… et pourtant
        On pourrait dire la même chose du peuple russe, embarqué dans une aventure catastrophique

        il y a des forces qui nous dépassent
        https://wattsupwiththat.com/2022/04/25/climate-protest-horror-activist-burns-himself-to-death/
        cela fait des siècles que nous nous étripons pour des croyances, pourquoi cela devrait-il changer?

        Aimé par 2 personnes

    • Libre aux ignorants de s’adresser aux médicastres diplômés en « flash-thérapies » et autres « coaches ». Les mêmes n’hésiteront pas à débourser des sommes considérables pour consulter marabouts et mages, ou la kyrielle de charlatans qui n’hésitent même plus à poser leur plaque de guérisseur : naturopathes, magnétiseurs, radiesthésistes, coupeurs de feu (!), que sais-je encore ? J’ai même parfait mon éducation en découvrant la « thérapie magnétique par résonance cellulaire », tout espoir de s’instruire utilement est donc permis.
      La mode qui trotte est aujourd’hui au reiki, « méthode énergétique d’origine japonaise qui, en modifiant le taux vibratoire de l’individu par technique d’imposition des mains, vise à remettre en contact l’énergie universelle et la force vitale afin de susciter un réveil dynamique qui permettra la guérison » (sic). Bien, bien.
      La pensée magique, que l’on croyait en petite forme — au moins chez l’individu de plus de cinq ans — depuis les Lumières et la promotion de la Raison, a de toute évidence encore de beaux jours devant elle.
      PS : bien que je sois médecin, j’ai le matériel nécessaire pour réfléchir.

      Aimé par 1 personne

      • ARRAGON: Il reste encore quelques médecins qui ont les outils et qui réfléchissent dont votre serviteur. Il est vrai que la plupart ont autre chose à faire faute de temps. Sans rancune

        J’aime

      • Toute généralité trahit la vérité. Il y a fort heureusement des médecins bien formés qui savent poser des raisonnements, des analyses et des synthèses. Et vous honorez votre profession par la qualité des interventions que vous postez sur ce site. Veuillez donc excuser ma verve qui emporte souvent le bébé avec l’eau du bain.
        J’ai cependant souvent constaté que les médecins sont déconnectés de la méthode scientifique. Ce qui ne me dérangerait pas s’ils acceptaient de considérer leur pratique comme un art et se détachaient d’un certain complexe de supériorité. Leur formation très longue ne laisse pas beaucoup de place à l’analyse et à la remise en question, c’est un fait. A titre d’exemple, le recours systématique aux antibiotiques, notamment en pédiatrie, sur des infections virales est proprement sidérant et illustre le faible niveau de réflexion de beaucoup de praticiens. Pour des médecins étrangers, c’est incompréhensible, voire aberrant. Essayez de faire prescrire un antibio à votre gamin aux Pays-Bas….
        J’ai dans mon entourage très proche des étudiants en médecine. Ils travaillent énormément, mais ça reste de l’enregistrement pur et simple. Et durant le Covid la profession s’est beaucoup discréditée, même si certains ont sauvé l’honneur en prenant un peu de hauteur pour s’en tenir aux faits et aux chiffres, mais ils sont rares.

        Aimé par 1 personne

    • Il s’agit uniquement de créer l’impression que les prédictions du Club de Rome se réalisent. Si les observations vont dans le sens contraire de ce qu’attendent les néomalthusiens, il suffit de changer les seuils pour créer des alertes et des crises artificielles. Puis on utilise la répétition crises pour passer en mode d’urgence permanente et contourner les garanties démocratiques. Cela fait longtemps que les « écologistes » affirment que le sauvetage de La Terre (TM) est incompatible avec la démocratie.

      Aimé par 1 personne

  2. certes il y a l’air qui est irrespirable, mais en réalité tout est nocif pour votre santé, les vêtements que vous portez,les objets du quotidien, les lieux où vous habitez, ce que vous mangez, l’eau que vous buvez, le vin, vos médicaments, les vaccins, oups non pas les vaccins, ça y a bon,

    https://www.lalibre.be/planete/environnement/2022/04/25/lunion-europeenne-sattaque-aux-susbtances-chimiques-toxiques-presque-tous-les-produits-seront-touches-BQAJPXXBZBEYJEWTARO7GYNYSM/

    car tout est chimique mon bon monsieur, même le nutella
    cela a un côté… ubuesque, mais la vraie question est, à qui profite le crime?
    on ne peut écarter l’hypothèse d’une soudaine épidémie d’imbécilité fulgurante, et il n’y a pas de vaccin hélas, mais cela me semble improbable
    On découvre , enfin , à quel point nous avons été menés en bateau sur nos approvisionnements en énergie ( du moins on le devrait, car quand on voit la façon dont nous continuons à nous suicider, c’est très inquiétant) par le bon ami Vlad
    la possibilité que d’autres acteurs sont en coulisse à la manoeuvre devient pertinente

    https://realclimatescience.com/2022/04/tough-week-for-climate-fraudsters/
    https://realclimatescience.com/2022/04/dessler-shut-down-by-his-chinese-funders/

    Je crois qu’il est trop tard, le mal est fait, nous ne l’arrêterons pas
    https://www.science-climat-energie.be/2022/04/25/lettre-a-luclouvain/
    et sa fameuse courbe est dans le nouvel opus du GIEC

    comment on fait pour postuler au titre d’académicien à l’académie du vélo, car on évoque Mme Bornée comme 1° ministre?
    et sera-t-il permis de porter le gilet jaune à vélo?

    J’aime

  3. Bonjour, l’OMS, encore un organisme pollueur Onusien, comme le GIEC menteur-manipulateur, bizarre ! L’ONU, « ce machin » comme le grand Charles le surnommait le 10 septembre 1960 est un organisme dont le rôle est dévoyé depuis longtemps, qui est infecté par l’idéologie éscrolo-mondialo-cancelo-collapsolo-wokiste. A Paris, l’air n’a jamais été aussi propre selon Airparif: https://static.climato-realistes.fr/2021/01/FicheACR9-1.pdf . Anne Hidalgo devrait s’en réjouir. Merci. Bien à vous

    Aimé par 1 personne

  4. On peut rajouter, accessoirement, que pour continuer dans leur idéologie de la peur, ces organisations modifient régulièrement à la baisse, les différents seuils de toxicité. Cela leur permet bien entendu, de sonner le toxin sans arrêt et de surajouter une peur à la peur…

    J’aime

  5. « Quoi qu’il en soit, peu importe ce qu’il en est et réciproquement. Il est des circonstances dans la vie où l’homme, quelque intelligent qu’il soit ou quelque perspicace qu’il puisse être, obtempère néanmoins vers des positions qui, bien qu’aléatoires, n’en demeurent pas moins intrinsèquement absolues. »
    ça vous la coupe, hein? Descartes est d’actualité, encore et toujours!!

    J’aime

  6. Bonjour,
    Excellente analyse, qui montre bien qu’il faut prendre le temps de bien lire et analyser les publications, travaille qui normalement devrait incomber aux journalistes au premier chef mais qui n’est pas fait malheureusement.
    Ceci dit, il faudrait en plus d’analyser la pertinence des seuils et la représentativité des mesures, critiquer l’assertion de l’impact sur la santé. Je me souviens bien de l’épisode : « la pollution de l’air tue 40000 personnes par an en France ». Si je me souviens bien de l’analyse de « l’étude » (je mets des guillemets à dessein) sur laquelle se basait cette publication, il s’avérait que c’était a minima hautement critiquable voire relevant de la supercherie mathématique. Je ne retrouve plus l’étude mais un des posts qui l’analysait:
    https://www.contrepoints.org/2018/12/15/332493-pollution-de-lair-en-france-48-000-ou-11-morts-par-an

    Bien sûr qu’il est toujours souhaitable de voir les niveaux de polluants (les vrais….) baisser, mais vouloir le démontrer en se prenant les pieds dans le tapis n’est pas souhaitable.Il faudrait plutôt justement se réjouir de la diminution des concentrations de polluant en ville ce qui éviterait d’ajouter de la peur à la peur.
    En guise de conclusion, cette semaine à la radio un invité représentant le candidat des verts en France (son nom m’échappe) s’émouvait du mauvais résultat au premier tour de son parti et tentait une analyse en précisant que les gens et les jeunes ont peur de l’avenir et du coup des discours anxiogènes….J’ai trouvé savoureux ce discours de pompier pyromane.

    J’aime

  7. Merci;
    Au-delà des « 99% » (on se croirait dans une république bananière… un autre « chiffre/rapprochement » m’interroge quelque part au niveau du vécu :
    6830 stations concernant 6,99 Mds de personnes sur 7,6Mds (mais étions-nous déjà 7,6Mds en 2019 ?, quand on voit la répartition de stations dans des « petits » pays comme la Chine ou l’Inde (« juste » 1/3 de la population mondiale à elles deux), on, enfin mon petit cerveau, se pose des questions (pas trop pour ne pas verser dans la surenchère alarmiste).
    Tiens au fait, si on baissait la limitation de vitesse sur les autoroutes à 100km/h, à votre avis, y aurait-il une augmentation des infractions pour dépassement d’icelle, et dans quelle proportion ?
    Vous avez trois heures…

    J’aime

  8. Finalement, ce qui est le plus nocif pour la santé, c’est inéluctablement la vie !
    En fait comme la vie n’a qu’une seule issue, le problème c’est la vie. Il y a tout un tas de maladies inventées qui ne sont là que pour éviter de nommer la « vieillesse », et oui au bout d’un certain temps si on a pas eu d’accident, ça commence à se deglinguer, on vieillit.
    Là solution serait donc le suicide collectif ! Genre « soleil vert », le plus fameux des SF malthusiens de tout 1er ordre que je connaisse.
    Il me semble qu’un certain Poutine, aurait trouvé encore mieux…??

    J’aime

    • Bonjour, tout à fait, et en plus l’homme n’est jamais devenu aussi vieux et en bonne santé, mais n’a cesse d’accuser un environnement qui n’a jamais été aussi exemplaire. Donc, pour se rassurer, il faut bien qu’il pense que le ciel peut lui tomber sur la tête. Merci. Bien à vous Jope

      Aimé par 1 personne

  9. La dangerosité supposée des particules « PM machin » m’a toujours interrogée.

    Je lis sur le site de Montpellier Métropole, comme justificaition pour la mise en place des ZFE :

    40 000 décès
    C’est le nombre attribuable chaque année à une exposition aux particules fines.
    Santé publique France, rapport et synthèse Impact de la pollution de l’air ambiant sur la mortalité en France métropolitaine.
    180 M€
    C’est le coût direct et indirect de la pollution pour la ville de Montpellier.
    Health costs of air pollution in European cities and the linkage with transport – Alliance Européenne de Santé Publique

    Je pense que Santé Publique France, comme beaucoup d’agences nationales à caractères scientifiques (comme l’INRAE, le défunt INRA) a perdu son indépendance.
    Ils produisent des rapports bidons dans le but de suivre des agendas politiques.

    – A-t-on vu un médecin signer un acte de décès dans lequel « pollution de l’air par particules PM XX » en est la cause ?
    – Comment relier par des statistiques solides l’épidémiologie des pathologies de la sphère ORL avec les poignées de mesures ponctuelles des capteurs de particules PM ?
    – Quels sont les taux de « PM machin » lorsqu’on se promène en forêt ou sur une plage un jour de grand vent ?

    Le bon sens, l’indépendance d’esprit et le courage politique deviennent des denrées rares.

    Aimé par 2 personnes

      • .. ce qui ne veut rien dire.
        Avant d’insulter le cuisinier, goûtez au plat et apprenez quelques recettes.

        J’aime

      • Coucou,

        Faut juste aimer la patisserie !

        En ce qui concerne l’ambiance, c’est la liberté d’expression et certains commentaires ne sont pas piqués des vers!

        çà me rappelle les premiers forum sur libe , les premiers 6 mois, beaucoup de « canards sans tête » !

        Après on a inventé la modération.

        Le temps passe si vite.

        Bonne soirée

        Stéphane

        J’aime

  10. Coucou,

    On peut evidemment critiquer le caractère catastrophique permanent. Il y a aussi la com dans l’autre sens.
    Laquelle est la plus pernicieuse ? Celle des puissants qui possedent les journeaux, les teles, qui payent la pub pour nous dire en permanence que tout va bien tout est maitrisé, ou celle des organisations internationales publiques ou non, qui nous balancent tout un tas de metaanalotruc certifié par bac plus 30 en analyses de ronnées qui mélangent allégrement des patates radioactives, des navets climatiques et des choux nanobidules …
    Ce sont peut-être les mêmes !
    C’est à l’école de former des citoyens capables de se faire une opinion libre malgré le matraquage. Au moins, dans nos régimes , on se castagne pour savoir ou se situe la vérité, mais avec des mots. Dans d’autres régimes, la vérité n’est pas discutable. le rond est carré, la guerre est opération spéciale et le covid zéro est liberté zéro, etc etc …

    Bonne journée

    Stéphane

    J’aime

    • 1/ Je ne vois pas beaucoup de puissants et de médias dire que tout va bien… Vous lisez quel journal vous ? Si les gamins se suicident c’est que plus personne ne tient de discours positif dans notre civilisation à bout de souffle.

      2/ Où avez-vous vu qu’on pouvait discuter en France ? Si je tiens ouvertement les propos correspondant à ma pensée sur Twitter ou ailleurs je perds immédiatement tous mes clients, je ferme ma boite et je pense que j’ai moyen de finir clochard.

      3/ …et l’Ukraine c’est Disneyland, Zelenski un héros pur au grand coeur et la politique menée depuis 7 ans dans le Dombass du simple maintien de l’ordre ?

      Ouvrez les yeux : au moins sur les sujets climatiques, covidistes et environnementaux la liberté d’expression est autrement plus respectée ailleurs, et notamment en Russie, qu’en France. Du coup ça met le doute aussi sur l’Ukraine…

      J’aime

      • C’est sûr que parler climat en Russie ca ne risque pas de contrarier les politiques locales…
        Maintenant, de là à expliquer que la liberté d’expression est davantage respectée en Russie qu’en Europe de l’ouest, il y a un pas que je ne franchirais pas.
        Le simple fait que ce blog existe est une forme de liberté d’expression.

        J’aime

      • Avant le rachat par Musk, mettre en doute l’efficacité du « vaccin Covid » vous valait d’être viré de Twitter. Et ça reste d’actualité presque partout ailleurs, sauf sur les blogs confidentiels comme celui-ci. La liberté d’expression est quasi morte en occident, désolé d’en faire le constat.
        Votre opinion sur la Russie vous est dictée par la pression ambiante. Imaginez simplement que TOUS les sujets font l’objet du même traitement biaisé que le RCA ou le Covid, Ukraine comprise. La remise en question de l’information diffusée par l’AFP est le premier devoir de l’honnête homme aujourd’hui. Le doute doit être systématique, et quand on creuse on s’aperçoit que l’information officielle est presque toujours l’exact inverse de la réalité factuelle.

        J’aime

      • Coucou,

        La liberté est plus respectée en russie ?
        Vous me demandez d’ouvrir les yeux ?
        Vous ne seriez pas en opération spéciale vous ?

        PLus c’est gros plus çà passe !

        Je vous rappelle l’adage de churchill qui s’avére plutôt vrai en ce moment:
        « la démocratie est le pire systeme, ….. a l’exception de tous les autres . »

        Bonne soirée

        STéphane

        J’aime

  11. La liberté est plus respectée en France?
    Tentez de ne pas suivre les oukases du gouvernement français.
    Ou tentez de dire qu’il y a des problèmes avec le vaxxin sur tout it heure ou fesses de bouc mal lavées.
    On commence par vous intimer de vous taire, puis vous disparaissez dans un camp dit de rééducation.
    La première étape a été largement franchie dans la joie et la bonne humeur.
    Pour le camp de rééducation, c’est l’équivalent soft, sans emploi correspondant à votre formation, sans le moindre revenu.
    Encore un petite étape, et on est bon. Cela ne saurait tarder.lavées.
    On commence par vous intimer de vous taire, puis vous disparaissez dans un camp dit de rééducation.
    La première étape a été largement franchie dans la joie et la bonne humeur.
    Pour le camp de rééducation, c’est l’équivalent soft, sans emploi correspondant à votre formation, sans le moindre revenu.
    Encore un petite étape, et on est bon. Cela ne saurait tarder.

    J’aime

  12. Vous dites « Ces chiffres sont d’ailleurs contredits par l’amélioration constante et avérée d’indicateurs tels que l’espérance de vie ou la mortalité infantile. »
    En effet :

    On a gagné 20ans en 60ans (de 1960 à 2020).
    Que les médecins de l’OMS se prescrivent un peu de prosac et tout ira mieux !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s