La contribution de la taxe carbone au climat : dérisoire

par Rémy Prud’homme.

Macron n’y est pour rien. C’est sous la présidence précédente qu’a été décidée une taxe carbone, qui, de 30 euros (par tonne de CO2) en 2017, devait passer à 86 euros en 2022. L’augmentation prévue pour 2019 a mis les Gilets Jaunes dans la rue. Elle a été suspendue. Mais nombreux sont ceux dans les rangs macroniens qui veulent la réinstaurer. Un débat s’engage – entre le camp du bien, qui veut sauver la planète, et celui du mal qui veut la conduire à sa perte. Mais ce débat reste purement idéologique, politique, théorique, philosophique, manichéen. Personne ne cherche à savoir combien de tonnes de CO2 ce triplement de la taxe carbone va économiser, et quel sera son impact sur le réchauffement. Il n’est pourtant pas bien difficile de donner des ordres de grandeur.

     Les économistes disposent à cet effet d’un outil qui fait peur aux idéologues, mais qui est cependant bien simple, et bien utile : la notion d’élasticité. Quand le prix d’un bien augmente de 10%, la demande de ce bien diminue. Si la demande diminue de 15%, l’élasticité-prix est de -1,5 ; si elle diminue de 10%, l’élasticité-prix est de -1 ; si elle diminue de 5%, l’élasticité-prix est de -0,5. On dispose d’estimations de l’élasticité de la demande des biens dont la consommation génère l’essentiel (pas la totalité) du CO2 rejeté en France : les carburants automobiles le fioul de chauffage, le gaz domestique le gaz industriel (de -0,17 à -0,28). On peut calculer l’impact du triplement de la taxe carbone sur le prix de vente de ces biens (de 5% à 15%). Grace à nos élasticité-prix, on en déduit facilement la baisse de consommation de ces biens, et donc les réductions de rejets de CO2 entrainées pour chacune de ces consommations.

     Le résultat obtenu est : une diminution de 6 ou 7 millions de tonnes de CO2par an (en 2022). C’est 2% des rejets de CO2de la France, 0,02% de ceux du globe. Ce résultat comporte une marge d’erreur de 1 ou 2 millions de tonnes. Mais comme disait Keynes : mieux vaut avoir approximativement raison que très précisément tort.

     Quel en serait l’impact sur la température du globe en 2050 ? Selon le GIEC, cet impact dépend de l’évolution du stock de CO2. Ce stock est actuellement de 3200 milliards de tonnes, et il augmente annuellement de la moitié des rejets de l’activité humaine (l’autre moitié est absorbée par les océans et la végétation). La taxe carbone envisagée diminuerait d’environ 90 millions de tonnes de CO2le stock de CO2de 2050. On estime qu’un doublement du stock, c’est-à-dire 3200 milliards de tonnes de CO2de plus, engendre une augmentation de 1,5°C des températures. Une différence de 90 millions de tonnes cause donc une variation de température d’environ 0,00004°C. La mesure contribue à abaisser (ou à retarder l’augmentation) de la moyenne des températures en 2050 de 0,4 dix-millièmes de degré. C’est peu.

     On peut enfin s’interroger sur le coût de la mesure. Elle s’analyse d’abord comme un prélèvement fiscal d’environ 10 milliards par an (en 2022, et après), qui diminue d’autant le revenu des ménages et la compétitivité des entreprises. Mais un prélèvement fiscal n’est pas véritablement un coût économique, parce qu’il augmente la dépense publique, qui est souvent utile (pas toujours, diront certains). Le véritable coût est dans les conséquences de la diminution de mobilité, de chauffage, ou d’activité causée par la taxe carbone. Il est très difficile à estimer sans l’aide de modèles lourds et incertains. Mais il est potentiellement important. Dans certains secteurs industriels gros consommateurs de chaleur, comme la chimie par exemple, la hausse des prix pourrait entraîner la délocalisation vers des pays moins vertueux, sans aucun bénéfice environnemental. 

     Le bien et le mal, contrairement à ce que croient les étudiants qui « font grève pour le climat », c’est assez compliqué. Raison de plus pour mettre sur la table des petits chiffres et pas seulement des grands mots.

Publicités

10 réflexions au sujet de « La contribution de la taxe carbone au climat : dérisoire »

  1. Globalement d’accord sauf « Mais un prélèvement fiscal n’est pas véritablement un coût économique, parce qu’il augmente la dépense publique, qui est souvent utile (pas toujours, diront certains).  »
    Le multiplicateur keynesien est fortement remis en cause. Si l’augmentation des dépenses publiques est utile, alors les régimes socialistes existeraient toujours. LA problématique est l’UTILITé de la dépense publique.
    En France, peut-on dire qu’avec notre record mondial de prélèvements, notre situation économique et sociale est la meilleure du monde?…….
    Bref la taxe carbone, c’est une nouvelle chansonnette pour calmer l’oie que l’Etat plume! Rien de plus, jusqu’au jour où la France sera en défaut. Welcome in the new Vénuzuéla!

    Aimé par 1 personne

  2. Les modèles économiques utilisant l’élasticité sont en fait des modèles linéaires qui n’ont de chances d’être valables que dans un faible voisinage du point de référence et donc certainement pas dans le cas de changements majeurs de comportement. Le cas du moteur diesel est exemplaire : nos brillants cerveaux des finances n’ont sans doute pas anticipé une réaction brutale des consommateurs qui est dans le registre du tout ou rien plutôt que dans celui du petit ajustement selon une loi linéaire.
    Le point clef est dans la fin de votre texte : si un pays renchérit le prix de l’énergie, les industriels gros consommateurs vont fatalement se délocaliser dans des pays où cette ressource essentielle est moins chère.
    Et bien entendu qu’il y ait taxe ou non en France, cela ne changera rien pour l’atmosphère au niveau mondial.
    Dernier point pour ceux qui font confiance à des modèles linéaires. Si le stock atmosphérique ne croit que de la moitié de ce qu’on lui injecte c’est que les flux de perte sont approximativement linéaires en fonction des déséquilibres (taux actuel – taux préindustriel). Il suffit alors d’intégrer une équation différentielle ultra-élémentaire (un lycéen de terminale pouvait le faire autrefois, j’en doute aujourd’hui) pour trouver que l’on se dirige (si le taux d’émission plafonne) vers une asymptote selon une exponentielle décroissante

    Aimé par 1 personne

  3. voir avec :
    Le Parlement Européen [ Cette transcription n’est pas du mot à mot ] :
    « Nous, français, raisonnons en fonction du fonctionnement de l’Assemblée Nationale
    avec les différents partis bien séparés les uns des autres.
    Au niveau du Parlement Européen, ils fonctionnent sous forme de groupes.
    Et ça ce n’est pas suffisamment su. Pas suffisamment répété.

    La structure du Parlement Européen est différente. En fait
    c’est quasiment mensonger la façon dont ils nous vendent leur campagne électorale
    en faisant semblant, chacun des partis, d’être leader, d’apporter ses solutions,
    d’apporter ses signatures, d’apporter ses réformes. C’est quasiment mensonger,
    car une fois élu ils intègrent directement le groupe auquel appartient leur parti.
    Le Parlement Européen ne fonctionne pas par parti, mais par groupes de partis.
    Alors ils ne reviennent pas vers vous pour vous expliquer cela, vous qui les avez élus.
    Ils ne viennent pas vous dire ce qu’ils votent. En tout cas ils ne votent pas
    une fois qu’ils seront au Parlement Européen, en fonction de ce qu’ils vous promettent
    pendant la campagne électorale. Ils votent comme leur groupe vote.

    Dans le groupe dont fait parti LREM il y a un allié :ALDE … Donc,
    – commencez par leur demander à quel groupe ils appartiennent.
    – Commencez par leur demander qui d’autre fait parti de leur groupe.
    – Comment ils sont tous financés, et avec quels lobbyistes ils sont liés.
    – Demandez leur quels lois ils ont votés. Et quels lois ils ont refusés de voter
    au non de leur groupe au Parlement Européen.
    La réponse est édifiante !
    Voila comment est structuré le Parlement Européen.
    À l’avantage des sociétés qui payent les Partis. »
    -https://youtu.be/3RkUQc_mJpY?t=648-

    J'aime

  4. « Le véritable coût est dans les conséquences de la diminution de mobilité, de chauffage, ou d’activité », c’est la logique de la décroissance. Ce qui implique par ailleurs, moins de rentrées fiscales, une dette qui se creuse, sans compter un ras-le-bol des Français encore plus prononcé. Mais comme Rémy le souligne, nombreux sont ceux qui veulent quand même relancer la taxe carbone (De Rugy, Poirson…). Néanmoins, la majorité des députés LReM semble vraiment réticente à la relancer (ouf) https://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0600882628984-la-majorite-reticente-a-lidee-de-relancer-la-taxe-carbone-2251651.php

    J'aime

    • coucou,

      concilier décroissance , progrés et liberté, joli programme pour la jeunesse, non ?

      Une décroissance constructive, en quelque sorte. Expliquer que la pseudo loi de moore n’est pas que mercantile, mais aussi alimentée par notre soif de savoir grace a la puissance de calcul extraordinaire et en constante accéleration.
      Comment contoler cette exponentielle ?

      « feindre d’en être l’organisateur » disait le politique malin.

      existe il une incertitude sereine et rassurante pour le peuple?

      nous sommes à la pré-histoire des ce nouveaux outils.

      bonne journée

      stéphane

      J'aime

  5. Pensez aux enfants bon sang!
    A côté des articles « citoyens » qui nous vendent la petite suédoise, la nouvelle sainte Rita du climat, on trouve ce genre d’article

    https://www.lalibre.be/economie/conjoncture/les-etats-unis-comptent-bien-changer-la-donne-dans-le-business-mondial-du-petrole-5c8618ebd8ad5878f0f8249e

    on nous mentirait?
    j’ai lu aussi que la Norvège bannissait la voiture « fossile »… pendant qu’elle accorde le permis d’exploitation d’un nouveau gros gisement dans sa zone côtière.
    Par exemple ceci
    http://notrickszone.com/#sthash.GDnhH2AG.dpbs

    alors que d’autre part, on encourage nos têtes blondes à devenir pilote, car la trafic aérien pourrait doubler

    Encore plus rigolo
    les english ont été délesté de quelques milliards pour permettre à une de leur plus grosse centrale thermique,Drax, de bruler des pellets( venant principalement des USA, pas grave) « citoyens » qui devraient permettre d’être au moins neutres en carbone.
    Mais finalement, nos zinzins ont changé d’avis

    https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2019/03/12/european-lawsuit-threatens-drax-power-plant/

    The government has all the information it needs to end this fake green energy fiasco.

    Vous croyez que chez nous….?
    it challenges the treatment of forest biomass as a renewable fuel in the European Union’s 2018 revised Renewable Energy Directive (known as RED II).
    This may therefore affect future subsidy schemes for biomass operations across the EU.

    The note estimates that around half of renewable energy across the EU is generated from biomass-fired plants,
    la moitié de la production renouvelable viendrait de la biomasse?

    Que voilà un jugement qui va nous couter encore une fois un bras, si la justice confirme la demande
    Qui fera un jour le compte de l’argent cramé dans les lubies des zinzins verts?
    Et qui mettra un jour fin à leurs méfaits?

    Aimé par 1 personne

  6. Allons voyons, puisqu’on vous dit que le montant de ladite taxe sera redistribuée aux plus pauvres… soit à terme un peu tout le monde. ..
    TAKACROIRE comme dirait un de nos grands politiques…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s