Umberto Eco (1932-2016)

En hommage au grand écrivain décédé hier, Bernard Pivot a twitté ce matin qu' »À Umberto Eco on donnait un mot et ce mot faisait aussitôt lever dans son esprit 2 souvenirs, 3 histoires et 4 réflexions. » L’inverse est tout aussi vrai : les mots d’Eco sont un incomparable dopant intellectuel.

J’ai découvert Eco à la fin des années 90. C’est la lecture de L’Île du jour d’avant et de L’Œuvre ouverte qui m’a tiré des torpeurs de la vie militaire. (Eh oui, j’ai fait le service national.) Parmi ses romans que je préfère, il y a Le Cimetière de Prague, que j’ai acheté juste au moment de partir en colloque dans cette ville, en me disant qu’il me servirait indirectement de guide. En fait, l’essentiel de l’action se déroule à Paris… Ça ne m’a certes pas empêché de dévorer le livre pendant le trajet, et de le fini avant même d’arriver à l’hôtel. Coïncidence : l’université où se déroulait ce colloque se trouve juste à côté du cimetière désigné par le titre, j’ai donc eu la chance de pouvoir prendre en photo ce lieu fort étrange.

Prague Cemetery ©Benoît Rittaud.JPG

Le roman le plus fabuleux qu’Eco a écrit me semble Le Pendule de Foucault. Entre mille autres choses, il mène une réflexion sur les errements de la surinterprétation et des théories du complot. Une trouvaille est cette double maison d’édition Garamont/Manuzio. Les éditions Garamont sont sérieuses et ne publient que des œuvres qui en valent la peine, renvoyant aux éditions Manuzio, qui les jouxtent et dont chacun ignore qu’elles sont liées aux premières, les mauvais écrivains qui se croient dignes d’un éditeur prestigieux. Garamont perd de l’argent, mais grâce à Manuzio et ses contrats d’auteurs léonins obtenus en flattant les faux talents aussi bien que les naïfs découvreurs de complots, l’ensemble est une affaire qui tourne. (Signalons en passant, dans un genre voisin, l’amusant Première ligne de Jean-Marie Laclavetine, avec ses « auteurs anonymes » et sans génie qui tentent de se libérer de leur dépendance à l’écriture.)

Le Pendule de Foucault place une partie de son action au Conservatoire national des arts et métiers de Paris (CNAM). Il y a quelques années, à la réouverture du CNAM après plusieurs années de travaux de rénovation, ce roman était sur toutes les lèvres. Bien qu’ayant alors la chance de faire partie des happy fews autorisés à visiter le nouveau CNAM en avant-première (envoyé par le magazine Tangente), je regrettais presque cette rénovation qui rendait obsolète la description d’Eco. La visite était splendide, mais arrivait trop tard. Le guide m’avait précisé que la description du livre était très fidèle, une petite tricherie mise à part – une ouverture imaginaire.

Le décès d’Umberto Eco aura eu le même effet sur moi que la lecture de ses romans : un besoin irrépressible d’écrire. À ce sujet, c’est encore à Eco que je dois cette perpétuelle et saine inquiétude : se demander à chaque nouveau texte si celui-ci est, au fond, digne de Garamont ou de Manuzio.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Umberto Eco (1932-2016) »

  1. Umberto Eco a aussi écrit un livre sur les langues artificielles et a conclu qu’elles étaient impossibles, ce que je ne crois pas, l’ordinateur et internet étant tjrs là quand on écrit ou lit,
    comme quand le Français a été diffusé dans toute l’Europe grâce aux règles fixées par l’académie, la cour servant de référence, et les milliers de grammairiens français (la France était aussi peuplée que l’ensemble de l’Europe, hors Russie) prêts à faire le professeur chez les princes et les riches d’Europe.
    L’ordinateur et les programmes interactifs ad hoc (qui restent à écrire) permettront l’émergence d’une interlangue, que tout le monde apprendra par un glissement progressif à partir de sa langue maternelle, et qui sera automatiquement traduisible dans une autre, ce que ne peut être l’anglais courant avec toutes ses variantes évolutives, ses défauts et ses mauvais locuteurs , et donc qui se diffusera en un éclaire comme une nouvelle app de messagerie ou de photo. 🙂

    J'aime

  2. Coucou,

    Univers infini, incommensurable, des signes, des lettres, du sens et du non sens, et moi minuscule dans ma caverne devant cet ebouissant enchevetrement complexe d’idées d’erudit ironique .
    des reminiscences joyeuses.

    le pendule se balance, la terre tourne, les ondes gravitent la -bas au loin loin, la terre se rechauffe et, j’ai appris ce we que les hommes allumaient du feu en tapant sur de la marcassite enflammant de l’amadou, il y a 20000 ans avec des températures siberiennes; extraordinaire d’inventivité !

    Bonne journée

    Stéphane

    J'aime

  3. Ping : Umberto Eco, un stimulant intellectuel | Contrepoints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s