EXPRESSION LIBRE

On entend partout ces temps-ci, en boucle, et particulièrement dans les milieux politiques et journalistiques parler de l’esprit des lumières et de la liberté d’expression. C’est une ritournelle bien-pensante qui cache en fait beaucoup de renoncements, d’anathèmes cachés voire de mensonges car il ne suffit pas de vouloir la liberté d’expression, encore faut-il que ceux qui sont chargés de diffuser les avis exprimés permettent cette liberté. Or on constate tous les jours que les choix éditoriaux, les allocutions politiques, engendrent une sélection des informations, une répétition matraquante ou une présentation dévoyée qui confine à la négation des opinions contraires vite déconsidérées ou simplement mises au rencart, inexprimées.

Voltaire, très à la mode, justement pour son traité sur la tolérance, voit lui aussi son message dévoyé, tronqué par la simplification qui en est faite. Il ne s’agissait pas en effet pour lui de seulement s’assurer que chacun puisse s’exprimer, mais, plus encore, de se battre pour que cette expression puisse être entendue.

Nos journalistes qui pleurent sur la liberté de la presse ont-ils cette volonté de se battre pour que les opinions qu’ils ne partagent pas soient exprimées dans leurs colonnes ?  L’expérience prouve que non, soucieux qu’ils sont de rester dans le moule idéologique majoritaire convenu, celui qui ne heurtera pas leurs lecteurs ou leurs financeurs. Mettre sous le boisseau leurs contradicteurs leur permet, sans s’exposer, de les faire disparaître de la scène médiatique et du débat public. L’expression est libre mais non publiée !

La France est désormais 34ème pour la liberté de la presse derrière des pays comme le Ghana… Il y a donc un véritable problème dans la recherche et la diffusion des opinions et partant de la vérité.

Que cherche donc la liberté d’expression sinon d’atteindre la vérité, faire la lumière ?

Alors j’entends bien sûr la remarque : « Mais de quoi vous plaignez vous alors que nous sommes dans le pays des droits de l’homme que peu de pays reconnaissent ?» Certes, et les menaces physiques du terrorisme lié à l’Islam qui conduisent à l’auto censure sont au-delà de ce que l’on peut supporter. Mais il existe dans notre beau pays ce terrorisme intellectuel mené par une frange idéologiquement moralisatrise qui condamne aussi à l’extinction les voix discordantes par un équivalent d’auto censure.

Comment interpréter par exemple la menace récente de Benoît Hamon annonçant que Vincent Bolloré aura des comptes à rendre pour avoir développé sa chaîne CNews dont la ligne éditoriale ne lui convient pas, si ce n’est une atteinte à la liberté d’expression ?

LLiana Cicurel qui se prétend spécialiste de la liberté d’expression s’est ainsi laissée aller à une diatribe qui ne laisse aucun doute sur ses intentions de censure à l’encontre du documentaire «Hold up». On voit bien dans cet exemple qui dénonce les failles et les mensonges de la guerre sanitaire, cachant l’indigence de moyens derrière l’affirmation du pouvoir médical et l’utilisation de la peur, que les voix qui les dénoncent  sont vouées, pour les faire taire, aux gémonies du complotisme .Nous vivons dans une société soumise à l’injonction morale appliquée à la « mal pensance ».  

Aller vers la vérité demande souvent de penser contre soi-même et de bien définir le sujet en cause sans le noyer dans la langue de bois et la diversion. Reconnaître cette vérité exprimée devient alors l’enjeu. Or penser contre soi-même pour un homme politique, comme pour un journaliste, c’est en général se dédire face aux faits, « manger son chapeau », ce qu’ils ne sont pas prêts à faire pour ne pas se priver d’électeurs ou des lecteurs. Ils préfèrent aller au bout d’une logique dont les conséquences peuvent être catastrophiques contrairement aux bonnes intentions annoncées mais irréalistes. Nous avons ainsi comme exemple frappant la persistance coupable dans l’énergie « verte ». Quelques voix s’élèvent bien pour démontrer chiffres à l’appui que cette évolution est nocive, mais, que vaut cette liberté d’expression minimale, arrachée à contre cœur aux médias, si elle n’est pas reconnue et suivie des faits. 

Cette liberté n’est alors publiée que dans le désert de l’opinion manipulée. C’est-à-dire qu’elle n’existe pas. Il faudra crier plus fort.

La liberté d’expression est née au siècle des Lumières, mais la lumière peut s’éteindre de différentes manières.

22 réflexions au sujet de « EXPRESSION LIBRE »

  1. Bravo et merci.l’utilisation de mots valise/repoussoir est devenu, depuis plusieurs années le critère pour juger d’un événement ou d’un produit;
    On connaissait déjà « nucléaire » ou « OGM » par exemple. Le mot « islamophobe » commence une belle et sans doute longue carrière. Le mot « complot » est encore plus fort pour clore « définitivement » le débat (même si le docu Hold Up n’est pas exempt, loin de là d’exagérations, de raccourcis, d’erreurs et de contre vérités ).
    Perso ce qui m’interpelle le plus (comme on disait naguère), ce n’est pas la recherche de la « vérité », mais QUI parle ou écrit, pour pouvoir le qualifier de complotiste, menteur, etc.
    Et cela, bien entendu « des deux côtés ».
    Autre point, on peut, et doit, AMHA ,être pour la liberté d’expression, sans que l’on soit « socialement » obligé, par exemple de trouver drôles ou anodines certaines caricatures, certains sketches, certaines répartie, qu’elles viennent de Charlie, d’autres médias voire même des réseaux sociaux;
    Oui, on peut (rire) débattre de tout… mais pas avec tout le monde.

    J'aime

  2. 201120 lgs : Bravo Philippe … reste à trouver des solutions qui aient des business models non dépendants des annonceurs, des gouvernants et des groupes qui crient fort et éteignent les prudents. Pour moi, comme pour bcp de sujets, le point de départ serait le chèque (donc financé par l’impôt) information du citoyen dépensable de façon la plus facile (idées disponibles) , la fin des médias propriétés d’autres que les lecteurs , avec des pénalités (en points en name-shame et en argent) pour les médias tricheurs-fakeurs (donc leurs équipes) distribuées par un office de sages (se cooptant par votes secrets et totalement indépendants et surveillés) agissant soit de leur initiative-moyens soit sur « plaintes » de lecteurs notés selon leurs scores de signalements fakes validés par les équipes variables (augmentées si les fakes augmentent avec diminution des chèques, notamment des lecteurs payant les fakeurs) de l’office… Des index de qualité seraient produits , notamment par sondages aléatoires des lecteurs sur des textes-infos qui leurs seraient soumis… ça marche pour les livreurs amazon qui pulvérisent les fonctionnaires des Postes prétendument services publics.

    J'aime

  3. C’est à mon sens le problème le plus grave de cette époque épique. Le formatage de l’opinion par les journagandistes patentés (et largement subventionnés), l’absence d’esprit critique par le nivellement à l’étiage de l’instruction publique, la retape aux voies électorales : ces trois phénomènes intriqués nous mènent droit à un changement de paradigmes anthropologiques épouvantable.

    J'aime

    • S’il n’y avait que les journaleux pour pratiquer la propagande, ce serait moindre mal. Mais il y a les institutions qui s’y collent, les politiques…

      Une propagande n’est pas toxique tant qu’elle peut-être critiquée dans une société ou la variété des expressions est considérée comme une richesse.
      Est-ce vraiment le cas ?

      Aimé par 1 personne

      • Ce n’est bien sûr plus le cas.
        J’hésite à hiérarchiser les plus grands dangers : retape électorale, propagande journagandiste, Instruction publique calamiteuse ? Je pense que les trois s’entraînent et s’entremêlent par synergie.

        J'aime

  4. @Murps
    qui a écrit
    «  » » »S’il n’y avait que les journaleux pour pratiquer la propagande, ce serait moindre mal. Mais il y a les institutions qui s’y collent, les politiques… » » » » »
    Les instigateurs , ce sont les politiques , les institutions qui s’y collent se collent à tout , ce sont des méduses , et les journaleux qui nous racontent cela ne sont que des gens sans opinions , dont le seul but est la paye du fin de mois ; jamais je n’aurais pu assister à un journal de rédaction sans me faire virer de la direction

    J'aime

    • «  » » » » » » » » » »sans me faire virer de la direction » » » » » » » » » »
      Vous avez bien corrigé , c’est viré «  » » » »par «  » » » »la direction

      J'aime

  5. Bonjour à tous, magnifique billet de Philippe qui manie le verbe avec une poigne de fer, mais dans un gant de velours. Nous allons nous habituer ! Pour compléter le propos de Fritz, il faut ajouter qu’au dessus du politique il y a les mondialistes (Bilderberg, Davos, la trilatérale) qu’il ne faut surtout pas oublier et hélas peu souvent désignés . C’est une chaine de commandement ou personne ne donne vraiment des ordres, mais chacun sait parfaitement ce qu’il doit faire ou plutôt ce qu’il ne doit pas faire. Si un maillon dérape un peu il est rappelé à l’ordre, s’il dérapage de nouveau il est éliminé du grand jeu et « privé de télé » à jamais. Ce qui me surprend le plus et m’inquiète, c’est le stéréotype de la jeunesse, à de rare exception, ils sont le clone de la pensée unique. Les mondialistes seraient en passe de gagner la bataille contre les civilisations, gageons que non, les modes ça va et ça vient. Toutes les générations ont eu leur croyance, celle actuelle est préoccupée par un gaz rare présent à 0,04 % dans l’air… Bien à vous. JR

    J'aime

  6. « La liberté d’expression est née au siècle des Lumières »

    Ben tiens donc. Adieu Socrate, sophistes, Ciceron, S Thomas…
    Le même qui chouine parce qu’on a cherché a tout déconstruire, libérer – expression comprise – en 68. Il y a décidément des lumières aveuglantes, tellement qu’elles confinent Ouioui au pays des jouets.

    2 conseils :
    1 – Franchement, éduquez-vous plutôt que d’infliger ce genre de slogan inepte. La liberté est toujours liée a l’expression d’une relation vitale, donc une dépendance. La liberté c’est la responsabilité, la responsabilité c’est répondre, répondre c’est épouser, spondere : « promettre solennellement « . Vous avez deux type de lumières : celle qui éblouie : lucens, et celle qui blesse : redarguens. Vos « lumières » sont essentiellement performatives.

    2 – En conséquence : épargnez-vous les conclusions, surtout les plus péremptoires, laissez votre texte en suspens, les lecteurs feront le reste. A quoi bon commencer par une ritournelle pour conclure dessus.

    J'aime

      • Ahahahahaha très drôle votre remarque, et toujours dans la posture professorale.
        Vous êtes Belge une fois ? la vidéo ne passe pas pour les Français…
        Bon, je blaguais, vous aviez compris. Ce serait plus sympa de présenter gentiment vos remarques, mais vous faites comme vous voulez.
        D’un autre coté, le consensus perpétuel dans les messages, c’est lassant, il est bon aussi d’avoir un peu d’occasions de se fritter ; mais comme vous n’en faites pas assez dans la provoc’, et êtes trop dans la civilité, vous ne donnez pas d’aspérités pour que l’on vous saute à la gorge.

        Les échanges sur un forum, c’est formidable : on peut écrire à peu près tout ce qu’on veut, ça sera toujours vrai. Philippe évoque sans doute les Lumières comme moment de la mise en en forme juridique de cette liberté d’expression, donc il n’a pas plus tort que vous n’avez raison.

        À part ça, vous en avez d’autres à nous raconter ?

        J'aime

  7. Aujourd’hui, internet reste peu censuré même si Facebook et Youtube commencent à s’y mettre massivement. De sorte que le lecteur volontaire a tout sous les yeux, il lui suffit de les ouvrir, tâche difficile et parfois insurmontable. Car voici la principale censure: l’autocensure. Craignant l’exclusion par le groupe, l’homme rangé repousse de toutes ses forces les informations contraires aux injonctions du pouvoir. Pourtant, il aura été informé avec précision, jusque dans les détails, des trois dernières grandes impostures: l’imposture de la menace islamiste avec les travaux de Thierry Meyssan et de nombreux autres, l’imposture climatique avec les travaux notamment de la joyeuse « bande à Rittaud », aujourd’hui l’ultra-violente imposture covidique avec les lanceurs d’alerte que sont Ema Krusi, Jean-Jacques Crèvecœur, Louis Fouché, Jean-Dominique Michel, Thana TV, Paul Cassia, Martine Wonner, Alexandra Henrion-Caude, Christian Perronne, Jean-François Toussaint, Profession-gendarme (le site), Bernard Fourtillan, Eric Forile, Rémy Daillet-Wiedemann.
    Aujourd’hui nous sommes en guerre. Il ne s’agit nullement d’une crise sanitaire. Pour résister puis combattre, encore faut-il admettre que de puissants ennemis nous ont attaqués gravement pour dérober notre santé et nos libertés et rétablir une forme d’esclavage dans une bonne partie du monde occidental.
    En haute-montagne, c’est le premier pas qui est le plus coûteux; on nomme cela par plaisanterie le « mal des rimayes ». Ici, la première difficulté est d’oser lire et entendre les références que je viens d’énumérer. Tout est là, expliqué clairement, sur la table, venant confirmer les projets non secrets des Bill Gates et autres Jacques Attali (« Avancer par peur », L’Express, 6/05/2009). Balayer tout d’un revers de main avec un grand éclat de rire moqueur serait commettre un acte d’auto-censure criminel contre vous-même.

    J'aime

    •  » l’imposture de la menace islamiste avec les travaux de Thierry Meyssan  » ???
      Alors là, chapeau. Le héros de l’antisémitisme décomplexé et de la dieudosoralie réfugié à Damas.
      Voilà près de quinze ans que le Français Thierry Meyssan récite son credo: les Etats-Unis, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (Otan) et Israël mènent un complot à l’échelle mondiale pour asservir les pays « non alignés » – Syrie, Iran et Venezuela en tête. Pour tenter de le démontrer, tous les moyens sont bons. Plus c’est gros, plus ça passe. En 2002, Thierry Meyssan lance un bobard ahurissant: dans son livre L’Effroyable Imposture, il affirme que les attentats du 11 septembre 2001 sont en réalité une manipulation d' »une faction du complexe militaroindustriel américain ». Selon lui, aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone ce jour-là. Cette thèse absurde rencontre aussitôt un écho international. https://www.lexpress.fr/actualite/societe/conspirationnisme-thierry-meyssan-le-maitre-a-fausser_1672294.html

      Avec de telles références, on voit tout de suite qui vous êtes. Associer la  » joyeuse bande à Rittaud  » à ce ramassis de conneries est insultant pour l’intelligence et la raison.

      J'aime

      • Bonjour Dov. Ne vous sentez pas attaqué par mon post car vous ne l’êtes pas. Je pense qu’il y a deux manières de séparer les juifs de la population générale et qu’elles sont toutes les deux nocives. La première est d’accuser malhonnêtement les juifs d’être à l’origine d’un complot mondial ou de tirer les ficelles de l’histoire. C’est absurde et je ne partage pas du tout cette vision du monde. La seconde est de faire croire aux juifs que l’antisémitisme est le danger numéro un de façon qu’ils se séparent eux-mêmes du reste de la population. Cette seconde façon a été très bien décrite par Victor Malka, animateur chaleureux et regretté de l’émission « Ecoute Israël », dans son formidable « Avons-nous assez divagué… Lettre à mes amis musulmans » (Albin Michel, 2006), dans le Maroc des années cinquante.
        Non, cher Dov, « on ne voit pas tout de suite qui je suis ». Le monde n’est pas manichéen. Les références que j’ai données ne signifient pas que je sois d’accord avec tout ce qui y est dit. Si vous vous trouviez en danger, vous et votre famille, vous pourriez trouver refuge chez moi en toute amitié et sécurité. « Les hommes de Davos » comme les nomme Charles Gave, ou « la poignée de « psychopathes milliardaires » comme les appelle Jean-Jacques Crèvecœur , sont nos ennemis communs.

        J'aime

      • Je ne me sens pas attaqué par votre post. Vous ne répondez pas sur le fond, à savoir les inepties/abjections du sieur Meyssan.
        Je ne discute pas plus avant avec un de ses suppôts.
        Roger.

        J'aime

      • Essayons de nous définir nous-mêmes sans qualifier l’autre (parler sur l’autre, la fameuse relation klaxon de Jacques Salomé). Je ne suis le suppôt de personne et je vous ai entendu. Concernant le 11 septembre, même Donald Trump ne croit pas à la version officielle des événements, ce qui ne signifie pas qu’il faille accuser Israël. Dans l’histoire récente, deux peuples ont été particulièrement manipulés: les arabes et les juifs. Ils ne tirent pas les ficelles. Amicalement.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s