URGENT : rapport de l’ACR sur l’après-covid-19

À consulter, commenter, faire circuler et diffuser partout !

Communiqué de l’Association des Climato-Réalistes

Paris, 8 mai 2020 — À la veille du début du déconfinement français et dans le contexte très dégradé qui fait suite à l’épidémie de coronavirus, l’Association des Climato-Réalistes publie son rapport « Pour une politique environnementale rationnelle dans le contexte de l’après-covid-19 ».
Rassemblant les contributions de spécialistes reconnus des questions environnementales et économiques, il a vocation à faire connaître un point de vue réaliste et lucide sur les mesures indispensables à prendre à l’échelle française et européenne pour notre économie, notre industrie et notre énergie. Ce rapport en libre accès tire également de l’expérience du confinement des éléments d’appréciation importants sur l’évolution des indicateurs de pollution et de teneur atmosphérique en CO2, confirmant une fois de plus le caractère trompeur des discours médiatiques dominants sur ces sujets.
Accéder au rapport

Association des Climato-Réalistes :
Mail : contact@climato-realistes.fr
Site internet : climato-realistes.fr
Facebook : associationdesclimatorealistes

Publicité

22 réflexions au sujet de « URGENT : rapport de l’ACR sur l’après-covid-19 »

  1. Très bon. Les points saillants de mon point de vue: a) la mise en perspective des coûts C19 par rapport à ceux de la transition énergétique et b) l’effet négatif sur la pollution d’une chute te 83% de la circulation à Paris. Bien sûr il y a bien d’autres pépites… Je souhaite à ce rapport les retombées médiatiques qu’il mérite!

    J’aime

  2. « Le vélo n’est pas subventionné financièrement,  » Il me semble que certaines communes comme Paris ou Lyon ont proposé quelques centaines d’euros pour acheter des vélos électriques.

    J’aime

  3. Très bien mais le chapitre de F. Gervais, bien que très documenté, est illisible pour un non scientifique. Il risque de faire capoter l’objectif du rapport.
    Un « abstract » (1/2 page) en début de rapport donnant l’essentiel des conclusions de chaque intervention serait bienvenu pour démarrer une communication auprès des amis et connaissances, qui pourraient alors piocher dans le texte selon leurs centres d’intérêt.

    J’aime

    • je soutiens cette proposition de résumés pour ne pas décourager le lecteur que l’on aura réussi à capter
      Sinon c’est excellent comme mise au point. Souhaitons lui un grand succés et mettons y tous les moyens

      J’aime

    • Je suis d’accord qu’un hors d’œuvre serait utile pour donner au lecteur l’envie d’attaquer les différentes analyses. Sinon chacun des textes est parfaitement clair et lisible. Ce texte, trop raisonnable, risque de passer inaperçu dans le déferlement général des proclamations de tous les groupes de pression qui prétendent que leur idéologie seule pourra sauver le monde.
      Plusieurs de mes tentatives de signaler cette initiative ont été censurées. Sans doute m’y suis-je mal pris, à contretemps, hors sujet,

      J’aime

      • Nous sommes dans une société de l’image, de la com, du happening et du scandale. Il est difficile pour un discours faisant appel à la raison de se faire entendre. Et nous ne sommes pas armés d’activistes à scandale…

        J’aime

  4. Le fond est très bien, félicitations!
    Mais pour la forme, un bête détail technique:
    Soit à cause la police utilisée , soit d’autres détails de formatage/ engraissement ou autre, mais le texte est peu lisible.
    La personne qui dispose de l’original devrait procéder à des réglages (police arial?) et mettre en ligne une texte plus lisible. Et ceci n’est peut être pas un détail dans la diffusion et surtout la lecture …

    J’aime

  5. J’ai envoyé le rapport à 56 de mes correspondants !
    Ils ne sont pas tous climato-realistes. Mais s’ils prennent la peine de le lire, ils se convertiront peut-être au Réalisme, qu’ils soient climatique ou autre !
    Climaticovidement vôtre. JEAN

    J’aime

  6. ce n’est pas pour faire le fayot, mais sauf à ce que certains lecteurs de ce blog aient atteint un âge à trois chiffres, je ne vois pas de problème avec la police (pas celle qui peut encore nous demander notre Ausweis d’ici dimanche, la police du texte…). Quant à l’article de François Gervais, on peut en être comme moi resté à la physique de terminale et le comprendre…
    effectivement, sur la forme, ça ne ressemble pas à un rapport sur papier glacé de l’Institut Montaigne… mais ça ne peut surprendre que ceux qui à force de lire Stéphane Foucard dans le journal de référence vous croient arrosés de subventions des industries fossiles…
    bravo pour ce bel ensemble, solide et argumenté… faudrait juste, les gars, veiller à la parité… aucune femme parmi les auteurs… de nos jours, ça passe mal… bon, il n’y a pas de Judith Curry française
    mention spéciale à la proposition de Le Floch-Prigent de renoncer à fermer Fessenheim que j’adore… tellement économiquement raisonnable, tellement politiquement irréaliste… tout le problème de notre temps…

    J’aime

    • Pour Fessenheim je ne suis pas d’accord. Même EDF ne voudrait pas revenir en arrière. Depuis le temps que la fermeture est décidée, l’entreprise a pris ses dispositions (départs en retraite non remplacés, salariés recasés,…) et elle ne va pas tout reprendre à l’inverse. Elle doit plutôt se concentrer sur la mise en service de l’EPR de Flamanville.
      LFP aurait pu se passer d’évoquer ce sujet.

      J’aime

  7. en même temps…

    les gens qui sont au « conseil de guerre » sont ceux qui nous ont fait cette remarquable démonstration de leur savoir faire avec les masques, n’imaginez pas un seul instant que cette clique ait ne fusse qu’un court instant un éclaire de lucidité, ils sont complètement hors sol, n’ont pas la moindre idée de ce qu’est l’économie,.
    Tout ce qui est dans ce document est parfaitement étayé, vérifiable, connu depuis des années, cette catastrophe économique aurait pu être l’occasion de revenir aux fondamentaux,il n’y a strictement aucune chance que cela se produise plus maintenant qu’hier.
    Que Bebette signe le protocole de la transitude en pleine crise sanitaire est malheureusement la démonstration que ces gens sont soit idiots, soit ont d’autres agendas
    Mais vous savez, on peut vivre pauvre, certes moins longtemps, mais comme de toute façon, vire pauvre a peu d’attraits….

    Aimé par 1 personne

  8. Excellent
    Je n’ai pas encore tout lu
    Lu l’excellent chapitre de Monsieur Bernier très bien documenté et argumenté et survolé les autres
    D’accord avec les avis sur l’intérêt d’un résumé
    Sinon point le plus important à mon avis je pense qu’il manque aussi un chapitre sur l’agriculture au cœur des débats avant pendant et après le confinement ( pollution particules fines , autonomie alimentaire, consommer local , bio, épandages de produits phytosanitaires et abeilles ou ZNT riverains…)
    Serait ce donc que vous n’ayez trouvé personne pour prendre la plume ?
    Je n’ose croire que ce serait un oubli de votre part
    Parmi les membres de l’association ou précédents intervenants ou encore auteurs de blogs dédiés à l’agriculture qui sympathisent avec mythes et mancies je pense que les prétendants ne devraient pas manquer
    Peut-être même que vous auriez pu solliciter Madame Brunel sous réserve qu’elle accepte ?
    Et vous auriez fait d’une pierre deux coups !

    Aimé par 1 personne

  9. à lire ce rapport et notamment le texte de Samuele Furfari, je réalise à quel point cette crise sanitaire, ou du moins les réactions probablement démesurées qu’elle a suscitées, va être providentielle pour les gouvernements européens… Avec leurs engagements climatiques délirants de neutralité carbone en 2050, ils s’étaient mis dans une impasse qui impliquait de demander aux populations des sacrifices impossibles…
    avec cette crise, deux solutions :
    – hypothèse optimiste, préconisée par le rapport, ils se rendent compte que leur Plan vert est encore moins finançable qu’avant, et y renoncent
    – hypothèse pessimiste, mais peut-être plus réaliste, ils s’appuient sur tout ce qui a été mis en place pendant deux mois pour imposer des sacrifices bien plus durables aux populations, avec des restrictions autoritaires de mobilité, de consommation, etc. Vous avez aimé les autorisations de sortie dérogatoires sanitaires, vous allez aimer les autorisations dérogatoires pour sauver la planète…Les contrevenants seront, comme aujourd’hui, jetés à la vindicte publique : « vous avez vu, ils ont osé aller en vacances aux Maldives plutôt qu’à Dives-sur-Mer ! », « vous avez vu, ils achètent des ananas qui ont voyagé par avion ! », « vous avez vu, ils utilisent leur clim ! ». Il y aura certes un gros problème économique, avec d’innombrables entreprises ou branches entières qui s’écrouleront, mais c’est plus facile de le faire à partir d’une économie déjà dévastée… et il se trouvera assez de bonnes volontés pour aller pour des salaires de misère assurer des livraisons en circuits courts à vélo, arracher l’herbe sur les rails de la SNCF après l’abandon du glyphosate, voire même pédaler pour produire de l’électricité, comme on nous le propose déjà dans les gares pour recharger son smartphone ! Comme disent les écolos, plein de gisements d’emplois merveilleusement épanouissants…

    Aimé par 1 personne

  10. Présenter le Covid-19 comme un principe de réalité devant rendre évidente l’extravagance de la politique environnementale, me semble grandement téméraire. C’est refuser d’entendre que la crise économique qui se dessine est une situation volontairement et artificiellement fabriquée par des décideurs publics, qui ont instrumentalisé politiquement une épidémie d’infection respiratoire banale en en faisant un impérieux objet de santé public, plutôt que laisser agir efficacement et librement , comme cela s’était toujours pratiqué, le corps médical. En conséquence, on ne voit pas que le Covid-19 n’est que le moyen rapide d’instaurer la société de contrôle que se proposait d’obtenir plus lentement le réchauffisme carbocentré. De sorte qu’invoquer le premier pour stopper le second apparaît comme un contre-sens qui révèle la grande absente du rapport, à savoir la Liberté.
    Je ne sais si un juriste amoureux de la liberté, comme par exemple François Sureau, Paul Cassia, ou un autre, oserait se joindre à une joyeuse bande de malfaiteurs climato-sceptiques, mais cela vaudrait peut-être le coup d’essayer, afin d’apporter un nouvel éclairage sur la réalité totalitaire de cette société du futur qu’épidémiologistes, hygiénistes, écologistes, européistes et mondialistes, tous ensemble, se proposent de nous imposer.

    J’aime

  11. Bravo ! Le rapport des climato-réalistes est cité aujourd’hui dans un article des Echos: « « Il convient d’assurer avant tout notre autonomie pour ce qui est des matières stratégiques[…] quitte à ouvrir de nouvelles ressources minières », estime ce scientifique dans une contribution au rapport (« Pour une politique environnementale rationnelle dans le contexte de l’après-Covid-19 ») que vient de publier l’Association des climato-réalistes ».
    C’est un peu court mais c’est une première, de mémoire de lecteur des Echos, titre dans lequel on trouve relativement peu (mais encore beaucoup trop à mon goût) d’âneries écologistes et carbonora-centristes.
    Courage à tous.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s