Pétition l’Affaire du siècle : La mystification démocratique

Si l’on en croit les médias et Wikipédia, la pétition l’Affaire du siècle est, toujours à ce jour et sans l’ombre d’un doute dans leurs articles, la pétition record en France avec plus de 2,1 millions de signataires. Alors que dans notre précédent article, nous avions montré que la méthode pétitionnaire soulevait, plus que pour les autres pétitions records, d’énormes problèmes méthodologiques et déontologiques, nous nous attendions à voir dans les semaines qui suivaient notre critique quelques articles de fact-checking de la presse à ce sujet, notamment vu l’empressement du gouvernement à reprendre les résultats de cette pétition pour justifier sa politique climatique coercitive et les dizaines de milliards d’€ engagés chaque année avec les impôts et les taxes des Français.

Cette réponse des journalistes fact-checkers ne fut pas apportée, malgré nos relances sur Twitter restées sans réponse, les records des statistiques de visite de cet article sur ce blog et un bon buzz sur Contrepoints et les réseaux sociaux autour de notre critique. Seul un code source a été mis en ligne par un développeur anonyme, pour prouver qu’il était facile de gonfler artificiellement cette pétition depuis l’extérieur, jusqu’à ce que Alexis Chailloux, responsable des activités numériques pour Greenpeace, se décide enfin à mettre en place une disposition pour colmater cette faille (un simple captcha) dans les dernières centaines de milliers de signataires.

S’il était logique de ne pas pouvoir se fier aux seuls chiffres de Greenpeace compte tenu de la technique utilisée pour établir ce record, dans le présent article, nous allons essayer de comprendre où se trouve le buzz de ces plus de 2 millions de signataires revendiqués, non seulement sur internet mais aussi dans la vie réelle à travers des formes classiques de l’engagement militant. Lire la suite

Publicités