Un nouveau soutien inattendu

Je l’évoquais l’autre jour : ma tribune dans le FigaroVox (qui a fait hurler si fort les climato-bien-pensants qu’ils en ont oublié de présenter des arguments de fond) était dans la ligne de la Commission européenne, pour ce qui est de l’aspect « adaptation aux changements climatiques ». Un autre soutien inattendu, arrivé la semaine dernière, porte sur l’inutilité qu’il y a à continuer l’expertise du GIEC. Avant de cliquer sur « lire la suite », essayer donc d’imaginer qui a bien pu écrire les phrases ci-dessous :

(…) plus de trois décennies après sa création, (…), il est peut-être temps de se demander si le célèbre groupes d’experts sert encore à quelque chose.
Et, aussi iconoclaste que cela puisse sembler, il est même possible de se demander si son existence et son activité ne deviennent pas, à terme, contre-productives.
Le GIEC inscrit son travail dans un cycle sans fin. Aussitôt le sixième rapport rendu, le septième est mis en chantier. Un huitième lui succédera, et ainsi de suite. L’expertise apparaît ainsi toujours inachevée, comme si elle était sans cesse à parfaire, à jamais insuffisante.

Je vous le dis : vous allez avoir du mal à y croire.

Lire la suite

Samuel Furfari sur la cancel culture climatique à l’ULB

Retour sur la bien triste affaire d’éviction de l’université libre de Bruxelles de mon ami Samuel Furfari, dont il a été question ici.

par Samuel Furfari

Chers collègues,         
Chers amis,     
Mesdames et Messieurs,

Après une longue période d’attente et de réflexion, je reviens sur nos échanges du mois d’octobre/novembre dernier lorsque j’ai fait l’objet d’une attaque médiatisée de la part de certains étudiants à l’Université Libre de Bruxelles.

Lire la suite

Geocratia

Pincement de stress au moment de vous annoncer la sortie de mon nouveau livre, Geocratia, qui paraît aux éditions du Toucan (358 pages, 10 €, c’est un vrai effort de l’éditeur sur le prix). Il y est question de climat, d’écologisme, de science et de politique environnementale, dans un futur proche qui n’est peut-être pas si imaginaire.

Il s’agit d’un roman, non d’un cours de climato-réalisme habillé de personnages. Les compliments que j’aimerais entendre feraient la comparaison avec le fameux État d’urgence de Michael Crichton (unique thriller climato-réaliste déjà publié) et, dans un autre registre, Soumission de Michel Houellebecq, pour son côté séisme politique dans un futur proche.

Lire la suite

« Urgence climatique » : de l’influence et de la manipulation des masses

Par Igor Bokanovski (nom d'emprunt d'un journaliste et essayiste, préférant garder l'anonymat ; nom pris en référence au "Meilleur des mondes" d'Aldous Huxley). 
Dans son dernier livre « Internet : une plongée dans le Web de l’influence », il s'empare notamment de la problématique des sciences du climat au regard de la propagande et de la polarisation des opinions. 

La propagande est une arme ancienne, utilisée par les pouvoirs politiques pour discipliner leurs populations au gré de leurs besoins, créer un degré d’acceptabilité sociale suffisant pour activer les changements nécessaires à la poursuite de leur intérêts. C’est ainsi que plusieurs guerres ont été menées avec l’assentiment des foules au XXème siècle, tout comme des révolutions industrielles et technologiques. Mais au XXIème siècle, la propagande n’utilise plus les mêmes méthodes : elle est avant tout un produit des neuro-sciences et s’opère massivement par le Web. Son degré d’influence sur les esprits commence à être très bien mesuré et les sciences du climat, de l’environnement, n’échappent pas à ce phénomène.

Lire la suite