Les vrais responsables de la crise énergétique

Le titre est de Rémy Prud’homme, le contenu est de Rémy Prud’homme, et pourtant l’article ne commence pas par l’habituel « par Rémy Prud’homme » bien connu sur MM&M. Tout simplement parce que ce qui suit est une note de lecture de son nouveau livre, d’une actualité on ne peut plus brûlante, dans la collection « Grandeur nature » dirigée par votre serviteur. Eh, ce n’est pas parce que Koonin cartonne qu’il faudrait oublier nos auteurs nationaux, quand même 😉

Dans son livre, Rémy déploie ses qualités habituelles : une démonstration implacable, parfaitement servie par un style d’une grande clarté et d’une grande modestie. L’objectif est de démêler le vrai du faux dans les multiples explications qui nous sont proposées sur l’augmentation vertigineuse du prix de l’énergie. Les carbocentristes les plus enragés y voient la « preuve » qu’il faut sortir des fossiles. D’autres, plus raisonnables mais peu pressés de faire face aux effets délétères de la « transition écologique » qu’ils appellent de leurs vœux, trouvent en la Russie de Vladimir Poutine un coupable commode (bien que la crise ait commencé plusieurs mois avant la guerre faite à l’Ukraine). Quand ce n’est pas le covid ou l’OPEP qui servent de boucs émissaires à l’énergétiquement correct.

Rémy remet de l’ordre dans tout cela en distinguant soigneusement la part de responsabilité de chacun, y compris les oubliés fort pratiques des débats officiels sur la question : les taxes sur l’énergie et le coût des renouvelables intermittents. C’est bien sûr plutôt de ce côté-là que se trouvent les vraies explications du marasme ambiant.

En 150 pages qui se lisent d’une traite, Rémy nous démontre, données officielles à l’appui, que nous ne faisons aujourd’hui que récolter ce que nous avons consciencieusement semé depuis des années à grand coup de sauvetages prétendus de la planète.

Pendant que les lobbyistes du climat se pavanent à Charm el-Cheik pour une COP27 qui se mitonne le même epic fail que ses 26 devancières, des gens se préparent à ne pas pouvoir se chauffer convenablement cet hiver. Oui, aujourd’hui, dans notre pays. Ce même pays qui, il y a à peine quelques années, s’enorgueillissait à juste titre de disposer d’une électricité fiable, bon marché et extrêmement non polluante. Les victimes prochaines de ce désastre consciencieusement planifié ont le droit de savoir qui est responsable de qui va leur arriver. Ce livre de Rémy le leur révèle.

Rémy Prud’homme, Les Vrais Responsables de la crise énergétique, L’Artilleur, coll. « Grandeur nature », 2022, 162 p., 15 €. (Pour commander sur le site de l’éditeur, cliquer ici.)

Publicité

7 réflexions au sujet de « Les vrais responsables de la crise énergétique »

  1. Je n’ai pas (encore) puce livre. Par contre,ce dont je suis ppersuadé, en dehors de l’abandon du nucléaire, c’est que les grandes sociétés pétrolières, devant la diabolisation du pétrole et du gaz, les difficultés sociologiques d’investir dans la recherche d’hydrocarbures, se tournent, le mouvement est juste amorce depuis 10 ans environ, vers des énergies renouvelables éolien et PV, lesquelles sont rendues rentables et sures par les centaines de milliards issus de nos impôts. Pourquoi se fatiguer à faire de la recherche, lorsqu’on vous offre la rentabilité de vos investissements quoiquilencoute? Et il va se passer le mêmetemps chose que pour le nucléaire, nous n’aurons p!us de compétences intellectuelles et techniques dans le domaine pétrolifère, serons à la merci d’autres pays, alors que pour le moment nous n’avons pas grand chose pour remplacer les dérivés pétrolièrs dans tous les domaines.

    J’aime

    • L’énergie miracle n’existe pas, l’Uranium enrichit permet effectivement de stocker beaucoup d’énergie dans un petit volume mais avec des pertes énormes (l’énergie grise est plus du double de l’énergie produite) ! C’est un mensonge pharaonique et le pire fiasco industriel de l’humanité !

      J’aime

  2. mais arrêtez avec ces soi-disant problèmes énergétiques, nous on a une académie du vélo, et bientôt toutes nos routes seront des pistes cyclables,on va y mettre un « pognon de dingue »(déjà + de 500 millions, )

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s