Koonin numéro 1 !

Resté plusieurs mois en tête des ventes aux États-Unis, le livre de Steven Koonin est déjà numéro 1 en France sur Amazon, deux petites semaines seulement après sa sortie.

Souvenons-nous que le dernier livre de François Gervais a fait de même il y a seulement quelques mois. Aussi rapprochés, ces deux événements indiquent que l’appétit du public pour des voix différentes sur les questions climatiques et environnementales ne se dément pas.

L’Artilleur, qui a publié Koonin après Gervais, est en train de s’imposer comme l’éditeur majeur de référence sur la critique de l’écologisme contemporain, avec dans sa besace des auteurs mondialement connus comme Michael Schellenberger ou Patrick Moore mais également des auteurs français qui font aussi parler d’eux (Christian Gérondeau, Rémy Prud’homme…). L’insider que je suis chez l’Artilleur peut vous dire qu’on n’est pas près de s’arrêter : plusieurs ouvrages sont en préparation pour publication dans la collection « Grandeur Nature », venus d’horizons très différents. Attendez-vous à avoir encore de quoi étoffer votre bibliothèque bientôt. Et n’oubliez pas qu’on compte sur vous pour diffuser la bonne parole, comme je l’expliquais il y a quelques temps.

Publicité

14 réflexions au sujet de « Koonin numéro 1 ! »

  1. Ping : TEDx Rives de Moselle : la vidéo | Mythes, Mancies & Mathématiques

  2. Vu hier à gare du Nord. Vu le contexte actuel j’ai été très étonné (pour ne pas dire choqué) de voir une telle publicité aux yeux de tous (surtout alors que toutes les gares de France sont toujours remplies de l’affiche « ce soir c’est… rapport du GIEC ») mais tant mieux. On peut par contre s’attendre à un scandale général en règle lorsque l’armée du climat l’apprendra et voudra faire retirer cette pub.

    J’aime

  3. Si l’on a des doutes sur nos capacités de modélisation du climat et si l’on a également des doutes sur des séries chronologiques de température affectées par des changements locaux (les dômes de chaleur des agglomération par exemple), il ne reste guère que les mesures satellitaires pour tenter d’y voir plus clair sur les changements dans le bilan radiatif de la terre.
    Dans l’idéal il faudrait avoir la répartition des flux avec un découpage très fin du spectre. Globalement le flux réémis est très peu différent du flux incident (bien moins de 1% d’écart) mais l’on pourrait s’attendre à ce que la répartition dans le spectre change avec le temps (ainsi d’ailleurs que le contraste pôle-équateur) si le changement climatique est significatif.
    En pratique j’ai bien peur que l’on ait ni le recul, ni la couverture et la précision suffisantes.
    Pire encore, il semblerait que les satellites nécessaires soient encore en projet.
    L’ardeur à trouver des réponses scientifiques est infiniment plus faible que l’ardeur à taxer, réglementer, limiter les libertés et bâtir des « machins » supranationaux !
    https://www.esa.int/Applications/Observing_the_Earth/FutureEO/A_new_satellite_to_understand_how_Earth_is_losing_its_cool

    Aimé par 1 personne

    • J’avais travaillé dans les années 70, si mon souvenir est exact, sur un projet de l’ESA pour déterminer si la différence entre le flux entrant et le flux sortant de l’atmosphère était positif ou négatif, car la différence comme vous le mentionnez est plus faible de 1%.
      Le projet était basé sur un satellite sphérique dont la surface extérieure était recouverte seulement d’OSR (Optical Solar relector) et de cellules solaires. Le seul instrument embarqué était un micro-accélérateur CACTUS. La mesure de l’accélération était basée sur la poussée des photons sur le satellite. Après étude le projet a été abandonné car la mesure des propriétés de réfléchissantes des OSR et des cellules solaires en fonction de l’angle d’incidence était trop imprécise et quasiment impossible à des angles d’incidence plus grands de 60 degrés.

      J’aime

      • Même si cela avait marché, cela n’aurait donné qu’un bilan global. Ce qui serait intéressant c’est de voir si la répartition dans le spectre change dans le temps. Il faudrait un système d’observation au point de Lagrange ou il y a déjà soho qui a ma connaissance observe le flux venu du soleil et non celui venu de la terre.

        J’aime

      • Exact, mais à cette époque on cherchait à savoir si ce bilan était positif (la terre se réchauffe) ou négatif (la terre se refroidit). J’ai oublié d’indiquer le nom du projet : BIRAMIS.

        J’aime

      • Je suppose que l’on n’a guère mieux que les capteurs météo des satellites défilant et géostationnaires. Je ne sais pas en combien de pas est découpé le spectre, je crains que cela ne soit assez grossier. Par ailleurs les changements de capteurs, leurs dérives dans le temps et le caractère très indirect du calcul d’inversion n’incitent pas à accorder une grande confiance à des tendances très faibles.
        Ce que l’on trouve facilement sur internet ce sont des courbes d’évolution tous calculs faits. J’aurais aimé trouver des évolutions de données moins travaillées (pour au moins ne pas être pollué par le processus d’inversion) comme simplement le flux dans une fenêtre de fréquence.
        https://www.science-climat-energie.be/2019/02/22/a-propos-des-indicateurs-de-temperature-par-satellites-2-2/
        L’article précédent est facile à trouver mais assez général. Connaissez vous des articles en libre accès centrés sur les mesures spectro ?

        J’aime

  4. Les libraires québécois annoncent que le livre sera disponible à partir du 30 janvier 2023 pour 36.95$CAN. Vous pouvez cependant le commander en France sur Amazon.fr mais au prix de 55.35$CAN. On peut se procurer la version originale « Unsettled ? » pour 33.95$CAN chez le libraire québécois ou faire comme moi l’acheter sur Amazon.ca pour 27.44$CAN.

    J’aime

  5. Dommage que le livre se base sur l’AR5. Quelques arguments se basant sur l’AR5 ne sont plus aussi percutants car l’AR6 est plus négatif quant aux événements extrêmes

    J’aime

  6. Excellent la pub dans le métro des Parisiens qui sont généralement des néo-religieux du climat, qui confondent particules et C02 ou vapeur d’eau… Ils ont même élu Hitdalgo Merci. Bien à vous

    J’aime

    • Trop bon ce Pascal Praud, il a redonné goût et vie au journal télévisé ! Tout l’inverse de Gilles Bouleau qui est une marionnette réchauffiste à la solde des Davosiens et des petits Macronistes à 80 km/h et malus à 50 000 €. Merci. Bien à vous

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s