Electricité : davantage de renouvelable égale davantage de gaz

par Rémy Prud’homme.

Beaucoup pensent et disent que la meilleure façon de réduire notre dépendance au gaz (russe) importé est d’augmenter la production d’électricité renouvelable. Doublons notre production d’électricité éolienne ou photovoltaïque, et nous n’aurons plus besoin de l’électricité des centrales au gaz. Cette proposition a l’apparence du bon sens. Elle est malheureusement complètement fausse. Tous les spécialistes le savent, mais apparemment pas le Président de la République, et il n’est peut-être pas inutile d’essayer de revenir sur ce paradoxe.

La clé en est évidemment le caractère intermittent et aléatoire de l’électricité éolienne et photovoltaïque. Celle-ci n’est produite qu’un petit nombre d’heures par an (disons pour fixer les idées 1000 heures pour le solaire, 2000 heures pour l’éolien terrestre et 3000 heures pour l’éolien en mer). Il n’y a aucuneraison pour que ces heures-là soient celles où nous avons le plus besoin d’électricité. Cas limite, mais éclairant (si l’on ose dire) : pour les pics de demande, qui ont lieu un mardi de janvier à 7 heures du soir, la production d’électricité photovoltaïque sera toujours égale à zéro. On ne sait toujours pas stocker de l’électricité en grande quantité à des prix décents.

Il en résulte que 30 TWh par an d’électricité éolienne aléatoire n’est absolument pas la même chose, ne rend pas du tout les mêmes services, que 30 TWh par an d’électricité pilotable. En fait, pour se protéger de catastrophiques grandes pannes, les installations éoliennes et photovoltaïques doivent être accompagnées d’installations pilotables, comme des centrales au gaz,capables de prendre immédiatement le relai en cas de défaillance des renouvelables. Le gaz est en quelque sorte l’indispensable béquille des renouvelables intermittents.

​Les chiffres confirment ce lien. En France, entre 2010 et 2020, la production d’électricité intermittente a beaucoup augmenté ; loin de diminuer, la production d’électricité au gaz a également augmenté ; la capacité des centrales au gaz plus encore : ce qui, soit dit entre parenthèses, signifie une baisse de l‘efficacité des centrales au gaz. Le cas de l’Allemagne, championne des renouvelables intermittents, et fière de l’être, raconte la même histoire. Durant la même période, la capacité descentrales au gaz y a augmenté de 30%.Si le recours aux éoliennes en mer était la façon idéale de se protéger de la dépendance au gaz russe – comme on veut bizarrement nous le faire croire -l’Allemagne ne serait pas dans la situation dramatique que chacun connaitaujourd’hui.

​Ce lien entre intermittents et gaz naturel est d’ailleurs connu depuis longtemps. Du président de la Russie au président d’Engie, les marchands de gazont toujours été des soutiens actifs au développement des renouvelables intermittents. C’est ainsi qu’en avril 2022, Engie crée un « label » intitulé « Transition énergétique durable » (y-a-t-il donc des transitions énergétiques éphémères ?) pour faciliter l’implantation d’éoliennes et de fermes (sic) photovoltaïques. Les marchands de gaz ont compris que davantage d’intermittent, c’est davantage de ventes de gaz.

Les éoliennes en mer soulèvent un autre problème, de sécurité. Sans rien connaitre des réalités militaires, j’imagine que les éoliennes en mer (ou les câbles électriques qui les relient à la terre) constituent des cibles faciles pour des sous-marins. Parions qu’il y a à Moscou un groupe d’experts qui planche, ou qui a déjà planché, sur le sujet. Espérons qu’il y a aussi à Paris ou à Berlin ou à l’OTAN des groupes qui réfléchissent auxmeilleures façons de contrer ce scénario.

15 réflexions au sujet de « Electricité : davantage de renouvelable égale davantage de gaz »

  1. Je pense qu’un élève de primaire pourrait très bien comprendre ce raisonnement. Nos politiques n’auraient-ils pas ce niveau ? Il faudrait être complotiste pour penser qu’il y aurait des intérêts cachés derrière cette mascarade…

    Aimé par 2 personnes

  2. « Tous les spécialistes le savent » mais apparemment pas les dirigeants d’EDF qui continuent sans mot dire à appliquer les politiques gouvernementales qui mènent leur entreprise à la ruine, et les français dans la pauperite énergétique, avec leurs propres impôts qui plus est.

    J’aime

    • @Cyril A ce sujet, est-ce que re-nationalisation d’EDF veut dire sortir EDF des directives européennes ou est-ce que les investissements que va faire la France (voir l’UE) dans EDF vont servir à continuer à vendre une énergie hyper-compétitive à bas prix aux autres énergéticiens de l’UE pendant que les Français voient leur facture augmenter ?
      C’est une question dont j’avoue je ne suis pas spécialiste et dont j’attends des réponses.

      J’aime

    • Les dirigeants d’EDF sont depuis toujours dépendants de l’état qui possède encore maintenant 81% du capital, ce qui lui donne tous pouvoirs pour décider de la politique de l’entreprise, qui n’a pas le choix. Depuis Mitterrand cette entreprise, avant exemplaire et dirigée parfaitement par des ingénieurs (Delouvrier, Boiteux, Delaporte,), a été dirigée par des politiques nommés par l’état (Ménage, Alphandery, Roussely etc…) qui ont largement contribuer à sa perte.
      En outre, les investissements d’EDF ont été financés par l’emprunt et non par l’impôt; l’entreprise n’a pas bénéficié de la moindre subvention, contrairement aux renouvelables de mes 2.
      Je peux vous assurer que le personnel d’EDF, quelque soit son niveau hiérarchique est atterré et désespéré par ce spectacle pitoyable. EDF est une entreprise hautement technologique, de la production à la vente et le pouvoir doit être rendu aux ingénieurs.

      Aimé par 2 personnes

  3. L’Opinion, L’Opinion, L’Opinion … Les machines de collecte des énergies intermittentes, le vent et le soleil, ne font qu’économiser le combustible des centrales principales pilotables: C’est rationnel quand les combustibles sont re-devenus chers (plus de 100$ la tonne d’équivalent pétrole). Économies non négligeables mais qui ne peuvent pas supprimer les centrales pilotables. Et absurdes quand le combustible est nucléaire à quelques euros par MWh d’électricité. Comme les centrales nucléaires sont chères et longues à construire ou caréner, tout le monde, partout où les centrales hydrauliques ne représentent pas un fort % de la puissance nécessaire en pointe, aura tjrs besoin de combustibles chers dans une centrale pas chère que l’on peut redémarrer et arrêter « facilement ». Certains espèrent que du gaz vert sera disponible bientôt à des coûts inférieurs aux combustibles fossiles… mais cela n’est pas encore le cas. Mais … cela fera-t-il de l’énergie moins chère que le nucléaire industrialisé ? entre 50 et 80 € du MWh, selon les coûts de financement ?

    voir le site du Cérémé www. cereme… fr de Louis Gallois et Xavier Moreno avec leurs études détaillées sur l’éolien et la variante 90% nucléaire validée par le cabinet Roland Berger après censure par la direction de RTE qui adore poser des cables vers les intermittentes payés en douce par les consommateurs .

    J’aime

  4. A consommation identique d’électricité, davantage d’énergie éolienne ou photovoltaïque entraine bien une diminution de la consommation d’énergie fossile ou fissile, mais aucune diminution des capacités installées.

    J’aime

    • oui oui, bien connu que l’on arrête les centrales nucs quand il y a du vent, idem pour les centrales charbon, pétrole et gaz combinées.
      seules les centrales gaz rapides arrêtent et démarrent à la demande, avec bien sur un délai.
      on n’économise dont rien, bien au contraire
      d’ailleurs on subsidie les éoliennes,on oblige à payer toute leur production, on paie également pour leur production putative quand le réseau ne peut absorber leur production( calculée sur base de leur puissance, un comble), on paie les centrales pilotables pour maintenir une capacité de régulation, on paie pour leur arrêt(en Allemagne une centrale toute neuve, la plus « propre » du monde a été arrêtée au bout de 2 ans d’activité,on paie pour l’arrêt du nucléaire, et cerise sur le cake, on paie pour financer les ONG pour mener leurs procédures, quand au soleil, ses capacités sont tellement ridicules, on paie aussi bien sur

      Aimé par 1 personne

  5. Coucou,

    Moulin a vent a beaucoup d’acceptions …

    Concernant l’arret d’importation d’hydrocarbures russe , il faut remplacer cette energie, si on veut garder notre liberté et notre mode vie.
    Pris par le temps nous devons nous adapter en mobilisant toutes les energies disponibles rapidement et diminuer notre consomation d’energie. Cela inclus le gaz, le charbon, les energies renouvelables etc etc., comme l’a décidé le ministre vert allemand qui ne semble pas aussi obtu que certains sur ce blog !
    Dnas quelques années, nous pourrons reprendre le débat sur faisabilité de certaine energies renouvelables à la lumière de cette expérience. Cela devrait contenter tout le monde..

    Bonne journée

    Stépĥane

    J’aime

    • vous imaginez que l’on va applaudir aux restrictions voulues par la secte du concombre vert?
      car l’énergie est là, sous nos pieds, faut juste arrêter les imbécilités.
      Je remarque le silence abyssal sur le gisement de gaz immédiatement exploitable en Moselle, faut juste signer le permis
      alors la pauvreté heureuse très peu pour moi

      Aimé par 2 personnes

    • « nous devons nous adapter en mobilisant toutes les energies disponibles rapidement et diminuer notre consomation d’energie. Cela inclus le gaz, le charbon, les energies renouvelables etc etc., comme l’a décidé le ministre vert allemand »
      Pourquoi alors, continuer à vouloir fermer le peu de nucléaire restant?

      Aimé par 2 personnes

  6. @Herté
    bien vu
    mais comme on veut remplacer nos voitures par des voitures électriques ( voire des trottinettes électriques ) il faudra bien augmenter les capacités installées
    Faudra bien expliquer cela aux Grünen qui remettent en route le charbon qui émet autant de CO2 que le gaz et des cendres en plus

    J’aime

  7. Nous soutenons les Ukrainiens envahis par l’armée de la Russie.
    Et nous voulons pour ce faire boycotter le gaz Russe.
    Mais il semble que personne n’ait remarqué que les lobbies écologistes sont financés depuis vingt ans par Gazprom, ce qui montre bien que l’abandon du nucléaire et le développement des moulins à vent est surtout bon pour les marchands de gaz.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s