Record d’émissions de CO2 en 2021

La biosphère végétale va être contente, elle dont le CO2 est le principal nutriment : selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’année 2021 a été celle d’un record absolu d’émissions de gaz à effet de serre.

L’accroissement record des émissions par rapport à 2020 (+6%) s’explique facilement par la chute massive des émissions en 2020 (-5,2%) en raison de la pandémie. Mais le rattrapage est tel que les émissions totales de 2021 sont allées jusqu’à battre le record absolu d’émissions : 36,3 GtCO2, contre 36,1 GtCO2 pour le record précédent (qui datait de… 2019). L’AIE ne le dit pas, mais la somme 2020+2021 n’atteint certainement pas ce qu’elle aurait été en l’absence du covid. C’est d’ailleurs, et sans grande surprise, la même chose pour le PIB (auquel les émissions de CO2 sont toujours étroitement corrélées) : le rebond de 2021 nous a certes remis sur notre trajectoire antérieure, mais n’a pas (ou pas encore) effacé les pertes de 2020.

Dans le détail, la hausse des émissions de 2021 tient principalement à la consommation de charbon (+500 Mt par rapport à 2019), notamment en Chine (grosse surprise, n’est-ce pas ?). Le record précédent, qui datait de 2014, est battu de 200 Mt. Le gaz naturel, dont il est tant question depuis l’attaque de l’Ukraine par la Russie, a lui aussi dépassé son niveau de 2019, avec un rebond proportionnellement comparable à celui du charbon. Seul le pétrole, malgré une hausse annuelle de 753 MtCO2 en 2021, n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant covid (-8% par rapport à 2019). L’AIE l’explique par le fait que le secteur des transports a encoré été significativement impacté par la pandémie en 2021, et que si cela n’avait pas été le cas, les émissions totales de 2021 auraient non seulement crevé le plafond mais également produit un accroissement d’une ampleur qui n’a plus été vue depuis les années 50.

Fait notable qui va rendre de plus en plus difficile la désignation des Occidentaux comme uniques grands méchants émetteurs : la Chine émet à présent davantage de CO2 par habitant que les économies avancées. Pour situer les ordres de grandeur, la seule augmentation de 10% de la consommation électrique chinoise en 2021 équivaut à la consommation électrique totale de l’ensemble du continent africain. Il va donc sans doute devenir de plus en plus difficile pour la Chine de refuser de figurer dans les pays dits de l’Annexe I de la Convention-Cadre des Nations unies sur le changement climatique (ceux qui sont censés faire les principaux efforts de réduction des émissions ; les pays développés, quoi).

Si, comme il y a maintenant des raisons de l’espérer, les principaux effets directs de la pandémie pourront être considérés comme derrière nous en 2022, alors cela devrait tirer la demande en pétrole nettement vers le haut. En revanche, la guerre menée à l’Ukraine par la Russie aura la tendance inverse. Dans tous les cas, pas besoin de boule de cristal pour prévoir une hausse des prix. Et peut-être, à moyen terme, un décillage de nos responsables politiques au sujet de pistes de production locales telles que le gaz de schiste.

11 réflexions au sujet de « Record d’émissions de CO2 en 2021 »

  1. Depuis une dizaine d’années il est interdit de rechercher la présence de gaz de schiste en France. Vous avez bien lu: non seulement l’exploitation est interdite, mais aussi l’exploration. Alors que le gaz devient vital, nous ne savons même pas de quels gisements nous pourrions éventuellement disposer en cas d’urgence…

    J’aime

  2. @deniseau
    j’ai pas vu parler de volcanisme dans votre lien ; d’ailleurs si les éruptions volcaniques provoquent des années froides , c’est pas à cause des GES mais des particules

    J’aime

    • des particules et des gaz, les deux interceptent le rayonnement solaire avant qu’il n’arrive au sol ! la vapeur d’eau et l’eau étant ceux qui interceptent le plus les rayons infra rouge : plus l’air est saturé en eau moins les sols reçoivent d’IR et à l’inverse plus l’air est sec plus il fait chaud. c’est ce qui fait la différence entre le climat océanique et les déserts : https://www.instagram.com/p/CawS_W3KUjk/

      J’aime

  3. Le gaz de schiste, une seule personnalité politique en a parlé, et c’est Marion Maréchal.
    À l’époque où, à gauche, on disait qu’il fallait toujours contrer Jean Marie Le Pen, Claude Allègre avait posé la question suivante : « S’il dit qu’il y a du sel dans la mer, qu’est-ce qu’on fait ? ». Tout ce qui ne vient pas du camp du bien est à rejeter bien vite.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s