Isolationnite aiguë

Par MD.

1/ Introduction.
L’institution « France Stratégie » (FS) vient de publier un rapport intitulé « Quelle rentabilité pour les rénovations énergétiques des logements ? ». A quelle exigence cette étude répond-elle au juste ? La réponse est donnée en introduction : il s’agit de contribuer à la « Stratégie nationale bas carbone » (SNBC). En effet, le « Haut conseil pour le climat » (HCC) préconise de passer de 70 000 rénovations par an actuellement à 370 000 par an après 2022 et 700 000 par an à partir de 2030. L’objectif principal de ces rénovations est de réduire les émissions de « gaz à effet de serre » (GES) des logements, (essentiellement le dioxyde de carbone CO2). Cet objectif est réaffirmé dans la conclusion du rapport FS comme susceptible d’apporter des « bénéfices socioéconomiques supplémentaires ». Examinons sommairement les conséquences de cet objectif.

2/ Diagnostic de performance énergétique (DPE).
On sait que les logements, notamment en cas de vente ou de location, sont assujettis à un label DPE (« étiquette climat ») comportant sept classes caractérisées par leurs émissions de GES par m2 et par an (en kg d’équivalent CO2, selon le graphique ci-dessous, source ministère).
image001Les logements de classes F et G sont officiellement désignés par le terme aussi scientifique qu’élégant de « passoires thermiques ».

3/ Etat des lieux : le parc immobilier.
Le ministère a publié fin 2020 la base de données du parc de logements (résidences principales) selon les étiquettes DPE. Le parc s’établirait à environ 29 millions de logements représentant 2 300 millions de m2 selon le tableau ci-dessous (pour calculer grossièrement les surfaces, on a pris des valeurs médianes ou voisines des limites de tranches). La surface moyenne des logements tous types confondus serait ainsi d’environ 80m2.image002Il existe d’autres bases de données présentant des chiffres différents. On retiendra celle du ministère. Notons que l’étude économique de France Stratégie ne porte que sur 22 millions de logements, hors logements sociaux.

4/ Gains en émissions de CO2 résultant du passage d’une classe DPE à l’autre.
Le gouvernement conduit depuis plusieurs années une campagne de rénovation énergétique des logements, en proposant aux particuliers des aides financières, et en rendant obligatoire le DPE ce qui constitue une incitation indirecte à agir. L’objectif principal est de réduire les émissions de CO2 du parc de logements (émissions du secteur dit « résidentiel »). Le tableau ci-dessous est un calcul approximatif des gains à attendre du passage d’un logement d’une classe DPE à une classe plus performante, d’après le graphique officiel (on a considéré les émissions moyennes de chaque classe, indiquées en bistre ; et pour les extrêmes, A : 4kg/m2/an, G : 90kg/m2/an).image003Exemple : si on passe un logement de la classe G à la classe D, on gagne 62 kgCO2/m2/an.
Cependant, pour estimer le gain en CO2, il faut tenir compte du fait que le gain est annuel et se prolonge tout au long de la vie des adjonctions et équipements. On fera l’hypothèse d’une durabilité de 30 ans. Il faut donc multiplier tous les chiffres du tableau précédent par 30. Si on passe un logement de la classe G à la classe D, on gagne sur toute la période : 30×62 = 1 860 kgCO2/m2soit 1,86 tCO2/m2.

5/ Coût du passage d’une classe DPE à l’autre.
Le rapport de France Stratégie fournit (page 4) un tableau qui donne les coûts unitaires (euros au m2) de « rénovation de l’enveloppe » d’un logement, c’est-à-dire son isolation thermique, pour passer d’une classe donnée à une classe plus performante. On le reproduit ci-dessous.image004Exemple : pour passer un logement de la classe G à la classe D, il faut dépenser 201 € /m2 (hors subventions, y compris TVA à 5,5%).

6/ Rapport coût-bénéfice.
A l’aide des deux tableaux précédents, on peut calculer le rapport entre la dépense consentie et le gain en émissions de CO2, c’est-à-dire le coût de la tonne de CO2 évitée. On peut ainsi établir un tableau qui donne en €/tCO2 les coûts unitaires de rénovation énergétique dans les différents cas de figure.image005Dans l’exemple précédent, il faut dépenser 201€ pour gagner 1,86 tCO2. Soit un coût de 201/1,86=108 euros / tonne de CO2 comme on peut le lire sur le tableau.
On voit que les coûts à la tonne de CO2 évitée sont hors de proportion avec les cours « normaux » du CO2 sur le marché, même si la situation est momentanément très perturbée par la crise énergétique.

7/ Coûts totaux.
L’objectif du gouvernement est d’interdire à la location en 2025 les logements G (1,7 millions), en 2028 les logements F (3,1 millions) et en 2034 les logements E (7 millions). D’où les rythmes de rénovation préconisés par le HCC (passer de 70 000 actuellement à 700 000 en 2030 et au-delà) en vue de rénover à terme les classes G, F et E. Dans la simulation qui suit, à titre d’exercice, on retiendra comme hypothèse la rénovation énergétique des logements G, F et E de façon à les aligner sur la classe D, et ceci en agissant uniquement sur l’« enveloppe », c’est-à-dire l’isolation du logement.
Le tableau ci-dessous récapitule les résultats obtenus.image006Soient environ 95 milliards d’euros pour achever les isolations précédemment définies.

8/ Les émissions et le coût par tonne de CO2.
Avec les mêmes hypothèses, les gains en émissions de CO2 (millions de tonnes Mt) et les coûts à la tonne sont calculés dans le tableau ci-dessous (On retrouve les 108 euros / tonne pour GD calculés précédemment).image007Soient une réduction ultime d’environ 26 MtCO2 par an à l’achèvement des travaux. A titre d’ordre de grandeur, rappelons que les émissions totales annuelles de la France sont actuellement de l’ordre de 320 Mt de CO2 par an dont environ 1/4 pour le « résidentiel ».
Quant au coût de la tonne de CO2, il s’établirait à environ 120 €/t.

9/ Changement de chauffage.
Les calculs qui précèdent sont relatifs aux seules actions sur l’enveloppe des logements. FS fournit aussi (page 4) un tableau relatif aux changements de sources d’énergie, reproduit ci-dessous pour mémoire.image008Ces dépenses viendraient éventuellement s’ajouter ou se substituer partiellement à celles des isolations. On ne développera pas cet aspect de la question.

10/ Conclusions.
Les estimations qui précèdent ne sont qu’une simulation très simplifiée destinée à dégager des ordres de grandeur. Le scénario décrit ici suppose arbitrairement d’aligner les classes E, F et G sur la classe D, les classes A à D actuelles restant en l’état. Mais à l’aide des chiffres précédents, qui sont publics, chacun peut se livrer à un pareil exercice en variant les hypothèses.
Ces estimations appellent un certain nombre de remarques.

-Les travaux de rénovation énergétiques eux-mêmes sont consommateurs d’énergie et donc émetteurs directs ou indirects de CO2 : transports, manutention, fabrication des matériaux et produits d’isolation (dont beaucoup sont d’ailleurs issus du pétrole), etc. Ces émissions viennent au passif des bilans en CO2 esquissés précédemment, dans des proportions difficiles à apprécier.

-Pour multiplier par 10 en moins de dix ans (de 70 000 à 700 000) le nombre de rénovations énergétiques, il faudrait augmenter de plus de 25% par an les effectifs au travail, les moyens et les fournitures. Ceci suppose des recrutements et des investissements massifs et accélérés, et une mobilisation de moyens au détriment d’actions plus utiles.

-Quelles qu’en soient les justifications, les dépenses de rénovation envisagées sont considérables. Il faudra bien trouver tout cet argent. Certaines dépenses seront prises en charge par les propriétaires, mais il est probable que les finances publiques seront largement mises à contribution, notamment pour les aides aux particuliers et pour les logements sociaux.

-La réduction des émissions de CO2 en résultant est dérisoire par rapport aux émissions totales.

-Le prix de la tonne de CO2 évitée est exorbitant. Les mesures décrites sont donc loin de présenter un caractère prioritaire par rapport à d’autres dépenses publiques dont la nécessité est autrement plus criante.

Le plus probable est que l’on continuera calmement et progressivement à améliorer les performances énergétiques de nos logements, en commençant par les cas les plus nécessaires. Rien ne justifierait cette soudaine frénésie, qui veut ignorer les réalités techniques et financières. Mais nous commençons à être habitués.

If something cannot go on forever, it will stop (loi de Stein).

Publicité

32 réflexions au sujet de « Isolationnite aiguë »

  1. Bonjour à tous,
    Merci de cette analyse lucide.
    Il y a une question que je me pose, pourquoi faut-il isoler les logements alors que les réchauffistes Giéciens nous prédisent une température moyenne supérieure à 1.5°C et même jusqu’à 8°C.
    Il y a des voies verdissantes franchement impénétrables.
    Bien à vous.

    J’aime

      • Bonsoir,
        Pour le coup, je vous conseille de réfléchir pour les fenêtres ou bien d’attendre 2050 voire 2100… En tout cas, je vais attendre un peu, il parait que la nuit « porte » conseil.
        Bonne fin de journée.
        Bien cordialement

        Aimé par 1 personne

      • Coucou,

        Oui, je vais suivre votre conseil et attendre le réchauffement car à 700 m dans le jura, çà caille encore un peu …

        J’aime

      • Bonjour,
        @baloo,
        @MichelC
        Effectivement baloo, la prudence est de mise surtout à 700m comme bien au-delà.
        C’est indéniable MicjelC, c’est le réchauffement climatique négatif.
        Bien cordialement.

        J’aime

      • Bonjour à tous,
        @JR,
        On dirait que le secrétaire général de l’UN-IPCC-GIEC n’est pas content. Le réchauffisme vit ses dernières heures… Pourvu que ce soit une « vision » prémonitoire.
        Lorsque je regarde tout le bois dans mon bûcher, je risque de ne plus devoir en couper pour le restant de ma vie. Il faut dire que j’aime le CO2. D’ailleurs, c’est ce que dit globalement le « The European Physical Journal »
        Bien cordialement

        J’aime

      • Bonjour Nounours, le Führer du climat n’est pas content du tout. A vous aussi, nous sommes donc des ex-écolos, nous nous chauffons comme à la préhistoire ! Mais ça, c’était avant la bande de malfaiteurs de type Jadot, Pompili, Borne, Poirson, Hulot et j’en passe, la liste des emmerdeurs et des escrocs climatiques est longue comme un jour sans C02.
        J’attends toujours la demande de Dexter, la problématique était la suivante; si vous voulez un véhicule polyvalent pouvant emporter des bagages, 5 personnes et tracter une remorque de bois par exemple, à quatre roues motrices pour pouvoir circuler et travailler par tous les temps en montagne, eh bien en nouvelle dictature Française, vous n’avez plus le « droit » et vous tomber systématiquement sous le coup du malus à 40 000 € pour un véhicule neuf. Nous sommes désormais sous le régime de la dictature verte, les chemises verdâtres remplacent les chemise brunes, le chaos n’est pas loin.
        Les Escrolo-Macronistes sont des inconscients dangereux ! Il faudrait leur couper le chauffage. Bon C02 et ne prenez surtout pas froid, l’hiver est rude ici dans les Vosges, il gèle chaque nuit et il y a de la neige. Mais heureusement, pour vivre, nous allons faire durer très très très longtemps nos anciens véhicules adaptés, tant pis pour l’économie Française qui en aurait bien besoin. Le déclin est en marche à 80 km/h. A ce stade, nous pensons passer notre retraite en Russie, au moins nous serons libre. Merci. Bien à vous

        J’aime

      • @JR, qui a écrit le 14 février 2022 à 22 h 30 min,
        «

        Les Escrolo-Macronistes sont des inconscients dangereux ! Il faudrait leur couper le chauffage.

        »

        Ce ne serait que leur rendre la monnaie de leur pièce, si l’on veut bien se souvenir des propos tenus en juillet dernier par un certain J.-F. Carenco, président de la CRE :
        «

        Que ceux qui ne veulent pas des éoliennes soient privés d’électricité

        »
        https://tinyurl.com/4y59yp3a

        J’aime

    • Bonjour jg, c’est certain, et nous ne voyons que la partie émergée de l’iceberg, ce sont des machiavéliques.
      La partie qui se joue, là, sous nos yeux, va être terrible, deux mondes s’affrontent. Une partie de l’opinion n’a pas encore
      totalement compris l’enjeu final, n’a pas compris la solution finale, solution finale orchestrée de toute pièce par la pléthore de pseudos bien-pensants dont les organismes Onusiens sont contaminés.
      Le « bon » écolo, idiot utile de cette religion en reviennent aussi et désormais, ils s’interrogent.
      L’ombre du patibulaire Klaus Schwab & des escrocs du climat rode sur les décombres.
      Merci. Bien à vous

      J’aime

  2. Il y a des pays où la tonne de CO2 est autour de 100 € : «  »Actuellement, le pays imposant le taux le plus élevé est la Suède, avec 137 dollars par tonne, suivie de la Suisse (101 dollars). » »

    J’aime

  3. @91michel Dans votre article « Petit dessin, grand dessein » vous dites que le GIEC suggère :
    « une relation linéaire entre la température et les émissions anthropiques cumulées. Sur la période 1850-2019, les émissions anthropiques cumulées ont été 2 411 GtCO2 et la température s’est accrue d’environ 1,1 à 1,2°C. »
    Prenons 1,15 ° C. Avec une simple règle de 3 de niveau éducation primaire, on peut déduire grossièrement la baisse de la température qu’occasionnera la dépense de ces 95 milliards d’Euros en France pour éviter 26MTEqCO2 réchauffantes.
    Donc, selon ces chiffres du GIEC, cette politique française occasionnera une baisse de 0,000012°C dans la tendance des températures mondiales. Et si par miracle, le monde entier était aussi vertueux que la France, ce serait tout aussi ridicule.
    Si c’est pas de l’enfumage ces raisons climatiques évoquées par l’Etat, je me demande bien ce que c’est.

    Aimé par 3 personnes

    • @91michel Bonjour Michel, j’espérais une réponse de votre part. Je vous prie de bien vouloir prendre avec magnanimité mon absence de ton soft mais devant de telles énormités politiques, je ne supporte plus de voir le progressisme de mon pays s’effondrer devant la question climatique. C’est une honte nationale dont j’ai le plus grand mal à me défaire, même si je n’en suis pas responsable.
      Donc, voici mes questions reposées auxquelles j’espère que vous répondrez :
      1/ Confirmez vous bien que cette politiques de rénovation énergétique du logement en France à environ 95 Mds € se traduira bien par une baisse de 0,000012°C sur la tendance des températures mondiales (en prenant les chiffres sur la sensibilité climatique du GIEC lui-même et en estimant qu’elles soient menées à terme) ?
      2/ Pourquoi ne pas être allé au bout de votre raisonnement en citant le gain de températures escompté par cette politique puisqu’elle avance des raisons climatiques pour être menée ?
      Si pour Jean Jouzel, « chaque dizième de degrés compte dans la lutte climatique », pour l’Etat français, il semblerait que chaque cent-millième de degrés compte dans la lutte climatique et le pire, quelqu’en soit le coût et les réelles priorités des Français.

      J’aime

      • Bonjour Cédric,
        Je ne vous avais pas répondu, tout simplement parce que je n’avais rien à ajouter à votre calcul, qui est pertinent.
        Selon le GIEC, +1000 GtCO2 d’émissions anthropiques entraînerait +0,45°C de hausse de température. Donc 26 MtCO2, ou encore 0,026 GtCO2, entraineraient « exactement » (sic) : 0,026/1000 x 0,45°C ou 0,0000117 °C de hausse. Il y a bien 4 zéros après la virgule ; c.q.f.d.
        Dans mon papier, je n’ai pas abordé cette question, pour ne pas rajouter au ridicule de ces dispositions, et aussi pour ne pas déborder du sujet (ce que j’essaie en général d’éviter).
        Mais vous avez eu tout à fait raison d’attirer l’attention sur ce point. C’est à cela que sert la principe du forum.
        Heureusement, comme je l’esquisse en conclusion, il y a de fortes chances pour que ce « programme » aberrant se perde dans les sables. Dexter en donne quelques bonnes raisons dans son post.du 10 février.
        Cordialement
        MD

        Aimé par 1 personne

      • « ce « programme » aberrant se perde dans les sables » : Ne s’agit il pas des sables de la désertification ?
        Ok je sors ,)
        Merci à vous pour votre réponse et bon week-end.

        J’aime

  4. J’ai suivi hier soir une réunion de ma copropriété (800 appartements ! ) consacrée à l’évolution de son mode de chauffage, 9 MW, 4 chaudières au gaz, dont deux mixtes gaz/fuel, eh ben la vogue de l’isolation à outrance semble passée de mode car les ébauches d’isolation ici et là semblent n’avoir pas apporté de résultats concluants. On dépense mais à l’arrivée, on a du mal à apprécier le gain.

    Une étude d’un enseignant de l’école des Mines apparaît justifier ses doutes, il a pris les factures énergétiques avant et après les travaux, en regard des coûts, on a du mal à rentrer dans ses sous !

    https://www.minesparis.psl.eu/Actualites/La-renovation-thermique-reduit-elle-vraiment-votre-facture-d-energie/4160

    « Une question de confort plus que d’économies »

    C’est ce qu’on a expliqué à un monsieur qui se plaignait de ses 17° dans sa chambre, située sur un pignon exposé, le prix de l’isolation de pignon d’un immeuble de 12 étages allait être exorbitant, et sans garantie de résultats. Plutôt essayer une isolation interne…

    Par ailleurs, il sera rigolo de s’apercevoir de l’effet de cette isolation outrée sur la pandémie de covid, avec nos appartements hermétiques transformés en couveuse à virus ! « Ouvrez vos fenêtres 10 minutes toutes les heures ! … ». Bien la peine d’isoler.

    J’aime

  5. Et encore une fois toutes ces dépenses, avec nos impôts inutile de préciser, sont basées sur le fait non démontré que SEUL le co2 influe sur le climat. Onpeut oublie aussi que tous ces logements mal isolés sont amenés à changer de propriétaire qui finiront par entreprendre des travaux, ou à être démolis et remplacés par des constructions neuves. Ainsi, le problème se règlera tout seul, sans subventions. Ces comme s les vieilles voitures, et il y en aura de moins en moins, les voitures qui ont 20 ans aujourd’hui ne vont plus durer longtemps, sauf une 2cv dans une cour de ferme de temps en temps.

    Aimé par 2 personnes

    • Bonjour Dexter, mais comme nos dirigeants n’en sont plus, ils sont à court d’idées et de grands projets structurants comme à l’époque de De Gaulle et de Pompidou. Il y a eu les constructeurs, nous sommes dans l’ère des déconstructeurs, dans l’ère des emmerdeurs.
      Le prétexte du climat par le biais de la bienfaisante molécule de C02, voire de la Covid, leurs donne une occasion d’exister et de réprimer, sinon à quoi s’agiterait le petit Macroniste de service Attal et ses sbires comme Pompili. Le niveau n’a jamais été aussi bas et l’idéologie aussi forte. Imaginez leurs tristes vies sans cela ! Bon, me direz-vous, le grand barbu a bien pensé à emmerder les Français avec ses 80 km/h, et ce, bien avant le président. Décidemment cela devait être dans la chartre Lrem, l’objectif est d’emmerder les Français, sinon vous quittez le parti. Pourtant, il y a mille chose à faire pour libérer notre pays et nos concitoyens. Merci. Bien à vous

      Aimé par 1 personne

      • Vous avez raison, i! Y a mille choses à faire pour redresser de pays, la première étant de ne rien faire,c’est à dire laisser les gens libres, et ne pas tout décider à leur place, avec l’argent des autres, j’ai toujours prédit qu’un jour le gouvernement pondrait une loi ou une publicité pour nous expliquer la meilleure façon de se torcher, pour economiser du papier ou de l’eau. Après les 5 fruits et légumes, le bouger, le nutriscore que personne ne lit ( et qui nous explique que l’huile c’est gras)

        Aimé par 1 personne

      • Bonjour Dexter, vous avez raison, la 1 ère mesure est d’imposer le jeu à somme nulle sur le vote des lois et amendements.
        J’ai déjà proposé ce principe aux parlementaires (députés & sénateurs) de notre département.
        Une loi de voter = 1 loi de supprimer. C’est inouï le nombre de loi et d’amendement voté chaque jour.
        Il vaudrait mieux les payer à ne rien faire, plutôt que de nous emmerder du matin au soir.
        Pour vous en convaincre, inscrivez-vous sur: « NosLois », téléchargeable sur votre Smart, vous pourrez voter en direct en voir le résultat sur vos thèmes préalablement sélectionnés. Et de constater qu’ils n’ont aucun projet, sinon celui de nous ruiner et nos nous priver de liberté, c’est ahurissant, sans Covid et sans C02 ils sont tous au chômage parlementaire… La France devenue progressivement un pays communiste, n’a cesse d’appauvrir les Français, puis de les subventionner et ensuite de leur imposer comment dépenser leur argent. Le plus grand danger actuel reste l’effrayant terrorisme vert: https://www.contrepoints.org/2022/02/07/421016-leffrayante-republique-ecologiste-de-yannick-jadot
        Libérons la France de cette nouvelle idéologie, après le communisme et le nazisme, les verdâtres despotes nous préparent le plus grand génocide de l’histoire. Ce sont des vrais méchants, Pol Pote est de retour, cachez vos diplômes, vos biens, vos autos, sinon vous serez soupçonnés d’intelligence avec le monde libre.
        Merci. Bien à vous.

        Aimé par 1 personne

  6. Il existe de plus en plus d’institutions officielles chargées de calculer des travaux destinés à réduire les émissions de CO2. Le fait que les gains en énergie facturée ne semblent pas pris en compte, au moins dans les rapports, montre bien les raisons uniquement idéologiques de ces études, d’ailleurs incomplètes puisque MD montre bien que les objectifs proposés ne peuvent être atteints. De toute façon, c’est la lutte contre le moulin à vent (le CO2, que l’on aura beau tenter de réduire mais qui ne bougera pas, car il vient d’ailleurs et ne change pas les T du globe). Don Quichotte était payé par qui pour lutter?

    J’aime

  7. Si on interdit le chauffage au charbon, au fioul, au gaz et les cheminées, il ne reste que les convecteurs électriques et les pompes à chaleur.
    Dés lors la « production » de CO2 d’un logement est de zéro…
    Pas besoin d’isoler.

    Du point de vue pratique, j’attends avec une joie mauvaise et malsaine le moment
    – ou les logements « non isolables » seront complètement interdits de location, renforçant la pénurie et ruinant les petits investisseurs.
    – ou des logements de centre ville ne pourront être rénovés par des artisans non équipés de camionnettes électriques critair 1…
    – ou des témoignages d’arnaques se multiplieront à cause de commerciaux peu scrupuleux qui proposeront des travaux hors de prix et hors normes pour des économies de chauffage dérisoires.
    – ou les prix des loyers vont encore exploser dans le but d’amortir les travaux d’isolation pharaoniques.
    – ou l’excès d’isolation se traduira par des problèmes d’humidité voire des intoxications.
    – ou une intervention improvisée de l’Etat sera nécessaire pour débloquer des « chèques rénovation » pour « accompagner la mise en place de cette réforme importante dans le cadre du plan Urgence Climat.  »
    – …

    Conséquences d’une telle réforme sur l’isolation
    Points positifs
    écologie : nul au mieux…
    Politique, avant la mise en place : effet douteux, sauf pour les écolos convaincus

    Points négatifs
    Application technique de la loi : usine à gaz et à cerfas
    Economique : négatif
    Social : catastrophique
    Politiquement, après mise en place : négatif

    Une fois tout cela mis en place, il n’y aura plus qu’à féliciter chaudement les auteurs de cette joyeuseté post soviétique et à facturer les contribuables.

    Aimé par 3 personnes

    • Bonjour Murps, excellent SWOT, je me permets d’ajouter; notre pays pourri de l’intérieur, c’est le facteur commun au déclin de toutes les civilisations. Les pionniers ont tout fait tout avec rien, puis les liquidateurs croque-morts ne font plus rien avec tout… Pauvre France. Merci. Bien à vous

      J’aime

      • Bonjour Cunctator, nous constatons dans ce pays, que les libertés s’étiolent de jour en jour. Je n’avais jamais fait de politique
        jusqu’au jour ou le 1 er ministre (ex LR) de notre grand pays la France, s’est levé un beau matin et; à planter des panneaux 80 km/h dans nos belles campagnes, a voulu imposer une taxe  »dite » carbone sur les carburants et ajouter la CSG sur les retraites. Puis, est venu le temps des malus (jusqu’à 40 000 €), des malus au poids, de l’interdiction des moteurs thermiques, que même le socialiste Hollande n’aurait jamais osé imaginé dans ses rêves les plus doux. E.Philippe 1 er ne devait-il pas avoir d’autres ambitions ? Pourtant il y a mille mesures à prendre pour redresser notre pays en déclin depuis 40 ans.
        Ajoutons la non action énergétique en laissant pourrir pendant 5 ans notre fleuron thermonucléaire, en plantant des éolienne dans nos paysages, l’arrêt de la recherche et de exploitation pétrolière, la chasse inutile et ruineuse à la molécule bienfaisante de C02 présent à 0,04 %, la volonté de détruire notre industrie et particulièrement notre industrie automobile, prendre les Français pour des cons (rappelez-vous l’épisode pittoresque des masques de Sibeth Ndiaye…), l’obsession de réduire nos libertés de déplacement, la liste est longue, etc… Il en résulte des concitoyens atteint d’une velléité anti-Macroniste exacerbée au plus haut point. Oui ce pays pourri bien de l’intérieur, nous sommes à l’heure de la déconstruction, du déclin, du déclassement, de la réduction des libertés. Si vous avez un doute, je vous poserai une question purement pratique que je dois résoudre, suite aux décisions éscrologistes, si vous ne m’apportez pas la solution c’est que nous sommes désormais en dictature. Libérons la France, libérons le C02. Merci. Bien à vous

        J’aime

  8. L’interdiction du glyphosate et des néonicotinoïdes, l’interdiction des pesticides « de synthèse » (sic) tout court sur certaines zones (à partir du 1er juillet…), l’interdiction des nitrites dans les charcuteries, interdiction des emballages plastiques des fruits et légumes, du chauffage au fioul et au gaz, des chauffages en terrasse (après les élections, hein ?), des moteurs thermiques anciens, puis des moteurs thermiques tout court, l’interdiction des vols intérieurs si il existe un trajet en train en moins de x heures, interdiction de vente en animalerie, Interdiction de location et gel des loyers dans les passoires thermiques… etc…

    Je passe sur les interdictions liées au Covid et sur les « obligations »…
    Je pense que très peu d’électeurs connaissent ou mesurent l’impact de ces délires écolo-malthuso-enarco-marxistes…. et les responsables de ces joyeusetés vont être réélus dans un fauteuil.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s