Au Beausset

Moment très intéressant vendredi soir au Beausset (à côté de Toulon) pour une présentation climato-réaliste auprès d’un public très ouvert.

Avec le covid, on est aujourd’hui obligé de préciser quand une rencontre est « non-virtuelle »… À Toulon nous étions 70 selon les organisateurs (non, non, la police n’a pas donné ses chiffres), et c’était fort agréable de se trouver devant des gens réels plutôt que face à des vignettes mouvantes sur un écran. Pourvu que ça dure…

Pour la plupart des présents, c’était sans doute la toute première occasion d’entendre un avis climato-réaliste qui ne soit pas filtré par la caricature ou le manque de temps. Et comme toujours les réactions ont montré que les gens aiment se poser des questions et réfléchir par eux-mêmes. Il y a eu des questions techniques, des questions plus générales, et finalement peu de hors-sujet (genre « mais quand même, la Terre ne serait-elle pas surpeuplée ? »). L’unique réaction négative (sur le mode « si je comprends bien vous défendez le capitalisme et la pollution ») est nettement tombée à plat, preuve que ce genre de raccourcis n’a vraiment de sens que sur les plateaux de télé où le clash est requis.

Organiser ce genre d’événements est essentiel, peut-être même davantage que de vouloir à tout prix passer sur tel ou tel grand média ou écrire dans tel ou tel grand journal. Parce qu’on peut vraiment aller au fond des choses, rectifier, discuter, accepter des désaccords… bref mettre en scène ce que c’est que la pensée quand elle n’est pas limitée à 280 caractères. À Toulon vendredi, la liberté intellectuelle était bel et bien là. Voilà qui est fort rassurant.

57 réflexions au sujet de « Au Beausset »

  1. D’une part :
    « Organiser ce genre d’événements est essentiel, peut-être même davantage que de vouloir à tout prix passer sur tel ou tel grand média ou écrire dans tel ou tel grand journal. »
    D’autre part :
    « 70 » invités

    Je conçois qu’il faut faire avancer nos idées en essayant de nouveaux canaux mais à ce rythme là, en admettant que tous les invités en sortent en adhèrant aux idées climato-réalistes, il faudra, à raison d’une conférence tous les jours de l’année comprenant 70 invités, environ 1311 ans pour éveiller et convaincre la moitié de la population française. D’ici là, on peut dire sans se tromper que la situation aura bien changé.

    Plus concrètement, y a t-il eu des retombées dans les médias locaux, des adhésions ?
    C’est peut-être un moyen de mettre en place des asso CR locales mais il faut proposer un plan, une fédération.

    J’aime

      • @Dynamo. Tout à fait. Je ne critique pas le fait d’y être allé mais il faut l’accompagner je crois d’une stratégie autre que la simple diffusion d’idées et de faits sur le RC. Mais comme le dit Benoît, ça permet d’avoir des retours de terrain beaucoup plus intéressants que sur les réseaux sociaux ou les rubriques commentaires des grands médias.

        J’aime

      • Voui. Rien d’inutile même si insuffisant.
        Pour ma part, j’aimerais adhéré à l’ACR. Ce qui financièrement me sera possible dans quelques mois.
        En attendant, je suis lyonnaise et serait motivée à prendre part à des actions locales. Beaucoup de temps disponible, très peu d’expérience dans le monde associatif sauf les MJC du coin et des asso de danse entre amis.
        Mais grave motivée (mon entourage et moi en avons ras-le-bol de m’écouter revenir sans cesse sur la brutalité de cette idéologie au vernis vertueux), du coup si besoin de soutien sur Lyon voire Rhône-Alpes, je suis là.
        A bon entendeur.

        J’aime

    • Bonjour Cédric MORO

      Je suis tout à fait de votre avis et je vous prie de me permettre de vous interroger : combien coûterait une petite chaîne YouTube des Climato-Réalistes grâce à laquelle une telle conférence pourrait toucher 70 * XYZ personnes ?

      J’aime

    • Bonjour Cédric,
      Je suis moyennement d’accord avec toi. Nous sommes quelques centaines d’adhérents. Donc on peut faire 70 x quelques dizaines (les plus motivés), et compter sur l’effet tâche d’huile, ça fait déjà plus. Je suis partisan de plus décentraliser l’action de l’assoc, et dans cet esprit, (j’en parlais avec Joël Richard, l’autre soir): « Des mini conférences » données par les adhérents peuvent très bien s’imaginer dans nos communes respectives. Nous pouvons le faire bien sûr chacun de notre coté. Mais je serais partisan, si Benoît me lit, d’initier une action partant du bureau, qui inciterait encore et encore (et encore), les adhérents à se sortir le doigt de quelque part pour le faire vraiment. J’avoue ne pas l’avoir déjà fait dans mon village, et ça n’est pas bien. Mais Je pense que déjà, nous pourrions faire comme pour les fiches, un travail commun qui aboutirait à un powerpoint commun, aux couleur de l’assoc. Ça éviterait de perdre du temps à réinventer l’eau chaude à chaque fois. Ça + les fiches pourrait constituer le début d’une panoplie du parfait militant climato-réaliste partant en campagne.
      J’ai commencé à réfléchir sur une présentation succincte, mais j’ai du mal à me bouger pour le moment. Je lancerai l’idée à l’AG après demain de toute façon si l’occasion m’en est donnée.
      Amicalement
      Dominique

      Aimé par 1 personne

      • Je partage tout à fait la nécessité de disposer d’un power point validé par l’asso de manière à consolider la présentation de ceux qui, comme moi, ne se sentent pas, car non spécialistes autorisé, d’affronter les idées recues de l’auditoire, sans matériel probant. J’en ai fait un, power point, mais est il critiquable ? Pour se lancer il faut du biscuit…et du courage ! Et pourtant je commence à être blindé d’arguments .

        Aimé par 2 personnes

      • @Dominique : Tu parles de la deuxième partie de mon commentaire car, en effet, selon moi, il faut y aller avec des objectifs (qui n’étaient pas clairs, hormis faire connaître le climato-réalisme à la salle) :
        – mettre à disposition une brochure d’adhésion, des flyers, des stickers…
        – trouver un contact local pour l’asso
        – faire un communiqué à la presse locale
        – parler du site de l’association, de sa lettre d’info, de ces réseaux sociaux…
        Bref, faire s’investir dans l’asso ceux intéressés par les propos de Benoît et/ou essayer de donner plus d’échos à ces interventions dans la presse locale.

        Aimé par 1 personne

    • J’adhère pleinement à votre réponse. N’étant qu’un citoyen très ordinaire je cherche à essayer de comprendre « le pourquoi  » de cette révolution climato-catastrophiste ? Comme d’autres ,sans doute, je trouve l’exercice plus que complexe. A ce stade, ma seule certitude que je pourrais avoir est que le monde scientifique est semble t-il loin d’avoir cerné les mécanismes de fonctionnement du climat et loin de pouvoir démonter quelle sont les cause exactes de ses « disfonctionnements » . Et ce « qui ce conçoit mal ne s’énonce pas clairement » .
      Mais est-ce une raison pour que cette problématique, qui est entrain de retourner le monde, ne fasse l’objet de strictement (ou presque) aucun débat ? Va t-on sortir de la gé-guerre « climato ceci , climato cela ».
      OUI, il serait urgent de s’organiser pour informer , expliquer, donner à réfléchir, débattre et exiger  » LE DEBAT » en général.

      Aimé par 1 personne

      • @Marc, je crois que le problème de fond est que la Science est en train d’être dévoyée à des fins politiques (et je pèse mes mots).
        Il y a deux types de sciences : la Science établie, qui dit le vrai, très dure à contester (la Terre est ronde par exemple, le CO2 est nécessaire à la photosynthèse) et celle qui cherche à établir le vrai, la Recherche, où il est nécessaire de douter pour faire avancer la Science.
        Le problème est que nous vivons une époque où la recherche est revendiquée comme vraie, et non comme doute, et donc revendiquée sans remise en question possible. Le politique (du scientifique militant aux assos en passant par la presse et les femmes et hommes de pouvoir) s’empare des recherches qui l’arrangent et détermine alors ce qui doit être vrai pour mener ses actions.
        Ce n’est pas un fonctionnement normal. Il faudra bien un jour en sortir.
        Voir des scientifiques confirmés (et d’expérience) de renommée internationale comme Allègre, Courtillot, Gervais, Raoult, Péronne ou Montagnier se faire cracher dessus, traités de complotistes, rabaissés au rang de déviants parce qu’ils contestent certains résultats de recherche politisés est tout simplement anti-scientifique. Laissons place au débat scientifique, c’est cela la recherche et c’est ainsi qu’un jour, on aura des vérités ; pas en les faisant taire.

        Aimé par 2 personnes

    • Bonjour, 70 participants c’est un beau plateau, Jupiter lors de ses interventions dans le cadre de sa parodie de dialogue avec la ruralité, n’en avait guère plus. Félicitations Benoît pour cette magnifique tête d’affiche. A mon niveau, nos interventions sont plutôt dans le cadre d’un créneau horaire à l’occasion d’une réunion de diverses associations (politique, culturelle, sportive). Une chose est certaine, à chaque fois le doute s’installe parmi les participants, c’est l’essentiel. Merci. Bien à vous.

      J’aime

  2. A propos de la remarque sur la Terre ‘surpeuplée’, loin de moi l’idée de malthusianisme, mais amha, il est utile et intéressant de comparer, par exemple des courbes d’émissions de CO2 avec l’évolution de la population et des richesses (PIB entre autres).
    Ou tout simplement, des événements météorologiques dits extrêmes, qui touchent d’autant plus de personnes, à intensité égale …que la population s’est accrue…
    Tout ça pour dire, sans connaître le contexte exact de la question, qu’elle ne ma paraissait pas hors sujet ou agressive.

    J’aime

    • Je pense que la meilleure manière de répondre à la question de la surpopulation est de présenter côte à côte, pour un certain nombre de pays (Occidentaux, Chine, Inde) les courbes de natalité, de mortalité et de PIB.
      Si on laissait les pays africains se développer sans leur imposer notre néo-colonialisme, même vert, la question de la surpopulation ne se poserait plus très longtemps.

      J’aime

  3. Je dirais que le sujet n’intéresse pas les gens, qui pour la majorité, ne se sentent pas concernés, ou du moins pas menacés pour un bon bout de temps encore (on leur parle de 2100 ou même 2070 alors d’ici là…??).
    D’ici là, ils voient surtout les urgences du style santé (covid), poyvoir d’achat (salaire, prix des carburants, alimentation, loyers…), et… de profiter de la vie. Alors des débats sur le climato-réalisme, ils doivent être paumés pour de bon. Il y en a bien sûr qui s’informent, comprennent ,s’inquiètent, voire agissent à leur niveau. Mais minoritaires, beaucoup se sentent bien impuissants à changer le cours des choses. Un débat sur une grande chaîne, oui, ce serait souhaitable pour clarifier les arguments des uns et des autres. Style Jancovici et Rittaud, ça serait cool et intéressant. Non ?

    Aimé par 2 personnes

    • Oui !
      En 2009, autour du climategate (R.I.P., Paix à son âme, pschhhhhiiiit….) et même dans les quelques années qui ont suivies, ces débats ont eu lieu.
      Et donc : oui ! Ce serait génial mais ça n’arrive pas car avant cela il faut passer la barrière de la censure. Si je ne me trompe pas, il s’agit bien du sujet de ce fil de conversation.
      Et donc, on en vient au : Comment ?

      J’aime

  4. C’est pas simple quand on est citoyen lambda de mobiliser et rassembler un auditoire même réduit à quelques dizaines de personnes. Il me semble qu’il faut un minimum de « background » scientifique référencé pour avoir à priori un minimum de crédibilité.
    Je songe quand même à faire quelque chose dans mon club de montagne, mais je suis circonspect car il est affilié à la FFCAM qui a son propre comité scientifique avec notamment une climatologue mainstream sur le sujet climat: https://www.ffcam.fr/CS-climatologie.html
    A priori, je n’ai aucune crédibilité face à une telle personne, mais je peux toujours faire quelque chose à l’insu de la fédération…

    Quoi qu’il en soit, je pense qu’un auditoire peut-être sensible aux faits, car ils sont évidemment facilement compréhensibles, contrairement à la théorie.
    Et depuis quelques années, certains faits allant à l’encontre de la théorie réchauffiste (tels que celui-ci : https://actualite.lachainemeteo.com/actualite-meteo/2021-11-29/scandinavie-froid-record-pour-un-mois-de-novembre–37c-ce-dimanche-61674) se répètent et à force ne peuvent plus être rejetés d’un revers de la main sous prétexte que la météo n’est pas le climat.

    Je pense aussi qu’on peut utiliser les graphiques présentés ici:
    https://www.meteocontact.fr/climatologie/france/bilans-climatiques
    Il est intéressant de constater (et partager ce constat) que si la température annuelle (graphiques du bas de page) a incontestablement fortement augmenté depuis 40 ans, les températures moyennes mensuelles ne montrent pas une évolution similaire. Pour la plupart des mois de l’année, il n’y a pas de tendance haussière aussi marquée.
    Pour certains mois (mars, mai notamment), il n’y a pas de tendance haussière depuis la fin des années 80, pour d’autres les mois doux le sont de moins en moins (avril, octobre).
    Ne pas oublier que la théorie du rca, c’est un réchauffement général et progressif de l’atmosphère au fur et à mesure de la hausse du taux de CO2, et cela quelque soit la saison et le lieu. On devrait constater partout sur terre et pour chaque mois une même tendance à la hausse de la température (même si ça n’exclut bien sûr pas que d’une année à l’autre, la température moyenne d’un mois donné varie fortement).
    Pour la France, ça ne se vérifie pas. La hausse de la température moyenne annuelle résulte en grande partie de la répétition accrue de températures mensuelles au-dessus des moyennes, mais pas d’une véritablement tendance haussière mois par mois.

    J’aime

    • Merci pour ces graphiques qui sont très parlant. Il y a une variabilité naturelle pour les mois surtout, les saisons et même les années. Ce qui est vraiment significatif est la moyenne annuelle sur une période de 30 ou 40 ans. De 1900 à 1980, cette moyenne était assez stable, alors que depuis 1980 à nos jours, il y a eu un point de bascule très net. Un peu comme si l’excédent de CO2 était jusque-là compensé par l’absorption de la biomasse, et qui a divergé depuis (explication tres personnelle).
      Mais la tendance est malgré tout la même sur tous les mois, certains plus marquée que d’autres. On le répète souvent, le système climatique est complexe avec des boucles de réaction diverses positives ou négatives. Mais sur une durée significative, le constat est évident.

      J’aime

      • « Ce qui est vraiment significatif est la moyenne annuelle sur une période de 30 ou 40 ans. »
        Vous ne voulez pas voir que l’examen des moyennes mensuelles est quelque peu dérangeant pour la théorie réchauffiste, donc vous vous en tenez à la moyenne annuelle, alors que c’est une moyenne de moyennes mensuelles, elles-mêmes moyennes de moyennes quotidiennes, et que ce faisant on perd pas mal d’information.
        Au contraire les moyennes mensuelles sont plus intéressantes pour (tenter de) comprendre les variations climatiques (les moyennes saisonnières n’ont pas beaucoup plus d’intérêt que la moyenne annuelle).

        « On le répète souvent, le système climatique est complexe avec des boucles de réaction diverses positives ou négatives. »
        Lesquelles exactement ?
        Comment expliquez-vous par exemple qu’il n’y a toujours pas eu de septembre plus chaud que septembre 1949 ? 70 ans d’émissions de CO2 n’ont toujours pas suffi ? Ou que le très doux février 2020 n’a pas été plus doux que février 1926 ?

        J’aime

      • @Hug
        Non, je vous répète que les moyennes mensuelles de tous les mois sans exception, mars, mai et septembre compris sont aussi toutes en augmentation depuis 100 ans. C’est juste un peu plus net sur certains que pour d’autres. Vous parlez de septembre 1949, oui il a été exceptionnellement chaud sur la France (20.3°C). Mais les 15 mois de septembre précédents étaient à 18°C ou moins, et de même pour les suivants. L’année suivante en septembre 1950 il faisait 16°C et 3 ans plus tard 14°C. La moyenne de septembre de 1920 à 1980 était de 16.7°C en France. Elle est à 18°C depuis, et ces 20 dernières années, on a eu 7 fois plus de 19°C. C’est ça qui caractérise une évolution. Et pour Juin par exemple, c’est encore plus net (les juins actuels plus chauds que les juillet ou Août en 1920), et dans certaines régions plus marquées que d’autres (départements de montagnes).

        J’aime

      • Eh bien je vous annonce des températures plus froides. 1.1° de moins que la moyenne 1991-2020, à 4.1 contre 5.2.
        Et 9 jours de gel sous abri contre 6.6.

        Et ce n’est pas le premier mois.

        J’aime

      • @Zimba
        « C’est ça qui caractérise une évolution »
        Non ce qui caractérise une évolution c’est une tendance nette comme celle que l’on voit pour la t° moyenne annuelle sur les 40 dernières années.
        Mois par mois, c’est beaucoup moins caractéristique. Pour certains mois, sur les trente dernières années (c’est quand même une période significative climatologiquement parlant), il n’y a pas de tendance.
        C’est très net pour février, mars, mai, août, et aussi octobre.
        Vous ne voyez pas l’ébauche de tendance baissière pour avril depuis 2007 ?
        Pour novembre, un des seuls mois qui était sur une tendance haussière marquée comme la moyenne annuelle, on voit que cette tendance s’essouffle sérieusement depuis 2015 (ça se confirme avec le novembre2021 plutôt frisquet).
        Ouvre les yeux, sortez de l’hypnose et reprenez contact avec la réalité. Le refroidissement est amorcé, on en prend facilement pour 30 ans.

        J’aime

      • @Hug
        Je ne sais pas si vous savez ce qu’est une moyenne glissante. Pour avril, non il n’y a pas de tendance baissière depuis 2007, regardez son graphique de gauche, ça saute aux yeux. Ou alors vous parlez d’une moyenne sur ….1 an 😂…
        Alors là oui avril 2021 a baissé de -1°C.
        Faut être sérieux, depuis 2007 il y a eu 4 années à +2° ou +3° de plus que la moyenne avril 91-2020 qui était déjà supérieure à celle des 30 années précédentes de 1.5°. Faite le compte. Je ne sais pas qui est sous hypnose !

        J’aime

      • Zimba a prétendu que : « De 1900 à 1980, cette moyenne était assez stable, alors que depuis 1980 à nos jours, il y a eu un point de bascule très net. ».

        Objectivement, ce n’est pas ce que l’on voit dans les données.
        Sur le graphique (ci-dessous) les vitesses de variation de la température changent par périodes (1910-1940, 1940-1975 et 1975-maintenant) qui semblent liées aux cycles océaniques :

        J’aime

      • Bonjour Zimba,

        Vous écrivez :
        « Pour avril, non il n’y a pas de tendance baissière depuis 2007, regardez son graphique de gauche, ça saute aux yeux. »

        Il vous faudra chausser une bonne paire de lunettes. Vérification faite, la tendance avril 2007-2021 est de -0.53 °C par décennie.

        Vous concluez : « Je ne sais pas qui est sous hypnose ! »

        Oui, une personne sous hypnose a toujours de la peine à reconnaître son état.

        Cette année 2021 mémorablement caniculaire étend pour décembre son somptueux manteau de réchauffement climatique blanc sur les obsolètes stations hivernales de basses altitudes. La vie est simple, il suffit de croire et de fermer les yeux.

        Aimé par 1 personne

      • Bonsoir Zimba,
        je vous demande pardon à l’avance mais je vais être directe : vos raisonnements sont intuitifs et non déductifs, ce n’est pas une démarche qui permet d’accéder à des bribes de « vrai » mais juste à une construction personnelle ou réalité subjective, quelque chose de mou qui ne résiste pas à l’expérience, à la confrontation avec la multiplicité du réel. Bref, je vous trouve un peu limité niveau intellection, par vos barrières émotionnelles. Comme si, bon sang…! Vous y teniez à votre apocalypse, avec sa dose de jugement dernier.
        Le subtil ne se mesure pas très bien, les chercheurs en sciences humaines font preuve de beaucoup de précautions pour ne pas tomber dans un biais idéologique à leur propre insu. Ce que vous ne faîtes pas. Votre sensation doit être validée par un tangible, forcément. Tant pis si je pète les branches en bois du trou en forme d’étoile pour y faire passer mon parallélépipède.
        Mais ne serait-ce que votre constant intérêt pour les articles de ce blog démontrent une ouverture d’esprit et une ouverture au dialogue qui me font déjà regretter ce commentaire. Enfin non, le minore, le nuance.

        J’aime

  5. .
    Je vois les défenseurs de l’idée des changements climatiques anthropiques et ceux de l’idée des changements climatiques naturels penser et agir chacun en fonction d’une idéologie particulière, qui consiste à poser «le fait indéniable que les autres ont tort» … Mais le plus étonnant, c’est que chacun de ces points de vue s’appuie sur la science, et que chacun nie carrément la scientificité des points de vue de l’autre … Peut-on penser que c’est vraiment sérieux, tout ça ? …

    J’aime

    • La science devient « sérieuse » quand elle sait faire des prédictions. Ou expliquer le passé. Ce qui n’est pour l’instant pas le cas ou presque pour la climatologie, science encore trop jeune. On sait expliquer un peu le passé avec les cycles de Milankovic. Mais on ne sait pas prévoir le futur. Il y a bien des tentatives avec les travaux prometteurs de Zharkova (https://www.nature.com/articles/srep15689), ou ceux de Svensmark.
      Est-ce sérieux ? Ben oui. Tant que les politiques ne s’en mêlent pas, la science avance cahin caha , mais elle avance. Mais si les politiques s’en mêlent, elle fait du sur-place ou recule. C’est comme ça. Science et Politique ne font jamais bon ménage. Les exemples sont légion dans l’histoire des sciences. Et pour la climatologie, les politiques ont tellement pris le pas que c’est n’importe quoi. Voire pire.

      Aimé par 2 personnes

      • @Dominique D’où la difficulté éthique de beaucoup de réalistes à s’aventurer sur le terrain politique, ce qui leur a fait perdre toutes les batailles face à ceux ayant politisé la question. Science et politique ne font pas bon ménage pour trouver le vrai mais pour normer la société, dans des sociétés de surcroit scientistes, il y a pas mieux.

        Aimé par 1 personne

    • Vous commencez une réflexion.
      Un peu d’histoire des sciences, d’observation et d’humilité vous aideraient à la poursuivre. Il n’en tient qu’à vous. Y a pas d’obligation, manquerait plus que ça.
      Ce que je trouve être sérieux, c’est de se questionner. Egalement sur ses propres limites.
      J’aime bien ce que dit Vincent COURTILLOT sur sa démarche scientifique de recherche. Résumé que j’espère fidéle :
      Observations (TOUTES celles recueillies sur le sujet) puis théorisation et expérimentation. Il y a des allers-retours entre les 3 pôles mais le socle ce sont les observations. Et le questionnement sur la manière dont elles ont été récoltées. D’où l’importance de la transparence, au sens de circulation de l’information.
      L’accès libre à l’information, meilleur garant de la liberté.

      J’aime

  6. Pas tt à fait en phase… :
    Ce qui compte ce n’est pas de convaincre, mais de toujours rester factuel.
    Si l’on prends l’exemple du sujet de la surpopulation, on constate que la technique maoïste de l’enfant unique n’a pas empêché la Chine de tomber dans la pénurie de terre arable pour nourrir ses braves. Mais leur évolution civile actuelle montre que l’accès libre à la contraception s’avère bien plus efficace pour tempérer la procréation. À l’instar des occidentaux qui se régulent ainsi depuis plus de quarante ans !!
    Donc les faits rattrapent toujours les théories. Et cela d’autant plus qu’elles sont vaseuses…

    J’aime

    • Oui c’est sûr, comme vous dites, « les faits rattrapent toujours les théories ». Mais ça peut prendre tellement de temps que ça ne suffit pas forcément de dire ça pour se rassurer. Là déjà, on est à 40 ans de supercherie. Il ne faudrait pas que ça dure autant que le géocentrisme !
      Ce qui me rassure plus, c’est ce que note C.Gerondeau et que vous notez aussi: Le fait que de toute façon, les 2/3 des humains crameront sans réserve tout le carbone qu’ils trouveront pour nous rattraper et c’est bien normal.
      La principale question est : Pendant qu’ils nous rattrapent, allons-nous continuer ces politiques énergétiques stupides qui précipitent notre déclin, ou bien allons nous comprendre enfin qu’il faut changer de cap pour ne pas se faire dépasser trop vite. Car à terme, ils sont beaucoup plus nombreux que nous, et le nombre est une arme quasi-militaire, celle qui a décimé les nomades face aux agriculteurs. Il ne faut donc pas faire n’importe quoi. Une amie d’origine chinoise me disait il y a 35 ans : « Tu ne te rends pas compte Dominique du sous-développement chinois. Jamais il ne nous rattraperont »…. Voilà, voilà ! Alors pour les autres (Inde, Afrique, etc…), ça mettra 1 ou 2 générations maxi. Rien n’empêchera ça.
      Planter des éoliennes, et rouler en V.E., et les regardant se développer en cramant du pétrole, c’est économiquement suicidaire. Oui notre action vise à convaincre, pour contribuer à nous maintenir au mieux dans la course du développement.
      Amicalement Dominique

      Aimé par 2 personnes

  7. Bravo, j’applaudis. Tous ces efforts individuels et collectifs pour répandre le message climato-réaliste sont tout à fait louables. Mais c’est d’abord et avant tout au niveau géopolitique que la partie va se jouer : déjà les deux tiers de l’humanité n’en ont rien à cirer de la transition énergétique. Aux États-Unis, le plan Biden bat de l’aile. En Europe, la crise énergétique aura un jour raison des politiques climatistes stupides, même en Allemagne, c’est une question de temps. Il devient de plus en plus évident que l’ONU a perdu toute crédibilité. Même Greta n’y croit plus. Parions que la COP 33 (l’âge où le Sauveur est mort) sera la dernière. J’espère me tromper et que la folie climatiste mourra bien avant. Le retour de Trump en 2024 pourrait précipiter les choses. Bonne soirée !

    J’aime

  8. @Robert Girouard
    «  » » » » » » » » » » » » » »déjà les deux tiers de l’humanité n’en ont rien à cirer de la transition énergétique. » » » » » » »
    Je pense que cela leur passe au-dessus de la tête tant que cela ne touche pas leur porte monnaie; mais concernant la crise climatique , je les comprends ; si on n’a plus de fossile pour se chauffer , ou s’il est réservé aux riches , vivement le réchauffement climatique

    J’aime

    • Bonjour Robert, et surtout, la France a déjà réalisée sa transition vers le nucléaire, bien avant que ce soit la mode, grâce à la clairvoyance du grand Charles. Pour ce qu’il reste des transports à se mouvoir avec de l’énergie 100 % d’origine naturelle (pétrole), c’est une goutte d’eau dans la mer. Mais d’après nos éscrologues patentés, nous devons sacrifier cette goutte d’eau au profit des autres grandes puissances ou en devenir. Grace aux amis de Pompilikhmer, le suicide collectif devient une nécessité. Les déconstructeurs sont en marche (à 80 km/h ?). Merci. Bien à vous.

      J’aime

  9. Bonjour Robert, les coupables devront être jugés pour haute trahison au profit de puissances étrangères. L’énergie est le socle d’une puissance économique, culturelle et sociale, les petits Micronistes à la solde des lobbys étrangers sont ignorants, et s’ils sont avertis, c’est gravissime. Entre bêtise et trahison, avouons que le choix n’est pas glorieux, pauvre France. En revenant aux affaires en 2024, Donald se retirera à nouveau de la FLOP et du Groupement Intergouvernemental d’Escroc sur le Climat. Les participants restant pourront jouer à se faire peur en jouant à la dinette. Merci. Bien à vous.

    J’aime

  10. Il ne faut pas trop espérer que le réchauffisme s’arrêtera bientôt, sous la pression des faits.

    Il suffit de voir combien le wokisme est en train de se répandre parmi des populations aisées et éduquées pour comprendre que le succès d’une idéologie ne dépend pas de sa pertinence pour décrire le monde.
    Pourtant ce compagnon de route de l’écologie politique nie les réalités biologiques les plus évidentes et, au delà, conteste toute pensée scientifique.

    Aujourd’hui, en France, même un personnage aussi provocateur qu’Eric Zemmour n’ose pas mettre en cause le dogme de l’origine anthropique du réchauffement climatique.

    Un peu comme au moyen âge personne n’osait mettre en cause le catholicisme. Un peu plus tard, au XVIème siècle, le poète Clément Marot fut emprisonné pour avoir mangé du lard pendant le carême….
    Puis lorsque la contestation violente est advenue, ce fut au nom d’une réforme du christianisme encore plus exigeante et intolérante, le protestantisme, et les guerres civiles et persécutions entre les deux camps ont duré près de deux siècles….

    J’aime

    • Bonjour Tatouzou, pour info Z a prononcé un discours sans appel lors du Face à l’info du 15-09-2020 sur C.News. J’ai l’extrait vidéo en fichier MP4, mais il n’existe pas de lien sur YT. Merci. Bien à vous.

      J’aime

      • Bonjour Murps, je peux vous envoyer la vidéo en wetransfer par MFS interposée si vous le souhaitez, dans ce cas faites la demande. Interviewé par Christine Kelly sur la question « Les Maires ont-ils perdu la tête », Z décrit l’esprit des écolos Français, je cite:
        « Qu’est-ce que c’est les écolos Français, ils sont nés idéologiquement dans les années 70, moment ou la gauche abandonne la vénération de l’ouvrier, pour la diabolisation de l’ouvrier. L’ennemi des écolos c’est le peuple Français, les traditions, le sapin de Noël, la famille, etc…
        Ce sont les bobos qui votent pour eux, les verts attaquent la pèche, la chasse, les jeunes femmes qui embrassent les champions, les statues, etc.. quelle horreur, c’est ça les écolos ! Ils nous cassent les pieds pour que l’on fasse tous du vélo et ils veulent interdire le tour de France. Les écolo élus municipaux, veulent endoctriner le pays, comme les communismes en 1950. Il détestent les traditions, quand elles sont Françaises. Les écolos sont une reconfiguration de l’extrême gauche. Ils sont rouges dedans et vert à l’extérieur. Le seul ennemie c’est la France, ils sont pour les éoliennes, qui posent un tas de problème, de pollution, d’intermittence, etc.. Ils manipulent les universitaires, etc.. ». Mais ce court extrait ne matérialise pas la force avec laquelle il dénonce l’éscrologie politico-religieuse. Merci. Bien à vous.

        Aimé par 1 personne

  11. Merci JR, j’ai déjà entendu ce genre de discours de sa part, ma question était relative à la changitude climatique. Je crois bien qu’il l’aurait déclaré comme une priorité ou quelque chose de ce genre…
    Son raisonnement ne serait donc pas allé jusqu’au bout.

    J’aime

    • Bonjour Murps, effectivement il serait intéressant de connaître sa position précise, aussi au sujet du C02 et du réchauffement médiatico-Davosio-Onusien. Enquêtons, il y a des comité Z un peu partout. Il est indispensable de connaitre toutes les positions des candidats avant les élections. Merci. Bien à vous

      J’aime

      • Vous cherchez d’étranges soutiens. Ici le Z ne veut pas dire Zorro n’est-ce pas ? Osez donc carrément les références aux grands hommes du passé et pas aux petits hommes du présent ! Par exemple : Pétain était-il climato-réaliste ??

        J’aime

      • Bonjour Cuntador, le sujet ici n’est pas le soutien à Paul ou à Jacques, mais de connaître les positions des candidats potentiels à l’élection présidentielle, sur le fameux réchauffement qui serait d’origine anthropique. Suggérez le nom d’un candidat, en l’occurrence il ne s’agissait pas de Zorro, mais de Zemmour, ne signifie en rien mon soutien. Simplement, je ne pratique pas la langue de bois, je suis prêt à cité une déclaration de Marchais si elle me convient, je suis un esprit libre voyez-vous. Merci de m’avoir donner l’occasion d’apporter cette précision, je pensais que les intervenants, ici, étaient tous dans cet esprit, des libres penseurs. Merci. Bien à vous. JR

        Aimé par 2 personnes

      • @ JR
        Celle de Pécresse ne semble pas faire de doute. Voici ce qu’elle dit dans le JDD d’aujourd’hui :
        « Ma droite est gaulliste, libérale et sociale. C’est mon ADN. Le défi climatique est aussi un fil rouge de mon programme, tout comme la réduction des inégalités, entre français de toutes origines, entre urbains et ruraux. »
        Puis à propos de St-Martin de Vésubie où elle fera son premier déplacement : « C’est aussi un village martyr qui a subi des inondations catastrophiques, et je veux mettre l’urgence climatique au coeur de mon projet. »

        J’aime

      • #JR.
        Je ne pense pas que dans la France de 2021 un candidat désireux de se faire rembourser ses frais de campagne voudra afficher sa mécréance (ni même ses doutes). C’est à nous de deviner si une fois élu il se couchera devant les écolos, un peu ou souvent…car il n’est pas pensable qu’il s’oppose comme il le faudrait.

        J’aime

      • Bonjour Hug, eh bien n’en voila déjà une d’éliminer. Cela confirme mon doute, car je l’ai interpellé personnellement à ce sujet lors d’un meeting, elle n’a pas daigné prendre position. Je n’ai pas vérifié, si elle aussi, a été élue Yong Global Leader par le club de Davos. En faite, je crains que ce soit une Macronnette améliorée. Merci. Bien à vous

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s