Un nouveau soutien inattendu

Je l’évoquais l’autre jour : ma tribune dans le FigaroVox (qui a fait hurler si fort les climato-bien-pensants qu’ils en ont oublié de présenter des arguments de fond) était dans la ligne de la Commission européenne, pour ce qui est de l’aspect « adaptation aux changements climatiques ». Un autre soutien inattendu, arrivé la semaine dernière, porte sur l’inutilité qu’il y a à continuer l’expertise du GIEC. Avant de cliquer sur « lire la suite », essayer donc d’imaginer qui a bien pu écrire les phrases ci-dessous :

(…) plus de trois décennies après sa création, (…), il est peut-être temps de se demander si le célèbre groupes d’experts sert encore à quelque chose.
Et, aussi iconoclaste que cela puisse sembler, il est même possible de se demander si son existence et son activité ne deviennent pas, à terme, contre-productives.
Le GIEC inscrit son travail dans un cycle sans fin. Aussitôt le sixième rapport rendu, le septième est mis en chantier. Un huitième lui succédera, et ainsi de suite. L’expertise apparaît ainsi toujours inachevée, comme si elle était sans cesse à parfaire, à jamais insuffisante.

Je vous le dis : vous allez avoir du mal à y croire.

Le titre de l’article : « À quoi sert encore le GIEC ? ».

Le journal dans lequel il est paru : Le Monde. Date : 4 septembre 2021.

L’auteur : Stéphane Foucart.

Je sais : il faut le voir pour le croire

41 réflexions au sujet de « Un nouveau soutien inattendu »

  1. Supprimer le GIEC…le rêve! Mais j’y vois moins un soutien qu’une foi suffisamment aveuglée qu’aucune autre démonstration supplémentaire du catastrophisme climatique n’est nécessaire pour agir. Plus besoin de la science, seule la foi suffit.

    Aimé par 3 personnes

    • En effet, c’est un appel à supprimer le GIEC au nom de « science is settled ». Et comme pour eux GIEC=Science, alors l’existence même du GIEC peut glisser l’idée que « science is perhaps not quite settled » ce qui est en effet contre-productif. Et du coup autant le supprimer pour se concentrer sur l’action politique, la « transition énergétique » et toutes ces fadaises.
      C’est sûr qu’une fois le GIEC supprimé, on ne pourra plus contester ses rapports. Ça se tient !

      J'aime

    • @ Philippe Catier : Bonjour, tu dis « Plus besoin de la science, seule la foi suffit »
      Je pense que c’était le but recherché, y compris par Stéphane Foucart et maintenant il semble atteint, même chez la majorité des climato-réalistes donc, vu les erreurs commises par le GIEC, cessons la discussion qui ne pourrait qu’éclaircir le problème. Voir plus bas les réponses à Laurent Saez etc…
      Petite remarque d’orthographe @ Benoît : « Je vous le dit : vous allez avoir du mal à y croire ». Non, pas DIT ! Mais : « je vous le DIS »

      Aimé par 1 personne

  2. Stratégiquement, ce garçon étant journaliste réchauffiste d’après ce que je comprends, appeler à supprimer le GIEC, c’est un peu se tirer une balle dans le pied. En effet, à chaque parution d’un rapport, c’est l’occasion d’un ras de marée journalistique qui lui permet d’écrire des tonnes de conneries, et de les vendre au grand public. C’est quand même son gagne pain. Mais bon … il sait que le GIEC restera, c’est juste un article de plus, consciemment provocateur pour faire le buzz.
    La preuve, même nous on en parle, et le lien est même sur mmm désormais !
    Cédric, qu’est-ce que tu fous ! (lol)

    J'aime

    • C’est vrai mais il faut voir que Le Monde n’a pas vraiment besoin d’un lien sur le blog à Benoît pour être très visible dans les résultats des moteurs de recherche car ce journal à au moins chaque mois des milliers de liens qui sont fait vers son site depuis des sites bien plus importants que le boig à Benoît. Donc, c’est moins grave dans ce cas.
      C’est plus embettant quand on fait des liens vers des sites beaucoup moins connus et moins bien réréfencés comme Bon Pote ou le Tétard mouillé, car cela a un impact réel sur l’amélioration de eur référencement (pageRank de Google) alors même que ces sites colportent des dénigrements sur les climato-réalistes, qui pourraient ainsi passer au rang de la diffamation du fait d’une meilleure visibilité.
      Mais même dans le cas du Monde, techniquement, on pourrait résoudre ce problème en faisait un lien dans l’article qui mène vers une page intermédiaire de redirection (avec une balise « no follow » à l’intention des moteurs de recherche) qui redirigerait vers la page du site du Monde. Ainsi, on pourrait mettre un lien vers cet article sans améliorer le PageRank du Monde.

      Aimé par 1 personne

      • Merci Cédric. Ça fait sens. Du coup je me dis qu’un petit guide à destination des profanes serait peut-être bien venu sur le forum interne ACR mattermost, à destination des adhérents, pour d’une part éviter les bêtises (comme je fais parfois), et d’autre part améliorer notre visibilité, si tout le monde applique les conseils. Je ne t’ai pas trouvé sur mattermost. Y-es-tu ?

        J'aime

      • @dominique Je peux même développer une interface de création de lien de redirection vers les sites dont on ne souhaiterait pas voir améliorer le référencement. Mais sera t-elle utilisée car c’est quand même une contrainte d’utilisation pour une raison que peu maitrisent/pensent ? Il doit bien y avoir des raccourcisseurs d’URL qui font le travail mais je n’en ai pas trouvé.
        Sinon, je ne suis pas sur Mattermost. Il faut que je pense à y aller.

        J'aime

  3. « Soutien » est un peu fort… Foucart écrit que le GIEC a tout dit et qu’il faut se lancer à fond dans l’action politique. En d’autres termes, nos convictions sont faites, jetons la science aux orties, prenons le pouvoir et imposons notre loi écologiste au monde entier.

    Supprimer le GIEC ça nous ferait peut-être des vacances mais ça ne changerait rien sur le fond. Je rappelle que le GIEC ne produit pas de science. Il se content de synthétiser la science du climat dans de gros rapports pleins de références. Supprimer le GIEC ne supprimerait pas les milliers de chercheurs qui travaillent là-dessus.

    Cela ne supprimerait pas non plus les mouvements écologistes qui exploitent les travaux scientifiques dans le sens qui les arrange. Ni les politiques qui font la même chose. Ni les administrations pléthoriques des ministères en charge de l’environnement qui justifient leur existence par « l’urgence climatique ». Ni les professionnels du business « vert » qui se nourrissent de subventions, elle-mêmes alimentées par nos impôts et taxes en tout genre.

    Aimé par 2 personnes

  4. Pour le moins inattendu !
    En ce qui concerne Le Figaro je tiens à préciser, sur ce blog, qu’à chaque fois que j’émets des doutes sur l’origine du changement climatique avec des chiffres à l’appui ( parfois issus du livre de Christian Gérondeau) je fais l’objet d’une censure.
    J’ai donc pris la décision de ne plus lire ce journal.

    Aimé par 1 personne

  5. Le fond de l’affaire est le ‘ Réchauffement Global ‘ et nous sommes tous d’accord sur son existence !

    Dire que le ‘ RG ‘ depuis les cinquante dernières années est 100% anthropique n’a pas de sens , cela revient à dire que tous les événements naturels n’existent plus , comme les fluctuations : d’ El Niño et la Niña , de l’océan Atlantique et Indien , des banquises , du soleil ….
    Dire que le ‘RG’ n’est pas du tout anthropique n’a pas de sens non plus , nous modifions les sols (forêt, agriculture, artificialisation , modification des cours et des plans d’eau …) ,rajoutons des GES qui empêchent le rayonnement IR de s’échapper plus rapidement …

    Nôtre part dans le ‘ RG’ est réelle comme les végétaux ont modifié le climat mondial en leur temps .

    Les questions sont : Quel est la part de l’humanité dans ce ‘RG’ ?
    Quel sera l’évolution du ‘RG’ dans l’ avenir avec nos modes de vie ?

    Les coups de communication des uns et des autres ne changent rien à la réalité des climats et de la moyenne statistique globale .

    J'aime

    • Les trois questions :

      1/. L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est il fortement lié aux émissions humaines?
      2/. Le réchauffement à 0,14° par décennie est il principalement du à la croissance du CO2 total dans l’atmosphère ?
      3/. Baisser ou annuler les émissions de CO2 en France ou en Europe fera-t-il ralentir les croissances du CO2 dans l’atmosphère et de la température de la planète ?

      perso, je réponds NON aux 3 questions.

      Aimé par 2 personnes

      • Alors d’après tout ce que j’ai lu, et l’idée que je m’en suis faite :
        1) Oui
        2) Sans doute pas, avec un taux de confiance de 90%. Cette pente est faible et s’est trouvé mainte fois dans le passé proche et lointain sans CO2 anthropique.
        3) Si on fait des choses au niveau France ou Europe seulement, ça ne changera quasiment rien sur le taux de CO2. Si on prend le profil des émissions et le profil du CO2 depuis 100ans au niveau mondial, et qu’on fait l’hypothèse d’une absorption (biosphère+océans) par exponentielle décroissante, on tombe sur une constante de temps de l’ordre de 30ans. C’est à dire que si on arrête tout maintenant (au niveau mondial = utopique), on aura dans 30ans environ 280+(420-280)/2=350ppm. Et l’impact sur les T° sera de toute façon sans doute négligeable voire nulle quoiqu’on fasse. La démonstration n’est pas faite, mais l’observation du passé tend à la montrer. La charge de la preuve est de toute façon vers ceux qui affirment que le CO2 est le gros thermostat, et non vers nous. Mais ils sont parvenus à convaincre la planète entière que nous avions la charge de la preuve, ce qui est le principal soucis. Car en fait ils n’ont rien démontré.

        J'aime

      • Une question « 4 » importante voire primordiale :
        4/. Et quand bien même le CO2 anthropique contribuerait à augmenter un peu la température, cela serait-il néfaste ? ou au contraire bénéfique ? Et de combien ?
        Au regard du passé tout penche vers du bénéfices.

        J'aime

    • +++ nous modifions les sols (forêt, agriculture, artificialisation , modification des cours et des plans d’eau …) ,rajoutons des GES qui empêchent le rayonnement IR de s’échapper plus rapidement …+++
      Bon, ben tout est dit. Les choses continuent d’évoluer on dirait. Il ne vous reste plus qu’à apporter vous aussi des solutions…

      J'aime

      • C’est vrai que j’ai changé sur le fond , l’humanité à une influence sur le vivant et donc sur l’atmosphère qui est liée à ce vivant par des échanges gazeux depuis le début de La formation de la Terre , bien sur le minéral a sa place dans le système !
        je sais qu’il y aura toujours des manipulations des politiques ,des ONG et des médias pour faire évoluer nos sociétés à leurs profits . Ça il faut le combattre ! .

        J'aime

  6. Pour la question 1), ça a déjà été prouvé (isotopes carbone C13/C12), renseignez vous
    Pour la 2), ce sont les bases même des principes de la climatologie, et l’effet de serre qui donne une moyenne de +15°C au lieu de -18°C sans H2O ni CO2.
    Le soleil est lui dans une phase de cycle faible.
    Enfin la 3), oui mais modérément puisque les plus gros émetteurs sont Chine, Usa. Mais on est tous dans la même galère.

    J'aime

    • 1) Ce n’est pas parce qu’on trouve forcément des traces du CO2 qu’on émet qu’il est responsable de l’augmentation générale. La forte réduction de nos activités en 2020 n’a eu strictement aucune répercussion sur l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère.
      2) Les quelques réchauffement qu’on peut observer n’ont rien à voir avec le CO2. La théorie est fausse, les faits démentent les prédictions, le CO2 suit les températures et pas l’inverse.
      3) Baisser nos émissions de CO2 n’auront strictement aucun effet (voir 1)).

      J'aime

  7. ‘Prouver le RG anthropique :
    C’est exactement ce que !es scientifiques essaient de faire dans les 4000 pages du rapports du GIEC !
    Personne ne peut dire qu’ils se trompent tous , ça n’a pas de sens !
    Il peut y avoir des incompréhensions et des erreurs ,bien sûr !
    Je suis moi-même climato-réaliste ,mais honnêtement , nous avons nous aussi une influence
    sur l’évolution de notre planète comme les bactéries ou le phytoplancton .
    Exemple : les Allemands qui défoncent les sols pour extraire le Lignite ,
    l’assèchement de la Mer d’Aral a été produite cinq fois depuis 2000 ans …
    Nous pouvons souiller les océans et les fleuves ,alors pourquoi pas l’atmosphère.dont le fonctionnement serait altéré ?

    J'aime

    • « Nous pouvons souiller les océans et les fleuves ,alors pourquoi pas l’atmosphère.dont le fonctionnement serait altéré ? »
      Pourquoi toujours penser que l’intervention humaine a forcement un impact négatif sur la nature ? C’est un à-priori que les écolos ont réussi à inculquer à presque tout le monde, pourtant plus de CO2 dans l’atmosphère, c’est d’abord et principalement bénéfique à la végétation et à l’agriculture. Brûler des hydrocarbures, surtout si on parvient à limiter à un niveau admissible pour la santé les vrais polluants (fumées, dioxyde de souffre, oxydes d’azote, etc), c’est en fait bon pour la planète.
      Les retenues d’eau artificielles s’avèrent souvent bénéfiques pour la faune (ex: lacs de régulation du débit de la Seine et de la Marne appréciés par les oiseaux migrateurs).
      Et puis concernant les forêts, regardez ce reportage intéressant sur la forêt de la montagne ste-victoire 30 ans après l’incendie dramatique de 1989.

      Aimé par 3 personnes

      • Hug, vos arguments sont bons , vous avez raison. Tout ce qui nous entoure est fait pour être utilisé , de toute manières ,il est impossible de faire autrement .
        Les écolos sont des religieux extrémistes .

        L’histoire du Réchauffement Global est plus politique que physique ,car même si les océans montaient de 60 mètres en quelques centaines d’années ,donc avec une température de + 6 ° en moyenne (statistique) , l’humanité comme tout le vivant s’adapteraient et il est possible qu’ un climat tropical mondial serait bien mieux que maintenant ,pourquoi pas ? Il faudrait voir une simulation !

        Je sais bien que les côtes seraient bien différentes et que nos infrastructures actuelles seraient perdues ,mais avec deux mille ans devant nous , tout pourrait être réagencé tranquillement si cette évolution était certaine .

        J'aime

      • Ce qui est quand même assez fous, c’est que les écolos se concentre sur le CO2 qui est pourtant (avec H2O) le gaz le plus naturel qui soit, la brique chimique élémentaire de la nature, mais que les champs d’éoliennes, et de panneaux PV, alors ça ils trouvent ça très bien ! Avec l’impact visuel, les forêts abattues pour construire tout ça, le sol occupé par le PV, les extractions polluantes de métaux/terres rares, les problèmes de recyclage de tout ce merdier. Mais pour eux c’est vraiment le top de l’écologie, tout ça pour réduire au maximum le taux de concentration de la brique élémentaire de la vie. Les générations futures ne croiront peut-être pas leurs propres livres d’histoires tellement c’est con !

        J'aime

    • Bonjour, 4000pages n’est ni une preuve ni un argument. on a retrouvé à Strasbourg des centaines de thèses de médecine datant des années 40, écrites par des gens cultivés et sérieux, bac + 8, qui appuyaient la thèse selon laquelle la race juive était inférieure. https://www.dna.fr/societe/2017/07/08/dans-les-caves-de-l-universite Des expériences avec des cobayes humains ont même été réalisées. Cette thèse convenait à la bien-pensance de l’époque comme le RCA aujourd’hui. À l’époque comment aurait-on pu imaginer que ces centaines de personnes brillantes et très cultivées se trompaient toutes ? Comment en sont-ils arrivés là ?
      Une connerie répétée des milliers de fois par des gens brillants reste une connerie. L’infériorité de la race juive est une connerie. (d’ailleurs il n’y a pas de race juive tout court).

      J'aime

  8. La suppression du GIEC est une question qui se pose effectivement pour les réchauffistes.
    A partir du moment où on considère que la science est établie, qu’il y n’y a plus aucun doute sur l’impact climatique de l’activité humaine, qu’il est nocif et qu’il faut absolument réduire drastiquement la consommation d’hydrocarbures pour éviter la catastrophe, il paraitrait logique de considérer que cet organisme a rempli sa mission et qu’il n’est plus nécessaire. Au contraire le maintenir en activité pourrait laisser penser que la science n’est pas autant établie qu’on le dit.
    Mais ce serait aussi se priver d’une caution scientifique (du moins en apparence) qui permet d’imposer une politique contraignante au nom de la science et de réfuter les accusations d’idéologie.
    Mais pour permettre à la science d’avancer sereinement, il y a évidemment intérêt à supprimer le GIEC. Judith Curry avait milité pour sa suppression il y a quelques années, estimant qu’il nuisait à une recherche scientifique objective sur le climat. Il n’y a pas vraiment de doute à avoir là-dessus.

    J'aime

  9. Supprimer le GIEC serait dans leur logique : puisque la science est établie et qu’ils connaissent parfaitement le fonctionnement du climat…..
    Plus sérieusement, Foucart a plus certainement une autre idée en tête : éviter que l’accumulation des pronostics et autres simulations TOUTES foireuses, deviennent trop nombreuses pour que cela ne se voit pas un jour!
    Sans compter qu’à force d’inventer des cataclysmes de plus en plus gros, la conséquence va devenir contraire à leur but : les gens vont soit commencer à se poser des questions sur la véracité de ces accélérations de catastrophes assistées par ordinateur, soit se dire que la seule solution est l’adaptation, pas la régression* économique et sociale.
    Mais en supprimant le Giec, ils se priveraient d’une tribune régulière, d’un « rappel » de caution pseudo scientifique.

    *Dorénavant, j’emplois le mot régression à la place de décroissance.

    J'aime

    • C’est vrai mais il est déjà trop tard pour éviter les démentis qui risquent d’être infligés par le climat et également trop tard pour éviter la lassitude des annonces catastrophiques permanentes…

      J'aime

      • Bonjour Philippe, « la lassitude des annonces catastrophiques permanentes », ça je n’y crois pas trop. Je pense qu’on peut éternellement annoncer la disparition du pôle nord pour dans 15 ans. C’est ce qu’ils font d’ailleurs, et les poissons mordent à tous les coups. Dans notre entourage, on a beau ressortir les annonces débiles d’il y a 15 ans, c’est nous qui sommes les théoriciens du complot. C’est un peu comme les annonces de fin du monde. Elles existent depuis la nuit des temps et renaissent de leurs cendres sans arrêts. Quand on sort des études sérieuses qui montrent que les incendies aux USA régressent, que les îles du pacifique grossissent, ou que les ouragans ne sont pas plus nombreux, on passe systématiquement pour des guignols.
        J’ai quand même quelques amis qui sont las de tout ça en effet et flairent l’embrouille. Mais j’ai l’impression que c’est ultra minoritaire, et que l’immense majorité gobe tout.

        Aimé par 1 personne

  10. @fm06

    Je me demandais si Stéphane Foucart avait viré sa cuti mais non, on est d’accord
    —————————————
    Le 12 septembre 2021 à 8 h 37 min, fm06 a dit :
    « Soutien » est un peu fort… Foucart écrit que le GIEC a tout dit et qu’il faut se lancer à fond dans l’action politique. En d’autres termes, nos convictions sont faites, jetons la science aux orties, prenons le pouvoir et imposons notre loi écologiste au monde entier
    —————————————-
    Dailleurs Foucard a aussi participé à l’ecriture de cet article
    «  » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »La planète est entrée dans l’ère des « mégafeux »
    Sur plusieurs continents, des incendies de taille inédite ont ravagé en quelques semaines plusieurs millions d’hectares de forêt. Le réchauffement climatique augmentera, dans les prochaines décennies, le risque de voir ces événements se multiplier. » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »
    ——————————————
    Je pense simplement que Stéphane Foucart souhaite simplement en tant que journaliste remplacer le GIEC disparu

    J'aime

  11. Moi aussi je réponds non aux 3 questions avec les arguments suivants :

    Point 1 Le 13C n’est pas d’origine humaine ou biologique et c’est connu depuis longtemps. Les expériences de Mook et al de 1974, 1980 et 1986, confirmées par Zhang et al 1995, ont démontré que le 13CO2 n’a pas pour origine la combustion des hydrocarbures mais exclusivement la température de l’eau de dissolution de CO2 issu de pastilles de bicarbonate sans déficit en 13C.

    Point 2 Il n’est pas rationnel de faire une moyenne mondiale de température représentative de quoique ce soit dans l’évolution d’un climat moyen terrestre qui n’existe pas. C’est aussi vrai de la teneur moyenne de l’atmosphère en CO2. Les notions d’effet de serre et de gaz à effet de serre sont absurdes et sur le CO2 c’est parfaitement démontré depuis plusieurs décennies : ce n’est pas la variation de T qui dépendrait de la variation de teneur en CO2 mais toujours et partout l’inverse, la variation de T qui induit celle de la teneur atmosphérique en CO2.

    Point 3. Quant à ce point si le précédent est acquis, toute tentative humaine de réduction du CO2 en vue de modifier le climat par la température moyenne globale de la planète est une absurdité. C’était connu depuis longtemps au simple regard de la disproportion des contributions humaines, moins de 10% annuel des « flux naturels de CO2 » alors que le flux naturel annuel est de 35 à 40% du stock global et que la part éventuellement biologique ou humaine n’est absolument pas discernable, ce qui se « mesure » facilement au rythme annuel dans les cernes des arbres tropicaux (Kittagawa) ou arctiques, Grudd.

    Et pour conclure, la surprise tout à fait inattendue et dont personne, y compris chez les climatoréalistes ne semble vouloir discuter, c’est le froid, nécessaire à la prise en glace et à la fermeture de la banquise, qui augmente majoritairement la teneur atmosphérique en CO2. L’augmentation de la température de l’océan tropical a aussi un effet semblable à Mauna Loa mais son amplitude annuelle est trois fois plus faible. Voir ici mon interprétation : https://tinyurl.com/ycl8gxw7 .

    J’ai dit ailleurs que c’est ENORME et ça l’est du moins je le crois.

    J'aime

  12. @Moulin et Michel Le normand

    /1/ L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est il fortement lié aux émissions humaines?
    2/. Le réchauffement à 0,14° par décennie est il principalement du à la croissance du CO2 total dans l’atmosphère ?
    3/. Baisser ou annuler les émissions de CO2 en France ou en Europe fera-t-il ralentir les croissances du CO2 dans l’atmosphère et de la température de la planète ?
    perso, je réponds NON aux 3 questions.
    ——————————————
    Je pense que vous vous êtes des disciples du Doctor Ed Berry
    «  » » » »The world’s most costly scientific error is the false belief that human CO2 causes all the increase in atmospheric CO2.

    The truth is that nature causes most of the increase. The truth changes everything they have told you about climate change. » » » » » » » »
    https://edberry.com/blog/climate/climate-physics/the-worlds-most-costly-scientific-error/?__s=tpplz70205vr1y8qt51w
    ————————————————-
    perso je pense que vous êtes nul en physique isotopique et en passé géologique de la terre et de l’atmosphère ; soyez climato réalistes
    1) L’augmentation du CO2 dans l’atmosphère est 100% lié aux émissions humaines?
    2° Le réchauffement à 0,14° par décennie est principalement du à l’activité solaire
    3° Baisser ou annuler les émissions de CO2 en France ou en Europe fera régresser le niveau économique et social et ne changera rien à la température de la planète

    J'aime

    • Réponse @ Fritz
      Fred, par rapport à vous, je suis surement nul en physique et en géologie, mais qu’est-ce que cela peut bien avoir à faire avec l’évolution de la teneur atmosphérique mensuelle en CO2, sur les +50 dernières années à Barrow (intérieur du cercle polaire), Mauna Loa (tropique du Cancer) que l’on peut retrouver sur les graphes de Engelbeen trouvés sur wikipedia ?
      https://tinyurl.com/ybrpdgme
      https://tinyurl.com/y8ajkpew
      https://tinyurl.com/y9sazpsb

      La dynamique très régulière de ces teneurs est en parfait accord avec les lois de Henry pour la teneur en CO2 et en antiphase, avec le déficit en 13CO2, plus important aux basses températures, donc dans l’eau liquide froide comme celle de la fonte des banquises, au cours des mois de juin, juillet, août, dans l’océan arctique.

      Le passage d’une période de réchauffement à la fin du 20e siècle vers un refroidissement s’est effectué autour de l’El Nino de 1998, précédé et suivi de 2 périodes importantes de La Nina. Ce que Paul Aubrin a bien mis en évidence par l’utilisation d’une fonction detrend qui permet la linéarisation de données volumiques comme la température (1/100 de la dilatation d’un liquide entre glace fondante et eau bouillante) ou comme la proportion en parts volumiques pour 1000 de 13CO2 dans le CO2 atmosphérique. L’El Nino de 2016 est ainsi beaucoup plus faible (en température) que celui de 1998.

      Cette analyse est compatible avec la courbe de l’INSEE de mortalité pour mille habitants en France. Nous sommes entrés dans la période froide prévue par Leona Woods Marshall Libby en 1979. L’augmentation dramatique de la mortalité hivernale n’a pas de commune mesure avec le Covid 19, elle dure au moins depuis 5 ans sans interruption.

      J'aime

  13. @Michel le normand qui a écrit
    «  » » » » » »Fred, par rapport à vous, je suis surement nul en physique et en géologie, mais qu’est-ce que cela peut bien avoir à faire avec l’évolution de la teneur atmosphérique mensuelle en CO2″ » » » » »
    Rien du tout, le CO2 augmentera tant qu’on brulera plus de fossile que la biosphère ne peut pas avaler .Mais si vous n’êtes pas capable de faire le bilan grâce aux isotopes des divers sources et puits n’émettez pas de jugements sur le futur climatique de la planète , même si vous ne croyez pas à l’effet de serre du CO2

    J'aime

    • De MichelLN35 @ Fritz 15 09 à 18h43
      Les graphiques d’Engelbeen sont pourtant très démonstratifs. Les déficits en 13CO2 n’intéressent que la fraction de 0,5%v du CO2 dissous qui n’est pas ionisé, en bicarbonate (de mémoire ~90,5%v) ou carbonate neutre, (~9 %v), ce déficit étant par rapport au bicarbonate. Le CO2 atmosphérique provient exclusivement de cette toute petite fraction de CO2 moléculaire et son déficit isotopique en 13C est produit exclusivement lors de la dissolution et diminue proportionnellement à l’augmentation des températures du liquide de dissolution entre 0 et 35 °C.

      La reconstitution de la teneur en CO2 moléculaire se fait par régulation de la partition ionique. L’air au-dessus de l’eau contient 1%o de plus de 13CO2 que l’eau d’où il provient. Ces mesures sont faites dans des enceintes thermostatiques contenant de l’eau et de l’air décarbonaté au départ, elles ont permis d’asseoir sur des bases sûres l’évolution des températures lors de la formation de calcaires fossiles, ou de matières organiques comme la cellulose des cernes d’arbres millénaires, Kitagawa ; la température de formation des hydrocarbures peut être datée de la même façon et au début des études de cet ordre il y avait d’autres isotopes comme 18O etc.

      Quant à votre injonction à mon égard de la fermer sur le climat de la planète, un grain de modestie et moins d’arrogance ne serait peut-être pas trop mal venu de votre part tout le monde peut se tromper.

      J'aime

  14. Michel LN35
    dernier commentaire avec vous sur ce sujet; je vois que vous êtes un adepte et admirateur de Camille Veyres et JC Maurin ; vous pouvez lire ici les discussions de Engelbeen et Maurin
    https://www.science-climat-energie.be/2018/12/02/__trashed-4/
    la conclusion à cet échange est donné par Ph Riggi
    «  » » » » » »Bonjour Mr Maurin,
    il y a un point que je ne saisis pas bien sur la fig 4b : lorsque la température de l’océan augmente (et donc qu’il dégaze) on voit le delta 13C qui subit une variation négative si je lis bien l’échelle à gauche.
    Or dans vos notes précédentes vous donnez un delta 13C entre -7.5 et -8.5 pour l’atmosphère et entre -4 et 2 pour l’océan.
    si l’océan dégaze delta 13C devrait donc remonter et la variation devrait donc être positive.
    Pouvez-moi m’éclairer ? » » » » » » »

    J'aime

  15. Un autre soutien inattendu : dans Libération, face à Delphine Bathomètre, François Asselin, président de la CGPME, a déclaré « les chefs d’entreprise sont climato réalistes ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s