Les ingénieurs et les prophètes : l’étrange silence

par Christian GERONDEAU.

(Notez la parution du nouveau livre de Christian Gérondeau, La Religion écologiste, aux éditions du Toucan. BR.)

Les secteurs des hydrocarbures (pétrole, gaz et charbon), de l’automobile, de l’aviation, de la chimie et bien d’autres ont la meilleure des causes. C’est grâce à eux que les pays aujourd’hui développés sont sortis de leur misère ancestrale et connaissent le niveau de vie qui est le leur. Et c’est grâce à eux que des milliards d’êtres humains peuvent espérer accéder à leur tour à une vie meilleure et bien souvent à échapper à la mort elle-même.

Pourtant, ces secteurs vitaux jouissent aujourd’hui d’une réputation éminemment négative puisqu’ils sont accusés de mettre en cause l’avenir de la planète et sommés d’agir pour sauver celle-ci. Les reproches dont ils sont l’objet reposent pour l’essentiel sur un seul fondement : ils émettent du CO2, et celui-ci conduirait le globe à la catastrophe.

Cette accusation, émise par les Nations-Unies elles-mêmes ainsi que par leurs nombreux prolongements (GIEC…), mais aussi par de multiples organismes internationaux et de multiples gouvernements, ne repose sur rien comme le montre tout examen sérieux du dossier . Elle découle de la prise du pouvoir au sein des Nations-Unies il y a plusieurs décennies par les prophètes d’une nouvelle religion, celle de la nocivité de l’homme dont les émissions de CO2 seraient à leurs yeux la preuve.

Faisant aveuglément confiance aux autorités politiques mondiales, internationales et nationales, les secteurs d’activité mis en cause et leurs ingénieurs n’ont jamais cherché à vérifier par eux-mêmes le bien-fondé des accusations dont ils étaient l’objet, et ont alors été amenés à s’engager dans des politiques ruineuses et sans fondement, contribuant ainsi de surcroît à accréditer dans l’opinion publique et auprès des dirigeants leur nocivité supposée. C’est que les ingénieurs sont confiants sinon naïfs et les prophètes dépourvus de scrupules.

Dans le combat entre les ingénieurs et les prophètes, ce sont jusqu’à présent les seconds qui ont gagné.

73 réflexions au sujet de « Les ingénieurs et les prophètes : l’étrange silence »

  1. Ce combat est une guerre mondiale d’une poignée de mondialistes multimilliardaires contre les peuples. Et elle ne fait que commencer. « CO2: un mythe planétaire » pourrait être réécrit en: « Covid19: un mythe planétaire » tant nos ennemis psychopathes utilisent toujours la même ficelle: un grand péril!
    On a eu le faux péril islamiste, avec cette guerre éternelle de plus de cent nations, dont les plus armées de la planète, contre les 4 pickups de DAECH dont l’essence était payée par ceux prétendant le combattre, prétexte bien sûr à reconduire pendant de nombreux mois un état d’urgence dans notre pays, avec encore aujourd’hui un plan Vigipirate ne servant en réalité qu’à faciliter la surveillance de la population.
    On a eu le faux péril climatique, que vous connaissez par cœur, devant nous conduire durablement vers la société totalitaire (les objectifs de « développement durable », nouvelle bannière équivalente à la croix gammée) que rêvent ces psychopathes multimilliardaires.
    On a, depuis le coup d’Etat du 16 mars 2020, le faux péril sanitaire, déployé avec la complicité active de nombreux médecins corrompus, qu’ils aient les cheveux courts ou longs…
    « Nous sommes en guerre » a dit gravement l’adolescent perturbé de paille mis en place par les dingues. Bien entendu que nous sommes en guerre. Et depuis que nous avons compris, tous, même ceux qui le nient farouchement dans un dernier mouvement de défense, que ces dingues ont prévu un volet génocidaire dans leur programme de grande réinitialisation, il nous revient de combattre, encore et encore. Le combat que vous menez depuis 2007 contre l’imposture climatique s’inscrit dans un combat plus large pour reconquérir nos libertés. Soyons à la hauteur de la situation. Arnaud Upinsky vient de déclarer officiellement la guerre à la campagne de « vaccination » de masse. Des Israéliens courageux ont dénoncé le début d’une deuxième Shoa. Les génocidaires ne doivent pas l’emporter ou la honte serait sur nous à jamais.

    J'aime

    • Je pense à Carlos Tavares, le patron de PSA (maintenant Stellantis). Il a d’abord protesté (mollement mais tout de même) contre le fait que les diesels euro6 ne bénéficiaient pas de la vignette critair1 comme les essences euro6, puis il a émis une opinion mitigée sur les qualités environnementales de la voiture électrique quand on prend en compte son cycle de vie complet.
      On ne connait pas le détail des tractations entre l’UE et les constructeurs auto sur l’avenir du secteur, mais il parait clair que ce ne sont pas les ingénieurs pragmatiques qui ont gagné mais les législateurs assez largement intoxiqués à la propagande écolo.

      J'aime

      • @Hug qui a dit
        «  »la voiture électrique quand on prend en compte son cycle de vie complet. » »
        Je pense que le cycle de vie complet de ce qui va alimenter ces voitures électriques sera bien plus désastrueux pour la nature que les voitures , sauf si on passe au nucléaire

        J'aime

      • Bonjour Fritz, le cabinet américain CNW Marketing et Research avait publié une étude démontrant qu’un véhicule électrique/hybride polluait cinq fois plus qu’un véhicule à moteur thermique. Par exemple 3,96 €/ km pour une Toyota Prius, contre 0,67 €pour une Jeep Wrangler. Merci. Bien à vous. JR

        J'aime

  2. « Les générations futures se demanderont avec une stupéfaction amusée pourquoi, au début du 21ème siècle, le monde développé s’est plongé dans une panique hystérique à propos d’une augmentation globale moyenne des températures de quelques dixièmes de degré, et, sur la base d’exagérations grossières, de projections informatiques hautement incertaines, combinées en déductions improbables, il s’est trouvé en face d’un recul de l’âge industriel »
    Richard Lindzen – Climatologue au MIT.

    Aimé par 8 personnes

  3. Dans une société de communication, la vérité n’a plus aucun impacte et n’est plus révolutionnaire.
    Seule l’émotion, le marketing et l’image sert l’entreprise. « Si il faut dire que le co2 tue, alors disons le et faisons des affaires sur ce sujet ! »

    Aimé par 4 personnes

  4. @benoitrittaudBenoît, Bonjour Benoît. Il aurait été bien de mettre le lien vers le livre en question pour améliorer son référencement et sa visibilité mais aussi pour lui donner quelques opportunités de vente mais il n’est pas (encore) référencé sur le site des éditions du Toucan.
    Je suis allé sur le site de la FNAC et le résumé contient le sigle CO (monoxyde de carbonne) au lieu de CO2 (dioxyde de carbonne), ce qui est pour le moins innaproprié. Très probablement un bug à l’importation du texte d’origine qui a fait sauter le 2 de CO2.
    https://livre.fnac.com/a15528483/Christian-Gerondeau-La-religion-ecologiste#int=:NonApplicable|NonApplicable|NonApplicable|15528483|NonApplicable|NonApplicable
    Je te laisse prévenir l’auteur pour qu’il intervienne sur ce point.

    J'aime

      • Désolé, je répondais à fritz dont je croyais (à tort) qu’il commettait une faute lui-même.
        Je ne me permets jamais de corriger l’orthographe d’autrui.

        J'aime

      • Je sais dov, ne vous inquiétez pas 🙂
        Cela faisait un moment que nous vous avions pas vu commenté sur ce blog et cela fait plaisir de vous y revoir. Un peu de soutien face à cette déferlante de débilités climatiques est vraiment la bienvenue. A bientôt.

        J'aime

      • Je sais dov, ne vous inquiétez pas 🙂
        Cela faisait un moment que nous vous avions pas vu commenter sur ce blog et cela fait plaisir de vous y revoir. Un peu de soutien face à cette déferlante de débilités climatiques est vraiment bienvenu. A bientôt.

        J'aime

    • Merci. C’est que je passe beaucoup de temps à décrire un État (catastrophique) des lieux. Extrait :
       » Cependant, dans cet océan de moraline et de désinformation, on entend de plus en plus les langues se délier, les plumes s’activer, les claviers crépiter, au grand déplaisir des castes jacassantes — politicailleurs, showbiz, journagandistes, bref tous ceux privilégiant l’idéologie au réel — qui pensaient que le (mauvais) tour était joué.
      Je gage que ces idéologues ne renonceront pas aisément à leur autorité morale autodécrétée, et encore moins à leur pouvoir d’influencer autrui. Le combat sera féroce, pour autant que nous sachions nous organiser pour résister à l’hydre de la calamité postmoderne dont la déconstruction n’est qu’une des nombreuses têtes hideuses. « 

      Aimé par 3 personnes

      • Bonjour dov kravi
        vous avez écrit :  « résister à l’hydre de la calamité postmoderne dont la déconstruction n’est qu’une des nombreuses têtes hideuses. »
        Cela m’impressionne et vous écrivez cela où ? J’aimerai en lire un peu plus pour vous connaître un peu plus
        Fritz

        J'aime

  5. Encore une fois, on dirait à vous lire, que ce soit les politiques et les journalistes (« prophètes ») qui ont découvert, caractérisé, puis modelisé le RCA, et que les climatologues / météorologues (les « ingénieurs »), bien que très perplexes voire sceptiques, l’ont admis contraints et forcés. Et que seuls quelques-uns d’entre eux, courageux, résistent car ils savent très bien que tout ça est faux, inventé, l’escroquerie du siècle en quelque sorte.
    Des cycles naturels, vous dis-je ! Le CO2 n’y est pour rien. Idem pour la pandémie Covid, et la nécessité de vacciner les populations, une machinerie infernale inventée par les big pharma (les dirigeants pas les ingénieurs bien sûr), pour nous vendre le poison vaccin ARN qui provoque plus de décès que le virus, et va asservir les populations du monde entier. D’ailleurs Panoramix l’avait annoncé dès le début, c’est pas bien grave, une grippette, ça va disparaître naturellement au printemps … 2020. Et ça ne frappe que quelques pauvres nonagénaires qui étaient déjà vraiment très mal. Demandez aux brésiliens…

    J'aime

    • Il serait temps de cesser l’amalgame entre céhodeux et covid dans ces discussions, de même que celui entre réalistes et trumpistes. Cela ne sert aucun des côtés du débat.
      Je participe au dézingage de l’idéologie du réchauffisme et de ses grands prêtres, des pères-la-vertu écolos, marchands de peur et politiciens opportunistes, des calculateurs de « bilans-carbone » et des promoteurs d’étiquettes vertes fantaisistes (bio).
      Ici, la seule information que je recherche sur le COVID serait mathématique ou, plus précisément statistique :
      – comment sont réalisés les comptages en la matière (nombre de cas, nombre d’hospitalisés, nombre de morts, etc.) ?
      – existe-t-il une harmonisation des statistiques entre les pays (nous avons passé les 100 000 décès en France, ce qui est bien sûr énorme pour une population de 70 millions. En Inde, ils « n’en seraient qu’à » 182553 morts -notes la précision- sur une population de plus de 1,2 milliards) ?

      Aimé par 2 personnes

      • Manier des faux chiffres basés sur des tests RT-PCR frauduleux fait faire beaucoup de calculs inutiles. Dans ces cas-là, on atteint les limites des mathématiques dans la compréhension du monde, quels que soient vos talents en la matière.

        J'aime

    • « D’ailleurs Panoramix l’avait annoncé dès le début, c’est pas bien grave, une grippette, ça va disparaître naturellement au printemps … 2020. Et ça ne frappe que quelques pauvres nonagénaires qui étaient déjà vraiment très mal. Demandez aux brésiliens… »

      Personnellement, je n’ai jamais pensé que ce n’était qu’une grippette. J’ai moi même été positif l’an dernier et n’ai eu quasiment aucun symptômes, mais je suis jeune donc je ne ferai évidemment pas de généralités. Par contre, je pense aussi que les mesures délirantes prises depuis un an par la majorité des gouvernements sont disproportionnées par rapport à la gravité de la pandémie. Voilà des chiffres qui viennent de sortir qui comparent la mortalité de l’année 2020 par rapports aux années précédents au royaume-uni (voir graphes 2 et 4) :

      https://www.bmj.com/content/373/bmj.n896

      Si l’augmentation est indéniable, j’ai aussi été choqué de voir à quel point celle-ci a été minime (en comparaison au passé). Certes on peut arguer que ces mesures drastiques ont justement permis d’éviter le pire, mais la marge semble tellement énorme qu’on peut raisonnablement se demander si toutes les contreparties (destruction de l’économie, faillites en grand nombre, effets psychiques délétères…) étaient vraiment justifiées.

      Aimé par 1 personne

    • pour nous vendre le poison vaccin ARN qui provoque plus de décès que le virus

      Ouh là là. C’est du lourd que vous envoyez là. Le point chiffonnant est que les conséquences sanitaires à long terme ne sont pas connues. Pour une grosse grippette, c’est quand même gênant. Et puis le principe de précaution, il passe où, à vouloir vacciner les enfants et les jeunes qui n’en ont pas besoin? Pour le CO2 pourtant sans le moindre risque, on l’applique, les OGM pourtant sans le moindre risque, on l’applique, pour le glyphosate pourtant sans le moindre risque, on l’applique.

      J'aime

      • Vous n’avez pas compris, c’est du 2ème degré, je réinterprète les énormités qui ont été dites plus haut dans les commentaires (décès vaccins Israël) et qui d’ailleurs ont déclenché un joli tacle par Dov. Jusqu’où peut on aller dans le délire et le déni, peu importe le sujet, pandémie ou RCA ? C’est vertigineux !

        J'aime

      • C’est tout votre mauvaise foi. La grande majorité des climato-réalistes sont pour les vaccins et ne médisent pas la gravité de la situation sur la pandémie. Mais que vous montiez en épingle un ou deux commentaires de personnes qui ne sont pas sur cette ligne pour nous sâlir, montre votre logique malhonnête, la même méthodologie de bas niveau qui tente de nous discréditer sur le climat.
        Contrairement aux alarmistes sur les réseaux sociaux, on ne censure pas et surtout pas sur ce blog.
        Mais si ce que vous lisez vous dérange à ce point, vous êtes libre d’en partir de ce blog et personne ne vous regrettera.

        Aimé par 1 personne

      • A Zimba.
        Des injures réitérées ne font pas « un joli tacle » mais un grossier personnage, même vous devriez saisir la différence. Quant à la fausse épidémie de Covid19, le Réseau Sentinelles qui assure la veille sanitaire dans notre pays depuis 1984 témoigne que le seuil épidémique de la grippe saisonnière n’a jamais été atteint. Il conviendrait que vous trouviez des sources fiables sur ce sujet comme sur le sujet du climat plutôt que nous répéter inlassablement les âneries que vous entendez de la propagande. Enfin, ma parole n’engage pas l’association des climato-réalistes, complètement indispensable et dont j’admire le combat quotidien, mais dont je ne fais pas partie. (Soulagement général…)

        J'aime

  6. Ils gagnent… jusqu’au moment ou la réalité ne peut plus être cachée.
    Là, leur fin est généralement violente.
    Pour rester, il ne reste pour ces prophètes, qu’une voie de salut : durcir de plus en plus leur pouvoir, écraser avec violence toute opposition. Une dictature ne tient que parce qu’une minorité détient et contrôle totalement les armes, les moyens de communication. ET SURTOUT n’a aucun scrupule à les utiliser violemment.
    Il y a une série (certes une fiction) « La servante écarlate » qui par des effets de retour en arrière, montre comment une dictature s’est d’un coup imposée dans un pays démocratique. Intéressant que les producteurs aient mis comme origine de cet dictature, un problème de pollution.

    J'aime

    • C’est vrai que les moyens mis en oeuvre relèvent de la coercition pure et dure digne du traitement animal (le baton et la carrotte) qu’à de la démocratie et de la liberté individuelle.

      Mais ces gens là s’en fouttent complètement de la vérité, ils veulent être du côté du bien. Voilà pourquoi ils nous assimilent à des négationnistes et qu’ils se prennent pour des sauveurs.

      La seule issue que l’on peut trouver dans cette situation ou le vrai n’importe plus, c’est de prendre sur nous, de supporter le calvaire qu’ils infligent mais d’essayer de trouver une porte de sortie raisonnable à la société.

      Cette porte de sortie pourrait être par les faire passer pour ce qu’ils veulent être : des sauveurs. De leur envoyer des gerbes de félicitations, de faire pleuvoir les cotillons comme à la libération.

      Bref, dire qu’ils ont déjà sauvé le climat (même si c’est faux) avant même qu’ils ne soient allés jusqu’au bout de leur idéologie mais j’ai peur qu’il soit trop tard tant ils planifient à long terme ; à part un retournement des températures dont ils ne manqueraient pas de s’attribuer les mérites par les même mécanismes malhonnêtes que ceux qui les ont menés à l’urgence climatique.

      J’ai beau tourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas d’autre issue pour la société que de faire célébrer leurs divines lumières. Il en coûtera aux égos des climato-réalistes de leur trouver une happy end de sauveurs mais ce serait un moindre dommage pour la société face à la dynamique de leur folie.

      Après, comme les réalistes sont des personnes franches et bien plus courageuses qu’eux, ça m’étonnerait qu’ils leur reconnaissent ce statut de sauveur. Mais le vrai courage serait de nous effacer pour faire gagner la société dans son ensemble avant qu’ils ne flinguent les bases de notre prospérité ? C’est une vieille tradition de l’Europe que de s’auto-détruire en fait.

      Quelle porte de sortie, en sauveurs de l’humanité et de la planète peut-on leur trouver avant qu’il ne soit trop tard ?

      C’est une piste de réflexion mais je pense à un gros accord onusien main dans la main entre les gros industriels éméteurs mondiaux de CO2, dans le genre du fameux accord de Montréal sur les CFC. Un truc complètement bidon mais qui permet de clore le sujet tout en les faisant passer pour des héros.

      Aimé par 1 personne

      • Ne choisissez surtout pas cette stratégie ! Votre arme numéro un est l’honnêteté. Face aux hommes de Davos, nous n’allons l’emporter que parce que nous sommes le camp moral. Je combats sur d’autres sites pour cette raison les allusions antisémites (souvent provoquées par des agents mondialistes infiltrés) qui fusent souvent dès qu’il est question des projets de Jacques Attali ou de l’action d’Agnès Buzyn. C’est une impasse à la fois morale et stratégique. Un camp faible peut l’emporter s’il est le plus moral, c’est pourquoi Jeanne avait chassé les prostituées et demandé aux soldats de prier quand elle avait rejoint l’armée en avril 1429. Conservez votre honnêteté.

        J'aime

      • @ Cédric Moro :
        Désolé si mes propos sont gênants et énervants. Mais vous pouvez demander à Benoît de me rayer de ce blog, pas de soucis. Après tout, vous serez bien plus à l’aise pour disserter entre vous.
        Mais sachez que je ne suis en rien malhonnête, et que je ne cherche à salir personne, juste à nourrir le débat et essayer de se poser des questions. Pas facile visiblement.

        J'aime

      • Quand Zimba tique 😉
        Restez, vous nous faites rire. Parfois des propos pas toujours faux.
        Je veux bien croire que vous n’êtes pas méchant, mais sympathique.
        Par contre la clique anti-CO2 va tous nous mettre dans un gros pétrin.
        Je m’amuse déjà de la perspective des voitures de pompier électriques à NY par -20, ce qui arrive souvent. Ou de l’ambulance électrique par -40, ce qui arrive souvent au Canada, vous vous souvenez de dame qui quitte sa voisine pour rentrer chez elle à 40m. Elle fait 20m et tombe raide, et décède. Ce n’était pas le COVID, mais le grand froid.
        Nos maboules veulent interdire le moteur thermique…

        J'aime

  7. Dans le lien de la fnac que vous donnez pour présenter le livre de Christian Gérondeau, on ne peut pas dire que les ouvrages présentés en annexe, aillent dans le sens scientifique et raisonnable de celui de Mr Gérondeau :
    https://livre.fnac.com/a13192577/Thierry-Lepercq-Hydrogene-le-nouveau-petrole#int=S:Suggestion|FA:LIV|1|13192577|BL3|L1
    L’hydrogêne, le nouveau pétrole ? Je n’y crois pas ! Le livre de Mr Gérondeau — que je ne manquerai pas d’acheter — l’expliquera certainement !
    Energiquement vôtre. JEAN

    J'aime

      • Je n’avais pas regardé les oeuvres en annexe de la page de la FNAC présentant l’ouvrage de M. Gérondeau mais le code du site doit être développé pour suggérer les derniers ouvrages tendance ou nouveaux de la rubrique environnement à laquelle appartient cette page.
        Bonnes lectures.

        J'aime

  8. Un Ingénieur est avant tout une personne qui souhaite gagner sa vie et nourrir sa famille. Il cherche également une carrière et des projets professionnels enthousiasmants.
    Si on m’avait proposé de fabriquer des éoliennes et que cette opportunité aurait été la seule plutôt que le chômage, j’y serai allé sans hésiter. En fermant mon clapet bien entendu.

    L’ingénieur est un acteur social et économique qui répond à un cahier des charges.
    Si on lui demande de fabriquer un pare-hippopotame pour éviter les accidents d’hippopotames dans les entrées d’immeubles, il le fera. Même si les hippopotames sont peu nombreux et l’accident improbable.

    J'aime

      • Fritz, soyez indulgent avec les internautes qui se sont trompé de pseudo lors d’un bidouillage improbable de clavier… 😉
        Mais effectivement on est mal barrés car c’est la réalité actuelle, mais je ne suis pas certain que ce soit de la faute des ingénieurs. C’est bien celle du législateur qui impose des pare-hippopotames dans les halls d’immeubles.

        Aimé par 2 personnes

  9. « « « « Dans le combat entre les ingénieurs et les prophètes, ce sont jusqu’à présent les seconds qui ont gagné. » » » »
    Vu la réponse de Monsieur Olivier Roux , cela paraît évident
    Mais je pense qu’il y a une catégorie de gens oubliés dans le titre de cet article , ce sont les chercheurs ; qu’ils soient au CNRS ou dans des labos privés , ce sont eux qui élaborent les cahiers des charges pour élaborer des pare hippopotames que Olivier Roux, ingénieur confiant et naïf , est prêt à fabriquer
    Je pensais que dans la catégorie des ingénieurs on incluait les patrons des grandes entreprises qui gèrent notre économie: pétrole , gaz , électricité , transports; ils ne sortent pas tous de l’ENA, mais sans doute de la même école que Olivier , puisqu’ils préfèrent implanter des éoliennes plutôt que de chômer , voir TOTAL qui va être zéro carbone en 2050

    J'aime

    • Les décisions politiques et les choix technologiques, c’est comme l’huile et l’eau, çà n’est pas miscible.
      Un ingénieur, comme un chercheur ou un chef d’entreprise travaille sur ce que le marché et les décisions politiques lui offrent comme opportunités.
      Parfois, la découverte technique change le marché et la société, mais le plus souvent celles-ci dictent les évènements.

      Ici, la tendance sociale lourde consiste à s’attaquer au développement humain et surtout son vecteur historique, symbole du Grand Kapital : l’énergie et en particulier les hydrocarbures.

      Et vous, si on vous demande de construire un pont, votre rôle d’Ingénieur est de vous assurer qu’il ne se cassera pas la figure, mais en aucun cas de donner votre avis sur la pertinence de sa construction.

      Finalement vous être un peu dans le cas du petit artisan à qui le client de demande de peindre la façade en violet et d’installer des anti-girafes. L’artisan se gratte la tête et se dit, « après tout, ça n’est pas mon problème, le client a payé d’avance, je lui donne ce qu’il veut ».

      Moralité pour l’ingénieur : vous construisez des éoliennes qui ne tournent pas, des panneaux solaires qui ne produisent rien, des voitures qui tombent en panne, des méthaniseurs qui pètent et vous fermez votre bec.
      C’est aussi simple que cela.

      Aimé par 1 personne

  10. @murps
    « « « « « « Fritz, soyez indulgent avec les internautes qui se sont trompé de pseudo lors d’un bidouillage improbable de clavier… » » » »

    Comprends pas ; dans ce cas c’est de l’usurpation d’identité
    Pour revenir à mon message précédent ou j’ai rajouté les chercheurs aux ingénieurs et aux prophètes, j’ai oublié une catégorie de professionnels ou l’on recense près de 900 000 personnes , je veux parler des enseignants ; bien sûr les plus responsables sont ceux qui enseignent dans les facultés , mais nos jeunes en culotte courte sont bien plus captifs, réceptifs et formatables et je pense qu’il doit y avoir pas mal de profs pour faire de la pub malsaine contre le réchauffement climatique et le CO2 et promouvoir les énergies renouvelables

    J'aime

    • – Ben non, ça n’est pas de l’usurpation d’identité que d’appuyer sur « Enter » avant d’avoir vérifié son pseudo, nom de nom !!!

      – Ben oui, les enseignants, de la maternelle aux grandes écoles participent au matraquage écolokhmer.
      Mais ce ne sont pas des Ingénieurs et leur niveau d’expertise sur le sujet est inversement proportionnel à leur engagement idéologique. On peut affirmer qu’ils sont les prophètes évoqués par l’article, ou tout au moins leurs apôtres.
      Pour le coup, ils ont la langue bien pendue.

      J'aime

      • Les ingénieurs et les prophètes dont il est question ici, sont soit européens, soit américains (de Biden). C’est l’élite technique du tout petit milliard de terriens le plus développé qui suit la doxa. Ce milliard de terriens regarde avec inquiétude les 7 autres milliards les rattraper en termes de pib/hab, que rien ne pourra arrêter, et c’est tant mieux. Certes ces retardataires du développement, Chine en tête, rivalisent de promesses vertueuses en CO2 (pour dans trente ans…) , pour faire bonne figure et ramasser de ci, de là, quelques subventions, ou autres accords commerciaux. Mais tout le monde voit bien que c’est du flan, les perspectives de conso de charbon le démontrent. Le besoin de développement (pour l’Afrique notamment), est tel qu’il n’y a pas trop à s’inquiéter pour eux: nos prophètes pourront prophèter, rien ne freinera leur consommation d’hydrocarbures indispensables au développement.
        Alors les ingénieurs des 7 milliards de gueux du « feu tiers monde », ceux-là, je ne m’inquiète pas trop pour eux. Ils suivent leur doxa à eux: le développement. Et ils n’ont pas trop de prophètes anti-CO2 dans leurs pays pour les gonfler. Ils foncent avec des croissances à 7%, et les agitations de nos prophètes doivent les faire bien rire.
        Si on se considère dans le petit milliard qu’on est, il y a de quoi bien flipper en effet, car on est très minoritaire à défendre les hydrocarbures et le développement, et nos prophètes sont très présents très bruyants, et nous agacent vraiment. Mais si on se considère comme partie des 8 milliards, au fond, on devient très largement majoritaire !
        Mon rêve est quand même de voir de mon vivant les températures baisser nettement avec un CO2 qui continue de monter. Le minimum d’Eddy pourrait confirmer ce vœux, mais bon, les prévisions en matières de climat ont toujours échoué. Rêvons quand même !

        Aimé par 2 personnes

      • Les températures entre 1940 et 1970 environ ont bien baissé alors que les taux de CO2 ont augmenté donc il n’y a pas besoin de rêver mais de lire les mesures.
        Oui, je vis à l’étranger et le climat n’est pas du tout un sujet. Tout juste un ou deux politiques voulant glaner des subventions vertes internationales en parlent à des moments précis ou pour se dédouaner de leur manque de prévention après une inondation mais ce n’est pas du tout un sujet dans les discussions des habitants des pays du sud, dans la presse locale ou dans les positionnements politiques électoraux. Les habitants pardonnent de ne pas mettre d’éolienne et de panneaux solaires mais ne pardonnent pas d’avoir des factures d’éléctricité qui explosent. Cela fait réfléchir les politiques, même en dictatures.

        Aimé par 3 personnes

      • @Dominique Crestey :
        Les x% de la Chine sont un peu bidonnés. Ce n’est pas le cas des autres pays, Inde en tête.
        Pour le refroidissement, on verra bien. On aura sans doute des températures relativement stables avec un CO2 qui continue de monter. Mais déjà, avec une baisse sensible de la consommation de produits pétroliers, la hausse du CO2 n’a pas faibli et a continué sur sa tendance. La prévision météo à court terme donnait du 3 à 5 degrés ce matin. Eh bien, il y avait du givre sur les voitures. Par 3 degrés? Pour l’exactitude de ces relevés, on repassera.

        Aimé par 1 personne

  11. @Cédric Moro
    Oui il y a de multiples exemples du passé récent et lointain qui auraient dû suffire à se foutre du CO2 pour le climat. Et on peut bien compter sur ces prédicateurs pour nous resservir du dérèglement quand le réchauffement cessera vraiment. Mais bon si la Seine pouvait geler un bon coup, où la mer comme en 1709, ça me ferait quand même plaisir quelque part !

    J'aime

    • Le pire, c’est que ce refroidissement du milieu du siècle dernier, ils l’attribuent aux aérosols, sans qu’ils n’aient aucune mesure précise de leur niveaux de concentration dans l’atmosphère à cette époque. Tout est produit à la louche, en convergeance grossière de facteurs, en tournures éliptiques, sans aucune preuve matérielle de ce qui est avancé mais sans jamais dire qu’ils ne savent pas.
      Voilà pourquoi j’ai encore dit à ma fille de faire les prépas de maths et physiques, pour qu’elle n’ait pas à se coltiner ce type de sciences déviantes et dogmatiques où ceux qui produisent du blabla arrivent à avoir le dernier mot, aidés par ceux qui ne vivent que du blabla et qui se croient indispensables : les politiques et bureaucrates.

      Aimé par 2 personnes

      • Dans l’Education Nationale, la SVT a dérivé. Je confirme.
        De moins en moins d’expérimentation, de plus en plus « d’analyse de documents ».
        Ca ne dérange pas la plupart des enseignants concernés, ils sont acquis à la cause. La bonne.

        J'aime

      • @Murps Mais ces théories environnementalistes pourrissent tout, même l’épidémiologie comme ici, où ils sont allés jusqu’à dire que c’est le RCA qui aurait provoqué l’épidémie de choléra à Haïti, théorie dominante pendant longtemps et qui avait pour but de masquer la responsabilité des Nations Unies dans l’importation du choléra. Regarde bien, c’est édifiant du point où on en est arrivé :

        Cela mériterait un article sur MM&M.

        J'aime

      • @Fritz Là aussi, je me demande encore pourquoi ils ont mis « Résilience » dans le nom de cette loi. Pour qui fait un peu de physique (mais pas nos législateurs bien entendu), le terme de résilience indique une capacité à revenir à un état initial après avoir été perturbé par un choc, ce qui relève de l’adaptation climatique alors que ce projet de loi ne parle pratiquement que d’atténuation climatique. Bien entendu, dans cette logique, la préparation aux catastrophes naturelles, qui aurait pu par exemple faire enfin l’objet d’une entrée digne de ce nom dans les programmes scolaires, ne fait nullement l’objet de ce projet de loi alors même qu’il y avait tant à faire. Le mot résilience n’apparaît d’ailleurs que dans le titre de ce projet de loi mais dans aucun de ces articles. https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b3875_projet-loi#
        Ils sont vraiment hors sol.

        J'aime

      • Merci pour le lien. Nous avançons à grand pas vers une fabrique de décérébrés, quand les enfants seront la progéniture de Bécassine et Pavel Morozov.

        J'aime

      • @cedric
        Je suis en panne d’ordi , mais vous devez trouver tout ce que vous voulez en tapant Resilience Dominique Dron; rien qu’en lisant « « Livre blanc français sur le financement de la transition écologique. » »je devient résilient

        Dominique Dron est ingénieure générale des Mines et agrégée de Sciences naturelles. Précédemment directrice générale déléguée de l’Ifremer, puis Commissaire générale au Développement durable, elle est aujourd’hui chargée de la préparation du Livre blanc français sur le financement de la transition écologique.

        J'aime

      • Je ne l’avais pas lu.
        https://www.economie.gouv.fr/consultation-publique-sur-livre-blanc-sur-financement-transition-ecologique
        Un extrait : « Le coût minimum du réchauffement climatique en Europe sans adaptation préalable est
        estimé autour de 100 Mds$ en 2020 et 250 Mds$ en 2050. » dit ce rapport.
        D’où la nécessité de dépenser 1000 Mds€ jusqu’en 2030 pour la Commission européenne, comme ça on est sûr que le remède va nous coûter bien plus que le mal. Et tout est à la volée comme ça dans ce rapport. Il n’y a pas un paragraphe qui ne peut être attaqué.

        J'aime

      • @Fritz, si tu veux le détail pour calculer pourquoi le remède nous coûte plus cher que le mal, je peux te l’expliquer. Mais il faut savoir qu’1 € investi dans la prévention rapporte 7 € dans la diminution des dommages liés aux catastrophes naturelles (règles d’or de l’ISDR qui n’est qu’une moyenne : https://www.un.org/press/fr/2011/AG11048.doc.htm ) Si tu acceptes cette règle, tu peux alors calculer pourquoi le remède coûte plus cher que le mal.

        J'aime

  12. @Michel C

    « « « « « « Mais déjà, avec une baisse sensible de la consommation de produits pétroliers, la hausse du CO2 n’a pas faibli » » » » »
    Ah ! Vous faites partie des gens qui accusent la nature ( et pas l’homme) d’augmenter et de doubler le CO2 en 50 ans

    J'aime

  13. Les personnes qui proposent des lois ruinant la France pour « sauver le climat » ne sont pas des écologistes perdus dans leur l’idéologie planante, mais de cyniques mondialistes qui veulent détruire les nations, contrôler les populations, et qui s’y appliquent avec détermination. Ce sont d’authentiques psychopathes qui nous ont déclaré une guerre totale, et dont le programme comporte un volet génocidaire. Admettre ceci devient indispensable aux climato-réalistes pour que leur combat méritoire demeure pertinent. Toute personne dans vos rangs qui freine activement cette prise de conscience doit être identifiée immédiatement comme un agent mondialiste infiltré. Et vous en avez un certain nombre…

    J'aime

  14. Le dernier président qui avait une petite formation scientifique était… Giscard ! Ce qui aggrave son cas quant à l’affaire des avions renifleurs, ou bien il aura préféré salir sa réputation de « Monsieur Je-sais-tout » pour couvrir une escroquerie remboursant une dette électorale contractée auprès des amis bizarres de son père… En fait, depuis, les « adultes » ont quitté la salle en matière de politique industrielle et scientifique de la France, est venue l’ère des Hulot et des Dion. Les Boiteux et autres ont été remplacés par des intrigants cupides voulant devenir milliardaires en deux ans, au total mépris de l’intérêt public, là est la triste vérité.

    J'aime

  15. Je ne vois pas en quoi un ingénieur travaillant dans le pétrole ou l’aéronautique aurait les qualifications nécessaires pour remettre en cause toute la production scientifique accumulée depuis 30 ans sur la question du rôle du gaz carbonique dans le réchauffement global de la terre. Chacun son métier ! Même les spécialistes de disciplines connexes à la climatologie se cassent les dents quand ils viennent mettre leur grain de sel dans le débat ( Vincent Courtillot en est le meilleur exemple) ,donc ils ont bien raison de rester à leur place.

    J'aime

    • Pourtant, ce sont bien des spécialistes de disciplines connexes (statisticiens) qui ont montré les biais dans la courbe de Mann sur les températures depuis l’an 1000. Cette courbe a été des plus importantes dans la représentation mondiale d’un péril climatique et pourtant, elle n’était pas fiable. Pour ma part, par exemple, je travaille depuis plus de 20 ans dans le domaine des risques majeurs et je peux montrer aisément qu’il n’y a pas d’emballement dans le domaine des catastrophes météorologiques, ni même de hausse des périls et que les sociétés sont de plus en plus résilientes face à ces phénomènes, que le nombre de décès attribués aux catastrophes météo décroit sensiblement…
      Ainsi, physiciens, chimistes, géologues, modélisateurs/mathématiciens, programmeurs ont tous leur rôle à jouer pour attaquer les énormités proférées officiellement dans leurs disciplines respectives. Quant aux écologues et climatologues qui seraient la référence, hormis quelques scientifiques courageux, surtout en fin de carrière, la pression militante dans leur discipline, mais aussi les contraintes politiques et administratives sont trop fortes pour qu’ils osent remettre en cause frontalement et librement la théorie du RCA catastrophique.

      Aimé par 2 personnes

      • Les « spécialistes » se cassent les dents car on ne peut pas lutter avec des arguments scientifiques contre une théorie politique.
        En revanche des gens de terrain avec une solide formation scientifique, des entrepreneurs, des ingénieurs, risquent moins de se faire raconter des histoires.

        Mais vous avez raison, les scientifiques sont des citoyens comme les autres, avec leurs idéologies et leurs désirs de carrières brillantes et de réussites sociales. Une solide culture scientifique ne garantit nullement la lucidité quelle qu’en soit la forme.

        Aimé par 2 personnes

      • Hélas, je crois que les ingénieurs du privé et les entrepreneurs des sciences ne sont pas plus à l’abri que les scientifiques du secteur public pour ce qui est de la soumission aux dérives idéologiques d’une société car s’y opposer impose aussi des sacrifices de leur part (perte d’opportunités de marché, notamment public, risques du profil pour une RH lors d’un recrutement…).

        Pour ma part, j’avais été sollicité récemment par un bureau d’étude pour apporter mes services sur une étude autour des risques majeurs générés autour d’un site SEVESO d’une industrie d’hydrocarbures. Je l’ai refusé de crainte de voir les climato-réalistes attaqués sur ce point par les putrides lanceurs d’anathèmes écolos qui n’auraient pas manqué de dire que je bouffais avec les industries fossiles. Heureusement, j’ai d’autres activités qui me permettent le luxe de refuser ce type de marché et de préserver les CR de toute attaque sur ce point.

        Néanmoins, un entrepreneur ou ingénieur bien callé dans sa niche, où les ONG écolos et les tentacules des Etats auront du mal à venir le chercher, peut tout à fait mener un travail des plus précieux. Bien des blogs climato-réalistes de haut niveau, tenus par des ingénieurs nous le rappelle :
        NoTricksZone : https://notrickszone.com/about-pierre-gosselin/
        Watts Up With That? : https://wattsupwiththat.com/my-blog-spawn/

        J'aime

      • Hélas, je crois que les ingénieurs du privé et les entrepreneurs des sciences ne sont pas plus à l’abri que les scientifiques du secteur public pour ce qui est de la soumission aux dérives idéologiques d’une société car s’y opposer impose aussi des sacrifices importants de leur part (perte d’opportunités de marché, notamment public, risques du profil à recruter pour un RH…).

        Pour ma part, j’ai été sollicité récemment par un bureau d’étude pour apporter mes services sur une étude autour des risques majeurs générés par le site SEVESO d’une industrie d’hydrocarbures. Je l’ai refusé de crainte de voir les climato-réalistes attaqués sur ce point par les putrides lanceurs d’anathèmes écolos qui n’auraient pas manqué de dire que je bouffais à la gamelle des industries fossiles (alors qu’ils bouffent sans vergogne avec les industries subventionnées des renouvelables). Heureusement, j’ai d’autres activités qui me permettent le luxe de refuser ce type de marché et de préserver les CR de toute attaque sur ce point.

        Néanmoins, un entrepreneur ou ingénieur bien callé dans sa niche de services, où les ONG écolos et les tentacules des Etats auront du mal à venir le chercher, peut tout à fait mener un travail des plus précieux. Bien des blogs climato-réalistes de haut niveau, tenus par des ingénieurs nous le rappelle : NoTricksZone, Watts Up With That? (voir blogoliste en colonne de droite de ce blog).

        Aimé par 2 personnes

  16. Merci à Cedric et Murps d’avoir essayé de recadrer les élucubrations de Joachim
    Je pense que les géologues , raison de plus s’ils travaillent dans le pétrole , sont les plus à même de comprendre et d’expliquer les climats , qu’ils soient du passé ou récent ou du passé lointain, et les liens avec les variations du CO2 atmosphérique ; cette science montre clairement que le CO2 est la dernière roue de la charrette des causes de variations climatiques et que même en général, que celui-ci est la conséquence, et pas la cause, des variations climatiques.
    Certes , nous avons brûlé en 100 ans une bonne partie du pétrole que nous avons découvert , alors que ce dernier a mis des millions d’années pour se former et migrer dans les réservoirs ; certes ce que nous avons brûlé comme pétrole , gaz et charbon explique parfaitement le doublement de la teneur en CO2 de l’atmosphère et a sans doute contribué, dans une certaine mesure, au réchauffement climatique observé depuis la sortie du petit âge glacière qui a précédé de peu, et pourquoi pas provoqué, le démarrage de l’ère industrielle .
    Mais Monsieur Joachim, soyez certain que l’on brûlera jusqu’à la dernière goutte de pétrole, tant que sont prix sera abordable et inférieur au prix du litre d’Hydrogène produit par le nucléaire et ce n’est pas nécessaire de vouloir relancer la théorie de la Terre plate
    Respectueusement
    Frederic Sommer

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s