T’es même pas COP

Par MD
La COP26, qui aurait dû avoir lieu à Glasgow en décembre 2020, a été reportée d’un an pour les raisons que l’on sait. C’est dommage pour les quelque 10 000 congressistes qui auraient dû se réunir à cette occasion. En effet, ils auraient pu s’interroger collectivement sur ce qui est advenu depuis la fameuse COP21 de Paris en décembre 2015. Voici ce qu’ils auraient pu découvrir.
Nota : dans les graphiques suivants, les observations relevées depuis la COP21 sont renforcées en gras.

1/ Températures globales depuis 1979 (1979 est l’année origine des relevés par satellites).
Les données proviennent de trois organismes bien connus : Hadley Center, Remote sensing system (RSS), University of Alabama Huntsville (UAH).image001Agrandissement pour les six dernières années (octobre 2014-octobre 2020).
image002Le pic de l’hiver 2015-2016 est généralement attribué à un phénomène dit El Niño particulièrement puissant.

2/ Détail des températures relevées par Hadley Center.
Hadley Center est universellement considéré comme la référence en matière de températures globales. Outre l’indicateur global Hadcrut4, il publie mensuellement des séries désignées respectivement par Hadsst3 pour les océans, Crutem4v pour les terres émergées, et ceci pour chacun des deux hémisphères. Le graphique suivant représente les évolutions respectives de ces indicateurs.image003Sur longue période, on voit que les terres se sont réchauffées plus rapidement que les océans, et l’hémisphère nord plus rapidement que l’hémisphère sud. On voit aussi que les températures des terres émergées présentent une grande variabilité, contrairement aux océans qui ont une plus grande inertie thermique.
Agrandissement pour les six dernières années (octobre 2014-octobre 2020).image004En résumé, depuis six ans, les températures globales ont connu une sorte de palier. Par construction si l’on peut dire, ce palier est au niveau le plus élevé enregistré depuis l’origine des mesures. Ainsi l’année 2020 qui se termine aura probablement été une « année la plus chaude », à égalité avec 2016.

3/ Concentrations en CO2 depuis 1979.
Ces concentrations sont notamment mesurées par la NOAA (station de Mauna Loa, Hawaï) depuis 1959. Par homogénéité avec ce qui précède, on s’est limité à la période 1979-2020. Les variations saisonnières au cours de l’année sont bien visibles, avec un maximum vers mai et un minimum vers septembre.image005Agrandissement pour les six dernières années (octobre 2014-octobre 2020). Le pointillé représente les moyennes annuelles.image006

4/ Variations mensuelles de la concentration en CO2.
Une représentation classique consiste à comparer la concentration en CO2 lors d’un mois donné de l’année n avec le même mois de l’année précédente n-1, ce qui élimine l’influence des variations saisonnières.image007Agrandissement pour les six dernières années (octobre 2014-octobre 2020). Le petit pointillé représente la moyenne mobile sur 12 mois.image008On voit que ces variations ont été erratiques, tout en restant centrées sur une valeur moyenne de l’ordre de +2,5 ppm par an.
En résumé, depuis six ans, la concentration en CO2 a continué à augmenter. Elle s’est accrue de 15ppm pendant cette période. Certains se sont d’ailleurs étonnés de ne pas constater d’inflexion au cours de l’année 2020. Ils pensaient que la baisse des émissions anthropiques de CO2 due aux vicissitudes sanitaires et économiques de l’année 2020 aurait dû avoir un effet visible sur les concentrations. Mais c’était se tromper d’ordre de grandeur. En effet, le flux annuel de +2,5 ppm, comparé au stock actuel d’environ 410 ppm, représente par an une augmentation de +0,6% du stock. Une diminution de quelques pourcents appliquée à ces 0,6% est évidemment imperceptible à l’échelle du stock. Comme on dit outre-Atlantique, the signal is lost in the noise. Cette expérience involontaire en vraie grandeur pourrait d’ailleurs alimenter bien d’autres réflexions utiles.

5/ Variations mensuelles des concentrations en CO2 et des températures.
Par conséquent, depuis la COP21, les températures ont stagné malgré l’augmentation de la concentration en CO2. On se contentera de l’observer sans en tirer de conclusions vue la brièveté de la période.
On peut entrer plus avant dans la comparaison entre ces deux paramètres en représentant sur un même graphique les températures, et les variations mensuelles de concentration en CO2 (pour éliminer la tendance). Pointillés : moyennes mobiles sur 12 mois).image009Il existe manifestement une certaine analogie entre les courbes. La question de savoir quel phénomène commande l’autre divise les spécialistes depuis des décennies. Ce n’est pas le lieu de trancher sur ce sujet épineux.

6/ Conclusion.
Certains pensent que la COP21 a été un échec. En effet l’un des objectifs était la réduction des émissions anthropiques de « gaz à effet de serre » dont principalement le CO2. Comme il était prévisible, ces émissions ont continué à augmenter inexorablement, de même que la concentration qui est censée en résulter.
Mais cet échec est relatif. En effet, l’accord de Paris stipulait aussi et surtout une stabilisation des températures. Or ce dernier « objectif » semble avoir été respecté jusqu’à nouvel ordre.
Plus sérieusement, ce n’est pas la première fois qu’on observe un palier dans l’augmentation des températures ; l’actualité climatique nous en fournit un nouvel exemple. Les graphiques précédents illustrent surtout l’extrême variabilité des indicateurs et les discordances répétées entre modèles théoriques et observations. Dès lors, on a le droit de s’interroger sur cette fixation obsessionnelle et exclusive sur un gaz indispensable à la vie et qui jusqu’à présent n’a fait de mal à personne. Voilà un des sujets sur lesquels les ex-congressistes de Glasgow auraient pu disserter. Ce sera pour l’année prochaine, à ce qu’on dit.

Ce contenu a été publié dans Climat par MD. Mettez-le en favori avec son permalien.

35 réflexions au sujet de « T’es même pas COP »

  1. Ces données factuelles exprimées sans emphase donnent un sentiment « rafraichissant » de sérieux à distance des emballements médiatiques, des injonctions surréalistes des activistes du climat et de leurs conséquences sur la politique énergétiques dont les délires ne sont malheureusement pas terminés: interdiction des chaudières au gaz, interdiction des voitures diesel dans les villes, fermetures programmées de centrales nucléaires etc… Joli travail

    Aimé par 5 personnes

  2. Si ces chiffres de températures sont liés à des phénomènes réels (ce dont on peut douter) on voit que la température monte par paliers. ce ne serait pas étonnant: un système chaotique peu évoluer entre des attracteurs qui sont des situations stables.
    Reste à savoir ce qui fait évoluer le système… 😦

    J'aime

  3. Alors François Hollande, ce héros méconnu, aurait réussi à stopper le réchauffement rien qu’avec ses petits bras musclés,… et surtout avec Ségolène alors ministre et Fabius quasi Prix Nobel ?

    J'aime

  4. Cela fait plaisir de ressortir cette question largement occultée par le covid. On peut espérer que la qualité lamentable des modélisations covid fera réfléchir ceux qui accordent une foi excessive aux modélisations climatiques !
    Si l’on essaye de regarder les résultats de mesure d’un œil naïf, on ne peut manquer de voir que les températures moyennes mondiales évoluent lentement (moins d’un degré en 40 ans si tant est qu’il n’y ait pas de dérives dans la méthode de mesure) mais surtout qu’elles peuvent s’écarter assez sensiblement de leur tendance de long terme avec des fluctuations courtes approchant parfois les 2 degrés. Le fait qu’il ne s’agisse que de fluctuations avec retour ensuite à la tendance de long terme signifie forcément qu’il y a de très puissants mécanismes de contre réactions négatives. Tout modèle n’identifiant pas avec certitude ces mécanismes ne peut décemment prétendre prévoir l’avenir. La qualité des modèles pourrait plus se voir dans leur capacité à simuler l’origine et l’amortissement de ces fluctuations plutôt que de simplement prétendre rendre compte de tendances plus longues. Faire coller observation et calcul quand on ne s’intéresse qu’à quelques tendances climatiques jugées comme clefs (dont cette tendance de long terme pour la température) ne prouve pas grand chose dans des modèles contenant pas mal de paramètres ajustables qui ne se résument malheureusement pas à quelques constantes physiques fondamentales !

    J'aime

  5. En comparant H. sud et H. nord, on voit surtout que le RC n’est pas global.
    Je dis cela car quand on parle des RC du passé, on nous rétorque qu’il n’étaient pas globaux contrairement à l’actuel alors que cela ne semble pas être le cas.

    J'aime

  6. Depuis la 1° COP, en 1995, la température est restée stable ! Avant, des années 70 à 95, il y a eu un (léger) réchauffement.
    Cette année, il n’y a pas de COP. Vous pensez que ça va se réchauffer ?
    Le CO2 n’y est pour rien. On a les arguments scientifiques pour l’expliquer.
    Mais a t’on les arguments concernant les COPs ? En tout cas, il faut les poursuivre ! C’est toujours ça de gagner sur la théorie de la poêle à frire !
    Climatiquement vôtre. JEAN

    J'aime

  7. Ce qui est spectaculaire c’est la moyenne mensuelle 2017-2020, et particulièrement 2020 quasi égal à 2016 l’année du super El nino, (et bien Supérieur à 1998) alors qu’on est plutôt dans une phase froide la Nina !!. Les différences HN / HS sont connues et expliquées ratio terre/océan. Pour les mesures relatives, il serait préférable de prendre comme zéro une moyenne antérieure, par exemple 1920-1950, pour bien quantifier le RC. Car quand les médias ou les COPs parlent de le limiter à 2°C par rapport à l’ère préindustrielle en 2100, ça me fait doucement rigoler (jaune). On y est quasiment déjà dans nos latitudes HN. Quelqu’un parlait plus haut aussi des boucles de réaction. Oui en effet en particulier la baisse d’albédo au pôle et des glaciers mais aussi les dégazage de CO2 et de méthane par la fonte du pergisol. Oui c’est clair, la décennie 2020-2030 va probablement nous donner une idée assez précise de ce qui nous attend. Il ne m’étonnerait pas que le Giec réajuste ses prévisions.

    J'aime

    • Bonjour,

      Vous écrivez  » Il ne m’étonnerait pas que le Giec réajuste ses prévisions. « . Pouvez-vous préciser dans quel sens, je vous prie ? Je ne saisis pas le sens général de votre intervention, et dès lors ne parvient pas à imaginer ce sens de réajustement.
      Bien cordialement,

      Eric mONARD

      J'aime

      • En fait, c’est déjà fait il y a un an, les derniers modèles avaient déjà revu à la hausse (de +1°C) les prévisions de température. Il y a plusieurs scénarios dépendants principalement de l’évolution de nos émissions, déforestations,etc. Le plus optimiste RCP2.6 (forçage radiatif par m2) est déjà considéré comme irréalisable. Il sera atteint en 2030. Le pire scénario RCP8.5 en gros si les pays continuent sur la voie actuelle de développement par énergies fossiles et sans stopper les déforestations, conduiraient à une augmentation de 6°C à 7°C en 2100. On peut imaginer que les choses changeront avant d’en arriver là. Mais pour l’instant, les beaux discours des COPS sont peu suivis d’actions.

        J'aime

      • conduiraient à une augmentation de 6°C à 7°C en 2100

        Le café du commerce. Et bientôt 10 °C avec le dernier verre.
        Vite sautez du dernier étage avant que les flammes ne vous rattrapent.

        J'aime

  8. Désolé s’il y a doublon, c’est peut-être la faute au houblon

    Réveillé ce matin avant 7 heures par un tremblement de terre
    Seisme ressenti jusqu’à 40 km de Strasbourg et provoqué par FONROCHEqui veut promouvoir la géothermie en Alsace ; j’ai envoyé le mail suivant aux Dernières Nouvelles d’ Alsace , mais je ne lui donne pas beaucoup de chances pour être publié

    il faudrait arrêter de faire n’importe quoi pour aller dans le chemin de la transition énergétique du gouvernement : permettre de forer et de fracker pour pomper de l’eau chaude alors qu’on interdit cela aux pétroliers ; fermer Fessenheim et nous construire des éoliennes qui nous cassent les oreilles et le paysage et tout cela pour ne plus émettre de CO2 en France alors qu’en Allemagne on ouvre des mines de lignite pour nous vendre leur électricité le double du prix de notre électricité nucléaire
    Frederic Sommer

    Publiez cela dans tous les blogs , journaux , télés , amis et fonctionnaires mêmes s’ils ne sont pas vos amis ; vous pouvez commenter si vous voulez , style : »on devrait mettre des gens compétents au gouvernement «

    J'aime

    • Bonjour Fritz, je réside un peu plus au Sud, toutes les salutations de l’Est. Vous devriez interpeller Martine Wonner qui n’a pas coutume de donner dans la bien-pensance, voyez les interventions remarquées qu’elle distille à l’assemblée au sujet du Macronovirus. Elle devrait être réceptive au sujet de la grande supercherie climatique, aussi dénommée LE CASSE DU SIECLE. Je lui ai écrit afin de la sensibiliser à ce sujet. En attendant vous pouvez visionner ce film:

      Oui « nous devrions élire des gens compétents au gouvernement »…pour ça il faut voter et bien voter. Bien à vous. JR

      Aimé par 2 personnes

  9. Comme il pleut, cela prouve que les incantations sont bigrement efficaces.
    S’il ne pleut pas, c’est que les incantations manquaient de conviction, et il faut remplacer le gourou.
    En vérité je vous le dis : un bon gourou et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes….
    LoL

    J'aime

  10. @Michel C
    C’est le rapport établi par des centaines de climatologues de tous pays, et les scientifiques mathématiciens et informaticiens qui travaillent sur ce sujet depuis des années. Mais en effet, il y a le café du commerce, et un type et ses blagues à 2 balles, qui va leur prouver qu’ils se trompent. Déjà il avait des doutes sur la relativité d’Einstein, et même sur Galilée. Alors tous ces jeunots et leurs supercalculateurs trafiqués !
    Plus sérieusement, il est bien précisé que le RCP8.5 est le pire scénario qui correspondrait à aucune action corrective. D’ici là, il ne fait aucun doute que de nombreux changements auront lieu, innovation et adaptation. Ça a déjà commencé. Mais il y aura encore de nombreux obstacles, réticences, car le défi est immense.

    J'aime

    • Il est prouvé depuis longtemps que le scénario RCP8.5 ne correspond pas à l’évolution passée et n’a aucune chance de correspondre à aucun avenir. Pourtant c’est celui qui est privilégié, et de loin, par tous les amateurs de prévisions apocalyptiques. Et ce sont les seuls que l’on entend.

      Aimé par 1 personne

      • Non,c’est plutôt le scénario RCP4.5 qui est envisagé, mais il est de toute façon bien inquiétant, car il induirait déjà un delta T° probablement désastreux. Pourtant les trajectoires des actions menées montrent bien leur inefficacité, il faudra encore de nombreuses années pour l’admettre vraiment. Et comme les émissions n’auront pas suffisamment diminué, alors les apprentis sorciers de la geo-ingenierie entreront en jeu.

        J'aime

      • Zimba (et ses congénères) est complètement enfumé par le PR. On débranche des centrales nucléaires, mais il garde en fonction les centrales à charbon.
        Oui, il se paye bien votre tronche, le CO2 n’est pas un problème comme ill’affirme.
        Il s’en moque, la preuve. Il veut juste être réélu.

        J'aime

    • RCP 8.5 correspond à la ponte d’une soirée déjà bien arrosée, avec café et pousse-café, avec plus de pousse-café que de café…
      Et vous croyez que les pays pauvres vont suivre ce genre de délire?
      Sérieusement?

      J'aime

  11. Ping : Mythes, Mancies & Mathématiques:Liberté et dignité – chaos

  12. Ils sont bien gentils tous ces modèles mais le CO2 tout court ne contrôle pas le climat, donc ils sont faux. Alors dire que le CO2 anthropique contrôle le climat et qu’en 2100 à cause de lui nous serons à + 2°C, voir plus, là c’est de la croyance pas de la science.
    La science du climat n’est pas comprise mais plus elle avance plus elle apporte les preuves que c’est le soleil et l’eau sous toutes ses formes solides, liquides, gazeuse qui contrôle principalement le climat. Il n’y a qu’à voir entre autre l’effet de La Niña et de El Niño sur le climat terrestre.
    Mais bien sûr il ne faut oublier le volcanisme, le magnétisme terrestre, la position de la terre par rapport au soleil, etc.
    La climatologie est une science encore jeune et passionnante par les découvertes qu’elle doit faire. Ne la bridons pas d’entrée par un dogme.

    J'aime

  13. Ping : Emissions ou rémission ? | Mythes, Mancies & Mathématiques

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s