Les résultats de la classe covid-19

par Rémy Prud’homme.

A l’école du monde, les élèves du cours de COVID-19 ont rendu leur copie, c’est-à-dire donné le nombre de leurs morts rapportés à leur population  https://www.worldometers.info/coronavirus/ . Il est plus significatif de leurs résultats que le nombre de leurs malades, qui dépend davantage de leurs tests que de leur morbidité. Le nombre des morts lui-même est à prendre avec précaution, car tous ne le comptent pas de la même façon ; et il y a même des pays qui donnent des nombres inexacts, par ignorance ou par dissimulation. On peut cependant – à la date du 15 avril – distinguer assez nettement trois grands groupes de pays.

Il y a tout d’abord les mauvais élèves, ceux qui ont un nombre de décès supérieur à 150 par million d’habitants. On en compte une demi-douzaine : Espagne, Italie, Belgique, France, Royaume-Uni, Pays-Bas (dans l’ordre décroissant). Ce sont tous des pays européens, et à l’échelle du monde, des pays riches. Le classement de la France (263 décès/M) est particulièrement médiocre. Nous sommes le quatrième pays du globe (le troisième si on ne considère que les pays les plus peuplés) le plus affecté. Il faut le souligner parce que nos gouvernants ont tendance à le dissimuler derrière leurs fréquents et trompeurs « comme tous les autres pays du monde ».

On a ensuite les élèves moyens, présentant un nombre de décès compris entre 50 et 150. Les principaux sont la Suisse, la Suède, les Etats-Unis, le Portugal, le Danemark. Le cas des Etats-Unis mérite une mention spéciale. Les médias ne cessent de répéter que les Etats-Unis sont le pays du monde le plus frappé, avec près de 30000 décès, en omettant (par anti-américanisme ou par ignorance ?) de prendre en compte la population du pays. En réalité, le covid-19 a tué trois fois plus en France qu’aux Etats-Unis (à la date du 15 avril). Il s’agit toujours de pays principalement riches et européens.

On a enfin le gros de la classe, les bons élèves : moins de 50 décès par million d’habitants. On y trouve les pays d’Europe centrale, comme l’Allemagne (6 fois moins que la France) et l’Autriche, mais aussi la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, ainsi que la Finlande ou le Canada. On y trouve aussi (pour le moment) les pays pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Les résultats de la Chine et de la Russie sont également très bons, mais personne n’est prêt à parier gros sur leur sincérité. Une mention spéciale pour les cracks, les premiers de la classe,  que sont la Corée du Sud (4 morts/M) et le Japon (1 mort/M), Hong-Kong, Singapour, à la fois riches, honnêtes, denses, et très peu touchés.

Mesurer n’est pas expliquer. Pourquoi le covid-19 tue-t-il davantage ici que là ? La question est particulièrement importante pour la France. Les causes de ce qu’il faut bien appeler l’échec collectif des mauvais élèves ne sont actuellement pas connues. Celles qui ont été mentionnées ne sont guère convaincantes. Le pourcentage des vieux ? Le Japon contredit cet argument. La densité ? Hong-Kong et Singapour et de nouveau le Japon ridiculisent cette explication. La dépense publique en santé ? Elle est plutôt plus élevée dans les pays les plus frappés.

On avancera une piste, une hypothèse : la capacité d’analyse des différents pays. Les décès semblent d’autant plus importants que le niveau en mathématiques des tests PISA est bas. De tous les pays cités ici, l’Espagne et l’Italie ont à la fois l’indice PISA en mathématiques le plus bas, et la mortalité covid la plus élevée. Le Japon et la Corée au contraire ont la mortalité covid la plus basse, et l’indice PISA le plus élevé. Jean-Jacques Rousseau raconte qu’une courtisane de Venise, auprès de qui il n’avait pas été très brillant, lui dit gentiment : « Zanetto, lascia le donne et studia la matematica ». Si ceux qui nous gouvernent  avaient lu Rousseau, et suivi ce conseil, nous aurions peut-être moins de morts à pleurer.

50 réflexions au sujet de « Les résultats de la classe covid-19 »

  1. Il y a de de cela aussi. L’éducation française privilégie les émotions sur la culture rationnelle, les manifestations, les symboles, les clowneries à l’analyse et à la logique. On voulait que les dirigeants paniquent? Ils sont morts de trouille et essaient de se protéger en appliquant à tort et à travers le principe de précaution. Cela ne remplace pas des plans de contingence et une bonne infrastructure technique et industrielle, et surtout une administration dirigée par des gens réactifs, intelligents et cultivés, quand il s’agit de réagir à des circonstances exceptionnelles.

    J’aime

  2. merci
    autre question sur l’efficacité du confinement à la française… :
    si on applique la courbe de l’évolution quotidienne des décès de la France depuis le début du confinement (17 mars, 175 morts, au 16 avril, J+31, 17920) à trois pays qui confinent moins strictement (PB, Allemagne) ou pas (Suède) :
    – Pays-Bas : pour tenir compte de l’écart de population, avec un jour d’écart, le 18 mars (ils avaient 58 morts), à J+30 (16 avril), ils seraient à 5690 morts (nombre réel 3315)
    – Allemagne : avec 8 jours d’écart (206 morts le 25 mars), ils seraient à J+23 à 12794 morts (nombre réel 4052)
    – Suède : avec 5 jours d’écart (33 morts le 22 mars), ils seraient à J+26 à 2608 morts (nombre réel 1333)
    bon, d’accord, on va me dire que le confinement ne peut pas prétendre avoir d’effet sur le nombre de morts avant plusieurs semaines…

    J’aime

    • J’ajoute qu’aux Pays Bas la dynamique de l’épidémie est en fort ralentissement. (nb de personnes entrant chaque jour à l’hôpital a été divisé par 4 lors des deux dernières semaines et le nb total de personne en ICU diminue depuis presque deux semaines …) . Aux Pas-Bas, l’épidémie a commencé plus tard et va se terminer plus tot. Le confinement coercitif ne sert à rien …..
      La Suisse qu n’a pas non plus brutalisé sa population à cause de l’incurie de ses services de santé commence à lever le confinement.

      J’aime

  3. Je n’ai pas grand chose à ajouter. Je vais juste donner mon « explication » pour le mauvais élève que je connais le mieux en quelques lignes : trouillardise d’Etat, manque de compréhension des réalités de base (par exemple : d’où est-ce que nous venons, comment sommes-nous arrivés là, quel est le prix à payer pour la science, la sécurité, le confort, etc.?) perversion des valeurs fondamentales (le fameux principe de précaution qui devrait s’appeler ici le principe de peur, ou encore le principe de paralysie maximale), incapacité à réagir (un pas en avant , un pas en arrière, un pas à gauche, un pas à droite est le contraire d’une réaction efficace bien que ça paraisse remuer beaucoup selon un repère temporel très limité), pas de conviction forte d’où l’incapacité à tenir une ligne, même pas très bonne (voir Maginot), culture du mensonge au plus haut niveau, passée à l’état de doctrine politique officieuse (merveilleusement résumée par Chirac si c’est bien lui l’auteur de ce bon mot (j’en doute mais sait-on jamais, un éclair de génie peut arriver à tout le monde…) : « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent »), doctrine qui présume que « le peuple » est un imbécile dont il faut faire le bien malgré lui et de préférence en secret.
    Il est évident que l’heure des comptes va sonner pour tous les pays démocratiques – ne parlons pas de la Chine – après cet épisode suicidaire injustifiable et hautement contagieux mais ce ne sera utile que pour les pays et les peuples encore capables de tirer des leçons de leurs erreurs. Ce que j’ai énuméré plus haut ne me rend pas particulièrement optimiste dans notre cas.
    Souhaitons que je me trompe.

    J’aime

    • Je partage totalement votre point de vue .
      Je crains que la formation d’une bonne cinquantaine de promotion d’enarques y soit pour quelque chose.
      En effet ces individus sont tout sauf des techniciens ou des gestionnaires, mais plutôt une espèce « d’élite « littéraire déconnectée du monde réel.
      Je pense que ces personnes, noyautant de fait l’état, ont grandement contribuer à écraser le pays de normes, lois et règlements de toute sortes, inhibant tout pragmatisme.
      Qui plus est nos énarques en chef s’appuyent sur les dire d’experts de salon pour justifier d’une politique inefficace et liberticide qui constitue un inquiétant précédent.
      Cet état centralisé et ce régime présidentiel « fort » s’avèrent rongés par l’imperitie ce qui n’aide pas à la prise de décisions raisonnables.
      Tout ceci sans compter sur le risque d’émergence d’une tentation totalitaire..

      Aimé par 1 personne

  4. J’apprécie énormément ces écrits. Je ne permettrais qu’une petite remarque: la métaphore incessante avec la salle de classe est véritablement agaçante. De plus, elle nuit à la clarté du propos. C’est un travers très français… de l’utilisation du français par les matheux ?
    Enfin, j’ajouterais comme explication de la médiocrité française le désastreux message de notre président lorsqu’il métaphorisait (encore !) la guerre, avec des accents plutôt pétainistes que gaulliens… Il s’est quelque peu rattrapé depuis mais, pour persister avec la métaphore scolaire, il doit penser que nous (le peuple, ces veaux) aurions besoin d’un Maître, d’un Messie, d’un Sauveur. Et il est malheureusement conforté dans sa Mission (idem pour le « sauvetage du climat » pour lequel nombre d’imbéciles manifestant pensent qu’Il doit avoir le bouton du Saint Thermostat pour « régler » le climat et racheter ainsi tous nos péché envers Gaïa)…
    Excellente journée !

    J’aime

  5. Les épidémies d’infections respiratoires ne sont pas des progressions mathématiques mais des phénomènes biologiques dont les acteurs sont des êtres vivants (le contaminateur, le virus, le contaminé), tous capables de développer des stratégies individuelles et d’en changer devant un obstacle. Ce sont donc des maladies d’écosystèmes, et il est probable que, dans quelques mois, Emmanuel Todd nous sortira un nouveau livre passionnant montrant une corrélation entre l’importance de l’épidémie et la résistance dans nos sociétés modernes des grands systèmes familiaux (en gros la famille souche en Espagne, la famille communautaire en Italie, la famille nucléaire en France sauf en Alsace) sous une forme certes atténuée (un seul foyer par maison et des relations étroites avec les maisons « alliées ») mais suffisante pour expliquer les différences de contagion. Ces observations seront bien sûr recoupées avec le climat (le climat chaud et sec est favorable à condition de vivre dehors!) et surtout, et c’est là où votre article devient très pertinent, avec le degré d’instruction des… femmes. Car dans un foyer, c’est la femme qui est le vecteur de l’hygiène, pour des raisons faciles à comprendre (vulnérabilité de l’appareil génito-urinaire, exigence des soins au nourrisson). D’où la corrélation apparente avec les mathématiques! On comprend alors que des sociétés machistes soient plus sensibles à la contagion que des sociétés où les femmes ont un statut plus élevé. Enfin, la politique actuelle de réclusion est particulièrement catastrophique pour les peuples méditerranéens qui ont l’habitude de vivre dehors, car elle transforme brutalement leur écosystème et les rendent aussi fragiles que des poissons hors de l’eau. Quant au truquage des chiffres, il faut davantage le trouver dans la tradition française (relire le livre de Michèle Tribalat sur l’immigration) qu’en Chine, pays qui a été d’une loyauté exemplaire depuis le début de la crise, en donnant immédiatement le génome et le traitement (la chloroquine) au monde entier. Dans l’hexagone, on a besoin de beaucoup de morts, réels comme fictifs, pour rendre artificiellement légale la scélérate loi 2020-290 du 23 mars qui marque le début du IIIe Reich français.

    J’aime

  6. On se perd en effet en conjecture sur l’échec des pays du « club med » par rapport aux autres. Christine Ockrent avançait récemment, avec tous les guillemets qui s’imposent, que les mauvais élèves manquaient de « protestantisme » c’est à dire qu’il avaient une culture moins rigoureuse…
    Corrélation et causalité ??
    En tout cas le rapport des morts à la population est bien sur indispensable, et l’exemple des états unis mis au ban des nations (anti Trumpisme ?) est éloquent sur la corruption des esprits journalistiques, incapables de raisonner.
    La paille et la poutre…

    J’aime

      • La France est assurément le pays de Courteline. L’avalanche de textes réglementaires contradictoires pondus par les ronds de cuirs de notre administration lourdement obèse en témoigne:
        – Lubrizol avec 5 versions de 5 arrêtés préfectoraux avec des listes de polluants différents à rechercher
        – Maintenant on peut renoncer à compter les ordonnances et arrêtés tous plus ou moins contradictoires et absolument indémerdables pour le citoyen qui manifeste la meilleure des volontés (cas de la suspension ou du gel des délais administratifs du fait du confinement)

        J’aime

      • … Suite
        Puis de leur désuspension et de leur dégel, en attendant les nouveaux délires qui ne manqueront pas de pleuvoir.

        J’aime

  7. J’ose espérer que mes petits enfants pourront vérifier les devoirs du soir de leurs future progéniture, et leur faire réciter le chapitre de l’histoire contemporaine, enfin dévoilée, sur l’affaire Covid19…
    D’ici là, ça m’étonnerait qu’on s’y retrouve parmi ces mensonges et cachoteries..?

    J’aime

  8. En ce qui concerne les États-Unis, rapporter le nombre de morts à la population est certes mieux que donner le seul nombre de morts, mais ça reste insuffisant pour décrire la situation. D’une part il faut plutôt comparer à l’Union européenne dans son ensemble, d’autre part, il ne faut pas perdre de vue que la situation là-bas est spéciale avec un gouffre entre l’agglomération new-yorkaise extrêmement touchée par l’épidémie (plus que n’importe où ailleurs dans le monde apparemment), la Californie dans une situation intermédiaire et le reste du pays (où réside essentiellement l’électorat Trump) qui est assez épargné.

    J’aime

  9. Bonjour, La comorbidité semble primer sur l’âge et le sémillant octogénaire est moins en danger que le jeune adipeux avachi et diabétique… ce texte a t il tourné ? « Bonjour,
    Voici de nouvelles pistes physiopathologiques, pouvant indiquer la ventilation non invasive de façon un peu plus large ( en tous les cas ne plus intuber au delà de 6l/ mn d’o2 )

    Le Covid-19 nous a tous trompés, mais nous sommes peut-être en train de trouver son secret.

    Au cours des 3 à 5 derniers jours, une montagne de publications est apparue à New York, en Italie, en Espagne, etc. concernant le COVID-19 sur les caractéristiques des patients qui tombent gravement malades.

    Il n’y aurait ni «pneumonie» ni SDRA. Du moins, pas le SDRA avec les protocoles et procédures de traitement établis que nous connaissons. Les ventilateurs ne sont pas seulement la mauvaise solution, mais l’intubation à haute pression pourrait en fait causer plus de dommages qu’en son absence.

    Les dernières 48 heures ont vu une sorte de révélation: Le COVID-19 provoque une hypoxie prolongée et progressive en se liant aux groupes hémiques de l’hémoglobine dans les globules rouges. Les gens désaturent simplement et ceci mène fà des défaillances d’organes qui les tuent. Tous les dommages aux poumons sur les scanners proviedraient de la libération de fer oxydatif par les hèmes, ce qui submerge les défenses naturelles contre le stress oxydatif pulmonaire et provoque cette belle opacité du verre dépoli toujours bilatérale dans les poumons. Les patients revenant pour une réhospitalisation des jours ou des semaines après leur convalescence et souffrant d’une leucoencéphalopathie post-hypoxique retardée renforcent la notion que les patients COVID-19 souffrent d’hypoxie malgré l’absence de signes de fatigue respiratoire ou d’épuisement.

    Les globules rouges transportent l’oxygène des poumons vers tous les organes et le reste du corps. Les globules rouges peuvent le faire grâce à l’hémoglobine, qui est une protéine composée de quatre «hèmes». Les hèmes ont un type spécial d’ions de fer, qui est normalement assez toxique sous sa forme libre, enfermé en son centre avec une porphyrine agissant comme son «récipient». De cette façon, l’ion fer peut être mis en cage et transporté en toute sécurité par l’hémoglobine, mais utilisé pour se lier à l’oxygène lorsqu’il atteint les poumons.

    Lorsque les globules rouges atteignent les alvéoles où se produisent tous les échanges gazeux, ce petit ion fer bascule entre les états FE2 + et FE3 + et se lie à l’oxygène, puis part livrer l’o2 ailleurs.

    C’est là qu’interviendrait lebCOVID-19. Ses glycoprotéines se lient à l’hème, et ce faisant, l’ion fer oxydant spécial et toxique est «dissocié» et se déplace librement tout seul. C’est mauvais pour deux raisons:

    1) Sans l’ion fer, l’hémoglobine ne peut plus se lier à l’oxygène. Une fois que toute l’hémoglobine est altérée, le globule rouge devient inutile et ne fait que courir avec le virus COVID-19 attaché à sa porphyrine. Tous ces continngents inutiles qui ne livrent pas d’oxygène sont ce qui conduit à la désaturation. C’est un peu comme un empoisonnement au monoxyde de carbone, dans lequel le CO est lié à l’hémoglobine, ce qui la rend incapable de transporter l’oxygène. Dans ces cas, les ventilateurs ne traitent pas la cause profonde; les poumons du patient ne se «fatiguent pas», ils pompent très bien. Les globules rouges ne peuvent tout simplement pas transporter l’O2. Mais dans ce cas, contrairement à l’intoxication au CO dans laquelle le CO peut éventuellement se dissocier, l’hémoglobine affectée est définitivement privée de sa capacité à transporter de l’oxygène car elle a perdu son ion fer. Le corps compense ce manque de capacité de transport d’O2 en libérant par les reins des hormones comme l’érythropoïétine, qui ordonnent à la moelle osseuse d’augmenter la production de nouveaux globules rouges avec de l’hémoglobine fraîchement préparée et pleinement fonctionnelle. C’est la raison pour laquelle on constate une augmentation de l’hémoglobine et une diminution de la saturation en oxygène dans le sang comme l’un des 3 principaux indicateurs pour savoir si le décès apprche.

    2) Des millions d’ions fer libérés flottent alors librement dans le sang provocant des dommages oxydatifs. Les poumons ont 3 défenses primaires pour maintenir «l’homéostasie du fer», dont 2 dans les alvéoles. Le premiere est constitué par de petits macrophages qui errent et récupèrent les radicaux libres comme ce fer oxydant. Le second est une doublure sur la surface épithéliale qui a une fine couche de fluide riche en molécules antioxydantes. Mais ces mécanismes sont dépassés par l’excès de fer oxydant et c’est ainsi que commence le processus de stress oxydatif pulmonaire qui conduit à une inflammation, qui entraîne à son tour la fibrose. C’est systématiquement bilatéral avec le covid19 alors que la pneumonie ne fait que rarement cela.

    Une fois que le corps est devenu hors de contrôle, avec tous les transporteurs d’oxygène qui circulent à vide, et des tonnes de la forme toxique de fer flottant dans la circulation sanguine, d’autres défenses se déclenchent. Alors que les poumons sont occupés par tout ce stress oxydatif qu’ils ne peuvent pas gérer, les organes sont affamés en O2 et le foie essaie de faire de son mieux pour éliminer le fer et le stocker. Seulement, il est submergé aussi. Il est affamé d’oxygène et libère une enzyme appelée alanine aminotransférase (ALT).

    Finalement, si le système immunitaire du patient ne combat pas le virus à temps avant que sa saturation en oxygène dans le sang ne baisse trop bas, ventilateur ou pas, les organes commencent à s’arrêter. La seule façon d’essayer de les maintenir en vie est le maximum d’oxygène, et peut-être le mieux serait avec une chambre hyperbare, si disponible, avec 100% d’oxygène à plusieurs atmosphères de pression, juste pour donner à ce qui reste de l’hémoglobine fonctionnelle une chance de transporter suffisamment d’oxygène aux organes et les garder en vie. Il n’y a pas assez de caissons hyperbares, donc certains culots de globules rouges frais avec une hémoglobine normale sous forme de transfusion pourraient faire l’affaire.

    Lorsque les ions de fer sont dépouillés de leur hémoglobine l’intubation pour ventilation est futile dans le traitement des patients et ne s’attaque pas à la racine de la maladie.

    L’urgence du ventilateur doit être réexaminée. Si on met un patient sous ventilateur parce qu’il entre dans le coma et qu’il a besoin d’une respiration mécanique pour rester en vie, ok. Donnez aux patients du temps pour que leur système immunitaire s’en tire. Mais s’ils sont conscients et alertes, gardez-les sous O2. Maximisez-le si vous le devez. Si vous DEVEZ inévitablement ventiler, faites-le à basse pression mais au maximum d’O2. Ne déchirez pas leurs poumons avec la PEP max, vous faites plus de mal au patient parce que vous traitez la mauvaise maladie.
    D’après les propos du Dr Karim DEBBAT, chef du service de réanimation à Arles« 

    J’aime

  10. Il me semble qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions.

    D’abord, on ne sait pas s’il y a homogénéité dans la façon de compter les morts (et même de les connaître) entre les pays: morts en dehors de l’hôpital, à domicile, en EHPAD, définition des causes en cas de co morbidité…

    Ensuite, il faut considérer la perversité de la courbe géométrique: elle est lente à « démarrer » alors que c’est là qu’il faut réagir.

    Mais tout dépend des conditions initiales; si au « démarrage » vous avez un cluster de 2000 au lieu de 200 , il y a de fortes chances que vous multipliez les morts par 10…

    En Italie, et Espagne il y a eu les beuveries du soir du match Bergame Valence…
    En France, les rassemblements évangélistes.

    Dans les deux cas, rassemblements en atmosphère confinée, puis dispersion dans tout le pays comme des bombes à fragmentation.

    La moitié géographique de la France est peu touchée; a t elle su mieux gérer le phénomène? Ou a t elle moins d’évangélistes?

    Ces réflexions n’excusent en rien les carences des gouvernements successifs français et l’inefficacité d’une administration toute puissante.

    J’aime

    • D’autant plus que les populations du sud ,vu les conditions climatiques saisonnières, sont moins cloîtrées que d’autres comme l’Europe centrale où l’hivers a été rigoureux , ou les pays nordique…
      Quand on veut jouer aux savants… et qu’il faut jongler avec une multitudes de paramètres… faut se montrer prudent.

      J’aime

  11. Un autre chiffre encore plus frappant est le % de décès parmi les malades:

    Belgium 31119 13%
    Italy 162488 12%
    UK 93873 12%
    France 143303 10%
    Netherlands 27419 10%
    Spain 174060 10%

    Austria 14234 2.7%
    Germany 132210 2.6%
    Japan 8100 1.8%

    J’aime

  12. Question:
    et si la corrélation était à rapprocher du maintient en vie à l’aide de médicamentation outrancière et d’un système de santé et de solidarité (plus ou moins performant propre à chaque pays) qui amène une population au-delà d’un âge biologique en grande fragilité qui de fait se trouve être plus sensible à des variations biologiques de l’environnement (telle une canicule par exemple qui a certainement du toucher plus le sud que le nord!)?

    https://www.touteleurope.eu/actualite/l-esperance-de-vie-en-europe.html
    https://www.populationdata.net/cartes/europe-esperance-de-vie-2016/

    A mettre aussi en corrélation avec un facteur aggravant qui serait l’obésité constatée chez prêt de 80% des personnes décédées du covid… et l’obésité par population européenne et dans le monde.

    https://cafebabel.com/fr/article/carte-de-la-semaine-leurope-et-lobesite-5ae00a0cf723b35a145e5cef/
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_d%27ob%C3%A9sit%C3%A9#/media/Fichier:BMI-30-Worldmap-2014.svg

    Attention quand on veut devenir scientifique de ne pas céder à la tentation de la projection…

    J’aime

  13. Résultat de ce que Tocqueville appelle « l’esprit littéraire en politique », travers bien français.
    « Ce que j’appelle l’esprit littéraire en politique consiste à voir ce qui est ingénieux et neuf plus que ce qui est vrai, à aimer un tableau intéressant plus que ce qui sert, à se montrer très sensible au bien jouer et au bien dire des acteurs, indépendamment des conséquences de la pièce, à se décider enfin par des impressions plutôt que par des raisons. » A de Tocqueville, Souvenirs)

    J’aime

  14. Il y a d’autres façon de mettre en relation le virus et le nombre de deces. Par exemple, la corrélation avec la dette est particulièrement frappante. Sans doute parce que les organismes des pays endettés sont plus fragiles….
    On notera aussi que les trois pays de l’axe du bien (vous savez les trois pays de la fameuse ligne rouge en Syrie, c’est a dire France, UK et USA) sont particulièrement touchés. Dans ce cas, on peut penser que le virus aime attaquer de façon préférentielle no si fragiles démocraties…celles qui sont vraiment démocrates et qui répandent le bien sur la planète.
    A ce sujet, ce fameux axe du bien met soudainement en cause la Chine dans la dissémination du virus. Il l’accuse pour l’instant de négligence. Si nous allons peu a peu vers des accusations plus solides, genre armes chimiques en Syrie, alors une nouvelle hypothèse apparaitrait dans cette curieuse histoire: Faire payer a la Chine les dettes accumulées par ces trois pays, plus par tous ceux qui, alors bien a propos, ont décidé soudainement de confiner leur population. Ce n’est qu’une hypothèse bien sur, histoire de passer le temps.
    Bonne journée confinée a tous, ce mot est vraiment bien trouvé, car « in fine » il nous décrit tous très bien.

    J’aime

  15. dans la classe il y a des médecins…
    en // de la longue analyse D’après les propos du Dr Karim DEBBAT, chef du service de réanimation à Arles«

    une médecin généraliste de l’Isère
    Dr Sabine PALIARD-FRANCO 38 10 76 26 4 ,
    4 ch de l’Orge, 38 690 CHABONS
    https://www.doctolib.fr/medecin-generaliste/chabons/sabine-paliard-franco
    tel 04 76 06 40 71
    a rédigé un compte rendu de ses observations

    Cliquer pour accéder à protocole-groupe-i-29-mars-2020-bis-suspicions-covid-19-docx.pdf

    voyant des micro thromboses empêchant l’oxygène de circuler
    mais cela ne semble pas avoir attiré l’attention des médecins

    J’aime

    • le site initial a retiré le pdf dont voici la 1 ère page
      RETOUR D’EXPÉRIENCE sur la prise en charge de MALADES SUSPECTS DE COVID 19 : GROUPE I
      CABINET MÉDICAL DE CHABONS. Dr Sabine PALIARD-FRANCO
      Suite à ma communication du 26 mars 2020 concernant les patients suspects de Covid-19 sévères (de groupe II) vous trouverez pages suivantes les graphes montrant l’évolution des symptômes des 24 patients ayant fait une forme modérée de syndrome grippal atypique (de groupe I), et pour lesquels je pensais qu’ils devaient quand même bénéficier d’un traitement et d’une surveillance rapprochée :
      Les critères d’instauration du traitement sont les suivants : Durée d’évolution supérieure à 5 jours, toux sèche persistante, dyspnée, signes généraux marqués, fièvre prolongée, rechute d’une toux après un semblant de guérison à la 2e semaine entre J7 et J10… Facteurs de risque respiratoires et cardio-vasculaires, maladie auto-immune, cancer. Tabagisme, surpoids. Terrain allergique. Contexte
      social.
      Les patients ont tous reçu au moins un Macrolide (Zithromax, Zeclar, Rulid ou Josacine) et dans les cas présentant une pneumopathie mal tolérée, une association avec une C3G (CEFTRIAXONE) ou Cefpodoxime.
      J’ai prescrit le macrolide seul aux patients chez lesquels je constatais l’existence d’un syndrome bronchique avec pneumonie atypique, bilatérale, avec diminution du murmure vésiculaire et dyspnée, et une C3G en plus en cas de signes ORL marqués ou d’infections pulmonaires basses,franches lobaires aiguës.

      Car l’on constate lors de ce syndrome grippal une atteinte de tout l’arbre
      respiratoire à différents niveaux. Nous avons suivi les patients chaque jour et relevé l’état les symptômes, au démarrage de la maladie, au jour d’instauration du traitement (noté T) et les 3 jours suivants (T1,T2,T3). Les symptômes étudiés sont la toux, la fièvre, la dyspnée, l’asthénie, les troubles digestifs, les céphalées et les signes ORL (maux de gorge, obstruction nasale, anosmie et agueusie).
      //////////////// conclusions page 10 ///////////
      A ce jour, il est très rassurant de constater que tous les patients que j’ai reçus avec ces symptômes sont répondeurs au protocole Macrolide seul (groupe I) ou Macrolide-C3G pour les formes sévères (groupe II). (une quarantaine de patients au 28 mars 2020 et cela ne cesse de croître)
      La pandémie actuelle et le pic épidémique qui arrive dans notre pays nécessitent de réagir rapidement pour éviter les hospitalisations, et l’engorgement des hôpitaux.
      Compte-tenu :
      1/ de la relative innocuité des macrolides, et des céphalosporines, médicaments anciens et bien connus, évidemment dans le respect des contre-indications,
      3/ de leur accès facile en Médecine de ville ou à l’Hôpital,
      4/ dans l’attente de molécules actives validées, sûres ou innovantes, et d’un vaccin
      5/ le rapport bénéfice-risque étant clairement favorable,
      6/ lorsque l’hydroxychloroquine n’est pas envisageable chez certains patients ou mal tolérée
      6/ il serait sans doute bénéfique d’en faire profiter sans tarder aux personnes touchées par ce virus, surtout les plus vulnérables, âgées, qui sont malheureusement variables d’ajustement dans
      cette période de pandémie.

      J’aime

  16. Bonjour,
    1 – Le taux de mortalité du virus est estimée à 3%, donc quand on mesure des 10% ( que cela signifie-t-il ? Les relevés de données sont faux y a-t-il beaucoup plus de personnes contaminées sans symptôme ? A-t-on plus de risques à mourir en France du coronavirus ?
    2 – Pourquoi n’utilise-t-on pas nous même un oxymètre à 40 € (mesure qui pourrait être faite en laboratoire ou en pharmacie) comme on le fait avec un tensiomètre pour mesurer sa pression artérielle ?

    Au fait grâce au coronavirus le paiement sans contact va passer à 50 € ! Je croyais que c’était à cause du réchoff’ment climatic…

    J’aime

  17. Le lien avec le niveau en math m’a surpris mais rapidement je me vois en train de basculer vers « c’est pas faux »
    Prenons un exemple très simple. Deux mecs qui veulent draguer une nana. Le premier se presente comme ecrivain ou essayiste ou producteur de cinéma…
    Le deuxième se présente comme chercheur en math au cnrs ou à l’inra…
    A votre avis, qui a le plus de chance de gagner la partie ?! Soyez honnete.
    Bonne journée à tous

    J’aime

  18. mmmmm voilà un nouveau sujet de polémique

    https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32184-EXCLUSIF-Pour-Pr-Montagnier-SARS-CoV-2-serait-virus-manipule-Chinois-l-ADN-de-VIH-podcast

    paraît qu’il en connait un bout dans le séquençage du VIH?

    on ne nous dit pas tout
    l’enchaînement des événements est tout de même très curieux, et semble tout à fait compatible avec cette révélation.
    Ajoutez l’implication de l’INSERM, qui descend Raoult en flèche, faites provision de popcotrns cela devient captivant

    J’aime

    • D’où vient cette haine contre les Chinois? Qu’ils ne laissent plus leur pays être dépecé, comme par le passé, par les occidentaux ? Ce racisme anti-Chinois, mais également anti-japonais qu’on a vu pendant l’affaire Carlos Ghosn, devient délirant.

      J’aime

      • oui vous avez raison, ils seraient tout à fait incapables d’une pareille infamie
        si, pure hypothèse, bien moins vraisemblable que le pangolin volage , un accident de ce genre avait eu lieu, ils nous l’auraient dit , sans détour, et ils auraient immédiatement demandé à l’OMS de sonner le tocsin , j’en suis tout à fait rassuré.
        Concernant le Japon, j’ai un lointain cousin qui est mort à Pearl Harbour, alors…..

        J’aime

  19. Concernant cet article, moi je serais super prudent sur :
    1 – la comparaison des données. Ce graphique à cet égard est intéressant et relativise les différences : https://corse-sauvage.fr/perso/public/documents/Covid-19/Cumul-deces_Millions-habitants.jpg
    2 – les causes des variations de l’impact du virus. Il y a par exemple des éléments génétiques dans les populations qui nous échappent totalement. N’oublions pas que le virus ne connait pas les frontières. Plutôt que de regarder l’activité du virus par pays, peut-être faudrait-il la regarder et la suivre selon des zones.

    D’autant plus que l’épidémie n’est finie nulle part dans le monde.
    Les données actuelles ne sont donc que parcellaires. Comment cela évoluera-t-il ?
    Regardez simplement l’histoire imprévue du Charles De Gaulle. Quel sera l’impact de cet évènement sur l’épidémie ? Les conclusions risquent bien d’être faites à la louche en simplifaint. Soyons prudents.

    J’aime

  20. On peut corréler les nombre de cas et victimes par million de population avec plusieurs paramètres.. avez-vous tenté le tarif postal dans différents pays ? Si ça marche pour la température moyenne annuelle globale (TMAG) , pourquoi pas pour les victimes de virus ? Si la corrélation entre CO2 et TMAG n’est pas convaincante, voyez celle avec les tarifs postaux !http://joannenova.com.au/2009/05/shock-global-temperatures-driven-by-us-postal-charges/

    J’aime

  21. Amusant mais…
    Israel, tres mauvais en math, mais tres bonne eleve Covid.
    Et en math, la France est au dessus de l’Autriche, mais question covid…

    Enfin les maths oui, mais la réflexion ?

    Question simple : que mesure Pisa ?
    « Programme for International Student Assessment »
    Student : éleve de 15 ans.

    Il est donc question de juger l’attitude des gouvernants a prendre les bonnes décisions sur la base de leur capacité mathématique. Je n’ai pas compris qu’il faille juger les capacité d’une infirmiere a ses facultés mathématique. Au vu des fluctuations importante dans le classement d’année en année, pour être juste il faudrait prendre la moyenne d’age des personnes aux responsabilités haut placé (disons 40-50 ans pour être minimal). Et constater le résultat PISA a leur 15 ans. Ce qui amène en gros aux années 1985-1995. Et la, pas de chance, PISA n’existe que depuis 2000, et encore avec une poignée de pays, donc inexploitable.

    On peut alors basculer sur le TIMSS, Trends in International Mathematics and Science Study, beaucoup plus ancien et large. Il commence en 1995 justement.
    1995 : Top 10. les classiques asiatique. Puis en vrac :
    Angleterre, bien classé au TIMSS mais tres mauvaise en covid.
    Belgique (flandre) tres bonne. Covid : 2e place du pire.
    Paybas : bien. Pas pour le covid.
    Suisse : 8e. Et plus que borderline ( je mettrais la barre a 100)

    PISA 2020 mesurent les aptitudes scolaire de ceux qui vont prendre part a la société dans 5 ans, et peuvent espérer a des responsabilités dans 20-25 ans ? Vous me direz que les élèves sont le fruit de leur professeurs. Et je vous répondrais que les professeurs également à leur époque.

    Enfin et non des moindres : la plupart des personnes en charge sortent de prestigieux cursus et de filière spécifique (l’ascenseur social en France étant plus que mal en point.) lycée privé, parisien au méthodes très traditionnelle (méthode de Singapour, etc).
    Polytechnique : 17 en math au classement international. je remarque que l’ENA est classée dans certains top 10 grâce au nombre important d’anciens élèves dans les CEO de multinationales – qui ne sont pas du genre a négliger les chiffres.

    Même si je partage l’avis que nous nous tier-mondisons intellectuellement parlant, je ne suis pas sur qu’on manque d’as de la calculette Par contre de logique, je veut bien le croire. De morale : plus certainement. Si je cherche une corrélation pouvant se trouver être une causalité, je remarquerais que les pays bon élèves sont des pays dans lequel une forte éthique de la gouvernance – et de l’obéissance – continue d’irriguer la société. Les pays asiatique forcement, avec leur arrière plan confucéen. Les pays du nord, avec leur ferme transparence et leur fond protestant. Les pays de l’est, avec leur puissantes cohésion interne moulée dans le chaudron infernal soviétique. A creuser.

    Je crois qu’en France (et en Europe également), ils ont beaucoup trop bien lu Rousseau justement. Avec le contrat social, il est parti d’une hypothèse plutôt que des faits. Toute ressemblance avec la crise est bien évidement…

    J’aime

  22. Le malentendu réside à mon avis dans l’opinion selon laquelle les gesticulations des autorités politiques auraient de grandes répercussions sur un phénomène naturel, comme la température du globe ou la progression d’une épidémie. En matière sanitaire, les erreurs gigantesques (l’enfermement à domicile) comme les franches trahisons (confiscation d’un médicament), n’ont heureusement d’incidence sur le phénomène qu’à la marge. Aussi il est préférable d’entendre le « niveau en mathématiques » comme le niveau d’instruction général de la population plutôt que comme celui des seuls dirigeants politiques. Et là, l’écosystème peut franchement s’en trouver modifié en profondeur! Car dans les sociétés où le niveau d’instruction est élevé, les femmes, qui sont les grands prescripteurs universels des questions médicales et d’hygiène à l’intérieur des foyers, ont également un niveau d’instruction plus élevé, ce qui accroît forcément et de façon significative la pertinence de leurs ordonnances.

    J’aime

  23. Méfiez vous. Et si l’intelligence, mesuré par PISA, avait quand même un rôle. L’occidental, persuadé qu’il a LA solution avec le respirateur fonce la tête dans le guidon. Les asiatiques, moins équipés, réfléchissent et appliquent d’autres solutions plus souples, avec de meilleurs résultats.
    Donc une corrélation avec les respirateurs et une autre avec PISA, cela ne serait pas si idiot.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s