Les dissimulateurs de l'AFP et de "Libération"

Nos médias, qui comme on le sait sont toujours neutres et objectifs dès lors qu’il s’agit de climat, n’ont pas beaucoup parlé (euphémisme, évidemment) de la Déclaration climato-réaliste « Il n’y a pas d’urgence climatique » signée par plus de 700 scientifiques et professionnels. Cet « oubli » est étonnant. Ont-ils considéré que l’information n’en valait pas la peine ? Ou qu’il ne fallait pas nous faire de publicité ? En fait, non, la raison est ailleurs : c’est parce qu’ils n’ont pas trouvé comment la flinguer. En voici la preuve.

Peu de temps après la publication de la Déclaration, l’AFP et Libération sont entrés en contact avec les signataires français pour leur poser des questions. Preuve qu’il s’agissait d’un sujet pris sérieusement, au moins trois journalistes différents ont été mis sur l’affaire.

De ce que j’en ai vu, les fact-checkers mandatés pour nous déziguer ne sont pas précisément des Sherlock Holmes. Celle d’entre eux entrée en contact avec moi n’avait pas remarqué que j’étais signataire. (Pour info, mon nom est en première position en tant qu’ambassadeur de la déclaration pour la France, et apparaît comme signataire de la lettre adressée à António Guterres.) Mon premier contact me demandait… comment contacter Philippe. (En passant, vous comprendrez qu’y commence à me les chauffer sévère, le Philippe, hein ! Déjà que c’est lui qu’on cite à ma place dans le dernier « article » sur nous paru l’autre jour… y en a que pour lui, non mais sans blague !)

Voici les questions qui ont été posées aux signataires que l’AFP et Libé sont parvenus à joindre :

Tout d’abord, vous apparaissez dans la liste des participants. Pourriez-vous confirmer que vous avez bien signé cette tribune? Le descriptif vous concernant est-il correct ?
Ensuite, serait-il possible de connaître la genèse de cette tribune? Comment avez-vous été au courant du projet et qui en est à l’origine? 
À propos du contenu, comment a-t-il été rédigé? Êtes vous d’accord avec l’ensemble de la tribune? Si non, quels passages auriez-vous modifiés?
Enfin, serait-il possible de savoir si vous participez à une association ou organisation en lien avec le climat ? 

Sachant, donc, que je suis l’un des ambassadeurs de la déclaration, me demander si je suis d’accord avec l’ensemble ne manquait pas de sel. Tout comme si je « participe à une association ou organisation en lien avec le climat ». On sent la maîtrise du dossier, mais bon : après tout, ils envoyaient les mêmes questions à tout le monde, alors y avait pas d’raison pour un traitement de faveur. (Je leur ai bien proposé de leur en dire plus en tant qu’ambassadeur, sans obtenir de réponse.)

Comme on peut s’en rendre compte à la lecture des questions, l’objectif était clairement de trouver un angle pour nous flinguer. Ah, si seulement ils avaient pu trouver quelqu’un dont le nom apparaissait sans son accord ! Ah, si seulement un CV avait été exagéré ! Ah, si seulement l’un des signataires avait pu exprimer un désaccord sur la Déclaration !

Manque de bol : ils sont tombés sur un os.

Plusieurs des signataires m’ont envoyé leurs réponses aux questions qui leur ont été posées. Tous ont été absolument impeccables, sans qu’il y ait eu besoin qu’on se concerte. Tous ont confirmé qui ils avaient bel et bien signé. Tous ont confirmé leur CV. Et tous ont dit qu’ils étaient pleinement d’accord avec la Déclaration. Les réponses qui m’ont été transférées me permettent de dire que personne n’a commis le moindre faux-pas. Bravo à tous !

Guus Berkhout, l’initiateur de la Déclaration, a été contacté également, et a répondu par téléphone à des questions. Je n’y étais pas (c’était le lendemain de la conférence d’Oslo). On pouvait évidemment lui faire confiance.

Nos pauvres fact-checkers ont dû être sacrément embêtés de n’avoir aucun bad buzz potentiel à se mettre sous la dent. Pas de propos complotistes, pas d’affirmations délirantes, pas de critiques ou de réserves sur la Déclaration… rien vous dis-je ! Que faire, mon Dieu ?

L’honnêteté journalistique aurait commandé de rapporter loyalement ce qu’ils avaient trouvé, c’est-à-dire quelque chose comme ceci (j’ajoute exprès un coup de consensus pour faire vraiment « dépêche AFP ») :

AFP (Paris, 23 octobre 2019) — En opposition au consensus scientifique exprimé par le GIEC, une déclaration intitulée « Il n’y a pas d’urgence climatique » vient d’être adressée au Secrétaire général des Nations unies António Guterres, signée par 500 scientifiques et professionnels de divers pays dont une cinquantaine pour la France. Cette déclaration affirme que des facteurs naturels aussi bien qu’anthropiques seraient à l’origine du réchauffement climatique, que ce dernier serait plus lent que prévu, ou encore que le CO2 serait un bienfait pour la planète. Elle se conclut en appelant les politiques à rendre l’énergie « fiable et bon marché ». Cette déclaration intervient dans un contexte où les préoccupations sont de plus en plus vives, de nombreux scientifiques relayant des appels à l’action immédiate face à la crise climatique.

(Comme l’humour n’est pas toujours compris, je précise que la dépêche précédente est purement fictive, et qu’étant supposée dater d’octobre elle est en retard sur le nombre de signataires.)

Ne voyant rien venir de tel, j’ai interrogé la journaliste qui était entrée en contact. Elle m’a confirmé ce que j’avais déjà compris : « finalement », ils n’ont « rien publié à ce sujet ».

Un hommage du vice à la vertu.

22 réflexions au sujet de « Les dissimulateurs de l'AFP et de "Libération" »

  1. Dépêche (fictive) du 23 octobre ?
    Comme un hommage à ma personne, le 23 octobre étant la date de mon anniversaire 🙂
    A part ça, rien de nouveau sous le cerveau reptilien de certains journalistes.

    J'aime

  2. La censure commence avec l’espace médiatique réservé aux informations. Le sport a toujours un large espace médiatique les informations dérangeantes n’en trouve pas.

    J'aime

  3. Au vu de ses dernières déclarations, Antonio Guterres n’a pas dû recevoir la déclaration de Clintel. Ou alors il ne l’a pas lue. Ou alors il ne l’a pas comprise. Ou alors il s’en fout complètement. Ou encore… à chacun de compléter selon son humeur !

    J'aime

  4. L’omerta médiatique ne concerne pas que les climato réalistes, les collapsologues sont eux aussi ostracisés. Ils font des forums web et ils ont des magazines papiers.
    On pourrait éventuellement débattre avec eux, de la liberté d’expression, de nos analyses, et aussi des sujets qui les rongent. Démographie, extinctions des espèces, bulles financières, alimentation. Sont ils prêts à débattre ?

    J'aime

  5. C’est pourtant grâce à certains journalistes climatostrophistes que l’on découvre que la concentration en CO2 n’est pas la cause (ou cause unique) des réchauffements climatiques. C’est à se demander s’ils comprennent ce qu’ils écrivent ou entendent.
    Deux petits exemples.
    Dans un article du Monde gieco-fanatique on peut lire.
    « Lors des périodes glaciaires, les océans absorbent plus de CO2, qui se dissout plus facilement dans l’eau froide. En cas de réchauffement du climat et de sortie d’une glaciation, sous l’effet de causes astronomiques (comme les variations de l’orbite terrestre), les océans relarguent davantage de CO2, explique Jean-Pascal van Ypersele, professeur à l’université catholique de Louvain et vice-président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans les âges géologiques, la concentration de CO2 a donc suivi la température, tout en venant également l’amplifier en raison de l’effet de serre. »

    Bien sûr, le docte de professeur s’empresse d’ajouter (selon le journaliste) au sujet de la hausse de 0,012% du CO2 dans l’atmosphère « C’est énorme et cela va entraîner des changements considérables sur la planète, d’autant que cette valeur va encore augmenter »
    …Sans doute parce que les lois de la physique ont varié entre temps et que la concentration en CO2 qui était jusque là un effet de l’augmentation des températures en devient subitement la cause.
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2014/05/09/800-000-ans-de-hausse-du-taux-de-co2-dans-l-air_5993406_3244.html

    Dans le « journal des sciences » diffusé sur France Culture le 4/11/19 on relate la publication dans « Nature » d’une étude portant sur des carottes de glace datant de 2 millions d’années. Et surprise, la concentration en CO2 était plus élevée pendant la glaciation que lors de la période inter-glaciaire. François Vimeux, climatologue, en déduit « qu’il doit exister d’autres causes au réchauffement ».
    …Mais bizarrement, la journaliste n’en déduit pas que l’hypothèse du « CO2 thermostat » défendue par le GIEC ressemble fort à une fumisterie.
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-journal-des-sciences/le-journal-des-sciences-du-lundi-04-novembre-2019

    J'aime

    • Et ce n’est pas le seul manque de logique des réchauffistes : On nous parle d’acidification des océans alors qu’avec le réchauffement l’océan dégaze son CO2.
      De même on prétend que le réchauffement est trop rapide et que les écosystèmes ne pourront pas se déplacer assez vite vers les pôles et en même on essaie de nous affoler avec l’invasion de moustiques (dengue, malaria et autres joyeusetés) et avec l’invasion des termites et autres parasites de nos forêts. Si les insectes migrent toute la faune suit.

      J'aime

      •  » …….. que le réchauffement est trop rapide et que les écosystèmes ne pourront pas se déplacer assez vite vers les pôles ….  »
        Il est vrai que pour les escargots …….. !!!
        Climatiquement vôtre. JEAN

        J'aime

      • CNEV (ANSES)
        23  février  2016
        Influence  du  réchauffement  climatique  sur  la  propagation  des  maladies  vectorielles  et  de  leurs  vecteurs

        https://www.anses.fr/fr/system/files/CNEV-Ft-Fev2016-Rapport_Changement_climatique_et_maladies_vectorielles.pdf

        « Conclusion générale

        Les  différentes  données  de  la  littérature  considérées  lors  de  l’élaboration  de  cette  synthèse  montrent que  le  climat  constitue  un  déterminant  important  de  la  modification  de  la  distribution  des  vecteurs  et des  agents  pathogènes  qui  leur  sont  associés.  Toutefois,  les  différentes  données  disponibles  ne montrent  pas  clairement  que  les  récentes  modifications  climatiques  ont  conduit  à  une  augmentation des  risques  vectoriels,  en  particulier  au  niveau  de  l’Europe.  En  particulier,  l’impact  d’autres modifications  (développement  socio‐économique,  urbanisation,  modifications  paysagères  et d’utilisation  des  sols,  globalisation  des  voyages  et  du  transport  de  marchandises…)  apparaît  dans  de nombreuses  situations  comme  plus  important  que  le  changement  climatique. 

        Enfin,  concernant  les  territoires  ultramarins  situés  en  zone  intertropicale,  qui  à  l’exception  de  la Guyane,  sont  des  territoires  insulaires,  les  risques  d’émergences  de  nouvelles  maladies  à  transmission vectorielle  dépendent  principalement  de  l’introduction  de  nouvelles  espèces  et/ou  d’agents pathogènes. « 

        J'aime

      • @Dominique Denonne
        « On nous parle d’acidification des océans alors qu’avec le réchauffement l’océan dégaze son CO2 »
        Et en écrivant ça vous n’avez pas l’impression de passer pour un clown ?

        J'aime

  6. Ce n’est pas par hasard que les média ne donnent pas la parole à ceux qu’ils appelle avec mépris les climatosceptiques. C’est une politique délibérée et annoncée. Je vous en donne la preuve dans mon article « l’asphyxie ».
    https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/?s=asphyxie&submit=Recherche
    La faute déontologique des journalistes qui manient la censure ne peut-elle tomber sous le coup de la loi?

    J'aime

  7. On a ferraillé ces derniers jours sur Skitour (site consacré au ski de randonnée) sur le thème aujourd’hui fermé « La pollution, c’est de ma faute? » introduit par quelques faiseurs de propagande, lesquels ont émis la suggestion de censurer sur le forum les propos déviants sur le CO2. Les skitouriens ont opposé une belle résistance.

    J'aime

  8. Ping : "Le Monde" échoue à faire censurer les climato-réalistes sur Facebook | Mythes, Mancies & Mathématiques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s