L’éducation aux enjeux climatiques

D’excellents parents ont trouvé LA solution. Bravo et merci à fm06 d’avoir dénichée pour nous cette perle de Jeff McQueen et de l’avoir traduite en français. (L’original est ici.)

Notre fille de 15 ans ayant été émue aux larmes par le discours de Greta Thunberg à l’ONU l’autre jour, elle s’est mise en colère contre notre génération « qui n’a rien fait pendant trente ans ». Nous avons donc décidé de l’aider à éviter ce que la jeune fille à la télé signale comme « une éradication massive et la disparition d’écosystèmes entiers ». Nous nous sommes dès à présent engagés à redonner un avenir à notre fille, en faisant notre part pour refroidir la planète de quatre degrés.

À partir de maintenant elle ira à l’école à bicyclette, parce que l’amener en voiture consomme du carburant et que le carburant émet des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Bien sûr, comme l’hiver approche, elle pourra y aller en bus, à condition que ce soit un diesel.

Toutefois, cela ne semble pas suffisant pour « aider le climat ».

Bien entendu, elle aimerait une bicyclette électrique, mais nous lui avons montré le désastre provoqué dans certaines zones de la planète par le minage et l’extraction du lithium et autres minéraux utilisés pour produire les batteries des bicyclettes électriques. Elle devra donc pédaler ou marcher. Cela ne lui fera pas de mal, ni à elle ni à la planète. Nous aussi, autrefois, nous allions à l’école à vélo ou à pied.

Étant donné que la jeune fille à la télé a affirmé que « nous dev[i]ons nous débarrasser de notre dépendance aux combustibles fossiles » et que notre fille est d’accord avec elle, nous avons coupé le chauffage dans sa chambre. La température en ce moment tombe à 12 °C le soir, en hiver elle passera en dessous de 0 °C. Nous avons promis de lui acheter un pull supplémentaire, un bonnet, des collants, des gants et une couverture.

De même, nous avons décidé que dorénavant elle ne prendrait plus que des douches froides.  Elle lavera ses vêtements à la main, sur une planche en bois, parce que le lave-linge consomme de l’énergie. Et comme le sèche-linge brûle du gaz naturel, elle fera sécher ses vêtements sur un fil.

En parlant de vêtements : ceux qu’elle a en ce moment sont tous en synthétiques, donc faits à base de pétrole. C’est pourquoi dès lundi nous apporterons tous ses vêtements de marque chez le fripier. Nous avons trouvé une éco-boutique dans laquelle les seuls vêtements vendus sont faits de lin, de laine et de jute, ni teints ni blanchis.

Peu importe que cela lui aille, ou qu’on se moque d’elle avec ses vêtements pâles et ternes et son soutien-gorge brassière : tel est le prix à payer pour sauver le Climat.

Le coton est hors de question : il vient de pays lointains et on utilise des pesticides. Très mauvais pour l’environnement.

Nous venons de voir sur Instagram qu’elle est assez en colère contre nous. Ce n’était pas notre intention.

Dorénavant, à 19h nous couperons le Wi-Fi, et nous le remettrons le lendemain après dîner pendant deux heures. Ainsi nous économiserons de l’électricité, elle ne risquera pas de souffrir d’électro-sensibilité, et elle sera complètement coupée du monde extérieur. De cette manière, elle pourra se concentrer sur son travail scolaire.  À 23h, nous couperons l’électricité dans sa chambre, afin qu’elle sache combien il fait vraiment sombre la nuit.  Cela économisera beaucoup de CO2.

Elle ne viendra plus avec nous aux sports d’hiver, et plus généralement en vacances avec nous, car nos destinations de vacances sont en pratique inaccessibles à bicyclette.

Notre fille est totalement d’accord avec la jeune fille à la télé sur le fait que les émissions de CO2 et l’empreinte environnementale de ses parents et grands-parents sont responsables de « la mort de la planète », ce qui implique tout simplement qu’elle doit vivre comme ses arrière-grands-parents qui n’avaient ni vacances, ni voiture et pas même une bicyclette.

Nous n’avons pas encore parlé de l’empreinte carbone de la nourriture.

Zéro empreinte carbone signifie ni viande ni poisson ni volaille, ni même substitut à base de soja (après tout cela pousse dans des champs d’agriculteurs qui utilisent des machines pour moissonner la récolte, des camions pour l’apporter à l’usine agro-alimentaire où l’on utilise là aussi de l’énergie, des camions pour aller à l’usine d’emballage, et encore des camions pour aller au magasin) ni aliments importés puisque cela a un impact écologique négatif.  Et absolument aucun chocolat d’Afrique, ni café d’Amérique du sud, ni thé d’Asie.

Uniquement des pommes de terre, des légumes et des fruits du potager cultivés localement, à ciel ouvert car les serres utilisent des chaudières, des suppléments de CO2 et de la lumière artificielle, et qu’il semble que tout cela soit mauvais aussi pour le Climat. Nous lui apprendrons à faire pousser sa propre nourriture.

Le pain est encore possible mais plus le beurre, le lait, le fromage et le yaourt, le fromage frais et la crème viennent des vaches, qui émettent des gaz à effet de serre. Plus de margarine ni d’huile dans la poêle à frire car ce sont des matières grasses issues de plantations de palmiers à huile de Bornéo, berceau de la forêt vierge.

Pas de glace en été. Pas de boisson sucrée ni de boisson énergétique, car les bulles sont faites de CO2. Elle voulait perdre du poids, ça tombe bien : tout cela l’aidera à atteindre son objectif.

Nous supprimerons aussi tout le plastique, parce qu’il vient d’usines de produits chimiques. Tout ce qui est fait en acier ou en aluminium doit être éliminé aussi.  Avez-vous déjà vu la quantité d’énergie consommée par un haut fourneau ou une fonderie d’aluminium ? Très vilain pour le Climat !

Nous allons remplacer son matelas multi-spires à dessus en mousse et à mémoire de forme par un sac en toile de jute rempli de paille, avec un oreiller rempli de crin de cheval.

Et pour finir elle n’utilisera plus de maquillage, savon, shampoing, crème, lotion, conditionneur, dentifrice et médicament.  Ses serviettes hygiéniques seront remplacées par des garnitures en lin, qu’elle peut laver à la main sur sa planche en bois tout comme le faisaient ses aïeules avant que le changement climatique ne commence et la mette en colère contre nous pour avoir détruit son avenir.

Avec tout ça, nous l’aiderons à faire sa part pour éviter l’extinction de masse, la montée des eaux et la disparition d’écosystèmes entiers.  Si elle croit vraiment qu’elle peut vivre comme le demande la jeune fille à la télé, elle acceptera avec plaisir et embrassera avec joie son nouveau mode de vie.

40 réflexions au sujet de « L’éducation aux enjeux climatiques »

  1. Mais, au fait, c’est à peu près comme cela que nous avons vécu pendant notre jeunesse, nous, les  » destructeurs de la planète « . Docteur, est-ce normal que je sente comme des démangeaisons dans les jambes….??

    Aimé par 1 personne

    • Pas tout à fait, car chez nous, c’étaient les « femmes de peine » qui frorottaient le linge sur les planches en se chopant des engelures.
      Faut pas exagérer ‘ m☆☆☆☆e qooa

      J'aime

  2. Coucou,

    vivre comme la moitié de l’humanité actuellement ; en guerre ou dans un dénuement le plus total .il manque juste la bougie !

    90% de l’autre moitié trime 12 Heures pas jour, 6 jours sur 7

    Le reste s’interroge sur le climat ou sa façon de vivre.

    En fait, cela a un sens , paradoxalement ! Mais je suis pas d’accord avec les réponses …

    Bonne journée

    STéphane

    J'aime

    • Bougie = COV (Composés Organiques Volatils) = pollution de l’air
      Reste la cheminée… mais fermée et avec du bois dont l’humidité résiduelle est < à 10%, sinon particules fines tout aussi "méchantes" que celles du diesel (c'est pas peu dire 🙂 )
      Bref, qu'est-ce que c'était MIEUX, avant !!!
      PS : Je suis d'accord, cela n'empêche pas de s'interroger sur notre façon de vivre, mais avec intelligence, recul et humour, trois mots fort proches en fait.

      J'aime

  3. Une suggestion* de lecture, à propos des métaux et terres rares : le chapitre traitant des enjeux environnementaux des terres rares – pages 21 à 30 – du livre de
    Fabien Bouglé. — Éoliennes. La face noire de la transition écologique, Édition du Rocher, octobre 2019.

    J'aime

  4. « she will want to go by bus, but only as long as it is a diesel bus. »
    Je pense que la traduction est bien exacte, comme quoi aux EU la « conscience » écologiste IDIOTE a encore quelques « progrès » à faire.

    J'aime

  5. Chez les écolos, les lois de la physique changent en fonction du pays.
    Ce qui est bon ici peut-être éminemment dangereux ailleurs parce que voilà.

    Il faut adapter le discours au marché français et à Benjamin Griveaux :
    « à condition que le bus NE SOIT PAS un diesel »
    variante :
    « à condition que le bus soit électrique »
    « à condition que le bus soit à hydrogène »
    « à condition que le bus soit à pédales »

    J'aime

  6. « Nous aussi, autrefois », « comme ses arrière-grands-parents », « comme le faisaient ses aïeules », tout est dit ici.

    – « elle doit vivre comme ses arrière-grands-parents qui n’avaient ni vacances, ni voiture et pas même une bicyclette »… ni congés payés, génial l’esclavage !

    – « elle ira à l’école à bicyclette »… donc elle se lèvera encore plus tôt et rentrera encore plus tard, c’est inhumain.

    – « le désastre provoqué dans certaines zones de la planète par le minage et l’extraction du lithium »… au point de provoquer un coup d’Etat par exemple dont ils se foutent totalement !

    – « La température (…) passera en dessous de 0°C » dans la chambre de leur fille aussi, et « elle ne prendrait plus que des douches froides » même en plein hiver… là c’est le retour à la barbarie !

    – « Elle lavera ses vêtements à la main »… rétablissement des corvées là où elles avaient été abolies !

    – « Peu importe que cela lui aille, ou qu’on se moque d’elle »… l’humiliation en prime !

    – « elle sera complètement coupée du monde extérieur »… c’est le meilleur moyen pour qu’elle demeure arriérée, c’est ainsi que procède les sectes !

    – « Elle ne viendra plus avec nous aux sports d’hiver »… mais eux ne s’en priveront pas, quelle ignominie !

    – « ni viande ni poisson ni volaille, ni même substitut à base de soja (…) ni aliments importés (…) aucun chocolat (…) ni café (…) ni thé (…) plus le beurre, le lait, le fromage et le yaourt, le fromage frais et la crème (…) plus de margarine ni d’huile (…) pas de glace (…) pas de boisson sucrée », plus de riz et d’épices, de condiments, ainsi que tous les aliments qui sont transportés par bateau ou par avion, par camion… A la soupe d’ortie, à l’eau et au pain sec !

    A la rigueur « des pommes de terre, des légumes et des fruits », à condition qu’elle les fasse pousser (« Nous lui apprendrons à faire pousser sa propre nourriture. »), une corvée de plus !

    La cruauté d’un tel régime lui sera bénéfique, puisqu' »elle voulait perdre du poids, ça tombe bien : tout cela l’aidera à atteindre son objectif »… le cynisme absolu est atteint !

    – « Nous supprimerons aussi tout le plastique (..) Tout ce qui est fait en acier ou en aluminium »… l’ère industrielle, du développement industriel qui s’est traduit par un bien-être accru pour la population doit disparaître !

    Elle dormira sur « un sac en toile de jute rempli de paille, avec un oreiller rempli de crin de cheval »… vive l’ascétisme et les conditions de vie misérable qui prévalaient au Moyen-Age !

    – « plus de maquillage, savon, shampoing, crème, lotion, conditionneur, dentifrice et médicament », et elle lavera ses « serviettes hygiéniques (…) comme le faisaient ses aïeules »… leur acharnement vire à la cruauté !

    L’avenir qu’ils nous promettent, d’ailleurs à les entendre c’est nous qui serions demandeurs : « Si elle croit vraiment qu’elle peut vivre comme le demande la jeune fille à la télé, elle acceptera avec plaisir et embrassera avec joie son nouveau mode de vie. »

    Quel délire !

    Quelle perle, un bijou, une aubaine ! Il faut la garder celle-là. Faites lire cette insanité à n’importe qui, et il vous répondra spontanément que nous avons affaire à des cinglés, des psychopathes endurcis, et que pour rien au monde il ne voudrait vivre ainsi ou infliger un tel sort à ses enfants, à personne.

    Et ils croient qu’en imposant un tel traitement inhumain à leur fille, à la terre entière en fait, ils vont pouvoir ainsi « refroidir la planète de quatre degrés », là c’est de la démence !

    J'aime

  7. C’est amusant à lire car c’est une démonstration par l’absurde mais c’est inapplicable et contre-productif.

    Si on le prend au sérieux, ce programme s’apparente aujourd’hui a de la maltraitance sur mineur, et ce serait jugé sans complaisance par les tribunaux de nombreux pays, les exemples abondent.

    Si on le considère pour ce qu’il est : une tentative de provoquer une prise de conscience par l’absurde, vous pensez que cela va suffire a faire comprendre à la jeune fille qu’il faut choisir entre confort et survie ? ou que les parents ont sacrifié la planète pour son confort ? entre les deux, que va choisir quelqu’un de sain et convaincu ? l’adolescence est une période de rupture naturelle, mais nombreux sont ceux qui embrasse déjà sérieusement le programme. Zad et alternative-living communities par exemple. Et les parents feront quoi si leur fille accepte ? parce qu’a l’évidence, l’adolescent est considérée comme une andouille.

    Remettre du concret dans la discussion face aux indignations capricieuse d’enfant est amusant, mais quand on en a, on en comprend vite la limite surtout quand il s’agit d’accepter le caprice. La vengeance parentale me semble inadéquat. C’est juste un sketch contre-productif qui ne permet pas la réconciliation générationnelle, pire : il passe à côté. L’auteur n’a pas d’enfants apparemment. On remet un enfant a sa place, on lui dis non et on explique. On ne lui dis pas qu’il a raison mais que c’est inapplicable parce que trop couteux.

    Je lis que 2 parents s’exonérant d’un véritable travail pédagogique ont préférés abonder au caprice de leur enfants en espérant une prise de conscience. A part renforcer l’idée que notre mode de vie pollue et nous menace en acceptant de créditer Greta d’une certaine autorité, je ne vois pas bien l’intérêt. Renforcer l’idée qu’il faut être encore plus radical ? Elle pourrait tout aussi comprendre que l’avenir est à l’eco-terrorisme. Cela me rappel Captain Fantastic.

    Mettre les gens face a leur responsabilité ne signifie aucunement accorder du crédit a des responsabilité qui n’existent pas.

    J'aime

      • Peut-être qu’iils commencent à comprendre qu’il y a quelque chose qui cloche… reste à voir s’ims iront au bout du raisonnement…

        J'aime

      • Vous avez lu ou quoi ?
        « C’est amusant à lire  » « est amusant » « par l’absurde »
        mais :  » C’est juste un sketch contre-productif  »

        J’ai bien aimé, mais je ne m’en contente pas. Ce n’est pas parce que c’est drôle que c’est intelligent, juste, pertinent ou productif. L’humour avec ses variantes que sont la dérision, le cynisme, l’ironie etc sont des outils puissant dans un débat. C’est sérieux parce que le sens lui, reste et pénètre encore plus loin. J’ai bien compris l’ironie, et je vous dis qu’elle est ratée. Ca aussi, ça se rate. J’aurais du mettre un bandeau : « réflexion critique sur une tentative d’humour » ? On a encore le droit sans se faire traiter d’idiot ?

        Ca fait longtemps que ce sketch est dépassé par le réel. On en est là quand même : https://www.lexpress.fr/actualite/societe/noel-decroissant-sans-cadeau-traditionnel-la-fete-est-elle-aussi-belle_2108231.html

        Celui qui m’a fait rire c’est @Reynald Du Berger plus haut.

        J'aime

      • je souscris tout à fait à cet article tant la surenchère des fêtes de fin d’année m’écoeure mais de grâce ne jouez pas l’irrécupérable, l’humour , l’absurde même comme nous le montrait Desproges, est une richesse qu’il convient de préserver autant que la planète.

        Aimé par 1 personne

      • @Philippe Catier

        Cet article est à pleurer, vous y retrouvez votre gant en lin gratte cul et la panoplie complète de l’idiot bobo. Mais pour autant il fait l’éloge a juste titre du travail manuel, du réel dans les rapports humains. Tout n’est jamais noir ou blanc. Comme vous je souscris bien évidemment a une juste mesure. Cette fameuse « juste mesure » qui nous fait tant défaut. Si je me lâche ici, Le tenancier sera vite obligé de me censurer sous peine de poursuite… Cela répondra à la question de la juste mesure.

        Mais l’article s’inscrit d’abord dans cette mentalité :
        http://madame.lefigaro.fr/societe/ecologie-ne-pas-avoir-enfant-reponse-angoisse-crise-climatique-021219-168066
        https://www.letemps.ch/opinions/ne-plus-faire-denfants-sauver-planete-jeter-bebe-leau-bain

        Le sens de l’humour partage deux points communs avec celui de l’équilibre : il est inné mais il se perfectionne. J’aurais préféré que le texte, en suivant Reynald, amène le père a euthanasier sa fille en suisse (dépression et hop Dignitas) pour sauver la planète, qu’il euthanasie un des membres de la famille au hasard par tirage au sors, qu’il se sacrifie, ou encore qu’il sacrifie son petit frère. Chaque option à sa petite dose d’horreur et d’humour noir qui relève l’absurdité et la dangerosité des discours de fond. Franchement la gamine, deux claques et au lit, ah on me glisse dans l’oreille que nous n’avons plus le droit… Alors direction la Levenseindekliniek.

        S’il y a bien une chose que Desproges a démontré, c’est qu’il faut du sens avant tout, même – et surtout – dans l’absurde. L’humour est une protection, nous allons en avoir de plus en plus besoin.

        J'aime

  8. Ce sketch est une synthèse récréative du célèbre mais trop long pdf

    Cliquer pour accéder à 181208_BLevolution_Etude-Trajectoire-rapport-special-GIEC-V1.pdf


    la note de Kelly https://www.thegwpf.org/content/uploads/2019/11/Kelly-1.pdf rappelait bien qu’en 1800 plus de 40 % du temps était consacré à la collecte d’énergie contre quelques % en France actuellement.
    Au stade actuel, les parents ne sont pas très pédagogiques … yaura peut être un moment où la fille se demandera si le CO2 est si méchant que ça et pourquoi les non européens n’en n’ont pas peur, eux ?

    J'aime

  9. Je pense qu’il ne faut pas abuser des douches froides.
    L’écogeste punk est de ne plus se laver qu’en cas d’urgence. C’est validé par la chanteuse Zazie, labellisé par la Fondation des Experts Sous La Douche Nicolas Hulot.
    Selon Léon Trotsky, la douche est une accoutumance capitaliste perverse qui nous empêche de nous réconcilier, esprit corps cosmos.
    Matthieu Ricard a déclaré à Aix les Bains : nous devons agir, soit on se rase plus, soit on change plus de peignoir.

    J'aime

  10. J’ai bien aimé mais j’ai l’impression que le message de Greta est different : non aux avions, oui aux voiliers de compétition en carbone avec skippers.
    Bref, il faut juste être milliardaire (à la limite, les millionnaires seront tolérés, à condition que cela soit des centaines de millions) ou amis avec ces mêmes mais seulement si on a été coopté. Et hop, facile d’être écolo !

    J'aime

  11. Chers réalistes,
    cela n’est pas en rapport direct avec le sujet, mais je viens de découvrir ceci :

    qui intéressera peut-être ceux qui ne connaissent pas l’expérience de Asch. Il en ressort que c’est l’unanimité qui est fatale à la pensée indépendante et… « réaliste » – d’où l’intérêt des opinions discordantes, même erronées…
    Avec tous mes encouragements,
    DK

    J'aime

  12. A la veille de la COP 25, Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a fait une mise en garde sérieuse:

    ‘Catastrophes climatiques meurtrières, sécurité alimentaire précaire, hausse du niveau de la mer : « Nous devons mettre fin à notre guerre » contre la planète qui « rend coup pour coup », a plaidé dimanche Antonio Guterres, à la veille de l’ouverture de la COP25 à Madrid, dénonçant des engagements « totalement insuffisants » contre le réchauffement.’

    ‘ Nous devons tout simplement arrêter de creuser et de forer », a insisté M. Guterres.  Depuis des décennies, l’espèce humaine est en guerre contre la planète et la planète rend coup pour coup. Nous devons mettre fin à notre guerre contre la nature.’

    Nous voila prévenus: la Terre se vengera sur les humains qui la saccagent.

    Si nous devons cesser de creuser et de forer, il faut alors anéantir les industries minières et pétrolières, ce qui signifie anéantir l’industrie moderne dans sa totalité. M. Guterres est un homme très occupé et il n’a sans doute pas eu le temps de penser à ces détails…

    J'aime

  13. Heureusement, certains ados font preuve d’un bel esprit critique.
    Pour preuve, cette vidéo d’une jeune britannique qui explique de façon très articulée pourquoi elle est furieuse envers les médias qui propagent des histoires de fin du monde, médias qui ne se soucient guère de l’effet psychologique que ces histoires peuvent avoir sur ceux qui y croient.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s