Climat : non à l’enseignement de la peur !

Tribune parue dans Valeurs actuelles.

Énième capitulation intellectuelle de nos élites dans le JDD du 15 septembre : cet appel d’enseignants et de dirigeants d’établissements qui demandent « une stratégie de transition de l’enseignement supérieur positionnant le climat comme urgence première ». Sans craindre la contradiction, les auteurs glorifient la « grève scolaire pour le climat » en même temps qu’ils proposent de faire travailler davantage les étudiants dans les amphis — sur la « crise climatique » bien entendu.

Les lamentations des signataires sur la place « très insuffisante » accordée au climat et à l’environnement dans l’enseignement supérieur démontrent au moins une chose : à l’instar de bien des universitaires dans leur bulle, ils ignorent tout de ce qui se passe hors de leur petit monde. S’ils daignent un jour descendre de leur Olympe, ils verront que les questions qui les préoccupent ne sont pas seulement matraquées jour et nuit par les médias, les ministères et les ONG, mais qu’elles ont aussi envahi depuis un bon moment les programmes scolaires.

Ils ont certes une excuse : le ministre de l’Éducation nationale lui-même ne semble pas au courant de ce qui est enseigné dans les classes, lui qui vient de demander au Conseil supérieur des programmes une réflexion qui doit déboucher sur « des enseignements plus explicites, plus précis et plus complets sur ces questions » d’environnement.

Les élèves seraient-ils donc à ce point privés de cours sur la peur écologiste ? Qu’on en juge.

Le « comportement responsable vis-à-vis de l’environnement » apparaît dès les programmes de cycle 2 (du CP au CE2), et l’éducation au développement durable au cycle 3 (CM1, CM2 et sixième). Le cycle 4, qui va jusqu’à la fin du collège, voit l’invasion du thème « transition écologique et développement durable » dans toutes les matières. Chaque discipline est invitée à décliner à sa manière l’anxiété aujourd’hui à la mode : « avenir de la planète » en français, « impacts engendrés par les actions de l’être humain sur la nature » en physique-chimie, « conscience écologique » en instruction civique, ou encore « crise climatique » en géographie. Des arts plastiques à l’éducation physique et sportive, la peur environnementale est partout, l’exemple le plus risible étant l’étonnant « Arts, énergies, climatologie et développement durable » qui figure au programme… d’histoire de l’art !

Ce qui est vrai au collège l’est encore plus au lycée, comme le montre par exemple le programme de tronc commun des terminales scientifiques de la voie générale. Son thème 1 (il y en a 3) n’est autre que « science, climat et société ». Son thème 2, « le futur des énergies », se permet d’évoquer « l’urgence de l’action », confondant visiblement un cours de science avec une réunion militante.

Et il faudrait en faire davantage ! Et il faudrait que l’université suive le même chemin ! Tout cela n’aura-t-il donc jamais de fin ?

Je ne pousserai pas plus loin les exemples précédents, que chacun peut prolonger par lui-même, et sur lesquels il serait puéril à moi d’insister. Jusqu’à quel point le formatage peut-il remplacer la formation ? Quand est-ce que l’enseignant peut dire à l’élève : sur le climat je t’en ai assez dit ?

Certes, les étudiants de Sciences-po ou de l’École normale supérieure peuvent s’offrir le luxe de cours qui leur apprendront combien de kilos de CO2 on épargne à l’atmosphère en prenant le train plutôt que l’avion. Non seulement eux, l’avion, ils ont les moyens de le prendre, mais en plus leur situation sociale les protège suffisamment pour que gaspiller leur temps d’apprentissage de cette manière ne constitue pas une prise de risque. Qu’ils se débrouillent s’ils le veulent pour que tel ou tel de nos climatocrates habituels vienne leur donner les frissons qu’ils demandent ! Mais que l’on ne croit pas que leur situation serait représentative des besoins de l’instruction dans notre pays.

J’enseigne à l’université Paris-Nord, cette université de Seine-Saint-Denis sur laquelle se déverse volontiers le mépris ignorant de ceux qui ne franchissent jamais le périphérique. Ici, un étudiant sur deux est boursier. Les prêches sur leurs péchés carboniques sont la dernière chose dont ils ont besoin. Ce qu’on leur doit, c’est une aide dans cette tâche si difficile et si exigeante d’acquérir les compétences fondamentales qui leur permettront de s’intégrer dans le monde en général, et sur le marché de l’emploi en particulier : savoir, savoir-faire, savoir-être. Le savoir-craindre n’en fait pas partie, si à la mode que soit cette nouvelle compétence qui consiste à savoir porter ses peurs en étendard pour les présenter comme des preuves de sagesse.

Chers étudiants, certains ne se lasseront jamais d’essasyer de faire de vous des angoissés. En m’opposant à eux, c’est vous que je défends.

Publicités

71 réflexions au sujet de « Climat : non à l’enseignement de la peur ! »

  1. Si c’est vous, Benoit, qui avez rédigé ce texte, je vous trouve bien timide, en termes épistémologiques.

    Moi, je ne suis ni prof, ni élèves, je ne suis pas encore retraité, j’ai aucun moyen d’intervenir légalement, mais j’estime que les syndicats d’enseignants et/ou les associations « rationalistes » s’il en existe, se doivent d’attaquer ces mesures en justice, je ne sais pas où exactement, conseil d’État ou tribunal administratif, sous l’argument suivant:

    Une théorie scientifique qui n’est pas validée par aucune expérience de physique, mais considérée comme vraie, est une RELIGION, la co2phobie.

    En France, il y a la séparation des églises et de l’Etat, et que cet enseignement, est une rupture épistémologique, dans le même sens que considérer « la théorie raciale de l’homme » comme une théorie valide que l’ont peut enseigner à l’école.

    Dans cette plainte, vous pouvez expliquer que l’on peut même démontrer scientifiquement que l’objectif de cette religion, la co2phobie, EST, la prolifération du secteur nucléaire en multipliant les installations de réacteurs nucléaires. La raison étant la simple considération des puissances en Watt des réacteurs nucléaires disponible sur Terre, qui selon ce critère de sélection, place la Terre, notre planète, en premier position pour produire de l’énergie nucléaire propre et SANS déchet. Tout autre choix est une absurdité thermodynamique, puisqu’il consiste à alimenter une société d’humain (immobile à la surface de la Terre) par une multitude de minuscules réacteurs nucléaires au rendement, bien inférieur.

    Une autre preuve que le secteur nucléaire est une absurdité thermodynamique est que les secteurs spatiale et aéronautique ont tous les deux refusé d’utiliser l’énergie produite par le secteur nucléaire pour alimenter leur engins volants.

    L’enseignement de cette religion n’a que pour ultime but la prolifération des réacteurs nucléaire au détriment d’un investissement à très long terme que constitue un ensemble de forages géothermiques remontant la chaleur produite par notre planète.

    Le premier des mensonges à détruire est que la planète est à cour d’énergie, « la thèse de base que ce débile de Servigne propage à tour de plateau TV », avec son autre débile d’acolyte, Jancovici.

    Et il faut demander le licenciement de tous ces « prêtres de la co2phobie » payé avec nos impôts à propager une peur irrationnelle.

    Si les prêtres de la co2phobie prétendent être des physiciens, la communauté des physiciens se doit d’exiger les expériences validant cette théorie, sous peine de perdre le titre de physicien est de passer la frontière des religions.

    J’en ai marre de cet co2phobie, cette religion est de la vaseline nucléaire pour débiles mentales qui veulent glisser dans le cul des français les fûts de déchets nucléaires.

    Là, c’est la faux pas qu’ils ne devaient pas faire, si aujourd’hui personne ne réagit, cela en est fini de tout crédit scientifique, il suffira de se programmer un jeu vidéo et dire que c’est de la science.

    Il faut les appeler par leur nom :

    « Les prêtres de la co2phobie » qui apprennent aux gens à se faire pipi dessus et à s’applaudir à une tribune de l’ONU, et d’en être fière.

    Les profs ne sont pas des auxiliaires des religions oui ou non ?
    Est-ce que l’éducation nationale est devenue l’enseignement de la peur et des phobies oui ou non ?

    Il y en a marre de la vaseline nucléaire.

    Aimé par 1 personne

      • Le plus drôle c’est qu’il ose traiter Jancovici de débile . Il ne tiendrait pas 2 minutes face à lui vu les absurdités qu’il profère .

        J'aime

      • @Lecteur : Merci de modérer sérieusement vos propos si vous voulez avoir une chance de continuer à pouvoir commenter ici.

        @tous : merci de ne pas revenir sur ce commentaire de Lecteur (pour ceux qui l’ont lu), ni d’ailleurs sur le précédent, tout à fait hors-sujet.

        BR.

        J'aime

      • Ah bon! Jancovici ? Celui qui voudrait faire remonter la population africole à 10% de la population active?
        Mon brave Tolnus, commence par t’alphabétiser en économie et tu pourras venir déposer ici ton étron quotidien !

        J'aime

      • Calmos, kelenborn. C’est pas parce que j’ai déjà placé ce matin quelqu’un en modération a priori que j’hésiterai à en mettre un deuxième. D’autant que ce n’est pas la première fois que je vous préviens.
        @Tolnus : si vous répondez à kelenborn, merci de calmer le jeu.

        J'aime

      • kelenborn
        C’était probablement plus une prophétie qu’un souhait.Pourriez-vous me préciser la teneur exacte de ses propos ?

        J'aime

  2. Tu passes au Lycée de ta fille « Mais vous avez une pôche en plastique, c’est pas bon pour la planète ? », tu arrives à la librairie pour trouver un bouquin à votre fille « Ce livre est très bien, il parle d’anthropocène », tu ouvres la TV « Acheter Danone, ça sauve la planète », tu lis les revues syndicales « l’écologie avant nos retraites » , tu décides d’aller sur internet et, tout d’un coup une grande lumière t’éblouit, tu tombes sur le blog de Benoît Rittaud 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Cher @lecteur, j’avoue, je suis un partisan du nucléaire à outrance. Quoique physicien émérite mais vraisemblablement débile, je n’ai pas compris un traître mot de votre logorrhée. Vous parliez d’épistémologie et de thermodynamique?

    J'aime

  4. Coucou,

    Dnas la serie çà part en sucette, c’est quoi la question déja ?

    Mon fils est en CE2 et çà va, il n’y a pas de bourrage de mou.
    « comportement responsable vis-à-vis de l’environnement » çà ne me gène pas, bien au contraire.
    Après les enfants, c’est du brut de décoffrage, il faut affiner, expliquer doucement, la lente évolution technique, qui s’accélére lègérement depuis quelques temps…

    Quant a l’intelligence, je ne sais pas . On ne doit pas être trop différent des hommes pré-historiques.

    Bonne journée

    STéphane

    J'aime

  5. On a trouvé quelque chose de plus sophistiqué
    https://www.atlantico.fr/decryptage/3579756/n-ecoutez-pas-greta-thunberg-ecoutez-l-extreme-gauche-ecologiste–c-est-elle-qu-il-faut-surveiller-nicolas-moreau-#comment-725378

    Voila qu’Atlantico, publie les scribouilles d’un type qui se pare des vertus de diplômé d’école de commerce ( non non, pas chef de rayon à Castorama surprenant Rochefort en train de faire pleurer Biquette) qui explique que personne de sensé ne nie le réchauffement!
    La manoeuvre est habile et digne des Jésuites dont notre Papouille François est un produit: sous couvert de taper sur la Grétasse, on fait avaliser la théorie réchauffiste.
    Notre diplômé devrait savoir que le copyright a été déposé par Trotsky qui nous a présenté une version sanglante du communisme mais….sans Staline

    J'aime

    • Vu que vous passez votre temps à dénoncer le manque de pluralisme dans les médias, ca ne devrait pas vous gêner qu’Atlantico publie , pour une fois, un article ne contestant pas le réchauffement climatique.

      J'aime

      • « Un article ne contestant pas le réchauffement climatique »
        1/ Un article « peer-reveiewed » ?
        2/ OUi, et alors ? Le reste de l’article, hors cette phrase qui a hérissé kelenborn, vous semble bien ?
        Super !

        J'aime

      • Cela ne me gêne nullement, bien au contraire! Vous devez être plus ennuyé puisqu’au dela de cette phrase qui m’a fait bondir, l’auteur dénonce la propagande réchauffiste pour ce qu’elle est: un appel à l’instauration d’un régime totalitaire: les Khmers verts , régime dans lequel vous pourrez jouer le rôle de bouffon pour distraire les condamnés avant leur exécution

        J'aime

    • Oui, bon, faut pas s’énerver comme ça !
      La phrase que vous citez vous choque parce que l’auteur dit « plus personne de sensé etc… »
      Il aurait été « jésuite » comme vous dites, il aurait fait des circonvolutions pour dire que oui il y avait un réchauffement climatique (depuis la sortie du PAG) et que oui, l’activité humaine y était pour au moins en partie quelque chose (et pas que le CO2), et que donc il faudrait ne pas être sensé pour ne pas le prendre en compte ?
      Dans ce cas vous mettez des gens comme Bjorn Lomborg dans le camp des crypto-trotskystes ?
      Le reste de son article me semble frappé au coin du bon sens.

      J'aime

      • Je vous concède que j’ai réagi un peu vite à cette phrase et qu’il dénonce le totalitarisme vert.
        Cependant, on n’écrit pas « plus personne de sensé » sauf à utiliser les bonnes vieilles méthodes brejneviennes consistant à envoyer en HP plutôt qu’au peloton d’exécution qui contestait la vérité du socialisme
        Or, si on compare les écrits d’un Courtillot ou d’un Gervais avec les élucubrations de Gore ou autres escrocs réchauffistes, ils méritent au moins qu’on les lise à défaut d’être d’accord
        Ces considérations ne doivent pas affecter outrer mesure l’ubuesque décervelé qui répand ici, les étrons de sa pensée comique

        J'aime

      • Al Gore ce n’est pas ma tasse de thé, mais je pense qu’ il commet moins de bourdes que François Gervais. Je ne sais pas si vous avez lu l’article incendiaire que le journal le monde a consacré au livre de François Gervais « L’innocence du carbonne » .François-Marie Bréon a recensé les erreurs contenues dans le bouquin et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y en a beaucoup. https://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html

        J'aime

  6. dans ma jeunesse on avait dejà le catechisme à partir de 10 ans,mais finalement ça n’a pas ete efficace devant les incoherences de la religion..
    il est bien possible que les contradictions des rechauffistes finissent par nuire à leur propagande.
    Derniere en date (aujourd’hui) la progression du niveau des oceans qui continue à son rythme de 35 centimetres par siecle comme depuis 1900 malgré l’augmentation du C02

    J'aime

  7. A Benoit Rittaud
    Si effectivement, votre conception du débat c’est de faire taire ceux qui parlent un peu fort, alors ne venez pas vous plaindre, comme vous le faites périodiquement des actes de censure dont vous faites l’objet ici et la.
    Je dois dire que je me suis frotté les yeux quand j’ai lu des menaces de censure à l’égard de Tolnus pour lequel je n’ai aucune sympathie mais dont je défendrai toujours la liberté d’expression
    En fait, vous ne valez pas mieux que ceux que vous dénoncez
    Si vous avez choisi de vous discréditer vous même , libre à vous mais ce sera sans moi
    Je fais copie de ce post au cas où vous le censureriez ( ce que je n’exclue pas) et le resservirai la ou ce sera utile.

    J'aime

    • @Kelenborn : les injures que vous utilisez (genre « étrons », pour ne mentionner que la dernière), n’apportent rien, polarisent le débat et abaissent la qualité des commentaires. Je n’empêche jamais quiconque de dire ce qu’il a à dire, sous réserve de garder un ton raisonnablement courtois.
      Si vous n’êtes pas capable de réfeiner votre agressivité, alors vous n’êtes pas le bienvenu ici. (NB : je me fiche pas mal de ce que vous direz à l’extérieur pour exprimer votre ressentiment.)
      On ne laisse pas entrer dans son salon quelqu’un avec des chaussures boueuses, cela n’a rien à voir avec un manque d’hospitalité. Ici c’est pareil : on laisse son agressivité dehors si on veut commenter.

      J'aime

      • abaissent la qualité des commentaires.

        c ‘est vrai qu’avec ce genre de commentaires, des habituels vrp en poele à frire

        l Gore ce n’est pas ma tasse de thé, mais je pense qu’ il commet moins de bourdes que François Gervais

        le débat avance bien,de grande qualité, et c’est récurrent, et explique l’énervement de certains moi y compris
        je me permets de vous reproduire une conclusion d’un article qui est devenue mienne

        Do Not Debate the Deliberately Ignorant. Defeat Them

        It’s one thing to debate a person who doesn’t know any better. At least in theory, they can be convinced once they are shown the error in their thinking. But it’s an entirely different matter debating a person who is deliberately and maliciously ignorant. How do you debate somebody who insists against all evidence that 2 + 2 = 17, vaccines cause autism, and GMOs cause cancer?

        I’ve come to the unfortunate conclusion that it is simply not possible. Some people are entirely immune to facts and knowledge. They cannot be reasoned with. So, the solution is not better science communication or more education funding, as is commonly asserted.

        No, the solution is just to defeat them. Defeat them politically, and defeat them financially. In the arena of ideas, we must ensure that anti-GMO, anti-vaccine, and other anti-science activists are resoundingly humiliated and their lies tossed into the dustbin of history.

        tiré de cet article
        https://www.acsh.org/news/2018/09/21/gmo-free-usa-attacks-world-famous-biochemist-bruce-ames-13433

        le temps n’est plus aux amabilités, aux papouilles, faut leur rentrer dans le lard, avant que toute la quincaillerie verte ne soit inscrite dans la loi, … et impossible à revoir, cf les réglementations sur les nitrates.
        mais je crois qu’il est déjà trop tard,comme la question climatique est insoluble,avec nos moyens, on vous opposera toujours que les prophéties des Jouzel et consort même s’ils elles ne sont que « probables » ne sont pas impossibles,
        damned, 20.5° degré dans la piscine, je me suis encore fait avoir

        J'aime

  8. Et comme a dit un jour Bernard Clavel « Messieurs les censeurs je vous salue »
    Un autre a dit plus récemment: je vous laisse entre vous
    Et à tous ceux qui restent , je souhaite qu’ils trouvent plaisir à communier entre gens de bonne compagnie désormais certains que leurs prières ne seront pas dérangées par les appels du démon

    J'aime

    • Benoit a un des rares blogs sur le sujet à laisser une liberté de parole quasi totale mais là, cela partait dans un flot d’insultes. A quoi bon ? Ce n’est pas non plus un caniveau ce blog. De plus, en tant que tenancier de ce blog, il doit lutter contre ce genre de propos haineux pour ne pas faire l’objet de poursuites judicaires. On voit facilement la presse s’emparer des propos ici tenus et accuser Benoît d’être un repère complaisant de propos extrémistes. On a pas besoin de ce type de problème à gérer en plus.
      Néanmoins, si certains préfèrent communiquer dans l’insulte permanente, qu’ils ouvrent leur propre blog. Benoît a quand même le droit d’avoir une ligne éditoriale ouverte et en accord avec la loi et un minimun de politesse.
      Le sujet est passionnel et je reconnais moi même que c’est pas évident de renoncer ) renvoyer quelqu’un dans ses cordes mais on doit essayer de rester mesurer car l’inverse ne serait pas profitable.

      J'aime

      • On aimerait savoir où sont les propos haineux ? Non! le tenancier ( le terme est bien choisi) a simplement un ego démesuré qui montre qu’il ne supporte pas la critique et qu’au surplus il ne sait pas la gérer
        Il s’est discrédité voila tout !

        J'aime

      • Non, je ne laisse pas les propos haineux en ligne, et si leur teneur est tout ce qui vous intéresse, alors vous n’avez rien à faire ici.
        Ne restez pas sur un blog tenu par quelqu’un à l’ego démesuré, surtout en commentant : vous augmentez ses stats.

        @tous : FIN DES COMMENTAIRES DE LA POLITIQUE DE MODÉRATION SUR CE FIL. Ici, on est là pour parler du prosélytisme des programmes d’enseignement. Ceux que ça n’intéresse pas, passez votre chemin.

        J'aime

  9. Allez hop ! Encore une couche et un matraquage outrancier sur le thème de la développitude durable dans l’enseignement :
    https://fr.unesco.org/greencitizens/stories/activites-educatives-impliquer-enfants-protection-lenvironnement

    Il faut que je retrouve des travaux d’élèves sous forme de poèmes et prières à la gloire de Gaïa – à réciter en cercle autour d’un arbre. *
    Dois-ajouter qu’il ne s’agit pas d’une plaisanterie de ma part ?

    J'aime

  10. Benoît, le « savoir-craindre » fait partie du « savoir-être ». Je sais que beaucoup ici n’aiment pas Bourdieu mais tout n’est pas à jeter, comme son analyse sur les facteurs que sont le capital financier et le capital culturel dans l’ascension sociale. Comme tu le dis, dans ton université, à défaut de capital financier des étudiants, en plus de leur savoir technique, vous avez le devoir de leur donner un capital culturel solide, car cela les aidera à réussir.
    Pour le 93, beaucoup en France rejettent le capital culturel hérité de la fusion culturelle des quartiers et préfèrent recruter autour du capital culturel historique de la nation.
    Néanmoins, en montrant qu’il a une certaine culture nationale dont l’idéologie climatique est un des derniers avatars, l’étudiant pourra s’attirer la sympathie des bobos haut placés et donc avoir plus de chances de réussite. De plus, il montrera qu’il peut se soumettre facilement aux pires débilités sur un sujet complexe et par là, prouver son côté parfaitement maléable pour sa hiérarchie. Bref, à défaut de former des étudiants innovants, grâce à une pensée libre, l’éducation nationale saura envoyer aux employeurs (et au système en général) des individus parfaitement soumis à la pression sociale, aptes à appliquer les pires consignes et, dans une organisation, il en faut, pour qu’elle fasse corps et fonctionne. Déjà, le fait qu’il y ait des purges régulières à la télé, dans l’administration ou même à l’université sur ce sujet et que malgré tout, ça ne dérange pas l’individu qu’il est de pactiser avec cette idéologie totalitaire sur le climat en dit long sur le caractère de bon petit soldat d’un tel profil, prêt à accepter les licenciements les plus injustes dans son entreprise ou les chutes de niveau de vie à venir dans le pays.
    Tout ça pour dire que le savoir-craindre représente un facteur d’intégration socio-économique à la vue des conditions du système actuel. On peut le déplorer à bien des niveaux, en avoir une vision pesssimiste comme moi, mais il est probablement un facteur (secondaire et parfois nécessaire) d’intégration.

    J'aime

    • Ça se défend, merci de ce contrepoint triste mais nécessaire. Malgré tout, je demande à voir. Je ne crois pas qu’au sortir de la guerre les employeurs aient particulièrement recruté des héros du front, par exemple. En tout temps et en tout lieu, ce qu’on attend d’un employé est quand même surtout un certain travail, défini par une fiche de poste sur laquelle ne figure pas l’adoration à la Sainte Planète. Ça peut être un plus, mais j’ai du mal à croire qu’il puisse être vraiment décisif. Qu’on me détrompe s’il y a lieu, je suis tout sauf un spécialiste du recrutement.

      J'aime

      • La plupart des entreprises font maintenant un business juteux avec l’écologie et celles qui ne le font pas n’osent plus s’exprimer sur le sujet.
        Vous ne pouvez plus travailler nulle part ( en tous cas dans le privé) tout en affichant publiquement votre scepticisme sur un des sujets concernés, et en particulier l’énergie et le climat.
        J’en fais l’expérience tous les jours personnellement.

        J'aime

    • « Ce qu’on leur doit, c’est une aide dans cette tâche si difficile et si exigeante d’acquérir les compétences fondamentales qui leur permettront de s’intégrer dans le monde en général, et sur le marché de l’emploi en particulier : savoir, savoir-faire, savoir-être. »

      C’est bien le pire des services à leur rendre justement. C’est ce vocabulaire qui hante les couloirs de l’éducation nationale, ce sont ses politiques, sur les rails des pédagogies nouvelles, qui ont transformé l’école en centre de formation socialisant au détriment de l’effort, de la transmission des connaissances académique et des apprentissages théorique. Compétence, savoir-être, savoir-vivre, habilité relationnelle, rapport sociaux, valeurs républicaines, méthodes actives, transversalité, interdisciplinarité, développement de projet, mobilisation des ressources, acquisition des démarches, une école ouverte sur le monde et centrée sur les besoins commun de la vie en société démocratique… On pourrait continuer sur des pages et des pages. l’Écologie en fait partie, pourquoi s’en étonner alors ?

      Sans le savoir, ce vocabulaire et ce qu’il charrie fait 1000 fois de mal à ces enfants que les mesurettes écolo-responsable. Cerise sur le gâteaux : c’est une vision utilitariste.

      Et je ne doute pas un instant de votre bonne volonté. Tristesse.

      J'aime

  11. Bravo Benoit.
    Les signataires du jdd n’ont aucune excuse car ils ont été extrêmement bien informés. En effet l’entreprise The Shift (pdg jancovici) est allé leur faire un « audit » de leurs établissements. Les rapports d’audit sont disponibles ici, dans un pur style alarmiste de forme classique Etude Résumé Décideur Urgence Agir.
    (les scientifiques sont inquiets, et implorent au Bon Roi des machines à décerveler).
    https://theshiftproject.org/article/nouveau-rapport-mobiliser-superieur-climat/
    Quelle mascarade!

    J'aime

  12. Et….il y en a un qui doit être ravi c’est Tolnus…Il a eu ce qu’il cherchait !
    Car faut il le rappeler: il y a deux attitudes possibles face à ce type de personnage
    -soit on le censure et il a la preuve que vous êtes incapable de le contrer et que vous êtes ennemi de la liberté d’expression et il a au moins raison sur le second point
    -soit on lui répond poliment et c’est aussi efficace que la réponse de Daladier et Chamberlain à Hitler
    -soit vous cognez, sans aucun état d’âme , et ( c’est en tout cas mon expérience) il finit par fuir

    La même expérience m’a conduit d’ailleurs à remarquer que quand on lui tape dessus, il trouve assez curieusement pour le défendre des curés et des bonnes soeurs dont cela froisse la bonne conscience Ceux la sont généralement les mêmes qui sont prèts à dire! allons si on concède qu’il faut être insensé pour nier le réchaufement, peut être nous écoutera -t-on! C’est cette attitude qui a conduit à Münich… alors bon courage messieurs les censeurs

    J'aime

    • et oui, voyez mon post plus haut.

      mais on est invité, si la soupe ne nous plaît pas, on peut aller voir d’autres cantines, enfin tant qu’il en reste

      mais question stratégie, on a tout faux depuis 30 ans.
      la plus bel exemple:
      qui connait Mc Intyre?
      qui a lu ses articles dans la presse à l’époque.
      Man lui est toujours là, et il continue à faire du Man

      D’ici qu’il prenne la petite Greta sur ses genoux pour la consoler…

      J'aime

      • Mc Intyre est aujourd’hui oublié parce que ses critiques contre la courbe en crosse de Hockey n’ont pas été jugées assez solides pour invalider l’ensemble du travail de Michel Mann (dixit l’Académie américaine des sciences). En plus d’autres travaux en paléoclimatologie ont abouti aux mêmes conclusions que Mann, donc le débat est clos.

        J'aime

    • C’est assez grotesque de faire référence à Munich. Le fait d’être en accord avec le GIEC ferait de moi un nouvel Hitler ? Quelle curieuse conception du débat ! Vous devriez aborder la question du réchauffement climatique d’une manière dépassionnée et rationnelle comme 90% des intervenants içi.

      J'aime

      • Tolnus a dit :«Mc Intyre est aujourd’hui oublié parce que ses critiques contre la courbe en crosse de Hockey n’ont pas été jugées assez solides pour invalider l’ensemble du travail de Michel Mann (dixit l’Académie américaine des sciences).»
        La courbe Michael Mann a été invalidée depuis le rapport Wegman, le reste et le restera. McIntire est devenu un expert des proxies et publie quand le sujet l’intéresse des remarques qui sont reprises par les climatologues. Il était le second auteur de la publication de John Christy sur l’absence de hotspot entre 200 et 300 hPa sous les tropiques.

        Aimé par 1 personne

      • A quoi bon répondre à ces « carabistouilles »?
        Mais à quoi bon laisser ce genre de trol poster ici ?
        cela apporte quoi, sinon de l’énervement, ?
        et c’est continuel, harassant,cela ne donne pas envie de participer à une discussion
        mais c’est vous qui voyez

        J'aime

      • La reconstruction de Mann et al. 98 est parfaitement disponible.
        Les corrections de McIntyre & McKitrick 2003 (MM03) sont également parfaitement disponibles.
        N’importe qui peut donc télécharger ces données, dessiner et superposer ces courbes.
        Ce faisant, on se rend compte que la courbe de MM03 est parfaitement inscrite dans la zone d’incertitude de Mann98 (zone d’incertitude que MM03 se sont bien gardé de dessiner sur la figure 8 du papier), sauf de 1410 à 1448 et de 1472 à 1500.
        Ces deux « pics » faisaient dire à MM03 que « The major finding is that the values in the early 15th century exceed any values in the 20th century. », sachant que les données de reconstruction s’arrêtaient en 1980 avec une anomalie de +0,15°C alors que le plus gros pic présentait une anomalie de +0,42 en 1425.
        Mais malheureusement,en 2003, l’anomalie de température pour l’hémisphère nord était déjà de +0,70 soit bien au-delà du pic de 1425.

        Toutes les reconstructions réalisées depuis montrent que : oui un optimum médiéval a existé mais de façon ni globale, ni synchrone (de l’ordre de +0,5°C au maximum) ; oui un petit âge glaciaire a existé (-0,5°C au minimum) ; oui les températures du 20 et 21ième siècle sont au-delà des valeurs de l’optimum médiéval. Ce dernier message était déjà celui de Mann et il n’est toujours pas invalidé.

        Je recommande par ailleurs la lecture de l’article « Les scènes hivernales dans la peinture du Siècle d’or hollandais » par Alexis Metzger et Martine Tabeaud (que personne ne pourra qualifier de réchauffiste). La conclusion est intéressante « On peut donc affirmer qu' »Ils [les peintres] ont plutôt représenté des contes visuels, refusant le plus souvent, sous couvert d’en peindre les apparences, l’ici et le maintenant » ; soit en gros que les paysages d’hiver peint à l’époque n’ont rien à voir avec la réalité.

        J'aime

      • joletaxi
        Ce ne sont pas des carabistouilles , c’est factuel. L’académie américaine des sciences a publié un rapport favorable ,postérieurement au rapport Wegman. Vous me pardonnerez de faire davantage confiance à l’académie américaine des sciences qu’ à 2 scientifiques dont l’objectivité et l’ honnêteté sont sujettes à caution . Il faut en effet rappeler que Mc Intyre a travaillé comme consultant pour l’industrie pétrolière et que Edward Wegman s’est rendu coupable de plagiat à 2 reprises .

        J'aime

      • Antisceptique a dit :« oui les températures du 20 et 21ième siècle sont au-delà des valeurs de l’optimum médiéval. »
        Cela suppose que l’on peut comparer les maxima, minima et vitesses de variations de deux séries temporelles qui ont des résolutions et des compositions en fréquences totalement différentes.
        Les séries instrumentales ne peuvent en aucun cas être comparées directement à une reconstruction basées sur des mesures indirectes à faible résolution.
        De la même manière, on ne rajoute pas une courbe instrumentale à résolution mensuelle à la fin d’une autre dont la fréquence d’échantillonnage est d’une mesure tous les dix ans.

        J'aime

      • @paulaubrin
        Ca tombe bien car la résolution temporelle des données de Mann / McIntire / McKitrick est la même que celle des données climatique : l’année.

        J'aime

  13. Il devient de plus en plus difficile d’ignorer qu’ils essayent de vendre des tongs a un cul-de-jatte…

    Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, on pouvait encore leur reconnaître un certain raffinement pervers dans l’art de subvertir le réel et de féconder les foules de leurs mensonges. C’était moche, mais intellectuellement stimulant. Mais désormais qu’ils ont passé la vitesse supérieure, sont devenu aussi subtils que des chars Leclerc… Une mauvaise pantalonnade, une histoire de corneculs!

    J'aime

    • Je suis d’accord avec vous, depuis quelques mois ils semblent appliquer à la lettre l’injonction « je veux que vous paniquiez » de Greta Thunberg ; cela a un côté comique mais dans le fond je trouve ça tragique pour eux et peut-être dangereux pour tous. En fait j’ai l’impression que Greta Thunberg a révélé (je pense innocemment mais je peux me tromper) la contradiction que les adultes faisaient semblent de ne pas voir entre les discours (plus grande menace de l’histoire de l’humanité) et les actes (légers, pour dire le moins, et surtout bien choisis si je me rappelle bien un article de Remi Prudhomme d’il y a quelques mois) : tous ceux qui profitaient du système sans croire au RCA (les politiques et leurs camarades grandes entreprises notamment) se sont soudain sentis dépassés et bloqués entre dire « non mais en fait c’était juste pour rigoler et prendre l’argent » qui les ridiculiserait et « ah oui vous avez raison il faut tout arrêter » qui leur ferait tout perdre… Du coup il n’y a (presque) plus personne qui ose faire semblant d’agir car ça se verrait, ou qui ose répondre sérieusement aux injonctions de Greta, et ceux qui croient vraiment au rca s’en rendent compte et crient de plus en plus fort…
      Je ne vois pas comment ça peut bien finir. L’appel au calme du président de l’OMM était très bien, mais probablement tardif. Ce ne serait malheureusement pas la première fois qu’une civilisation s’autodétruirait pour ce qui semblera plus tard une broutille.

      Sur l’éducation, je suis d’accord que c’est une grande honte, et je remercie M Rittaud pour son article car il faut continuer à le dénoncer, mais je me rappelle aussi que la part de climatosceptiques est plus élevée chez les jeunes (voir sondage Futura de février 2019 par exemple) de sorte que cela alimente à mon avis tout autant l’hystérie climatique que le défiance envers l’éducation (ce n’est pas une grève scolaire pour rien) et que celle-ci est peut-être aussi grave car elle durera plus longtemps (un peu comme la défiance envers la science, hélas).

      @Étoilée : bravo aussi pour votre article de l’autre jour

      J'aime

      • Je suis d’accord : la plupart des responsables (dirigeants d’entreprises, d’institutions) ou des personnes visibles (médias, people) suivait le mouvement « pour rigoler et pour ramasser de l’argent » sans trop croire une seconde à ce RCA dont il ne savait d’ailleurs presque rien. La grosse blague, quoi. Sauf que ces responsables ont induit un mouvement qui est devenu général, et qui ne va plus s’arrêter comme ça, une fois lancé ; il s’appuie sur une base large qui commence maintenant dès les petites classes.
        Ils jouent avec le feu, les idéologies sont bien plus fines et perverses qu’on ne peut le croire.

        J'aime

      • Oui, ce décalage entre les paroles et les actes… Bien d’accord avec vous, elle a fait ressortir ce hiatus.

        Toutefois, je crois que c’est plus pervers encore que d’être pris les doigts dans le pot de confiture. C’est typiquement la double pensée d’Orwell qui régit ces cercles de pouvoir: se réclamer de la morale tout en prétendant s’en affranchir. C’est ce que font la totalité des élites politiques et du clergé rechauffiste. Et je ne suis pas certaine que l’ONU attende autre chose d’eux…

        Merci Thibaud pour votre gentille allusion a mon texte. Peut-être en rédigerais-je d’autres…

        Bonne soirée a tous les deux!

        J'aime

  14. Bonjour, je partage le résumé du GIEC à destination des enseignants ( diffusé dans mon académie cette année ).

    https://www.oce.global/sites/default/files/2019-04/1.5degree_FR_final_LR_2.pdf

    « le changement climatique devrait entraîner une augmentation de l’intensité et de la fréquence des évènements extrêmes tels que les vagues de chaleur, les fortes pluies, les inondations et les sécheresses.les ouragans les plus intenses devraient devenir plus fréquents pour un réchauffement important, même si au total le nombre d’ouragans devrait diminuer »

    De quoi envisager le futur avec sérénité pour mes petits collégiens…

    Je trouve étonnant qu’un tel document n’indique pas les 413 ppmv ou plutôt les 0.04 % . Cela me semble être la moindre des choses. Mais peut-être ai-je fait preuve d’inattention ?

    J'aime

    • Bonjour ecrevisse, Arrêtons à la page 4.

      VMD> limiter le réchauffement à 1,5°c n’est pas impossible mais nécessite une politique forte et immédiate.

      Tout le monde est d’accord sur le principe d’installer sans délais et sans réflexion une dictature forte et sanguinaire qui n’hésitera pas à sacrifier une grande partie de la population et des libertés pour nous offrir, sinon le bonheur, sinon le progrès, sinon l’espoir, le luxe inestimable d’un réchauffement glacial limité à un point cinq degré celsius.

      En tant que sceptique cependant un détail m’effraie : Est ce que c’est techniquement possible ? Est ce que Staline, Polpot, Hitler et Mussolini, Napoléon, Louis xiv ont réussi à changer la température globale ? On dirait qu’ils n’ont même pas essayé de le faire. Etonnant manque d’audace. Même dans stars wars le dictateur de la galaxie il essaye pas. Ni Hercule, Moïse, Jésus. Même dans les shadoks…

      Ah tiens si : dans les shadoks.

      J'aime

  15. Si on veut éviter que les jeunes soient ignorants au sujet du climat , il faut au moins leur enseigner les bases de ce sujet. Tres intéressant quel que soit son opinion sur les variations et leurs origines. On peut ainsi lier les bases de climatologie, la physique (thermodynamique, etc..) , la chimie (CO2, CH4 NOx…), la météorologie (pourquoi pas) , les statistiques et le traitement des données . Ensuite ils seront en mesure de faire la part des choses sur l’urgence ou l’alarmisme (ou rien) de ce sujet. J’essaie d’être positif pour imaginer une partie de ces futurs ingénieurs ou techniciens ou chercheurs travaillant dans quelques années à imaginer et mettre au point des systèmes novateurs dans les futurs Tesla ou autres. Cette idée me plaît bien. Il ne faut pas toujours noircir le tableau (c’est le cas de le dire en classe !!). Au lieu d’aller grossir les rangs des facultés de lettres, droit ou autre sciences Po, ils participeraient pleinement à ces transitions (ou adaptations pour plaire a Cédric ) dans les nouvelles (futures) technologies. Je pense qu’ils seraient alors très fiers et heureux et non pas déprimés comme certains le prétendent.
    Mais il ne faut plus perdre de temps. Car malgré toutes les actualités et les cris d’alarme que l’on entend un peu partout, pas grave chose ne bouge en fait. Le CO2 continue à la hausse et les températures idem.

    J'aime

    • Il n’y a pas de « base » de la climatologie.
      Il n’existe pas de modèle général de circulation climatique.
      La seule climatologie qui ait de la valeur est celle des géographes, comme le regretté Marcel Leroux.

      Un ingénieur travaillera sur un éplucheur de pomme de terre ou une commande de chasse d’eau connectée si il est correctement rémunéré et donc qu’on y trouve un intérêt économique.
      Mais pour les « systèmes novateurs » des Tesla, vous pouvez faire une croix : l’électricité ne se stocke pas. Le jour ou l’hystérie autour des hydrocarbures retombera, on cessera d’applaudir les voitures électriques, les financements et les subventions cesseront de pleuvoir, les Tesla termineront au musée.
      https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/tesla-cherche-a-nouveau-de-largent-1015759

      J'aime

      • Manque d’imagination. Si l’électricité se stocke déjà mais avec des rendements très moyens et dans des quantités insuffisantes (barrages hydroélectriques, transformation en hydrogène, systèmes à inertie…). Je sais, je sais, on est loin du compte. Mais c’est ce que je disais, ce sont eux , cette nouvelle génération et les futures qui amélioreront les systèmes. Vous raisonnez au présent, Tesla a toujours perdu de l’argent, mais ils ont prouvé en à peine quelques années que c’était possible. On peut critiquer. Ce n’est qu’un tout début. Et si l’électricité est tirée des fossiles, ce n’est pas la solution. Mais ça continue. L’énergie qui nous fait vivre, bouger, manger, rouler, voler est ou a été fabriquée par le soleil. Y compris le pétrole et le gaz du reste. Mais celles celles-là il y a très longtemps. Il faudra apprendre à la dompter, la capter, la transformer, il y en aura toujours une quantité infinie. Vous n’y croyez pas, je sais. Il y a tellement de chemin à parcourir , c’est assez normal. Mais l’évolution va continuer. Ceux qui bossent aussi sur la fusion nucléaire y croient, alors que ça nous paraît cinglé. Qui sait ?

        J'aime

  16. Si on prend le sujet de départ => il est question de s’interroger sur la récente propagande voulant nous faire croire que l’enseignement est en retard pour divulguer à nos chères têtes blondes des nécessités de l’urgence climatique.
    Et fort de constater qu’il s’agisse bien d’une propagande puisque dans les faits il en est tut autrement, il y a près de quinze ans que l’évolution des programmes tient compte de la théorie carboniste. Toute personne ayant suivi les vicissitudes scolaires d’enfants depuis lors, peut en avoir la preuve au travers des divers TD, exposés, mémoires, thèses et autres qu’ils ont eu à produire. Personnellement je suis sceptique depuis 2007, j’ai cinq enfants de quarante ans à vingt-sept ans (Usineur-CN, Dessinateur DAO, Opticien, Géologue en Œnologie, Menuisier-ébéniste) et c’est du vécu.
    Benoît n’ayant juste que complété ces preuves par des exemples bien plus étudiés et documentés.
    Alors pourquoi avoir à supporter les divagations fort peu aimables de certains commentateurs, qui se vautrent dans du hors-sujet à tour de bras, avec des arguments grotesques pour ne pas dire grossiers, et qui dérivent sur des positions politique abracadabrantesques ?
    Pourquoi avoir à parcourir cette litanie de contre-sens pour arriver à trouver, noyé quelque part, les commentaires intéressants sur le sujet ?
    Je crois que pour modérer sans victimiser les hurluberlus, le plus simple serait de supprimer les « hors-sujets » en ne le stipulant que comme tel.
    S’ils veulent faire de la politique de bas-étage, ils peuvent aller vomir chez H16 ou ailleurs ! Personnellement je suis lassé depuis ces jours-ci de ces discours vengeurs, d’on ne sait trop quoi d’ailleurs, et qui pullules ici…
    Ces gens sont prétentieux, et ont un discours péremptoire => vouloir sauver le monde malgré lui ; prétendre contrôler le temps, s’imaginer aux commandes de la nature ; on pourrait faire référence à Zardoz.
    La Science souvent cité comme une vérité intangible n’a absolument rien à voir à cela.
    La science est avant tout l’observation, l’humilité, la reconnaissance, l’évolution… Elle est précisément le contraire de la vérité : le doute, la recherche.
    Même si la médecine (par exemple) nous a permis de prolonger notre existence dans de meilleures conditions, elle n’est encore qu’à l’aube de la moindre compréhension des échanges impénétrables d’informations entre les cellules des organes en interaction permanente par des flux chimicobiologiques que l’on commence à peine à envisager, et qui donnent le vertige, tellement ce que l’on entrevoit est immensément plus riche que tout ce que l’on a trouvé depuis deux siècles. Je pourrais faire le même descriptif en tellement de domaines que les mots seraient vaincs à qualifier l’inconnu vis à vis du connu.
    Alors de grâce modérez les crâneurs.

    J'aime

  17. Vous pouvez vous tortiller dans tous les sens : l’électricité ne se stocke pas.
    Et pourquoi ne pourrait-on pas tirer de l’électricité des fossiles ???? c’est votre petit livre vert qui vous en empêche ? vous avez peur de fâcher Gaïa ?
    Pour le reste vous êtes davantage dans l’incantation et le mysticisme.

    Je veux du kilowatheure bon marché et la liberté de circuler et de manger à ma faim. La planète je ne la protège pas, elle n’en a pas besoin, c’est elle qui est dangereuse, pas moi.

    J'aime

  18. Ping : Retour de flammes pour l’enseignement du climat à l’université | Mythes, Mancies & Mathématiques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s