Mystique de l’invisible

par Philippe Catier.

« L’homme est un animal religieux ». Cette assertion de Socrate reprise par bien d’autres auteurs par la suite n’a jamais été démentie. Cette référence est présente même dans l’athéisme puisqu’il se pose en opposition à ce concept.  « Par Thor, par Jupiter, par Odon, par Allah » …toutes les époques ont supplié leurs divinités, leur Panthéon. La période révolutionnaire a eu son « grand Horloger ». Il y a eu aussi des religions matérialistes sans dieu, qui ont imposé elles aussi leurs dogmes, leur inquisition, leur Torquemada et leurs bûchers pour excommuniés sous forme de camps de concentration.

Ces religions ont en commun une doctrine qu’il n’est pas permis de contester, révélée ou considérée comme telle, un clergé, des grands prêtres, des tribunaux pour renégats. Elles font surtout appel à l’imaginaire, à l’invisible qui seul peut amener l’adhésion mystique du plus grand nombre qui se passe volontiers de faits réels et objectifs qui pourraient contrarier leur croyance. Il faut un concept invérifiable, invisible, pour engendre la croyance. 

La religiosité prend donc des formes diverses dans son expression, selon les régions et leur histoire, mais garde le même fond commun.

L’évolution de nos sociétés d’abondance se fait cependant vers une extinction progressive des religions classiques et Nietzsche a pu annoncer la mort de Dieu. Ceci crée inévitablement un vide qu’il convient de combler car le besoin de sens est consubstantiel à l’homme.

C’est aujourd’hui l’Ecologie qui comble ce vide. Elle propose de faire le bien pour éviter l’enfer climatique et ne pas quitter le paradis sur terre. L’homme étant le responsable de la rupture du contrat naturel en croquant les énergies fossiles, il doit faire œuvre de rédemption. Le CO2 est proposé comme le grand Satan, la Terre comme symbole divin, le GIEC comme l’organe de la doctrine de la foi. 

La foi se résume donc dans le dérèglement du climat par le CO2 anthropique. Emettre du CO2 c’est pécher ! On peut d’ailleurs acheter des bons d’émission de CO2 comme au moyen âge on achetait des Indulgences pour éviter la sanction divine. 

Quand le sujet du climat se dessine entre la poire et le fromage le risque est grand de voir la soirée se terminer par une altercation. Le plus fréquemment cela commence par « Ah bon, toi tu ne crois pas au réchauffement climatique !! ». Passons sur le terme de « réchauffement » qui ne semble plus assez fort pour engendrer l’inquiétude et désormais traduit par « dérèglement ». Le terme essentiel est le verbe « tu ne crois pas ». On se situe là précisément sur le terrain religieux de la croyance. Croire ou ne pas croire, telle est la question. En général personne ne demande les chiffres, les preuves, les mécanismes mais  seulement si on y croit, autant dire si on est ignorant car c’est l’ignorance qui oblige à croire. 

Le problème c’est que, à la suite de Jean Claude Carrière, il faut se résoudre à constater que « la croyance a vaincu la connaissance ». Elle est beaucoup plus forte pour emporter la conviction car elle ne présente aucun argument réfutable. Nous ne sommes plus alors dans la Physique mais dans la Métaphysique. C’est le terrain de l’invisible où les légendes se créent, se colportent en se magnifiant, où les bonimenteurs font fortune.

Parler de bonimenteurs c’est approcher les mécanismes économiques profitant de la croyance. C’est le domaine des sectes qui font fortune sur le dos des gogos naïfs

L’écologie est-elle une secte ? On peut se poser la question quand on voit certains protagonistes de cette idéologie prêcher l’apocalypse si l’on ne fait pas allégeance au dogme de la décroissance, du Véganisme et de la charrue. Les gourous ne manquent pas. Mais pour quels profits ? Apparemment aucun sauf pour les petits malins qui ont su profiter des subventions aux énergies « renouvelables. »

 Il s’agirait plutôt en fait d’un profit idéologique qui procède d’un fond culturel alliant selon les cas, la haine de l’argent, le mythe du retour à la nature, le collectivisme, les communautés de vie, les médecines parallèles dites douces, les solutions magiques, le renoncement (ou l’incapacité) à la performance et à la compétition etc. Bref un appel au changement de comportement plus ou moins obligé selon l’emprise psychologique liée au discours.

Aurélien Barrau, entre autres, nous explique tout ceci avec un art consommé du verbe digne des meilleurs prêcheurs. « La fin du monde est proche, repentissez vous de votre consommation, faites décroissance, gagnez en solidarité etc… » C’est le recyclage à l’échelle matérielle, une fade copie, d’un discours religieux culpabilisateur et rédemptionnel qui peut être bien reçu du fait de sa proximité avec celui qui a structuré nos sociétés occidentales depuis deux millénaires. Le Pape François y a d’ailleurs apporté sa caution par son encyclique Laudato si. Nous sommes donc en plein mélange des genres et peut être en pleine contradiction avec le « croissez et multipliez-vous ».

« Mal nommer les choses ajoute aux malheurs du monde » nous disait Camus. La définition de l’écologie devient désormais de plus en plus trouble si l’on tient compte de toutes les formes qu’elle revêt y compris religieuse : écologie scientifique bien sûr mais aussi politique, médiatique, économique, voire sentimentale. Toutes ces constructions mentales s’appuient sur l’invisible, l’indémontrable, l’irréfutable.

Le dioxyde de carbone n’est pas visible sauf peut être pour Greta Thunberg qui, selon sa mère, en verrait les molécules…

L’invisible est donc plein d’avenir.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Mystique de l’invisible »

  1. Il est utile d’avoir 2 mots différents pour ne pas mélanger ce qui est idéologie avec ce qui ne l’est pas. Pour l’idéologie, le terme écologisme convient, par analogie avec d’autres mots en « isme », relatifs à des idéologies politiques ou religieuses : communisme, socialisme, nazisme, catholicisme, boudhisme, protestantisme, scientisme…
    Le terme écologie est relatif à la protection de l’environnement, avec rationalité et en-dehors de toute idéologie, donc avec les outils de la science.

    Aimé par 2 personnes

    • Oui, entièrement d’accord. Et pour le papier de Philippe (bravo) , et pour la remarque. Les gens qui pratiquent vraiment l’écologie sont des écologues…. pas des écologistes (anglicisme)…. qui , eux, pratiquent l’écologisme, cultivent la peur collective du « Gaia punishment » et une inquisition autiste vis à vis les mal-pensants ( ou des libres-penseurs)……Avec avions , 4X4, villas, tablettes et iphones etc…..Cette « religion » est née en Suède ( bis repetita, Greta) dans les années soixantes, puis a surtout essaimé en Amérique du Nord et en Angleterre ( tiens! cela me rappelle le Brexit….).

      J'aime

  2. Excellente réflexion. J’ai une lecture psychanalytique — c’est ma coupable activité — de ce phénomène.
    La pensée magique est un bon résumé de la pathologie du narcissisme, instance psychique refusant la temporalité, les limites, la conflictualité, l’altérité — tout ce qui fait la condition humaine — , insupportables freins à l’omnipotence narcissique.

    J'aime

  3. Réellement excellent. Tout y est. A noter que religion chrétienne apparut a la fin l’Empire Romain pour faire accepter aux peuples leur pauvreté qui allait les entrainer ensuite vers le Moyen age.
    De la meme façon, la religion actuelle est destinée a nous faire accepter la misère qui arrive. Nous serons pauvres, car sans énergie, mais nous serons heureux, car nous sauverons la planète.
    On en conclut que les religions aiment apparaitre a la fin des empires et qu’un moyen age est probablement devant nous.

    J'aime

  4. Ce qui est devant nous bien malin qui pourrait l’imaginer !
    Ce qui est aujourd’hui, à mon sens, ce serait une évolution vers la « mouvance »…
    A l’image de nos outils et de la versatilité des choses de ce monde, cela ne m’étonnerait pas que les idées mouvantes, diffuses, lunatiques, et en perpétuelle mutation, ne soient pas la profonde tendance actuelle ?
    Il est une religion qui fait feu de très peu d’organisation, qui ne s’arroge pas de pape ni de moines ni de clergé, et c’est précisément celle qui s’est énormément développée depuis un siècle (Asie Afrique Europe…) il s’agit de l’Islam. C’est bien celle-ci qui est la plus diffuse, la plus jeune, celle qui s’adapte sans cesse, la plus à la mode, et apparemment pour l’instant la plus dangereuse.
    Met à vis que l’écologie prenne le pas ?! Attentats, discriminations, endoctrinement, exécutions sommaires… On a peut-être encore rien vu !?

    J'aime

  5. bonjour,
    mon message n’est pas vraiment en rapport avec le sujet,mais j’aimerais avoir l’avis de specialistes sur ce sujet:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Optimum_climatique_m%C3%A9di%C3%A9val

    il se trouve que j’ai un ouvrage de 1904 qui montre on s’inquietait dejà enormement de la disparition des glaciers alpins (depuis 1850) ,mais aussi que l’on dessinait le mont blanc au XIVe siecle sans neige du tout jusqu’au sommet…

    https://www92.zippyshare.com/v/8xVNNFAX/file.html

    bien entendu celà n’a rien de scientifique mais interpelle quand meme un peu,surtout quand on recoupe avec la rubrique wikipedia ci dessus qui avoue qu’on ne sait pas grand chose de cette periode.

    a noter que les courbes de temperature habituelles du GIEC seraient dans ce cas completement incompatibles puisqu’elles donnent des valeurs de l’ordre de celles de 1990.

    merci

    J'aime

  6. Les climatosceptiques américains ,situés quasiment tous à l’aile droite du parti républicain ,eux par contre ont une approche toujours rigoureuse des questions scientifiques , c’est bien connu. Jamais ils ne tombent dans le dogmatisme .

    J'aime

    • Forcément ! Les carbocentristes fanatiques sont tous à la gauche du parti démocrate, il n’y a qu’à voir AOC !
      Si on m’avait dit, pendant mes études de géographie, que la climatologie deviendrait un enjeu politique, j’aurais conseillé les bonbons roses ! Et pourtant, on en est là…

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s