Marie Toussaint dans le texte

Dans l’agenda perpétuellement chargé de nos médias carbocentristes il y avait, samedi 10 août, Marie Toussaint, députée européenne EELV, encore et toujours sur France Inter dans « Des idées pour demain ». Notre infatigable lecteur discret nous offre la transcription des « meilleurs » moments.

Sur la percée écologiste aux élections européennes de 2019 [séquence de 2:00 à 2:27] :

On a un taux de croissance pour l’écologie cette année qui est assez extraordinaire. Mais la croissance, on se bat souvent contre puisqu’on a dépassé les limites planétaires de manière très largement(sic), et qui faut qu’on réduise notre empreinte écologique… Mais on est très content quand il y a de plus en plus de voix pour les écologistes : c’étaient 2,2 millions de personnes qui ont signé l’Affaire du Siècle, plus de 3 millions de personnes qui ont voté écologiste aux élections européennes (…).

Sur son engagement dans l’écologisme [séquence de 4:45 à 5:35] :

J’ai toujours fait de l’associatif et, à 18 ans (…), j’ai tout de suite été chez les écolos. C’était à un moment où, contrairement à aujourd’hui, les gens qui étaient écolos (…), on se moquait d’eux : on disait « Mais vous parlez de la fin du monde, c’est n’importe quoi ! » (…). C’était dur d’être écolo à cette époque-là (…). [Le journaliste : c’est vrai qu’aujourd’hui c’est un peu plus branché d’être écolo, ça passe mieux, comme on dit…]. C’est branché, mais je crois aussi qu’on le (sic) ressent la catastrophe environnementale. On le ressent parce qu’il y a des canicules (…), des inondations (…). Donc, on le sent dans nos vies, on sent la pollution de l’air, on sait qu’on est dans la malbouffe

A propos d’une rencontre qui l’a marquée [séquence de 5:50 à 5:55] :

Valérie Cabanes (…) juriste, d’abord des droits humains, et puis qui s’est engagée pour défendre (sic) les écocides (donc, ces graves crimes contre l’environnement).

Sur le comportement à adopter face au stockage numérique des data centers [séquence de 13:13 à 14:05] :

C’est la galère (…). Maintenant, c’est tout le paradoxe et la contradiction : on a besoin de changer de téléphone (…) et puis hop ! on retrouve tout ! (…) C’est super pratique (…). C’est tout le paradoxe : quand on a lancé l’Affaire du siècle, on avait envie de faire cette vidéo qui tourne partout, mais d’abord sur Youtube et sur Facebook, et finalement… C’est sûr qu’il y a un problème avec ces boîtes (…) qui nous volent nos données, qui en même temps polluent.

Concernant l’apport du droit et de l’Affaire du siècle dans la protection du climat [séquence de 18:50 à 22:40] :

Partout dans le monde, tout le monde doit respecter les droits humains et (…) tout le monde doit aussi protéger le climat (…). On peut décider que nous, citoyennes et citoyens, on récupère le droit et qu’on en fait à nouveau un outil pour transformer le monde à notre sauce. Et donc, ce qu’on a fait à [l’association] Notre Affaire à tous (…) c’est de se dire : on veut récupérer cet outil-là, on veut mettre fin aux crimes contre l’environnement, on veut garantir une obligation pour les Etat d’agir pour protéger notre planète, et notre santé, et nos vies, et donc pour tout ça on se saisit du droit (…). Il y a une procédure juridique qui a été lancée (l’Affaire du Siècle) qui dure deux ans à peu près (…). La demande qui a été faite à l’Etat, c’est de dire 1. il faut reconnaître une faute de l’Etat car dans tous les secteurs de la politique climatique, l’Etat français est en retard ; et 2. Il faut avoir une obligation d’agir (…) pour répondre à ce retard. (…) Aux Pays-Bas, Urgenda, une association, avait lancé une action (…), ils ont gagné en 2015, leur victoire a été confirmée en 2018 et les Pays-Bas sont aujourd’hui dotés d’une des lois les plus ambitieuses en matière climatique (…) et ils rattrapent petit à petit leur retard d’une manière beaucoup plus rapide que ce qu’on fait aujourd’hui en France.

Sur la désobéissance civile [séquence de 22:50 à 23:47] :

la désobéissance civile ça a été un moyen d’action utilisé dans de très nobles combats (contre le colonialisme, contre l’apartheid, contre l’esclavage). Le GIEC nous a dit : nous avons jusqu’à 2020 pour atteindre un pic d’émissions si on veut respecter les accords de Paris (…). Donc d’aller bloquer des grandes pollueuses comme Total (…), des grandes banques qui financent ces entreprises (…), d’aller bloquer Bercy qui subventionnent ces entreprises (…), peut faire partie des moyens d’actions si tant est que ça respecte les principes de non-violence.

A propos de la « justice climatique » [séquence de 24:00 à 24:24] :

Un article est sorti après une rencontre de l’ONU qui s’appelait (…) « Apartheid du climat ». Et effectivement, au niveau nord-sud, comme au sein des territoires, ce sont les plus riches qui ont le plus contribué à la pollution de la planète, et les plus pauvres qui sont aujourd’hui les déplacés climatiques, qui perdent leur maison, qui ont leur santé abîmée, et y compris en France. Et il faut absolument dire stop à cette injustice sociale profonde qu’est le réchauffement climatique.

S’agissant du capitalisme [séquence de 36:39 à 24:24] :

Si vous me demandez s’il faut sortir du capitalisme, je vous dirai : évidemment. Du capitalisme, du libéralisme… En fait, il faut qu’on retrouve (…) une « économie de la nature » (…), une économie qui respecte la nature, qui soit au service de la nature. Et ça, c’est absolument possible.

Sur le paradoxe entre le militantisme écologiste et les pratiques modernes quotidiennes [séquence de 42:44 à 45:34] :

Je crois qu’on est tous des êtres humains et je crois aussi que ce n’est pas nos individus (sic) qui détruisent la planète. Mais ce que je crois par contre vraiment, c’est qu’il faut faire des efforts. Par exemple, j’essaie de mettre mon argent dans des banques qui ne subventionnent pas trop les énergies fossiles, voire pas du tout (j’aimerais bien, mais il n’y en a pas tant que ça…) ; j’essaie de ne pas acheter trop de vêtements (je porte mes vêtements pendant longtemps) (…) quand je les jette d’ailleurs (…) soit je les donne à des ressourceries, soit je les jette dans des boîtes pour les faire recycler ; je ne mange de la viande que lorsque je suis invitée chez des amis ou dans la famille (parce que je n’ai pas envie de les embêter) (…). Il faut faire ce qu’on peut (…). On peut tous aller chercher les manières de nous entraîner vers notre transition (…). Mes courses je les fais majoritairement, parce que de temps en temps… [Le journaliste l’interrompt : Vous habitez Paris ?]. J’habite à Paris et, à Paris, on a la chance peut-être d’être une ville où il y a beaucoup d’épiceries qui font des produits bio et des produits locaux. (…) Je ne fais pas beaucoup de vélo (…), je marche beaucoup (…). J’ai pris l’avion pendant la campagne pour aller à l’île de la Réunion et j’y ai rencontré des gens extraordinaires qui se battent contre des projets climaticides terribles (…). Mais c’est vrai que quand je prends l’avion, j’essaie que ce soit sur des périodes extrêmement longues, et que ce ne soit pas tous les ans, mais tous les deux/trois ans.

Publicités

30 réflexions au sujet de « Marie Toussaint dans le texte »

  1. propos dignes d’un âge mental à la Greta…
    « (…)aller bloquer des grandes pollueuses comme Total (…) »
    et comme un fait exprès, apparait à la fin de votre article la pub:
    « Total direct énergie…vous en faîtes beaucoup, à nous d’en faire plus.. » lol

    J'aime

  2. Benoit, il vaut mieux ne pas discuter ou relayer des discours ou propos de gens meme elus francais et europeen, qui n’ont visiblement pas de competences et melangent tout et n’importe quoi. Il est preferable de s’en tenir a des articles un tant soit peu serieux et mieux encore des etudes ou compte-rendus scientifiques. Le reste est du niveau brèves de comptoir et n’apporte rien au débat. A mon avis.
    Bonne journée.

    J'aime

    • Je suis assez d’accord mais cela indique deux choses :
      Il n’est pas besoin de parler français ni surtout d’être scientifique ( ce que l’on reproche à beaucoup de sceptiques) pour accéder aux médias nationaux.
      Les interviews de ces médias sont toujours « à charge » quelque soit le niveau de l’interlocuteur. Un service public devrait honorer sa mission d’information équilibrée.
      Je sais, j’enfonce une porte ouverte…

      J'aime

    • Pourquoi ce blog devrait-il éviter de discuter les exagérations et les délires que l’on entend un peu partout depuis la COP21 pour tenter de forcer la France, et d’autres pays, à donner l’exemple d’une politique que les « organisations » estiment vertueuses, mais qui est en réalité climatiquement inutile et économiquement et socialement suicidaire ?

      Aimé par 1 personne

  3. On pourrait croire que c’est un gag mais non !
    Et dire qu’il y a toute une élite qui soutient ces discours complètement irrationnels, ça fait froid dans le dos. Et, tranquillement, elle s’en va rejoindre le parlement européen pour lui dire d’agir contre des projets jugés « climaticides » ; le climat étant devenu maintenant pour elle un organisme vivant qui serait assassiné. Oh oh, on est quand même en plein délire là.
    Elle a intégré Sciences Po par le biais des conventions d’éducation prioritaire (j’en connais pourtant des bien plus intelligents qu’elle aux Aubiers mais malheureusement sans les codes du parfait bobo qu’elle n’hésite pas à brandir et qui semblent être devenus une clef d’entrée). Et en plus, elle a un master de droit ! Et on s’étonne ensuire de la piètre qualité de certaines élites que nous sort le système d’éducation supérieure à la française.

    Aimé par 2 personnes

  4. A ce niveau abyssal de bêtise, je croit que nous n’avons pas grand chose à craindre. Elle prend les mots pour des idées et s’exprime par slogans. Je fais confiance aux gens.

    J'aime

    • Nous sommes au pays de la révocation de l’édit de Nantes, du comité de Salut Public et de la ligne Maginot. Alors si, il y a beaucoup à craindre de la bêtise. Nos élites sont formatées pour faire carrière, c’est à dire pour se servir et nous pour servir, ce qui implique une absence totale d’idée personnelle et un ralliement de principe à la pensée dominante. Il faut s’attendre au pire.

      Aimé par 1 personne

  5. Une actu à lire, à partager. Je vous résume le sommaire à la façon d’Alexandre Vialatte, le climathon me manque.

    Part des transports océaniques * Eloge des atouts de l’éolien flottant offshore * 34 ans après l’affaire du Rainbow Warrior * Greta Thunberg n’hésite pas à descendre dans l’Hémicycle * Courageusement dénoncer les méthodes de Greenpeace * Grandeur consécutive d’Allah
    http://www.assemblee-nationale.fr/15/pdf/cr-cetransene/18-19/c1819051.pdf
    (vidéo disponible)

    J'aime

    • Autre lecture : une Tribune dans le Monde (accès réservé)
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/08/16/ecologie-climat-l-effondrement-n-est-pas-ineluctable_5499848_3232.html

      Je cite : La panique de la collapsologie est tout aussi paralysante que les doutes des climatosceptiques, affirment six chercheurs qui plaident dans une tribune au « Monde », pour une mobilisation concertée alliant militance citoyenne, décideurs politiques et entreprises.

      La suite est disponible ici :
      https://fr.audiofanzine.com/le-pub-des-gentlemen/forums/t.178899,le-pub-de-l-ecologie,post.10049151.html

      Auteurs :
      Geneviève Ancel, cofondatrice des Dialogues en humanité;
      Isabelle Delannoy, dirigeante fondatrice de DO Green – Economie symbiotique;
      Gaël Giraud, professeur à l’Ecole nationale des ponts et chaussées;
      Alain Grandjean, président de la Fondation Nicolas Hulot;
      Jean Jouzel, directeur de recherche émérite au CEA et membre de l’Académie des sciences;
      Jacques Lecomte, président d’honneur de l’Association française de psychologie positive

      J'aime

      • Si c’est pas mignon tout ça. Le monde de bizounours. Ça me rappelle le film de jean yanne: « le monde est beau tout le monde il est gentil ». C’est pour mieux faire passer la pilule carbonevrotique?

        J'aime

      • Précision sur « Jacques Lecomte, président d’honneur de l’Association française de psychologie positive »

        Dans Wikipédia,
        https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Psychologie_positive

        « Cependant, les détracteurs de la psychologie positive, ainsi que les sceptiques, sont nombreux : la discipline est dénoncée par de nombreux chercheurs comme une pseudo-science[4]. »

        Nous sommes loin de la Science Établie.
        😉

        J'aime

      • Gaël Giraud, chef économiste de l’Agence française de développement.

        Pour le reste, difficile de ne pas en rire.

        J'aime

    • Et maintenant un peu de lecture scientifique pour Zimba,
      https://www.lemonde.fr/blog/huet/2019/08/15/climat-la-croissance-vegetale-en-panne-seche/

      Des chercheurs internationaux ont découvert que l’eau ça mouille, non, que ça sert à arroser les plantes. Mais parfois et quelque part, c’est la sécheresse, alors la plante meurt en expirant du carbone dans l’air.
      Cette étude a été réalisée en coupant des gros arbres vieux de 5000 ans avec des crosses de hockey. La découverte du vapour pressure deficit (VPD) est *inquiétante* parce que je vous le dit, non, parce que ça pourrait vouloir dire que 9 modélisations sur 10 se sont trompées dans nos prévisions, consensuellement donc.
      Pour aller plus loin :
      – bravo au modèle qui a remporté l’étape : Canadian Land Surface Scheme (CLASS)
      – les figures S1 et S11 sont vraiment rigolotes. 😉

      J'aime

  6. à lire, une tribune signée jean jouzel dans le Monde.
    source : https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/08/16/ecologie-climat-l-effondrement-n-est-pas-ineluctable_5499848_3232.html

    court extrait : « Ecologie, climat : l’effondrement n’est pas inéluctable ». La panique de la collapsologie est tout aussi paralysante que les doutes des climatosceptiques, affirment six chercheurs qui plaident dans une tribune au « Monde », pour une mobilisation concertée alliant militance citoyenne, décideurs politiques et entreprises.

    Full text disponible ici : https://fr.audiofanzine.com/le-pub-des-gentlemen/forums/t.178899,le-pub-de-l-ecologie,post.10049151.html

    Auteurs :
    Geneviève Ancel, cofondatrice des Dialogues en humanité;
    Isabelle Delannoy, dirigeante fondatrice de DO Green – Economie symbiotique;
    Gaël Giraud, professeur à l’Ecole nationale des ponts et chaussées;
    Alain Grandjean, président de la Fondation Nicolas Hulot;
    Jean Jouzel, directeur de recherche émérite au CEA et membre de l’Académie des sciences;
    Jacques Lecomte, président d’honneur de l’Association française de psychologie positive »

    J'aime

  7. Et oui c’est ce que je craignais. On retombe dans le grand guignol. La moquerie de la caricature est facile, certes un peu distrayant, mais peu constructif. Si vous voulez garder un tant soi peu de credibilité ou juste de serieux .Enfin je dis ça, je dis rien. C’est vous qui voyez.

    J'aime

  8. C’est clair que vous jouez à vous faire peur en citant des épouvantails qui ne sont pas au pouvoir (dans la majorité). On pourrait faire la même chose en extrayant de ce blogs les pires commentaires complotistes et tirer une conclusion générale sur le climato-realisme (ce qu’on ne fait pas 😉).

    Soyons honnêtes, à part dans le discours, pour ce qui est des actes les gouvernements actuels sont plus proches des revendications réalistes que carbo centristes.

    J'aime

      • Pardon, il manque un mot, je disais, « des revendications des (climato) réalistes ». On ne peut pas dire que les gouvernements successifs et actuels ont été et soient concernés par le climat autrement que par des paroles et des promesses. Tant sur les causes (émissions de CO2) que sur les conséquences (adaptation et résilience). Plus de choses sont perceptibles au niveau local, mais ça reste des mesurettes.

        J'aime

      • J’avais bien compris.
        Voilà en effet une question très intéressante : pourquoi chacun pense que le gouvernement soit en fait trop soit n’en fais pas assez ? J’en discute souvent avec un ami Carbo centré qui trouve lui aussi que tout va dans le sens des climat to réaliste alors que personnellement je trouve que tout le battage médiatique va dans le sens du Carbo centrisme.
        Il me semble que la réponse tient dans un seul terme qui est l’utopie. Il est en effet complètement utopique de penser que la société va changer de mode de vie et que le gouvernement peut changer le climat. D’où la frustration que vous ressentez et le sentiment d’absurdité qui nous tient vis-à-vis des mesures qui sont préconisées. Et qui nous paraissent pour le coup absolument irréalistes. Je pense que nous n’avons pas fini d’être insatisfaits

        J'aime

  9. Oui je suis bien d’accord avec P.Catier.
    Je remplacerais juste le mot « absurdité » par « impuissance ». Il va falloir encaisser et subir. Jusqu’à quels niveaux ? Ca personne ne le sait vraiment. On a deja eu de tout petits elements de reponse, ces derniers temps.

    J'aime

  10. La question du climat et de sa gestion est tout à fait emblématique de l’impuissance politique généralisée dans nos démocraties: ce sujet est récupéré pour donner l’illusion de l’action en confondant agitation avec action.
    Incapables de gérer simplement les affaires de l’Etat (dette publique, mal logement, migrations, chômage…), nos gouvernants s’accrochent à l’illusion d’être en capacité de « régler » le climat qui serait « déréglé ». C’est tellement énorme et grotesque que ça m’a fait interroger des amis « écolos » (si, si, j’en ai encore) à la manière de Coluche: « Vous savez ce que je pense des cons qui manifestent pour le climat ? »
    (la réponse est dans la question, comme ça je ne fais qu’un seul voyage)

    Aimé par 1 personne

  11. « Loin de tout romantisme mièvre, c’est l’expérience concrète de l’amour de la vie, la tendresse partagée entre nous et avec notre environnement – bien plus que la panique face à la fin du monde – qui invitent à agir. »

    Il me semblait que ce qui devrait pousser à agir, ce sont les résultats concrets de CMIP6, que l’on attend avec impatience…
    😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s