Émission sur France 3 Corse

Mise à jour 1 (17h) : je viens d’arriver sur le site, ci-dessous quelques photos. Ils ont de la chance d’être en Corse, les Corses.

par Benoît Rittaud.

En direct ce soir (vendredi) à partir de 19h.

Ce ne sera pas dans un studio mais dans un endroit qu’on imagine paradisiaque : un lac artificiel à une heure de voiture de Bastia (lequel ? je l’ignore), suivant le principe de l’émission qui est de se dérouler à chaque fois dans un lieu différent et lié au sujet de la discussion. Je ne sais pas exactement de quoi il sera question parmi les nombreux sujets concernés par la question climatique, tous ces mystères font explicitement partie du jeu.

Une bonne nouvelle : Antoine Orsini, l’hydrogéologue carbocentriste extrêmement sympathique avec qui j’avais débattu sur France 3 Corse il y a quelques semaines, sera également présent.

Je vous présente le lac artificiel d’Altizone. Il est conçu pour la rétention d’eau et non pour la production d’énergie.

L’émission ne sera pas tournée depuis ce point, à cause du béton…

Autre endroit non retenu : le lac serait éclairé en soirée et serait trop lumineux par rapport au reste.

Le même endroit.

Ce sera là, donc.

Derrière, c’est le maquis. L’endroit est très calme, on n’entend que les grenouilles (et le camion de France 3…)

Un peu de technique à présent :

La régie mobile
L’antenne satellite
Ceci est un réflecteur. (Les pros disent « réflo ».) C’est pour réfléchir la lumière du soleil et mieux éclairer les visages. (L’émission aura lieu au coucher du soleil.)
La biodiversité locale.
C’est prêt !
Caméra 1
Caméra 2
Caméra 3
Le studio de maquillage (hollywoodien, n’est-ce pas ?)

24 réflexions au sujet de « Émission sur France 3 Corse »

  1. Pour avoir revu votre émission de décembre 2018, je crois que vous pourriez « bloquer » vos interlocuteurs quand il vous ressorte les graphiques d’évolution de la montée des eaux depuis fin XIX siècle (pour l’exemple du marégraphe de Marseille), en leur demandant comment il se fait que la montée des océans est régulière alors que la production de CO2 anthropique était quasi ridicule jusqu’au début voir milieu du XXème siècle?….

    J'aime

  2. Quoi un lac artificiel ? Et tranquille tu fais la pub pour un écocide du milieu naturel pré-existant ? As-tu pensé à toutes les espèces et être vivants, créatures de dieu, qui ont disparu de la biodiversité endémique de l’île. Tout ça pour que les hommes puissent se goinfrer d’eau et continuer leur société consumériste alors que la planète est en train de crever sous nos yeux !
    Nous les écolos, on leur aurait montrer à ses taffioles de Corses ce qu’est une ZAD !
    A bas le milieu artificiel, Vive la planète, vive le climat, vive le milieu naturel 😉

    J'aime

    • Comme tout peut être pris au pied de la lettre, je souhaitais préciser que c’était du second degrès.

      Les retenues artificielles sont hyper-importantes pour lutter contre les incendies de forêt, permettre l’irrigation des cultures, faire de l’hydro-électricité… En ce sens, l’artificialisation du milieu est plus souhaitable que de laisser le milieu naturel évoluer sans aucune maîtrise humaine et les Corses l’ont depuis longtemps compris, contrairement à nos idéologues de la collapsologie.

      J'aime

      • Gros malin, tu m’a fait douter 😉
        L’endroit est absolument splendide. Il prouve à lui seul que l’homme peut avoir un très bel ilpact sur la nature. Au moment du coucher du soleil, c’était le concert des grenouilles.
        Hors antenne, Antoine Orsini m’a expliqué qu’avant c’était un marais. Les arbres autour (des eucalyptus, sauf erreur) ont été plantés pour assécher.

        J'aime

      • Ecocide d’un marais donc d’une zone humide en plus, c’est criminel ! Les zones humides, outre leur biodiversité et leur rôle d’amortisseur de crue, stockent le CO2, gaz satanique du climat, c’est connu 😉
        Plus sérieusement, les eucalyptus sont des gros consommateurs d’eau et sont connus pour assécher les marais. Dans d’autres milieux, ils ont l’inconvéniant d’acidifier les sols (nuisances près des cultures) et surtout ils sont très inflammables->risques d’incendies de forêt accrus. En Méditerrannée, il est mieux de ne pas en planter trop près de de sa maison car ils partent vite en torche en conditions sèches.

        J'aime

  3. En passant, un article intéressant publié dans le JIM (Journal International de Médecine), le 23/03/2019, « L’égérie et le malaise » sur l’affaire Greta Thunberg.
    https://www.jim.fr/e-docs/legerie_et_le_malaise__176770/document_jim_plus.phtml

    Par contre, je prendrais des distances par rapport aux déclaration sur l’autisme de Laurent Alexandre (dans l’Express notamment) qui sont scientifiquement optimistes (cf. transhumanisme et nouveaux marchés thérapeutiques) et en même temps dépassées (cf. des concepts qui datent des travaux du Dr Asperger).
    Bref, sur un certain nombre de sujets (cf. cybernétique), ses analyses atteignent le niveau d’une conférence TED.

    J'aime

  4. Pour télécharger l’émission, il faut télécharger le petit logiciel gratuit CAPTVTY.
    Une fois le logiciel lancé, vous cliquez sur l’icone de gauche « France 3 », les émissions nationales vont s’afficher dans la fenêtre principale. Pour avoir les émissions Corses, allez dans l’onglet « rubrique » (en haut) et sélectionnez « les émissions régionales : corse », celles-ci apparaitront dans la fenêtre principale. Double-cliquez ensuite sur l’émission pour la télécharger sur votre ordinateur.

    J'aime

  5. Benoît Rittaud a été excellent, en donnant une image d’ouverture au dialogue des carbo-réalistes.
    Malheureusement la pensée unique a de beaux jours devant elle quand on voit qu’elle est soutenue par de grands scientifiques tel Cedric Villani.

    J'aime

    • Il est à l’air convaincu, mais est-il sectaire? Les deux « confrontations » avec Benoît, et les « off » rapportés par ce dernier, montre que cela n’a pas l’aire d’être le cas. Il pourrait un jour comprendre qu’il a mal placé sa confiance, de toute bonne foi.

      J'aime

      • Pour aller dans le même sens, les problèmes de disponibilité d’eau sont sans doute bien réels.
        sont-ils aggravés par de nouvelles pratiques agricoles ou des « pressions » (voir commentaire plus haut) ?
        (en plus du réchauffement climatique, of course)

        J'aime

Répondre à JC Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s