Les mesures du discours du 11 décembre

par Rémy Prud’homme.

Le discours que le Président de la République a lu pour « résoudre la crise économique et sociale » ne s’adressait pas aux gilets jaunes. Le président a soigneusement évité de prononcer l’expression « gilets jaunes », comme s’il voulait symboliquement les nier, les éliminer, les effacer. Cela lui permettait aussi de les mettre dans le même sac que les casseurs-pilleurs qui ont depuis vingt ans l’habitude de brûler tranquillement un millier de voitures à chaque Saint Sylvestre. Focalisons-nous sur les trois mesures du discours, présentées comme la réponse du pouvoir à la demande d’augmentation du niveau de vie des familles les plus pauvres. On ignorera l’appel au bon cœur des chefs d’entreprise, qui n’est évidemment pas une mesure publique. Restent : la défiscalisation des heures supplémentaires ; la CSG de certains retraités ; l’augmentation de la prime d’activité pour certains bas-salaires. Ces mesures ont trois caractéristiques.

     Elles sont complexes et techniques. Et de ce fait difficiles à comprendre. Et effectivement mal comprises. La plupart des médias, qui disposent en principe de spécialistes, affirment que les retraités dont la retraite est inférieure à 2000 euros par mois vont payer la CSG au taux de 6,6% au lieu de 8,5% comme en 2018. Faux. Les 2000 € sont relatifs au revenu imposable du ménage. Celui ou celle qui a une retraite de 1500  €, et un conjoint au Smic, paiera bien sur sa retraite une CSG au taux de 8,5%. L’augmentation de la prime d’activité est une bonne chose. Mais cette subvention est déjà si complexe (elle est fonction du nombre d’enfants, du salaire, etc.) que beaucoup ne parviennent même pas à remplir les papiers nécessaires pour la réclamer. 

     Ces mesures ciblent des catégories spécifiques, certes très méritantes, mais assez étroites. Beaucoup de travailleurs pauvres n’ont pas la possibilité de faire des heures supplémentaires. Le changement de taux de la CSG sur les retraites concernera un nombre relativement petit de retraités (entre eux qui sont au taux de 3,8%, ceux qui étaient déjà à 6,6%, et tous ceux qui resteront à 8,5%. La non-indexation des retraites sur l’inflation, qui les amputent d’au moins 1,5%, était elle, une mesure générale, qui frappait et qui va continuer de frapper toutes les retraites. Des pans entiers de la France qui souffre sont totalement ignorés, comme les chômeurs, les agriculteurs, les artisans. De même que le mot « gilet jaune », le mot « chômeur » n’a pas été prononcé une seule fois, comme s’il suffisait, magiquement, de ne pas nommer un problème pour le résoudre.

     Enfin, toutes ces mesures nous ramènent au monde d’hier. La défiscalisation des heures supplémentaires : une invention de Nicolas Sarkozy. La prime d’activité : une idée de M. Rebsamen, sous le détestable président Hollande, deux parfaits représentants de ces politiciens lâches qui nous ont conduit là ou nous sommes. La modification du taux de la CSG sur les retraites : elle nous ramène (pour une faible part seulement) au taux qui a prévalu de 2005 à 2017. Ces reculades sont sans doute désirables, et bienvenues. Ce qui l’est moins, c’est de présenter ces petits pas en arrière comme de grands bonds en avant.

Les zélateurs du Président nous répètent que ces mesures vont « augmenter le pouvoir d’achat du peuple ». Pour parler de variations il faut préciser l’avant et l’après. En 2018, par rapport à 2017, ou 2016, il n’y a pas eu, pour les plus pauvres touchés par les hausses (taxe carbone, sur l’électricité, sur le gaz, CSG, désindexation des retraites) décidées par le gouvernement Philippe, une augmentation, mais bien une diminution : c’est ce que crient les gilets jaunes et que pensent les 80% des Français qui les approuvent. Et pour 2019 ? Le gouvernement compare ce qui va arriver en 2019 avec ce qu’il prévoyait initialement pour 2019 (dans son budget). Grâce à l’action des gilets jaunes, le gouvernement a renoncé à des augmentations de taxes qui auraient plus encore dégradé la situation. Mais considérer cette non-détérioration comme une amélioration est un sophisme. Imaginez le scénario suivant : un voleur menace de vous prendre 1000 euros ; vous hurlez; il renonce. Allez-vous penser qu’il vous a fait « un cadeau » de 1000 euros ? Et lui dire : « merci » ? En 2019, le pouvoir d’achat des Français pauvres sera au mieux le même qu’en 2018 – inférieur à ce qu’il était en 2017 ou 2016.

10 réflexions au sujet de « Les mesures du discours du 11 décembre »

  1. Ping : Gilets Jaunes, ne vous laissez pas voler votre révolte ! | Mythes, Mancies & Mathématiques

  2. En tout cas j’espère que l’épisode (non terminé) des Gilets jaunes va refroidir le Bulldozer Macron de faire sa réforme des retraites qui va encore appauvrir tous les futurs retraités.
    Que je n’aime pas ce mot de « réforme » qui sous-entend dès le départ que le peuple va morfler. Pour moi le mot réforme est le contraire d’amélioration.
    Et je ne dois pas être le seul à penser cela.
    Les politiques veulent surtout changer pour changer et non pour améliorer et surtout pas améliorer les conditions de vie de la majorité de la population.
    C’est bien dommage car les politiques sont quand même un peu élus pour améliorer la vie du peuple (enfin c’est ce que croyais).

    J'aime

  3. Entièrement d’accord avec toute l’analyse, une fois encore synthétique, c’est ce qui manque souvent ici. La « parabole » du voleur en fin d’article illustre parfaitement le tour de bonneteau des mesures annoncées.
    Je rajouterai avec la multiplication des taux différents de CSG et la volonté de complexifier avec des primes, un objectif strictement managérial de « segmenter », classer, ordonner la population, finalement qu’est-ce qu’on pouvait attendre d’autre d’anciens élèves de prépas, ENA, HEC etc…Leur cerveau est dangereux mais tout sauf original. Et si prévisible.

    J'aime

  4. Difficile de croire à une quelconque démarche ou logique dans les tentatives avortées de « reformes »…
    Je crois plutôt que les « Dirigeants » (on se demande bien de quoi d’ailleurs) mettent sans trop savoir ni réfléchir, des annonces bout à bout comme un jeu de domino, en déshabillant Pierre pour habiller Jacques, et sans se préoccuper non plus de savoir quel en est l’aboutissement ou le résultat, du moment qu’ils finissent par poser tous leur dominos…
    Le plus triste dans l’affaire n’est pas que cela ne serve à rien, ni que les effets n’y changent pas grand chose, mais le plus désolant est que ces énarques n’ont AUCUNE créativité, aucune idée de rien, et ne s’inspirent d’aucune proposition externe car ils sont trop niais et bien trop imbus de leur personne pour écouter qui que ce soit à par eux-mêmes.
    Je n’en veux pour preuve que leurs propres jugement (cf lien ci-dessous)
    https://www.valeursactuelles.com/societe/lena-critique-la-mediocrite-de-ses-candidats-93724
    LOL
    PS : le dico dit que réforme = progrès… faudrait peut-être modifier le dico ce sera plus simple !!

    J'aime

  5. Autant j’apprécie les réflexions économiques de Rémy Prudhomme sur la transition écologique et les questions énergétiques, autant cet article, à caractère politique, ne me semble pas avoir sa place à MMM. Le site devient-il un forum anti-Macron ?

    J'aime

  6. Ping : Gilets Jaunes, ne vous laissez pas voler votre révolte ! – Résistances et Libertés

  7. Ping : Gilets Jaunes, ne vous laissez pas voler votre révolte ! | Espace détente, poésie, judaïsme et lutte contre la désinformation

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s